mercredi 7 janvier 2009

La paix n’est pas pour demain au Moyen Orient

Petit rappel des déclarations de Leyla Shahid à Flagey en mai dernier.

Pour Leyla Shahid, elle aussi invitée à s’exprimer à Flagey, si l’événement tant attendu dans le Proche Orient c’est de rendre possible l’impossible, cet avènement de la paix n’est pas vraiment proche, pas plus au Liban, qu’en Palestine au demeurant. Et d’en rendre responsable l’Europe qui ne veut pas être à la hauteur de son ambition, et des ses responsabilités historiques. Une Europe pas très courageuse et si peu présente en Méditerranée et en Orient. Pourtant il ne manque pas de forces vives en Palestine, au Liban et en Irak.

A ses yeux, les Palestiniens ne sont pas des immigrés mais des expulsés qui ne se battent pas contre Israël essentiellement mais contre l’indifférence européenne. Seul un discours de caractère culturel peut désamorcer les passions : les voix de la musique de la littérature et des arts sur une terre qui produit de magnifiques créateurs.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

ECRIRE, POUR NE PAS … VOMIR

Les territoires sont bouclés, une fois de plus. Les portes sont fermées. On imagine. Le sang coule. A profusion. Re-Sabra; re-Chatila; re-Nakba. De catastrophe en catastrophe, ils sont sûrs d'eux. Rien à craindre. Ni le droit international, ni l'opinion mondiale. Tous silencieux, tous complices, tous coupables. Crime contre l'humanité, en toute impunité. Difficile de croire dès lors en autre chose que la force. Et malheur aux faibles.

Voici où s'enracinent des bus qui explosent dans les quatre coins du globe, les métros de l'horreur, les trains qui n'arrivent pas à destination, des tours qui s’effondrent, ... la haine entre les peuples, la méfiance éternelle ... et d'autres innocences sacrifiées. C'est le règne de la terreur. Et un fleuve qui se déverse dans le moulin des thèses de Huntington. Le père Samuel s’en est allé, mais son œuvre est portée au paroxysme par une armée (ir)régulière qui, de jour, de nuit, massacre. Et propage la haine vers nous : Toulouse, Borgerhout.

Onze jours d'informations et d'images, insoutenables. CNN, BBC World, BBC Radio, Al Jazeera, Al Arabya, RTBF, 2M, France Télivisions, ... La nausée. Des analyses et des points de vue; de l'émotion et de la mauvaise foi; du parti pris et de la propagande. Le nombre de victimes augmente au rythme des frappes. 645, dernière fois au compteur d’Al Jazeera English. La rue bout. Les politiques se cachent ou expriment leur impuissance ou soutiennent l’horreur ou se taisent. Stratégie. Tactique. Cynisme. Calcul. Mais où se cache Obama : Change has come to America ? What change ? No, YOU can’t !!!

Les deux camps s’expriment et le marché médiatique – la guerre médiatique – tourne à plein, 24h/24h. La boîte à images alimente les rancoeurs et le sentiment d’injustice. Le taux de change est de 100 vies palestiniennes pour une victime israélienne. Période de soldes à Gaza, aussi. Guerre contre la terreur, nous dit Tzipi Livni. La terreur est dans les écoles, dans le mosquées, dans les allées, … elle est surtout dans les yeux des enfants.

Ballet-balai diplomatique. Accolades. Embrassades. Tapes dans le dos. Hi, Tzip, how are things ? Fine, thank you. Insultes à toutes les mamans palestiniennes par caméra interposée. Bernard Kouchner, jadis fervent défenseur du doit d’ingérence. Que dis-je, DEVOIR ! Rien, walou, nothing. On repart bredouille, l’air désolé, mais on aura essayé ! On s’embrasse quand même, encore une fois. Il faut assurer la victoire de Tzip aux élections.

Les USA n’arbitrent plus : ils sont supporters de l’équipe qui attaque et le but du moment est d’en découdre avec le Hamas. Autrefois, Beyrouth 1982 par exemple, l’OLP. A l’été 2006, Hizbollah au Liban. Peu importe, il y aura toujours un ennemi. La région n’en manque. Au contraire, il y en aura de plus en plus. Le parrain des processus de paix est, en fait, le père, l’amant, le frère, le soutien inconditionnel d’un des deux parents de l’enfant mort-né ou né-mort. Beaucoup de processus et pas de paix. « Je veux la Terre. Je veux la Sécurité. Et je veux la Paix. Non, qu’on me fiche la paix ». Merci, on le soupçonnait depuis un moment [http://www.guardian.co.uk/world/2009/jan/07/gaza-israel-palestine]. Bush, Cheney, Rice, … après la destruction massive de l’Iraq, avec de vraies armes de destruction massive [pas celles que l’on a cherchées en vain, mais celles que l’on avait déjà], un dernier petit cadeau d’adieu pour le Moyen Orient, un feu d’artifice de fin d’année sur Gaza.

L’Union Européenne. Vous avez dit « Union » ? Elle ressemble de plus en plus au Monde Arabe. Words. Words. Words. Sarkozy en Qadhafi. Tous deux bougent beaucoup et ont des avis sur tout. Solana en Amr Moussa, Secrétaire Général de la Ligue Arabe. Ils parlent, mais on ne sait pas au nom de qui. Je préfère quand l’Europe parle de quota de lait et du calibre des pommes et des poires. Il y a moins d’hypocrisie. Et puis, on donnera un peu de sous aux Palestiniens. Ils pourront reconstruire les deux écoles déchiquetées. Et même l’une ou l’autre mosquée. Mais pour des Musulmans MODERES [espèce menacée de toute part et donc en voie de disparition]. Jusqu’à la prochaine boucherie. Il beaucoup de Sisyphe à Gaza.

ONU, honni soit qui bien en pense. La Honte des Nations. Et notre bon Robert Spaemann (billet suivant sur Diver-City), inconnu pour moi, nous dit qu’il faut « humaniser la guerre ». En taggant ‘I love you’ sur les missiles déjà qualifiés d’intelligents. Aujourd’hui, humains. C’est peu-être pour cela que cette agression qui se préparait depuis six mois a été lancée le jour de la bonne nouvelle, Noël [http://www.haaretz.com/hasen/spages...]. Un peu d’humanité pour les chaumières de Gaza. « Humaniser la guerre » !!!!!!!!!!!!

Yes, William, you’re definitely right : there is something rotten in this world.


PS1 J’oubliais, je n’ai rien dit des Arabes. Ils préfèrent ne pas s’exprimer (s’exposer) sur ce dossier un peu délicat et, somme toute, loin de leurs préoccupations immédiates.

PS2 La démocratie, sans journalistes, est possible. Nous la vivons. Pendant les guerres en Iraq, ils avaient de jolis uniformes militaires. Aujourd’hui, ils acceptent, docilement, de nous montrer de petits nuages de fumée dans les cieux de Palestine, Terre Promise … à encore beaucoup de souffrance. Encore une fois William : « Let not light see my black and deep desires (Macbeth).

PAIX sur Terre à toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté ... et à leurs enfants aussi.

AA