vendredi 30 mai 2008

Antwerpen vindt geen allochtone politieagenten

De Antwerpse politie slaagt er niet in om meer diversiteit in het korps te krijgen. Ondanks een grootschalige campagne van 600.000 euro, gericht op meer kleur in het korps, werd slechts één allochtoon aangenomen. Komende week herhaalt de politie de campagne in een nieuwe poging om meer allochtonen aan te werven.

Vorig jaar besloot de Antwerpse politie dat ze zestig extra medewerkers in dienst wilde nemen. De bedoeling was om dertig agenten en dertig inspecteurs aan te werven boven op de reguliere instroom vanuit de politiescholen. De extra aanwerving werd aangegrepen om de ondervertegenwoordiging van allochtonen en vrouwen in het korps te verhelpen.

Bijna een jaar later zijn er vijfenveertig nieuwe medewerkers aangenomen, van wie zeventien vrouwen en slechts één allochtoon. "Het blijkt moeilijk om allochtonen aan te werven, omdat het idee nog steeds leeft dat een job in openbare dienst iets is voor een blanke Belg", zegt commissaris François Vermeulen in een gesprek met De Morgen. "Aan het Antwerpse korps kleeft nog altijd het vooroordeel dat het allemaal racisten zijn die voor het Vlaams Belang stemmen." Wie bij de politie gaat werken, wordt door Marokkaanse jongeren vaak als een verrader beschouwd.

De opkomst bij de sollicitatierondes was nochtans veelbelovend. "Zo'n 20 procent van de kandidaten die reageerden op de campagne was van allochtone afkomst. Toch is slechts één allochtoon uiteindelijk aangeworven", aldus Vermeulen.

Belangrijkste struikelblok is nog steeds de taal, geeft collega Hamza Arras, inspecteur bij de dienst diversiteit van de Antwerpse politie, toe. "Dat is zeer jammer, omdat sommige kandidaten wel over de juiste mentaliteit en kwaliteiten beschikten. Maar het kan ook niet de bedoeling zijn dat we de criteria aanpassen aan het niveau van de kandidaten."

jeudi 29 mai 2008

Remise sur le Coran pour les policiers d'Amsterdam


Les policiers d'Amsterdam se voient rembourser la moitié du prix d'achat s'ils achètent la nouvelle traduction du Coran réalisée par l'écrivain originaire d'Iran, Kader Abdolah. Les connaissances des fonctionnaires sur l'Islam sont insuffisantes, rapporte l'hebdomadaire politique Elsevier. "La traduction du Coran de Kader Abdolah ne doit évidemment pas, comme le demande le PVV [parti populiste de droite], être interdite. ? Il faut féliciter Abdolah parce qu'il a tenté de traduire le Coran dans un néerlandais accessible afin de pouvoir toucher un large public. Pour Abdolah, Mahomet n'est pas un être avide de pouvoir aveuglé par le délire religieux mais un homme bon qui apprend beaucoup au contact d'autres cultures. ? Dommage que l'écrivain soit lui-même athée et ne soit par conséquent pas pris très au sérieux par les musulmans. ? La police d'Amsterdam,elle, prend Abdolah très au sérieux. Trop au sérieux. ? Les fonctionnaires de la capitale bénéficient d'une remise importante s'ils achètent la nouvelle traduction. Une mesure qui va totalement à l'encontre de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. La police a-t-elle déjà subventionné l'étude de la bible ? Dans les années à venir, il reviendra aux politiques de trouver le meilleur compromis entre le multiculturalisme déplacé du gouvernement et l'intolérance du PVV dans le rapport difficile que le pays entretient avec l'Islam."
Elsevier

Quel effet ça fait d’être un problème ?


Ce livre fera date. On s’avance ? Un peu mais qu’importe. La Condition noire (435 pages, 21,50 euros, Calmann-Lévy) fera date car il est le premier à proposer une synthèse si vaste, si fine, si détaillée et si complète de la “question noire” en France métropolitaine. Il sera débattu et gageons qu’après quelques controverses, les guillemets disparaîtront d’eux-mêmes autour de l’expression “question noire”. Pap Ndiaye, son auteur, est un Français né à Pithiviers d’une mère née à Pithiviers, élevé à Bourg-la-Reine et qui n’a connu le Sénégal de son père qu’à 20 ans, comme sa soeur la romancière Marie Ndiaye qui lui a donné une belle préface en forme de nouvelle. Pur produit de l’école républicaine, de l’école communale et à l’Ecole normale supérieure, Ndiaye est un jeune historien, maître de conférences à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales),
(...)Son projet s’ancre sur un postulat en forme de paradoxe : en France, les Noirs sont visibles individuellement, mais invisibles collectivement. On ne les voit pas comme groupe social et le monde universitaire lui-même ne s’est pas avisé qu’ils pouvaient constituer un objet de recherche quand ils l’étaient de longue date outre-Atlantique et outre-Manche. Le fait est que dans nos librairies, on trouve bien davantage de livres sur les Noirs américains que sur les Noirs français. Dans son étude, l’auteur fait évidemment litière des prétendues singularités biologiques des Noirs, d’une culture fondée sur la conception romantique d’un peuple noir, du choix même de la notion de “peuple” qu’il conteste tout en rejetant également celle de “communauté” qui suppose des liens culturels identitaires forts entre les membres du groupe concerné. C’est pourquoi il parle de “minorité”,
qui évacue la question des liens identitaires pour ne se concentrer que sur une expérience sociale partagée.
(la suite sur le blog: la république des livres de pierre Assouline)

Zinneke Parade 2008: Overspoeld door Zinnekes


Zinneke Parade
© Saskia Vanderstichele
Brussel-Stad - Tientallen Zinnodes en 2.500 deelnemers uit alle hoeken van het Brussels Gewest palmen op 31 mei het stadscentrum in om te paraderen en feest te vieren. Het hele jaar door zijn ze op een creatieve manier bezig geweest rond het thema water.
Body drums

De parade vertrekt onder de stralende zon van deze mooie zondagnamiddag. Hamid Boulouhia loopt voorop en geeft directies. Hij wordt gevolgd door drie blonde mannen die op een bepaald moment hun stoere kleren aantrekken en het publiek trakteren op een capoeiravoorstelling. Achter hen lopen tientallen body baxters gevolgd door de fanfare Marolles Brass Brol. Een reuzegrote zilveren koningin sluit de stoet.

Menselijk avontuur
Dat deze bodypercussionisten niet op kunnen tegen het gewoel van het Irisfeest is enigszins verontrustend, want tijdens de Zinneke Parade zullen ze op moeten boksen tegen tientallen andere Zinnodes. Boulouhia maakt zich geen zorgen: “De Parade is erg belangrijk want dan kunnen we eindelijk tonen waar we al die maanden voor gerepeteerd hebben. Het is natuurlijk ook feest, maar de weg die we samen afgelegd hebben om tot dat resultaat te komen, is minstens even belangrijk. De meeste deelnemers zijn amateurs die we samenbrengen rond een discipline, bij ons is dat body drum. We hebben verschillende choreografieën ingestudeerd die we nu voor het eerst voor een publiek opvoeren. Het is een groot avontuur dat de mensen de mogelijkheid biedt elkaar tegen te komen en samen te werken rond een bepaald thema en artistieke disciplines te ontdekken. Voor sommigen is het ook een kans om eens uit de dagdagelijkse sleur te raken. Bovendien is het multicultureel en doen er verschillende generaties mee. We hebben kinderen, jongeren, volwassenen, blanken en gekleurden... Samen hebben we een lange weg afgelegd om te bouwen aan iets nieuws, we hebben samen geleerd en daar draait het toch om?”

“De parade is een menselijk avontuur,” voegt Helena Rajabaly toe. “Ik kom uit Frankrijk en heb via de repetities heel wat mensen leren kennen, in de Marollen en in Etterbeek via de vereniging waarmee we samenwerken. Ik ben nu vijf jaar in Brussel en voel me hier op en top thuis. De Zinneke Parade is het ultieme bewijs dat Brussel nieuwkomers zeer gemakkelijk accepteert.”
:: Zinneke Parade 2008
wanneer: zaterdag 31 mei 2008 - 15.00 > 18.00 uur
parcours: Grote Markt > Beurs > Oude Graanmarkt > Sint-Goriksplein in Brussel
info: 02-214.20.07, info@zinneke.org
inkom: gratis

mercredi 28 mai 2008

Relschoppers Anderlecht blijven ongemoeid


Identificatie
Zowel minister Dewael als minister van Justitie Jo Vandeurzen (CD&V) dringt aan op een efficiënte vervolging van de relschoppers van Anderlecht. In de praktijk blijkt dat niet zo gemakkelijk. "We moeten van elk individu apart te weten komen wat hij of zij precies gedaan heeft", stelt Jean-Marc Meilleur van het Brussels parket. "Tot zolang die identificatie bezig is, wordt geen onderzoeksrechter aangeduid en worden geen gerechtelijke dossiers geopend tegen de relschoppers."

Blog
Dat kan lang duren, klinkt het bij de politiezone Brussel-Zuid. Het parket heeft intussen wel al een onderzoek geopend naar de verantwoordelijke voor de blog die opriep tot de rellen. Bijkomende moeilijkheid hier is dat die blog op een Franse website stond.

Sms en internet
Intussen is de kalmte nog niet teruggekeerd in Brussel. Maandagavond waren er nog kleine relletjes in Laken en de jongeren worden nog steeds per sms en via internet verder opgehitst tot rellen, aldus Het Laatste Nieuws. In sms'jes worden Brusselse allochtone meisjes gewaarschuwd voor "het geweld van de skinheads". Wie aan de basis ligt van de sms-campagne, is onduidelijk. De hooligans ontkennen verantwoordelijk te zijn. (belga/tdb)
(De Morgen)

Du logement sorti du Marais


Bruxelles. Grâce au partenariat public-privé, la revitalisation du quartier est en marche.
Les revenus moyens sont choyés.

Du logement moyen de qualité érigé par la SDRB en partenariat avec l’immobilière privée Burco ramène 250 nouveaux habitants dans le quartier du Marais, face au parking de l’Inno.
Depuis l'incendie de l'Inno en 1967, le terrain ceinturé par les rues du Damier, du Canon et aux Choux était laissé à l'état de chancre. Seule affectation connue ces trente dernières années : le parking sauvage. Une triste réalité à ranger au rayon des mauvais souvenirs urbanistiques.
Depuis février, des familles ont pris possession des 108 appartements érigés sur les lieux par la Société de développement de la Région bruxelloise (SDRB), en partenariat avec l'immobilière privée Burco. Il n'a fallu que trois jours pour que les logements de la résidence « Le Marais » trouvent acquéreurs. Pas étonnant quand on sait que les appartements sont vendus à moins de 1.000 euros le m2 (les prix fluctuent de 1.500 à 2.500 euros sur le marché strictement privé).
La mission de la SDRB consiste en effet à favoriser l'accès à la propriété des ménages à revenus moyens, qui doivent satisfaire à une série de critères : ne pas posséder d'autre bien, disposer de revenus plafonnés, s'engager à occuper le bien pendant dix ans au moins… Nombreux sont les Bruxellois qui répondent à ces critères et, malgré le quasi-doublement des subsides en quatre ans (de 7 millions d'euros en 2004 à 13 millions en 2008), la SDRB est victime de son succès.
« Nous comptons 8.000 candidats acquéreurs en attente, se désole son président Luc Willame, alors que nous produisons 400 logements par an ». Ceci explique la ruée sur la résidence « Le Marais », qui a attiré principalement des jeunes, avec une proportion égale de francophones et de néerlandophones.
(Le Soir)

mardi 27 mai 2008

Anderlecht vreest nieuwe rellen


Veel materiële schade in de Wayezstraat in Anderlecht
©
Overleg om nieuwe rellen te vermijden
Anderlecht - De burgemeesters en de lokale politie van de zone Brussel-Zuid vragen de medewerking van andere Brusselse politiezones om nieuwe rellen te voorkomen. De politie vreest dat het deze week tot nieuwe uitbarstingen van geweld kan komen.
Vrijdagavond pakte de politie bij rellen tussen voetbalhooligans en allochtone jongeren in Anderlecht zo'n tweehonderd mensen op.
De politie van de zone Zuid heeft aanwijzigingen dat er woensdag- of vrijdagavond nieuwe confrontaties kunnen plaatsvinden tussen voetbalhooligans en allochtone jongeren. De politie heeft die informatie via internet en sms-verkeer.
De politiezone Zuid vraagt ook steun van de andere politiezones. "We vragen de medewerking van andere zones om te zien of er jongeren uit hun zone bij de rellen aanwezig waren," zegt woordvoerster Fanny Wellens. "Ze kunnen dan eventueel de ouders van de jongeren in kwestie contacteren en de jongeren zelf aansporen niet naar Anderlecht af te zakken."
(Brussel deze week)

Une mini-Zinneke place Fernand Coq


Animation. Quand Bruxelles rime avec multiculturelle

Un festival de couleurs s’est emparé des rues d’Ixelles pour une Zinneke à petite échelle une semaine avant la grande parade dans le centre-ville. © Olivier Papegnies.
Surprise à la place Fernand Coq, à Ixelles, qui a assisté samedi à une explosion de couleurs. Flash-back : une grosse centaine de danseurs, musiciens et comédiens s'apprêtent à défiler sous les yeux ravis des passants. Eh oui, dans une semaine, la Zinneke Parade arpentera le centre de la capitale. Une répétition générale s'imposait !
Un géant noir, rigide et terrifiant, ouvre la parade. Il s'agit d'Asphaltor, la personnification de l'urbanisme. Mais son règne est vite remis en question par l'arrivée de Super Désasphaltico, cet ancien catcheur qui, selon la tradition mexicaine, s'est mis au service de la communauté et se bat pour une ville plus verte. Grâce à sa victoire, une métamorphose s'opère dans le défilé pour le plus grand bonheur des spectateurs. Les capes de plastique noir se retournent et font place aux couleurs et à la vie. Le spectacle peut commencer.
(Le Soir)

«Entre les murs» : l’éclat de l’école


Le président du jury du Festival de Cannes, l’Américain Sean Penn, voulait surprendre. En décernant la palme d’or à Entre les murs de Laurent Cantet, il y a réussi, bien au-delà du monde du cinéma. En pleine crise de l’école, ce film sur une classe d’un collège classé Education prioritaire évoque la difficulté mais aussi tout l’intérêt d’enseigner à des jeunes issus de «la diversité». Cette distinction devrait toucher un monde enseignant démoralisé. Mais on peut prévoir à la sortie du film, en octobre, de beaux débats entre les partisans d’une pédagogie très à l’écoute - comme dans le film - et les tenants d’un enseignement traditionnel.

«Lien social». Le ministre de l’Education Xavier Darcos a salué hier ce film qui est un «hommage» aux enseignants exerçant dans des conditions souvent difficiles. Ironie du calendrier, il recevait les syndicats sur le projet de loi, extrêmement contesté, instaurant un service minimum dans le primaire (lire page 13). La veille à Cannes, il avait encore répété que «les défilés ne changeraient rien», allusion à la journée de mobilisation de samedi. «L’école de la République est une école qui a des difficultés» , a-t-il souligné, qu’on ne pourra résoudre «simplement en créant des emplois nouveaux».
Le ministre était venu à Cannes décerner le prix de l’Education nationale 2008 à Tulpan du Kazakh Sergey Dvortsevoy. Très loin des problèmes scolaires et du niveau de français des élèves du collège parisien Françoise-Dolto, le film raconte le retour dans la steppe d’Asa, un jeune marin qui veut devenir berger et revenir à la vie nomade. Mais Tulpan qu’il veut épouser le rejette parce qu’il a les oreilles décollées.
«Cette palme d’or est une excellente chose, expliquait hier le pédagogue Philippe Meirieu à Libération, car elle replace l’éducation au cœur des enjeux de société, montre la réalité du terrain scolaire et permet de sortir des traditionnels débats idéologiques.» Le chercheur estime aussi que cela pourrait influer sur la façon de voir les enseignants, «en montrant que dans ce métier, il y a aussi une manière de militer pour le lien social». Ce discours ne devrait guère faire plaisir aux tenants d’une transmission stricte des savoirs à l’école, que l’enseignant d’Entre les murs risque d’irriter.
«Art». Les principaux syndicats sont eux restés discrets, occupés à des négociations tous azimuts. Les principales fédérations, dont la FSU, l’Unsa-Education, le Sgen-CFDT, la Ferc-CGT, ainsi que les lycéens de l’UNL doivent se réunir aujourd’hui pour décider des suites de la mobilisation contre les suppressions de postes et la réforme des programmes du primaire.
«On a maintenant envie de voir le film, explique Gilles Moindrot, secrétaire général du Snuipp, majoritaire dans le primaire, on a besoin de regards croisés sur l’éducation, l’art peut apporter quelque chose à l’évolution de l’école.» En attendant la sortie de Entre les murs , il n’exclut pas un nouvel appel à la grève, à un jour de manifestation ou d’autres initiatives, pour forcer le ministre «à un vrai dialogue».
(Libération)

vendredi 23 mai 2008

Abou Jahjah, een gemiste kans voor Vlaanderen


Yusuf El Mansouri e.a. voorspellen meer conflicten met allochtonen

Yusuf El Mansouri is laatstejaarsstudent rechten aan de UGent. Mehmet Fati is laatstejaarsstudent sociologie aan de KU Leuven. Sofyan Ramdani is laatstejaarsstudent politieke wetenschappen aan de VUB.

Als (opgeleide) allochtonen van de tweede generatie zijn we overtuigd dat het proces van Abou Jahjah op 26 mei lang niet meer alleen gaat over de relletjes van 2002. Met dit proces begint een nieuw hoofdstuk van de emancipatie van allochtonen en zal er ons inziens een historische keuze gemaakt worden inzake het allochtonenvraagstuk.

Met het aankaarten van etnisch-culturele onderdrukking, discriminatie en structurele uitsluiting werd destijds een kernachtige kritiek geformuleerd op de Vlaamse samenleving en haar instellingen. De integratie van nieuwkomers in België is mislukt en het huidig minderhedenbeleid zal daar weinig aan veranderen. Integendeel, de uitsluiting en de discriminatie worden met het huidig beleid in canonieke kruiken gegoten. De bevolkingsvooruitzichten (2007-2060) van het Federaal Planbureau bevestigen de toename in het procentueel bevolkingsaandeel van allochtonen. In Antwerpen en Mechelen duurt het niet lang meer eer 50 procent van de achttienjarigen allochtoon is. De tewerkstelling van allochtonen is, ondanks de wonderberichten over Limburg en Mechelen, nog steeds een zorgenkind.

In de beleidsbrief Werk 2006 van Vlaams minister Vandenbroucke lezen we dat '(...) de positie van de allochtonen op de Vlaamse arbeidsmarkt erg precair blijft. Zo gaapt er nog steeds een enorm grote kloof van 26,4 procent tussen de werkzaamheidsgraad van de Belgen en de personen met een niet-EU-nationaliteit. In geen enkele andere EU-lidstaat ligt de arbeidsdeelname van personen met een niet-EU-nationaliteit zo laag als in Vlaanderen (...)'. In deze cijfers werden genaturaliseerde Belgen niet opgenomen, zodat de werkelijkheid nog dramatischer is. Het Steunpunt Gelijkekansenbeleid, gefinancierd door de Vlaamse Gemeenschap, beschrijft de onderwijssituatie als volgt: '(...) Van de Turkse en Noord-Afrikaanse jongens verlaat 46 procent of bijna de helft ongekwalificeerd het secundair onderwijs (...) Een autochtone jongen heeft in ons hoger onderwijs een slaagkans van ongeveer 47 procent. Een jongen van Turkse of Noord-Afrikaanse origine ziet zijn slaagkansen dalen naar ongeveer 26 procent (...)' Je hoeft geen socioloog te zijn om de maatschappelijke vooruitzichten van deze bevolkingsgroep te voorspellen.

Middenklasse

In absolute cijfers is er, zowel qua tewerkstelling als qua onderwijs, vooruitgang. Heel traag ontstaat er een allochtone middenklasse. Vanuit een relatief standpunt bekeken is de situatie erger dan ooit. Om het met de beeldtaal van minister Vandenbroucke te zeggen: voor elke allochtoon die een sprong hoger maakt op de sociale ladder zijn er zovele anderen die vastgeketend worden aan de onderste sport.

De groep onderaan de ladder groeit vele malen sterker aan dan die van allochtonen op hogere sporten. Sommige politici, waaronder enkele allochtonen, zetten op schaamteloze wijze een eenzijdig beeld van de werkelijkheid neer. Door alleen te spreken van de groei hogerop de ladder verdwijnt de tikkende tijdbom uit beeld.

Meer dan dertig jaar werd met geduld gesleuteld aan maatschappelijke structuren om de integratie te bevorderen. Vandaag voltrekt zich ten aanzien van deze groep een regressie die integratie herleidt tot een assimilatieverhaal. Het onderwijsbeleid is een deficitdenken. De allochtoon kampt met een gebrek aan Nederlandse taalvaardigheid, een gebrekkige leerattitude, ouders die halsstarrig Arabisch, Berbers of Turks blijven praten en te weinig betrokken zijn. Identiteit, taal en cultuur van allochtonen worden op geen enkele manier gevaloriseerd.

Met betrekking tot het onderwijs was het de AEL die pleitte voor een nieuwe pedagogie om slaagkansen te verbeteren. Inzake tewerkstelling was het eveneens de AEL die quota's en streefcijfers politiek agendeerde. Om de participatie van allochtonen te bevorderen, vocht de AEL voor kennis van de Islamitische cultuur. De idee van interculturaliteit werd opgepikt door de VlaamsProgressieven en vormt nu een speerpunt van minister Anciaux' interculturaliseringsbeleid.
(uit de Morgen)

jeudi 22 mai 2008

Moskeeën hebben te weinig plaats in België


BRUSSEL - Verschillende moskeeën in België hebben te weinig plaats om alle gelovigen te ontvangen voor het vrijdaggebed. Vooral in de grote steden is er plaatstekort.
Dat zegt Farid El Machaoud, woordvoerder van de Belgische moslimliga. 'De moslimbevolking blijft groeien en steeds meer jongeren gaan naar de moskee', zegt El Machaoud. 'Het plaatsgebrek laat zich vooral voelen in Hasselt, Antwerpen, Gent, Brussel, Luik, Charleroi en Doornik.'

Ook de populariteit van de imams speelt een rol. 'Sommigen onder hen trekken grote menigten aan met hun preken', stelt El Machaoud. 'Daardoor kunnen sommige moskeeën de toeloop niet aan, terwijl anderen leeg staan.'

België telt momenteel 300 moskeeën, die weliswaar niet allemaal erkend zijn. In Brussel en Vlaanderen zijn er respectievelijk vijf en zes erkend, tegenover 43 in Wallonië. De erkende moskeeën krijgen sinds kort een subsidie van de overheid. ( uit de Standaard)

mercredi 21 mai 2008

Ikea wil meer personeel op fiets en openbaar vervoer


Verschillende personeelsleden kregen een fiets ter beschikking aan het metrostation
©
De Zweedse meubelgigant Ikea wil meer werknemers op de fiets en op het openbaar vervoer. Aan het woord: Roel Michiels, de zaakvoerder van Ikea Anderlecht. - di 20-05-2008
Anderlecht - De Zweedse meubelgigant Ikea wil meer werknemers op de fiets en op het openbaar vervoer. In de vestiging van Anderlecht loopt nu een pilootproject waarbij een aantal personeelsleden met de metro en de fiets naar het werk komen. Het mobiliteitsproject is een samenwerking tussen Ikea, de MIVB en Pro Velo.
Aan het metrostation Coovi staan fietsen in een beveiligde fietsenstalling. Daar kunnen werknemers van Ikea een fiets nemen om naar het werk te rijden.
Ikea werkt al langer rond mobiliteit. Bij de opening van Ikea kreeg elke werknemer een fiets. En wie daarmee naar het werk komt, krijgt een vergoeding van 0,15 euro per kilometer. Woon-werkverkeer met het openbaar vervoer wordt volledig terugbetaald.

Ongeveer 48 procent van de werknemers van Ikea Anderlecht woont in Brussel. 53 procent van het personeel gebruikt de metro (Brussel deze week)

samedi 17 mai 2008

Un nouveau décret inscriptions pour introduire plus de mixité soxiale dans les écoles


Les parents ne devront plus faire la file comme en novembre 2007. R. Milutin- Le Soir

Le gouvernement de la Communauté française s'est mis d'accord vendredi sur une note d'orientation visant à adapter le décret inscription dans les écoles secondaires.
L'objectif du gouvernement de la communauté est d'aboutir à un système d'inscription phasé, tenant compte des enjeux pédagogiques, réalisé dans la transparence et visant à assurer la mixité sociale. La possibilité pour les parents de choisir l'école pour inscrire leurs enfants sera maintenue. La logique du "premier arrivé premier servi" est, on l'a déjà dit abandonnée.
Il traduit une volonté d'introduire progressivement une plus grande mixité sociale dans les écoles en garantissant la possibilité à tous les élèves d'accéder aux meilleurs établissements secondaires, quelle que soit leur origine socio-économique. Le nouveau texte sera d'ailleurs baptisé « décret mixité » ou quelque chose d'approchant.
Les écoles devront réserver un pourcentage des places disponibles à des enfants domiciliés dans la commune – c'est un embryon de carte scolaire – et un autre pourcentage (25 %) à des enfants issus d'écoles primaires moins favorisées, dont la liste sera établie par le gouvernement sur base de leur indice socio-économique.
Les inscriptions elles-mêmes se dérouleront en trois temps : une première phase (1er au 15 novembre) réservée aux élèves prioritaires, par exemple parce que leurs frères et sœurs sont déjà scolarisés dans l'établissement ; une seconde phase (15 au 30 novembre) ouverte à tous ; une troisième (jusqu'au 15 décembre), enfin, consacrée au tri et au classement des éventuelles demandes excédentaires en fonction des critères précités. Le tout dans la plus grande transparence, et sans que l'ordre d'arrivée des demandes ou les résultats scolaires antérieurs de l'enfant puissent être pris en compte.
(Le Soir, extraits)

Deux réactions de lecteurs à méditer

Ah ! bon !
QUAND toutes ces "élites" vont-elles se consacrer AU CONTENU qui est (ou qui devrait) être enseigné aux enfants ??L'école cela concerne en PRIORITE les ENFANTS non ?
Hétérogénéité
L'hétérogénéité constatée au niveau des élèves est un fait et il faut que l'enseignement permette à chacun d'exploiter au mieux ses possibilités. L'hétérogénéité des établissements au niveau de leurs exigences est inadmissible. Enseignant dans le supérieur, je constate que les étudiants issus des filières "général" ou "technique de transition" (en principe les plus favorables pour préparer au supérieur) de certains établissements sont nettement moins performants que les étudiants sortant d'études professionnelles dans d'autres écoles. Ces différences sont observées sur de nombreux cas et sur plusieurs années. De l'aveu de certains enseignants, on donne des diplômes pour raison sociale, pour permettre de s'inscrire au chômage.
la page d'accueil. Plus d'infos : www.copiepresse.be

vendredi 16 mai 2008

Edward Saïd, le spectateur exilé


AFP
Edward Saïd lors d'une conférence à l'université américaine du Caire, le 17 mars 2003.

Edward Saïd a été l'un des intellectuels les plus connus et les plus influents du monde. Auteur d'une vingtaine de livres, il semblait mener plusieurs vies à la fois. Critique littéraire à ses débuts, il devait sa notoriété à des travaux sur les identités culturelles et la rencontre des cultures, les nationalismes et les impérialismes. Il était aussi l'une des voix les plus écoutées en faveur de la cause palestinienne, mais veillait à ce que sa défense se fasse "en prenant pleinement en compte le peuple juif et ses souffrances, des persécutions au génocide".
Saïd est né en 1935 à Jérusalem ; il a grandi au Caire, où il a étudié dans un collège britannique. Parti aux Etats-Unis à l'âge de 16 ans, il est passé ensuite par les universités d'élite de Princeton et Harvard, avant d'enseigner, à partir de 1963, à Columbia (New York), où il est resté jusqu'à la fin de sa vie. Au cours de ses premières années là-bas, il semble se fondre dans le moule américain ; c'est la guerre israélo-arabe de 1967 qui se charge de lui rappeler son appartenance originelle et le pousse à chercher un équilibre entre les deux versants de son être, moyen-oriental et occidental.
Jusqu'à sa mort, en 2003, il reste toujours aussi actif, voire encore plus qu'avant. En collaboration avec Daniel Barenboim, il crée l'orchestre israélo-arabe, Le Diwan occidental-oriental ; il continue d'écrire, sur l'humanisme, la musique, le style tardif des artistes.
Réflexions sur l'exil est le dernier recueil d'essais publié par Saïd lui-même (l'original date de 2000) et c'est, avec L'Orientalisme et A contre-voie, l'un des sommets de son oeuvre. Il y réunit une cinquantaine d'essais, rédigés entre 1967 et 1999.
"RETOUR IMPOSSIBLE"
Très tôt dans la vie, Saïd s'aperçoit qu'il est affublé d'une "identité des plus incertaines : un Palestinien scolarisé en Egypte, avec un prénom anglais, un passeport américain". C'est ce qui fait sans doute qu'à la fin de ses études supérieures il n'éprouve aucune tentation de rentrer "chez lui" (cela n'existe pas) et comprend vite "qu'un retour ou un rapatriement intégral est impossible".
Il apprend donc à articuler les deux parties fort dissemblables de son être et finit par se reconnaître dans la figure de l'intellectuel en diaspora, habitant une ville cosmopolite comme New York ; il n'ignore évidemment pas qu'en cela il suit l'exemple de nombreux intellectuels et artistes juifs.
Il découvre en plus que cette expérience, loin d'être exceptionnelle, incarne l'un des traits caractéristiques du monde moderne : l'accélération des contacts entre cultures, le caractère changeant de celles-ci, la pluralité intérieure de chaque identité. L'"orientalisme" est une construction artificielle, mais il en va de même de l'"occidentalisme" répandu chez les ennemis de l'Occident. C'est bien pourquoi Saïd est un adversaire résolu de la thèse du "choc des civilisations".
LE MONDE DES LIVRES (extraits)

Wat kan Vlaanderen doen om zijn imago te verbeteren?

Het imago van Vlaanderen krijgt opnieuw een flinke deuk door een aantal artikels in The New York Times en The Herald Tribune. Dat de waarnemers van de Raad van Europa oordelen dat de niet-benoeming van de drie Franstalige burgemeesters in de Rand onaanvaardbaar is, doet het imago van Vlaanderen in Europa ook al geen goed.
(uit de Standaard)

jeudi 15 mai 2008

Bert Anciaux reikt de hand aan de franstaligen

Ik reik de hand aan die Franstaligen die echt geven om solidariteit en culturele identiteit en diversiteit.

Dan kan ook de splitsing van B.H.V in plats van een overroepen cactus een mooi samenwerkingsmodel worden.

We willen een Vlaanderen dat werkt met zijn buren. Een divers en interculturele Vlaamse gemeenschap.

Een gesloten Vlaanderen is gedoemdte verschrompelen. Daar hebben we nooit voor gevochten
Bert Anciaux in de Morgen van 14 mai 2008


La vraie question n’est pas : comment vivre dans, avec ou contre la ville

Mais bien : comment faire vivre la ville pour y vivre mieux.

Raoul Vaneigen

Moet er nog Zaza zijn?

Brussel-Stad


De Brusselse regering wil van de Europese wijk opnieuw een gemengde, multifunctionele buurt maken. De Europese wijk lijkt nu nog op een onpersoonlijke kantoorbuurt, maar daar wil het Brussels Gewest verandering in brengen door meer plaats te maken voor huisvesting en handelszaken. Daarom komt er een internationale ontwerpwedstrijd om de buurt rond de Wetstraat verder te ontwikkelen.
(Brussel deze week)

mardi 13 mai 2008

SAINTE MARIE CENTRE INTERRELIGIEUX ?


Vous cherchez à acquérir un bien original à Bruxelles ? La chapelle saint Julienne de Saint-Josse est faite pour vous. On aura tout vu, désormais même les églises sont mises en vente. Il est vrai que contrairement aux mosquées qui sont plus pleines que pleines, nos vieilles église plus vides que vides nous coûtent une fortune en réparations diverses et entretien.
Plusieurs d’entre elles sont menacées de démolition. Jos Vandenbreeden, grand défenseur du patrimoine, suggère de leur offrir une deuxième vie en les transformant soit en mosquées, soit en autre chose. L’échevin des cultes d’Anvers dont le budget doit supporter l’entretien de 8O églises est du même avis. A Gand, une chapelle ancienne a été convertie en boutique de lingerie pour dames. Monsieur l’évêque a peu apprécié.
En revanche à Maastricht, une belle église néo gothique a été transformée en librairie, la plus belle d’Europe selon le Guardian et c’est vrai qu’elle ne manque pas d’allure.
A Bruxelles, une autre église Saint- Julien a été transformée en Académie de la voix, une vraie chapelle musicale et il se dit que l’église du Gesu au Botanique sera très bientôt inaugurée dans sa nouvelle affectation de séminaire des affaires.
Alors, tant qu’à faire, qu’attends-on pour transformer toutes ces merveilles en péril en mosquées et de convertir la belle église Sainte Marie en centre interreligieux. N’est est-elle pas édifiée comme la lointaine Sainte Sophie de Constantinople en style néo byzantin et située désormais au cœur de la petite Anatolie, au cœur du quartier turc de Bruxelles ?
Reflet a posé la question au cardinal Danneels qui n’était pas chaud chaud mais à ajouté qu’il y réfléchirait. Il est évident que de faire de ce lieu où la main de l’homme ne met que rarement le pied un centre interreligieux avec conférences sur les trois religions et concerts interculturels serait de nature à renforcer la dynamique interculturelle qui timidement se met en marche dans ce quartier mixte aux confins de Saint-Josse et de Schaerbeek, de l’islam et de la chrétienté ?

'Waarom stellen we sommige kerken niet ter beschikking van de moslims?'
De stad Antwerpen telt een tachtigtal kerken, en dat zijn er volgens schepen van Erediensten Philip Heylen (CD&V) te veel. Hij broedt op een ambitieus beleidsplan om een deel van de amper gebruikte kerken af te breken of ze een nieuwe bestemming te geven. 'Waarom zouden we ontwijde kerken van Antwerpen niet ter beschikking stellen van de islam?'
Antwerpen heeft te veel kerken. We moeten keuzes durven maken en kerken durven sluiten.'
Heylen wil omzichtig snoeien in het Antwerpse kerklandschap, in nauw overleg met de parochies en de kerkbesturen. "In Gent is een oude kapel omgetoverd tot lingeriewinkel. Dat kon het bisdom maar matig appreciëren, het heeft nog liever dat kerken afgebroken worden dan dat ze een nieuwe bestemming krijgen die totaal haaks staat op de kerkfunctie. We moeten ook niet nodeloos provoceren."

Een religieuze herbestemming voor de kerken is een eerste denkpiste. Veel Antwerpse moskeeën huizen nu in achterkamertjes of garages, de moslimgemeenschap snakt naar ruimte. "Waarom kunnen we ontwijde kerken, ontdaan van alle christelijke symbolen, niet ter beschikking stellen van de islam?", vraagt Heylen zich af.

Een totaal andere functie aan de kerken geven is een andere optie. Maar de mogelijkheden zijn beperkt. "Boekhandel Selexyz in een voormalige kerk in Maastricht (door The Guardian bestempeld als mooiste boekhandel van Europa, JV) is natuurlijk het typevoorbeeld. Indrukwekkend. In Antwerpen mogen we ook trots zijn op ons muziekcentrum Amuz in een oude augustijnenkerk. Maar dat is een peperduur project, zo kun je er geen tien op poten zetten.")

Turken voelen zich beledigd door beeld in kerk van Dendermonde
De Turkse krant Yeniçag publiceerde een groot artikel over het beeld met als kop 'Stop dit varkensachtige gedrag'.
Een beeld in de Onze-Lieve-Vrouwe-Kerk van Dendermonde Dendermonde waarop drie engelen te zien zijn die een man met een oosters hoofddeksel vertrappelen, heeft in Turkije voor ophef gezorgd. De krant Yeniçag denkt in hem de profeet Mohammed te herkennen.

Piet Buyse, Dendermonds burgemeester, benadrukt dat de vertrappelde man een ongelovige moet voorstellen. 'Het beeld uit de zeventiende eeuw duidt op de strijd tegen de ongelovigen. Het heeft niets te maken met het beledigen van de islam.'

Onder de kop 'Stop dit varkensachtige gedrag' publiceerde de Turkse krant Yeniçag gisteren een groot artikel over het marmeren beeld dat de preekstoel in de Onze-Lieve-Vrouwekerk in Dendermonde draagt. Het beeld stamt uit de zeventiende eeuw en toont drie engelen die een man met een oosters hoofddeksel vertrappelen. De man houdt een boek in zijn handen.
Volgens de krant Yeniçag gaat het om de profeet Mohammed die de Koran vasthoudt. Het beeld zou de overheersing van het christendom op de islam moeten voorstellen. De Turken voelen zich zwaar beledigd door de beeltenis. Na de cartoonrellen in Denemarken en de Fitna-film van de Nederlandse politicus Geert Wilders is dit de zoveelste keer dat de profeet Mohammed door het slijk wordt gehaald, vinden de journalisten van Yeniçag.

De Turkse journalisten die de afbeelding en het artikel op de site van Yeniçag plaatsten, haalden hun inspiratie overigens bij The Brussels Journal, dat de hetze veroorzaakte door een artikel over het beeld op zijn site te plaatsen.

Volgens burgemeester Piet Buyse van Dendermonde is het niet de eerste keer dat het beeld voor ophef zorgt. De afbeelding circuleert al langer op verschillende sites waarop zogenaamde beledigingen van de profeet Mohammed worden opgesomd. "Het is allemaal zeer zwaar overdreven", reageert Buyse. "Het gaat hier om een beeld uit de zeventiende eeuw. De boodschap is dat het ongeloof wordt vertrappeld. De engelen dragen het geloof uitgebeeld door de preekstoel met daarop een open boek en vernietigen het ongeloof gesymboliseerd door een man met dicht boek."
Le prophète écrasé sous les pieds des anges
La presse turque s’indigne : le prophète est foulé au pied par une paire d’anges à Dendermonde. Nouvelle affaire des caricatures de Mohammed ou intox ?
Pas du tout, la caricature a trois cent ans et es taillée dans du vieux chêne contemporain de siège de Vienne par les musulmans de la Grande Porte qui a frappé les esprits des contemporains. .

Slachtoffer Songul Koç: "Ik gun Van Themsche het beste"


De Turkse Songul Koç, die twee jaar geleden door Hans Van Themsche werd neergeschoten op een bankje in Antwerpen, is opvallend mild voor de jongeman. "Ik gun Van Themsche het beste. Ik hoop dat hij weer gelukkig wordt", zegt ze in een interview met Het Laatste Nieuws.

"Ik mag het bloedbad dan al hebben overleefd, ik besef hoe langer hoe meer dat Hans Van Themsche alles van mij heeft afgepakt, zelfs mijn toekomst en mijn dromen", zegt Songul, die nooit eerder een interview gaf. "Maar ik gun Van Themsche het beste", verbaast ze. "Van mij mag hij opnieuw gelukkig worden. Dat meen ik." (belga/jv)

lundi 12 mai 2008

Geert Wilders envisage une fusion avec la Flandre


Pays-Bas

Le fondateur du "Parti pour la liberté" a jugé que les troubles politiques en Belgique "constituent la preuve que ce pays ferait mieux de s'arrêter d'exister".
Le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende devrait prendre le pouls auprès de son homologue belge Yves Leterme au sujet de l'opportunité d'une fusion entre les Pays-Bas et la Flandre, a affirmé lundi le député nationaliste néerlandais Geert Wilders dans les colonnes du quotidien "De Telegraaf".
Geert Wilders souhaite que les flamands et les néerlandais s'expriment au sujet de cette option par référendum. En novembre dernier, un sondage auprès de ses électeurs avait démontré qu'une majorité d'entre eux étaient favorables à une fusion entre la Flandre et les Pays-Bas. D'après Geert Wilders, la nouvelle union serait bonne pour l'économie des Pays-Bas.
Le fondateur du "Parti pour la liberté", qu'il a créé en 2006 à la suite de son départ du parti libéral, a jugé que les troubles politiques en Belgique "constituent la preuve que ce pays ferait mieux de s'arrêter d'exister". Celui qui s'est distingué par ses prises de position contre l'Islam, a par ailleurs précisé qu'il n'avait pas de contact avec le Vlaams Belang.

Geert Wilders wil fusie met Vlaanderen


De optie van een fusie tussen Nederland en Vlaanderen moet overwogen worden. Dat zegt de Nederlandse PVV-leider Geert Wilders vandaag in een interview met De Telegraaf. Wilders zegt dat de Vlamingen en de Walen elkaar zat zijn. Een fusie zou bovendien economisch goed zijn

L'humour, un langage universel.


Eran Kolirin promène une fanfare égyptienne dans un village perdu en Israël. Magique.

Un jour, il n’y a pas si longtemps, une petite fanfare de la police égyptienne vint en Israël. Elle était venue pour jouer lors de la cérémonie d’inauguration d’un centre culturel arabe. Seulement à cause de la bureaucratie, d’un manque de chance ou de tout autre concours de circonstance, personne ne vint les accueillir à l’aéroport.
Menée à la baguette (de chef d'orchestre) par le lieutenant-colonel Tawfiq Zacharya, la petite troupe est désemparée Il faudra donc prendre le bus. Sauf que nos musiciens se trompent d'arrêt, ou plutôt de ville. Débarqués en rase campagne, ils ne trouvent, en effet, pas le centre culturel arabe qu'ils étaient censés inaugurer. Que faire, dès lors que les budgets de la police égyptienne sont limités et qu'aucun bus n'est prévu avant le lendemain ? Il va falloir pactiser avec l'"ennemi" et se faire aider par la population israélienne...

Tolérance est le maître mot du premier long métrage d'Eran Kolirin, Coup de coeur de la section Un Certain Regard du dernier Festival de Cannes. Le propos est, en effet, d'une grande générosité. En confrontant Egyptiens et Israéliens, "La visite de la fanfare" nous montre à quel point, si l'on parvient à passer au-delà des préjugés et de la situation politique, les différences ne sont pas si grandes. Le simple fait de se côtoyer, l'espace de quelques heures, de partager expériences et sensations, va, en effet, rapprocher des êtres rongés par une méfiance mutuelle.

D'ailleurs, si l'indépendante Dina vient si facilement en aide à cette fanfare échouée et ne reste pas insensible au charme fier du lieutenant-colonel Zacharya, c'est qu'il lui rappelle peut-être Omar Sharif. Dina se souvient, en effet, d'un temps pas si lointain où les grands films égyptiens faisaient un tabac à la télévision israélienne...

Le cinéma et l'art en général transcendent évidemment les différences. A l'image de la musique, autre langage universel, qui sert ici de métaphore, en même temps qu'elle donne au film son ambiance nostalgique, à travers de vieilles chansons égyptiennes et de la bande originale d'Habib Shadah.

Soutenu par un magnifique casting arabe et israélien (à commencer par Sasson Gabai et la magnifique Ronit Elkabetz, déjà vue dans "Mon trésor"), "La visite de la fanfare" est un bel exemple du renouveau du jeune cinéma israélien. Lequel, contrairement à celui de ses aînés, Amos Gitai en tête, se montre sans doute moins engagé politiquement, mais plus humain, utilisant le conte ou la fable pour faire passer son message de tolérance. A la manière d'un Eran Riklis ("La fiancée syrienne"), dont le joli "Lemon Tree" sortira en salles le 21 mai prochain.
(Extraits de la Libre Belgique)

VLAANDEREN NAAR NEDERLAND?

Uit een vorig jaar gehouden opiniepeiling bleek dat ruim 60 procent van de Nederlanders een samenvoeging van Vlaanderen en Nederland wel ziet zitten. In Vlaanderen lopen peilingen over de steun voor een scheiding van Wallonië sterk uiteen. Volgens de ene peiling is de helft van de Vlamingen voor, volgens de andere slechts een op de acht.
(UIT DE TELEGRAAF)

Parcours d’artistes dans la capitale de l’interculturel


Succès de foule au parvis de Saint-Gilles pour l’ouverture en plein soleil du 11ème parcours d’artistes. Les terrasses de l’emblématique brasserie de Union et du tout nouveau superbe bistrot de la Maison du peuple sont envahies par la foule bigarrée saint -gilloise, échantillon de toutes les cultures et de toutes les ethnies : on n’imagine rien de plus interculturel à Bruxelles.


Si le public est venu en force en revanche la qualité artistique n’est pas toujours au rendez-vous mais c’est un plaisir de découvrir des lieux insolites, anciens ateliers transformés en loft exquis avec terrasses innombrables encombrées de plantes et de fleurs à la méditerranéenne ; et ce caberdouche sensationnel, les Deux Paons aménagé dans une ancienne boutique sise rue d’Albanie dans une bâtisse cossue due au crayon de l’architecte schaerbeekois Art nouveau Frans Hemelsoet, un lieu à découvrir.

Il nous faudra revenir sur ces lieux après ce premier nocturne sympathique mais un peu décevant.



La 11e édition du "Parcours d'artistes" saint-gillois démarre ce week end. L'artiste Maja Polackova raconte le pourquoi de sa participation à l'événement.

Le marché bat son plein sur le Parvis de Saint-Gilles. Les étals colorés, les cris des marchands, les cabas, le tout battu d'un vent fougueux. "J'habite Saint-Gilles depuis 25 ans, pour rien au monde je ne quitterais cette commune", lâche Maja Polackova, comme en légende à ce spectacle. Dès aujourd'hui, et pendant les trois week-ends qui jalonneront "Parcours d'artistes", l'artiste d'origine slovaque exposera ses oeuvres au n°31 du Parvis de Saint-Gilles.

"Parcours d'artistes est devenu un événement artistique, culturel et social d'une telle ampleur, d'une telle qualité, qu'y participer a une valeur honorifique pour un artiste".

Cela est d'autant plus vrai qu'à Saint-Gilles, on sait l'activité artistique en ébullition, comme en atteste le nombre d'artistes participant à "Parcours d'artistes". On franchit cette année la barre des 300... "L'appel artistique est énorme, il faut être à la hauteur. C'est un vrai défi. Parcours d'artistes permet de confronter son travail à Monsieur et Madame Tout-le-monde. Ils ont un droit de parole sur ce que vous faites. Ce retour d'un large public sur le procédé intime a une valeur inestimable. J'ai une angoisse gigantesque, mais cette idée de mise en danger est intégrée constamment dans le processus artistique".

Après avoir goûté à la vie ixelloise, Maja Polackova a trouvé son paradis bruxellois à Saint-Gilles. Ses bistrots, ses petits restaurants, son brassage, des détails qui n'en sont pas pour l'artiste : "Cette vie de quartier, mêlant des personnes de toutes origines à des artistes en tous genres, m'a certainement influencée. Il en résulte un appel artistique auquel je suis très sensible".

Et Maja Polackova de conclure : "Beaucoup de projets cinématographiques, théâtraux, ou encore d'expositions naissent dans les bistrots saint-gillois, avant de rejoindre les structures artistiques".

La Libre Belgique (Extraits)

Fietsverkeer in Brussel gestegen met 600%


Hoewel nog maar 3 procent van de verplaatsingen in Brussel met de fiets gebeurt, wordt dat vervoermiddel in de hoofdstad steeds meer gebruikt om korte trajecten af te leggen. Sinds 1998 is het gebruik van de fiets in Brussel met 600 procent gestegen, schrijft Le Soir. In Wallonië wordt de fiets voor 5 à 7 procent van de verplaatsingen gebruikt. Cijfers voor Vlaanderen had Le Soir niet. (belga/bf)

Autovrij Brussel viert Irisfeest


Zondag werd de hele Vijfhoek verkeersvrij ter gelegenheid van het Irisfeest
©
Brussel-Stad - In de Brusselse Vijfhoek kon men zaterdag en zondag genieten van verschillende activiteiten die dit weekend georganiseerd worden voor het Irisfeest van het Brussels Gewest. Zondag was de Vijfhoek ook autovrij, zodat Brusselaars en bezoekers nog meer konden genieten van de verschillende concerten op het Paleizenplein, een zeepkistenrace en veel straatanimatie.
Wie zich zondag door de hoofdstad wou begeven, liet best zijn auto aan de kant staan. Binnen het gebied van de Vijfhoek was alle verkeer verboden. Het openbaar vervoer reed wel.
De meeste restaurants zaten vol. Er zijn heel veel handelaars met een heel goed zakencijfer."
© tvbrussel / FM Brussel

vendredi 9 mai 2008

Passa Porta


Passa Porta is een internationaal literatuurhuis in het centrum van Brussel. Het opende de deuren in oktober 2004. Het huis omvat een literair podium, een lees-, praat- en ontmoetingshoek, een meertalige boekhandel, een ruimte voor workshops, een galerietje, kantoorruimten voor twee literaire organisaties en een appartement voor tijdelijke verblijven van schrijvers en vertalers. Intercultureler kan moeilijk!


Passa porta

C'est en octobre 2004 que Passa Porta, la Maison Internationale des Littératures, a ouvert ses portes en plein cœur de Bruxelles, offrant aux lettres belges et étrangères une vitrine mais aussi un lieu d’échange et de travail.
Une petite galerie d’exposition mène à un patio qui abrite une scène littéraire, un coin de lecture et de rencontre, et une librairie multilingue. Plus loin, une salle de travail peut accueillir des ateliers. Aux étages se trouvent les bureaux de deux organisations littéraires et un appartement pour auteurs et traducteurs en résidence. Pas facile d’être plus interculturel.
8 mai 2008. Il y a aujourd'hui plus de six décennies que l’Europe, enfin débarrassée du cancer nazi, vit en paix. Personne ne semble y songer en cette radieuse et si paisible journée ! Pourtant, le 10 mai 1940, il faisait un temps magnifique quand à l’aube les chars allemands et les Stukas envahirent la Belgique neutre.




« Passa Porta »,la porte qui ouvre le passage sur d’autres cultures, accueille ce soir Kader Abdolah à bureau fermé. Il a fallu parquer la voiture très loin au quai au charbon avant de rejoindra ce très beau lieu situé en plein quartier Dansaert, dit quartier des Flamands. Croiser des Polonais sirotant des boites de bière de chez nous, traverser le terre plain gazonné où pique-niquent des familles entières de maghrébins, longer les « dépanneurs » pakistanais et les restaurants de poissons chics où banquettent des sexagénaires belgo-belges, rejoindre les Markten où ça discute ferme en néerlandais. Non franchement ceci n’a rien d’un quartier flamand comme certains se plaisent à l’affirmer mais constitue au contraire une zone cosmopolite où la multicularité produit de plus en plus de l’interculturel.


Dégingandé, goguenard et élégant, moustache de phoque et tignasse ébène, la silhouette de Kader, curieusement évoque celle du Prophète dont il parle avec enthousiasme et amour même s’il se dit incroyant. C’est qu’il vient de vivre trois années en symbiose avec lui pour se donner corps et âme à l’écriture de sa biographie et d’une traduction-transposition du texte coranique. Un double défi sous forme d’un double livre joliment édité qui fait du bruit outre Moerdijk. Sa famille l’avait prévenu; « très dangereux, tu joues avec le feu. » Il n’en a eu cure, lui qui a choisi de porter le double nom de deux camarades morts prématurément, victimes de l’intolérance. Persan d’origine vivant en Hollande depuis vingt ans, ce « résistant » (comment peut-on être Persan ?) a voulu traduire le livre que son père avait lu plus de 600 fois en se lavant les mains pour se purifier avant chaque lecture. Lui, c’est par pur plaisir qu’il a entamé la démarche et par amour pour le prophète dont il admire le côté humain, terrestre avec en prime les contradictions. Un peu aussi par nécessité aussi, pour aider les jeunes musulmans à découvrir un texte complexe dans la langue des polders.

Faux candide, comme le héros des « Lettres Persanes » il a voulu rendre plus accessible le texte fondateur que des générations d’imams ont voulu complexifier en le rendant dit-il inabordable et ésotérique. Un million de musulmans vivent en Hollande désormais. Combien parmi eux ont lu et compris le Coran ? Une poignée et encore c’est pas certain lance-t-il à un public médusé. Kader a pris trois libertés avec le texte fondateur de l’islam : il a changé l’ordre des sourates par respect de la chronologique, fait précéder chacune d’une introduction de sa plume et enfin, suprême audace, il la jouté une 115ème sourate de son crû. « On ne peut envisager une telle démarche ailleurs que dans un pays démocratique comme les Pays-Bas ». Son récit biographique fait de Mohammed un personnage de fiction, sans jamais inventer le moindre détail qui ne soit rapporté par la tradition. Bref, tous les ingrédients sont présents pour faire de ce beau livre un best seller. En somme, et puisqu’on est aux Pays-Bas, il suffisait au Persan d’oser faire du Wilders à l’envers.


Il a osé et le résultat est éblouissant. Pour tout dire, son récit de Mohammed est plus captivant que sa traduction du Coran qui, à notre humble avis, ne vient pas à la cheville de l’indépassable essai de traduction française de Jacques Berque. C’est dommage mais tant pis car la démarche générale de Kader est louable, audacieuse et intéressante. Seul un Persan de Hollande pouvait se permettre une telle incongruité, un immigré qui se réjouit qu’en vingt ans un million de musulmans soient venu mettre de la couleur dans une population batave et calviniste très affadie et javellisée. « Seuls les immigrés sont capables de ressusciter des cultures mortes » dit-il. Comment lui donner tort, nous qui affirmons ici article après article que l’immigration est le levain qui fait monter une culture européenne essoufflée. Et Kadar de nous proposer un Mohammed jouisseur, amoureux de la vie et des femmes, grand lecteur et désireux d’offrir à son peuple idolâtre un texte pouvant rivaliser avec celui des juifs, celui des chrétien ou des Iraniens adorateurs du mazdéisme. Une scène du récit nous montre Mohammed rencontrant dans un caravansérail situé à la frontière perse des marchands cosmopolites, des caravaniers et des savants polyglottes échangeant leurs points de vue autour des feux de camp, mangeant des plats bédouins, buvant du thé brûlant et en pratiquant quelque chose qui ressemble à un dialogue interculturel, voire interreligieux avant la lettre.

Wilders blaast eerste debatavond met moslims af


Geert Wilders
DEN HAAG - De eerste debatavond van Geert Wilders met moslims en anderen over de anti-Koranfilm Fitna gaat niet door wegens te weinig belangstelling uit moslimhoek.
De PVV-fractie, die geleid wordt door Wilders, heeft de bijeenkomst op 16 mei in het Nederlandse Waddinxveen afgeblazen, omdat te weinig moslims zich ervoor hebben aangemeld.

Wilders liet vrijdag weten bedroefd te zijn. De moslimgemeenschap heeft volgens hem maandenlang om een debat 'geschreeuwd'. Maar nu zijn partij met een initiatief op de proppen komt, durft ze de confrontatie niet aan, stelt de PVV-leider.
dsl (De Morgen)

jeudi 8 mai 2008

Barack Obama, next president ?

Il est probable, plus que probable, extrêmement probable, que le jeune sénateur de l'Illinois soit sous peu le candidat unanime des démocrates et qu'en janvier 2009, à notre étonnement et pour notre plaisir, nous voyions un Noir faire une entrée victorieuse dans un palais présidentiel construit voici deux cents ans par des milliers d'esclaves et qui s'appelle, paradoxalement, ironiquement peut-être maintenant, la Maison Blanche.
Pour risquer une telle prophétie, je n'ai pas besoin de m'appuyer sur des statistiques sans fin ni sur des sondages ni sur la certitude que les aspirations de John McCain vont être balayées par la tempête venue d'Irak.

(Reuters)
La récession économique et tant d'autres désastres que George W. Bush laisse en triste héritage. (…) Il suffit d'observer l'enthousiasme presque indescriptible que soulève Obama chez les citoyens et spécialement chez les jeunes. Il suffit de voir renaître l'espoir, le militantisme et la détermination politique que je n'avais plus vus aux Etats-Unis depuis 1968, l 'année fatidique des assassinats de Bob Kennedy et de Martin Luther King. Il suffit de noter comment, jusqu'à maintenant, Obama a justement pu fondre en lui les aspirations de ces deux martyrs de sa patrie, incarner en même temps Kennedy et King. Il suffit d'observer comment il a réussi le miracle d'équilibrer les deux zones de son être, l'expérience et l'histoire du Noir et du Blanc mêlés dans son sang comme dans ses idées. Il suffit de cet incroyable exploit pour augurer du triomphe de sa candidature.
Et s'il lui était impossible de tenir une telle posture d'équilibriste ? Si une telle union d'antagonismes n'était qu'une simple illusion ? Si les Nord-Américains blancs, encore majoritaires, se sentaient soudain menacés par l'origine noire d'un Obama jusqu'à maintenant gentil, serein et cool ? S'ils voyaient dans son visage brun non pas l'espoir d'un monde meilleur et tolérant mais le rappel incessant de la faute - l'esclavage et l'exploitation - qui contamine le passé nord-américain ? S'ils voyaient Barack comme un reproche plutôt que comme une consolation ? N'en serait-ce pas alors fini de la promesse qu'il représente ?
(…)Aujourd'hui, ce ne sont pas les Noirs dans leur querelle si spectaculaire et si pénible qui sont en train de subir la véritable épreuve. Ce sont les Blancs nord-américains qui sont soumis à une expérience, à une tentation, à un examen de feu et de sang. C'est à eux de choisir le pays qu'ils veulent. A eux de s'interroger sur ce qu'ils exigent d'Obama pour qu'il soit président. C'est à eux qu'il revient de commencer à vider les caves inépuisables de ce pays de tout ce qu'elles contiennent d'invisibilité, de douleur et de rancoeur. S'ils ne le font pas maintenant avec Obama, avec qui mèneront-ils à terme cette prouesse difficile, cet exploit déchirant ?
Traduit de l'anglais par Catherine Bastard
© Ariel Dorfman

Bibliotheek wordt communicatiehuis


De nieuwe bibliotheek wordt vooral veel ruimer
© B-architecten

Brussel-Stad - Het nieuwe Communicatiehuis aan het Muntplein wordt, behalve een moderne bibliotheek, ook een uithangbord voor alles wat Vlaanderen in Brussel te bieden heeft aan cultuur, onderwijs en welzijn. Voor de dertigste verjaardag van de bieb ontvouwden Vlaams minister Bert Anciaux (Vl.Pro) en Brussels minister Pascal Smet (SP.A) de plannen.
De bibliotheek zal het grootste deel van het zeven verdiepingen tellende gebouw bezetten. Op de eerste verdieping komt de jeugdbibliotheek. De rest van de bibliotheek wordt verspreid over de tweede tot de vijfde verdieping. De niveaus zijn verbonden met brede trappen. Tussen de boeken door zijn er vergaderlokalen, conferentieruimtes en een grote stille studiezaal.

Het Vlaams Communicatiehuis Brussel wordt een extern verzelfstandigd agentschap waarin de bibliotheek en Onthaal en Promotie Brussel (OPB) opgaan.

mercredi 7 mai 2008

Ménage à trois: Bruxelles-Flandre-Wallonie?


Guido Fonteyn a publié dans De Morgen du 28 avril un article de fond qui ne peut laisser les Bruxellois indifférents.

Il y revient sur le projet WalloBrux, ce surprenant pas de deux qu’ont entamé de concert les Ministre Présidents bruxellois et wallon, Charles Picqué et Rudy Demotte. Une petite phrase prononcée par Charles Picqué devant le parlement bruxellois a retenu toute l’attention de Fonteyn : « Si les Flamand nous avaient proposé quelque chose du même genre j’aurais d’emblée réagi positivement ».

Ce « quelque chose » se référait à la création d’un espace économique commun qui relierait Bruxelles également à la Flandre et pas uniquement à la Wallonie. Et Guido Fonteyn de s’étonner que le Ministre Président flamand ait ignoré cette proposition. Une note cosignée Peeters-Demotte eut été aux yeux de Fonteyn la réaction la plus adéquate. La Flandre n’est-t-elle pas plus directement liée à la Région économique bruxelloise que la Wallonie ? De plus, pour les Wallons il s’agirait d’un projet politique mais aussi d’un début de rapprochement économique. La majorité des politiciens bruxellois demeurent persuadés que la Flandre est prête à sacrifier Bruxelles à son rêve de région indépendante au sein de l’Europe comme l’affirment sans ambages des Bart de Wever ou Jean-Marie Dedecker. C’est dire que les bruxellois saisissent mal les nuances du débat politique en Flandre et refusent de voir que Yves Leterme a enfin troqué sa casquette de Ministre Président flamand pour celle de premier ministre fédéral. Même Bart De Wever a compris que le le 16 rue de la loi est la priorité du CD&V.

Une réponse de Chris Peeters à la proposition Picqué aurait l’avantage de leur ouvrir les yeux. Assurément elle pourrait prendre diverses formes :

Version minimale, la Flandre accepte de former une région économique commune correspondant au territoire Bruxelles Halle Vilvorde. Mais comment appeler l’enfant ? Région urbaine de Bruxelles ? Difficile à vendre en Flandre où tout ce qui vient des « grandes villes » est franchement suspect :les villages de la périphérie doivent impérativement garder leur caractère villageois quand bien même la ville les a absorbés depuis belle lurette. Pourquoi pas BHV ? Ca sonne bien dans l’oreille.(…)

Version deux : BHV devient BHVN car on élargit BHV à l’arrondissement de Nivelles pour être agréable au ministre Président Wallon auteur de la proposition initiale. Voilà qui ressemble fichtrement à l’ancienne province de Brabant voire à l’ancien arrondissement Bruxelles Halle Vilvorde Nivelles. On s’épargne de la sorte deux députations permanentes et un gouvernement régional et les conseils provinciaux ainsi que les parlements ont intérêt à apprendre à collaborer.

Mais tout ce débat dépasse largement les frontières brabançonnes ; Demotte n’associe-t-il pas l’ensemble de la région wallonne à sa proposition. La Flandre se devrait donc de ne pas demeurer en reste ! Et les trois régions de rassembler leur forces et de coiffer sous leur autorité un territoire allant de La panne à Arlon et de Chimay à Lommel. Comment appellerons-nous cette nouvelle entité ? Bruxelles-Wallonie-Flandre ? mais c’est bien sûr: Belgique évidemment ! Avec un ministre président suffira choisi à tour de rôle comme en Suisse, un parlement unique…

Mais n’oublions pas dans notre raisonnement que nous avons un ministre Président fédéral nommé Leterme. On est donc en droit d’attendre donc une proposition Leterme-Demotte-Peeters-Piqué pour remettre toutes les montres à l’heure. (…) Assez ri ! Il est clair qu’un retour à la Belgique unitaire francophone dite « de papa » est exclu et qu’il n’est pas vraiment question de réinventer la province de Brabant. La frontière linguistique a le mérite d’exister, elle est le résulta, ne l’oublions pas, d’une réforme de l’Etat. Il ne faudrait pas cependant la confondre avec une frontière entre Etats car la prochaine réforme de l’Etat belge ne vise pas, que je sache la création d’états autonomes de Flandre, de Wallonie, de Bruxelles et d’une Belgique germanophone.

Assez ironisé ; revenons en à la proposition de départ, celle où une région flamande puissante empêcherait une cohabitation Wallonie Bruxelles voire une relation clandestine. Gageons que la Flandre et Bruxelles ont suffisamment d’intérêt pour faire ménage à trois avec la Wallonie ne fût-ce sur un plan strictement économique.

Tout cosmopolite est un immigré de l’intérieur (table ronde)


Je suis citoyen du monde, partout chez moi, ou plutôt partout un étranger (Erasme)

Pierre Terzin a trois patries, la France le Liban et l’Arménie. Il en est la vivante synthèse. Habité par l’universel du fait de ses identités plurielles, il demeure fasciné par les vérités singulières. C’est cela la voie du cosmopolitisme et pour ce sceptique à la tendre ironie, il n’est pas d’autre issue.
Le Liban de ce Français d’Arménie est un pont entre l’Occident hyper kynétique et les civilisations d’extrême orient hantées par la lenteur et le non agir. Eux se prélassent dans les consolations de la patience coranique, de la réincarnation ou du non agir quand nous nous vautrons dans le désir permanent. Accepter les vérités de l’autre, c’est à la fois moins dangereux et plus efficace que les combattre. La tolérance n’est-elle pas pour les cosmopolites la vertu des vertus?
Pierre Terzin est le fils d’un rescapé du génocide et de la diaspora. En émigrant, il a voyagé dans le temps autant que dans l’espace. Arrivé en France il a littéralement changé de temps, passant de celui des crieurs de village à celui du TGV et de la haute technologie. Il faut du caractère pour émigrer, on ne le dira jamais assez, beaucoup de cran pour quitter une terre où on était quelqu’un pour un pays où on ne sera forcément personne. Toute émigration est d’abord intérieure, toute immigré est contraint de louvoyer vent debout et tout cosmopolite est un émigré de l’intérieur.

Yasmina Khadra

Yasmina Khadra est issu d’une tribu de lettrés poètes amoureux du verbe. Officier supérieur formaté par l’armée algérienne depuis ses neuf ans, il a choisi un nom de femme pour écrire ses romans. Au vrai il porte le nom de son épouse qui toujours l’a encouragé à poursuivre son travail de création. Ce choix lui fut dicté par deux mobiles : échapper aux tracasseries de ses supérieurs peu sensibles à ses succès littéraires et rendre hommage à une femme algérienne qui avant tous les hommes de son pays a osé dénoncer les dérives islamistes. Son écriture qui ne laisse personne indifférent, contribue à la lente conquête de la paix. Il se vit comme un élève de Camus en lutte permanente contre l’absurde et à cheval entre culture arabe et culture française dans lesquelles il butine allègrement tout en gardant ce regard lucide qui le caractérise. Il n’y avait pas de livres dans la maison de son père, aussi fut-il contraint d’en voler, sans doute avec la complicité du libraire, un vol, dit-il, qui sûrement a attendri dieu. Il invente et anime ses personnages d’après les mentalités qu’il capte sans mal dans des cultures qui ne sont pas la sienne. L’écriture lui procure la paix et la sérénité mais les plus beaux livres sont incapables de conquérir la paix entre les hommes car à l’évidence ceux-ci préfèrent la guerre.

Arouna Lipschitz
Migrante de naissance, Arouna est née en France par hasard. Elle a grandi à Metz, dans les taudis parmi les apatrides et les migrants ce qui lui a épargné d’être ancrée dans l’identitaire mais ne l’a pas empêchée d’être mariée pratiquement de force pour jouer un double rôle d’épouse et de mère. Ce n’est dit-elle que quand les femmes auront conquis leur vraie place dans cette société que les événements commenceront à advenir. Divorcée, elle amorça son long itinéraire vers le féminisme et l’athéisme qui la conduisit en Israël où tout le monde, croit-elle, est persuadé d’avoir raison. Déçue et en quête de spiritualité et du sens de la vie l’athée décida d’aller parler à dieu en langue étrangère en terre indienne. Elle va alors buter sur les limites de la spiritualité, ôtera sa robe orange et comprendra enfin qu’elle venait de brûler sa vie à fuir l’autre. Enfin elle découvrit la voie de l’amour qui exige le rapprochement des contraires selon l’enseignement de la cabale, qui se nourrit de liens et ne cesse de les nourrir entre le masculin et le féminin.


Delphine Minoui

Journaliste, et écrivain d’origine franco iranienne, elle vit à beyrouth. Pendant des années, elle a observé les femmes iraniennes à qui elle consacra un magnifique livre : « les pintades de Téhéran ». Elle se félicite que grâce à Persépolis on ait découvert enfin un nouveau visage de l’Iran, cette BD est désormais enseignée à l’université aux Etats-Unis. Elle se réjouit que de vastes territoires de la culture demeurent encore largement inexplorés. Car c’est dans le domaine de la culture que se feront à ses yeux les grandes percées du dialogue entre les civilisations.

Bernard Coulie
Le recteur de l’université catholique de Louvain la Neuve se plaisant à jouer les Candide, releva en sa qualité de philologue une liste de mots prononcés par les orateurs se succédant à la tribune de la Fondation Boghossian : identité, pluralité, libanité, arménité, négritude qui comme belgitude ont une connotation plutôt négative ; origine, attente, tolérance, amour, femme, migration, diaspora, rencontre, dialogue, espoir sont chargés de sens. Et de rappeler que si les migrations, comme la communication s’opèrent dans l’espace, en revanche, la transmission se fait dans le temps. Pour le surplus, nous avons tous un Occident et un Orient, un passé et un futur. Ne dîtes pas à un Georgien qu’il est un oriental car lui se sent d’Occident.
Pour dialoguer, il ne suffit pas d’être deux; il faut commencer par écouter, accepter les différences, se remettre en question par rapport à ses certitudes Toute rencontre est don de soi et source de création. Toute joie vient du don de soi (Monica Nève) et le premier des voyages c’est d’aller de soi à l’autre.

Leyla Chaid

est persuadée que l’Occident est loin d’avoir fait le deuil de la Shoah. Elle refuse de parler d’un génocide palestinien mais dénonce en revanche des massacres prenant la forme de nettoyages ethniques accompagnés de destructions de villages palestiniens volontairement rayés de la carte pour rendre tout retour impossible. Le conflit israélo palestinien présente des aspects éthiques, culturels et civilisationnels d’une profondeur abyssale.
Ce conflit résulte du génocide juif, un problème essentiellement européen que les Palestiniens ont beaucoup de mal à se représenter mais dont ils doivent assumer les conséquences étant les principales victimes de la réalisation d’un projet occidental de construction d’une terre promise en territoire palestinien. Quand les Occidentaux font valoir que le contentieux israélo palestinien doit se régler entre les protagonistes, Leyla Chaid s’insurge targuant que les Européens se dérobent à leur responsabilité historique dans ce drame. Il faut qu’ils participent au chantier de la paix et qu’ils y apportent leur contribution de caractère culturel : car la culture exige le don de soi. La grande leçon des Arméniens c’est que le génocide ne les a pas empêchés de vivre à travers la diaspora et, au-delà de la douleur d’y recréer de l’amour et de l’espoir. Nous avons tous à apprendre quelque chose de ce don des Arméniens. Ils se sont résignés à l’idée que la dispersion avait un caractère irréversible, définitif. Plutôt que de geindre, ils en ont fait leur miel. Comme Erasme, ils peuvent désormais proclamer :
Je suis citoyen du monde, partout chez moi, ou plutôt partout un étranger.
Cette diaspora de caractère politique a une dimension culturelle, celle d’un essaimage. La culture est aussi l’art de cultiver la relation.
Nous ferons un grand pas en avant le jour où nous comprendrons ce qui suit :
Je vais vers l’autre non pas bien qu’il soit différent mais précisément parce qu’il est différent de moi.




Arménie, ferment du dialogue entre les cultures

Il y a 93 ans jour pour jour s’amorçait la phase première du génocide arménien avec l’arrestation des intellectuels qui seront ensuite mis à mort ainsi que 1,5 million de leurs compatriotes. Pour Bernard Coulie, doit être douloureux de vivre cette non reconnaissance du génocide neuf décennies plus tard ! Cette question est au cœur de la littérature arménienne et elle pèse lourd sur l’identité et la culture des Arméniens. L’Arménie est à la fois d’Orient et d’Occident. Sur le plan géographique son territoire situé en Russie est bien plus exigu qu’autrefois quand il débordait vers la Syrie , le Liban, l’Anatolie et jusqu’en Inde. Sa culture ne correspond plus à un espace mais à la diaspora. Historiquement, l’Arménie, véritable carrefour, fut traversée par les cultures hittites, anatoliennes et par tous les envahisseurs qui bousculèrent son territoire : les Grecs d’Alexandre avant de se heurter aux Perses, les légions romaines de Pompée avant d’écraser les Parthes et les Sassanides. Surtout les Byzantins, les Arabes au 7ème siècle, les Turcs Seljukides au quatorzième siècle sans parler des Croisés et des Mongols.
Une première diaspora les conduira vers la Volga et ensuite vers l’Europe au 14ème siècle. Enfin l’Arménie sera annexée par la Russie au 19èmesiècle avant d’être intégrée dans l’immense Union Soviétique. La liste des envahisseurs est vertigineuse sur cette terre qui connut peu d’accalmies hormis au début de l’ère chrétienne, les Arméniens furent dès 300 parmi les premiers à se convertir, au moyen âge ainsi qu’entre 1918 et 1920, quand l’Arménie jouit brièvement de son indépendance.
On en viendrait à se demander de quelle manière leur entité culturelle si cohérente a réussi à survivre à tant d’épreuves.
Trois raisons expliquent le phénomène:
Sur le plan politique, l’Arménie a mené une politique de non alignement à quelque camp que ce soit tout en se ménageant des bienveillances grâce à une habile politique de mariages entre maisons régnantes.
Sur le plan culturel, les Arméniens ont déployé une capacité phénoménale d’absorption de diverses cultures avoisinantes. Ont servi de catalyseur, la religion chrétienne, la langue et l’écriture arméniennes fondées sur un alphabet original. Enfin et surtout la formidable conscience d’un passé commun, ciment de la cohésion.

La conquête romaine va fortement latiniser l’Arménie très marquée déjà par la culture grecque depuis Alexandre. Les croisades vont renforcer les liens entre ces chrétiens orthodoxes et les chrétiens venus d’Europe mais les Arméniens attendront souvent en vain l’aide et le soutien des Européens.
Les Arméniens comme les Phéniciens ou les Grecs sont commerçants de père en fils, le plus souvent polyglottes, ce qui facilite les échanges entre civilisations. C’est via leurs contacts noués en Inde avec les conquérants anglais que les idées des Lumières vont pénétrer en Arménie au 19ème siècle
L’Arménie est une nation d’entre deux au carrefour des civilisations occidentales, iraniennes et orientales. En cela, ce peuple cultivé comptant de nombreux traducteurs peut jouer le rôle de ferment dans les échanges et les dialogues entre cultures qui nourrissent le grand débat interculturel d’aujourd’hui.
Au printemps de l’an 451 va se dérouler à Avaraïr une bataille décisive qui oppose les maigres forces arméniennes aux puissantes armées perses dont le souverain exige leur conversion au mazdéisme. Refus des Arméniens et non assistance de leurs alliés byzantins refusant une fois de plus de leur prêter main forte. Les Arméniens seront décimés mais le grand mage mazdaéen est conscient que jamais ils ne se laisseront assimiler.

En effet ce pays n’est pas un territoire comme les autres mais une terre de frontière. La culture des Arméniens est là où sont les Arméniens c’est à dire dans la diaspora. Leur maître atout c’est que leur culture n’est pas liée à un territoire mais se fonde sur l’ouverture les contacts et le dialogue.
C’est précisément ce que tente d’illustrer le cinéaste marseillais d’origine et de culture arménienne Robert Guedigian avec un film exquis présenté à Flagey qui met en présence des Arméniens de France et d’Arménie de toutes les générations. Un vieux père qui se sachant médicalement condamné fugue au pays d’origine tandis que sa fille cardiologue morte d’inquiétude s’envole à sa recherche mais son voyage se transformera en véritable quête identitaire.

Bruno Maquart
Le Louvre dans les déserts d’Orient.

Les Saoudien sentant que leurs réserves de pétroles allaient s’épuisant décidèrent d’investir leurs plantureux revenus pétroliers dans l’intelligence et l’inventivité de leur peuple. Ainsi naquit l’idée de demander à des Français de créer dans les sables chauds un musée qui aurait vocation pédagogique. Et les Français chargés du projet interculturel d’être accusés aussitôt de vendre aux bédouins du désert l’âme de la France. En vérité il s’agit de tout autre chose que l’on pourrait sans mentir qualifier de véritable dialogue entre membres de deux civilisations, les arabes achetant aux Français un savoir et surtout un savoir faire européen. Une vraie coopération interculturelle en somme puisque dans une génération, les arabes reprendront totalement à leur compte le projet mis en route par les Français u Louvre. Ces derniers sont mis au défi de présenter à des arabophones leurs œuvre d’occident et de les mettre en scène avec un appareil pédagogique comme n’en dispose pas même le Louvre parisien. Ce défi muséographique aura à termes des retombées positives pour les futurs visiteurs du Louvre.

Amos Gitai

Né en 1950 à Haifa en Israël, le réalisateur Amos Gitai a poursuivi des études d'architecture, dans sa ville natale, puis à Berkeley en Californie après avoir été présent au cours de la Guerre du Kippour en 1973. Il travaille ensuite, au sein d'une télévision israélienne, et en 1982, il réalise un documentaire sur la Guerre du Liban Journal de Campagne qui l'oblige après de vives contestations à s'exiler en France. Il continue alors à filmer. Vers 1993, il revient en Israël et signe de nombreux documentaires engagés.

« Désengagement » est le troisième volet de la « trilogie des frontières » entamée avec Terre Promise et Free Zone.
Le titre de Désengagement fait référence à un événement politique de 2005, où l’état d’Israël força les colons juifs à quitter les terres qu’ils occupaient illégalement dans la bande de Gaza depuis des années. Préalable à toute négociation pour la paix dans cette partie du monde, il fut néanmoins vécu douloureusement. Par les colons bien sûr qui refusaient de partir de ces implantations tout aussi politiques que religieuses et qui ont tout fait pour retarder le processus. Mais aussi par les soldats et les policiers, Israéliens eux aussi, qui devaient forcer leurs compatriotes dans cette évacuation. Certes, tous les jours dans le monde, des soldats et policiers interviennent de façon tout aussi musclée sur leurs propres compatriotes pour faire respecter la loi en vigueur dans le pays. Mais l’événement avait quelque chose d’historique, et des relents symboliques attachés au passé d’Israël qu’Amos Gitaï voulait porter à l’écran.
Eté 2005, installée en France, Ana retrouve son demi-frère israélien Uli, qui arrive dans l'hexagone car leur père vient de mourir. Elle décide de repartir en Israël avec lui, à la recherche de la fille qu'elle y a abandonnée à la naissance, vingt ans plus tôt. Le frère et la sœur voyagent en voiture, en train et en bateau, traversant les frontières, de l'Europe au Moyen-Orient. Ils finissent par arriver dans l'agitation et l'émotion intense du retrait militaire israélien de Gaza.
Passé le prologue dans le train, la première partie du film peut dérouter. De même que la première rencontre avec Ana, le personnage principal, une femme mûre qui a des inconséquences d’adolescente, une folie malsaine qu’on devine issue d’une souffrance tue. La suite du film, l’arrivée en Israël et les scènes dans Gaza, est d’autant plus brillante. On assiste au chaos de cette évacuation sans prendre partie pour l’un ou l’autre camp mais on est plongé au cœur de cette violence verbale, physique et émotionnelle.

Ana, incarnée par Juliette Binoche est notre guide dans cette tourmente. D’ailleurs, c’est Amos Gitaï lui-même qui conduit la voiture qui lui permet d’entrer dans les territoires occupés. A travers le désarroi d’Ana, qui visiblement ne connaît presque rien à la situation du Moyen Orient, qui ne parle pas un mot d’hébreu et qui cherche juste à régler une douloureuse histoire personnelle, le spectateur est plongé dans la tourmente de ce Désengagement. Mais le réalisateur ne prend pas parti. Son regard, comme celui d’Ana, est plutôt épouvanté par tant de violence, tant de complexité, tant de souffrance. Tant d’impuissance devant cette impossibilité à vivre ensemble.
Amos Gitaï précise ses intentions : « Dans ce film, le but est de traverser les frontières, de réunir des gens qui semblent totalement étrangers les uns aux autres. Après tout, les êtres humains savent qu'ils ont la possibilité de se rencontrer. Je crois que sans cela l'humanité n'aurait pas survécu aux atrocités qu'ils se sont infligé mutuellment s'ils n'avaient pas cette capacité d'oubli. »



Pierre Calame, en guise de conclusions provisoires

Pierre cClame fait l’éloge des fondations, notamment de la Fondation Mayer , pour leur indépendance dans le choix des objectifs qu’elles se fixent, des thèmes qu’elles choisissent d’aborder en toute liberté. Ancien fonctionnaire il dénonce le temps haché du politique qui ne peut agir que sur l’horizon court d’une législature et jamais en fonction du temps long de la réflexion, ce que peut envisager une fondation telle que Mayer ou Boghossian. Le problème clef auquel se heurte toute velléité de gouvernance c’est la diachronie: les choses n’avancent pas toutes au même rythme. On pense aujourd’hui demain avec les idées de hier et on veut gérer après-demain avec les solutions d’avant-hier. De plus, il nous manque une communauté monde sous forme d’opinion publique mondiale. En cela, la construction européenne est un pas en avant, si ce n’est que l’Europe ne dispose toujours pas d’une communauté d’hommes et de femmes se vivant et se revendiquant comme Européens avant tout. Il nous manque un processus institutionnel pour nous aider à développer une conscience commune de notre européanité. Il devient urgent de construire cette conscience européenne, voire mondiale car dès demain, demain nous les Occidentaux qui nous attribuons 80% des matières premières auront à les partager avec les puissances économiques émergeantes si nous ne voulons pas organiser les conditions de la prochaine guerre mondiale.

Il nous faudra également décider d’une réduction draconienne des nuisances écologiques et comme le suggère Evelyne Uytebroeck envisager de nouvelles formes de gouvernance mondiale à priorités environnementales fondée sur un dialogue des cultures et un échange des savoir faire écologiques.
Pierre Calame se réjouit de l’initiative prise par Lulla de réunir l’an prochain en Amérique latine une assemblée mondiale de la jeunesse.
Et de dénoncer en finale la faillite totale de la génération de mai 68, la sienne.
Les Monnet, de Gaulle, Adenauer et autres Spaak ou Gaspari avaient eu quant à eux une conscience aiguë du devoir de leur génération en créant les bases de l’unification européenne. Monnet aurait même eu l’intuition géniale de commencer l’entreprise par un chantier culturel.
Les écarts interculturels les plus criants ne sont pas entre Européens et Chinois, entre Américains et indiens : les médecins d’Orient et d’Occident se comprennent, les ingénieurs s’entendent et aussi et les architectes. Les incompréhensions sont entre les Chinois entre eux et entre Européens entre eux. Songeons au fossé qui se creuse entre quartiers opulents et banlieues misérables, ici, chez nous et là-bas en Chine, en Inde en Amérique.
Le fondement de l’interculturel d’apprendre à respecter ce qui est irréductiblement différent dans l’autre. Il est urgent et essentiel d’organiser un vaste débat d’opinion à l’échelle européenne pour débattre en toute transparence de ces divergences irréductibles
A force de traquer le sensationnalisme, les médias écrits et visuels ont failli dans leur recherche de taux d’écoute, de lecteurs, bref de parts de marché ! On les éloignerait du conflit israélo palestinien que cela accélérerait la recherche d’une solution pacifique. L’agitation médiatique autour de la flamme olympique frise l’hystérie sans rien résoudre, que du contraire. Obsédés par le prime time, les médias incitent au zapping permanent et sont complètement brouillés avec le temps long de la réflexion. Correctement utilisé, l’Internet peut contribuer à susciter une opinion publique mondiale mais peut tout aussi bien servir de puissant levier aux nationalistes de toute farine.
Il apparaît donc urgent de reconquérir le temps long, celui des riches rencontres à l’instar de celles organisées à Flagey à l’initiative de la Fondation Boghassian.
Comment ré apprivoiser le temps long ?

S’efforcer de comprendre l’autre prend du temps, beaucoup de temps, un temps précieux que les médias sacrifient à l’ivresse de l’instant : interviews minutes, sujets complexes traités en cent quatre vingt secondes, reportages bâclés. Faire la paix est une épopée se plait à répéter le Dalai Lama, une épopée du temps long. Patience est belle dit le Coran.
A Abu Dhabi se construit en plein désert avec patience et amour un musée qui témoigne de l’universel. Comment on montre les choses est la meilleure manière de renforcer ce que l’on cherche à montrer, à rendre visible.
Tôt ou tard tous les visiteurs du Louvre bénéficieront du savoir faire acquis par ses collaborateurs travaillant en plein désert d’Arabie. Bel exemple de coopération culturelle pouvant déboucher sur une coopération économique et politique ou, à tous le moins sur des liens nouveaux qui n’ont plus rien de colonial ou postcolonial.
Le monde arabe et la modernité jusqu’ici se sont ratés. C’est en train de changer.
Quand le pétrole se payera mille dollars le baril, nous serons tous forcé de revoir nos priorités et de réfléchir ensemble sur la manière dont nous pourrons survivre.