jeudi 9 avril 2009

Simple information ou manipulation ?

Le président d’une Mosquée invite à prendre contact avec le secrétaire d’Etat Emir Kir.

L’histoire se passe il y a quelques jours, à Bruxelles. Dans une mosquée à Schaerbeek. La mosquée Hicret, située Chaussée de Haecht, 124 à Bruxelles.

Juste avant la prière, le président de la Mosquée, Halit Cevik, invite les fidèles à ne pas oublier les prochaines élections régionales et européennes du 7 juin et tente de sensibiliser les absents. Beaucoup seront en effet déjà en vacances à cette date-là. Et insiste-t-il, des sanctions financières sont prévues pour les personnes qui n’accomplissent pas leur devoir électoral. Jusque-là, rien d’anormal. Mais le président de la Mosquée ne s’arrête pas là : il donne aussi les coordonnées téléphoniques du ministre d’Etat Emir Kir (c’est comme cela que l’on appelle le secrétaire d’Etat dans la Communauté turque). Les fidèles sont invités à prendre contact avec la secrétaire d’Emir Kir, pour connaître la procédure de vote par procuration. "J’ai effectivement communiqué une telle information avant la prière car le cabinet du ministre ainsi que son entourage nous ont demandé d’informer nos fidèles sur le fait que le vote est une obligation en Belgique et qu’il y a des sanctions financières possibles en cas de manquement. Pour échapper à ces sanctions, il convenait d’appeler la secrétaire d’Emir Kir, qui pouvait fournir des procurations aux personnes intéressées". Le président de la mosquée précise que sa démarche était purement apolitique et seulement motivée par le souci de bien informer les fidèles de la mosquée.

Le journaliste indépendant d’origine turque, Mehmet Koksal, qui était présent à la Mosquée ce jour-là, estime au contraire qu’il y a eu "abus de pouvoir et manipulation."

Quant à Emir Kir (qui sera 3e sur la liste régionale du PS), il dément toute instrumentalisation mais reconnaît une certaine maladresse. Interrogé par la RTBF, il se justifie en ces termes : "Quel mal y a-t-il à cela. Il s’agit d’un simple travail citoyen "

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
MOSQUE ET ELECTIONS
Il y a un certain temps déjà, dans leur prêche du dimanche matin, les prêtres donnaient leurs instructions de vote. Il fallait voter PSC. C’est la raison pour laquelle, le vote féminin fut déféré si longtemps en Belgique : on redoutait que les femmes ne votent comme leur curé !

A présent, certaines mosquées sont devenues des succursales politiques de divers partis, pour expliquer aux gens leurs devoirs politiques en Belgique.

Il n’est pas inutile de rappeler aux religions qui se mêlent de ce qui les regarde peu que lieu de culte et politique sont constitutionnellement antinomique. Mais il n’est pas indifférent de rappeler aux hommes et aux femmes politique qu’ils n’ont pas à organiser leur propagande électorale en des lieux qui, en principe, n’ont pas été conçus pour cela. On s’étonnera surtout qu’aucun parlementaire fédéral ou régional ne s’insurge contre de telles pratiques qui encouragent le communautarisme dans ce qu’il a de plus répréhensif.

Déjà que certains musulmans ont du mal à reconnaître le principe de séparation entre le religieux et le politique, voilà que des élus du peuple les encouragent dans cette voie où il ne faut même pas les pousser.
MG

Aucun commentaire: