samedi 14 février 2009

Le FDF de plus en plus rétif à LiDé

Bernard Clerfayt, Didier Gosuin et Olivier Maingain : les réserves du FDF à l’égard de Rudy Aernoudt sont lourdes. © alain dewez.

Le FDF, membre à part entière du MR, ne mâche pas ses mots à l'égard de LiDé, qui pourrait rejoindre le MR d'ici le scrutin du 7 juin. Dans une carte blanche au "Soir", Bernard Clerfayt, Didier Gosuin et Olivier Maingain - le top du FDF - s'en prennent à Aernoudt et à son discours sur le chômage dans le sud du pays.
La carte blanche: "Monsieur Aernoudt, le chômage est un drame social, pas une blague"

L'arrivée de Rudy Aernoudt, le président de LiDé – pour Libéral et Démocrate –, sur les listes du MR pose un vrai problème au FDF, l'allié bruxellois du parti de Didier Reynders. L'ancien patron de l'administration flamande qui vient de débouler sur l'échiquier politique francophone entretient habilement le suspense sur son passage dans les rangs des réformateurs.

Mais pendant que le patron de Lidé fait monter les enchères et laisse enfler les rumeurs, la formation d'Olivier Maingain tape du poing sur la table : « Rudy Aernoudt s'est intronisé samedi dernier, à l'occasion du lancement de sa campagne, chef de la cuisine du MR et veut nous servir un waterzooï beaucoup trop gras. S'il persiste, je lui suggère de présenter ses services de chef coq dans un autre établissement que celui du MR. »

Le président du FDF n'apprécie pas les approximations et les raccourcis du président de LiDé et pourfend sa méconnaissance de la réalité politique francophone, notamment lorsqu'il s'est permis de mettre le FDF et la N.VA dans le même sac, en les qualifiant tous deux de « partis séparatistes ». Plus stratégiquement, il s'interroge surtout sur le positionnement de LiDé : « A force de taper sur le PS et les chômeurs, il est en train de devenir l'allié objectif du PS, en le transformant en épouvantail. Si l'effet Aernoudt consiste à redonner des forces au PS plutôt qu'à alimenter le débat d'idées au sein du MR, je m'interroge sur les bienfaits de son arrivée. »

Didier Gosuin, chef de file du FDF au Parlement bruxellois, se réfère à la charte du MR, qui puise dans le libéralisme social, pour mesurer le gouffre qui la sépare de certaines thèses avancées par le patron de LiDé : « Quand il avance des idées aussi simplistes pour expliquer le problème du chômage, notamment, je ne peux m'empêcher de dire que son arrivée au MR risque de poser des problèmes. Je ne peux pas accepter les caricatures. En tout cas, toutes ces questions seront sur la table. »

Rudy Aernoudt n'est donc pas encore dans la cuisine du MR. Le FDF s'opposera en tout cas au menu indigeste qu'il compte proposer, dont la limitation du chômage dans le temps. Un avertissement avant la carte rouge ?
(le soir)

Aucun commentaire: