jeudi 16 avril 2009

Verhofstadt compte siéger cinq ans à l’Europe

Guy Verhofstadt. © Belga.

S’il est élu, l’ancien Premier ministre Guy Verhofstadt, tête de liste Open VLD pour les élections européennes, compte siéger au Parlement européen tout au long de la prochaine législature, soit cinq ans.

« Les cinq années à venir, je souhaite pousser l’Europe de l’avant en tant que député européen », a assuré mercredi soir l’ex-numero Uno de la politique belge lors du congrès de lancement de campagne des libéraux européens, à Bruxelles. Selon Guy Verhofstadt, l’élaboration d’un plan de relance et d’investissement européen est nécessaire pour faire face à la crise économique et financière actuelle.

Intervenant en clôture du congrès européen, l’ancien Premier ministre a expliqué au petit millier de militants rassemblés mercredi soir à Tour et Taxis pourquoi il était candidat pour le scrutin européen du 7 juin prochain. « Durant neuf ans, j’ai été membre du Conseil européen (réunissant les chefs d’Etat et de gouvernement européens, ndlr). Jamais je n’y ai entendu parler de ‘l’intérêt européen’. Peut-être le font-ils au Parlement européen », a-t-il espéré.

A ses yeux, le prochain scrutin portera sur un choix simple. Voulons-nous plus d’Europe ou au contraire retomber dans le nationalisme et le protectionnisme. « En juin, des choix clairs devront être faits », a-t-il averti.

Selon lui, les péripéties autour de la Constitution européenne et les déboires du Traité de Lisbonne ont fait perdre à l’Europe cinq années précieuses. « L’Union n’a pas eu le leadership dont elle avait besoin et n’a donc pu jouer le rôle qu’elle aurait pu jouer » face à la crise économique et financière, a avancé le Gantois.

Intervenant juste avant Guy Verhostadt, le commissaire européen belge Louis Michel est allé dans le même sens. « Nous avons besoin de plus d’Europe, pas de moins », a-t-il notamment lancé à l’auditoire.
(belga)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
VERHOFSTADT N’EST PAS LE OBAMA DE L’EUROPE
Vorhofstadt a la côte en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre. Il est gagné au cosmopolitisme auquel il consacre un bouquin en ce moment. C’est dire qu’il ferait mieux, beaucoup mieux que le sinior Burusso qui est en fin de mandat et qui plaît aux Européens mous qui sont majoritaires. C’est dire aussi qu’il a tout pour irriter les Anglais et leur mouvance qui en vérité ne veulent pas d’une Europe forte, même l’Euro leur donne de l’urticaire. Les chances du grand Guy d’être un second Jacques Delors sont malheureusement très minces. On imagine qu’il ait envie de faire un « excellent commissaire » comme van Miert en son temps. Mais il se dit que Leterme serait aussi sur ce coup…
MG

Aucun commentaire: