vendredi 3 octobre 2008

BERT ANCIAUX STELT ORGELCOLLECTIE GHYSELS TEN TOON


In 2007 verwierf de Vlaamse Gemeenschap de dans-, kermisorgels en saloninstrumenten van de voormalige collectie Ghysels.
Van 9 oktober 2008 tot 8 maart 2009 zal het grote publiek voor het eerst deze indrukwekkende instrumenten kunnen bewonderen in de speciaal ontworpen danszaal Continental Superstar, in de Koninklijke Musea voor Kunst en Geschiedenis in het Jubelpark. Dankzij de uitgebreide collectie orgelboeken en rollen staat de tentoonstelling garant voor uren mechanisch muziekvertier.

Op dinsdag 7 oktober 2008 om 10.30 uur bent u welkom op de persvoorstelling:

-De heer Jo Santy, projectverantwoordelijke Continental Superstar

Na de toespraken volgt een korte rondleiding waarbij u de instrumenten en hun bedieningstechniek van dichtbij kunt fotograferen of filmen.
Tijdens de receptie/lunch spelen de orgels muziek.
Meer info:
Tineke Sonck, woordvoerster minister Anciaux, Vlaams minister van Cultuur, Jeugd, Sport en Brussel
tineke.sonck@vlaanderen.be - 02/552 69 16 - 0473/96 73 51

Jo Santy, Jubelparkmuseum Brussel
Jo.santy@kmkg-mrah.be – 02/741 72 11

COMMENTAIRE DE DIVERITY
Les Schaerbekois se souviendront que jusqu’en 2002 Schaerbeek possédait un remarquable musée dit de l’orgue situé rue Walhem. C’était un musée privé géré par les époux Ghysels qui avaient rassemblé au fil des décennies la plus belle collection de limonaires, orgues de foire et boite à musique sans doute au monde. Autrefois et jusqu’à l’invention du juke box (qui envahit les bistrots dans les années cinquante) il y avait un limonaire dans beaucoup de cafés populaires. Du temps où Bruxelles brusselait, nos grands pères et nos grands-mères dansaient dans les cafés au son aigrelet de ces énormes boîtes a musique dont ce musée abritait une impressionnante collection en parfait état de marche. Le père Ghysels, ébéniste de son état et fabricant de cercueils avait consacré sa fortune à constituer cette magnifique collection. En 2002, le musée où beaucoup venaient fêter un anniversaire, un départ à la pension où un mariage au son de l’orgue, ferma définitivement ses portes. Le collège de l’époque refusa de racheter la collection pour la modique somme de 18 millions (à titre de comparaison, la maison Autrique de Horta dont Cécile Jodogne fut conservatrice fut acquise alors pour 15 millions de FB). Quelques-uns émirent alors la suggestion, à notre sens très judicieuse, de réunir le musée dit de la bière et celui de l’orgue. On craignait que la collection unique ne migre vers les Etats-Unis.
Pas du tout. Cette belle tranche de folklore populaire vivant fut rachetée par le facétieux Bert Anciaux ministre flamand de la culture ravi de faire ce pied de nez au très francolâtre bourgmestre schaerbeekois.
Quant au fameux musée de la bière, parlons en
Le bourgmestre empêché, toujours lui, ne se prive pas de vanter les mérites de l’enseignement communal schaerbeekois et il a tout à fait raison. Mais dans le même temps, au risque de perdre un gros subside il refuse que l’institut Frans Fischer qui vient d’obtenir un crédit d'un million € pour sa section chimie ne réinvestisse ses locaux occupés illégalement par…le musée de la bière, que le Molah Bosquet avait cédés « en stoemelinks » à son collègue à feu l’échevin des travaux Claude Pollet afin qu’il puisse y installer son gadget électoral à l’enseigne de la pompe à bière. Jean Paul Bosquet, alors échevin de l’instruction publique et fin renard, espérait par cette astuce obtenir un renvoi d’ascenseur sous forme de travaux dans ses écoles délabrées. Désormais, après avoir servi été hérité par le ci-devant échevin van Gorp, le musée de la cervoise reprend du service au bénéfice du ticket électoral Jodogne-Clerfayt 2009. Paulet se retourne dans sa tombe. Le directeur de Frans Fischer mange sa barbe. Il risque de perdre ses quarante millions de subside si son super labo (CTA) ne peut être installé dans ses locaux de la rue de la Ruche occupés par le temple de la bière.
Pauvres élèves de la section chimie, personne ne se soucie de leur avenir et l’échevin de l’Instruction publique baisse pavillon. Vive la Cité des Ecoles des ânes, de la griotte mais aussi de la bière. A la fin duXIXe siècle, dix brasseries étaient établies dans cette verte commune où la bière coulait à flot ! La dernière, la Brasserie Roelands ferma ses portes en 1956, le bâtiment racheté par la commune abrita longtemps les services des travaux . Vide désormais, l’ancienne brasserie eut fourni un excellent lieu pour abriter la double collection. Collection, restons sérieux. Celle de l’orgue certes oui mais l’autre ? En 1994, un petit groupe de Schaerbeekois décida de rendre hommage à ce passé brassicole en ouvrant un musée de la bière. Claude Paulet, le président de l'Asbl avait une impressionnante collection de sous-bocks, un membre fondateur fit don de quelque 300 bouteilles et de quelques plaques émaillées. Pas de quoi en faire un fromage.
Il leur manquait un local ! Ils squattèrent sans aucune base légale les locaux de Frans Fischer de la façon décrite plus haut.
Aujourd’hui, l’occupation est toujours aussi illicite, (on ose pas songer aux conséquences légales que pourrait avoir un incendie déclenché à partir du musée et détruisant le fleuron Art nouveau classé qu’est l’école de la Ruche ) abrite un stock de bouteilles de bière se montant à 1 500 pièces(achat sur les brocantes, dons,…) pas de quoi atteindre le Guiness book. Le local est aussi égayé de machines diverses, de tableaux expliquant le passé brassicole de la commune ou encore la fabrication de la bière et de la reconstitution d’un estaminet du début du siècle dernier. On y consomme , surtout en période préélectorale, des hectolitres d’une bière ambrée faite uniquement pour lui: la Schaerbeekoise. Attention, le musée n’est pas un bistrot ! Détail piquant, les élèves des écoles primaires et secondaires en se rendant à la clinique scolaire entrent,'avenue Louis Bertrand, par une large porte ornée d’une immense pancarte portant en grand l’inscription MUSEE DE LA BIERE. Bravo monsieur l’Echevin, excellente pédagogie !

Aucun commentaire: