mardi 13 janvier 2009

L’Humanité est en jeu à Gaza

Václav HAVEL Ancien président de la République tchèque

Les fondements de l’éthique y sont en jeu. La souffrance, la destruction de vies humaines, le désespoir et l’absence de dignité se perpétuent depuis trop longtemps.
Le temps perdu est toujours regrettable. Mais au Moyen-Orient, perdre du temps est surtout redoutable. Un an vient de passer et le désaccord entre Palestiniens et Israéliens ne s’est encore que trop peu atténué. Les raids aériens actuels sur Gaza et les tirs continus de roquettes sur Ashkelon, Sderot et d’autres villes du Sud d’Israël, ne font que témoigner de la gravité de la situation.
L’impasse sécuritaire dans laquelle sont engagés Israël et la direction palestinienne gazaouie a conduit Israël à barrer la route à l’aide alimentaire, de sorte que 1,5 million de Gazaouis ont eu à faire face à des problèmes de vraie faim. Israël a, une fois de plus, privilégié la méthode musclée et s’est coupé des possibilités non violentes et créatives pour résoudre le différend Israël-Palestine.
Il faut que Palestiniens et Israéliens nouent le dialogue au-delà des fractures sociales qui les divisent, ainsi qu’entre la direction et les gens ordinaires, qui vivent dans l’incertitude de ce que l’on commet en leur nom. La confiance doit être restaurée, afin que nous soyons en mesure d’aider les deux camps à dépasser leurs inimitiés historiques. On ne pourra correctement évaluer les problèmes et s’y affronter, que si une confiance collective parvient à s’ébaucher.
Bien sûr, le besoin de sécurité d’Israël doit être compris de toutes les parties, mais l’adoption de mesures de confiance, par toutes les parties, est également nécessaire. Ce qu’il nous faut, maintenant et par dessus tout, c’est un message clair. Dans la période extrêmement tendue que nous vivons, ce n’est pas la violence, mais le dialogue, qui constitue une voie de progrès.
A Gaza, les fondements de l’éthique sont en jeu. La souffrance et la destruction délibérée de vies humaines, le désespoir et l’absence de dignité se perpétuent depuis trop longtemps dans cette région. Les Palestiniens de Gaza - tous ceux qui d’un bout à l’autre de cette région mènent des vies assombries par le manque d’espoir - ne peuvent pas attendre que de nouvelles administrations ou des institutions internationales agissent. Si le Croissant fertile ne veut pas devenir un croissant futile, il nous faut nous réveiller et faire preuve de courage moral et de vision politique, pour que la Palestine puisse faire un bond en avant.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
«Voila enfin une vue éthique du problème. De plus, elle a le mérite d'être réaliste. » commente un lecteur qui exprime exactement notre sentiment. Pas de salut en dehors d’un sursaut éthique, disons nous, depuis le début de cette crise. Que cette éthique soit fondée sur le coran, sur la torah ou sur l’éthique transcendantale ou pas, peu nous chaut. L’éthique, c’est l’éthique ! « A Gaza, les fondements de l’éthique sont en jeu.

Aucun commentaire: