jeudi 31 juillet 2008

Indianenkreet voor nieuwe zaal


Cowboyboots van Lisa Sorrell
© Lisa Sorrell
Brussel - De Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis (Jubelpark) heropenen op 1 oktober hun Amerika-afdeling. Naast een algemene kennismaking in de rotonde (in het verlengde van de boekenwinkel) zullen vijf gebieden, van Alaska over Centraal-Amerika tot Vuurland (Argentinië), in de kijker worden gezet.

Vooral uniek werk uit de reserves, de legendarische Montezuma-vedermantel en het legaat Precolumbiaanse kunst van Paul en Dora Janssen, worden uitgestald, in totaal goed voor vierduizend archeologische vondsten en kunstwerken. Naast Centraal-Amerikaanse culturen als de Maya-, Inca- en Aztekencultuur wordt ook vernieuwde aandacht gegeven aan de Noord-Amerikaanse indianengemeenschappen. Brussels verzamelaar François Chladiuk leent hier unieke stukken voor uit, waaronder een prairie-indianenhoofdtooi, een achttiende-eeuws houten beeld en een zeldzaam Chaylimeschild.
(Brussel Deze week)

Discrimination des Roms en Pologne

D'après un rapport publié hier par le quotidien Dziennik, 30 enfants roms fréquentent une école spécialisée à Nowy Sacz sur ordre des administrations polonaises alors qu'en réalité seuls trois d'entre eux devraient réellement être inscrits dans cette école. Le quotidien libéral de gauche Gazeta Wyborcza s'indigne : "Le mépris à l'égard des minorités nous amène à attribuer une [mauvaise] note à l'école polonaise. On doit vraiment faire disparaître les préjugés et préparer les enseignants - y compris ceux des écoles maternelles - à l'intégration culturelle. Si le gouvernement ne s'occupe pas de ce problème dès maintenant, les classes intellectuelles instruites des Roms l'exigeront un jour par la force. En attendant, ce sont les enfants qui paient pour le temps perdu."

mercredi 30 juillet 2008

dEUS filmt videoclip in Flageygebouw


Elsene - Voor de videoclip van de nieuwe dEUS-single 'Eternal Woman' heeft Tom Barman gekozen voor de oude machinekamer in het Flageygebouw. Deze machinekamer uit 1930 werd gebruikt door vroegere NIR, de voorloper van VRT en RTBF.

"De clip krijgt een retro-futuristische sfeer van eind jaren vijftig en begin jaren zestig," legt Barman uit. "Als de groep het nummer speelt, wordt dat in morse doorgestuurd naar het 'ontvangstcentrum' in de keders van Flagey. Daarna wordt het de stratosfeer in gebeamd, als een soort ouderwetse streaming."
(Brussel Deze Week)

Dialogue interculturel. Plus que des mots ?

L'UE a proclamé 2008 Année européenne du dialogue interculturelle. Cela devrait entre autre contribuer à promouvoir le développement d'une identité européenne. Le quotidien Vecer est sceptique quant à la réalisation de cet objectif. "De nombreux documents et rencontres avancent ce leitmotiv, bien que celui-ci reste encore mystérieux. S'agit-il d'une nouvelle formule rhétorique politique ou d'une thèse sérieuse et d'une avancée très prometteuse dans tous les textes politiques de l'Europe actuelle ? ? Des études ont montré que la culture est peu représentée dans la politique étrangère de l'UE. ? C'est pourquoi au cours des dernières années, les pays membres font de nouveau subtilement référence à la dimension culturelle de la politique étrangère de l'UE. ? A la fin de l'Année du dialogue interculturel, il sera intéressant de voir combien de ponts entre les cultures et les religions auront été véritablement créés et si l'unité de la diversité sera passée du niveau du discours à celui de la réalisation concrète."

mardi 29 juillet 2008

Un Wallon sur deux se verrait bien Français


Selon un sondage Ifop réalisé pour Le Soir et La Voix du Nord, 49 % des Wallons sont favorables à un rattachement en cas d'éclatement du pays. Les Français y sont ouverts à 60 %.

Non, le rattachisme n'est pas une idée fantaisiste de quelques groupuscules francophiles. D'après le sondage réalisé par Ifop pour Le Soir et La Voix du Nord du 18 au 25 juillet dernier, 49 % des Wallons sont favorables au rattachement de leur région à la France en cas d'éclatement du pays. Un résultat en progression spectaculaire sur quelques mois : une enquête de l'UCL, réalisée entre le 10 octobre 2007 et le 15 janvier 2008, évaluait la proportion de Belges en faveur de cette issue à 29 %.

Et de l'autre côté de la frontière ? L'idée fait également son chemin. D'après le sondage, 60 % des Français sont favorables à cette idée. Ce sentiment est même en progression : un précédent sondage, réalisé par Ifop pour le Journal du Dimanche, indiquait, en novembre 2007, que 54 % des sondés étaient favorables au rattachement. Certes, les Français ne sont pas informés de tous les tenants et aboutissants de la situation belge, mais le rattachement ne leur paraît manifestement pas, a priori, farfelu.
(Le Soir)

samedi 26 juillet 2008

Muzikale impuls voor Koningsstraat


Ali Bagseven, zaakvoerder van Sazz'nJazz in de Koningsstraat
© Saskia Vanderstichele
Links
Sazz'nJazz
Sint-Joost-ten-Node/Schaarbeek - Ooit was het tweede deel van de Koningsstraat, tussen de Kruidtuin en de Koninklijke Sint-Mariakerk, het mekka van de Belgische filmdistributie. Later zette de verloedering in, maar dankzij enkele nieuwe culturele initiatieven zoals Sazz’nJazz en de loungebar SmoodS in hotel BLOOM! lijkt de wijk weer tot leven te komen.
(Lees meer : Brussel deze Week)

OBAMAMANIA et COSMOPOLITISME


Le monde a donné la parole aux supporter français d'Obama ; DiverCité a voulu pointer dans leurs plaidoyers les raisons pour lesquelles tant de personnes dont nous succombent à l'"Obamania"
Les trentenaires n'ont pas connu de vrais leaders mondiaux. « Aujourd'hui nous avons notre John Fitzgerald Kennedy, notre Martin Luther King. Obama c'est le futur, le mélange, la réussite ».
Et de préciser qu’Obama prend en considération à la fois l'environnement, le social et l'économie, seule démarche viable aujourd'hui celle qu'on attend d'un homme politique du 21ème siècle ; puisque tout est plus que jamais en interrelation dans notre monde globalisé Il peut ranimer la face solaire des américains, celle d'un pays créatif, dynamique, généreux ; depuis huit ans nous n'en avons vu que la face sombre, arrogante, méprisante .
Obama est un homme qui affronte le XXI éme siècle sans complexes, avec une hauteur de vue et la classe qui sied à ce monde nouveau. Intelligence, clarté, humanisme, honnêteté se lisent dans sa façon d'être, dans ses gestes, dans ses yeux. Il est capable d'un discours formidable sur les races comme d'une envie d'être dans ce monde qui vient et d'affronter les grands problèmes du monde.
Noir et blanc à la fois,
Obama est séduisant parce qu'il est métis (pas noir, comme souvent écrit dans les journeaux) et le métissage, c'est l'avenir de l'humanité. Cette expérience d'être à la fois noir et blanc le prédispose a mieux comprendre le monde, celui d'aujourd'hui et surtout celui de demain.
Obama est l'extrême opposé de George W Bush, il incarne véritablement ce côté des Etats-Unis que nous aimons et qui nous fait rêver : cosmopolite, charismatique, porteur d'une confiance inébranlable dans sa capacité de réussite malgré les difficultés et les préjugés. En deux mots le rêve américain dans toute sa splendeur.
Barack est cet homme dont l'Amerique a besoin pour faire valoir sa grandeur et son image dans le monde et du coup la faire entrer dans 21è siècle.
Il est Bill Clinton + John Fitzgerald Kennedy , l'Amérique n'a jamais eu un président aussi complet.
Obama a ce don américain d'être capable de voir les choses sous un angle positif. Il arrive à nous rappeller les bons côtés de l'Amérique. Il fait référence à de grandes figures qui ont contribué à faire de ce pays une nation unique en son genre. Il nous inspire en nous parlant de Lincoln, Roosevelt, Kennedy, King...
.
C'est un vent nouveau qui souffle. Et avec lui, des millions de gens ordinaires qui vibrent.
En conclusion, il a tout pour devenir le nouveau J.F. Kennedy et redonner une image positive de l'Amérique à travers le monde (ce qu'elle a bel et bien perdu durant les deux mandats de G.W. Bush.

Brusselse Alibi Collectief en Studio Globo

Vlaams minister bevoegd voor Brussel Bert Anciaux heeft beslist een impulssubsidie te geven aan het Alibi Collectief. Alibi is het los-vast artiestencollectief rond Pat Van Hemelryck met een werkplaats annex theatertje “Flavoria” in de Brusselse Noordwijk. Als structureel gesubsidieerd theatergezelschap viel Alibi uit de boot, en werkte tot nu toe verder met een projectsubsidie..
“Alibi is al jaren een begrip in Brussel en stippelde een hoogst origineel parcours uit van sterk visueel theater en met veel aandacht voor de interculturele context van de stad.
Daarnaast besliste minister Anciaux om vanaf dit jaar aan Studio Globo Brussel een nominatieve werkingssubsidie te geven van de Vlaamse Gemeenschap.
Studio Globo is een ngo die impulsen geeft voor mondiaal en intercultureel leven via educatieve activiteiten aan het onderwijs en het jeugdwerk. Studio Globo (met afdelingen in Antwerpen, Brussel, Genk, Gent en Roeselare) werkt rond andere culturen in onze samenleving en wereldwijd. Via een vormingsaanbod trekt Studio Globo Brussel, gevestigd in Kuregem, jaarlijks meer dan 300 leerkrachten en studenten van de lerarenopleiding aan om er te proeven van de verrijkende mogelijkheden van diversiteit. Voor het basisonderwijs worden er buurtwandelingen en inleefprogramma’s georganiseerd. Zo namen vorig jaar 1356 lagere schoolleerlingen deel aan ‘Wonen op het dak’ om ervaringsgericht te leren omgaan met diversiteit.
Bert Anciaux: “Kuregem is een microkosmos, een buurt vol mensen en verhalen, problemen en mogelijkheden. Er valt zoveel kleur, zoveel Zuiderse warmte te ontdekken! Ik wil zoveel mogelijk mensen de kans geven om deze rijkdom van de Brusselse samenleving te leren kennen en te leren hoe ermee om te gaan. En Studio Globo Brussel is daarvoor een bevoorrechte partner.”

vendredi 25 juillet 2008

Averroès et sa pensée


Abu'l-Walid Muhammad ibn Rushd, Averroès pour le monde latin, naît à Cordoue en 1126, et meurt à Marrakech en 1198 après avoir connu la disgrâce et l'exil. Fils et petit-fils de qâdî (juge en matières civiles, judiciaires et religieuses) de la Grande Mosquée , juriste et médecin, c'est avant tout comme philosophe, et plus particulièrement comme commentateur d'Aristote, qu'il passa à la postérité, exerçant une influence considérable sur le monde latin. "Commentator" fut son surnom pour les Latins, le commentateur comme Aristote était le philosophe.
Adversaire de la "réaction théologique" d'Al-Ghazâlî, il fut le défenseur de la philosophie en un temps où elle pouvait entraîner l'accusation d'hérésie. Démontrant qu'elle était conforme avec la Révélation, il interprétait le Coran non comme dépositaire d'un savoir définitif mais comme véhicule d'une injonction à connaître, contenant le programme de la science, pour peu qu'on appliquât les modes de lecture rationnels appropriés.
Averroès distinguait entre les savants, instruits de la méthode démonstrative proprement philosophique, la masse, accessible seulement aux arguments oratoires et devant se contenter du sens littéral, et les théologiens, classe inutile éprise d'interprétations pernicieuses qui précipitent la communauté dans le sectarisme, la discorde et la haine. Car Averroès, représentant capital de la translatio studiorum (transfert des savoirs) au Moyen Age, fut avant toute chose un grand penseur de l'unité fondamentale de l'intellect humain.
(…)L'irruption d'Averroès et d'Avicenne dans l'"histoire de la métaphysique occidentale" a déterminé une rupture salutaire avec la thèse selon laquelle "la source était grecque et coulait allemande". En lisant chez Gilson la critique de l'ontologie d'Avicenne par Averroès, je fis une autre découverte : un philosophe musulman avait, à la fin du XIIe siècle, critiqué le "mélange des opinions religieuses aux philosophiques".
(…)J'ai entrepris de lire les textes d'Averroès, en l'occurrence les commentaires d'Aristote traduits par Michel Scot, les seuls qui fussent accessibles au latiniste que j'étais. Et je n'ai pas cessé depuis.
Quel est le texte d'Averroès qui vous a le plus marqué, nourri, et pourquoi ?
De tous les textes d'Averroès, celui qui ne me quitte jamais est le Grand commentaire sur le De anima, dont j'ai commencé de donner la première traduction dans une langue moderne.
(…). Peu d'oeuvres ont eu un tel retentissement du XIIIe au XVIIe siècle, donné lieu à plus de controverses,
soulevé plus de problèmes nouveaux, suscité plus de théories psychologiques complexes et stimulantes. (…)Les anti-averroïstes, de Thomas d'Aquin à Leibniz n'ont cessé de discuter la thèse de l'unité de l'intellect - autrement dit de l'unicité du sujet de la pensée, l'intellect unique, séparé de l'âme et du corps de l'homme. Qui pense ? Quel est ou qui est le sujet pensant
Selon vous, où l'oeuvre d'Averroès trouve-t-elle aujourd'hui son actualité la plus intense ?
.(…)En appartenant à la fois à l'histoire de la philosophie européenne "latine" et à celle de la théologie musulmane, de la science et de l'incroyance, du conservatisme et du progrès, l'oeuvre d'Averroès a une forme d'actualité quasi "people". Sa véritable actualité reste à venir : elle réclame que l'on achève de traduire les écrits que les Latins médiévaux n'ont pas connus, que l'on aille librement à la rencontre de cet autre, au lieu de subir les effets cumulés de ses refoulements et de ses retours.
La lecture d'un Averroès enfin complètement traduit donnera un tout autre sens aux fumeux débats sur l'identité culturelle de l'Europe, en fournissant un portail d'entrée à l'ensemble de l'histoire des rationalités philosophique et religieuse dans l'Islam classique. Après les Entretiens d'Averroès qui depuis quinze ans rassemblent à Marseille ceux pour qui le dialogue euroméditerranéen a un sens, la présence d'une partie de l'oeuvre d'Ibn Rushd dans la série du "Monde de la philosophie" est un second pas, décisif, dans la même direction.
Propos recueillis par Jean Birnbaum
(le monde des livres)

Obama roept in Berlijn op tot eenheid tussen Europa en VS


Ruim 200.000 mensen hebben in de Berlijnse Tiergarten Barack Obama bejubeld als was hij een rockster. In zijn enige toespraak op zijn Europese rondreis deed de Democratisch presidentskandidaat een warme oproep om de banden tussen de VS en Europa weer aan te halen. 'We zijn uit elkaar gedreven en vergaten onze gedeelde lotsbestemming.'

De verwijzingen naar John F. Kennedy waren nooit ver weg. 'JFK slaagde ook ons te overtuigen dat we ook zelf iets moeten doen voor onze vrijheid.'


We weten dat we aan beide zijden van de Atlantische Oceaan uit elkaar gedreven zijn en onze gedeelde lotsbestemming vergaten. Maar de draaglasten van globaal burgerschap blijven ons aan elkaar binden."

"Obama is net zoals JFK de vertegenwoordiger van een nieuwe generatie. De hoop die hij weet los te maken bij mensen is fenomenaal. Kijk maar naar de gemiddelde leeftijd rond je. Geen enkele politicus in Europa brengt vandaag zoveel jongeren bijeen als hij. De politici moeten zich ervan bewust zijn dat ze zonder volk niets kunnen bewegen. Obama beseft dat. Hij is met het volk."

Dat de zoon van een migrant het tot president kan schoppen van de VS, is een erg krachtige boodschap die aanslaat in een Europa dat zelf worstelt met migratie."

Student politieke wetenschappen Sami Sorensen (20) :. "Ik heb al zijn speeches gelezen en herlezen, sinds de eerste voorverkiezingen," zegt hij entoesiast. "Ze verwijten hem dat hij te weinig feiten erin verwerkt maar dat kan mij niet schelen. Wat voor mij telt is de aspiratie."

En dat gaf Obama het publiek volop. "Het grootste gevaar van alles is dat we nieuwe muren opwerpen om ons van elkaar te scheiden," zei hij. "De muren tussen oude bondgenoten aan gene zijde van de Atlantische oceaan kunnen niet overeind blijven. De muren tussen de landen met het meeste en zij met het minste kunnen niet blijven staan. De muren tussen rassen en stammen, inheemsen en immigranten, christenen en moslims en joden kunnen niet overeind blijven. Dat zijn de muren die we nu naar beneden moeten halen."

De Wand krijgt grootste graffitifresco van Europa


Tramhalte De Wand krijgt grootste graffitifresco van Europa
© ad
Laken - Tramhalte De Wand in Laken krijgt de grootste graffitifresco van Europa. De vzw Tarantino, een promotor van straatkunst, zal zo'n zestig graffitispuiters uit verschillende Europese landen de opdracht geven om een muur van 3000 vierkante meter vol te spuiten.
Vorig jaar werd aan de verloederde tramhalte al een oppervlakte van 1500 vierkante meter met graffiti opgefleurd. Dat project werd positief geëvalueerd.
Op 1 augustus beginnen de graffitikunstenaars aan hun kunstwerk en 18 dagen later zal de gigantische fresco van in totaal 4500 vierkante meter klaar zijn.

La crise politique belge et les médias


Le quotidien De Morgen évoque le rôle des médias dans l'actuelle crise politique en Belgique : "Les normes de l'éthique journalistique ne revêtent pas une valeur flamande, wallonne ou néerlandaise, elles ont une portée universelle. La restitution objective des faits en fait partie. De nombreux médias américains ont laissé tombé ce principe journalistique juste après le 11 septembre, mus par des motifs nationalistes ou par la crainte d'être taxés d'antipatriotisme. ... Dans l'agitation des turbulences politiques en Belgique, aussi bien la presse wallonne que flamande menacent d'adopter la même attitude que celle des journalistes américains. ... Sur ce point se profile le danger qu'apparaisse une association entre politique et journalisme qui mette à mal la mission de la presse en tant qu'observateur critique du pouvoir. ... L'emploi intentionnel des superlatifs, de la généralisation et de l'exagération, dans le but de conquérir le lecteur, enfreignent les devoirs fondamentaux du journalisme."

Plus d'une merguez sur deux contient du porc


Alors que la saison des barbecues atteint son point culminant, une enquête de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en émoi la communauté des amateurs de grillades et les consommateurs de viande halal : rendue publique lundi 21 juillet, elle révèle que plus d'une merguez sur deux contient de la viande de porc.
Selon le code des usages de la charcuterie, la "merguez", ou "véritable merguez", est composée exclusivement de viande de boeuf et de mouton. Dans la pratique, il existe une certaine tolérance à l'égard des merguez contenant de la viande de porc, mais la mention "merguez de porc" doit alors impérativement être présente. Sinon,"dans la mesure où une saucisse est appelée merguez, elle ne doit pas contenir de porc", explique-t-on à la DGCCRF.
Or, une enquête dans 52 départements français , réalisée en 2007, a montré que 53 % des échantillons analysés dans 206 établissements contenaient du porc. Le cochon étant moins onéreux que d'autres viandes, cette fraude généralisée permet de réduire de façon drastique les coût de production, mais constitue une "tromperie sur les qualités substantielles du produit", notamment pour les consommateurs de viande halal. Les résultats de l'enquête de 2006 étaient encore plus alarmants : 71,4 % des échantillons analysés contenaient alors de la viande de porc.

UNE CHARCUTERIE DÉJÀ CONDAMNÉE EN 2005
La Répression des fraudes précise que "les enquêtes successives ont révélé chez certains professionnels l'ajout intentionnel de viande de porc meilleur marché dans les merguez très prisées en période estivale, et un fréquent défaut de nettoyage des chaînes de fabrication entre les productions de produits de saucisserie à base de porc et les merguez". Après avoir constaté les infractions, l'organisme rédige des procès-verbaux transmis au procureur de la République, qui décide alors d'engager ou non des poursuites. Faute d'un véritable suivi, la DGCCRF, qui dépend du ministère de l'économie, n'était pas en mesure, jeudi, de fournir le nombre de condamnations qui ont été prononcées.
(LEMONDE)

“Brussel maakt scène”

Hedendaagse podiumkunstenvoorstellingen vinden in Brussel doorgaans ’s avonds plaats. Toch zijn er heel wat mensen die liever overdag dan ‘s avonds een voorstelling of concert willen bijwonen. Het Seniorencentrum Brussel en Lasso, het Brussels netwerk voor kunsteducatie en publieksbemiddeling, hebben daarom het initiatief genomen om een aantal grote cultuurhuizen in Brussel te stimuleren om (meer) dagvoorstellingen te programmeren via het project ’Brussel maakt scène’. KVS en Bozar hebben al een dagprogrammatie en worden daarom als specialisten bij het project betrokken. Kaaitheater, Beursschouwburg en Ancienne Belgique hebben nog geen dagprogrammatie. De 5 huizen voorzien in het najaar 2008 minstens 1 dagvoorstelling binnen hun reguliere programmatie.

Het is niet de bedoeling dat dit beperkt blijft tot een éénmalig project. Met ‘Brussel maakt scène’ streven de organisatoren een échte mentaliteitswijziging na. Dit enerzijds bij de kunsteninstellingen die gewoontegetrouw voorstellingen ’s avonds programmeren, waardoor ze een deel van het publiek nauwelijks bereiken. Ook de artiesten zelf moeten hierrond gesensibiliseerd worden. Anderzijds is het publiek nog weinig of niet vertrouwd met de idee om overdag naar een voorstelling of concert te gaan. Ook daarvoor moeten extra inspanningen gedaan worden. Naast het slechten van praktisch drempels zoals het aanvangsuur, wordt er ook ingezet op inhoudelijke drempelverlaging via de kunsteducatieve omkadering. De initiatiefnemers beogen dus publieksvernieuwing, -verbreding en -verdieping

mercredi 23 juillet 2008

Speelpleinwerking Sint-Lambrechts-Woluwe eist taalkennis voor 'veiligheid'


De Brusselse gemeente vraagt kinderen die deelnemen aan de gemeentelijke speelpleinwerking een basisbeheersing van de gehanteerde taal. Dat zou nodig zijn voor de veiligheid. De vraag is opvallend, omdat enkele maanden geleden nog fel geprotesteerd werd tegen een gelijkaardige vraag in Liedekerke.

Kinderen die tijdens de zomermaanden opvang zoeken op de gemeentelijke speelpleinen van de Brusselse gemeente Sint-Lambrechts-Woluwe, moeten over een basiskennis beschikken van de taal die op het speelplein gesproken wordt, of dat nu Nederlands of Frans is. Dat zou nodig zijn om de veiligheid van de kinderen te garanderen, zodat die instructies en waarschuwingen van monitoren kunnen begrijpen en opvolgen. Als Brusselse gemeente biedt Sint-Lambrechts-Woluwe speelpleinwerking in beide landstalen aan.

Liedekerkse eis in opspraak
In maart van dit jaar kwam de Vlaamse gemeente Liedekerke nog in opspraak wegens een soortgelijke eis. Kinderen moesten toen het Nederlands beheren om toegelaten te worden op de speelpleinen. Vanuit Franstalige hoek werd die vraag toen scherp veroordeeld en de gemeente zag zich genoodzaakt de voorwaarde weer in te trekken, onder druk van Vlaams minister voor Integratie Marino Keulen.

Opmerkelijk is het feit dat net de burgemeester van Sint-Lambrechts-Woluwe, Olivier Maingain (FDF), fel van leer trok tegen de vraag van Liedekerke en de voorwaarde discriminerend noemde. Volgens de schepen van Jeugd, Eric Bott, is een vergelijking met Liedekerke echter niet mogelijk.

"Ouders kunnen in Sint-Lambrechts-Woluwe kiezen naar waar ze hun kinderen sturen, dat is de boodschap die de burgemeester wil meegeven", aldus Bott. In Liedekerke zou dat volgens hem niet het geval geweest zijn. Bott "had het gevoel" dat daar getracht werd anderstalige kinderen te weren. Bovendien is in de praktijk nog geen enkel kind de toegang tot een speelplein geweigerd, klinkt het nog. (Lotte Beckers)

Cursussen 'Brussel' voor Europese expats

Brussel - Europese expats kunnen vanaf november aan de Brusselse universiteiten VUB en ULB een grondige cursus volgen over het reilen en zeilen in het dagelijks leven in Brussel. In de cursussen leren de deelnemers meer over de stedelijke dynamiek, de Brusselse instellingen en het culturele leven. De Brusselse regering trekt 60 000 euro uit voor het project.
De cursussen bestaan uit vier delen: thematische uiteenzettingen over de Brusselse stedelijke dynamiek, uitstappen, ontmoetingen met Brusselse instellingen en initiatie in het cultureel leven. Een interactieve website vervolledigt het aanbod.
Op voorstel van de ministers Charles Picqué (PS), Guy Vanhengel (Open VLD) en Pascal Smet (SP.A) keurde de Brusselse regering een subsidie goed van 60.000 euro om dit project van beide universiteiten te steunen.

Belgique : une partie d'échecs pour l'avenir de l'Europe

Le quotidien La Vanguardia voit dans les événements en Belgique plus qu'une simple crise nationale gouvernementale. Il estime qu'une partie de l'avenir de l'Europe se joue aussi lors des difficiles négociations entre les différents groupes nationaux : "En Belgique, une partie d'échecs est en cours, dans laquelle tous les [pions] blancs ne sont pas nécessairement flamands et tous les noirs ne sont pas wallons. L'échiquier, Bruxelles, joue un rôle central dans le conflit que le Roi Albert II a réussi à prolonger jusqu'en automne en refusant la démission du Premier ministre Yves Leterme. ? Ce que l'on ne voit pas sur l'échiquier, c'est la Belgique. ... Dans cet héritage d'un passé germanique et romain, dans lequel la première partie s'élève économiquement et la seconde s'effondre, ce n'est pas uniquement l'avenir de la Belgique qui se décide. Il est aussi en grande partie question de la quintessence de l'Europe. Il s'agit bien de trouver une manière de vivre ensemble qui compose avec les changements qu'apportent les temps nouveaux."

mardi 22 juillet 2008

Les Européens peinent à apprendre à lire à l'école


Le constat de la médiocrité des jeunes lecteurs est général. Les enquêtes révèlent que trop d'élèves décrochent face à un texte complexe et que 15 % d'entre eux éprouvent de sérieuses difficultés dès le primaire.
Près d'un quart des Européens âgés de 15 ans ont de faibles compétences en lecture. Zéro pointé pour la France qui est passée de 15,2% d'élèves en difficulté en 2000 à 21,7% en 2006 !

La lecture reste un point noir, dans la plupart des pays d'Europe : près d'un quart des élèves européens âgés de 15 ans ont de faibles compétences en lecture. Les pays ont pourtant réalisé une «progression lente mais continue» entre 2000 et 2007 dans les domaines clés des systèmes d'enseignement, sur la proportion d'élèves qui quittent prématurément l'école ou sur le nombre de jeunes qui achèvent le second cycle de l'enseignement secondaire.
Le nombre de diplômés de l'enseignement supérieur dans les filières scientifiques a également augmenté comme la Commission européenne le recommandait. En revanche «La maîtrise de la lecture a empiré» : c'est le principal constat du rapport annuel sur les systèmes d'enseignement de l'Union européenne, que la Commission européenne vient de présenter.
Réduire fortement la part de jeunes de 15 ans ayant de mauvais résultats en lecture était pourtant l'un des objectifs affichés en 2000. Cet idéal est loin d'être atteint, puisque le taux est passé de 21,3 % en 2000 à 24,1 % en 2007.
Résultats «préoccupants»

Dans les pays bons élèves, la Finlande est en tête, très loin devant tout le monde, avec seulement 4,8 % de mauvais élèves, suivie de l'Irlande (12,1 %) et de l'Estonie (13,6 %). Les Pays-Bas et la Suède ont d'assez bons résultats, mais n'ont pas progressé au contraire de la Pologne. La Roumanie, avec 53,5 % d'élèves médiocres, et la Bulgarie, avec 51,1 %, atteignent les bas-fonds du classement. Entre les deux, la France est loin de briller puisqu'elle est passée de 15,2 % d'élèves en difficulté en 2000 à 21,7 % en 2006 ! La situation s'est également détériorée en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Portugal.
Le constat de la médiocrité des jeunes lecteurs est général. En Belgique, l'an dernier, une enquête révélait que trop d'élèves décrochaient face à un texte complexe et que 15 % d'entre eux éprouvaient de sérieuses difficultés en primaire.
Marie-Estelle Pech

ONE DAY FOR ANOTHER WORLD

Dit jaar wordt Nelson Mandela 90 jaar en dat zullen ze ook op de Gentse Feesten geweten hebben. ONE DAY FOR ANOTHER WORLD staat vandaag volledig in het teken van Zuid-Afrika. Vlaams minister van Cultuur Bert Anciaux grijpt deze gelegenheid aan om hierbij het Batsha/Jeugdproject voor te stellen. Een aantal resultaten daarvan, waaronder het concert van Sioen en Zuid-Afrikaanse muzikanten, zijn vandaag te beleven in Gent.

GENTSE FEESTEN: One Day Meets South Africa

Sioen verbleef enkele weken in Soweto en ging aan de slag met enkele Zuid-Afrikaanse collega’s in Ipelegeng. Het resultaat is te zien op het podium bij St. Jacobs. Ook bij het straattheater zullen Zuid-Afrikaanse jongeren niet ontbreken. STRUCTURELE

OPERATOREN
De vier geselecteerde gemeenschapscentra fungeren als natuurlijke voorkeur voor Vlaamse artiesten en organisaties die Zuid-Afrika bezoeken. Daarom is er geopteerd voor Vlaamse structurele operatoren die een volwaardige schakel vormen in het project. Bij de selectie werd vooral aandacht besteed aan het sociaal-culturele aspect en de nood tot capacity building in Zuid-Afrika.

DE ORGANISATIES DIE EEN WERKING HEBBEN IN DE GEMEENSCHAPSCENTRA : ARCHIDEE


Archidee heeft al een lange geschiedenis in Zuid-Afrika en heeft een nauwe kruisbestuiving met het gemeenschapscentrum Ipelegeng. Binnen het project willen zij vooral in de gemeenschapscentra lokaal geëngageerd danstheater ontwikkelen.

CROSSROADS

Crossroads ondersteunt de werking van het Vlaams-Zuid-Afrikaanse muziekproject ‘Zuiderwind’. In de gemeenschapscentra wil men meer logistieke ondersteuning bieden om lokaal zangtalent mogelijkheden te bieden.

THE INTERNATIONALS - vzw DUNIA-GLOBE

De band The Internationals wil via hun ervaringen en contacten op hun succesvolle Zuid-Afrikaanse tournee een nieuw hoofdstuk inslaan. Zij zullen er een project opzetten rond de murga, een soort fanfare met als peilers muziek, dans en woord. Op die manier willen ze het positieve ‘wijkgevoel’ stimuleren.

POPPUNT


Poppunt wil de kennis binnen de Zuid-Afrikaanse muzieksector verbeteren. Een van hun medewerkers is gevestigd in het BAT Centre en werkt over de gehele provincieKwaZulu Natal. Wekelijks worden er workshops gegeven aan muzikanten, niet alleen bij het BAT Centre, maar ook in de verschillende townships. Tijdens de workshops krijgen muzikanten de kans om kennis te delen en samen oplossingen te zoeken voor problemen zoals de opname en de promotie van je muziek, copyrights, optreden etc.

"L'Homme révolté", 50 ans après


AFP
L'écrivain Albert Camus en juin
Après avoir exploré les fondements de l'absurde (L'Etranger, Le Mythe de Sisyphe, Le Malentendu), Albert Camus (1913-1960) plonge dès 1943 dans la masse des documents qui constitueront la matière de son deuxième "cycle", son pendant, sa conséquence : la révolte.
Je me révolte donc nous sommes
(…)Le coupable, c'est le nihilisme. Cette force noire nourrit la volonté de toute-puissance des totalitarismes et parfume les procès abstraits.
"Qu'est-ce qu'un homme révolté ? C'est un homme qui dit non. Mais s'il refuse, il ne renonce pas : c'est aussi un homme qui dit oui, dès son premier mouvement." L'Homme révolté, cinquante ans après, Minard, 2001), on estimera pourtant qu'il n'en est rien : "Il restera pour les révoltés d'aujourd'hui et de demain ce que Camus avait voulu qu'il soit : des raisons de croire à la dignité de leur élan solidaire." Celles-ci doivent s'adosser à un nécessaire devoir de mémoire. Et écarter peut-être aussi désormais tout espoir dans l'action. La révolte - comme l'esprit de résistance - vivrait maintenant à l'unisson du monde contemporain. Sans chérir l'avenir, incertain, mais dans l'instant présent.
Jean-Michel Dumay

Kunstenaars maken 'Belgische' tandem


Nederlandstalige kunstenaar Jacques Dujardin en zijn Franstalige collega Paul Gonze maakten een echte 'Belgische' tandem.
© tvb
Brussel - Als er op de Nationale Feestdag een prijs voor de origineelste Belgen zou uitgereikt worden, zou die misschien wel kunnen gaan naar een kunstzinnig duo dat een echte 'Belgische' tandem maakte
De Nederlandstalige kunstenaar Jacques Dujardin en zijn Franstalige collega Paul Gonze namen een oude tandem onder handen en maakten er een op en top Belgisch exemplaar van, uiteraard geschilderd in onze nationale driekleur.

Het speciale aan deze tandem is dat de twee met de rug naar elkaar zitten,samen op de pedalen trappen en toch nog vooruit raken: symbolischer kan haast niet.

lundi 21 juillet 2008

Albert II : inventer de nouvelles formes de vivre ensemble


«Les divisions dans les esprits n'est pas une fatalité» a affirmé le roi Albert II
«Nous devons inventer de nouvelles formes de vivre ensemble dans notre pays». Le roi Albert II de Belgique a appelé dimanche les Flamands et les Wallons à rester unis pour résoudre la crise politique qui menace la cohésion du pays.
Beaucoup de Belges, francophones et flamands se réjouiront de cette exhortation royale.
Beaucoup de Bruxellois, dont la rédaction de Reflets regretteront qu’Albert II n’ait pas profité de cette crise pour faire un plaidoyer vibrant en faveur du dialogue entre les cultures, toutes les cultures.
N’est-ce pas la meilleure et la seule façon d’apprendre à vivre ensemble, à Bruxelles en Belgique et en Europe ? " L’Europe sera interculturelle ou ne sera pas ". C’est le cri de ralliement de Reflets et de ce blog.
Albert II se contentera d’une allusion discrète à "2008 année du dialogue interculturel".
S'exprimant à la veille de la fête nationale, le roi a assuré en revanche que les divergences entre les deux communautés -les Flamands réclament une autonomie accrue pour leur région, alors que les Francophones craignent une baisse des fonds accordés à la leur-.
Si l’on va jusqu’au bout d’un tel raisonnement de caractère communautariste, il faudra apprendre à regarder les Turcs, les Marocains, les Italiens qui vivent ici comme des communautés à part entière en droit de réclamer une autonomie culturelle équivalente à celle des francophones, néerlandophones ou germanophones. On se souviendra qu’AlbertII et son épouse furent accueillis par la communauté turque de la Petite Anatolie (Schaerbeek Saint Josse) par une marée de drapeaux turcs. N’était-ce pas une manière officielle de regarder cette communauté comme une entité à part entière ?
C’est le contraire de la dynamique interculturelle qui tend à renforcer la cohésion sociale par delà les communautés.
«Les divisions dans les esprits n'est pas une fatalité. C'est l'union et la tolérance dans le respect de l'identité de chaque entité fédérée qui représentent la seule voie possible dans notre société démocratique», souligne le roi dans son discours.
Non sire, dans votre royaume tétanisé par la crise communautaire ce n’est plus l’union mais la « diversité qui fait la force ».
A quoi bon sire solliciter une fois encore, comme Hamlet, le spectre du roi défunt votre frère. Vous chercherez en vain dans ses discours de circonstance ce plaidoyer vibrant que la Belgique et l’Europe attendent en faveur de la diversité et du dialogue des cultures et des civilisations dont se gargarise le pantin Sarkozy en en détournant le sens.
"L'intégration européenne a un effet désintégrateur sur les Etats"
Affirme Philippe Moreau-Defarges, spécialiste des questions européennes dans le Monde ..
Les Etats sont à l’agonie mais le nationalisme est bien vivant. Moins que le régions, ce sont les grandes villes qui incarnent désormais le dynamisme des peuples. Qui connaît la Belgique , La Flandre au Togo, en Ouzbékistan ou en Thaïlande. En revanche le monde entier connaît Bruxelles, Frankfort, Amsterdam, New York qui sans être forcément des capitales sont devenues des villes monde, autrement dit des centres cosmopolites, des creusets du dialogue interculturel.
Cela le spectre de Baudouin ne semble pas l’avoir compris. On peut rêver en imaginant que le futur roi des Belges prendra conscience que la ville où il est né est le laboratoire interculturel dont l’Europe a besoin pour sortir de la crise qui la mine. Seul l’imprévisible peut encore nous sauver. C’est Edgar Morin ce jeune homme de plus de quatre vingt ans qui l’affirme. Feignons de le prendre au mot et inventons sans tarder de nouvelles formes du vivre ensemble. « Les divisions dans les esprits ne sont pas une fatalité. »

Marc Guiot

Discours sur le colonialisme


Contrairement à ce que le titre peut suggérer, le Discours sur le colonialisme d'Aimé Césaire (1913-2008) n'a jamais été prononcé à une tribune. . La revue Réclame, plutôt de droite, lui avait commandé une contribution sur la colonisation, qu'elle espérait plutôt positive. Césaire a pris le contre-pied de cette demande. Il devait expliquer par la suite qu'il avait rédigé le Discours "comme un pamphlet et un peu comme un article de provocation".
Le texte de Césaire, paru en juin 1950, se présente comme un réquisitoire, un procès fait à l'Europe coloniale. "L'Europe est comptable devant la communauté humaine du plus haut tas de cadavres de l'histoire", assène l'auteur. Il fait le procès du continent européen au nom de ses propres principes. Au nom de la raison, des Lumières, des droits de l'homme que l'Occident prétend incarner. Devant ce tribunal, "l'Europe est moralement, spirituellement indéfendable". L'aboutissement de cet "ensauvagement du continent", de cette barbarie, a été le nazisme, "la barbarie suprême, celle qui couronne, qui résume la quotidienneté des barbaries". Pour Césaire, ce nazisme dont l'Europe vient à peine de sortir est l'héritier du "très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois" des XIXe et XXe siècles.
(...)Mais le Discours sur le colonialisme n'est pas seulement un pamphlet. C'est un texte poétique, rédigé dans une prose scandée, rythmée. Césaire retrouve la verve satirique et outrancière de Léon Bloy lorsqu'il dénonce tous les "chiens de garde du colonialisme", les "macrotteurs politiciens lèche-chèques", les "académiciens goitreux endollardés de sottises", les "ethnographes métaphysiciens et dogonneux.
Dans le Discours, Césaire prend soin de distinguer l'européanisation de l'Afrique et sa colonisation, d'autant plus que "ce mouvement était en train ; il a même été ralenti, en tout cas faussé par la mainmise de l'Europe". "J'entends la tempête, prévient Césaire. On me parle de progrès, de réalisations, de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d'eux-mêmes. Moi, je parle de sociétés vidées d'elles-mêmes, de cultures piétinées (...), d'extraordinaires possibilités supprimées."
Xavier Ternisien

dimanche 20 juillet 2008

Le poète, compositeur et chef d’orchestre Kamel Hamadi consacré Chevalier de la Légion d'honneur


Oublié par les responsables culturels de son propre pays, Kamel Hamadi, poète, compositeur et chef d’orchestre kabyle, a été désigné par le président français, Nicolas Sarkozy, chevalier de la légion d’honneur. La cérémonie de remise de la distinction aura lieu dans quelques jours au palais de l’Elysée, en présence de nombreux artistes algériens et d’amis. C’est par courrier postal que Kamel Hamadi a appris la bonne nouvelle.
Né en 1936 à Aït Daoud, un petit village niché aux pieds du Djurdjura dans la commune d’Iboudrarène, la vie de Kamel Hamadi est intimement liée à la musique. Non seulement, il a chanté ses propres chansons, mais il a composé pour de grands noms reconnus aujourd’hui tels que Aït Menguelet, son voisin d’Ighil Bouamass, ou Akli Yahiatène, sans oublier Hnifa, Nouara, Nora et de nombreux artistes de l’exil. Il s’est employé à ouvrir les chemins tortueux du chant et de la musique à des dizaines de jeunes talents d’expression berbère et arabe. En 1942, quand Kamel Hamadi quitte sa Kabylie natale, c’est tout naturellement à Alger qu’il « atterrit ». Là, il se met à fréquenter les milieux artistiques, les amoureux du chaâbi (musique populaire algéroise) et fait son entrée à la Radio algérienne où il contribue à densifier les programmes de la chaîne kabyle avec de nombreux compères comme cheikh Noureddine et Saïd Hilmi. Compositeur, arrangeur, poète, chef d’orchestre, acteur, le fils d’Aït Daoud a joué tous les rôles et gravi tous les échelons du métier. Un à un, sans brûler les étapes, car ce qui l’intéresse par dessus tout c’est le travail bien fait, propre et digne d’être reconnu par l’histoire et par ses pairs. . « Je n’attends pas de récompense, car tout ce que je fais est guidé par l’amour que j’ai pour mon métier. Et tant que je serai vivant, je continuerai à faire des choses. » . En France, il savoure un titre qui le réconcilie davantage avec sa première amoureuse : la musique.
(Libération

INTERCULTUREL BELGO BELGE

Pour un secrétaire d’Etat à la Coopération belge

Le Wallon habite Charleroi, plus attiré par la bière, les pots-de-vin et la malversation que par le travail. D’ailleurs, un travail, il n’en a pas. C’est normal, le Wallon est incompétent. Le Wallon porte un nœud papillon et ne porte d’intérêt à la Flandre que pour le paiement de son allocation de chômage et les vacances à la mer durant lesquelles il parlera français.
Le Flamand est entreprenant et habite à Anvers. Le Flamand est réservé, distant, va dormir tôt et se lève tôt car le Flamand travaille. Le Flamand est flamingant, va le dimanche à la messe et brandit son drapeau à la tour de l’Yser et est, faut-il le rappeler, raciste. Le Flamand est courageux mais terne, froid, sans humour et obsédé par les chiffres. Le Flamand parle parfaitement français mais refuse de le faire à Bruxelles. Ces images sont véhiculées constamment à l’égard de l’autre communauté dans les médias, à l’école, dans les conversations… Mais qui a des connaissances de l’autre côté de la frontière linguistique ? Le constat est simple : on ne se connaît pas. Comment prendre une décision sensée dans laquelle interviendrait le jugement envers l’autre communauté sur base d’une réalité méconnue ? Comment peut-on affirmer que l’efficacité même de nos institutions ne s’en retrouve pas influencée ?
Dans le souci d’améliorer l’efficacité de la gouvernance et de se concentrer sur les défis de la société, il s’agit d’assurer une plus grande cohésion au sein de la population. (…) La nomination d’un secrétaire d’Etat chargé de la Coopération belge, attaché au Premier ministre, semble primordiale. Il devra promouvoir, favoriser et construire des ponts entre les communautés, d’une part au niveau politique dans la prise de décisions, et d’autre part au cœur même de la société par le biais de ses citoyens et de ses acteurs économiques, culturels, sportifs…
Sa première mission est de veiller à favoriser les accords de coopération5(…)Son rôle consiste à stimuler la coopération intercommunautaire en invitant les ministres régionaux et communautaires à s’entretenir régulièrement. Le dessein est d’automatiser la réflexion quant à la plus-value ou non d’une coopération avec l’autre Communauté ou Région à propos d’un projet déterminé.
La deuxième mission du secrétaire d’Etat est de promouvoir des événements où francophones, germanophones et néerlandophones se rencontreraient, échangeraient, s’ouvriraient à la culture des autres communautés. Il s’agit par exemple de renforcer, pour ne pas dire reconstruire, les coopérations culturelles qui peuvent favoriser les échanges musicaux, entre musées, scolaires…(…)La nomination d’un secrétaire d’Etat chargé de la coopération belge n’engendrera pas « plus de Belgique » ou « moins de Belgique » mais augmentera l’efficacité et la cohérence de nos politiques, permettra de tirer profit des spécificités propres de chaque communauté et d’adoucir le climat intercommunautaire.
(Le Soir)

samedi 19 juillet 2008

Le fossé belge et l'Europe plurielle


Depuis treize mois et un scrutin qui a creusé le fossé entre les deux grandes communautés nationales, la Belgique - et l'Europe avec elle - est confrontée à une double question : ce pays est-il encore gouvernable et a-t-il, en fait, un avenir en tant que nation ? Le dernier épisode de la crise politico-institutionnelle belge n'incite, à cet égard, qu'à un peu plus de pessimisme
C'est dans ce contexte que le pays célébrera, lundi 21 juillet, sa fête nationale. (…)
Yves Leterme est un homme pétri d'ambition mais peu désireux, en tout cas, d'égaler ses prédécesseurs qui, de Wilfried Martens à Guy Verhofstadt en passant par Jean-Luc Dehaene, surent si bien jouer les équilibristes entre leurs origines et leur intérêt politique personnel d'un côté, les exigences et les lourdes contraintes de leur pays de l'autre. Ce faisant, ils devinrent des dirigeants de premier plan, dont l'Europe a vanté les qualités.
.(…)Alors que toutes ses demandes ont été satisfaites et que sa domination de l'Etat fédéral est solidement ancrée, la Flandre continue d'invoquer des raisons d'ordre historique pour justifier désormais des requêtes d'un autre type. Territoriales, parce que la présence - parfois massive - de francophones sur le territoire de la région reste perçue comme un risque, celui d'une nouvelle domination culturelle. Economique, parce que la Flandre , prospère et bien gérée, ne pourrait plus supporter des transferts d'argent "injustifiés" vers l'Etat fédéral. Comprenez vers une Wallonie qui se complairait dans le "hamac de la sécurité sociale", selon une formule qui fit florès.
Emporté par ce courant qu'il a lui-même conforté, amplifié, M. Leterme a récemment accusé les francophones de rendre "inconciliables" les positions au sein de l'Etat fédéral. Le propos est lourd de sens. Il reste donc à savoir pendant combien de temps encore le "modèle" belge, multilingue, multiculturel et riche de ses diversités, résistera à de tels coups de boutoir. S'il finit par être taillé en pièces ce système du consensus, du compromis et du débat, ce prétendu "laboratoire" d'une Europe plurielle finira par offrir à celle-ci la parfaite antithèse de ses valeurs. Une autre mauvaise leçon pour l'Union.
LE MONDE | (extraits)

RIK TORFS. Belg zijn zonder er trots op te zijn


Rik Torfs
Vandaag vieren wij feest. Het is 21 juli. De Belgische nationale feestdag.

Misschien merkte u het al: het gaat de laatste tijd niet goed met dat vaderland van ons. Formateurs en premiers bieden om de haverklap hun ontslag aan, heren verleerden de kunst van het verleiden, dames zeggen non met een preutsheid die niet bij onze volksaard past. De grenzen van ons staatsmodel zijn bereikt. Alles zit muurvast.
Vieren wij daarom deze feestdag minder uitbundig dan weleer? Neen. Dat geloof ik nooit. Wij vieren vandaag niet minder uitbundig dan vroeger, omdat wij ook vroeger deze dag nooit uitbundig hebben gevierd. Want wat betekent 21 juli? Militairen defileren blijmoedig, rotsvast gelovend dat het nooit oorlog wordt. Belgische renners winnen de rit in de Ronde van Frankrijk niet, precies zoals al die andere dagen waarop niet wordt gefeest. De zon schijnt schaarse uren, de Belgen lachen weinig. Wat ons verenigt, is de drache nationale. Een regenbui als bindsegment.(...)

En toch kan het ook een valstrik zijn. Daarom zult u mij niet de lof horen zingen van alles wat klein en fijn is. Klein kan te klein worden, fijn te fijn, zuiver te zuiver. België is klein. Maar Vlaanderen en Wallonië en Brussel zijn het in nog sterkere mate. Voelen wij ons werkelijk beter thuis in een land van een geringere omvang, een land waarin wij alleen maar Vlaming of Waal of desnoods Brusselaar zijn? Misschien bij een eerste aanblik wel. De geborgenheid van het bekende lokt, zeker wanneer wij moe zijn of moedeloos.
Maar wij kunnen ook ernstig zijn als Latijnen, en frivool als Germanen, vreemde ontsporingen waarvoor je een kenner moet zijn om ze te ontdekken en te waarderen.
Vlamingen en Franstalige Belgen hebben het recht om over economie en werk, over taal en cultuur niet exact hetzelfde te denken. Ik ben ervan overtuigd dat ze minder van elkaar verschillen dan dat ze van elkaar willen verschillen. Want dat laatste willen ze allebei, nog iets wat hen bindt. Hoe dan ook, die kans om eigen wegen te bewandelen moet hun geboden worden. Alleen dan kan België weer voor vrijheid staan, en niet langer voor verleden. Daarvoor zijn verdere onderhandelingen nodig.(...)
En beste landgenoten, maak kennis met elkaar. Overschrijd de taalgrens, vergeet uw schuchterheid, verlies uzelf. Spreek tot een Vlaming. Raak hem aan. Babbel met een Brusselaar. Zoek naar zijn hart. Kus een Waals meisje. Kus het eelt op haar ziel. Bemin haar. Verlaat haar desnoods, maar niet zonder te weten wie zij werkelijk is, waarvan zij droomt, naar wie zij verlangt.

jeudi 17 juillet 2008

Anciaux: "Ontslag Leterme brengt oplossing dichterbij"


Door zijn ontslag aan te bieden heeft Yves Leterme een oplossing dichterbij gebracht. Dat schrijft Vlaams minister Bert Anciaux (Vl.Pro) op zijn weblog. Het ontslag van de regering kan volgens Anciaux het begin zijn om uit de aanslepende crisis te geraken. Hij vraagt zich alleen af wie nu wel of niet een eerlijk spel speelt.

Bocht van 180 graden
"Op enkele uren tijd lijken nogal wat partijen een bocht van 180 graden te hebben gemaakt", stelt Anciaux. "Maandag nog was Leterme voor de N-VA een verrader. De denkpiste van Yves om een dialoog van Gemeenschap tot Gemeenschap uit te werken, werd frontaal aangevallen. Vandaag is Leterme terug de redder des vaderlands. Ook voor de Franstalige partijen trouwens. Vandaag eisen ze bijna in koor een stevige staatshervorming. Je moet ze tegenhouden of ze bepleiten de splitsing van het land met een onafhankelijk Wallobrux in het vizier. Enkele dagen geleden leek de regeringscrisis nochtans ontstaan door de weigering van deze Franstalige partijen om ook maar iets te doen op institutioneel vlak. 't Kan verkeren", aldus Anciaux.
(belga/bf)

ZAK-cartoon van de dag

Danneels vraagt dringende oplossing voor sans-papiers


In Elsene wordt er gehongerstaakt in een pand in de Buyllaan.
© tvb
Elsene / Vorst - Kardinaal Danneels vraagt dringend een degelijke politieke oplossing voor mensen zonder papieren. Door de politieke crisis na het ontslag van premier Leterme dreigen ze vergeten te worden, zegt de kardinaal.
Danneels vraagt een rechtvaardige regularisatie voor de asielzoekers die al bijna twee maanden in hongerstaking zijn in de kerk van Vorst . Tegelijk roept hij hen ook op om hun honger- en dorststaking te beëindigen.

"Een honger- en dorststaking is nooit een goed middel," zegt Hans Geybels, de woordvoerder van de kardinaal. "Men moet eerder streven naar de dialoog. En de hongerstaking kan die dialoog net in de weg staan."

De Belgische politieke impasse is ook slecht nieuws voor de hongerstakende asielzoekers in Elsene. In een pand van de ULB op de Adolphe Buyllaan zijn tachtig asielzoekers in hongerstaking.

Danneels au secours des sans-papiers

Le cardinal appelle le monde politique à ne pas oublier "le drame" des illégaux. Il faut rapidement une régularisation "réaliste, juste et généreuse". Mais la ministre Turtelboom ne peut même plus promettre la circulaire tant attendue...
Au nom des évêques de Belgique, le cardinal Godfried Danneels a appelé mercredi le monde politique à tout mettre en oeuvre pour que se dégage dans les meilleurs délais une politique de régularisation "réaliste, juste et généreuse".
"La crise politique que traverse notre pays ne doit pas faire oublier le désarroi de nombreux sans-papiers", souligne le président de la conférence épiscopale de Belgique, qui s'engage une fois de plus aux côtés des illégaux qui vivent des situations inhumaines dans notre pays.
Dans le même temps, le cardinal Danneels invite instamment les grévistes de la faim ou de la soif à mettre un terme à leur action. "Puissent-ils exprimer leur combat par d'autres moyens qui ne mettent pas en danger leur santé et même leur vie. Puissent-ils plutôt unir leurs forces avec tous ceux qui, par des initiatives constructives, militent pour que soit trouvée à ce drame une issue politique digne de ce nom".

mercredi 16 juillet 2008

BRUSSEL EN CONFEDERALISME


Vincent de Coorebyter, directeur-generaal van het politieke studiecentrum Crisp.
© tvb
Brussel - Dat de koning dinsdag met de ministers-presidenten van de gewesten en gemeenschappen heeft overlegd over de federale poltieke crisis, betekent niet dat we naar confederalisme gaan. Dat zegt Vincent de Coorebyter, directeur-generaal van het politieke studiecentrum Crisp. Welke rol Brussel in zo'n confederaal model speelt, is ook al niet duidelijk. Want Vlamingen en Franstaligen geven elk een eigen invulling aan confederalisme.
Om uit de federale regeringscrisis te raken, ontving de koning dinsdag de ministers-presidenten van de gewesten en gemeenschappen. Een primeur in de Belgische politieke geschiedenis.

Maar volgens Vincent de Coorebyter is uitnodiging cvan de ministers-presidenten niet door iedereen goed geïnterpreteerd. "Er was wel sprake van een dialoog tussen de gewesten en de gemeenschappen. De koning test dat idee. Hij controleert of de ministers-presidenten een rol willen spelen. Maar dat wil niet zeggen dat we automatisch naar het confederalisme gaan."

(...)Confederalisme betekent voor de Vlamingen dat bijna alle macht bij de deelstaten Vlaanderen en Wallonië ligt. Franstaligen zien meer heil in een confederalisme van Vlaanderen, Wallonië en Brussel, waarbij elke entiteit beschermd wordt.

Welke rol Brussel zal spelen in een confederaal België is niet duidelijk. Hoe dan ook wordt het een rol van betekenis, zegt de Coorebyter. Noch de Vlamingen, noch de Franstaligen hebben er belang bij de bruggen met Brussel op te blazen.

"Brussel produceert de meeste rijkdom. Grote international instellingen hebben er hun hoofdvestiging. Het is een diplomatiek centrum. Grote bedrijven zijn er gevestigd. Brussel levert 650.000 banen op. Geen enkel gewest heeft er belang bij om Brussel te laten vallen. Brussel is het beste cement voor België op dit ogenblik."

Zomerschool voor derde keer groot succes

De zomerschool in Brussel is voor het derde jaar op rij een groot succes. Anderstalige kinderen uit het basisonderwijs kunnen er tijdens de vakantie op een speelse manier hun Nederlands bijschaven. De school is een initiatief van de Vlaamse Gemeenschapscommissie.
Brussels minister Guy Vanhengel (Open VLD), in de VGC bevoegd voor onderwijs: "We zitten nu aan meer dan honderd kinderen, en naarmate we verder kunnen uitbouwen, moeten we proberen zoveel mogelijk de vraag die er is naar dit soort activiteiten, te beantwoorden. In de toekomst zal die vraag nog groter worden en moeten we overwegen stelselmatig, zoals we dat de afgelopen jaren al deden, uit te breiden. Maar daarvoor is er natuurlijk ook begeleiding nodig, en die is niet altijd makkelijk te vinden.

Volgens Vanhengel merken de leerkrachten bij het begin van het schooljaar duidelijk het verschil.

Bert Anciaux : "Mister Belgium, ici !"


"Tout ça (ne nous rendra pas le Congo)" consacre 52 minutes au ministre flamand : "J'ai décidé de changer le monde". A voir sur La deux à 20h05.
I l a l'oeil perdu dans un dessin du Belge Thierry De Cordier, "Le discours alpin". Un homme, qui discourt en haut d'une falaise, face au vide, avec le vent comme complice et unique public. Légende de l'oeuvre : "J'ai décidé de changer le monde." Bert Anciaux soupire : "J'y pense chaque jour."
Il est comme ça, le ministre de la Culture, des Sports, de la Jeunesse et des "Affaires bruxelloises" du gouvernement flamand : idéaliste. Si si. Et tellement incompris. Impopulaire au sud du pays, ce flamingant (sic) amoureux de la Wallonie est pourtant un homme très populaire. Populo, même. Dès lors, quoi de plus habile pour brosser son portrait que de prendre le parti impressionniste ?
Peter Boeckx, qui a longtemps officié pour l'émission Strip-Tease (le fameux "Docteur Plastique", c'est lui), a suivi le membre des VlaamsProgressieven (ex-Spirit) durant plusieurs semaines, en pleine période de négociations pour former un gouvernement fédéral.
Chez lui, dans la rue, au parti, avec son entourage politique et ceux dont il voudrait bien s'entourer. Ce film met le doigt sur les contradictions d'un personnage plus complexe qu'il n'y paraît.
The Offspring à fond
Anciaux se livre. Il hait l'extrême-droite, pense parfois à s'installer en Wallonie, mais ne parle presque jamais français, très complexé qu'il est par un handicap : jeune, il préférait jouer au caïd plutôt que d'étudier la langue, et n'en a donc jamais assimilé les bases.
Quand il lit dans la presse francophone qu'un flamingant est un séparatiste, il bondit : il est contre l'éclatement du pays. Contre l'indépendance de la Flandre. Quelques scènes plus tard, on le voit pourtant psalmodier en choeur au pèlerinage de l'Yser, au milieu d'indépendantistes, pour que la Flandre devienne un Etat à part entière. Et donner du mollet au Gordel. Etrange mais Anciaux.
Bert a la fougue de la jeunesse, et l'aime visiblement chez les autres. Il rencontre des jeunes Néerlandais, et leur explique que la Belgique a encore un avenir, mais bien entendu, plus celle de papa. "Imaginez-vous un Roi et une Reine qui ne vous respectent pas en tant que peuple. Et qui viennent en plus de je ne sais où ! On a été chercher quelque part en Allemagne des rois qui picolaient..." Virulent. Ce qui ne l'empêche pas d'être ravi de se faire nommer chevalier Grand-Croix de l'ordre d'Orange-Nassau par la reine Fabiola. Et de pavaner avec son écharpe médaillée lors de la réception qui suit, et de son retour à la maison : "Mister Belgium, ici ! Tout à l'heure, je la mettrai quand je serai tout nu !"
Il n'empêche, celui dont le nom est à jamais indissociable du courroux des riverains de l'aéroport de Zaventem se révèle plutôt sympathique. Amoureux de sa femme, Damienne, qui est prof à Molenbeek. Et simple. Il écoute "Self Esteem" du groupe punk The Offpring à fond dans sa voiture, un bandana noué autour du front. Il plonge dans un étang, quand il veut se rafraîchir.
Et puis surtout, il est rigolo et rigolard. Clou du spectacle : sa visite de l'Elysette en compagnie du ministre-Président wallon. Rudy Demotte lui montre les portraits de tous ceux qui l'ont précédé dans cette fonction. Anciaux en pointe un du doigt : "C'est qui, ça, c'est Boris Eltsine ?"
C'était Bernard Anselme.
La Libre Belgique

Red de Solidariteit' over kaap van 70.000 handtekeningen


De petitie 'Red de Solidariteit' heeft op bijna een maand tijd meer dan 70.000 handtekeningen ingezameld. Hendrik Vermeersch, BBTK-secretaris en woordvoerder van de actie, heeft er vertrouwen in dat de vooropgestelde kaap van 100.000 handtekeningen gehaald zal worden. Lukt dat, dan wordt er een groot evenement in Brussel georganiseerd.

Vermeersch geeft toe dat de piek in het aantal online-ondertekenaars achter de rug is. Na amper vijf dagen stond de teller al op 39.000. Na bijna een maand (de actie startte op 27 september) zijn er 68.180 online-handtekeningen. Daarnaast hebben 2.224 mensen de papieren petitie ondertekend.

"Dat het aantal ondertekenaars via internet ging dalen, was te verwachten", aldus Vermeersch. Hij verwacht nog een pak handtekeningen via de papieren enquêtes. Die worden volop rondgedeeld in de bedrijven, zegt Vermeersch. Intussen groeit ook in Franstalig België de steun voor de actie.

De actie 'Red de solidariteit' ontstond in de schoot van de vakbonden en kreeg snel de steun van honderden bekende ondertekenaars, zoals onder meer atlete Kim Gevaert, muzikant Piet Goddaer, auteur Hugo Claus en acteur Wim Opbrouck. Doel van de petitie is om een in te gaan tegen het "splitsingsdiscours dat bij de regeringsonderhandelingen hoogtij viert".

De petitie pleit ook voor het behoud van de federale solidariteit en dus van de federale sociale zekerheid. Bij de start van de petitie werd de kaap van 100.000 handtekeningen vooropgesteld. Dan zou er een groot evenement op de Brusselse Grote Markt georganiseerd worden. Hendrik Vermeersch is vol vertrouwen dat dat streefcijfer gehaald zal worden. Over het geplande evenement in Brussel, blijft Vermeersch vaag. Wat er precies zal gebeuren, blijft dus nog even geheim.

In het kader van de solidariteitsactie wordt volgens Vermeersch woensdag in Antwerpen (Ommeganckstraat 47-49) een vergadering georganiseerd onder de noemer 'Splitsing sociale zekerheid, in wiens belang?'.

Gastsprekers zijn Ann Van Laer (nationaal secretaris ACV), Rudy De Leeuw (voorzitter ABVV) en Guido Fonteyn
(De Morgen)

mardi 15 juillet 2008

Obama n'apprécie pas que le New Yorker caricature des rumeurs


WASHINGTON (Reuters) - Barack Obama n'a pas apprécié la couverture du New Yorker de cette semaine, qui met en scène les rumeurs qu'ont fait circuler ses adversaires en le montrant vêtu d'un turban et d'une djellaba alors que sa femme Michelle arbore une coupe afro, un fusil en bandoulière et une veste militaire sur le dos.

Sur cette couverture, le couple ainsi dessiné se tape le poing comme on se tope la main et en arrière-plan, le drapeau américain brûle.

"The New Yorker doit estimer, comme l'un de leurs membres nous l'a expliqué, que leur couverture est une satire des caricatures qu'ont tenté de créer les critiques de droite du sénateur Obama. Mais beaucoup de lecteurs vont la trouver de mauvais goût et offensante. Nous aussi", a déclaré le porte-parole d'Obama dans un communiqué.
Andy Sullivan, version française Grégory Blachier

dimanche 13 juillet 2008

Imam claimt 55.000 euro bij Geert Wilders


Sheikh imam Fawaz Jneid van de As-Soennah moskee in Den Haag heeft een claim van 55.000 euro neergelegd bij PVV-leider Geert Wilders. De zeer orthodoxe geestelijke figureerde in de anti-koranfilm Fitna van de Nederlandse politicus en stelt dat zijn "goede naam en eer door het slijk zijn gehaald".

"Niet onder de indruk"
In een reactie zei Geert Wilders zondagmorgen dat hij niet van plan is om geld te betalen aan de imam. "Ik ben niet onder de indruk van deze claim", aldus Wilders. "Het is wel vervelend dat ik nu opnieuw m'n advocaat moet inschakelen. Iedere procedure kost me een hoop aan advocatenkosten".
(anp/mvl)

Moeder, waarom haten wij?


Onbegrip, intolerantie, vooroordelen... het tiert welig in onze samenleving. Maar waarom? Volgens Amerikaans auteur John Ridley is het simpel: het is gemakkelijk, veilig en het verzekert ons van goedkeuring binnen onze eigen groep.

Sluw en subtiel
Ridley maakt een onderscheid tussen het 'pure' intolerantie, en verder gevorderde discriminatie als racisme, seksime of antisemisme. "Zij zijn de extreemste, vijandelijkste uitingen van de vooroordelen en intolerantie.

Maar meestal blijft het veel subtieler en sluwer. Het kan als het ware in je denken binnensluipen doordat je het vaak genoeg hoort en het dus gaat geloven. Waarom blijven we het zo moeilijk hebben met 'de ander'?"

Zij, niet wij
In België ligt de schuld altijd volledig bij de ander, en wordt alleen wat aan de oppervlakte zichtbaar is aangepakt. De zoektocht naar het kluwen van wortels, oorzaken, aanleidingen en gevolgen is te complex, te moeilijk en te veel mensen moeten verantwoordelijkheid nemen. Ridley geeft een andere uitleg: het is gewoon gemakkelijk om het op de ander te steken.

Dat is toch logisch?
"We hoeven er zelfs bijna geen moeite voor te doen, het gaat als vanzelf. Iemand afwijzen voor anders-zijn is veel gemakkelijker dan hem proberen begrijpen, en samen een compromis te zoeken. Tegelijk rechtvaardigt die intolerantie onszelf, het is tegelijk een beschermingsmechanisme en een wapen. En omdat het zo 'vanzelf' gaat, lijkt het als 'heel logisch'. 'Ze' of 'dat soort mensen' hebben het altijd gedaan en zijn nooit zoals 'wij'."
Steun van de groep
Bijkomend voordeel: je positioneert je duidelijk in een maatschappelijke groep, tegen een (heel herkenbare) 'andere'. Dat levert je respect en steun van de medestanders op, waarbij de gedeelde haat tegenover de ander jullie samenbrengt.

Makkelijk ipv moeilijk
In argumenten overheerst hun logica, en hun simplisme. Foute conclusies, misgeïntepreteerde verbanden of causaliteit zien waar er geen is: het is hun sterkste wapen. Want dat weerleggen vergt een complexe uitleg die veel moeite en begrip vraagt. En waarom zouden we het moeilijk maken als het ook gemakkelijk kan, lijkt iedereen te denken. (edp)(De Morgen)

samedi 12 juillet 2008

Schaarbeekse ambtenaar gaat autodelen


© Beeld uit reportage tvbrussel
Links
Cambio
Schaarbeek - De gemeente Schaarbeek wil elk jaar twee nieuwe Cambio-stations openen. Zopas kwam er een aan het gemeentehuis bij. En ook de gemeenteambtenaren gaan autodelen.

vendredi 11 juillet 2008

Bruxelles d'hier et d'aujourd'hui s'expose au "Soir"


Un face à face saisissant entre le Bruxelles de jadis et celui d'aujourd'hui.

Le Mont des Arts en 1937 © Archives Le Soir

La porte de Louise de 1950 et le Monts des Arts de 1937 n'ont plus vraiment le même visage. Comme on peut le constater à l'expo qui se tient au "Soir", du lundi au vendredi de 10 à 15 h. "Lors du déménagement (du 120 au 100, rue Royale), nous avons retrouvé d'anciens négatifs sous forme de plaques de verre. Nous avons voulu les mettre en valeur en les plaçant à côté des photos des mêmes lieux réalisées aujourd'hui". Après Bruxelles, un autre thème pourrait voir le jour : la famille royale et ses hôtes de marques. De Churchill à Charles Lindbergh.

Vanhengel tevreden over toespraak Peeters


Guy Vanhengel, vice-minister-president van de Brusselse regering, toont zich tevreden met de 11 juli-toespraak van Vlaams minister-president Kris Peeters. De minister-president besteedde in zijn tekst ruime aandacht aan Brussel.

"Het doet deugd om de kopman van de Vlaamse regering te horen zeggen dat Brussel de economische voedingsbodem is van Vlaams- en Waals-Brabant", stelt Vanhengel. "Dit geeft hoop op een meer ontspannen en opbouwende relatie tussen Vlaanderen en Brussel."

Peeters verklaarde in zijn toespraak dat Brussel structureel moet worden gefinancierd. Dat is volgens Vanhengel een erkenning van de huidige onderfinanciering van het Hoofdstedelijk Gewest.

De Brusselse vice-minister-president kan zich ook vinden in Peeters' eis om het Brusselse bestuur efficiënter te maken. "De Brusselse regering maakt werk van een betere bevoegdheidsverdeling tussen gewest en gemeenten", aldus Vanhengel.
(De Morgen)

mercredi 9 juillet 2008

LA PLACE FLAGEY REVIT

L’immense place Flagey enfin rouverte au public !

Ils sont venus par milliers pour vérifier si ce n’était
pas un canular, un de plus : les nantis du Jardin du Roi,
les paumés de derrière la rue Malibran, les jeunes en
négligé, les vieux en goguette, les musiciens les
chanteurs et les chiens-chiens. Plus mixte que ça tu
meurs.

Il y a six ans qu’ils attendaient ça, certains disent
huit, le bruxellois est volontiers exagérateur. Les
terrasses du Belga et d’ailleurs noires de monde, les
bancs interminablement longs tous occupés par des badauds
de toutes origines.
Les foules impatientes ont écouté poliment les discours
des excellences évoquant à grand renfort de décibels
tantôt, leur satisfaction d’en finir enfin (Pascal Smet)
leur pantalons usés sur le bancs de l’école voisine (De
Courty), leur visites au cirque Bouglione, enfant
(Françoise Dupuis), leur premiers émois amoureux et leur
premier baiser sur cette place (Charles Piqué), les affres
d’un dossier complexe et pourri (Uytebroeck), les arcanes
et les pièges du bicommunautaire qu’il faut apprendre à
dépasser, les promesses de Flagey interculturel ( Bert
Anciaux) qu’on aurait aimer entendre dire cela aussi en
français.
Mais personne n’applaudit personne ; c’est que le
Bruxellois est allergique au discours politique et les
fanfares aussitôt d’enchaîner, tonitruantes et
débridées, les rondes alors de se déployer comme dans la
scène finale des enfants du paradis.
Malgré un revêtement de sol posé à la quatre six deux,
malgré une pierre bleu importée de Chine-c’est
tellement moins cher-déjà maculée de tâches
indélébiles, malgré la non accessibilité aux parkings
souterrains, malgré ceci et malgré cela, cette place est
promise à un avenir fabuleux. Flagey, place de toutes les
cultures est l’agora ouverte que les bruxellois
attendaient comme d’autres attendent Godot, sans y croire
vraiment. Flagey, l’Alexanderplatz bruxellois, le saint
Germain des Prés d’un nouvel art européen de vivre
dehors, est promis à un essor fabuleux avec son paquebot
INR en pleine mutation dans un quartier qui se gentrifie à
vue d’œil.
Le feu d’artifice qui clôturera ce week-end de
réconciliation d’un public et de sa place est le premier
d’un long été qui va décoiffer. Paraît que toutes ces
festivités vont coûter la modique somme de 300.000€.
C’est que les politiques ont beaucoup à se faire
pardonner mais qu’importe, la pompe est amorcée et
croyez-moi Flagey va franchement nous étonner.

Marc Guiot

lundi 7 juillet 2008

Vernieuwd Flageyplein feestelijk geopend


Vernieuwd Flageyplein met veel vuurwerk geopend
© tvb

zaterdag het Flageyplein in Elsene na zes jaar van werkzaamheden feestelijk geopend. Met het openen van een groot kado werd het plein symbolisch aan de omwonenden geschonken. Een spectaculair vuurwerk en klank- en lichtspel sloten de openingsavond af.

"Het is goed dat de werken eindelijk gedaan zijn", klinkt het bij heel wat Elsenaren. De meesten vinden het nieuwe plein ook erg mooi en geslaagd. De inplanting van de bomen kan op ieders goedkeuren rekenen.
Tot nu toe maakten de bezoekers dankbaar gebruik van die openbare ruimte. De nieuwe banken zitten naar het schijnt heerlijk, en zijn meer dan welkom, zegt een van de omwonenden: "Zelfs als ik eventjes boodschappen ga doen hier in de supermarkt op het plein, kan ik rustig eventjes komen pauzeren. Formidabel!"

dimanche 6 juillet 2008

Flagey retrouve sa place


UNE SEMAINE de fête pour faire oublier six ans de travaux. Le quartier change… Ses habitants aussi.

L'évolution actuelle de la place Flagey est extrêmement similaire à celle de la place du Châtelain il y a dix ans. » Ecolo et la Pologne
Dès que l'on quitte la sphère résidentielle, les appétits sont encore plus forts. Ainsi, le paquebot de l'INR affiche-t-il complet pour la première fois de son existence. L'ASBL culturelle (qui occupe la moitié du bâtiment de la place Sainte-Croix) partage en effet l'ancienne maison de la radio avec 11.000 m2 de bureaux. « Pas de souci à se faire non plus pour les bâtiments voisins du paquebot…
lLe quartier a du potentiel potentiel. « A condition de le faire vivre le week-end », précise-t-il. D'où ses pourparlers avec un établissement style Pain Quotidien ou Paul. D'où, aussi, son envie d'ouvrir « le premier manga store de Belgique », de remplacer la librairie (en fin de bail) par un magasin mêlant presse et livres (« mais plutôt dans une rue voisine ») et de bannir les banques et autres activités de semaine. Il n'est pas le seul à vouloir s'établir à Flagey : les exploitants du célèbre Barabar viennent d'ouvrir, tout contre l'église Sainte-Croix. Et l'exploitant d'un des derniers bars « historiques » de la place reçoit plusieurs fois par semaine des offres de rachat de son bien… De quoi alimenter les craintes, exprimées par les autorités publiques, nombre de riverains et plusieurs associations réfléchissant la (vie en) ville, de voir le quartier perdre son âme et surtout sa mixité sociale. « Mais que faire », s'interrogent-ils. Sans qu'aucune réponse ne fuse.

samedi 5 juillet 2008

Openingsfeest Flageyplein: het programma


Flagey by night, maandagavond 30 juni 2008, om 23.06 uur
©

Elsene - Na de aanslepende heraanleg van het Flageyplein gaat het stof eindelijk liggen. Het openingsfestival werd uitgedacht door de artistieke bezielers van het Flageygebouw. Algemeen directeur Hugo De Greef en programmadirecteur Tarquin Billiet lichten hun plannen toe.
Het openingsfestival van het nieuwe Flageyplein staat los van het programma dat de vzw Flagey voor eigen huis programmeert, maar toch ook weer niet helemaal. Hugo De Greef: “Wij zijn in de eerste plaats blij dat minister van Openbare Werken Pascal Smet aan ons gevraagd heeft dit evenement te organiseren en dat hij er wat extra middelen voor heeft vrijgemaakt. Zwaartepunt zijn de twee weekends die elk een beetje anders zijn van natuur. Het eerste is echt bedoeld voor een groot publiek, met veel animatie, vuurwerk en fanfares, en een familiedag op zondag met de grote brunch en een heleboel evenementjes en muziekjes. Dat is het weekend om te flaneren en te dansen, het weekend van de buurtprojecten en hopelijk ook van de plaatselijke horeca. Het tweede weekend begint al op donderdag met het grote pop- en rockconcert ‘Vaya Con Dios nodigt uit…’, daarna de Portugese dag op vrijdag en de klassieke concerten op zaterdag. Dat tweede weekend is voor ons een test om te kijken hoe dit plein kan functioneren tijdens grote evenementen.”
Want Flagey loopt inderdaad met plannen rond om van dit festival een jaarlijks, misschien wel halfjaarlijks evenement te maken. De Greef: “Deze opening kan inderdaad de start betekenen voor iets nieuws in de toekomst. Want wij zouden natuurlijk graag met dit plein gaan werken. We hebben in ons gebouw vijf zalen, en het plein zou onze zesde zaal kunnen worden, Wat nu het openingsfestival van het plein is, zou later dus kunnen uitgroeien tot een jaarlijks Zomerfestival en misschien ook een Winterfestival. Daarbij willen we natuurlijk binnen de mogelijkheden blijven die de gemeente ons geeft, maar we zouden er ook de middelen voor moeten krijgen. Tegen volgende ronde van het Vlaamse Kunstendecreet en het hernieuwen van het Contrat Programme met de Franstalige Gemeenschap in 2010 willen we daar dus een stevig dossier van maken.”
nieuw centrum
Et er zijn nog altijd mensen die naar café Belga komen zonder te weten wat er zich naast de deur afspeelt.”
“Daarom gaan we met Belga een paar kleine maar zeer concrete afspraken maken. Bij bepaalde evenementen zal de tussendeur tussen het café en de rest van het gebouw bijvoorbeeld open gaan. Daarnaast willen we ook de foyer meer een deel van het plein laten worden. Het zou voor ons natuurlijk leuker zijn als het Flageyplein helemaal tot aan het gebouw kwam zonder dat daar nog een straat tussen zit, maar daar kunnen we niets aan veranderen.”
“Sowieso zullen we een hele heropleving van de buurt krijgen. Ik denk dat we dat moeilijk kunnen onderschatten. Ik heb tot mijn eigen verbazing moeten vaststellen dat het voor veel mensen uit het centrum een hele opgave is om de heuvel over te komen naar Elsene, maar het kan hier ook een nieuw centrum worden.”
Programma
Zaterdag 5 juli beginnen om 10.00u de architecturale wandelingen en opent de tentoonstelling met ontwerpen voor het Flageyplein van laatstejaarsstudenten van la Cambre. Om 14.00u beginnen de dj’s in samenwerking met FM Brussel, en om 17.00u stromen fanfares, majorettes, Zinnekes, en straatartiesten toe vanuit de stad. Om 20.00u volgt de officiële opening met concerten en een klank-en-lichtspel met vuurwerk na zonsondergang. Om 23.00u wordt op het Heilig Kruisplein de film Snatch van Guy Ritchie geprojecteerd in het kader van het Europees Filmfestival van Brussel dat dan aan de gang is, en is er in Théâtre Marni een concert van de Kaapverdische zanger Mamano.
Zondag 6 juli is het familiedag. Op de markt kunnen gezinnen proviand inslaan voor de megabrunch op witgedekte tafels die van 10 tot 14.00u plaatsheeft op het plein. Voor de kinderen zijn er ondertussen vertellers en workshops, en om 13.30u wordt voor hen een Bal Moderne georganiseerd op het Heilig Kruisplein, waar in de kerk dan het Vlaams Radio Koor optreedt. Tussen 17 en 22.00u organiseert Muziekpublique het multiculturele Bal des Flageys met Galicische dans, tarantella, Braziliaanse forro en rumba. De verenigingen Korei en Arcadia organiseren heel de dag geleide bezoeken in de wijk.
Op 7, 8 en 9 juli staan vooral geleide bezoeken en tentoonstellingen op het programma. Op maandag, tussen 14.30 en 17.00u is het Kindermuseum gratis toegankelijk, in het Flageygebouw zijn buurtprojecten te zien, waaronder de vertoningen van foto’s en films van de buurt in Studio 5.
Op donderdag 10 juli kan je tot ’s avonds laat gratis naar het Museum van Elsene, en begint om 20.30u op het plein het grootse concert Voices of Brussels (zie verder).
Op 11 juli staat de plaatselijke Portugese gemeenschap centraal met de inhuldiging van het Fernando Pessoaplein. Er worden gedichten voorgelezen en films getoond en om 21.00u sluit fadozangeres Mafalda Arnauth de dag af met haar concert op het Flageyplein.
De slotdag zaterdag 12 juli is die van de klassieke concerten: om 18.00u het concert van het Orchestre d’un jour dat bestaat uit Elsense muzikanten, om 19.00u speelt de Brussels Philharmonic een tweedelig concert met eerst filmmuziek (componisten van de Spielberg-films, Love actually, Captain Corelli’s mandolin en Shakespeare in love) en de A-films van Atom Egoyan, en daarna de Symfonie van de nieuwe wereld van Antonin Dvořák.
Voices of Brussels
Een hoogtepunt van de festivalweek wordt ongetwijfeld het marathonconcert ‘Vaya Con Dios: Voices of Brussels’. Zangeres Dani Klein ontvangt op het Flageyplein een hele reeks andere Brusselse muzikanten van diverse pluimage, met absolute topnamen als Marie Daulne van Zap Mama, Philippe Catherine, Geike Arnaert van Hooverphonic en Myriam Fuks, maar ook Bai Kamara, Khalid Izri, Uman, Pablo Andres en Bao Sissoko.
:: 10.7.2008 20.30
:: 5 tot 12 juli 2008, Flageyplein en omgeving Elsene, info 02-641.10.20
:: Op zaterdag 5 juli zendt FM Brussel van 12 tot 18u live uit vanop het Flageyplein.
Op zondag 6 juli brengt tvbrussel om 18u een special van een half uur over het Flageyplein

Le plus haut juge anglais accepte la loi islamique

Le chef de la magistrature d'Angleterre relance la polémique sur l'application des règles coraniques.

La controverse sur l'application de la loi islamique au Royaume-Uni a été relancée jeudi soir par le plus haut juge du royaume, lord Phillips of Worth Matravers. Le chef de la magistrature d'Angleterre et du pays de Galles a défendu le droit pour des musulmans vivant en Grande-Bretagne de régler des affaires privées selon les règles de la charia.
Ses propos tenus devant une assemblée de centaines de musulmans dans l'est de Londres, faisaient largement écho à ceux tenus en février par Rowan Williams, l'archevêque de Cantorbéry.
«Il n'y a pas de raisons pour lesquelles les principes de la charia, ou de tout autre code religieux, ne pourraient pas être le fondement d'une médiation ou d'autres formes alternatives de résolution des conflits», a affirmé lord Phillips, tout en insistant sur le fait que les règles coraniques appliquées ne devaient pas être contraires aux lois anglaises. En cas de désaccords entre les parties, ce serait au droit anglais de trancher. «Jusqu'ici, selon la loi, ceux qui vivent dans ce pays sont gouvernés par la loi d'Angleterre et du pays de Galles et soumis à la juridiction» de leurs tribunaux, a-t-il rappelé.
Tribunaux islamiques officieux

Les exemples d'application cités par lord Phillips sont les accords de mariage, les affaires familiales et certains arrangements financiers. Ce dernier point n'est en tout cas plus du tout controversé, puisque le ministère britannique des Finances autorise, depuis 2002, les fonds islamiques. Londres est devenue une place mondiale pour ces systèmes financiers obéissant aux contraintes de la charia, qui interdit l'usure et ne permet pas d'investir dans des sociétés impliquées dans la pornographie, l'alcool, le tabac et les jeux d'argent.
Les musulmans britanniques n'ont d'ailleurs pas attendu Rowan Williams et lord Phillips pour appliquer certaines règles coraniques. Il existe déjà une dizaine de tribunaux islamiques officieux, dans des mosquées ou des centres d'enseignement de l'islam, qui règlent des affaires familiales. Ces petites structures n'ont aucune reconnaissance légale. «La loi nous autorise à utiliser n'importe quelle tierce partie pour une médiation, précise à la BBC Inayat Bunglawala, membre du conseil musulman de Grande-Bretagne. C'est pour cela que nous faisons appel à des conseils islamiques. Ce sont des arrangements volontaires.» Lors de la polémique lancée par l'archevêque de Cantorbéry, tous les partis politiques s'étaient opposés à l'idée de l'application des lois islamiques, de peur de créer un système judiciaire à deux vitesses, contraire au principe d'universalité du droit.

vendredi 4 juillet 2008

SOS Racisme accuse Air France de "fichage ethnique"


SOS Racisme a accusé mercredi 2 juillet Air France de "discrimination" et de "fichage ethnique" car la compagnie utilise des fiches indiquant l'aspect ethnique des stewards et hôtesses volontaires postulant pour travailler sur les "vols spéciaux".
Selon un communiqué de SOS Racisme, il s'agirait pour Air France de "satisfaire les demandes commerciales de certains passagers", ce que conteste la compagnie, qui vante un moyen de promotion de la diversité au travers de ses personnels navigants commerciaux (PNC, stewards et hôtesses).
"C'est un outil d'équité et de diversité" pour composer les équipages des "vols spéciaux" (vols officiels, avions affrétés par de gros clients: fédérations sportives, entreprises, vols humanitaires) et des "manifestations exceptionnelles", a expliqué Air France à l'AFP.

"Montrer" la diversité
"Notre personnel est très divers. Nous tenons à le montrer sur les vols spéciaux où c'étaient toujours les mêmes qui partaient auparavant", précise un porte-parole.
Pour chaque PNC volontaire, une fiche est remplie par un cadre lors d'un entretien. Après la taille et avant la couleur des cheveux, il est demandé de le classer parmi 7 critères ("africain, antillais, asiatique, eurasien, indien, méditerranéen, occidental"), confirme la compagnie. Des critères "illégitimes" et "illégaux" au regard des textes constitutionnels, s'indigne SOS Racisme.
Air France souligne que "ce procédé est déclaré à la Cnil (NDLR: la Commission nationale informatique et libertés) depuis février 2004" et que les renseignements à caractère ethnique "ne sont pas obligatoires" et conservés "avec l'accord" du salarié. (AFP)

Dakloze buurman van koning is overleden


Elhassan bouwde zijn hutje zelf op de middenberm tussen de Van Praetlaan en de Vuurkruisenlaan in Laken.
© Mark Renders
LAKEN - Woensdagavond is de dakloze buurman van de koning in Laken dood aangetroffen in zijn zelfgebouwde kartonnen huisje. Elhassan, een Marokkaanse inwijkeling, bleek al enkele dagen dood te zijn.
De politie vermoedt dat Elhassan zichzelf heeft opgehangen. Twee getuigen ontdekten het levenloze lichaam toen ze de man wat brood en drinken kwamen aanbieden.

Enkele maanden geleden kwam Elhassan nog in het nieuws als buurman van koning Albert. Op een steenworp van het koninklijk domein had hij een hutje van karton, takken, aarde en plastic gebouwd. In zijn huis je waren verschillende kamers. Elhassan had zelfs een douche, waar hij zich waste met regenwater. In een apart bouwseltje stond zijn wc, met een toiletpot en een slot op de deur.

Naar eigen zeggen had Elhassan, die waarschijnlijk illegaal in het land verbleef, nog geen problemen gehad met de politie. De arm der wet was zelf niet op de hoogte van de geïmproviseerde woonplaats van de man.