dimanche 22 mars 2009

Le sida hypothèque le développement : le pape s’en moque

C’est le développement même que le sida hypothèque désormais, mais pour Benoît XVI, la doctrine est plus importante que la réalité…
En frappant à nouveau d’interdit l’usage du préservatif, même dans un continent qui compte 50 millions de séropositifs et où dans certains pays l’épidémie est littéralement hors contrôle, Benoît XVI n’a pas pris beaucoup de risques : il s’est contenté de réitérer la doctrine traditionnelle de l’Église. En Afrique, il est assuré de trouver des appuis dans les milieux les plus traditionnels, religieux ou culturels, et il apportera le poids de son autorité aux millions d’hommes qui refusent les rapports protégés et ne se soucient guère du fait que les femmes représentent 61 % des cas de contamination.
En revanche le vieil homme venu de Rome, plus proche de la planète Mars et de l’Ancien Testament que des choses de la vie, affaiblira l’action de tous ceux qui tentent d’enrayer la pandémie meurtrière, en prônant, parfois à contre-courant des coutumes de leur propre société, la généralisation de la prévention, la gratuité de ces préservatifs qui demeurent la meilleure des précautions.
Cette mise en cause papale est d’autant plus choquante que le combat est loin d’être gagné : non seulement les préservatifs coûtent cher et certains gouvernements répugnent à les faire distribuer gratuitement, mais dans certains pays, l’Afrique du Sud entre autres, il n’y a pas si longtemps que les autorités ont réellement pris la mesure de la maladie et de l’urgence qu’il y avait à tenter de l’enrayer.
Quant aux « médicaments du lendemain », ils sont totalement hors de portée du plus grand nombre, de même que les antirétroviraux qui peuvent ralentir l’évolution de la maladie et ne sont pas encore suffisamment disponibles sous forme de produits génériques…
L’interdit papal va affaiblir la position des gouvernements africains qui ont fait de la lutte contre l’épidémie l’une de leurs priorités de santé publique, freiner les efforts de tous les volontaires qui se battent en première ligne contre ce fléau qui menace la survie même des populations africaines et anéantit les progrès réalisés au cours des 40 dernières années. C’est le développement même que le sida hypothèque désormais, mais pour Benoît XVI, la doctrine est plus importante que la réalité…
Rquiem pour une " autorité morale et spirituelle"
Ce pape qui sent la naphtaline vient donc d'achever de se discréditer aux yeux de tout qui est plus ou moins humain.... Lui et cette Eglise catholique, apostolique et romaine qui devrait être traduite en justice pour haute trahison du message de Monsieur Jesus-Christ, philosophe humaniste. Une Eglise qui a bien rarement montré l' exemple de son propre enseignement, qui prêche la tolérance en pratiquant l' intolérance, mais dont l' influence se réduit heureusement aujourd'hui, limitée aux pays les plus pauvres, où des gens simples se laissent encore bercer par l'espoir d' une vie meilleure dans un autre monde mythique qui est le fond de commerce de cette Eglise abjecte dans ses dogmes et ses comportements.
Je ne comprends pas par exemple, qu' une seule femme sur terre puisse encore accorder le moindre crédit à cette Eglise qui la dévalorise et la traite péjorativement depuis 21 siècles.... L' Eglise est une entreprise commerciale en perte de vitesse dont l'activité n'a plus aucun rapport avec son objet social : entre le message social et humain de ce philosophe qu'était Jésus-Christ et ce qu'en a fait l' Eglise, sa branche commerciale, il y a un monde....
(le soir)

PAUS VEROORDEELT VERKRACHTING EN ABORTUS NA VERKRACHTING
Paus Benedictus XVI is op zijn reis door Afrika aangekomen in Angola, een overwegend katholieke voormalige Portugese kolonie, waar de tot nu toe grootste menigte voor hem op de been kwam.

Discriminatie vrouwen
In een toespraak voor regeringsvertegenwoordigers en buitenlandse diplomaten veroordeelde de paus "de discriminatie die vrouwen en meisjes zo vaak ondergaan" en "het seksueel geweld en de seksuele uitbuiting die zoveel vernedering en trauma veroorzaken".

"Ironie van abortus als gezondheidszorg"
De paus sprak ook over "de ironie van degenen die abortus propageren als vorm van maternale gezondheidszorg" . Daarmee uitte hij kritiek op een overeenkomst die Angola en 44 andere landen hebben getekend en die bepaalt dat abortus legaal is als er sprake is van verkrachting, incest of gevaar voor het leven van de moeder.

Eerder op zijn Afrikaanse reis lokte de paus veel kritiek uit met een veroordeling van het propageren van condoomgebruik ter voorkoming van aids.

Een 25-jarige student in de massa die de paus in Angola begroette zei dat hij de pauselijke zegen hoopte te krijgen. "Ik weet dat ik een zondaar ben. Ik vecht om me van seks te onthouden", zei hij. "Ik denk dat condooms niet de goede manier zijn voor ons. Ze kunnen misschien nuttig zijn, maar ze zij niet de juiste keuze voor katholieken. Dus heb ik zijn zegen nodig." (novum/lb)

POUR LE PAPE LAVORTEMENT MENACE LES FONDEMENTS DE LA SOCIETE
Toujours en Afrique, le pape Benoît XVI s'est opposé ce vendredi à la promotion de l'avortement, y compris de l'IVG thérapeutique,

estimant qu'elle menaçait les «fondements-mêmes» de la société.

«Je dois également mentionner un autre grave sujet de préoccupation : les politiques de ceux qui, dans l'illusion de faire progresser l'+édifice social+, en menacent les fondements mêmes», a-t-il déclaré à la fin d'un discours largement consacré au développement de l'Afrique.
«Combien est amère l'ironie de ceux qui promeuvent l'avortement au rang des soins de la santé des +mamans+ ! Combien est déconcertante la thèse de ceux qui prétendent que la suppression de la vie serait une question de santé reproductive», a-t-il poursuivi, en faisant spécifiquement référence au Protocole de Maputo.
Ce document adopté par l'Union africaine (UA) en 2003 est relatif aux droits des femmes en Afrique et complète la Charte africaine. Son article 14 appelle les gouvernements à autoriser « l'avortement médicalisé, en cas d'agression sexuelle, de viol, d'inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du foetus ».
L'Eglise catholique a toujours répété son opposition à l'avortement, mais c'est la première fois depuis son élection en 2005 que Benoît XVI s'oppose aussi spécifiquement à l'avortement thérapeutique.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Il y a bien longtemps qu’en matière éthique, les croyants de foi catholique se sont détournés de l’église sans parler de tous les chrétiens sécularisés qui depuis des décdennie ont déserté l’église catholique romaine. .C’est à se demander si il ne serait pas souhaitable d’établir une séparation entre pouvoir religieux et pouvoir éthique, inspirée de la séparation Eglise Etat. Qu’en pensent les citoyens belges et européens de foi musulmane ?

Aucun commentaire: