mercredi 14 janvier 2009

De Palestijnen zijn onze buren

Israëlische auteur A.B. Yehoshua wijst er zijn landgenoten op dat Arabieren ook mensen zijn. Yehoshua is een van de belangrijkste Israëlische schrijvers. Friendly Fire is zijn jongste boek.

De Mensenrechtenraad van de Verenigde Naties heeft maandag in Genève een resolutie goedgekeurd waarin de Israëlische operatie in de Gazastrook 'krachtig veroordeeld' wordt. De Israëlische schrijver A.B. Yehoshua vraagt met klem om te werken aan een permanent staakt-het-vuren.

Tijdens de recente militaire operaties in Gaza onder de codenaam 'Fused Lead' - daarmee verwijst men naar een Hanukkahlied over een tol gemaakt uit versmolten lood - werden wij Israëli's aan een cruciaal feit herinnerd. Gaza is niet Vietnam, Irak, Afghanistan of zelfs Libanon. Het is een samengestelde streek die we delen met de Palestijnen. Het is een land dat wij Israël noemen en zij Palestina. Er wonen anderhalf miljoen mensen in Gaza. Ze maken deel uit van het volk van wie er nog eens 1,3 miljoen in Israël wonen en twee miljoen op de Westelijke Jordaanoever. De mannen en vrouwen van Gaza zijn onze buren. We leven al een hele tijd naast elkaar, zelfs al worden we gescheiden door een grens.

Onze huizen en steden liggen maar enkele kilometers van elkaar. Onze velden sluiten naadloos aan op die van hen. De mannen van Gaza, de activisten en de politiemannen van Hamas die wij met onze militaire verrekijkers observeren, waren vroeger activisten en politiemannen van Fatah. Ze werden geboren in Gaza of vluchtten ernaartoe in de oorlog van 1948, of in latere oorlogen. In de loop der jaren waren zij de metselaars die onze huizen bouwden. Ze deden de afwas in de restaurants waar we gingen eten, ze waren de handelaars van wie we goederen kochten en ze verzorgden de serres in de kibboets.

Ze zijn onze buren en dat zullen ze altijd blijven. Wanneer wij beslissen om met hen een oorlog te voeren, moeten we heel goed nadenken over wat voor soort oorlog dat wordt. Hoe lang die zal duren. Wat de gevolgen van het geweld zullen zijn. Wij Israëli's hebben de kracht niet om de Hamasregering van Gaza te vermorzelen, net zoals we de kracht niet hadden om de PLO, de stem van het nationale Palestijnse verlangen, uit te schakelen. In 2006 konden we Hezbollah in Libanon evenmin doen zwijgen.

Ariel Sharon en Menachem Begin zijn begin jaren tachtig tot in Beiroet getrokken om de PLO te proberen uit te schakelen. Ze konden hun slag nooit thuishalen en betaalden er een vreselijke en bloederige prijs voor. Wat gebeurde er uiteindelijk? Sharon en Benjamin Netanyahu gingen rond de onderhandelingstafel zitten met Arafat en zijn vertegenwoordigers om zo tot een akkoord te komen. Tegenwoordig is Abu Mazen, de voormalige helper van Arafat en ook bekend als president Mahmoud Abbas, een frequente en graag geziene gast in ons land.

FUNDAMENTELE OMMEKEER
Wij Israëli's moet dit beginnen beseffen: Arabieren zijn geen metafysische wezens. Het zijn mensen en mensen hebben nu eenmaal de neiging om te veranderen. Wij veranderen uiteindelijk ook onze posities, sturen onze meningen bij en staan open voor nieuwe ideeën. We zouden er dus goed aan doen om zo snel mogelijk de illusie te laten varen dat we Hamas op de een of andere manier compleet kunnen verslaan of zelfs verbannen uit de Gazastrook. We moeten daarentegen op een verstandige manier werken aan een redelijk en gedetailleerd akkoord voor een permanent staakt-het-vuren. Dat bestand moet rekening houden met het feit dat Hamas kan veranderen. Verandering is mogelijk en er kan aan gewerkt worden. Een fundamentele ommekeer in hart en geest is in de geschiedenis al vaker voorgekomen.

Het is zogoed als zeker dat, zelfs al beginnen we vandaag te werken aan zo'n bestand, er nog heel wat oorlogsdagen aankomen. Er zullen nog heel wat raketten op ons worden afgevuurd. Maar we zullen tenminste weten dat we niet voor een onmogelijke zaak vechten die enkel tot bloed en verwoesting leidt. Dat bloed en die verwoesting zullen het collectieve geheugen van de zonen en kleinzonen van onze buren blijven bezoedelen. Door te vechten zullen ze onze vijanden blijven, zelfs als de tol verder draait.
(de morgen)

COMMENTAAR
“Een prachtige tekst. Een heel heldere, van zijn emotionele angels ontdane, samenvatting van meer dan 60 jaar Israëlisch-Palestijnse geschiedenis en een mooie uitnodiging om menselijk en verlicht te denken over een zeer complex en geladen probleem dat uiteraard niet weggaat door erop te schieten.
Israel zal eens moeten gaan beseffen dat ze met geweld alleen maar bereikt wat ze wil bestrijden: nog meer terreur tegen haar bevolking: wie het zwaard hanteert zal door het zwaard sterven.
Voor de rest is dit natuurlijk een moedig stuk van Yehoshua maar jammer genoeg zijn stemmen als de zijne te weinig talrijk om echt hoopgevend te zijn.”

Entente, détente et coopération sont les ingrédients d’une politique de bon voisinage et de coexistence pacifique.
Les Belges qui ont pratiqué cette logique pendant des décennies sont en train de la désapprendre.
S’en éloigner c’est nourrir les tensions, les haines, fondées sur le mépris et le ressentiment : un cercle vicieux qui rarement devient vertueux sauf au prix d’un sursaut éthique comme celui qui sous tend le superbe texte de A.B. Yehoshua.

AU NOM DE L’ETHIQUE
A LIRE ABSOLUMENT

Donc l’autre jour, à l’invitation de l’Institut français de Tel Aviv qui inaugurait en fanfare ses nouveaux locaux, je me suis livré à une conversation en public en compagnie de l’un des plus importants écrivains israéliens, certainement l’un des plus stimulants pour le débat d’idées tant il est provocateur, pétillant et déconcertant, Avraham B. Yehoshua. Il est une conscience. Contesté mais admiré. Ancré de longue date dans le camp de la gauche et de la paix, c’est un homme direct, qui ne s’embarasse pas des filtres du savoir-vivre, plein d’humour et d’énergie communicative. Son cheval de bataille depuis quelques années, c’est la morale, la question morale que les écrivains ont scandaleusement laissée tomber, l’éthique à tous les étages de la réflexion. Aucun sujet à l’ordre du jour, juste la volonté partagée de bavarder tous azimuts deux heures durant autour de la langue française, de la littérature, de la poésie, de l’identité et naturellement des Juifs, des Arabes et d’Israël (ce dernier thème mobilisant en permanence, comme vous l’avez certainement remarqué, la moitié des commentateurs de ce blog quel que soit le sujet du billet, phénomène qui demeure une source inépuisable de mystère).
Ca a commencé piano autour du français que Yehoshua parle très bien, avec une pointe d’accent, pour avoir vécu à Paris de 1963 à 1967. Pour lui, notre langue demeure l’idéal du parfait équilibre entre le spirituel et le matériel car elle n’a pas son pareil pour dire l’esprit des choses. Il rêve d’importer notre modèle républicain en Israël, plutôt que le modèle d’autonomie à la catalane, sachant que cette importation se fera au prix d’une difficile séparation de la synagogue et de l’Etat ; c’est d’ailleurs dans le conflit entre laïcs et religieux qu’il pointe le principal problème à venir de son pays :“Avec le Hezbollah, on n’a pas à négocier, ce sont des étrangers venus d’Iran, mais ceux du Hamas sont des Palestiniens, il faut parler avec eux comme on a fini par le faire avec l’Olp“. Et le statut de Jérusalem ? “Un Vatican pour trois dans la vieille ville”. La France , donc. A ses yeux, c’est le pays du bonheur, non qu’on y soit spécialement heureux mais on sait détourner le tragique et le transcender si nécessaire, ce qui n’est pas le cas d’autres pays.”Il n’y a qu’à se promener dans vos librairies et ouvrir vos livres, ça ne parle que du bonheur d’une manière ou d’une autre“. ”Chez nous en Israël, c’est tout le contraire. Le peuple juif a une expertise de la souffrance qui fait que désormais, il jouit de la souffrance”. A partir de là, ça a commencé à tanguer dans l’assistance. L’atmosphère s’est décontractée lorsqu’il m’a apostrophé :”Toi, tu es un juif partiel parce que tu ne vis pas ici alors que moi je suis un juif total parce que je vis ici”. J’allais me lancer dans une réponse du même type pour lui dire qu’un juif comme lui, né à Jérusalem, Palestine, en 1936 et citoyen israélien depuis la création de l’Etat, était également un Juif partiel puisqu’il lui manquerait toujours l’expérience tant de la gola (dispersion) que de la galout (exil) que l’on réunit en français sous le nom grec indistinct de diaspora. On a enchaîné sur la question de l’identité et là encore, il a loué le modèle français doté d’une forte conscience historique contre le modèle américain dont la conscience est à la fois mythologique, religieuse et mondialiste. J’ai bien essayé de l’amener sur le terrain d’une hypothétique 3ème voie à l’israélienne, dans laquelle l’identité serait tant historique que mythologique afin de mieux correspondre à la spécificité de ce peuple, mais il était déjà parti dans autre chose qui lui tenait à coeur et c’est là que les choses se sont envenimées. Oh pas avec moi car je suis partisan d’une polémique argumentée, décomplexée mais décolérée. Avec la salle plutôt, constituée majoritairement d’Israéliens francophones dont certains vivent là-bas depuis un demi-siècle. Or là-bas, une salle reste rarement passive lorsqu’elle n’est pas d’accord et les Juifs entre eux sont rarement d’accord.
Je lui ai demandé de m’expliquer ce mystère : comment se fait-il que depuis tant de siècles et jusqu’au début du XXème, les Juifs dans le monde n’aient cessé de répéter dans leurs prières “L’an prochain à Jérusalem” et qu’ils n’ont jamais été qu’une poignée à faire le voyage de Palestine alors qu’ils n’ont cessé d’être persécutés dans l’exil, qu’ils ont beaucoup voyagé et qu’ils ont eu maintes fois la possibilité de choisir cette destination plutôt qu’une autre ? Il a fait un pas de côté afin de modifier la perspective mais sa réponse n’en fut pas moins énergique. Il a commencé par reconnaître que l’Inquisition espagnole avait déversé des centaines de milliers de juifs vers le Portugal, le Maroc, l’empire ottoman mais pas vers la terre d’Israël. Au début du XXème siècle, on comptait un peu plus de 17 millions de juifs dans le monde dont 50 000 à peine en terre d’Israël. Pourquoi ? La thèse de A.B. Yehoshua est qu’ils ont toujours choisi “névrotiquement” l’exil car c’était le seul moyen de résoudre le conflit intérieur au coeur de leur identité entre national et religieux, spirituel et temporel. Il estime qu’aujourd’hui, la moitié du chemin est fait puisque environ la moitié des 13 millions de Juifs vit en Israël (je rappelle à toutes fins utiles que Yehoshua est un laïc afin qu’on ne se méprenne pas en en faisant une guetteur de messie). Après quoi il a lancé : “La grande erreur du peuple juif a été de ne pas rejoindre en masse la Palestine en 1917 au lendemain de la déclaration Balfour. Il n’aurait pas seulement aidé à créer plus tôt l’Etat d’Israël : il aurait échappé à l’Holocauste. Les signes du danger imminent s’accumulaient et malgré cela il a refusé la révolution sioniste. En choisissant de rester dans l’exil, de même qu’il avait choisi l’exil depuis des siècles car les Nations ne le lui avaient pas imposé, le peuple juif est devenu moralement co-responsable de ce qui lui arrivé pendant la guerre”.
Cela dit, nous avons poursuivi la discussion lui et moi jusque dans la rue et tout à l’heure encore, il m’a appelé de Haïfa pour la relancer. Sans l’attendre, je l’avais continuée avec ses livres, ses grands romans bien sûr (L’Amant, Monsieur Mani, La mariée libérée, Le Responsable des ressources humaines) mais surtout son dernier essai en date qui développe tous les thèmes que nous avions abordés Israël, un examen moral paru il y a deux ans en français chez Calmann-Lévy comme les précédents.
(Pierre Assouline :La république des livres)

ISRAEL, UN EXAMEN MORAL
LE DROIT SURGI DE LA DETRESSE
Dans le livre intitulé “Israël, un examen moral” ,Yehoshua, considérant que tous les arguments du sionisme ( pour s’implanter en Palestine) ne peuvent être réellement retenus car non fondés en morale (le droit historique, la religion, le défrichement des terres, la déclaration Balfour,) cherche un argument différent et qui s’impose de façon indiscutable, et annonce qu’il pense en avoir trouvé un:” le droit surgi de la détresse”. Pour illustrer cette idée, il imagine une “fable”. Il suggère au lecteur de s’imaginer juge devant trancher le cas d’un individu SDF, “dont le vagabondage sans refuge met en péril sa vie et celle des siens”, qui “squatte” le logement de quelqu’un.
Naturellement, dit il, nous l’aurions acquitté, ce délit relevant d’un mal nécessaire. Cela, dit il, à condition que le SDF ne “s’empare” que d’une partie de la maison. S’il avait occupé toute la maison, contraignant les occupants à partir et à errer à leur tour, l’acte aurait du être condamné d’un point de vue moral.
Cette fable ,qui résume très bien toutes les idées développées par Yehoshua dans le livre,est extrêmement significative d’un raisonnement implicite tenu par la gauche pacifiste israélienne, et par ceux qui contestent la légitimité de l’Etat Israélien.
La première partie du raisonnement consiste à tenir pour nul tout argument qui repose sur une autre base que morale. Tout argument fondé sur l’Histoire, sur le Droit International, est balayé pour ne prendre en considération que la “morale”, ramenée ici à une partie de celle-ci:la priorité de la survie de quelqu’un sur le droit de propriété et les avantages matériels d’un autre.
Revenons à la fable de Yehoshua, qui condense si bien les raccourcis de pensée présents dans beaucoup d’esprits, en la développant à notre façon.
Le SDF en question n’est pas n’importe quel SDF. C’est l’ancien propriétaire de la maison, qui l’a habitée pendant un millénaire, qui y a fondé une culture dont les descendants (chrétiens) ont conduit la civilisation humaine à ses plus grandes réalisations.
Cet ancien propriétaire n’est pas parti ailleurs en villégiature, comme un membre de la Jet Set qui déserte une propriété de luxe ou il s’ennuie. Il en a été expulsé par la force des armes, et déporté de force à des milliers de kilomètres. Un peuple entier a été déplacé, arraché à son pays, et dispersé.
Pendant toute son errance forcée, le SDF a clamé son attachement à cette habitation. Celle-ci a été occupée par des voisins, qui l’ont modifiée et décorée selon leur goût. Quand il y revient, il s’efforce de la restaurer, engage des travaux -ce qui n’est pas la même chose que se contenter d’occuper les lieux mêmes si cela n’ouvre pas des droits pour autant.
Les occupants, qui eux n’ont jamais connu la période ou le SDF était là chez lui, et sentant que leur droit de propriété va être remis en cause, tentent de l’expulser par la force, et échouent. Le problème: deux propriétaires, l’ancien -le SDF- et le nouveau -les Palestiniens- se disputent le même bâtiment, est soumis à une juridiction internationale, l’ONU, qui reconnaissant que les deux parties ont des droits sur l’objet du litige partage l’objet entre les deux, seule véritable solution morale, car elle préserve la légitimité des uns et des autres.
Cette légitimité est celle de l’ancien et du nouvel occupant, pas celle du plus malheureux. Le premier occupant a été privé de sa terre par la force,cette privation n’a aucune base légale ni morale. Le nouvel occupant est à son tour dépossédé en partie, par la force, de quelque chose qu’il avait acquis par la force d’un tiers.
L’ONU, dont on ne peut évidemment pas dire qu’il soit un parangon de morale et de justice, a, à cette époque, réellement tenté de trouver une solution équitable à un problème sans précédent.
On peut laisser là cette fable et ne pas forcer les analogies. Ce qui se dégage de cela, c’est l’impasse intellectuelle dans laquelle s’engagent ceux essentiellement la gauche israélienne et internationale- qui ne peuvent penser un problème politique en d’autres termes que en oppositions binaires :victimes/bourreaux, dominants/dominés, bien/mal.
Ces grilles de lecture passent à côté des véritables enjeux: enjeux identitaires, ou deux peuples affirment leur identité et réclament un état pour soutenir cette identité et ne pas se fondre dans leur environnement, ce qui est en soi aussi moral que de refuser de mourir ( en tant que l’on est soi et pas un autre), enjeux stratégiques régionaux et mondiaux, ou derrière les discours sur la morale se profilent les rapports de force entre le monde islamique et l’Occident, entre les régimes dictatoriaux régionaux et leurs peuples.
La vision “moralisante ” de la gauche, en reprenant le discours victimaire du monde arabe à son compte, concède le terrain aux adversaires d’Israël avant même que la discussion commence et introduit la division dans son propre camp. Cette tendance naturelle du discours de gauche se renforce de ce que une partie de ses défenseurs conteste une autre volonté du sionisme: celle de transformer “l’homme juif”, forgé par les siècles d’existence de paria. Cette tendance considère que l’être juif, modelé par la Thora, est par essence moral, et même plus moral que les “non juifs”, sentiment de supériorité non justifié, et que par conséquent, il est plus important pour les juifs que pour les autres peuples d’avoir une attitude morale. La politique de rapport de force, d’ailleurs imposée par l’environnement d’Israël, leur est insupportable, et ils tentent de garder une “pureté éthique” contre tout réalisme, quitte à donner des gages à leurs ennemis, pensant garder ainsi l’essence même de leur identité.
Le fond de la question est pourtant ailleurs, dans la difficulté de faire coexister deux discours nationalistes, c’est à dire deux discours identitaires, catégories encore à peu près impensées et impensables à gauche, et d’arriver à un compromis sur le partage de la terre, dont l’un et l’autre ont besoin pour asseoir les moyens de soutenir ces identités.

Aucun commentaire: