lundi 11 août 2008

LA DIVERSITE JUSQU'A LA BATARDISE


Ce qui se passe en Géorgie nous concerne directement. D'abord parce que le Caucase est en Europe – l'Elbrouz, à 5.642 mètres, est le plus haut sommet de notre continent. Ensuite parce que cette région frontière de l'Europe est une mosaïque instable, striée d'infrastructures énergétiques vitales et de cicatrices brûlantes de l'Histoire. C'est un baril de pétrole et un tonneau de poudre, entre nous, la Russie, l'Asie centrale et l'islam enfiévré.
(...)Les Européens sont divisés sur le fond, sur le fait séparatiste. On l'a vu avec le Kosovo : vingt pays parmi les Vingt-Sept ont reconnu le nouvel Etat balkanique. Le Kosovo était un coup de force juridique. Les Russes, qui avaient mis en garde contre une déclaration d'indépendance unilatérale de la province de Serbie, en présentent aujourd'hui la « facture » : un coup de force militaire.
L'Europe est la plus belle preuve que les ennemis d'hier peuvent lier leurs destins pour faire de grandes choses. C'est le contraire de se tourner le dos. En Géorgie comme ailleurs, elle ne peut prôner d'autre voie, dans le cadre de démocraties modernes, de la diversité, jusqu'à la bâtardise. Le reste n'est qu'affaire de constitutionnalistes imaginatifs.

Aucun commentaire: