mardi 19 mai 2009

Infréquentable, le PS ? Onkelinx exige de Reynders une « clarification », sinon…

© Belga.

J-20 Laurette Onkelinx explose. Dans un entretien au « Soir », la Première ministre PS exige du vice-Premier MR Didier Reynders une « clarification ». Samedi, au congrès de Mons, le président libéral – et partenaire du PS au fédéral – avait, dans le contexte des affaires, qualifié les socialistes d'« infréquentables ». Si Reynders maintient, Onkelinx menace de quitter le gouvernement.

Laurette Onkelinx nous confie : « J'ai, depuis samedi, un sentiment de nausée, de dégoût. Ce sont des mots réservés jusqu'à présent aux partis situés en dehors du champ démocratique ! Pour ma part, je ne me permettrai jamais un tel mépris vis-à-vis des autres, y compris le MR, bien sûr. Mais voilà, ces mots ont été utilisés, il faut d'urgence une clarification. »

De quelle nature ? «Je dis ceci : le PS ne sera jamais un parti de déserteurs, et quand on a eu besoin de nous, comme à la fin 2007, on est venus à la rescousse au fédéral, prêts à travailler pour redresser le pays. Mais nous ne sommes évidemment pas accrochés au pouvoir. Donc, si notre combat, nos idées, nos valeurs dérangent, si, avec nous, elles deviennent ''infréquentables' pour un partenaire de majorité, alors je ne resterai pas une seconde de plus au gouvernement fédéral.»

«L'hallali est sur le PS»
La socialiste lance par ailleurs, toujours dans son interview au Soir, un « appel » aux organisations sociales à quelques semaines du 7 juin : « L'hallali est sur le PS. Et là, j'en appelle à quelques-unes des plus importantes organisations sociales du pays : la FGTB et la CSC, les mutualités socialistes et les mutualités chrétiennes… J'ai participé à des gouvernements avec, du côté francophone, Écolo, CDH, les libéraux ; je ne sous-estime pas l'apport de chacun… Mais, aux organisations sociales, je demande, dans le blanc des yeux, au cœur de leur conscience : oui, ou non, le PS n'a-t-il pas été le pilier le plus fort pour soutenir les droits des travailleurs, défendre la sécurité sociale ? On a beaucoup de défauts, mais : pour les pensions légales, les soins de santé, le droit des chômeurs, le soutien aux accords interprofessionnels – donc aux salaires –, la norme de croissance des soins de santé, qui a été constamment présent ? Qui s'est battu bec et ongles ? Je n'obligerai jamais une organisation à ne pas s'exprimer si elle n'a pas envie de le faire. C'est sa responsabilité. Mais en me lisant, leurs responsables se rappelleront peut-être les combats que nous avons menés ensemble, les conversations lors d'enjeux cruciaux. »

Le vrai problème est le système électoral qui ne permet aucune alternance politique. Quel que soit le résultat, il y aura toujours, je dis bien toujours, un parti de centre ou centre-droit ou centre-gauche. Impossible de tenter une "vraie" aventure socialiste comme Mitterand l'a fait en 81. Impossible de faire "le grand virage à droite" comme Sarko le fait, et impossible de faire "le grand virage à gauche" comme Séguo voulait le faire.

LE SYNDROME NAMUROIS
© BELGA

LE MR A FAIT SON CHOIX : CE SERA TOUT SAUF LE PS, JUGE "INFREQUENTABLE"...
Écolo premier, le MR deuxième, le PS troisième et le CDH bon dernier. Ce résultat fait frémir - en bien ou en mal, c'est selon... - les états-majors de partis. Pour l'heure, il ne s'agit que de celui d'un sondage RTBF-Vers l'Avenir réalisé sur l'arrondissement électoral de Namur. Qui plus est avec une différence entre les trois premiers inférieure à la marge d'erreur.

N'empêche : le mouchoir de poche se confirme. Et en coulisses, la rumeur bruisse : une autre enquête d'opinion non publiée confirme un écrasement historique du PS, et un ressac sensible du CDH. Par rapport au sondage de nos confrères réalisé avant l'affaire Donfut, la catastrophe se serait donc amplifiée.

Écolo, grand vainqueur de gauche ? Le pari est en tout cas celui que fait désormais très clairement l'état-major du MR. Il croit dur comme fer son président en passe de remporter, comme en 2007, son périlleux coup de poker : dépasser le PS.

Témoin de ce regain de moral bleu : le congrès libéral tenu samedi à... Mons. Les mots à l'égard du Parti socialiste y ont été durs comme jamais. Durs et, de surcroît, irréversibles. Le PS y a été ni plus ni moins qualifié d'"infréquentable" par le chef de file du parti. Et Didier Reynders a ajouté, comme pour dissiper tout malentendu : "Pour changer la Wallonie en profondeur, il va falloir se passer des socialistes."

Au PS, on en a haussé les épaules. Mais politiquement, c'est un tournant majeur de la campagne.

Il est d'autant plus important que, fin mars, le chef de groupe au Parlement wallon, Serge Kubla (MR), s'était copieusement fait sermonner pour avoir tenu des propos identiques. L'heure était alors encore au jeu ouvert. Une heure qui semble désormais passée, le MR tablant sur un succès d'Écolo, et une coalition de type jamaïquaine MR-CDH-Écolo.

Crédible ? "Tous ces sondages ont un taux d'indécis frôlant les 20 %" , rappelle ce cacique. "Mais si le PS se plante magistralement le 7 juin, les citoyens auraient sans doute du mal à comprendre que d'autres partis l'aident à se maintenir malgré tout au pouvoir. Cela dit, le MR a tout intérêt à amplifier le malaise à l'égard du PS. Car il sait qu'en cas de meilleur score que prévu des rouges, c'est lui qui sera le grand exclu des coalitions..." (DH)

Vos réactions sur "Le syndrome namurois".
@pepetank, "ECOLO c'est plus de contraintes, ils feront plus de taxes et dans 5 ans nous devrons rouler à vélo"

Ben, tu peux dire merci à Ecolo de pouvoir rouler encore dans 5 ans car avec les autres, ce sera du surplace en voiture!!!

Reynders est un personnage qui se lierait même avec le diable si cela peut glorifier son aura.

Il ne faut jamais dire "infréquentable" en politique surtout quand on est prêt à tout pour être au gouvernement. Ceci est valable pour tout les partis

LOUIS MICHEL : « TOUT LE PS N’EST PAS INFREQUENTABLE »
BELGA

« Je demande à Madame Onkelinx qu’on en revienne au débat d’idées », tempère Louis Michel ce lundi matin, à la suite de la menace brandie par la ministre de la Santé de quitter le gouvernement si Didier Reynders n’apporte pas de clarification à ses propos tenus samedi lors d’un congrès du MR.

Samedi, Didier Reynders a qualifié le PS d’« infréquentable », ce qui a provoqué la colère de Laurette Onkelinx, prête, dit-elle, à quitter le gouvernement si le MR ne clarifie pas sa position envers son partenaire du fédéral. Louis Michel, lui, relance la balle dans le camp du PS. Sans réagir directement à la demande de clarification de Laurette Onkelinx, il explique : « Notre réaction samedi faisait suite aux propos outranciers tenus par le vice-président du PS Philippe Moureaux dans Le Vif, où il dit, (NDLR : à propos des affaires qui éclaboussent la classe politique), que ce genre de comportement reproché à un certain nombre de gens du PS est dans la nature de la droite. Je suppose que c’est nous qu’il vise, ce qui est évidemment scandaleusement injuste et inacceptable. Voilà pourquoi nous avons réagi mais nous n’avons jamais dit que tous les représentants du PS étaient infréquentables ».

Côté PS, même si Laurette Onkelinx déclare s’exprimer à titre personnel, l’unanimité semble primer. Pour le ministre-président wallon, Rudy Demotte, interviewé sur Bel-RTL, «les propos de Didier Reynders sont effectivement inacceptables et il ne fait aucun doute que nous sommes prêts à quitter également le pouvoir au niveau régional. » Quant aux alliances de l’après-scrutin, Rudy Demotte n’exclut rien mais précise : «il est clair que l’arrogance du MR de Didier Reynders intéresse de moins en moins le PS.» Philippe Courard (PS), ministre wallon des Affaires intérieures et de la Fonction publique, invité de Matin Première, ne mâche pas non plus ses mots sur le patron du MR : «D’une part, Didier Reynders doit attendre la décision de l’électeur, nous sommes encore en démocratie. D’autre part, il se montre une fois de plus excessif comme il l’a déjà fait à plusieurs reprises. Je tiens d’ailleurs à distinguer Monsieur Reynders des gens du MR pour qui j’ai beaucoup d’estime et de respect. Didier Reynders a une manière décalée de faire de la politique qui ne me plaît pas beaucoup et qui ne sert pas son parti. Il donne des leçons à tout le monde. Il ferait mieux de s’atteler à combattre la fraude fiscale dans son département des Finances et à donner plus de moyens à ses fonctionnaires : il est à ce niveau en dessous de tout et cache son déficit d’efficacité par des attaques incessantes sur tout

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
AU RA$ DES PÂQUERETTES
«L'art de la projection..... l'art de juger, l'art d'exploiter le bruit médiatique....frisant le vacarme ici ! Est ce cela le programme du MR ? Et les citoyens ? Et les électeurs ? Et le pouvoir d'achat ? » Commente un internaute. Et quid du débat d’idée en effet dans tout cela. Cette querelle de chiffonniers mal embouchés cache les véritables problèmes qui sont abordés du bout des lèvres : l’enseignement, le logement et la diversité interculturelle à Bruxelles notamment. Cette campagne est franchement détestable et ce personnel politique grassement rémunéré franchement au ra$ des pâquerettes.

Aucun commentaire: