vendredi 10 avril 2009

Une nouvelle querelle autour du Pape

Un texte de Mgr Ratzinger fut repris en 98 par une revue autrichienne extrémiste.

L’affaire a d’abord été lancée dans le monde médiatique allemand via "Der Spiegel" le 16 mars dernier et voilà que depuis 48 heures, elle envahit les sites francophones, nourrie notamment par la revue catho critique "Golias" : en 1998, alors qu’il était préfet pour la congrégation de la doctrine pour la foi, le cardinal Ratzinger a permis la parution dans un livre publié par la revue ultra-conservatrice sinon d’extrême droite autrichienne, "Die Aula", d’un de ses articles parus trois ans plus tôt dans la revue théologique internationale "Communio" fondée par le théologien suisse Hans-Urs von Balthasar et dont il était un collaborateur régulier.

Intitulé "Freiheit und Wahreit" ("Liberté et Vérité"), c’est ce qu’on appellerait sans commettre un crime de lèse-souverain pontife du Ratzinger "pur jus" Entendez : une réflexion intellectuelle catholique de haut vol dont il est coutumier mais évidemment pas "une charge virulente contre les libertés individuelles et la démocratie" comme on a pu le lire sur plus d’un blog. Que le cardinal Ratzinger y estime devoir apporter certains correctifs à la conception des libertés issue des Lumières ne surprendra que ceux qui n’ont jamais lu ou entendu l’actuel Pape, notamment dans la fameuse homélie qui a ouvert le conclave qui l’a porté à la tête de l’Eglise. Mais de là à le considérer comme un adversaire de la démocratie succombant à l’idéologie de l’extrême droite, c’est jeter le bouchon vraiment très, très loin.

Reste qu’il y a un aspect pour le moins gênant : si la publication de l’article dans "Communio" n’a suscité que des commentaires positifs lors de sa sortie, c’est sa reparution qui a fait et qui refait encore problème à onze ans de distance. C’est que "Die Aula" est une revue proche des milieux d’extrême droite qui a "couru" pour Jörg Haider lequel avait cependant dû s’en distancer parce qu’elle avait soutenu un négationniste autrichien ! Un périodique aussi qui, selon le Centre viennois de documentation et d’archives sur la Résistance, n’hésiterait pas à défendre les négationnistes et dans la foulée les "victimes de la liberté d’expression" que seraient les hommes politiques condamnés pour avoir offensé l’islam.

C’est ce qui explique que lorsque le livre consacré au cent-cinquantième anniversaire de la révolution allemande de 1848 était paru, en 1998, les milieux ecclésiaux viennois avaient fait savoir que le cardinal Ratzinger n’avait jamais donné son accord personnel pour que l’on insère sa réflexion dans le livre "1848, Erbe und Auftrag". De fait, il semble, et là, nous citons "Golias" - tout en sachant que tout ce qu’y paraît n’est pas parole d’évangile - que ce serait l’actuel secrétaire du Conseil pontifical pour les laïcs, Mgr Josef Clemens qui aurait donné son accord pour la publication du texte. Sans l’accord en 1998 du préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi ? Pour l’heure, le Vatican n’a pas encore réagi, mais selon, notamment, le site Rue89, le cardinal Ratzinger aurait bel et bien marqué son accord.

Une tempête dans un bénitier ? En tout cas, un nouvel indice que la prudence n’est pas toujours une vertu cardinale. En attendant, "Die Aula" se réjouit de cette publicité inespérée : son site et la revue reproposent le livre incriminé à côté de sa Une de mars 2009 où l’on lit que "le clergé libéral autrichien critique le Pape conservateur"
(La Libre)

COMMETAIRE DE QUELQUES LECTEURS DE LA LIBRE BELGIQUE
TEMPÊTE DANS UN BENITIER
« Il est clair que le catholicisme n'appartient pas à ses éphémères représentants vaticanais, mais à une immense foule de gens pacifistes et altruistes qui réfléchissent pour poser des actes sociaux constructifs à partir de textes anciens. »

« Cette foule de catholiques aspire à vivre comme son pape qui serait un modèle d'humain pour tout le monde, un esprit ouvert et faillible, un meneur universel choisi démocratiquement, un sage généreux qui partage tous les biens terrestres que l'église a accumulé au fil des siècles »
« Demain disparaîtra la conception pontificale du Vatican et donc le Pape et la Curie. La véritable assemblée celle des pauvres et des humiliés reviendra après avoir effacé l"héritage de Contantin,. Vivre l'enseignement du Christ et non plus obéir à des dogmes obsolètes ayant le goût de la mort et de l'apostasie. La grande majorité des chrétiens catholiques le vivent heureusement ainsi et veulent débattre d'une nouvelle ou plutôt vraie Eglise. Les menteurs intégristes peuvent mentir, condamner autant qu'ils veulent, Vatican disparaîtra. »

«Le texte en allemand est sur le site de l'université de Munster pour ceux que cela intéresserait »
http://ivv7srv15.uni-muenster.de/mnkg/pfnuer/Freiheit-u-Wahrheit.html

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Visiblement le fossé s’élargit entre les communautés chrétiennes de plus en plus autonomes et critiques mais inspirées par un lecture libre exaministe des évangiles et un Vatican qui se radicalise dans sa velléité de retourner à un esprit qui est celui d’avant VaticanII. Combien on souhaiterait pareille tension entre les intégristes, islamistes, fondamentalistes et d’autres part les musulmans critiques et éclairés.
MG

Aucun commentaire: