mercredi 31 décembre 2008

Wat bezielt de leiders van Israël?

Emeritus hoogleraar Ludo Abicht is filosoof en publicist. Hij schreef boeken over het jodendom en over het Joods-Palestijnse conflict en verbleef lange tijd in de VS. Hij graaft naar de onderliggende oorzaken van het conflict in Gaza.

Door de luchtaanvallen op de Gazastrook zijn sinds zaterdag zeker 345 doden en meer dan 800 gewonden gevallen. Israël lijkt niet tot een staakt-het-vuren bereid voor het de Palestijnse beweging Hamas gewapenderhand van de kaart heeft geveegd. Ludo Abicht gaat op zoek naar de wortels van het conflict: 'Denken de leiders van Israël nog steeds aan een zuiver Joods Groot-Israël?'

Wat de Palestijnen in Gaza bezielt, valt niet moeilijk te raden. Na de ontruiming van de Joodse nederzettingen door Ariël Sharon in 2005 leek het mogelijk te worden twaalf jaar na het afsluiten van de Osloakkoorden eindelijk aan de opbouw van hun autonome staat te beginnen. Omdat de meerderheid van de bevolking langzamerhand het vertrouwen verloren had in de politiek van Fatah, kozen ze in democratisch correct gehouden verkiezingen voor de oppositie.

In plaats van met deze legitieme Palestijnse regering te praten verkoos Israël, met de steun van de Verenigde Staten en de Europese Unie, de hele bevolking voor deze 'verkeerde' keuze te straffen. Toen Hamas bovendien de electoraal verkregen macht, die haar had moeten zijn toegekend, in Gaza met geweld in handen nam, werd de wurggreep op dit wellicht dichtst bevolkte land ter wereld nog versterkt.

Volgens alle onafhankelijke bronnen, zoals de Wereldbank en talloze ngo's, werd Gaza één reusachtige openluchtgevangenis, afgesloten te land, ter zee en in de lucht. De luchthaven mocht niet worden gebruikt, de zeehaven mocht niet worden uitgebaggerd en de Gazastrook werd omgeven door prikkeldraad. De militanten van Hamas en andere milities reageerden op deze toestand met raketaanvallen.

Iets meer dan zes maanden geleden sloot de leiding van Hamas een wapenstilstand met Israël, een staat waarvan ze officieel de legitimiteit niet erkenden, waarmee het in feite duidelijk werd dat ze, net als de vroegere PLO, langzamerhand tot het inzicht gekomen waren dat op termijn alleen een diplomatieke oplossing uitzicht biedt. Toen echter bleek dat ondanks deze wapenstilstand de toestand van de bevolking van dag tot dag erger werd en het duidelijk werd dat ze weer eens niet op de hulp van het buitenland konden rekenen, besloten de leiders van Hamas de raketaanvallen te hervatten, al was het maar om de rest van de wereld een geweten te schieten.

'Met terroristen praten we niet'
Waarmee ze als het ware met open ogen in de val trappen: niet alleen kunnen die aanvallen op Israëlische burgers niet als legitieme zelfverdediging voorgesteld worden en blijven ze, ondanks alle verzachtende omstandigheden, oorlogsmisdaden die in geen geval mogen worden goedgepraat, maar ze bieden de zionistische hardliners de gedroomde kans nog maar eens onderhandelingen over een wederzijds aanvaardbare oplossing van het conflict op te schorten, "want met terroristen praten we niet". Alsof bombardementen op dichtbevolkte wijken ook geen vorm van terrorisme zouden zijn.

Ik vrees dat de huidige leiders van Israël niet alleen door electorale motieven gedreven worden - vanzelfsprekend is in Israël een overweldigende meerderheid van kiezers ervoor te vinden dat Hamas nu eens en voorgoed moet worden uitgeschakeld - maar dat ze op lange termijn de politiek en ethisch verkeerde keuze gemaakt hebben: hun project voor een etnisch Joodse natiestaat op een zo groot mogelijk gebied (en met zo weinig mogelijk Palestijnen) uit te voeren, zolang de wereld het toelaat (wat tot nu toe steeds het geval geweest is).

Alle troeven in handen
Ik vrees dat elke fase van dit onzalige conflict in diezelfde richting wijst: de verdrijving van de Palestijnse bevolking in 1947-1948, de bezetting van de rest van Palestina (en andere gebieden) in 1967, de verkaveling van de laatste 22 procent door de scheidingsmuur, de permanente bouw van verdere nederzettingen, het exclusief Joodse wegennet en de honderden vernederende controleposten.

Vandaar de vraag: wat bezielt de leiders van Israël? Denken ze nog steeds aan een zuiver Joods Groot-Israël? Hopen ze op een vrijwillig vertrek van de meer dan vier miljoen Palestijnen? Denken ze dat de wereld het uitzichtloze conflict moe zal worden en ten slotte zal vergeten?

Zij hebben militair, economisch en diplomatiek alle troeven in handen. Indien ze morgen besluiten met Hamas als de legitiem verkozen regering van de Palestijnen te onderhandelen en de onmenselijke druk van het embargo op te heffen, eindelijk werk te maken van de ontruiming van de illegale nederzettingen (dat zijn ze allemaal) en het leger uit de Palestijnse gebieden terugtrekken, zullen ze als vanzelf "de vijver opdrogen waarin het terrorisme onvermijdelijk moet gedijen".

Is dat te veel verlangd van mensen die ons terecht voortdurend herinneren aan het hen aangedane onrecht en leed over de eeuwen, van de deportaties in de zesde eeuw voor Christus tot de Shoah in de twintigste eeuw en de akelige oprispingen van antisemitisme vandaag?

Wie zich beperkt tot een begrijpelijke morele verontwaardiging om de misdaden tegen de burgerbevolking in Gaza, zal nooit gehoord worden door diegenen die verontwaardigd zijn vanwege de raketaanvallen op Israëlische burgers. Zolang we de diepere oorzaken van dit tragische conflict blijven verzwijgen, zullen we nooit tot een moeilijke maar voor beide kanten noodzakelijke oplossing komen.

Maar dat ze op lange termijn de politiek en ethisch verkeerde keuze gemaakt hebben: hun project voor een etnisch Joodse natiestaat op een zo groot mogelijk gebied (en met zo weinig mogelijk Palestijnen) uit te voeren, zolang de wereld het toelaat (wat tot nu toe steeds het geval geweest is).

Zolang we de diepere oorzaken van dit tragische conflict blijven verzwijgen, zullen we nooit tot een moeilijke maar voor beide kanten noodzakelijke oplossing komen.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
« Quel but Israël peut-il atteindre par ces violences contre les Palestiniens d’une ampleur inédite depuis 1967 ? Venir à bout du Hamas ? Ce serait étonnant. Alors, plus modestement, obtenir l’arrêt des tirs de roquettes, comme le disent les autorités ? Peut-être. Si des centaines d’activistes palestiniens meurent et si leur matériel est détruit, une période de calme relatif s’imposera. Avant que la violence ne reprenne de plus belle, un peu plus tard, dans quelques mois. Aucune population ne peut vivre enfermée ou occupée sans se révolter. A fortiori quand elle est dominée par un mouvement islamiste jusqu’au-boutiste.
Le recours aux roquettes artisanales par les militants palestiniens ne peut certes se justifier, puisqu’il ne vise qu’à tuer indistinctement des civils (même si ce résultat n’est atteint que de façon rarissime). Par cette technique rudimentaire et lâche, le Hamas cherchait à ce qu’Israël assouplisse le siège infernal qui étrangle la population du misérable territoire où il règne. » écrit Le soir
« En fait, sauf à imaginer la réoccupation de la bande de Gaza et un effroyable « nettoyage », il y a gros à parier qu’en fin de compte, c’est ce qui se produira : le Hamas consentira à mettre ses roquettes en sourdine et Israël rouvrira un peu plus les frontières. Fallait-il tous ces morts pour un tel résultat ?
Pour bien des raisons, les Israéliens ne se montrent pas décidés à évacuer les territoires occupés ou libérer ceux qui sont encerclés, comme l’exige pourtant le droit international. La communauté internationale est également coupable, qui ne bouge pas le petit doigt pour presser Israël à se diriger dans la bonne direction. Pire : l’Europe, après l’Amérique, ouvre ses bras à Israël. Comme si tout allait bien. »Toujours selon Le soir .
Quel est donc le but poursuivi par les Israëliens? Rêvent-ils encore toujours à un grand Israël homogène? Espèrent-ils le départ volontaire de quatre millions de Palestiniens? Imaginent-ils que le monde va se lasser de ce conflit sans issue et finira par l’oublier?
Tout le monde le sait, seule une solution négociée, fondée sur un dialogue franc est de nature à dégager une arrangement à long terme.
Ce sera un des premiers défis d’Obama ou plus exactement de Hilary Clinton. Un test pour mesurer si la doctrine de Huntington survivra à son auteur. Longtemps, Palestiniens et Israëliens ont regardé vers la Belgique comme vers un exemple à suivre., à moins que Herman Van Rompuy, le dernier politicien belge de Flandre avec de Croo et Eyskens ne renoue avec le “consensus ratatouille”(J. Gol).

mardi 30 décembre 2008

Moins de 5% d'allochtones dans les cabinets fédéraux

Au total, 28 personnes d'origine allochtone travaillent dans les 22 cabinets fédéraux des 15 ministres et 7 secrétaires d'Etat. Soit moins de 5% des 598 collaborateurs dans les cabinets, révèle une enquête du parlementaire Open Vld Guido De Padt.
De nombreux problèmes auxquels sont confrontés les minorités ethniques et culturelles aujourd'hui dans notre pays sont directement ou indirectement liés à l'emploi problématique des allochtones belges et non-belges, estime Guido De Padt. "Avec un taux d'emploi de 38,5% pour les citoyens non-européens, la Flandre arrive en dernière position en Europe à ce niveau. Le taux de chômage des citoyens non-européens en Flandre et en Belgique est le plus faible en Europe. Les autorités ont dans ce contexte une fonction d'exemple", dit-il.
Guido De Padt a demandé aux 22 cabinets le nombre de personnes qu'ils emploient (au 1er août 2008) et combien parmi ces personnes sont d'origine allochtone ou non-belge. 16 cabinets ont répondu. Avec 28 employés d'origine allochtone sur un total de 598, les cabinets comptent 4,68% d'allochtones belges et non-belges.
(Belga)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Ils constituent le tableau de bord de la qualité de l'intégration et de l'enseignement dans ce beau royaume qui est le nôtre. Peut mieux faire! Un excellent thème pour le prochain discours d'Albert II.

Daklozen zoeken beschutting tegen winterkou

Daklozen zoeken bescherming tegen de vrieskou bij Chez Nous/Bij Ons. © tvb

Brussel - Wie vanochtend de deur uitging, die heeft het aan de lijve ondervonden: het was - en het is nog steeds - koud. Dat heeft ook zo z'n gevolgen voor de verschillende daklozencentra in Brussel: die lopen dan vol. Ook het inloophuis voor thuislozen Chez Nous/Bij Ons in de Kartuizersstraat heeft meer bezoekers dan anders.
Boontjes, puree en worstjes: dat staat er op het menu bij de vzw Chez Nous/Bij Ons. Veel armen komen naar hier om zich te verwarmen.
"Het mag maar 1 euro kosten, dus we doen ons best om toch een warme maaltijd aan te kunnen bieden," zegt Francisco Santamaria, kok Chez Nous/Bij Ons.
Het is niet uitzonderlijk dat er 's winters meer volk over de vloer komt bij Chez Nous, legt Jan Verellen uit: "We zijn het gewoon geworden: het is normaal dat er in de winter meer mensen langskomen, maar de laatste jaren barst het echt uit zijn voegen."
De bezoekers zelf zijn maar al te blij dat ze hier terecht kunnen.
"Ik had kou, dus ik wou graag even binnen komen," klinkt het bij een van de bezoekers. "Nu voel ik me al wat beter."
Ook de warme maaltijden en de kleren die door andere mensen afgedankt werden kunnen op veel bijval rekenen.
"'s Middags warm kunnen eten doet deugd, we krijgen ook warme kleren en we kunnen hier eens een douche nemen."
Veel beterschap is niet op komst: het koude weer blijft zeker nog tot eind deze week duren.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
La grande crise de 29, les images de soupes populaires à New-York, Londres, Berlin, l'armée du saut, la montée des périls..

Vilnius en Linz culturele hoofdsteden

Vilnius, Litouwen.
Het Litouwse Vilnius en het Oostenrijkse Linz worden op oudejaarsnacht ingehuldigd als culturele hoofdsteden van 2009.

Vilnius viert het nieuwe jaar en zijn titel met een totaalspektakel van licht, muziek en vuurwerk, dat van op de beide oevers van de Nerisrivier te zien zal zijn. Op de muziek van Tsjaikovski's De notenkraker en de sprookjes van Hoffman luiden 150 muzikanten het nieuwe jaar in en wordt er vuurwerk afgeschoten. Vanaf 1 januari verandert het plein voor het stadhuis ook in een enorme schaatsbaan.

Het Oostenrijkse Linz houdt het iets bescheidener en telt af naar het nieuwe jaar op het kunstwerk Standard Time, een vier meter hoge klok van hout, metaal, schroeven en spijkers. De componist Haydn zal een hoofdrol spelen in het culturele programma van Linz. (Katrijn Serneels)
COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Il serait temps que l'Union Européenne se décide à désigner une capitale interculturelle de l'Europe

'Mensen met donkere huid moeten vitaminesupplementen nemen'

Drie vierde van de Brusselaars heeft een tekort aan vitamine D. Het tekort is vooral groot bij Marokkaanse en Turkse migranten. Dokter Rodrigo Moreno-Reyes, die het onderzoek uitvoerde, raadt hen aan om tijdens de wintermaanden vitaminesupplementen te nemen.

Een groep van de ULB onderzocht 400 gezonde Brusselaars tussen 40 en 60 jaar. Een op drie Brusselaars heeft volgens de studie een matig tekort aan vitamine D, en een op twintig heeft een zwaar tekort.

Zware en matige tekorten aan vitamine D komen vier keer meer voor bij Brusselaars van Marokkaanse en Turkse afkomst dan bij andere Belgen. Een donkere huid heeft namelijk meer pigmenten en heeft dus meer zonlicht nodig om vitamine D te produceren.

Ook de voeding is belangrijk, maar die kan het gebrek aan zonlicht niet opvangen. "Er zijn weinig natuurlijke voedingsmiddelen met vitamine D. Tachtig procent van onze vitamine D komt van het zonlicht," zegt dokter Rodrigo Moreno-Reyes.

Mensen die tot de risicogroep behoren, kunnen zich best laten onderzoeken en raad vragen over vitaminesupplementen. Een gebrek aan vitamine D kan leiden tot botontkalking.

Capitale de l'œcuménisme

La rencontre internationale de Taizé démarre, ce lundi,à Bruxelles. Quelque 180 paroisses participent à l'opération avec toutes les Eglises chrétiennes. La Belgique spirituelle montre qu'elle peut dépasser les cloisonnements.
C'est le Jour J pour la rencontre européenne de Taizé, trente et unième du nom ! Depuis deux jours, 1 800 volontaires sont, en fait, déjà à pied d'œuvre à Bruxelles aux côtés d'une septantaine de frères de la communauté bourguignonne, mais c'est ce lundi que trente mille jeunes des quatre coins de l'Europe s'installent chez nous pour terminer l'année dans le recueillement, mais aussi dans la réflexion et, plus encore, dans la joie en s'inspirant de l'esprit de Taizé...

Comme le veut la tradition des rencontres européennes, les participants seront accueillis dans une zone sise dans un rayon de maximum une heure en transport en commun des palais du Heysel, méga-lieu de rassemblement de la rencontre à côté des principales paroisses bruxelloises et de lieux plus inédits comme les bâtiments de l'Union européenne.

Et donc, Taizé à Bruxelles ne se limitera pas aux 19 communes de la région centrale, mais étendra aussi ses tentacules pacificateurs et œcuméniques de Malines à Nivelles et d'Alost à Louvain. A vrai dire, c'était même une nécessité pour pouvoir accueillir les trente mille jeunes participants venus d'ailleurs auxquels s'ajouteront selon les dernières estimations de 10 000 à 12 000 jeunes Belges.

L'Europe de l'est en force
Au hit-parade des pays les plus représentés, une mention toute spéciale pour la Pologne : l'on annonce la venue de 9 200 jeunes adolescents ou adultes - entre 17 et 35 ans - de la patrie de Jean-Paul II. Suivent alors, mais bien loin derrière les Français et les Allemands avec 2 000 pèlerins de part et d'autre et puis l'Italie (1 500) et la Serbie (1 100) pour rester dans les plus de mille participants. Autre constat : les pays de l'ex-bloc communiste continuent à montrer qu'il y a toujours une très forte aspiration spirituelle au centre et à l'est du continent européen. Car, outre les Polonais et les Serbes précités, il y aura 900 Lituaniens, 650 Slovènes, 300 Russes. Inversement, deux pays de longue tradition catholique comme l'Espagne et le Portugal ont annoncé entre 500 et 600 participants.

Ce lundi, les délégations étrangères seront accueillies dès 7 heures et jusqu'à environ 13 heures dans une dizaine d'écoles bruxelloises d'où ils se dirigeront vers leurs lieux d'accueil.

Un petit coup d'œil sur la liste desdits établissements apprend que, pour la circonstance, francophones et néerlandophones collaboreront comme au bon vieux temps. Mais il est vrai que la "question linguistique" y aura une dimension non polémique. Un exemple : si l'Institut Don Bosco francophone accueillera les Roumains et les Hongrois, son alter ego flamand souhaitera la bienvenue aux pèlerins du Royaume-Uni et des pays scandinaves. Mais il est vrai que cela se fera sous la houlette des frères de Taizé qui, comme les apôtres après la venue de l'Esprit Saint, le matin de Pentecôte, sont de parfaits polyglottes tournés vers l'universel.

La première journée de la rencontre consistera surtout à aider les jeunes à s'y retrouver et à s'installer, mais un premier grand rendez-vous est quand même fixé à 19 heures au palais 12 du Heysel pour la prière commune qui sera suivie d'une méditation de Frère Alois. Pour la circonstance, comme ce sera aussi le cas dans les différentes paroisses qui participent à l'opération, les immenses halles d'exposition auront un petit, ou plutôt, un grand air de l'église taizéenne de la Réconciliation... Dimanche, en fin d'après-midi, on y travaillait encore d'arrache-pied mais tout sera fin prêt pour le premier rassemblement communautaire. Pour rappel, point besoin d'être jeune ou même inscrit : croyants comme non croyants de bonne volonté sont tous les bienvenus dans les palais du Centenaire...
(© La Libre Belgique 2008)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Magnifique mais complètement ringard ! Pourquoi se limiter volontairement et ne pas dépasser enfin l’œcuménisme pour s’ouvrir au judaïsme, à l’islam, au bouddhisme et aux non croyants ? C’est quoi ces immenses ghettos défilant dans les rues comme une gay pride de coreligionnaires. C’est quoi ces croisades de la paix, ces légions pacifiques mais légions quand même. Et si demain la jeunesse islamique européenne envahissait la ville, après demain, les juifs ensuite les athées et les agnostiques. Ca rime à quoi ce cirque ou plutôt cette parade du barnum Circus à travers la ville.
Le pape polonais nous a habitués à ces rassemblement de foule comme on en avait plus vu en Europe depuis le troisième Reich, ces démonstrations de force qui n’ont de spirituel que le nom et font un pied de nez collectif à la diversité des croyances pour laquelle milite DiverCity. Si encore ils ouvraient ne fût ce qu’une de leurs basiliques désaffectées aux autres jeunes mais non, on préfère rester entre soi et partager son adhésion au message du Christ Roi. Roi de quoi d’abord ? Roi des juifs ? Lui qui arbore sa royauté comme une dérision, couronne d’épines et sceptre de roseau, une souffrance et tend la main non pas à ses seuls coreligionnaires juifs mais aux hommes et femmes de bonne volonté d’où qu’ils soient. Pensons au sublime dialogue avec la Samaritaine près du puits.
Quand les églises chrétiennes accepteront-elles d’admettre qu’elles ne sont pas en campagne électorale et que la foi au sein de nos démocraties laïques est affaire privée et non pas démonstration publique de force sous forme de marches ou de meetings en basilique. Arrêtez de donner raison à Huttington qui ne voyait qu’un face à face de civilisations arc boutées sur la religion chevillée au corps de ses adhérents regardés comme des militants, des soldats du Christ, de Moïse ou du Prophète. « Quelque 180 paroisses participent à l'opération avec toutes les Eglises chrétiennes. La Belgique spirituelle montre qu'elle peut dépasser les cloisonnement ». Quels décloisonnements on se le demande : entre cathos et protestants, orthodoxes et arméniens ? La belle affaire ! Le débat, l’enjeu est ailleurs quand va-ton enfin le comprendre ?
Quand verrons-nous un nouveau Gandhi se lever pour dire assez ! Empoigner comme il le fit un hindouiste qui vient d’égorger un musulman et en est tout traumatisé et lui dire avec force. « Prends un enfant musulman orphelin et adopte le, élève le dans la foi de son père que tu viens de massacrer ! » C’est un beau parcours que d’en être arrivé à l’œcuménisme après tant de guerres et luttes fratricides entre les diverses obédiences chrétiennes, mais cela ne suffit plus. Il faut aujourd’hui dépasser, transcender les clivages entre toutes les religions qu’elles soient du Livre ou non, accueillir oecuméniquement toute recherche spirituelle qu’elle soit religieuse ou athée.

Bruxelles n’en a que faire d’être la capitale de l’œcuménisme. Bruxelles veut être la capitale de l’Europe de l’interculturel et du cosmopolitisme.

lundi 29 décembre 2008

Glazen Huis voor 'onze' sans-papiers?

Jan Goossens, artistiek leider van de KVS, schrijft om de twee weken een opiniestuk voor De Gedachte. Hij plaatst een kritische kanttekening bij het Stubru-initiatief Music for Life.

Berichtje vorige dinsdag in deze krant: 'StuBru tolereert geen actiespandoek voor vluchtelingen aan Glazen Huis.' Elf Gentse vluchtelingenorganisaties hadden de dag ervoor om aandacht gevraagd voor het lot van de sans-papiers in eigen land met een spandoek dat net achter het huis van StuBru en het Rode Kruis werd gehangen. Daarop de vraag: 'Zijn vluchtelingen welkom in België?' Hoewel de organisaties de toestemming van de stad hadden, haalde de security van Music for Life het spandoek binnen het halfuur neer. De actie was 'te politiek gekleurd', terwijl Music for Life 'neutraal' wil blijven. Jan Goossens vraagt zich af waarom.

Voor alle duidelijkheid: Music for Life is een indrukwekkend initiatief. Dat een populaire radiozender en het Rode Kruis de handen in elkaar slaan om grote delen van de samenleving te mobiliseren ten voordele van vrouwen en moeders op de vlucht, je zou dat soort acties vanuit de media en cultuur veel vaker willen zien. Dat er en passant ook een pak geld wordt opgehaald en dat je er meer dan één regering toe brengt zijn duit in het zakje te doen, is straffe kost.

Maar als je je populariteit en vooral je naam op die manier uitspeelt, als je zoveel artiesten, verenigingen en luisteraars in beweging brengt rond een heikel thema als migratie, dan luistert een en ander nauw en kun je bepaalde verantwoordelijkheden allicht niet ontlopen. Zinloze controverse kun je het best vermijden, maar je handen wassen in neutrale onschuld wanneer je een bij uitstek politiek thema als de vluchtelingenproblematiek aanpakt, dat is enigszins bizar.

Als je bonafide lokale vluchtelingenorganisaties de kans ontzegt om in de marge van je massa-evenement al was het maar even de schijnwerpers te richten op de penibele en compleet geblokkeerde situatie van vele vluchtelingen die onder onze eigen neus en naast onze eigen deur leven, hoe ernstig meen je het dan met je nobel doel? Bepaalt de gestroomlijnde, cleane en gezellige marketing of 'packaging' dan niet al te zeer wat er nog overblijft van je 'message', die per definitie pijnlijke en storende kanten heeft die niet anders kunnen dan ook in ons eigen vlees snijden?

Kun je het maken om je in deze 'neutraal' op te stellen, terwijl de vraag hoe je met migratie en vluchtelingen internationaal en lokaal omgaat niet anders dan een politieke kwestie kan zijn? Politiek in de ware en nobele, niet per definitie partijpolitieke zin van het woord: hoe geef je je samenleving en de wereld vorm en hoe ga je daarin om met wie elders niet getolereerd of vervolgd wordt.

Er is niet minder, maar meer échte en moedige politiek nodig om ze op te lossen. Kies je toch voor een louter gedepolitiseerde opstelling, dan dreig je te bevestigen wat Kristof Titeca en Ruddy Doom van de UGent onlangs in deze krant schreven: "dat een complex fenomeen als migratie zijn politiek karakter wordt ontnomen om in een grootschalige mediacampagne te passen" en "dat Music for Life zich reduceert tot een reclamecampagne voor de betreffende zender".

Electorale logica
Dat je rond het thema van vluchtelingen in eigen land snel een brede coalitie op de been brengt, bewezen de 5.000 mensen van ngo's, verenigingen allerhande, vakbonden, politieke partijen én de bisschopsraad die op 14 december in Antwerpen opstapten met de simpele vraag dat omtrent de regularisatie van mensen zonder papieren zou worden uitgevoerd wat in het regeerakkoord staat.

Misschien stap je daarbij op zere partijpolitieke tenen, maar daar is op zich niks mis mee. Zeker niet als je je vragen even constructief formuleert als Vlaams acteur Dirk Tuypens in zijn brief aan premier Leterme, die hij voorlas op 14 december: "Ik geloof dat een groot politicus zich onderscheidt wanneer hij op cruciale momenten, in de meest netelige dossiers, tegen de heersende opinie en electorale logica in, duidelijke standpunten durft in te nemen in het belang van de allerzwaksten. Maar in deze regering onderscheidt voorlopig niemand zich, tenzij in besluiteloosheid."

Wat geldt voor politici, geldt dat in deze eigenlijk niet net zo goed voor radiostations, humanitaire organisaties, artiesten en cultuurwerkers, en burgers tout court: kunnen we onszelf als samenleving evenzeer mobiliseren als het over 'onze' vluchtelingen gaat?

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Comme le montre Jan Goossens, la problématique des sans papiers est bien plus sensible en Flandre qu’elle ne l’est dans le reste du pays ou à Bruxelles. “Ôtez moi ces banderolles que je ne saurais voir!” lança “Music for life” en apercevant sur sa façade de verre gantoise le texte suivant: ”les réfugiés sont-ils les bien venus en Belgique ?” Prétexte avancé: “nous on ne s’occupe pas de politique on veut rester neutres.” Curieuse attitude, surtout de la part d’un groupe qui se veut engagé. Et puis que penser d’un gouvernement qui n’appliquerait pas le prescrit de la déclaration gouvernementale qui prévoit une reconnaissance rapide d’un grand nombre de dossiers? On le sent, le climat politique pèse sur cette Flandre comme une chape de plomb. Pour s’en convaincre, il suffit comme nous le faisons volontiers ici, de se référer de temps à autre au courrier de lecteurs de certains journaux populaires pour ne pas dire populistes pour voir à quel point de tels sujets sont devenus sensibles. On ne s’étonne plus alors des scores obtenus par la droite extrême et l’extrême droite dans la région flamande. La gauche et la droite modérée redoutent tout ce qui de loin ou de près pourrait passer pour une provocation et par dessus tout elles craignent des élections anticipées que Jean Marie Dedecker réclament à cor et à cri. Raison de plus pour apprécier le courage moral d’un Jan Goossens et de tous ces artistes flamands de Bruxelles qui militent en faveur de l’interculturalisme avec la complicité d’un ministre Bert Anciaux qui s’inscrit radicalement en faux par rapport au courant dominant en Flandre qui est majoritairement régionaliste provincialiste et petit bourgeois.

ran beveelt moslims Palestijnen te steunen

TEHERAN - De hoogste geestelijk leider van Iran, ayatollah Ali Khamenei, heeft zondag een religieus decreet uitgevaardigd waarin moslims in de hele wereld worden bevolen de Palestijnen te verdedigen tegen Israëlische aanvallen op de Gazastrook.
(de Telegraaf)Foto: AP
“Alle Palestijnse strijders en alle vrome mensen in de islamitische wereld zijn verplicht de weerloze vrouwen, kinderen en mensen in de Gazastrook te helpen op elke mogelijke manier. Wie gedood wordt in dit legitieme verweer wordt beschouwd als een martelaar”, aldus Khamenei voor de Iraanse televisie.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ESCALADE !
C’est fait, le conflit prend soudain une dimension religieuse comme pour donner raison à Huntington au moment de ses obsèques. Plus que jamais sa théorie s’appréhende comme une prophétie autoréalisatrice. Plus qu’une erreur cette attaque est une faute insensée. A en croire la pétition signée par de nombreux intellectuels flamands et européens publiée dans De Morgen et reprise ici, le but recherché de ce raid sanglant serait « d’affamer la population palestinienne pour qu’elle ,désavoue les autorités au pouvoir aux prochaine élections ». L’objectif effectivement atteint sera de déchaîner l’opinion islamiste dans le monde au nom des ses martyrs au détriment de la tendance islamique pacifiste et conciliante.
Personne ne peut dire jusqu’où cette escalade peut conduire quand le résident de la maison blanche n’a plus rien à perdre pas même l’honneur et l’Iran tout à gagner de la confrontation.
Déjà ça manifeste ferme dans les rues partout en Europe. Des manifestations ont par ailleurs eu lieu dans plusieurs pays arabes ou musulmans. A Istanbul, Rabat, Damas ou Islamabad, des milliers de personnes ont dénoncé le "massacre" commis par Israël. Certains ont accusé le président égyptien, Hosni Moubarak, qui a reçu jeudi la visite de Tzipi Livni, d'avoir laissé faire Tsahal. La voie choisie par Israël qui est celle de la démonstration de la force s’inscrit en faux par rapport à la dynamique du dialogue des cultures et des religions qui est le seul chemin qui conduise à cette « paix éternelle » rêvée par Kant et tout ceux qui croient dans le pouvoir de la raison, du « renoncement à la force pour la résolution de conflits » et non dans la « poursuite de la politique par d’autre moyen » chère à Clausewitz.

DES MILLIERS DE MANIFESTANTS EN EUROPE CONTRE LES RAIDS ISRAELIENS

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à travers l'Europe, dimanche 28 décembre, contre les raids israéliens dans la bande de Gaza. De Londres à Paris, en passant par Madrid, Copenhague ou Istanbul, les manifestants sont descendus dans la rue pour condamner l'opération "plomb durci", la plus violente depuis l'occupation des territoires palestiniens par Israël en 1967.

A Londres, où 700 personnes selon la police, 3 000 selon une organisatrice, se sont rassemblées face à l'ambassade d'Israël, six personnes ont été arrêtées pour "trouble à l'ordre public", après trois heures d'une mobilisation agitée. L'agence de presse britannique Press association a rapporté que des dizaines de personnes avaient été menottées et plaquées au sol. Les militants brandissaient des drapeaux de l'Autorité palestinienne et des pancartes sur lesquelles était notamment écrit "Holocauste à Gaza" et "Pas de paix, pas de justice".
A Paris, dans le quartier de Barbès où vit une importante population d'origine maghrébine, une manifestation a rassemblé quelque 1 300 personnes, selon la police, brandissant des banderoles où on pouvait lire "Stop au massacre des innocents". Toujours à Paris, 150 personnes selon la police, 300 selon les organisateurs, se sont rassemblées place de l'Etoile, en haut des Champs-Elysées, en scandant "Israël terroriste, Europe complice", ou encore "Shoah à Gaza".
A Madrid, entre 500 et 1 000 personnes ont manifesté devant l'ambassade d'Israël, à l'appel de l'association "Paix maintenant". "Non à l'holocauste palestinien", proclamaient pancartes et banderoles.
Au Danemark, 700 personnes selon la police, 2 000 selon les organisateurs ont manifesté à l'appel de plusieurs organisations musulmanes danoises devant l'ambassade d'Israël. Un homme, extérieur aux groupes organisateurs, a été arrêté après avoir jeté un cocktail molotov en direction de la police. Près de 300 personnes se sont aussi rassemblées à Aarhus, deuxième ville du pays.
A Istanbul, des centaines de manifestants ont scandé des slogans tels que "le sionisme sera vaincu, la résistance palestinienne triomphera", devant la mosquée de Beyazit, dans le centre historique de la ville, à l'appel d'organisations islamistes. Sur la place Taksim, principale esplanade de la ville, un portrait du premier ministre israélien Ehoud Olmert a été aspergé de peinture rouge, tandis que des militants communistes déposaient une gerbe funéraire devant le consulat d'Israël. Plusieurs centaines de manifestants ont également protesté devant l'ambassade d'Israël à Ankara, jetant notamment des chaussures vers le bâtiment, selon les images diffusées par les chaînes de télévision. Plusieurs milliers de personnes ont aussi manifesté dimanche dans une dizaine de villes de Turquie.
A Rome, environ 200 personnes, selon les organisateurs, ont participé à un sit-in à piazza Navone pour demander au gouvernement italien de "geler tous les accords économiques et militaires" avec Israël. Les manifestants dénonçaient aussi "le nettoyage ethnique et le terrorisme de l'Etat israélien".
(Le Monde)

STOP DE ISRAELISCHE MISDADEN IN GAZA
Ludo De Witte, stafmedewerker van vzw Vrede en lector aan de Arteveldehogeschool Gent, publicist Ludo De Brabander en Nadia Fadil, postdoctoraal onderzoekster aan de Europese Universiteit van Firenze en de KU Leuven, vragen een opschorting van de relaties met Israël.

De Israëlische bombardementen op Gaza van dit weekend voeren het Palestijns-Israëlisch bezettingsconflict nog maar eens naar een nieuw, bloedig dieptepunt. 'Op het ogenblik dat we dit schrijven', melden Nadia Fadil en Ludo De Brabandere, 'zijn er al meer dan 300 dodelijke slachtoffers gevallen en een 600-tal gewonden, wat het tot een van de bloedigste dagen in het conflict maakt sinds 1967. Gesterkt door de steun van de VS laat de Israëlische regering weten dat dit offensief nog maar het begin is.'

De huidige bombardementen van Gaza zijn geen reactie op de raketaanvallen van Hamas die op 19 december een einde maakten aan het staakt-het-vuren. De Israëlische krant Haaretz (28/12) schrijft dat defensieminister Ehud Barak het leger al zes maanden geleden beval zich op te maken voor de operatie, op een ogenblik dat de Israëlische regering onderhandelingen met Hamas had aangevat.

Bovendien rechtvaardigt het argument dat Israël Hamas wil treffen op geen enkele wijze dat burgers tot doelwit worden gemaakt van strafmaatregelen en militaire operaties. Waar het echt om draait, is het breken van het verzet tegen de bezetting en de uitbreiding van de kolonisatie op de Westelijke Jordaanoever en anderzijds de verkiezingen in Israël, waar de regeringspartijen met een straffe militaire actie het verloren terrein op de extreem rechtse oppositie proberen terug te winnen.

De Israëlische regering presenteert haar eigen wandaden stelselmatig als 'zelfverdediging'. Daardoor slaagt Israël erin het beeld te scheppen dat zij dit geweld niet heeft gewenst, maar noodgedwongen "reageert" op het geweld van Hamas.

Dat is een foutieve lezing van de feiten. Ten eerste gaat ze voorbij aan de voorgeschiedenis. Israël is niet het slachtoffer, maar de regisseur van dit drama. Als bezettingsmacht controleert Israël de luchtruimte, grenzen, water alsook het komen en gaan van de Palestijnen in Gaza (en de Westelijke Jordaanoever). Sinds Gaza tot 'vijandig gebied' (hostile territory) werd uitgeroepen in september 2007, na de machtsovername door Hamas, blokkeert Israël elementaire basisvoorzieningen. De gevolgen zijn dramatisch. Een hele bevolking wordt uitgehongerd. Een recente studie stelt dat 46 procent van de kinderen lijdt aan acute bloedarmoede. "De idee is om de Palestijnen aan een dieet te onderwerpen, maar niet om hen van honger te laten sterven", aldus een adviseur van de Israëlische premier twee jaar geleden. Volgens het Rode Kruis kampt 70 procent van de bevolking met een gebrek aan voedsel. Het gaat hier niet om de een of andere natuurramp maar om een bewuste politiek van een staat die zich graag de enige democratie in het Midden-Oosten noemt.

Moedwillig uithongeren
De valse indruk wordt gewekt dat Gaza en Israël gelijkwaardige tegenstanders zijn. Israël beschikt over een van de best uitgeruste legers ter wereld, waartegen de Palestijnse milities geen partij vormen. Bij het inzetten van deze oorlogsmachine kijkt de Israëlische regering op geen mensenleven. Hoewel elk slachtoffer er een te veel is, is het belangrijk eraan te herinneren dat het aantal dodelijke Palestijnse slachtoffers een veelvoud bedraagt van die aan Israëlische zijde. De website van de Middle East Policy Council leert ons dat er in 2008 29 Israëlische dodelijke slachtoffers vielen, tegenover 432 doden aan Palestijnse zijde. Aan Israëlische kant gaat het om een forse daling in vergelijking met 2002, toen er 422 doden vielen. Aan Palestijnse zijde blijft de tol buitengewoon hoog: van 1.072 in 2002 naar 432 in 2008, de tientallen doden van de jongste dagen niet meegerekend.

Het moedwillig uithongeren van een hele bevolking, in de hoop dat de bevolking zich tegen haar verkozen leiders keert, gebeurt onder de ogen van de internationale gemeenschap. Goed gedocumenteerde rapporten van de speciale rapporteur voor de Mensenrechten van de VN en mensenrechtenorganisaties worden zonder gevolg geklasseerd. De Speciale Rapporteur van de VN Richard Falk vroeg tevergeefs onmiddellijke actie tegen de "voortdurende en grootschalige inbreuken op het fundamentele mensenrecht op leven". Hij stelde dat de VN een dringende inspanning moeten leveren om een burgerbevolking te beschermen die "collectief wordt bestraft door een beleid dat gelijkstaat aan misdaden tegen de menselijkheid".

Toch hebben de VS en de EU al die tijd net het tegenovergestelde gedaan. De VS storten elk jaar 2,5 miljard dollar militaire steun door aan Israël en hebben tal van militaire samenwerkingsprojecten lopen. Washington heeft de Israëlische politiek tegen Gaza altijd gesteund en laat ook nu weten zich achter deze gruwelijke campagne te scharen. Ook de EU vindt geen graten in goede relaties met Israël. Op de jongste top begin december heeft de Europese Raad zelfs beslist de relaties met Israël "op te waarderen", tegen een negatieve stemming van het Europese parlement in.

Met een dergelijk cynisch beleid zijn beide grootmachten goed op weg om het internationaal recht ten grave te dragen. Ze verspelen elk gezag om anderen in dat verband nog de les te spellen, terwijl er nu juist nood is aan een internationale druk die een einde maakt aan het moorddadige optreden van het Israëlische leger en de onmenselijke blokkade van Gaza. Wij roepen op tot een krachtdadige veroordeling en de opschorting van alle handels- en diplomatieke akkoorden met Israël zolang de bezettingspolitiek aanhoudt.

Deze tekst wordt onder meer onderschreven door: Dirk Adriaensens (Brussels Tribunal), Karima Arektoute (salesmanager), Karel Arnaut (antropoloog, UGent), Sarah Bracke (hoogleraar sociologie, KU Leuven) , Abdelhay Ben Abdellah, Bilal Benyaich (Politoloog), Christophe Callewaert (Journalist, Indymedia), Lucas Catherine (auteur), Bambi Ceuppens (antropologe, KMMA), Dieter Cortvriendt (Socioloog), Bert De Belder (INTAL), Erik De Bruyn (sp.a Rood), Lieven De Cauter (Cultuurfilosoof RITS/Leuven), Marc De Kesel (Lector filosofie Arteveldehogeschool Gent, Senior Onderzoeker Radboud Universiteit Nijmegen), Herman De Ley (Emeritus professor, UGent), Ignaas Devisch (Hoogleraar filosofie, UGent), Ida Dequeecker (VOK), Karel Dobbelaere (Emeritus professor, KU Leuven), Hicham El Mzairh (Liberaal politicus), Abderrazak El Omari (Divers en Actief), Fouad Gandoul (Voorzitter ACW Genk), Eric Goeman (Voorzitter Attac Vlaanderen en Democratie 2000), Jan Goossens (artistiek leider, KVS), Dirk Jacobs (hoogleraar sociologie, ULB), Rachida Lamrabet (auteur), Rudi Laermans (gewoon hoogleraar sociologie, KU Leuven), Ico Maly (Kifkif), Dany Neudt (coördinator Kifkif), Jan Roegiers (Vlaams Volksvertegenwoordiger, ex-Vl.Pro), Frank Roels (Arts, Emeritus hoogleraar, UGent), Nadine Rosa Rosso (leerkracht, Rassembler les Resistances), Olivia Rutazibwa (UGent), Kris Smet (ex-VRT journaliste), Birsen Taspinar (psychologe), Frank Theys (filmmaker), Stijn Van de Perre (Lector ArteveldeHogeschool), Frank Vercruyssen (acteur, Stan toneelgezelschap), Luk Vervaet (IUFP), Remi Verwimp (coördinator Werkplaats voor Theologie en Maatschappij), Koen Vlassenroot (docent, UGent) en Liliane Voyé (Emeritus professor, UCL).

Et Camus obtint enfin le prix Nobel

Comment choisit-on un Nobel ? Le fonctionnement de l'institution suédoise est entouré de mystère, entre autres parce que ses archives sont tenues secrètes pendant cinquante ans. C'est donc cette année, en 2008, que se sont ouvertes celles de 1957, année où Albert Camus a obtenu le prix Nobel de littérature. Le nom de l'auteur de L'Etranger circulait depuis la fin des années 1940, en même temps que celui d'André Malraux. Entre les deux hommes, ce sera le match de la décennie. Le Monde a consulté les archives de l'académie suédoise pour en faire le récit.
1954.
Cette année-là, il y a vingt-sept écrivains pressentis, dont l'Espagnol Ramon Menendez Pidal, l'Américain Ernest Hemingway, Malraux et Camus encore. Ce n'est pas la première fois qu'on les trouve dans la liste. Le comité Nobel, un groupe restreint qui enquête et suggère un choix aux académiciens, propose Hemingway en n° 1 et l'Islandais Halldor Laxness en n° 2. Le Chilien Manuel Rojas (né à Buenos Aires) est soutenu par diverses organisations et institutions argentines : "Il est clair que c'est organisé, note le comité, mais sa qualité littéraire ne suffit pas." Pidal, alors âgé de 85 ans, est rejeté lui aussi.
Le cas Malraux occupe beaucoup les Nobel. Les Suédois ont de la tendresse pour lui. Il y a eu Le Musée imaginaire (1947), Les Voix du silence (1951)... Mais "sa candidature ne peut pas être d'actualité tant qu'il ne revient pas à la forme romanesque". Le poète et prosateur espagnol Juan Ramon Jimenez est jugé trop exclusif, trop hermétique.
Le président du comité émet son avis : on attendait du nouveau dans la manière d'Hemingway, et "c'est arrivé avec Le Vieil Homme et la mer", paru deux ans plus tôt. Certes, il y a du cynisme et de la brutalité dans son écriture, ce qui s'accorde mal avec l'idéal Nobel, remarque Herr Österling, l'homme fort du comité. Mais il y a indéniablement une forme d'héroïsme qui le séduit. Hemingway, alors ? Ce n'est pas gagné. Herr Siwertz, un autre pilier du comité, objecte : Hemingway "n'a pas besoin d'un Nobel pour devenir célèbre ou riche". Il ajoute : "J'ai de plus en plus le sentiment que depuis trop d'années nous nous en tenons au baromètre de la célébrité."
Camus ? "Son dernier livre, L'Eté, a des pages d'une beauté classique, écrit Österling. Son nom peut être à nouveau actuel. Camus représente toujours l'une des meilleures promesses de la littérature française, et encore une oeuvre de la même qualité que La Peste mettrait sûrement sa candidature dans une position plus favorable." Comme avec Malraux, on sent que le jury Nobel n'attend qu'un "petit" effort de l'écrivain. Dans le secret du vote, Hemingway finalement l'emporte.
1955.
Quarante-six noms sur la première liste de pressentis, dont dix-sept nouveaux. Camus : "Rien de vraiment nouveau pour évaluer cette candidature, qui comme toujours est remise à plus tard pour mûrir." Henri Bosco : "On ne voit pas comment il pourrait passer avant d'autres Français." Malraux : "En attente, avec le même motif que l'an dernier." Jules Romains : rien de nouveau. Georges Duhamel : rien de nouveau. Paul Claudel : mort durant l'année. Rarement autant de Français auront été sur la liste. L'Islandais Halldór Laxness est choisi.
1956.
Quarante-quatre écrivains et une forte présence française - douze noms : Georges Duhamel, Marcel Pagnol, Henry de Montherlant, Henri Bosco, Jean Guitton, Marthe Bibesco, Saint-John Perse, André Malraux, Gabriel Marcel, Albert Camus, Jean Schlumberger, Jules Supervielle. Si les candidats sont proposés par une ou plusieurs personnes et institutions, Pidal, le premier sur la liste, ne compte pas moins de quatre pages compactes de parrains. Pour Herr Österling, le choix doit se faire entre lui et Jimenez : "Il est évident que la zone espagnole a été sérieusement négligée depuis 1922, lorsque le dramaturge Jacinto Benavente a été récompensé." "D'accord avec l'option espagnole, concède Herr Siwertz, mais je voudrais, en raison de l'importance d'un prix lyrique cette année, donner la préférence à Jimenez sur Pidal." Herr Gullberg est d'accord.
A propos de Malraux, éternel recalé, toujours le même argument. Sur Camus, une vraie lueur d'espoir : "Après une longue attente, l'écrivain français a, avant l'été, publié une nouvelle oeuvre, le récit La Chute , qui dans tous les sens est à même de le placer au centre de l'attention. (...) Le livre est un chef-d'oeuvre qui, dans son format limité, mérite d'être comparé avec La Peste. Le comité estime que cette nouvelle oeuvre renforce indéniablement les mérites de Camus pour obtenir le Nobel, même si un délai de quelques années pour un examen approfondi peut être nécessaire." Juan Ramon Jimenez est consacré.
1957.
Quarante-neuf noms, dont douze nouveaux. Une douzaine de Français sont en lice. Sartre est cité pour la première fois. Mais son Saint Genet, comédien et martyr (1952), "encore frais dans les mémoires", semble "douteux".
Cette fois-ci, l'avis que le comité propose aux académiciens est unanime : Albert Camus. Quelques mois auparavant, le 14 avril, Anders Österling avait écrit une critique élogieuse de L'Exil et le Royaume dans le quotidien Stockholms Tidningen. Mais Malraux, alors ? Dans les avis rédigés par les membres du comité avant qu'ils soumettent leur choix, les deux hommes sont mis en compétition.
Malraux-Camus : le match qui déchire les Nobel. Camus, "en plein développement". "Sa mise en valeur pressante de l'absurdité de l'existence humaine n'est pas le fait d'un négativisme stérile", remarque le comité, toujours attentif à ce que l'esprit du testament d'Alfred Nobel, qui privilégie l'idéal, soit préservé.
Malraux, pour sa part, a publié L'Espoir (1937), "il y a vingt ans", précise le comité. Quant à La Lutte avec l'ange (1943, réédité en 1948 sous le titre Les Noyés de l'Altenburg), l'autre publication digne d'être évaluée pour le Nobel, "elle demeure un fragment d'une oeuvre inachevée". Le comité ne peut donc pas "estimer qu'il y aurait une quelconque injustice, si l'académie donne la priorité au plus jeune Camus, un écrivain actif et encore riche de promesses qui est actuellement au centre de l'attention du monde littéraire, même au-delà des frontières de la France ".
17 octobre 1957, Albert Camus est désigné "pour son importante oeuvre littéraire qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant, les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes". Malraux, lui, n'aura jamais le prix.
(Olivier Truc, Le Monde)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
«MA PATRIE C’EST LA LANGUE FRANCAISE »
Deux choses nous interpellent dans la biographie de Camus : ses parents, son père mort à la guerre de 14 et sa mère dont les biographes dissident qu’elle est d’origine espagnole. Bref il est issu d’un couple mixte et né français en terre algérienne où ses parents ont émigré. Ensuite, sa patrie d’origine. Sa patrie, c’est la langue française. Abdelaziz Kacem dit pratiquement la même chose : « ma mère est arabe, ma nourrice française ». En somme ces deux hommes sont des cosmopolites qui s’ignorent. Tous deux sont de purs produits des hussards de la république. Mais peut être que Camus ne l’ignore pas, il serait intéressant de le relire avec cette en question en tête. Ce qui donne tout leur prix aux grandes oeuvres, c’est que chaque génération en découvre une nouvelle facette.

La vie d'Albert Camus
Un enfant pauvre
1913 : Naissance, le 7 novembre, d'Albert Camus à Mondovi, petit village du Constantinois, près de Bône (Algérie).
1914 : Camus ne connaîtra pas son père, ouvrier caviste : Lucien Camus, mobilisé et blessé à la bataille de la Marne en septembre 1914, meurt à l'hôpital militaire de Saint-Brieuc à l'âge de 28 ans : de son père, il ne connaîtra qu'une photographie, et une anecdote significative : son dégoût devant le spectacle d'une exécution capitale. Albert Camus, élevé par sa mère mais surtout par une grand-mère autoritaire, et par un oncle boucher, lecteur de Gide, « apprend la misère » dans le quartier populaire de Belcourt, à Alger où ils ont émigrés : « La misère m'empêcha de croire que tout est bien sous le soleil et dans l'histoire ; le soleil m'apprit que l'histoire n'est pas tout. » Sa mère, Catherine Sintès, d'origine espagnole, fait des ménages pour nourrir ses deux fils, Lucien et Albert. Camus éprouve pour pour elle une affection sans bornes, mais il n'y aura jamais de véritable communication entre l'enfant et cette mère exténuée par le travail, à demi-sourde et presque analphabète. À sa mère qui parlait peu et difficilement, « qui ne savait même pas lire », le lie « toute sa sensibilité » ; on peut penser qu'une partie de l'œuvre s'est édifiée pour tenter d'équilibrer cette absence et ce silence, ou de leur répondre.

1923/1924 : A l'école communale, au CM2, un instituteur, Louis Germain (Le discours de Suède (1957), lors de la remise du prix Nobel de littérature, sera dédié à l'instituteur grâce à qui il put poursuivre des études.), distingue l'enfant, conscient des facultés intellectuelles de l'enfant, il le fait travailler bénévolement après les heures de classe, et convainc sa famille de présenter le jeune écolier au concours des bourses qui allait lui permettre d'aller au lycée. Reçu, Camus entre au lycée Bugeaud d'Alger en 1924.

Les années de formation
Camus est un adolescent heureux de vivre, sensuel, amoureux de la mer et des paysages algériens. Excellent nageur, c'est pourtant le football qui a sa préférence.
1928 : il entre au Racing Universitaire d'Alger
1929 : Camus lit Gide
1930 : Il passe son baccalauréat. Premières atteintes de la tuberculose, maladie qui lui fait brutalement prendre conscience de l'injustice faite à l'homme ( la mort est le plus grand scandale de la création ) et qui aiguise son appétit de vivre dans le seul monde qui nous soit donné : dès sa première manifestation, la maladie lui apprend qu'il est seul, et mortel.
1931 : A la khâgne ( = Classe préparatoire à l'Ecole normale supérieure) d'Alger, il rencontre le professeur et philosophe Jean Grenier qui a une influence déterminante sur sa formation.
1932 : Premiers essais, premiers écrits publiés dans la revue Sud.
1933 : Étude de philosophie à la faculté d'Alger. Milite contre le fascisme.
1934 : Mariage en juin avec Simone Hié. Ils se sépareront deux ans plus tard. Adhésion au parti communiste.
1936 : Camus ayant achevée sa licence de philosophie, il prépare son diplôme d'études supérieures sur « les rapports du néoplatonisme et de la métaphysique chrétienne ».
1937 : Les premières atteintes d'une tuberculose, qui le contraindra à de fréquents repos en cure, lui ferment l'accès à l'agrégation (il est rejeté deux fois à l'examen médical) et du professorat auquel il se destinait. Il doit rompre avec le parti communiste qui le somme de réviser ses convictions, favorables aux revendications musulmanes.

Journalisme et Résistance
1938/1940 : Camus, qui revendique son statut d'intellectuel, mais qui se veut également en prise directe avec le réel, trouve dans le journalisme un autre mode d'action et d'expression qui lui convient ; Camus fonde, avec Pascal Pia qui en est l'instigateur, le journal Alger républicain qui aussitôt tranche avec le silence complice des autres quotidiens. Camus fait scandale par ses prises de position contre l'oppression coloniale, contre une tutelle qui maintient dans la misère et l'asservissement du peuple musulman, il publie, dans les colonnes d'Alger républicain , puis de Soir républicain, organe du Front populaire, plus de cent articles : politique locale ou nationale, chroniques judiciaires et littéraires, reportages, dont l'important « Misère de la Kabylie ».
1940 : Camus quitte l'Algérie pour la France avec sa seconde femme ; mis à part un long séjour l'année suivante, il n'y reviendra plus que de loin en loin, mais les images lumineuses qu'il garde de sa terre natale continueront de vivre en lui, comme le montre L'Été (1954). Là, il est engagé au journal Paris-Soir en tant que secrétaire qu'il suit Clermont-Ferrand après l'armistice, puis à Lyon.
1941 : Entre dans la Résistance à l'intérieur du réseau Combat où il sera chargé de missions de renseignements. Il sera l'âme de ce journal clandestin dont il assume la direction jusqu'en 1947.
août 1944 : Camus devient le rédacteur en chef du journal Combat. Les articles très remarqués qu'il publie désormais seront rassemblés sous le titre d'Actuelles (1950 et 1953).
1945 : Camus dénonce la paix revenue, la sauvagerie de la justice sommaire d'après-guerre (à l'encontre des ex-collaborateurs) et les massacres de Sétif.
1947 : Il dénonce les massacres de Madagascar : « nous faisons dans ces cas-là ce que nous avons reproché aux Allemands de faire ».
La cessation des activités journalistiques ne marque pas, loin s'en faut, la fin de l'engagement. Camus a toujours fait entendre sa voix et pris position dans l'Histoire, inlassablement lutté pour la justice et la défense de la dignité humaine :
1949 : appel en faveur des communistes grecs condamnés à mort
1952 : démission de l'Unesco, qui admet en son sein l'Espagne franquiste
Mai 1955-février 1956 : Camus écrit dans L'express des chroniques où il traite de la crise algérienne ( ces « papiers » seront réunis plus tard et publiés sous le titre d'Actuelles III ).
1956 : Protestation contre la répression soviétique en Hongrie.
22 janvier : Camus lance un appel pour une trêve civile en Algérie. Appel qui ne rencontre aucun écho. De part et d'autre, les positions se durcissent, les actes de terrorisme se multiplient, le conflit se généralise. Camus invite les intellectuels à protester à l'O.N.U.

Un écrivain humaniste
1936/1939 - Fondateur et directeur de troupe (Camus a fondé le Théâtre du Travail en 1936, afin de mettre les œuvres dramatiques classiques et contemporaines à la portée du public défavorisé, qui deviendra le Théâtre de l'Equipe en 1937), acteur, metteur en scène, adaptateur, Camus est un homme de théâtre au sens plein ; son goût passionné du théâtre, dans ce qu'il a de plus concret, rejoint celui de la fête collective, où l'être peut dépasser sa solitude et forme une des constantes de sa vie et de son œuvre, attestée par ses créations originales, et ses magistrales adaptations, comme Le temps du mépris de Malraux, le Prométhée d'Eschyle, Les bas-fonds de Gorki, Le retour de l'enfant prodigue de Gide, Les frères Karamazov de Dostoïevski, mise en scène en 1938, dans l'adaptation de Copeau, etc. Rédaction collective d'une pièce militante, Révolte dans les Asturies.

Tournées en Algérie.
1937 : L'apprentissage du réel se fait avec difficulté, comme le prouvent ses tout premiers écrits consacrés au « quartier pauvre » – dont certains ont été publiés de manière posthume – mais aussi avec la « joie profonde » d'écrire. Les récits mi-autobiographiques, mi-symboliques de L'Envers et l'Endroit disent qu'« amour de vivre » et « désespoir de vivre » sont inséparables, que tout notre « royaume est de ce monde », affirment la pleine conscience de la solitude de l'homme, le tragique de son face-à-face avec la nature, et la volonté de « tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort ». Camus livre quelques clés essentielles de son univers. L'Envers et l'Endroit est une série d'essais littéraires variés où apparaissent déjà les grands thèmes de sa maturité : la mort, le soleil, la Méditerranée , l'isolement, le destin de l'homme, le rapprochement entre désespoir et bonheur, etc.
Élaboration de son premier roman, La mort heureuse (1936 - 1939), roman resté inédit jusqu'en 1971, qui en revanche, est un échec, ou une erreur ; en dépit de fragments réussis, dont L'Étranger se souviendra, le roman manque de la nécessité interne que connaîtra toute l'œuvre à venir. Son héros, modèle d'égotisme, figure très nietzschéenne, est bien éloigné de toute préoccupation historique.
1939 : Publication des Noces (essai) : Plus lyriques, les essais de Noces orchestrent ces thèmes qu'ils inscrivent avec bonheur dans les paysages méditerranéens ; ils chantent la « gloire d'aimer sans mesure », la contemplation exaltée du monde, la vérité du soleil, de la mer, de la mort. La présence d'une subjectivité vivante, d'un « je » qui décrit ou médite, évite toute abstraction, et ouvre la voie aux personnages-narrateurs des romans, et au « je » des textes philosophiques.
1940 : Travaille aux « trois Absurdes » : L'étranger ( un roman ), Le mythe de Sisyphe ( un essai ) et Caligula ( une pièce de théâtre ). Le « cycle » est achevé le 21 février 1941. Remariage avec Francine Faure qui lui donnera deux enfants, Catherine et Jean.
1942 : Publication de L'étranger ( 15 juin ) et du Mythe de Sisyphe ( 16 octobre ) qui salue la naissance d'un grand écrivain.
1943 : Rencontre avec Sartre. Camus devient lecteur chez Gallimard. Publication clandestine des premières Lettres à un ami allemand. Première version de La Peste.
1944 : Le Malentendu (théâtre)
1945 : Première représentation de Caligula avec Gérard Philipe.
1946 : Voyage aux Etats-Unis
1947 : Publication de La peste ( 10 juin ), roman qui rencontre immédiatement un grand succès auprès du public et qui reçoit le prix des Critiques.
1948 : Première représentation de L'Etat de Siège

Décembre 1949 : première représentation des Justes au théâtre Hébertot.
1950 : Publications de Actuelles I et de Le Minotaure ou la halte d'Oran.
1951 : Publication de L'homme révolté essai qui suscitera de violentes polémiques et entraînera, en 1952, la rupture de Camus avec la gauche communiste, avec Sartre et sa revue, Les temps modernes. Sartre reprochait à Camus son anticommunisme et sa soumission aux valeurs bourgeoises.
1953 : Camus revient au théâtre, passion qui dominera toutes les dernières années de sa vie . Il traduit et adapte Les esprits (comédie de Pierre de Larivey) , La dévotion à la croix (de Pedro Calderon) qu'il présente au festival d'Angers (juin). En octobre, projetant de mettre en scène Les possédés, il travaille à l'adaptation du grand roman de Dostoïevski. Publication de Actuelles II.
1954 : Printemps : publication de L'été (essai).
4,5,6 octobre : court voyage aux Pays-Bas, unique séjour de Camus dans ce pays qui sert de cadre à La chute. Camus demeura deux jours à Amsterdam ; à la Haye , il visita le célèbre musée Mauritshuis, où il admira plus particulièrement les Rembrandt.
Premier novembre : le FLN ( le Front de libération nationale ) algérien passe à l'attaque ( meurtre de civils arabes et français). Début de la guerre d'Algérie qui fut pour Camus « un malheur personnel ».
1955 : Mars : représentation d'Un cas intéressant ( adaptation d'une pièce de Dino Buzzati ) au théâtre La Bruyère.
Avril : premier voyage de Camus en Grèce, lumineux berceau de la civilisation méditerranéenne, terre de « la pensée de midi » (conclusion de L'homme révolté ).
1956 : Mai : publication de La chute : roman insolite qui prend la forme d'un monologue dramatique, est directement inspirée par ce climat d'incompréhension et d'accusation. Mais au-delà de l'ironie et des sarcasmes de Jean-Baptiste Clamence, ce « prophète vide pour temps médiocres », cet « homme de notre temps » au « lyrisme cellulaire », qui exerce les étranges fonctions de « juge-pénitent », et, par l'aveu de sa culpabilité, veut entraîner son interlocuteur muet – ou son lecteur – à sa propre confession, Camus exprime une fois encore sa nostalgie de l'innocence et de la communion entre les êtres, dans un monde où chacun rêve de pouvoir, et où « le dialogue » a été « remplacé par le communiqué ». Cet avocat se dit coupable mais amène aussi les autres à reconnaître qu'ils sont coupables.
22 septembre : première représentation triomphale de Requiem pour une nonne, adaptation de l'œuvre de Faulkner.
1957 : L'exil et le royaume. (nouvelles)
Réflexions sur la peine capitale ( vibrant plaidoyer contre la violence « légale », contre la peine de mort ) en collaboration avec Arthur Koestler.
Représentation du Chevalier d'Olmedo ( adaptation de la pièce de Lope de Vega ) au festival d'Angers ( juin ).

Camus et ses enfants : Catherine et Jean, en juin 1957,
au festival d'Angers pour la représentation du Chevalier d'Olmedo.
10 décembre : Camus obtient le prix Nobel de littérature « pour l'ensemble d'une œuvre qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant, les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes ».

Décembre 1957, Stockholm :
Réception de Camus à la maison des Bonnier (the Bonnier House), « Manilla » , à DjurgÉrden.
De gauche à droite : Michel Gallimard, Mme Jytte Bonnier, Camus, l'éditeur danois Otto Lindhardt.
1958 : Dépression. Parution de Discours de Suède et d'Actuelles III. Achète une maison à Lourmarin dans le Lubéron.
1959 : Représentation des Possédés de Dostoïevsky. Camus entreprend de nombreuses démarches pour donner corps à un vieux rêve : fonder sa propre compagnie théâtrale.
4 janvier 1960 : mort d'Albert Camus dans un accident de voiture près de Sens, au lieu-dit « Le Grand Frossard » en Montereau, dans l'automobile de Michel Gallimard, en pleine gloire, alors qu'il travaillait à un autre roman à caractère autobiographique, le Premier Homme (posthume, 1994)
1962 / 1964 : Carnets (posthume).
1971 : La Mort heureuse (première version de L'étranger ; posthume).

La carrière de Camus est donc celle d'un psychologue et d'un moraliste. Dans son exigence de probité, avec une réserve et une sobriété toutes classiques, il accorde la première place aux idées et refuse de sacrifier à la magie du style. Pourtant ce serait une erreur de méconnaître la variété et l'exacte appropriation de son art d'écrivain. Sans doute a-t-il su nous imposer dans L'étranger et La Peste ce style neutre, impersonnel, tout en notations sèches et monotones, qui est devenu inséparable du climat de l'absurde ; mais on découvre aisément dans son œuvre des résurgences de l'aptitude poétique à traduire les sensations dans leur pleine saveur qui triomphait dans Noces (1938), un des premiers essais où avant l'amère découverte de l'absurde, le jeune Camus célébrait avec fougue ses « noces avec le monde » . Et l'on sera sensible à l'ironie et à l'humour qui jettent çà et là de discrètes lueurs, avant de briller de tout leur éclat dans La Chute (1956), œuvre étrange et séduisante dont la verve et le rythme capricieux font songer à la « satire » du Neveu de Rameau.

dimanche 28 décembre 2008

Auteur The Clash of Civilizations overleden



















De Amerikaanse politicoloog Samuel Huntington, de auteur van het alombekende werk The Clash of Civilizations, is op 24 december op 81-jarige leeftijd overleden in Martha's Vineyard, in Massachusetts, in het noordoosten van de Verenigde Staten. Dat meldt de universiteit van Harvard op haar website.
De voormalige professor aan de prestigieuze universiteit van Harvard stopte pas in 2007 met doceren, na 58 jaar trouwe dienst, aldus de universiteit.

Hij was de auteur, de coauteur of de uitgever van 17 werken en 90 wetenschappelijke artikels over de Amerikaanse politiek, de democratisering, de militaire politiek, de strategie en de ontwikkelingspolitiek.

Samuel Phillips Huntington werd op 18 april 1927 geboren in New York . Op 18-jarige leeftijd behaalde hij zijn diploma aan de universiteit van Yale en op zijn 23ste begon hij les te geven aan Harvard.

De man is in het buitenland vooral bekend om het boek "The Clash of Civilizations", dat in 1996 werd uitgegeven en in 39 talen is vertaald.
(belga/mvdb)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
COSMOPOLIS : DE LA CITE MONDE AU MONDE CITE
Disons d’emblée que DiverCity s’est toujours inscrit en faux par rapport aux thèses de Huntington en plaidant résolument en faveur du "dialogue des civilisations". Gageons que son décès, nous respectons la mémoire de cet intellectuel de haut vol, va donner lieu à toute une série de réactions et d’analyse dont nous rendrons compte à commencer par l’admirable synthèse du grand politologue Daniel Vernet(25 /08 /07) et du philosophe Roger Pol Droit dans Le Monde que vous pouvez découvrir sur le site du Monde ou sur le blog Reflets.
Rendre Huntington responsable des morts Irakiens et de la folie de Bush et de sa clique serait aussi absurde que de rendre Marx responsable de la dictature soviétique, Jésus des croisades, Wagner de la furie nazie ou Freud de la névrose de l’occident.
Selon Huntington analyse D. Vernet« La fin de la guerre froide n'annonce pas une ère radieuse dans laquelle le doux commerce propagerait la démocratie dans le monde, comme le croyait Bill Clinton, conformément à l'espoir des "hamiltoniens" » mais un conflit entre grandes civilisations ». DiverCity serait donc du parti des hamiltoniens et de ce bon Bill Clinton qui fut dans un style inimitable un des plus brillants présidents d’après guerre. Gageons que le nouveau président et son entourage, (les critiques parlent déjà de Clinton III pour le désigner) se montrera plus du parti de Hammilton que de celui de Huntington. Ce sera à l’évidence pour lui un choix difficile mais déterminant.
Assurément l’attentat des Twin Towers a donné, comme il le disait lui-même modestement, « une certaine validité » aux théories de Huntington. Daniel Vernet n’en est pas persuadé. Et si l' « hyperterrorisme, ( François Heisbourg), était tout autre chose comme le pense Johns Hopkins et DiverCity partage cet avis : non pas le choc de plusieurs civilisations, mais "une succession d'actions d'arrière-garde contre la modernité".
« La violence prolifère sur l'inégalité et l'injustice, affirme Daniel Ben Saïd, entre le Nord et le Sud, les riches et les pauvres, les hommes et les femmes. La guerre des ethnies et des religions, le choc des barbaries, sont les substituts d'une lutte des classes qui a été niée ou refoulée. » L’analyse de Daniel Vernet est irréfutable et implacable, n’est déplaise au laudateurs de Huntington qui sont légions.
Reste alors un point tout a fait crucial qui concerne l’islam et nous interpelle violemment.
Vernet : « L'islam serait-il le nouveau défi lancé à la démocratie ? Pour les tenants de la thèse d'un retour du danger totalitaire sous les traits du fondamentalisme islamique, la réponse ne fait pas de doute. On ne les rencontre pas seulement dans l'administration américaine. Des penseurs libéraux sont aussi tentés d'y succomber, de peur de reproduire les erreurs commises par de nombreux intellectuels de l'entre-deux-guerres et de souffrir de la même cécité que face au totalitarisme communiste. »
Affirmer que l’islamisme est sans aucun rapport avec l’islam serait aussi absurde que de dire que Marx est sans rapport avec le communisme soviétique ou Jésus totalement étranger aux croisades et à l’inquisition.
Il est fondamental que demain, les vingt millions de musulmans d’Europe sortent de l’ambiguïté et annoncent clairement la couleur, sont-ils du côté d’un islam tolérant, ouvert et pacifique ou au contraire prennent-ils le parti d’un islamisme qui est à l’islam ce que le national-socialisme était au socialisme ?
Ben Said reproché à Huntington de « peindre un Occident assiégé par des civilisations hostiles, sans tenir compte de la "stupéfiante interdépendance de notre époque",» Il a raison de parler du "Le choc de l'ignorance". En effet diviser en quatre ou cinq civilisations un monde globalisé, de plus en plus métissé et « hybridisé » dont Obama est devenu malgré lui la figure emblématique, c’est raisonner comme Hitler qui rêvait de « ein Volk , ein Reich, ein Führer ». Q’on le veille ou non, le rêve islamiste est « tissé des mêmes songes ».
Roger-Pol Droit pousse le raisonnement plus loin « Alors qu'avant on parlait de "civilité", d'adoucissement des moeurs ou d'urbanité l'époque des Lumières, en forgeant le mot "civilisation", a voulu dire plus : processus en évolution constante, amélioration régulière des conditions de vie, progrès combinant accroissement des connaissances et perfectionnement moral. La civilisation se disait encore au singulier. C'était un idéal universel pour sortir du chaos, lequel se dénommait "barbarie". » C’est cela même qui pousse Elie Barnavi (nous l’avons entendu défendre cette thèse à la maison communale de Schaerbeek) ou Régis Debray (il l’ affirmé à Flagey et dans un pamphlet) à réfuter le dialogue des civilisations puisque, selon eux, il n’existe face à la barbarie qu’une seule civilisation, la nôtre. C’est raisonner comme si la quête de l’occident était celle d’une éthique universelle au service de la démocratie et des droits humains. C’est ce dont Reagan et Bush sont « religieusement » convaincus quand ils lancent leurs croisades contre les états voyous et l’empire du mal. On a pu apprécier les résultats morbides de huit années bushienne. Le "sursaut éthique" pour lequel plaide DiverCity, c’est vraiment autre chose.
M.P. Droit : «Désormais, on parle au pluriel, ce qui change tout. "Les civilisations" - pratiquement synonyme de "cultures" - désignent les façons de vivre et de penser des groupes humains - coutumes, croyances, alimentation, habitat, langue, arts, etc. Ces unités jugées distinctes, égales en dignité comme en complexité, finissent par être perçues comme des sortes d'individus. Un caractère leur est attribué, et même des intentions, et une volonté. Du coup, la question de leurs relations a fini par envahir les imaginations. Pour le pire comme pour le meilleur.
Le pire consiste à se demander, avec une croissante niaiserie, si l'on doit craindre "choc" ou espérer "alliance". (…)José Luis Zapatero, en 2004, après les attentats de Madrid, brandit l'étendard d'une "alliance des civilisations". (…) Ne demeurent alors que des prédictions - "la guerre viendra", "la paix se fera" - qui sont exposées, les unes comme les autres, à devenir des "prophéties autoréalisatrices" : en annonçant la guerre on la provoque, en projetant la paix on la bâtit. » Cette dernière réflexion semble sortie tout droit de « vers la paix éternelle », le plaidoyer sublime de Emmanuel Kant pour une république cosmopolitique d’où Jean Marc Ferry tirera son idéal de démocratie cosmopolitique qui est devenu le nôtre.
Mais il n’y a rien d nouveau sous le soleil, nos mégapoles cosmopolites post modernes (New York, Paris, Marseille, Barcelone mais surtout Marseille et Bruxelles), où se côtoient, s’opposent et dialogues de multiples cultures, ne sont que des clones des cités cosmopolites du passé (Alexandrie, Cordoue, Istanbul, Vienne…) « Que l'on songe, par exemple, à ce que fut Alexandrie durant l'Antiquité. La coexistence et les échanges multiples entre héritiers de Platon, penseurs juifs, premiers chrétiens, parfois brahmanes venus de l'Inde, n'empêchent nullement qu'éclatent, à intervalles réguliers, des échauffourées qui laissent sur le sol quelques centaines de morts. Puis les échanges reprennent, jusqu'aux violences suivantes. Continûment, les grands carrefours d'échanges et de dialogues entre civilisations se sont constitués au sein des luttes. Ainsi l'admirable centre de traductions du sanskrit vers le chinois où s'illustre, au IVe siècle de notre ère, le moine bouddhiste érudit Kumârajîva a-t-il pour
arrière-plan rapts, saccages et violences. Les sept siècles de longue histoire d'Al-Andalûs, où se firent évidemment des rencontres capitales, sont tout sauf un long fleuve tranquille ! Musulmans, juifs, chrétiens y font tour à tour et la philosophie et la guerre. Conflits internes et violences sans nombre accompagnent là aussi l'élaboration des traductions, des commentaires et des traités.
Admettons-le : entre des cultures différentes, lorsqu'elles se rencontrent, surgissent aussi bien de la guerre que du métissage, de l'affrontement que des transferts, des bouffées de violence plutôt que des dialogues. (…)Ce singulier entrelacs de chocs et d'alliances est certes déconcertant. » (R.P. Droit)
C’est exactement cela la complexité, ce concept précieux, ce sésame, cette grille lecture de l’urbanité (E Corijn) que nous a forgé Edgar Morin et qui nous aide à comprendre et à construire ce monde effectivement de plus en plus « complexe » c'est-à-dire généré par de multiples interactions qui sont à l’image même de la vie, autrement dit de la succession ininterrompue de combinaisons génétiques qui participent de l’évolution des vivants. Et si nous savons depuis Valéry que les civilisations sont mortelles c’est d’abord parce que nous avons compris qu’elles obéissent à la logique du vivant.
« Difficile à comprendre, rebelle aux explications toutes faites, qu'elles soient bardées de savoir, d'idéologie ou, cas le plus fâcheux, des deux à la fois. Rêver de guerre pure ou de paix sans nuages est certes plus simple. Plus tentant aussi. Mais c'est exactement le genre de tentations auquel il convient de résister. Du moins si l'on veut s'arrimer à la réalité. »
Le lecteur voudra bien nous pardonner nos longues citations et notre analyse un peu lourde. S’il nous suit depuis quelques mois, il aura compris que notre pensée cosmopolite et notre rêve de démocratie cosmopolitique est un processus mental en devenir. Cosmopolis veut dire la ville comme un cosmos miniaturisé, c'est-à-dire le local à l’image du global. Nous avons l’étrange conviction que l’inverse est en train de se produire, le local urbain, l’urbanité pour parler comme Eric Corrijn est selon nous un train d’envahir le monde et de lui imposer sa structure, ses valeurs, ses règles, sa dynamique. Cosmopolis c’est le monde, le cosmos s’urbanisant sous nos yeux ébahis. Bruxelles en donne un exemple saisissant. Cela se passe sous nos regards mais beaucoup de Bruxellois ferment lâchement les yeux ou préfèrent fixer le rétroviseur.
M.G.

Aznavour reçoit la citoyenneté arménienne

Le chef de l'Etat arménien, Serge Sarkissian, a conféré la citoyenneté arménienne au chanteur français


Charles Aznavour, originaire de ce pays du Caucase.

"Le président Serge Sarkissian a signé un décret accordant la citoyenneté arménienne à l'éminent chanteur et héros du peuple arménien, Charles Aznavour", a annoncé la présidence arménienne dans un communiqué.
Agé de 84 ans, le chanteur a entretenu toute sa vie des liens étroits avec la terre de ses ancêtres.
Né à Paris de parents arméniens, il avait fondé en 1988 le comité "Aznavour pour l'Arménie" pour collecter des fonds après le tremblement de terre qui a dévasté le nord du pays et coûté la vie à environ 25.000 personnes.
Aznavourian, de son vrai nom, s'était rendu sur place et avait écrit le texte de la chanson humanitaire "Pour toi Arménie". Elle a été enregistrée début 1989 avec 90 artistes et s'est vendue à plus d'un million d'exemplaires.
Par la suite, Charles Aznavour a été nommé ambassadeur permanent en Arménie par l'Unesco.
Pour ses 80 ans, Aznavour avait été nommé en 2004 "héros national" de l'Arménie par le président Robert Kotcharian. En 2001, une place d'Erevan avait été baptisée à son nom, avec une statue à son effigie.
(le soir)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Il n'y a pas plus français qu'Aznavour qui servit la langue de Voltaire aussi bien que Brassens ou François Villin.
Pourquoi ce déni de "francitude"?
Parce que le grand Charles est riche de deux cultures, que son identité cosmopolite est plurielle, que son je est un "double je" parce que c'est ça aussi la diaspora et nous devons le respecter.
Vive le chanteur français d'Arménie.

200 staatspapier nog steeds in ijskoude garage

Elsene - Zo'n 200 mensen zonder papieren bezetten nog altijd een parkeergarage op de campus van de VUB. Toch vroeg de universiteit al een week geleden om de parking te verlaten. Ondertussen is het bar koud geworden. Maar de mensen zonder papieren weigeren weg te gaan.

De rector van de VUB vroeg de mensen zonder papieren ten laatste op 19 december te vertrekken. Maar de bezetters houden het been stijf.

"Wij kunnen nergens naartoe, daarom blijven we hier vechten voor onze rechten. Wij willen papieren om te kunnen werken en te kunnen leven," zegt Abdessamad, een van de actievoerders.

Nochtans stelde de VUB nog een alternatief voor. Een woning rechttegenover de campus die eigendom is van de universiteit zelf. "Maar dat is een klein huisje. Daar kunnen maar 20 of 25 mensen in. Wij zijn hier met 180 tot 200."

Dus blijven de mensen zonder papieren in de garage. Maar ondertussen is het daar bar koud. "Iedereen wordt ziek," zegt Abdessamad. "Maar beter een garage dan niks. Er zijn gelukkig een paar gaskachels om ons te verwarmen."

De universiteit zoekt dringend naar een oplossing. Hoelang de mensen zonder papieren nog in de garage mogen blijven, is onduidelijk.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
HOMMAGE A UN GRAND REFUGIE POLITIQUE QUI FUT AUTREFOIS UN SANS PAPIER
Que veulent ces gens qui affrontent le froid et la maladie dans les garages à claire voie de l’ULB ?
Rien…enfin tout, c’est-à-dire le droit de rester en Belgique et d’y travailler, la faveur d’être régularisés. Ils empêchent 200 personnes ou plus de parquer leur tas de ferraille en journée à l’ULB. La belle affaire, pas de quoi affoler un recteur et son CA. Pour le reste on nous explique que pour des raisons démographiques, l’Europe doit accueillir des immigrants. Si les deux cents étaient des informaticiens indiens ils seraient reçus les bras ouverts. On nous dit blanc d’un côté, noir de l’autre.
Hier j’ai assisté aux funérailles d’un ami tchèque venu ici à l’âge de 20 ans, fuyant en 68, la répression soviétique du printemps de Prague auquel il avait participé avec enthousiasme et engagement. Très secret, il ne m’avait jamais confié l’histoire de son exil de Tchécoslovaquie. Inconsciemment, je l’ai toujours assimilé au héros du somptueux texte de Milan Kundera, « l’insupportable légèreté de l’être » dont on tira une version cinématographique très émouvante.
Il aimait enseigner mais voyant son avenir bouché par des collègues ayant accumulé une plus grande ancienneté que la sienne, il opta pour son hobby de l’époque, l’informatique naissante pestant contre un système scolaire absurde qui selon lui, et on ne saurait lui donner tort, reproduit les contradictions et les dysfonctionnements de l’administration soviétique dont il avait subi la pesanteur.
Il était le prototype des cosmopolites que j’admire tant. Sans l’annexion hitlérienne et l’invasion soviétique, la Tchécoslovaquie aujourd’hui démembrée serait demeurée une démocratie européenne à même titre que l’Autriche. Comme la Belgique elle était composée de deux communautés et comme elle, fit partie à un moment de sons histoire, du grand empire des Habsbourgs. Disons donc que avec sa charmante pointe d’accent slave il était plus européen que belge, plus citoyen du monde que de Bohème. Hier sa veuve nous expliqua à quelles circonstances dramatiques il avait du faire face pour arriver jusqu’à Bruxelles et toutes les arcanes administratives qu’il avait dû affronter. C’est cela les réfugiés politiques : des gens d’élite et de caractère qui ne peuvent supporter le joug des dictatures et sont prêts à tout pour rejoindre des terres d’asile et de liberté comme la Belgique pour lui donner, une vie durant le meilleur d’eux-mêmes, modestement, discrètement.
On aimerait que le recteur de l’université la plus libertaire de Belgique donne de la voix et proteste de toute son autorité morale contre le sort qui est fait à ces pauvres gens.
En attendant qu’une solution soit trouvée, empiffrons nous de foie gras, d’huîtres et de dinde.
Bon réveillon à tous !
MG

samedi 27 décembre 2008

Steun op Facebook voor man die dief aan schandpaal bond

De tatoeëerder die op 20 november zelf een dief vastketende aan een paal in het centrum van Charleroi krijgt de steun van een groep mensen op Facebook. Meer dan 9.000 mensen zijn lid van de groep. De beheerder vraagt dat de man niet zou worden vervolgd. De tatoeëerder riskeert drie jaar cel. (belga/gb)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
On peut comprendre la colère de la victime sans approuver ses méthodes qui nous ramènent au moyen âge. Apparemment le bon peuple est d’accord avec ce type d’agissement mais condamne les versets vengeurs du Coran.
Dépasserons-nous jamais « œil pour œil, dent pour dent »
Voulons-nous vraiment retomber dans la barbarie ? A lire le courrier des lecteurs de la DH ou du Laatste Nieuws, la réponse n’est pas très rassurante.
Jésus face aux religieux vengeurs qui voulaient lapider la femme adultère. « Et que celui qui est sans faute jette la première pierre. En effet c’est la première pierre qu’il faut arrêter si on ne veut pas du lynchage de l’agresseur comme souvent dans les westerns.
MG

ET VOICI CE QUE LES LECTEURS DU HLN EN PENSENT ;
Hij heeft dat goed gedaan, moeten we meer doen,de dieven aan een paal voor schut zetten.Ze zullen het in ieder geval niet snel meer doen.

Dit is democratie!! Van bescherming van identiteit van gansters kan GEEN SPRAKE zijn. Misschien zouden criminelen meerdere keren nadenken vooraleer een misdrijf te plegen, als men weet kans te lopen hun eer te worden ontnomen, en effectief te worden gestraft.

Dieven en vandalen aan de schandpaal! Als gerecht en politie de bandieten met rust laten (we moeten tolerant zijn) is dit de beste oplossing!

Eén ding is zeker: die dief zal zijn lesje geleerd hebben!! Er is maar één manier waarmee ze de criminaliteit kunnen doen dalen en dat is keihard optreden. Het pamperbeleid van de linksen is de oorzaak van de stijgende criminaliteit

Het word tijd dat grote en kleine criminelen voldoende worden afgeschrikt. Het huidige systeem van bestraffing is een lachertje. 7 jaar effectief brommen voor moord en helemaal niets voor winkeldiefstal en het afrossen van bvb een buschauffeur. Verdraagzaamheid heeft zijn limiet heren politiekers!!!

Het is niet logisch dat het slachtoffer van een inbraak gestraft wordt. Zo erg is het nu ook niet, een uurtje aan een paal hangen. Hij heeft blijkbaar geen verwondingen toegebracht. De wet zit op misdaad gebied fout en onlogisch in elkaar. Moordenaars van Kitty die door blunders vrijkomen, en die man zou in de cel belanden. Het is dan gedaan met zijn zaak ook. Iemand daar al eens aan gedacht?

Ik geef die man groot gelijk ze moesten hem een ereteken geven . Onze politici doen gewoon niks om de burger te beschermen de criminelen hebben gewoon vrij spel.
,
Hij had groot gelijk. . . De groep op Faceboek heet: "Pour soutenir Olivier, le tatoueur qui a ligoté un voleur à Charleroi"

Dit is echt weer de wereld op zijn kop, het krapuul terug op straat en de gedupeerde wordt zwaar gestraft, en niemand die begrijpt dat veel mensen zich tot extremistische partijen keren bij zoveel waanzin.

Enkele schandpalen bijzetten zou ik zo zeggen want dat is nu eens goed gedaan zie !

Wij wonen in een omgekeerde wereld :o( In ons land worden de slachtoffers aan de schandpaal gezet. De daders krijgen totale bescherming. De media speelt daar zeker een grote rol in.

vendredi 26 décembre 2008

L'éthique assassinée

Les "problèmes éthiques" ont largement été absents du débat politique. En revanche, l'éthique a été bien malmenée au jour le jour. L'année 2008, en Belgique particulièrement, fut-elle éthique ? Non, si l'on considère la quasi-absence sur le terrain politico-médiatique de problématiques éthiques qui avaient occupé le débat au début des années 2000. Il fut bien question de la volonté déterminée de certains d'élargir le champ de la "loi euthanasie", mais le contexte gouvernemental n'y était cette fois pas favorable. Il y eut aussi, ces dernières semaines, l'émotion créée par le comportement de jeunes parents qui avaient vendu leur bébé à un couple hollandais, via Internet. Mais s'il est apparu à cette occasion une sérieuse lacune dans l'arsenal pénal de notre pays, qui ne punit pas directement ce type de crime, personne n'a vraiment pensé à légiférer sur le sujet. Ce sujet, et d'autres, reviendront sans doute dans le futur, une fois BHV et BNP réglés.
Profitons donc de cette circonstance pour évoquer plus fondamentalement l'éthique dans les comportements, et plus particulièrement dans ceux de ces pouvoirs (politique, judiciaire, financier, médiatique...) dont on attend qu'ils fassent œuvre de référence pour les citoyens. En d'autres mots, parlons de l'éthique telle qu'elle se conçoit et se pratique concrètement plutôt qu'en tant qu'absolu philosophique. Et pour ne pas se perdre dans des cas théoriques, prenons quelques exemples.
Celui des sans-papier d'abord. On pouvait raisonnablement espérer que le sort d'un grand nombre d'entre eux, présents sur notre sol depuis plusieurs années, allait enfin trouver une issue favorable, sans pour autant amener à nos frontières tous ceux qui, dans le monde, cherchent un refuge ou plus vitalement un endroit pour survivre. Pendant leurs longues négociations pour former un gouvernement, les partis de la coalition avaient en effet trouvé un compromis permettant de prendre en compte des données objectives pour régulariser une partie de ces sans-papier. On s'en était réjoui, trouvant du réconfort dans l'idée que des responsables de sensibilité politique différente puissent se retrouver sur quelques points essentiels.
Las, il a fallu, et il faut toujours déchanter. Le gouvernement s'est - à l'époque - mis en place mais son accord sur la question n'a pas été concrétisé. Certains pourraient n'y voir qu'un problème politique : on est pourtant en plein dans l'éthique. Ou plutôt dans l'absence totale d'éthique, l'Autorité publique démontrant semaine après semaine qu'elle-même ne tient délibérément pas ses engagements. Quel exemple pour des citoyens censés respecter la loi, ou des consommateurs appelés à honorer leurs dettes.
En fait, dans ce dossier, les uns et les autres ont parfois ajouté l'ignoble à l'inefficace. Non seulement, les différents partis ont été incapables de mettre en œuvre ce sur quoi ils s'étaient mis d'accord mais, en plus, ils ont utilisé cette situation pour multiplier les gesticulations à l'égard de leur électorat respectif. Les uns pour faire assaut de fermeté, les autres pour se laisser aller à des attitudes démagogiques. Les "politiques" ne sont pas seuls en cause : il s'est même trouvé certains "associatifs" irresponsables (parmi une majorité d'autres, catastrophés par cette dérive) pour inciter des malheureux à grimper sur des grues afin d'attirer l'attention des médias et spéculer ainsi sur un traitement plus favorable que celui auxquels sont soumis les anonymes.
Une autre faillite de l'éthique s'est prolongée tout au long d'une année "riche" en procès à grand spectacle, que ce soit à Charleville-Mézierre, à Liège, ou plus récemment à Nivelles. Dans le premier, avocats et télévision se contentaient encore de refaire l'audience en fin de journée, sur des plateaux dûment montés à l'extérieur, face au Palais de justice. Idem en fin de semaine dans la touffeur des plateaux dominicaux.
Depuis, les choses ont encore progressé puisque, ces dernières semaines, les deux principales chaînes télévisées belges ont innové en... menant le procès d'assises avant même qu'il ne s'ouvre. Le téléspectateur appâté à grands coups d'auto-promotions plus racoleuses les unes que les autres, ont ainsi pu visionner d'un côté les photos officielles de la reconstitution judiciaire du meurtre de cinq enfants tandis que, de l'autre côté, ils prenaient entièrement connaissance en avant-première du journal intime de l'accusée de ce quintuple meurtre.
Qui est le principal coupable de cet assassinat de l'éthique ? Les avocats qui se sont outrageusement prêtés au jeu ? Les médias qui en ont fait un argument de concurrence ? Ou les téléspectateurs qui n'ont pas changé de chaîne ? Soyons de bon compte : chacun y a pris sa part.
(Jean-Paul Duchateau, La Libre Belgique 2008)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ON EST TOUS RESPONSABLE
Mais pas forcément coupables. Deux choses semblent largement contribuer à cette dégradation éthique : d’abord les politiciens qui ne voient plus au-delà d’une législature ensuite les PDG des gros consortiums qui sont jugés par l’actionnariat uniquement sur les profit à court terme. Autrement dit, après moi les mouches et vivent les parachutes dorés !

Met God in café Archiduc

Bianca Debaets, Herwig Teugels e.a. getuigen van een ruimdenkende en levende kerk in Brussel. Bianca Debaets en Herwig Teugels zijn leden van de parochiegemeenschap De Goede Bijstand.

Naar schatting 7 procent van de Belgen woont nog wekelijks een mis bij, tegenover 11 procent In 1998. Dat blijkt uit een studie van het Centrum voor Politicologie van de KU Leuven. In Brussel is de ontkerkelijking het verste gevorderd, maar opmerkelijk: de gelovige auteurs van deze bijdrage beschouwen dat niet als een probleem.

Het is bon ton om te beweren dat de katholieke gemeenschap op sterven na dood is en de kerken leegstromen. Maar dit lijkt ons wat kort door de bocht. Het klopt dat de katholieke kerk wellicht niet aan haar hoogdagen toe is. Zeker als je ervan uitgaat dat het criterium om het succes van de kerk te meten het aantal wekelijkse kerkgangers is. Overvolle kerken zijn niet meer de norm, zo lijkt het toch. Maar hoeft dat wel? Is de kerk niet veel meer gedwongen zichzelf in vraag te stellen en zichzelf opnieuw uit te vinden in maatschappelijk woeligere tijden? En is het vuur van een kleine parochiegemeenschap waarin mensen heel bewust voor het geloof kiezen, en niet - in tegenstelling tot enkele decennia geleden - omdat het zo sociologisch hoort, niet veel krachtiger?

Tal van parochies, gemeenschappen en bewegingen denken na over hun zendingsopdracht en identiteit in de stad en nemen verschillende concrete initiatieven. Maar blijft het niet te beperkt tot de eigen parochie, de eigen achterban? Is de kerk niet te bescheiden? Moeten parochies en gelovigen niet met veel meer fierheid uitdragen waarvoor ze staan? Vreemd toch dat vele andersgelovigen - denken we maar aan de joodse gemeenschap in Antwerpen, aan moslims en anderen - zo vasthouden aan hun religieuze symbolen en eigenheid. Moeten ook wij niet krachtiger getuigen van ons christen-zijn en een authentiek en profetisch leven leiden, willen we anderen warm maken voor de boodschap van ons geloof?

De sociale betrokkenheid van een aantal Brusselse parochies is immers bijzonder groot. Het is de diaconie in praktijk. Het aantal concrete projecten, vaak op touw gezet door de parochiepriester, een religieus en vele bezielde vrijwilligers, is nauwelijks bij te houden. De Goede Bijstand in Brussel is zo'n voorbeeld. Gedreven in woord en daad. In deze kerk moet je wél nog regelmatig zoeken naar een vrije stoel. De gelovigen komen van ver buiten de Brusselse stadsgrenzen voor een (wekelijks) moment van herbronning, omdat ze hier meer aansluiting vinden dan in hun eigen parochie.

Wat precies de aantrekking is van de Goede Bijstand, is moeilijk te vatten. Het heeft zeker iets te maken met het appel dat van de vieringen uitgaat, met de religieuze artistieke taal en de symboliek - ook puttend uit een eeuwenoude traditie - of met de geborgenheid en gemeenschapsvorming. Trendy Vlamingen vieren er samen met vluchtelingen. Senioren omhelzen het jonge homokoppel. De pastor wordt elke week door een vrouwelijke voorganger bijgestaan. Men draagt zorg voor elkaar, binnen en buiten de kerkmuren. Ook in de vele projecten die de parochie mee ontwikkelde: de opvang van slachtoffers van mensenhandel, de begeleiding van jongeren aan de rand, de ondersteuning van en de zorg voor zorgbehoevende senioren en personen met een handicap, het geven van opleidings- en tewerkstellingskansen aan nieuwkomers en vluchtelingen, het aanreiken van vakantiemogelijkheden voor verschillende doelgroepen, onderwijs aan de kansarmsten die ondanks de minimumnormen niet in andere scholen ingeschreven worden, enzovoort.

Door al deze initiatieven onmiddellijk open te stellen voor een divers doelpubliek met een omkadering die pluralistisch wordt ingevuld, is het signaal duidelijk: de kerkgemeenschap ligt misschien wel aan de oorsprong, maar nodigt eenieder uit mee te doen. Een kerk zijn in de stad vraagt een uitgesproken engagement, niet alleen sociaal-maatschappelijk maar ook spiritueel. Warme parochies, die per definitie gemeenschapsvormend zijn, vinden hun thuisbasis binnen, maar ook vooral buiten de kerkmuren. De spirituele zoektocht van velen, als tegenbeweging tegen het fel doorgedreven consumentisme, de ik-samenleving en het stressvolle bestaan van wie een gezin en carrière in goede banen probeert te leiden, kent een niet te stuiten opmars. Oosterse levenswijzen en new age spelen hier gretig op in. Ligt ook hier geen kans voor de kerk om opnieuw aansluiting te zoeken met wie hongert naar zingeving, stilte en onthaasting of naar een verankerde spiritualiteit?

We delen de bekommernis van kardinaal Danneels met betrekking tot het dalende aantal priesterroepingen. Laat ons echter niet vergeten dat heel wat mensen misschien geen priesterroeping hebben, maar wel een missie en een engagement die teruggaan op het evangelie. Welke plaats zullen deze mannen en vrouwen binnen de kerk krijgen? Zal er ruimte zijn voor vernieuwing en experiment? Gelovig zijn en met beide voeten in het Brusselse, grootstedelijke leven staan is geen contradictie. Nog al te vaak worden katholieken afgeschilderd als wereldvreemde kwezels. Wie jaarlijks naar een ashram gaat in India is cool, wie zich graag in een kerk of klooster terugtrekt voor gebed en bezinning is out. De realiteit is echter veel complexer. Wij, en vele andere katholieken die we kennen, zijn mensen van vlees en bloed die graag op tijd en stond een frisse pint drinken in de Archiduc of de Walvis, die regelmatig in de KVS te vinden zijn, die liefhebben en lijden, lachen en huilen. Mensen die leven.

Er is de laatste maanden nogal wat inkt gevloeid over de herbestemming van zogenaamde leegstaande parochiekerken. Zoals Hans Geybels terecht schreef (DM 15/5), moet dit worden genuanceerd. Er staan immers nog helemaal geen kerken leeg. Maar we kunnen natuurlijk niet ontkennen dat de herbestemming van het kerkelijke patrimonium op korte termijn een topic zal zijn. Denken we maar aan kloosters en abdijen, waaruit de bewoners verhuizen. Aan deze gebouwen een bestemming geven die niets met spiritualiteit of zingeving te maken heeft, is afbreuk doen aan hun historisch-religieuze context en de rol die ze als stilteplek vervullen. Er zijn meerdere pistes mogelijk. Brussel telt vele christenen uit andere landen die op zoek zijn naar een plek voor gebed en samenkomst. Zo vond de Poolse katholieke gemeenschap en de Syrisch-orthodoxe kerk al onderdak in een katholieke kerk. Een voorbeeld dat navolging verdient. Kunnen kerkgelieerde gebouwen niet opengesteld worden, zodat moslims, boeddhisten of vrijzinnigen er kunnen samenkomen en vieren?

Van de Brusselse bevolking is 40 procent van buitenlandse origine. Elke gemeenschap heeft haar eigen levensvisie, haar eigen religie. Willen we de samenleving tussen deze groepen verder vreedzaam laten verlopen, dan zal de interreligieuze dialoog alleen maar aan belang winnen. Toenadering tot de andere zonder je eigen identiteit te verloochenen en een eerlijke dialoog, dat zijn de sleutels tot respectvol samenleven. Dat samenleven is soms heel concreet. Denken we maar aan de vele (religieus) gemengde huwelijken. Daarom durven we ook hardop te dromen van een interreligieuze gebeds- en ontmoetingsplaats.

In kerken en kloosters wereldwijd zoeken mensen, ook niet-gelovigen, rust en bezinning. Berlijn heeft dat begrepen en heeft midden in de stad, in de Brandenburgertoren, een niet-confessionele Stille Raum gecreëerd. Een idee voor Brussel? Net zoals het onaanvaardbaar was dat Brussel tot voor kort geen museum voor hedendaagse kunst had (nu WIELS), is het ook opmerkelijk dat de hoofdstad van Europa geen centrum voor religieuze kunst heeft. Het contrast met andere Europese hoofdsteden is groot. Zou een kerk of klooster hiervoor geen ideale plek zijn? Hoe kan de kerk aanwezig zijn in de stad, hoe is ze aanwezig in de multiculturele werkelijkheid en hoe kan ze de dialoog aangaan met de moderniteit? Vragen die zich de komende jaren steeds scherper zullen stellen. Vragen waarop geëngageerde leken graag mee proberen te antwoorden. Met een open en toekomstgerichte blik, zonder de verdiensten van het verleden overboord te gooien.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Cela bouge dans les petites paroisses réfractaires à l’autorité cléricale et dans les asbl de terrain. Nous retiendrons de cet article décapant le souhait émis par les auteurs de créer un espace interreligieux commun. Nous avions, au cours d’une interview de Reflets disponible sur ce site interrogé Gottfried Danneels sur ce sujet en lui suggérant de réserver à cet usage la belle église Sainte Marie de Schaerbeek Saint Josse, restaurée à grands frais par le contribuable et qui est pratiquement désaffectée par le culte. Le cardinal se montra évasif et donna l’impression de vouloir passer à la question suivante dans laquelle il précisa que si juifs et chrétiens sont frère, en revanche à ses yeux chrétiens et musulmans sont cousins !