vendredi 24 avril 2009

Appel au calme à Schaerbeek

Les Saoudi font confiance à la justice et ne veulent pas d'incident

SCHAERBEEK Depuis le drame - drame , en effet, quelles que soient les circonstances que seule l'instruction éclairera de façon certaine -, un tract provocant circule dans ces quartiers de Schaerbeek où les tensions entre communautés sont parfois vives.
La famille Saoudi indique qu'elle ne souhaite pas que l'affaire de la chaussée de Haecht donne lieu au moindre incident ni à la moindre récupération politique.

Les Saoudi ont été choqués d'apprendre qu'en conférence de presse, il avait été dit que la victime n'avait pas ou peu de famille : Mohamed avait un frère et six sœurs, au moins 35 oncles, cousins et neveux et 165 apparentés. Les parents, âgés, vivent au Maroc, à Taza où Mohamed sera enterré.

Établis à Bruxelles depuis les années 1960, les Saoudi font confiance à la justice et attendent les conclusions de l'instruction. Mais ils s'interrogent : le comportement qui est décrit n'est pas celui du Mohamed qu'ils connaissaient depuis toujours. Ne cachons pas qu'ils se posent des questions difficiles à exprimer ici, mais les protagonistes savent très bien lesquelles.

Ils se demandent si tout n'est pas parti de l'interprétation d'un regard, d'un malentendu et de la difficulté de Mohamed de s'exprimer en français; si le pepper spray n'a pas eu un effet désastreux. Les Saoudi attendent la vérité : leur Mohamed était un ouvrier sérieux, qui s'était levé tôt pour travailler un dimanche matin. Un collègue de la voirie affirme qu'en 17 ans il n'avait jamais rencontré quelqu'un d'aussi calme que lui.

Aucun commentaire: