mercredi 23 juillet 2008

Belgique : une partie d'échecs pour l'avenir de l'Europe

Le quotidien La Vanguardia voit dans les événements en Belgique plus qu'une simple crise nationale gouvernementale. Il estime qu'une partie de l'avenir de l'Europe se joue aussi lors des difficiles négociations entre les différents groupes nationaux : "En Belgique, une partie d'échecs est en cours, dans laquelle tous les [pions] blancs ne sont pas nécessairement flamands et tous les noirs ne sont pas wallons. L'échiquier, Bruxelles, joue un rôle central dans le conflit que le Roi Albert II a réussi à prolonger jusqu'en automne en refusant la démission du Premier ministre Yves Leterme. ? Ce que l'on ne voit pas sur l'échiquier, c'est la Belgique. ... Dans cet héritage d'un passé germanique et romain, dans lequel la première partie s'élève économiquement et la seconde s'effondre, ce n'est pas uniquement l'avenir de la Belgique qui se décide. Il est aussi en grande partie question de la quintessence de l'Europe. Il s'agit bien de trouver une manière de vivre ensemble qui compose avec les changements qu'apportent les temps nouveaux."

Aucun commentaire: