mercredi 27 mai 2009

Brusselaar in finale van koningin Elisabeth-
wedstrijd

Brussel - De Brusselaar Lorenzo Gatto zit dinsdagavond in de finale van de koningin Elisabeth-
wedstrijd. Hij is één van de twaalf violisten die toegelaten werd.

De finale gaat door van 25 tot 30 mei in het Paleis voor Schone Kunsten in Brussel. Op dinsdagavond is het de beurt aan Lorenzo Gatto.

De finalisten hadden zich vorige week afgezonderd in de muziekkapel van Argenteuil, daar bereidden ze het opgelegde concerto voor.(BDW)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE REINE ELISABETH EST UNE ZINNEKE PARADE QUI S’IGNORE
Tiens un Bruxellois d’origine italienne au reine Elisabeth.
S’agit-il d’un fils de mineur surdoué comme Di Rupo ou Adamo ou d’un fils de haut fonctionnaire de la commission ?
Peu importe, on le jugera ce-soir sur son talent. Quel magnifique événement interculturel que ce reine Elisabeth qui fit chanter hier soir la musique du russe Chostakovitch sous l’archet d’une jeune coréenne de génie jouant sur un violon italien. Sans oublier la superbe sonate de Janacek et l’étrange concerto imposé composé par une autre coréenne. Vive la culture mondialisée.
MG

Certains jeunes interpellent et fascinent : Lorenzo Gatto est l'un d'entre eux... Mais tout d’abord, parce qu’il est de bon ton d’en faire ainsi et que son parcours inspire le respect et laisse augurer un très bel avenir, revenons quelques instants sur la fastueuse épopée de Lorenzo. Plongé dès l’âge de 5 ans dans le bain du violon, il mena un parcours exceptionnel au Conservatoire Royal de Bruxelles, avant de faire étape à la Chapelle Musicale Reine Elizabeth et de se perfectionner aujourd’hui à Vienne sous les ordres de Boris Kuschnir, l’un des plus grands maitres de violon s’il en est. Du haut de ses 22 ans, il a déjà eu l’occasion de se produire avec les plus grands (Philippe Herreweghe, Seiji Ozawa, Vassily Sinaisky, ...), de remporter de prestigieux concours (dont le RNCM International violin competition de Manchester) et de parcourir les scènes d’Europe pour se produire et partager sa passion.

«J’AI LONGTEMPS ETE VIOLONISTE ; JE DEVIENS AUJOURD’HUI MUSICIEN ! LE VIOLON EN SOI N’EST PAS INTERESSANT ; C’EST LE MESSAGE QUE L’ON VEUT FAIRE PASSER QUI L’EST ! »
Lorenzo Gatto apprécie tout particulièrement le plaisir de la scène : « l’adrénaline est à son comble avant de devoir se présenter devant un public, mais que c’est agréable ensuite de pouvoir partager, s’exprimer et en être récompensé ! ».

Lorenzo Gatto joue un violon J.B. Vuillaume (grand luthier français du 19ème siècle)…
Cet artiste talentueux se sent avant tout européen, partagé entre la musicale Vienne, l’affectueuse Belgique et les scènes du Vieux Continent. « En réalité, je me sens davantage musicien, sans appartenance particulière mais puisant chez chacun ce que j’aime. On ne peut se forger notre propre personnalité musicale et manière d’appréhender la réalité qu’au contact d’autrui et en lui prenant ce qu’on estime intéressant et judicieux ».

C’est donc au cœur de l’impériale Vienne que Lorenzo Gatto poursuit son enseignement : « c’est une ville qui bat au rythme de la musique. Les traditions y sont sensiblement empreintes de musique classique, les concerts sont nombreux, relayés et fréquentés ; cette ambiance et agitation musicales me stimulent ! ». Une passion certes…mais la musique est devenue une vie et une curiosité permanente pour Lorenzo le cosmopolite.(extraits de l’éventail)

Aucun commentaire: