jeudi 12 mars 2009

Le monde des écrivains en chantier à Passa Porta

Alessandro Baricco. Photo : Le Soir / Dominique Duchesnes

D'ici le 29 mars, des affiches vont fleurir sur les chantiers, les vitrines de magasins, les bâtiments publics, entre la place de la Monnaie et le Mont des Arts, à Bruxelles, révélant des citations d'écrivains telles que celle-ci, de Nawal El Saadawi : « There is no pure identity. Pure identity is racism. » Un effet du printemps ? Non, du Festival Passa Porta.

Pour sa seconde édition (la première a eu lieu en 2007), le festival s'offre un thème ambitieux : « Le monde est en chantier ». Pour en parler lors de la soirée d'ouverture, un écrivain hongrois, Peter Nadas. Auteur du Livre des mémoires, il est l'invité d'honneur. « C'est un vrai bonheur de présenter cette voix moins connue, explique Nathalie Schmitz, coordinatrice générale de Passa Porta. C'est un grand observateur, il s'est beaucoup exprimé sur le monde en métamorphose depuis 1989. »

Le monde depuis 1989, il en sera également question le samedi, lors de la soirée « Remapping the World », à la Monnaie, qui rassemblera dix auteurs d'origines différentes (dont Olivier Rolin, Ingo Schulz et Zoé Valdès), invités à s'exprimer sur les impacts qu'ont eus sur l'identité, la langue et la littérature les grands événements politiques depuis vingt ans. Entre les deux, le vendredi, à Flagey, sera présentée la Constitution européenne en vers. A défaut d'une constitution politique, un collectif de poètes bruxellois (Xavier Queipo, Manza, Laurence Vielle, Geert van Istendael, David Van Reybrouck et Peter Vermeersch) a donné à l'Union une constitution poétique, avec l'aide d'une dizaine d'autres poètes. Rédigée en plus de vingt langues, elle sera ce soir-là accompagnée par la chorale Polyfolies (70 voix !).

Rencontre entre univers différents
Le dimanche sera consacré à un parcours dans le centre de Bruxelles. Des lieux aussi divers que le Palais des beaux-arts, le Falstaff, la Fleur en papier doré, les vitrines de la rue des Pierres, la Bellone, le Cercle des voyageurs accueilleront des rencontres. « Les invités le sont par rapport à notre thème du monde en chantier, commente Pascale Fonteneau, codirectrice d'Entrez Lire. Bien sûr leur travail a pour objectif d'aboutir à une œuvre, mais nous voulons mettre l'accent sur la littérature qui se construit. Le festival se veut aussi une plateforme pour la rencontre de leurs différents univers. »

Ainsi, Björn Larsson et Jean-Luc Coatalem prendront leur petit-déjeuner à la même table, Bernard Foccroulle et Zoé Valdès questionneront les liens unissant la démocratie et la culture, Enrique Vila-Matas (dont le Journal volubile sort ces jours-ci) dialoguera avec son ami Patrick Deville, Tristan Jordis, auteur du remuant Crack, rencontrera Kai Hermann qui nous avait livré, il y a des années, Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée, tandis que Catherine Millet sera confrontée à Kristien Hemmerechts. Carlos Fuentes, Olivier Rolin, Michel Le Bris, Alessandro Baricco et bien d'autres seront également de la partie lors de ce festival qui veut s'affranchir des frontières communautaires et linguistiques.

Une multitude de langues y seront utilisées (voir le programme encarté dans notre supplément Livres de vendredi), mais le plus souvent, une traduction sera prévue. On pointera encore la correspondance artistique de Hans Ulrich Obrist, rendue publique lors du festival (qui contient une longue conversation avec Raoul Vaneigem) et des ponts lancés vers d'autres disciplines : Mathias Enard rencontrera Dominique A. pour une live session, tandis que le collectif Onlit présentera son deuxième remix, Terre des hommes.
(ADRIENNE NIZET)
Pratique
Le jeudi 26, 20 h, soirée d'ouverture ; gratuit, réservation

02-226.04.54.

Le vendredi 27, 20 h 15, Constitution européenne en vers à Flagey ; 10/7 €, réserv. : 02-641.10.20.

Le samedi 28, 20 h, « Remapping the World », à la Monnaie ; 12/9 € ; réserv. : 070-23.39.39.

Le dimanche 29, de 10 à 19 h, parcours dans le centre de Bruxelles ; 7/5 € (- de 12 ans : gratuit). Badges en prévente à Passa Porta Bookshop et Bozar, et le jour même sur les lieux du festival.

www.passaporta.be

Aucun commentaire: