samedi 16 mai 2009

Een nederlaag voor Elio Di Rupo

Uit het geval-Donfut blijkt dat de “profiteurs” zich niet zomaar gewonnen geven, of, wat erger is, nog altijd niet beseffen dat smossen met overheidsgeld moreel verwerpelijk en on-socialistisch is
Freelancejournalist, columnist en Walloniëkenner Guido Fonteyn noemt Vijnck en Somers amateurs in vergelijking met Didier Donfut (PS).

De Waalse minister voor Volksgezondheid, Sociale Zaken en Gelijke Kansen Didier Donfut heeft ontslag genomen. De PS-kandidaat in Bergen trekt zich ook terug uit de campagne. Uit artikelen in 'La Libre Belgique' bleek dat Donfut bovenop zijn ministerloon 130.000 euro per jaar opstreek als consultant voor een bevriende intercommunale. Voor Walloniëkenner Guido Fonteyn is het duidelijk: de graaicultuur binnen de PS is nog lang niet uitgeroeid: 'Men kan hieruit enkel afleiden dat de macht van PS-voorzitter Elio Di Rupo minder groot is dan tot nu toe werd gedacht, en dat hij in zijn eigen Mons minder te zeggen heeft dan in Hoei of Charleroi.'

Didier wie? Didier Donfut moet zowat de meest onopvallende politicus van zijn generatie zijn geweest, en dus niet enkel van 'zijn' PS - die hij misschien de genadeslag heeft toegebracht. Pas uit zijn biografie blijkt dat de man al sinds 1989 in parlementen zit, dat hij burgemeester is van Frameries sinds 1992, dat hij zowaar in de federale regering heel even staatssecretaris voor Europese zaken is geweest (van begin 2007 tot midden 2007), en dat hij sindsdien in Namen onder minister-president Rudy Demotte de functie bekleedt van Waals minister voor Volksgezondheid, Sociale Actie en het Gelijke Kansenbeleid.

PERSOONLIJKE VERRIJKING
En toch: Donfut wie? Didier wie? Dezelfde bescheidenheid spreidde de man ten toon in de talrijke openbare en semi-openbare instellingen waarin hij zitting had, al dan niet met een betaald mandaat, en waarover La Libre bericht "dat de meeste bestuurders de klank van zijn stem niet kennen".

Deze Didier Donfut is de verpersoonlijking van de oude PS, zoals Anne-Marie Lizin dat was in Hoei en Jean-Claude Van Cauwenberghe ooit in Charleroi, met dat verschil dat Donfut het systeem heeft misbruikt voor zijn persoonlijke verrijking. De cijfers zijn hallucinant. De heren Somers en Vijnck zijn hierbij vergeleken beminnelijke amateurs, en enkel enkele Labourleden in Engeland komen in de buurt van de prestaties van Didier wie.

Dat oude PS-systeem bestaat erin dat één man - of vrouw - niet alleen de eerste politicus van de streek is, die hij of zij vertegenwoordigt, maar dat hij of zij tegelijk ook alle geledingen van het PS-systeem controleert: zo is Donfut niet alleen minister, maar ook bestuurder bij het regionale ziekenhuis van Mons (net zoals Lizin in Hoei), is hij bestuurder van die zo vermaledijde Waalse intercommunales IDEA en IGRETEC, is hij natuurlijk burgemeester, bestuurder ook bij IGH: een intercommunale voor gasvoorziening in Henegouwen, voorgezeten door ene Marie-Paule Bury, die gemeenteraadslid is in Frameries, waar Didier Donfut dus sinds 1992 burgemeester is. Maar bovenal is Didier Donfut voorzitter van de PS-federatie van Mons: dat is daar dé belangrijkste functie. Met andere woorden: Donfut staat (stond) in het Mons van Elio Di Rupo wel degelijk aan de top van de piramide. En vanuit die positie verstrekte hij persoonlijk advies - via zijn zoon, er is iets aan de gang met de zonen van prominente Waalse socialisten - aan de instellingen waarvan hij bestuurder was. Vanuit die positie leidde hij ook de partij, en bepaalde wie waar zou opduiken, en wellicht ook wie van zijn systeem mee mocht genieten.

Donfut is natuurlijk ook de man van de voorsteden, waar het socialisme oppermachtig is. Elio Di Rupo woont in het centrum van Mons, waar hij beslist tot de hogere burgerij behoort.

AUDITCOMITÉ
Elio Di Rupo moet van de handelswijze van Didier Donfut op de hoogte zijn geweest. Dat blijkt ook uit het feit dat een door hem binnen de PS opgericht Auditcomité niets illegaals vond - en dit zeer onlangs - in de constructie die Donfut voor zichzelf had opgezet. Het hele systeem berust er op dat Donfut de instellingen waarin hij zitting heeft van adviezen voorziet. Het 'geval-Donfut' was dus binnen de PS bekend. Men kan hieruit enkel afleiden dat de macht van PS-voorzitter Elio Di Rupo minder groot is dan tot nu werd gedacht, en dat hij in zijn eigen Mons minder heeft te zeggen dan in Charleroi of in Hoei.

Dat 'zijn' Auditcomité Didier Donfut zo goed als heeft vrijgepleit, betekent bovendien dat de macht van Di Rupo ook binnen de Parti Socialiste minder groot is dan tot nu werd gedacht.

TOCHT DOOR DE WOESTIJN
Het lijdt geen twijfel dat Elio Di Rupo het meent met zijn strijd tegen de graaicultuur, maar uit het geval-Donfut blijkt dat de 'profiteurs' zich niet zomaar gewonnen geven, of - wat erger is - nog altijd niet beseffen dat smossen met overheidsgeld moreel verwerpelijk, verderfelijk en on-socialistisch is. De oude PS is dus nog altijd nadrukkelijk aanwezig.

Ik vrees dat men in deze affaire het failliet van de goedbedoelde zuiveringsoperatie van Di Rupo mag zien, en dat de tocht door de woestijn voor de PS nog maar begint.

"Het lijdt geen twijfel dat Elio Di Rupo het meent met zijn strijd tegen de graaicultuur" grenst aan infantiele naïviteit. Elio heeft enkel wat theater gemaakt omdat dat moest om de media gunstig te stemmen. Verder kon en wou hij niets doen omdat in dat geval de PS-bonzen hem de laan zouden uitsturen.

De PS staat reeds decennia voor corruptie en ze zijn nog steeds de grootste partij in Wallonie. Dit zal ook zo blijven want de doorsnee waal trekt zich van de affaires geen barst aan. Het is er toch luilekkerland en de Vlamingen betalen toch, wat wil je nog meer. Toch ook vreemd dat de Vlaamse moraalridders tegen al wat rechts of Vlaams is zo te keer gaan en staan te springen om met die linkse bende zaken te doen. Complete normvervaging van de progressieven (incl VLD dus) is blijkbaar geen punt.

De PS-staat is gewoon een feodale (niet federale) staat), met leenheren en vazallen. Wat hebben jullie toch tegen het feodalisme? Wij danken er onze trouwringen aan (tenminste, de ongelukkigen onder ons die getrouwd zijn).

Of kan het zijn dat de Di Rupo zuiverings operaties niet de bedoeling heeft om de partij te zuiveren van de 'profiteurs' maar eerder van de concurrentie? En kunnen we ook besluiten dat wie een PS stempel/kaart heeft niet te vertrouwen is en steeds erop uit is om zich persoonlijke te verrijking? 't Zou een spijtige weerklank zijn op de vlaamse socialisten maar dit is wel de basis van de groeiende anti belgischisme in Vlaanderen.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE COUP DE GRÂCE
L’analyse de Fonteyn est implacable: l’affaire Dunfut est le coup de grâce, assené par un ministre régional originaire de Mons au PS wallon. Brutus poignardant Elio César. La chute des dominos commença par l’échec cuisant de Laurette Onkelinx dans la bataille pour Schaerbeek. Ensuite ce fut le désastre de Charleroi, la catastrophe de Huy (Lizin) et la débâcle californienne (Happart). Seule Bruxelles semble tenir bon. Mais quelle débauche de candidatures communautaristes dans les vitrines du croissant pauvre! Et où figure Laurette Onkelinx sur les listes électorales? Plus personne ne parle de Dame Uytendael hormis pour cette grotesque histoire de cocaïne? Ne devait-elle pas succéder à Charles Picqué?
Le Ps s’effondre sous les affaires pour le deuxième fois dans son histoire récente (on se souvient de la calamiteuse affaire des trois Guy sous Spitaels). Mais si malgré cette avalanche de désastres, le PS devait malgré tout remporter les élections régionales ce serait pire que tout et signifierait inmanquablement la fin de la Belgique. En effet le réflexe anti belge des Flamands est bien plus une allergie anti PS et anti Di rupo. Surtout qu’on ne s’y trompe pas.
MG

ELIO ET LES BRACONNIERS
Francis Van de Woestyne(La libre)
Je vous parle d’un temps que les moins de 10 ans ne peuvent pas connaître. Elio, en ce temps-là, était un "presque roi".
On l’imaginait, chaque matin, donner des instructions pour que la Wallonie se lève du bon pied, pour qu’à Bruxelles les métros partent et arrivent à l’heure.
La presse flamande n’avait d’yeux que pour ce dieu rouge à qui elle attribuait tous les pouvoirs de l’Etat.
Puis l’Histoire s’est retournée et il a tout connu : les sales affaires de Charleroi, la douche froide de Marie Arena, les frasques d’Anne-Marie Lizin, les maxi-trips de José Happart, l’ingénierie salariale de Didier Donfut
S’il y a eu acharnement, c’est bien de la part des braconniers du PS à l’égard du premier d’entre eux, lui qui, à grands renforts de sourires, annonçait que son parti prenait des habits neufs.
Elio Di Rupo est toujours là. A sa place, n’importe quel autre président aurait changé de métier, avalé une cargaison de prozac ou demandé asile. Elio Di Rupo est toujours là, lui qui n’a rien vu, rien entendu de ce qui se passait.
A présent, le PS promet plus de sévérité dans les contrôles des mandats.
Mais n’est-il pas ahurissant de voir qu’il faille prendre des mesures pour que les ministres, qu’ils soient PS mais aussi MR ou CDH, abandonnent les mandats qu’ils détiennent encore dans des intercommunales?
Si un ministre ne comprend pas que sa fonction lui interdit d’en exercer une autre, il n’a plus rien à faire dans un gouvernement.
Ni aujourd’hui, ni demain.

COMMENTAIRES D’UN LECTEUR DE LA LIBRE
"Leur boulot est prenant, il n'y a que 24 h dans une journée, donc ils ne peuvent pas assumer plusieurs choses à temps plein (surtout des tâches pointues)
en même temps. Ils ont un salaire correct (pour leur fonction) cela devrait largement leur suffire et PERSONNE ne devrait leur rappeler d'avoir de l'éthique !!!!! Cela devrait aller de soi, être une EVIDENCE pour gérer la chose publique. Pas besoin de rappel à la norme !!!!! Caricaturons un peu: pendant que la Flandre vire au fascisme, la Wallonie vire au Soviétisme.
Ce qui est sûr c'est que ce pays est mal ..."

LA DEONTOLOGIE EN QUESTION AU CABINET DE FADILA LAANAN
JEAN-MARIE WYNANTS ET ALAIN JENNOTTE( Le Soir)
Belga













Fadila Laanan (PS), envisage d'augmenter substantiellement la subvention accordée au Théâtre-Poème. De plus, dans quelques semaines, la directrice du théâtre bruxellois cédera son poste à Dolores Oscari, actuellement conseillère pour la littérature au cabinet Laanan... La cheffe de groupe MR au parlement de la Communauté française réclame une réunion.

BERTIEAUX (MR) VEUT REUNIR LA COMMISSION DE LA CULTURE
La cheffe de groupe MR au parlement de la Communauté française Françoise Bertieaux réclame la réunion de la Commission de la Culture du parlement de la Communauté française pour obtenir des éclaircissements à propos des subsides accordés au Théâtre-Poème à Bruxelles. Il y a évidemment des coïncidences douteuses entre la désignation d'une proche collaboratrice de la ministre et l'augmentation substantielle de ses subventions de l'asbl Théâtre-Poème, affirme Mme Bertieaux dans un communiqué. Selon elle, cette augmentation a d'ailleurs été rendue possible en piochant dans le budget originellement dédié aux Lettres, un secteur géré par cette même collaboratrice. Par ailleurs, le groupe MR dit avoir appris que la ministre, sous le couvert d'une communication gouvernementale par mails, "informe largement de nombreux opérateurs culturels à Bruxelles et en Wallonie des nouveaux subsides qu'elle distribue copieusement, vidant les caisses de la Communauté française à 3 semaines de la fin de législature". Or, d'une part, cette communication n'a pas été soumise préalablement à la Commission de contrôle des communications, comme l'impose pourtant la loi, d'autre part, la ministre y communique en son nom propre, ce qui est contraire au protocole d'accord convenu entre les présidents d'assemblées en période électorale, assure la cheffe de groupe réformatrice, qui réclame également la réunion de la Commission de contrôle des communications pour entendre la ministre à ce sujet.
Selon nos informations, la subvention accordée au Théâtre-Poème passerait de 410.000 à plus de 640.000 euros, un montant qui est cependant contesté par le cabinet Laanan. Une augmentation inespérée pour ce théâtre à la programmation riche et audacieuse mais aux audiences souvent confidentielles. Le décision aurait été prise par la ministre malgré l'avis assez partagé de l'administration.
Ce n'est pas uniquement l'augmentation du budget qui émeut. Dans quelques semaines, la directrice du Théâtre-Poème, Monique Dorsel, cédera son poste à Dolores Oscari, en congé de la RTBF et actuellement conseillère pour la littérature au cabinet Laanan. Or, un tiers environ de la subvention du théâtre bruxellois est puisée dans l'enveloppe de la Promotion des lettres de la Communauté française. De plus, la nomination de Dolores Oscari à la tête du Théâtre-Poème s'est faite sans appel à candidature malgré le désir souvent réaffirmé par Fadila Laanan de ne plus laisser les ASBL se soustraire à la procédure.
De quoi faire hurler nombre de responsables de théâtres et d'acteurs du secteur du livre qui s'estiment moins favorisés. Aux Tanneurs, Xavier Lukomski a demandé à être déchargé de son poste de directeur, parce qu'on ne lui donnerait pas les moyens de remplir sa mission. Ce que là aussi le cabinet Laanan conteste fermement. Et l'on aurait suggéré au Rideau de Bruxelles de patienter jusqu'à la prochaine législature avant que les projets ambitieux de ce théâtre puissent se concrétiser.
Du côté des éditeurs également, on cache mal son irritation. « Depuis des années, les ministres de la Culture successifs ont promis de revaloriser le secteur du livre, rappelle Bernard Gérard, directeur de l'association des éditeurs belges (ADEB). Et à l'heure du virage numérique, on prélève sans crier gare des montants importants dans l'enveloppe réservée à la littérature ».
Dans l'entourage du conseil d'administration du Théâtre-Poème, on note cependant que l'augmentation de la subvention n'a rien de choquant. « Dolores Oscari a la volonté d'augmenter les salaires mais aussi de rémunérer les nombreux écrivains qui participent aux séances de lecture, comme cela se fait en Flandre ».
Pourtant, les montants évoqués étonnent alors qu'il se dit que le ministre du Budget va demander un tour de vis à toutes les administrations. « L'an dernier, les contrats-programmes avaient été indexés de 2,5 à 3%, note une source. L'indexation sera bien moindre cette année ». Sauf, peut-être, pour le Théâtre-Poème, que la ministre de la Culture pourrait tenter de faire passer à travers les mailles du filet.
« C'EST CARICATURAL DE PARLER DE DEONTOLOGIE »
Dans un contexte budgétaire plombé, Fadila Laanan s'explique sur un dossier qui suscite la polémique.
VOUS SOUHAITEZ UNE FORTE AUGMENTATION DE LA SUBVENTION DU THEATRE-POEME. POURQUOI CE PRIVILEGE LA OU D'AUTRES VOIENT LEURS PROJETS MIS AU FRIGO ?
Ce contrat-programme n'a pas encore été présenté au gouvernement. Pour moi, tant qu'un projet n'est pas approuvé, il n'existe pas. Ensuite, il ne s'agit pas de privilégier un acteur culturel : mon budget a augmenté de 40 % sur la législature.
VOUS RECLAMEZ DES ASSOCIATIONS SUBSIDIEES UN APPEL A CANDIDATURES POUR LEURS DIRECTEURS. AU THEATRE-POEME, CETTE PROCEDURE N'A PAS EU LIEU…
J'ai envoyé un courrier à leur conseil d'administration pour le leur demander. Ils ne l'ont pas fait. Je le regrette. Mais comme il ne s'agit pas d'un opérateur phare, il n'y a pas de loi pour le lui imposer
COMMENT JUSTIFIER CETTE AUGMENTATION ?
Depuis dix ans, ce contrat-programme n'était plus indexé. Avec la commune de Saint-Gilles, la Communauté française a cofinancé une rénovation du théâtre pour 300.000 euros. Il faut à présent donner au théâtre les moyens de fonctionner. L'augmentation se justifie, quelle que soit la personne qui le dirige demain. Il remplit un rôle indispensable à cheval entre théâtre et poésie. Et l'audience ne peut être le seul critère de décision. Comme les salles d'art et essai, il joue un rôle essentiel pour la diversité culturelle
QU'UNE CONVENTION SE NEGOCIE ALORS QUE LA FUTURE BENEFICIAIRE EST MEMBRE DE VOTRE CABINET NE VOUS POSE PAS DE PROBLEME DEONTOLOGIQUE ?
C'est un procès d'intentions inacceptable. Dolores Oscari n'a pas négocié elle-même la subvention. C'est caricatural de parler de déontologie dans ce dossier.
QUAND IREZ-VOUS AU GOUVERNEMENT ?
Je prendrai ma décision lorsque le dossier sera complet. Il doit encore recevoir l'aval ministre du Budget. Mais je ne remets pas en cause sa nécessité. L'augmentation de la subvention est absolument justifiée..
Tiens, tiens...

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUID DE L’INTERCULTUREL LA DEDANS ?
Un lecteur commente « Vu le manque d'éthique de la ministre, il faut réclamer sa démission. Son budget, ce sont des impôts de tous les belges. Nous méritons que cet argent soit utilisé à bon escient. »
Personnellment, j’ai du mal à comprendre que le sympathique « théâtre poème soit un « opérateur phare ». Alors pourquoi augmenter la subvention de ce théâtre de plus de 50% alors que Mme Laanan ne fait pratiquement rien pour promouvoir une politique interculturelle à Bruxelles, capitale cosmopolite.
Quel contraste avec le ministre de la culture flamande Bert Anciaux que les Bruxellois n’aiment pas alors qu’il soutient à fond les projets interculturels et contre l’avis de son parlement et de la Flandre profonde. Voyez le résultat au KVS, au Kaai, à l’ancienne Belgique même à Flagey. Les chances de le voir reconduit au ministère de la culture sont minimes. Il est à craindre que quel que soit son successeur masculin au féminin, s’en sera fini de cette politique qui suscite tout notre soutien et toute notre admiration. Qu’on se le dise.
MG

Aucun commentaire: