mercredi 21 janvier 2009

Président Obama: la force des valeurs

Georges Ugeux

Le Président Obama vient de terminer ce qui est plus qu’un discours. C’est une sorte de méditation sur les valeurs et leur force. Il y a dans cet homme une conviction qui est aussi rare que communicative. Donnons-nous un moment pour nous réjouir de l’ascension de ce nouveau Président.
Sa tache est immense, et il le sait. Il a lui-même énuméré les défis qui l’attendent. A travers ces valeurs, un thème nous est commun, dans ce blog, celui de la responsabilité. (…)il n’y a pas de confiance possible que si les dirigeants assument leurs responsabilités. Ce qui est évident aux Etats-Unis, n’a pas encore vraiment pénétré l’Europe. Ceux qui ont des charges et des honneurs ont aussi à rendre compte : « honor, onus » disaient les Romains. L’honneur est une charge.
Malgré ses faiblesses, ses travers, ce pays semble, sous le Président Obama ouvrir une nouvelle ère de son histoire.
C’est dans ces valeurs que je me reconnais et je n’oublie pas qu’elles viennent d’Europe. Et des deux cotés de l’Atlantique, nous avons parfois perdu de vue que les nations que nous formons doivent montrer l’exemple si nous voulons être respectés par ces nations nouvelles qui continuent a nous regarder.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Le silence et la ferveur de la foule est à la mesure de son angoisse. (…)La responsabilité, la confiance, certes mais elles ne suffiront pas. Pour surmonter cette crise, il faudra y ajouter la lucidité. La lucidité de reconnaître que les difficultés que nous connaissons ne sont pas nées dans la sphère financière, qui n’a été que leur révélateur, mais traduisent le profond désordre de l’économie réelle: désordre dans la répartition des revenus, je vous renvoie à la récente interview de Noam Chomsky par le monde, désordre surtout dans le commerce international. Je ne remet pas en cause le bénéfice de l’ouverture des frontières. (…)Mais l’Europe n’est pas seulement le berceau des valeurs dans lesquelles vous vous reconnaissez, le triste épisode que nous sommes en train de vivre pourrait bien démontrer qu’elle continue à en porter le flambeau. Si la Statue de la Liberté trouve son inspiration dans la capacité à inventer le Monde Nouveau, il ne me semble pas faire de doute qu’elle a traversé l’Atlantique.

Aucun commentaire: