mardi 30 juin 2009

Moeilijke buurten ondervertegenwoordigd

Moeilijke buurten twee maal achtergesteld © Beeld uit reportage tvbrussel

Brussel - Kansarme buurten in het Brussels Gewest trekken twee keer aan het kortste eind. Ze stapelen de stedelijke problemen op en zijn bovendien ondervertegenwoordigd in de negentien Brusselse gemeenten. Dat blijkt uit een studie van Filip De Maesschalk (KULeuven).
Geograaf Filip De Maesschalck onderzocht het belang van de buurt en de woonplaats van de 663 gemeenteraadsleden in het Brussels Gewest (verkozen in 2006). en kwam tot de vaststelling dat de politieke kleur en de woonplaats van politici nauw samenhangen. Zijn bevindingen zijn gepubliceerd in de nieuwste editie van Brussels Studies.

In de armere en meer achtergestelde buurten in het centrum van de stad wonen gemiddeld vooral sociaaldemocratische mandatarissen van de SP.A en PS. Er wonen gemiddeld ook beduidend minder mandatarissen, waardoor de buurten ondervertegenwoordigd zijn tegenover welgestelde buurten. Aan het andere uiteinde wonen de liberale mandatarissen – met op kop de FDF-vertegenwoordigers – in de meer welgestelde buurten. De groenen en de christendemocraten zijn het meest homogeen vertegenwoordigd verspreid.

De woonplaats van de politici en het politieke programma waar ze voor staan ligt dus in elkaars verlengde. De sociaaldemocraten ijveren voor meer sociale contacten en een dynamiek in de stad met een verbetering van het openbaar vervoer. De liberalen hebben volgens de studie dan weer een vrij negatieve benadering van de stedelijkheid en eisen dat de stad vlot bereikbaar is met de auto. De groene politici wonen in de minder welgestelde buurten en hechten in hun programma dan ook veel belang aan de stadsherwaardering. Extreem-rechts vormt een uitzondering. Zij namen in hun programma maatregelen op voor kansarme buurten, maar hebben er zelf geen enkele vertegenwoordiger wonen.

Twee keer achtergesteld
Omdat enkel de sociaaldemocratische politici in de meeste moeilijke en achtergestelde buurten wonen en de mandatarissen van de andere politieke strekkingen eerder in de matig tot zeer welgestelde buurten wonen, hebben de kansarme buurten het dubbel zo moeilijk. Ze worden minder vertegenwoordigd in de gemeenteraden en cumuleren bovendien de stedelijke problemen.
(Brussel Deze Week)

Surprise, il n'y a pas eu de fraude en Iran !

Des Iraniens partisans du candidat réformateur Mir Hossein Moussavi lors d'une manifestation à Téhéran le 28 juillet 2009. (© AFP Sahar Jalili)

Selon les premières opérations de recomptage de 10% des urnes organisées par le conseil des Gardiens, la plupart des résultats de la dernière présidentielle sont inchangés.

Sentant le ridicule de la situation, Mir Hossein Moussavi, Mehdi Karoubi et Mohsen Rezai avaient décidé de ne pas déléguer leurs représentants au recomptage des voix de la présidentielle du 12 juin. Les trois opposants à Mahmoud Ahmadinejad mettent en doute l'impartialité du Conseil des Gardiens, qui avait décidé d'un recomptage de 10% des urnes, prises «au hasard» dans toutes les provinces du pays.
Sans surprise, les premiers résultats de ce recomptage partiel ne montrent donc pas de changement par rapport aux chiffres initiaux, selon l'agence Fars. Celle-ci indique que le contrôle entamé lundi matin est terminé, avec des résultats inchangés, dans la grande ville de Karaj (nord), à Kerman (sud), ainsi que dans celles de moindre importance de Nahbandan (est), Sarbisheh (est) et Babolsar (nord). Le même scénario s'est reproduit ensuite, toujours selon Fars, pour les grandes localités de Robat-Karim et Eslam-Shahr, qui dépendent de la province de Téhéran.

RECOMPTAGE FACTICE
Seule exception notable, selon l'agence, la ville de Zahran dans la province de Kerman, où sur neuf urnes recomptées, pour un nombre total de bulletins non précisés, Ahmadinejad a gagné une voix, Moussavi en a perdu deux et Karoubi une, alors que le score de Rezai est resté inchangé. Cette opération de recomptage, censée légitimer la victoire d'Ahmadinejad, reste cependant largement factice: de nombreuses urnes ont disparu depuis deux semaines, et certains taux de participation (140%) entachent largement l'honnêteté du scrutin.
Alors que les manifestations se poursuivent dans les rues, Moussavi et Karoubi demandent l'établissement d'une commission indépendante du pouvoir et à défaut l'organisation d'une nouvelle élection, éventualité que le Conseil des Gardiens et le Guide Khamenei ont toujours repoussée.
(Source AFP)

Hertelling deel Iraanse stemmen levert zelfde resultaat op

Hertelling deel Iraanse stemmen levert zelfde resultaat op epa

De Iraanse Raad van Hoeders heeft maandag de uitslag van de presidentsverkiezingen geldig verklaard. De raad legde de verklaring af na een gedeeltelijke hertelling van de stemmen te hebben gelast. De verklaring betekent dat zittend president Mahmoud Ahmadinejad volgens de autoriteiten de winnaar van de verkiezingen is en aan een nieuwe termijn kan beginnen.
De staatstelevisie meldde dat de secretaris van de raad, ayatollah Ahmad Jannati, de conclusie in een brief had gepresenteerd aan minister van binnenlandse zaken Sadegh Mahsouli. De hertelling bestond uit het tellen van een 'willekeurige' tien procent van de stemmen die op 12 juni waren uitgebracht. De tv zei dat ’weinig of geen fouten’ waren geconstateerd.
De oproerpolitie is maandagavond massaal aanwezig in de straten van Teheran om in te grijpen als er opnieuw grote demonstraties zouden plaatsvinden.
Oppositiekandidaat Mir Hossein Mousavi had een deelname aan de hertelling afgewezen, ook omdat hij de Raad van Hoeders als partijdig beschouwt. Hij eist nieuwe verkiezingen. De presidentsverkiezing is volgens officiële gegevens afgetekend gewonnen door ambtsdrager Mahmud Ahmadinejad.
De in Parijs gevestigde Internationale Federatie van Mensenrechten zei dat de afgelopen twee weken minstens tweeduizend mensen zijn gearresteerd en vastgezet. Vicevoorzitter Abdol Karim Lahidji zei nadrukkelijk dat het niet gaat om personen die korte tijd zijn vastgehouden en daarna vrijgelaten, maar om mensen die nog vastzitten.
De Amerikaanse minister van buitenlandse zaken Hillary Clinton plaatste maandag vraagtekens bij de hertelling. Clinton sprak van ’een enorme geloofwaardigheidskloof’ tussen de Iraanse machthebbers en het volk. 'En ik denk niet dat die verdwijnt door een beperkte hertelling', zei Clinton.
Zondag kwam het bij de Ghoba Moskee in Noord-Teheran nog tot een botsing tussen de oproerpolitie en zo’n drieduizend betogers. Ooggetuigen zeiden dat de politie de menigte met de wapenstok en traangas te lijf was gegaan. Enkele demonstranten zouden zwaargewond zijn geraakt.(De Standaard)

Verhofstadt ontmijnt dossier asielzoekers Brussel

Oud-premier Guy Verhofstadt zal als onbesproken man in dit dossier de dichtgeslibde lijnen tussen de bevoegde ministers opnieuw proberen te openen
Guy Verhofstadt, dienstdoend voorzitter van Open Vld en oud-premier, gaat zelf contacten leggen met cdH en PS om de knopen in het asieldossier te ontwarren. Hij doet dat in samenspraak met premier Herman Van Rompuy (CD&V), die absoluut nog voor de zomervakantie een akkoord over de asielproblematiek wil bereiken.

VERZUURDE RELATIES
De relaties tussen de bevoegde ministers Annemie Turtelboom (Open Vld), Marie Arena (PS) en Joëlle Milquet (cdH) zijn zo verzuurd dat Verhofstadt namens Open Vld het initiatief naar zich toe trekt. Hij zal zelf het dossier proberen te ontmijnen en een kader scheppen voor de onderhandelingen.

"De lijnen met de andere partijen waren volledig dichtgeslibd", zegt een vooraanstaande bron. "Verhofstadt zal als een onbesproken man in dit dossier die lijnen weer proberen open te trekken. Hij zal de mensen binnen PS en cdH met wie hij een persoonlijke band heeft contacteren om zo het dossier weer op de rails te zetten."

NIEUWE LIBERALE TACTIEK
Daarna zou Turtelboom de fakkel overnemen om met Arena en Milquet het echte akkoord uit te schrijven. "Verhofstadt zal de randvoorwaarden proberen te creëren", klinkt het bij Open Vld.

De liberalen veranderen met die demarrage van hun liberale kopman duidelijk van tactiek in het asieldossier. Open Vld stelde zich de afgelopen maanden erg hard op omdat ze vreesde voor een electorale afstraffing. Nu blijkt dat die tactiek niet geloond heeft op 7 juni gooien de liberalen het over een andere boeg. Binnen de partij komt er ook een werkgroep die het dossier zal voorbereiden.

"GEEN PRINCIPIEEL DOSSIER VAN MAKEN"
Dat Verhofstadt het dossier naar zich toe trekt, kan als een terechtwijzing gezien worden voor Turtelboom, maar ook voor vicepremier Karel De Gucht. Door PS en cdH wordt hij aangeduid als de man die het dossier volledig blokkeert en niet bereid is tot enig compromis. Ook binnen Open Vld vrezen sommigen dat De Gucht van het asieldossier een heilloze symbolenstrijd zal maken, zoals eerder ook met het migrantenstemrecht gebeurde.

"Maar we moeten er alles aan doen om hier geen principieel dossier van te maken", klinkt het bij de partijtop. "Laten we zelf geen oude demonen oproepen. Die wonde is geheeld, laten we ze niet opnieuw openrijten."

BONDGENOOT VAN VAN ROMPUY
Verhofstadt wordt zo de objectieve bondgenoot van premier Herman Van Rompuy (CD&V), die de hele asielkwestie zo vlug mogelijk van de baan wil. "Wij ontvangen de laatste uren positieve signalen van Open Vld", klinkt het aan de Wetstraat 16. "Dat stemt ons wat positiever over de afloop van dit dossier."

Van Rompuy zelf wil absoluut nog voor het begin van de politieke zomervakantie, en dus voor de nationale feestdag op 21 juli, een akkoord forceren over de kwestie. Dat zal nodig zijn om met het nodige vertrouwen de nog veel neteligere kwestie van begroting en besparingen aan te pakken.

In de omgeving van Verhofstadt wil men geen commentaar kwijt over de asieldemarche. "Wij geven geen commentaar omdat we het dossier niet willen bemoeilijken," zegt de woordvoerder van de vroegere premier.
(Tine Peeters)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
TRANCHER LE NOEUD GORDIEN
Guy Verhofstadt veut personnellement résoudre le dossier des demandeurs d’asile qui crée une tension insoutenable entre les ministre Arena (PDS) et Turtelboom(VLD) . Le VLD était resté inflexible (effet De Gucht) jusqu’ici pour des raisons électorales. Les élections furent désastreuses pour le VLD, son président par intérim, un pragmatique, a décidé de changer de stratégie. De Gucht va à l’Europe et Guy Verhofstadt va au charbon avant de filer vers la Toscane. Hermann Van Rompuy est ravi d’être débarrassé d’un problème qui plombe son gouvernement avant la confection du budget.

lundi 29 juin 2009

Téhéran en crise, ou le retour aux sources de la révolution de 1979

Slavoj Zizek

Quand un régime autoritaire approche de sa crise finale, sa dissolution suit en général deux étapes. Avant son effondrement, une mystérieuse rupture se produit : les gens réalisent tout d'un coup que la partie est terminée, et ils cessent d'avoir peur. Non seulement le régime perd sa légitimité, mais l'exercice du pouvoir est perçu comme une réaction de panique impuissante.

Nous connaissons tous la scène classique des dessins animés dans laquelle le chat se trouve au-dessus d'un précipice mais continue de marcher sans tenir compte de l'absence de sol sous ses pattes ; il commence à tomber lorsqu'il baisse les yeux et aperçoit le gouffre. Lorsqu'il perd son autorité, le régime est comme un chat suspendu au-dessus du précipice.
Dans Le Shah (éd. 10-18, 1994), une description classique de la révolution de Khomeyni, Ryszard Kapuscinski situait le moment précis de cette rupture : un manifestant qui se trouvait à un carrefour de Téhéran refusa de bouger lorsqu'un policier lui ordonna de partir, et le policier embarrassé s'en alla ; en quelques heures, tout Téhéran avait entendu parler de cet incident et, bien que les combats de rue se soient poursuivis pendant des semaines, tout le monde savait d'une certaine façon que la partie était terminée. Assistons-nous à quelque chose de similaire ?
Les interprétations de ce qui se passe aujourd'hui en Iran sont multiples. Pour certains, c'est le point d'orgue du "mouvement réformiste" pro-occidental dans le droit-fil des révolutions "orange" en Ukraine, en Géorgie, c'est-à-dire une réaction laïque à la révolution de Khomeyni. Ils soutiennent les protestations car ils les considèrent comme le premier pas vers un nouvel Iran démocratique libéral et laïque, libéré du fondamentalisme musulman.
Pour les sceptiques, au contraire, Ahmadinejad a remporté les élections : il est la voix de la majorité, alors que Moussavi est soutenu par les classes moyennes et leur jeunesse dorée. En bref : abandonnons les illusions et reconnaissons que l'Iran a, en la personne d'Ahmadinejad, le président qu'il mérite. Il y a ensuite ceux qui ne voient en Moussavi qu'un membre de l'autorité cléricale, ne présentant que des différences de pure forme avec Ahmadinejad, décidé lui aussi à poursuivre le programme nucléaire et opposé à la reconnaissance d'Israël ; il a par ailleurs joui du soutien de Khomeyni lorsqu'il était premier ministre durant la guerre contre l'Irak.
Finalement, les plus tristes de tous sont les sympathisants de gauche d'Ahmadinejad : ce qui est en jeu pour eux est l'indépendance iranienne. Ahmadinejad a gagné parce qu'il a défendu l'indépendance du pays, dénoncé la corruption au sein de l'élite et utilisé les richesses provenant du pétrole pour augmenter les revenus de la majorité défavorisée. Il s'agit là, nous dit-on, du véritable Ahmadinejad, derrière l'image véhiculée par les médias occidentaux d'un fanatique négationniste. Ce qui se déroule en Iran ne serait donc qu'une répétition du renversement de Mossadegh en 1953 : un coup d'Etat financé par l'Occident contre le président légitime.
Bien que divergentes, toutes ces versions interprètent les protestations iraniennes selon l'axe de l'opposition entre extrémistes islamistes et réformistes libéraux pro-occidentaux, ce pourquoi il leur est si difficile de déterminer la position de Moussavi : est-il un réformateur soutenu par l'Occident qui veut renforcer la liberté individuelle et l'économie de marché, ou bien un membre de l'autorité cléricale dont la victoire ultime n'aurait aucune répercussion sérieuse sur la nature du régime ? De telles oscillations prouvent qu'ils passent tous à côté de la vraie nature des protestations.
La couleur verte adoptée par les partisans de Moussavi, les cris "Allah akbar" qui retentissent depuis les toits de Téhéran le soir montrent qu'ils voient leur activité comme la répétition de la révolution de Khomeyni, en 1979, comme un retour à ses sources, l'effacement de la corruption ultérieure de la révolution. Ce retour aux sources n'est pas seulement programmatique ; il se rapporte davantage au mode d'activité des foules : l'unité incontestable du peuple, la solidarité générale, l'auto-organisation ingénieuse, l'improvisation de moyens pour exprimer la protestation, le mélange singulier de spontanéité et de discipline, comme la marche menaçante de milliers de personnes dans le silence. Nous avons affaire à un soulèvement populaire authentique des partisans déçus de la révolution.
Nous devons tirer de cet aperçu plusieurs conséquences déterminantes. Premièrement, Ahmadinejad n'est pas le héros des islamistes défavorisés, mais un vrai populiste islamo-fasciste corrompu, une sorte de Berlusconi iranien dont le mélange de rodomontades clownesques et de politique de coercition impitoyable cause un malaise jusqu'au sein de la majorité des ayatollahs. Sa distribution démagogique de miettes aux pauvres ne devrait pas nous induire en erreur : derrière lui se trouvent non seulement les organes de la répression policière et un appareil de communication très occidentalisé, mais aussi une nouvelle classe riche et puissante, fruit de la corruption du régime - les Gardiens de la révolution en Iran ne sont pas une milice populaire, mais une entreprise géante, le plus puissant centre de la richesse du pays.
Deuxièmement, nous devrions établir une claire différence entre les deux principaux candidats opposés à Ahmadinejad, Mehdi Karroubi et Moussavi. Karroubi est un réformiste qui propose en substance une version iranienne de la politique communautariste, en promettant d'octroyer des faveurs à tous les groupes particuliers. Moussavi incarne quelque chose de différent : son nom représente la véritable réanimation du rêve populaire qui soutenait la révolution de Khomeyni, même si ce rêve était une utopie.
Cela signifie que nous ne saurions réduire la révolution de 1979 à une prise de pouvoir des extrémistes islamistes : elle représentait bien plus que cela. Il est temps aujourd'hui de rappeler l'incroyable effervescence de la première année qui suivit la révolution, avec l'explosion époustouflante de créativité politique et sociale, les expériences organisationnelles et les débats parmi les étudiants et la population. Le fait même que cette explosion ait fait l'objet d'une répression démontre que la révolution de Khomeyni était un événement politique authentique, une ouverture momentanée qui libéra les forces inédites de la transformation sociale, un moment où "tout semblait possible".
Suivit alors une fermeture progressive à travers la prise du pouvoir politique par les autorités islamistes. Pour le dire en termes freudiens, le mouvement de protestation auquel nous assistons est le "retour du refoulé" de la révolution de Khomeyni. Enfin et surtout, cela signifie que l'islam renferme un véritable potentiel libérateur : pour trouver un "bon islam", nul besoin de remonter au Xe siècle ; nous l'avons ici, sous nos yeux.
L'avenir est incertain. Très probablement, les détenteurs du pouvoir endigueront l'explosion populaire, et le chat, au lieu de tomber dans le précipice, regagnera la terre ferme. Le régime, loin d'être le même qu'avant, sera juste un gouvernement autoritaire et corrompu parmi d'autres. Quelle que soit l'issue, il est important de garder à l'esprit que nous assistons à un grand événement émancipateur qui excède le cadre de la lutte entre les libéraux pro-occidentaux et les intégristes anti-occidentaux. Si notre pragmatisme cynique devait nous faire perdre la capacité de reconnaître cette dimension émancipatrice, alors nous, Occidentaux, serions en train d'entrer dans une ère post-démocratique, nous préparant à accueillir nos propres Ahmadinejad. Les Italiens connaissent déjà son nom : Berlusconi. D'autres attendent leur tour.
Philosophe
Traduit de l'anglais par Christine Vivier

Derde van Turkse en Marokkaanse moslims in Nederland wil emigreren

Ruim een derde (36 procent) van de Turkse en Marokkaanse moslims in Nederland wil emigreren door de groeiende populariteit van Geert Wilders. Meer dan de helft van de moslims (51 procent) denkt er weleens over om het land te verlaten. Dat blijkt uit onderzoek van onderzoeksbureau Motivaction in opdracht van NCRV Netwerk dat er vanavond aandacht aan besteedt.

Toch zegt 76 procent van de moslims zich in Nederland thuis te voelen, maar 57 procent geeft aan zich door de toenemende populariteit van Wilders wel minder thuis te voelen.

DISCRIMINATIE
Twee op de vijf moslims zeggen vaker te worden gediscrimineerd sinds de stijgende populariteit van de PVV. Bijna een kwart van de moslims (24 procent) zegt geregeld te worden gediscrimineerd in Nederland. Bijna driekwart van de moslims heeft het gevoel dat autochtonen hen negatiever beoordelen sinds de opkomst van Wilders.

EENS MET WILDERS
Een kleine groep moslims (18 procent) is het overigens op een aantal punten eens met Wilders. En een op de drie vindt het wel logisch dat een deel van de Nederlanders op hem stemt.

Netwerk onderzocht de mening van Turkse en Marokkaanse Nederlanders naar aanleiding van de grote winst van de PVV bij de Europese verkiezingen.
(anp/adv)(De Morgen)

Meer dan 78.000 bezoekers voor Couleur Café

Couleur Café was een groot succes. In drie dagen tijd trok het festival meer dan 78.000 toeschouwers. Volgend jaar wordt het festival mogelijk de laatste keer op de site van Thurn & Taxis georganiseerd.

Onder een stralende zon genoten een recordaantal bezoekers van Arno, Emir Kusturica, Cesaria Evora, Zap Mama en Bénabar en vele andere groepen die op een van de podia op Thurn & Taxis stonden. Nieuw dit jaar waren ook het openluchtpodium Titan en de festivalcamping. Op die camping overnachtten zo'n 2.000 festivalgangers die van buiten Brussel naar het festival kwamen.

De organisatie spreekt dan ook van een succesvolle editie. Voor het eerst waren de tickets voor vrijdag en zaterdag vooraf ook al uitverkocht. Persverantwoordelijke Irene Rossi: "78.000 bezoekers is enorm veel en een record voor ons. We zaten boven de 25.000 toeschouwers per dag en vandaag (zondag) was het festival bijna uitverkocht."

Volgend jaar vindt Couleur Café hoogstwaarschijnlijk opnieuw plaats op de site van Thurn & Taxis. Vanaf 2011 verhuist het festival met een nieuw project naar het Groentheater in het Ossegempark.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
GRANDE FÊTE DE L’INTERCULTUREL
78.000 ont participé la plus grande fête interculturelle de la saison bruxelloise. C’est dire qu’il y a des dizaines de milliers de Bruxellois qui sont acquis sans réserve à la diversité culturelle. C’est une des grandes vocations de Bruxelles cosmopolite. Les artistes sont les tout premiers à l’avoir compris. Mais attention, l’interculturel c’est contagieux. Zap mama dira en substance « je me croyais belge par mon père et congolaise par ma mère. J’ai compris qu’il n’en est rien, désormais je me sens citoyenne du monde »

Turtelboom kondigt tot 8.000 regularisaties aan

Bij de komende onderhandelingen over asiel en migratie zullen de cijfers over de regularisaties van gezinnen zeker nog eens met een kwak op tafel gegooid worden. Al wordt bij Open VLD officieel ontkend dat dit de bedoeling was van bevoegd minister Annemie Turtelboom (Open VLD). (DS)

Le premier pas américain

Le projet de loi de lutte contre le réchauffement climatique est passé à la Chambre des représentants. Mais peut-on parler de révoluti
C’est passé, mais d’extrême justesse. Vendredi soir, le président américain Barack Obama pouvait pousser un "ouf" de soulagement : son vaste et complexe projet de loi de lutte contre le réchauffement climatique a été adopté à la Chambre des représentants. D’extrême justesse : 219 voix pour, 212 contre, soit une seule voix de plus que les 218 voix nécessaires à son adoption.
Pour le nouveau locataire de la Maison-Blanche, qui avait fait de ce plan l’un des grands chantiers de sa présidence, c’est assurément une victoire politique importante même si, sous la pression des Républicains qui craignaient une hausse des coûts de l’énergie, l’ambition et les objectifs de ce plan avaient été revus à la baisse. Jusqu’au bout, conscient de la portée symbolique d’une réussite sur ce front de l’environnement, Obama avait mené campagne pour convaincre les derniers indécis.
Concrètement, le "American CleanEnergy and Security Act" - le nom de ce projet de loi, un texte de pas moins de 1 200 pages - prévoit outre-Atlantique une diminution des émissions de gaz à effet de serre - principalement le CO2 - de 17 pc en 2020 et de 83 pc en 2050 par rapport à 2005. Autres axes : la réduction progressive des importations de pétrole (de 10 pc en 2030), la création d’emplois verts, le développement de véhicules électriques, de techniques de capture de CO2 ou encore la promotion des énergies renouvelables (éolienne, biomasse, solaire ) qui devraient en 2020 atteindre 15 % de la production totale d’électricité.
Avant d’être mis en œuvre, le texte devra encore être approuvé par le Sénat. Le rendez-vous est probablement fixé à l’automne prochain.
Alors s’agit-il réellement d’un tournant historique dans un pays qui n’a toujours pas ratifié le protocole de Kyoto et qui, il n’y a pas si longtemps encore, ne reconnaissait pas ouvertement le caractère nuisible des gaz à effet de serre. "C’est assurément un pas dans la bonne direction et cela marque une rupture claire avec la politique américaine sous l’administration Bush. Les mesures destinées à lutter contre le réchauffement climatique sont désormais clairement au cœur de la politique environnementale américaine", explique Sam Van den plas, spécialiste du climat au WWF Belgique. Qui ajoute : "L’objectif fixé n’est probablement pas suffisant pour quitter la zone dangereuse en terme de réchauffement climatique mais le fait que les Etats-Unis prennent des engagements concrets et chiffrés suscite pas mal d’espoir quant à la probabilité de dégager un accord en décembre prochain à Copenhague lors de la conférence de l’ONU sur le climat (NdlR : post-Kyoto). Obama a en tout cas une belle opportunité de rendre l’économie américaine plus propre et plus compétitive".
Pierre angulaire de ce projet de loi, la création d’un marché de droits d’émission dit "cap et trade" qui donnera la possibilité aux gros pollueurs US (producteurs d’acier, de verre, ) de payer pour acquérir le droit de continuer à produire du dioxyde de carbone. La pollution aura donc désormais un prix. Mais l’incitation au développement "d’industries propres" restera relative dans un premier stade : seulement 15 pc de ces droits devraient être mis aux enchères les premières années là où Obama voulait initialement rendre le système entièrement payant. Le lobbying intense de certains Etats est passé par là
Bref, si les engagements pris par les Etats-Unis restent insuffisants en regard des enjeux planétaires, l’Oncle Sam vient de poser un premier pas salutaire. Qui devra en appeler d’autres avant de pouvoir parler de véritable révolution environnementale "made in USA".

Le sabre et le turban

La joute Ahmadinejad - Moussavi masque l'opposition grandissante entre militaires et religieux. Malgré leurs dissensions, le religieux Ali Khamenei appuie Ahmadinejad et sa caste militaire.
La contestation du résultat des élections présidentielles en Iran a ouvert une crise politique majeure que le monde s’efforce de décrypter car elle ne sera pas sans incidence sur l’inflammable environnement régional.
Déclaré vainqueur au premier tour, le président sortant Mahmoud Ahmadinejad revendique 63 % des voix contre 34 % à son adversaire Mir Hossein Moussavi, ancien premier ministre entre 1981 et 1989. Le taux de participation s’élève à 84 % contre 60 % au second tour il y a 4 ans. C’est la participation électorale la plus élevée de l’histoire de la République islamique. L’abstention des élites urbaines lors du précédent scrutin présidentiel fait place aujourd’hui à un affrontement ouvert avec le pouvoir accusé de fraudes massives. Il révèle un déchirement des classes dirigeantes que l’entrelacs des institutions et l’arbitrage exercé par le guide suprême de la Révolution islamique, Ali Khamenei, ne peuvent plus éviter.
Cette polarisation oppose non pas tant un camp "réformateur" à un camp "conservateur" mais, peu ou prou, le clergé contre les structures de force nées à l’avènement de la théocratie il y a trente ans. Le corps des Pasdarans (gardiens de la révolution) et les milices des volontaires (Bassidjis) forment ensemble ce que les Iraniens appellent le Hezb Padegani (Parti des garnisons). Formés dans les combats contre les troupes impériales du chah et les forces de gauche (moudjahidine du peuple) les Pasdarans recrutent dans les classes sociales les plus pauvres. La prise d’otage à l’ambassade américaine de Téhéran en novembre 1979, que Mahmoud Ahmadinejad est soupçonné d’avoir organisé, a été leur baptême du feu. Aguerrie durant la longue guerre contre l’Irak, la garde prétorienne du régime revendique comme légitimité le martyr et l’héroïsme au combat de milliers de jeunes Iraniens (stratégie des "vagues humaines"). Elle dirige notamment la Brigade Jérusalem, chargée des basses œuvres terroristes à l’extérieur et donne son appui logistique au Hezbollah libanais. Les intérêts économiques et industriels des Pasdarans, qui comptent 125 000 hommes, renforcent leur implantation capillaire dans une société quadrillée et régentée par les Bassidjis (plusieurs millions de membres). Ils peuvent ainsi mobiliser un électorat important dans les villes de province mais aussi à Téhéran parmi les populations pauvres de la capitale. La caste militaire que représente Ahmadinejad impose peu à peu ses intérêts très laïques à un clergé politiquement divisé. Le clivage entre militaires et religieux apparaissait déjà en filigranes du scrutin de 2005 qui opposait Ahmadinejad à l’actuel président de l’Assemblée des experts et du Conseil du discernement, Hachemi Rafsandjani. L’arrestation pendant quelques heures de la fille de celui-ci, pour avoir participé aux protestations contre le pouvoir, traduit à son tour les tensions qui traversent le régime.
Le ruban vert, couleur de la famille du prophète Mahomed, est le signe de reconnaissance des partisans de Moussavi et, en général, des opposants à Ahmadinejad. Mais en validant le résultat de l’élection, le Conseil des gardiens de la révolution exprime le ralliement du guide suprême Ali Khamenei, vrai conservateur, à un président Ahmadinejad dont il a dans le passé souvent bloqué des décrets (comme celui autorisant l’accès des femmes aux stades de football).
Héritage de l’effervescence révolutionnaire, la grande diversité des courants politiques au sein de la théocratie iranienne participe aussi de la singularité du chiisme. L’attente de l’imam caché est une forme de messianisme qui autorise l’innovation et la liberté d’interprétation de la Loi. L’opacité du pouvoir est alors une manière de contenir cette nation très politique qu’est l’Iran. Mais le foisonnement d’institutions sophistiquées et la médiation du guide suprême ne suffisent plus aujourd’hui à légitimer un pouvoir répressif auprès de populations souvent hautement éduquées. Les femmes sont d’ailleurs très actives dans les manifestations de masse. L’usage généralisé des outils numériques (facebook, twitter, blogs) pour communiquer avec l’extérieur en dit également beaucoup sur une jeunesse qui marche au pas de la modernité et refuse la militarisation de la société voulue par Ahmadinejad. Mais l’énergie protestataire risque de s’épuiser. La dispersion politique des soutiens à Moussavi se heurte à la détermination sans faille des partisans d’Ahmadinejad et à la force de ses réseaux répressifs.
Sur le plan international, Ahmadinejad n’est pas non plus totalement isolé. Quelques jours après le scrutin, il se rendait au sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai qui avait lieu en Russie. Les dirigeants d’Asie centrale appelaient la communauté internationale à ne pas se mêler des affaires intérieures iraniennes. Le centurion vénézuélien Chavez a de son côté salué sa "victoire pour un monde nouveau". En politique extérieure le Pasdaran Ahmadinejad a déjà rompu avec le mot d’ordre de l’Ayatollah Khomeiny : "Ni Est, ni Ouest, République islamique."

Moslimprotest tegen hoofddoekverbod in Antwerpen

Op het Sint-Jansplein in Antwerpen hebben vandaag zowat 120 moslima's betoogd tegen het hoofddoekverbod in de
Koninklijke Athenea van Antwerpen en Hoboken. Ze droegen spandoeken met boodschappen als "Iedereen vrij, behalve wij", "Democratie, geen discriminatie" en "Jullie zijn de onderdrukkers, niet wij". Ze eisten dat het verbod terug wordt ingetrokken.

Volgens de directies komt de maatregel er om de meisjes die geen hoofddoek dragen te beschermen tegen sociale druk. "Wij, als vertegenwoordigers van de ouders in de schoolraad, hebben daar helemaal geen weet van. Als er daadwerkelijk klachten zijn, dan zouden we die graag inkijken zodat we samen tot een oplossing kunnen komen", zei ouder Mina Cheeba in een toespraak.

"PIKKEN DEZE HANDELSWIJZE NIET"
Volgens Cheeba werd de beslissing om de hoofddoek te verbieden genomen zonder eerst het advies van de ouders daarover in te winnen. "Tijdens de vergaderingen is er nooit sprake geweest van een mogelijk hoofddoekverbod. Het schoolreglement moet niet autonoom, maar in overleg met de ouders veranderd worden. Wij pikken deze manier van handelen niet."

Ook enkele leerlingen uitten hun ongenoegen. "Wij zouden onder druk gezet worden om een hoofddoek te dragen, maar dat is onzin. Wij zijn geen leeghoofden die dat zomaar klakkeloos zouden aanvaarden."

"WIJ ZIJN GEEN MACHO'S"
Vanuit mannelijke hoek kwam er eveneens een reactie. "Ik ben het beu dat wij worden afgeschilderd als macho's die meisjes dwingen om een hoofddoek te dragen, want dat is niet zo. Voor ons zijn jongens en meisjes gelijk. Wij hebben veel respect voor hen en zij zijn intelligent genoeg om zelf te beslissen of ze een hoofddoek dragen of niet. Stop ermee ons als excuus te gebruiken", zei Ayoub Aazzouti.

Morgen wordt er opnieuw actie gevoerd. Dan wordt er om 13 uur verzameld voor het Koninklijk Atheneum van Hoboken. (belga/svm)(De Morgen)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN BEAU DIMANCHE SOUS LE SIGNE DU FOULARD
Les débats du dimanche midi à RTL et RTBF ne parlaient que de cela et non sans un grand déploiement d’arguments de part et d’autre. Moment comique, quand Nadia Geerts soudain coiffa un étrange couvre chef portant l’inscription « dieu n’existe pas », la contre provocation répondant avec humour à la provocation.
Anvers l’imam rebelle a récidivé mais voilà que le pauvre homme n’a pu réunir que 120 jeunes filles voilées alors qu’on parlait il y a trois jours à peine de 300 désinscriptions rebelles. Sic transit gloria mundi.
Mais il annonce de nouvelles actions. Par chance pour lui, les filles sont toutes en vacances à l’heure qu’il est.

dimanche 28 juin 2009

Iran : plus de 2.000 personnes détenues

Le vice-président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), Karim Lahidji, a affirmé dimanche à Paris que “plus de 2.000 personnes” avaient été arrêtées et étaient détenues en Iran, et que des centaines étaient “portées disparues”.


Le vice-président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), Karim Lahidji, a affirmé dimanche à Paris que « plus de 2.000 personnes » avaient été arrêtées et étaient détenues en Iran, et que des centaines étaient « portées disparues ».

«D’après nos dernières informations, plus de 2.000 personnes ont été arrêtées et sont actuellement en détention », a déclaré M.
Lahidji, qui est par ailleurs président de la Ligue iranienne de défense des droits de l’Homme, dont le siège est à Paris, au cours d’un rassemblement dans la capitale française.

«Des centaines de personnes sont portées disparues, ce sont des informations indépendantes qui nous sont parvenues de Téhéran depuis hier (samedi)», a-t-il ajouté.
Interrogé par l’AFP, M. Lahidji a précisé que ces informations avaient été rassemblées par les antennes de la FIDH en Iran, essentiellement auprès des familles.

House Passes Bill to Address Threat of Climate Change

WASHINGTON — The House passed legislation on Friday intended to address global warming and transform the way the nation produces and uses energy.
The vote was the first time either house of Congress had approved a bill meant to curb the heat-trapping gases scientists have linked to climate change. The legislation, which passed despite deep divisions among Democrats, could lead to profound changes in many sectors of the economy, including electric power generation, agriculture, manufacturing and construction.
.President Obama hailed the House passage of the bill as “a bold and necessary step.” He said in a statement that he looked forward to Senate action that would send a bill to his desk “so that we can say, at long last, that this was the moment when we decided to confront America ’s energy challenge and reclaim America ’s future.”
(...)After meeting with Mr. Obama, A. Merkel said she had seen a “sea change” in the United States on climate policy that she could not have imagined a year ago when President George W. Bush was in office.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
OBAMA SUIT SON CAP
Obama fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait. Il est résolu, contrairement à son prédécesseur à prendre le problème de l’environnement à bras le corps. Plus qu'un scoop c'est une bonne nouvelle pour l'humanité.

Couleur Café: Mélangez ! Mélangez !

Déjà sold-out pour les jours de vendredi et samedi avant même l’ouverture des portes, la vingtième édition du festival Couleur Café s’annonçait sous les meilleurs auspices et la météo, à la fois douce et chaude, fit le reste. Les trois fois vingt-cinq mille personnes (plus invités) ont dégusté un mets de choix ce week-end, à Tour & Taxis, qu’aucun incident n’est venu troubler.
On a retrouvé tel quel ce Peuple Café chamarré, coloré, basané, où couples mixtes, lesbiens ou homosexuels peuvent se promener main dans la main sans attirer le regard. Où toutes les langues se croisent, où Flamands autant que francophones se sentent chez eux, dans ce Village urbain où tout le monde est beau et tolérant. Il y a des files devant les guichets pour les tickets boissons, les toilettes, les stands de nourriture ou le distributeur de monnaie ? Qu’à cela ne tienne : pas un énervement, pas une bagarre, pas une bousculade.
Rien : le monde parfait, en somme. Un tel miracle, pour une telle foule mélangée de tant de différences, n’est possible que grâce à cet esprit Couleur Café imaginé par Patrick Wallens et son équipe. Un esprit consistant à mettre en pratique ses idées d’ouverture et de partage, tout simplement.
On ne peut ici faire le tour de tous les concerts vus en trois jours.
On en a retenu trois qui nous ont particulièrement plu. On aurait pu aussi citer la bonne humeur de Babylon Circus, la toute grande forme d’Amadou & Mariam, le charme indescriptible d’Ayo, la folie de la bande à Emir Kusturica, le retour à la maison de Zap Mama déjà présent la première année, en 1990, et en 1999 et 2005. Et puis bien sûr, parler à l’infini de ce feu d’artifice tiré pour la première fois avec un vrai spectacle : les marionnettes géantes et les figures de capoeira du groupe tambourinaire Los Magnificos & Bloco Sampoeira.
Et garder, dans les yeux, jusqu’à l’année prochaine ces millions d’étoiles. En 2010, le festival fêtera ses vingt ans (1) et fera ses adieux à Tour & Taxis : la fin d’une époque et l’aube d’une nouvelle ère… au Heysel ! THIERRY COLJON
(1) Pour rappel, car beaucoup font l’erreur : le festival, né en 1990, en était cette année à sa vingtième édition, mais c’est l’année prochaine qu’il fêtera ses vingt ans. Faites le calcul.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ETHIQUE DE LA TOLÉRANCE
Si c'est possible une fois par an à Tour et Taxis, ce devrait l'être demain au Heyzel et partout à Bruxelles tout au long de l'année. Le secret c'est que...ce sont des artistes qui sont à la manoeuvre, pas des politiques, ni des religieux, ni des intellos, ni des journalistes. L'inter culturel se fera par le biais des artistes ou ne se fera pas. L'interculturel relativise la norme sociale, religieuse, communautariste. L'interculturel participe de l'éthique de la tolérance et du respect de l'autre et de son acceptation tel qu'il est et non pas tel qu'on voudrait qu'il fût. L'interculturel c'est le contraire du formatage mono culturel des De Wever, De Winter, Maingain, de l'imam anversois et de ses collègues radicaux, du Hollandais Wilders, du pape allemand et surtout des intégristes de toute farine. Le cosmopolitisme est d'abord un volontarisme en l'occurence celui de Patrick Wallens et son équipe.
MG

Mohammed Moussaoui : "Nous ne demanderons pas à la société française d’accepter la burqa"

Elu président du Conseil français du culte musulman (CFCM) il y a tout juste un an en remplacement de Dalil Boubakeur, Mohammed Moussaoui, universitaire et imam d'origine marocaine installé à Avignon, est à la tête d'une institution plus symbolique que réellement représentative et opérationnelle. Voulue en 2003 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, la création du CFCM visait à organiser le culte musulman et à favoriser l'émergence d'un islam de France "modéré", adapté à la société française.

Dans le débat, sensible, sur le port de la burqa et du niqab, qui vient de s'ouvrir et devrait se poursuivre au cours des prochains mois, le CFCM devrait tenir une position "anti-burqa" qui ne fait pas l'unanimité chez les musulmans.
Cela pourrait l'éloigner encore un peu plus des courants rigoristes, type salafiste ou tablighi concernés au premier chef par le port du voile intégral, et qui ne se reconnaissent guère dans cette institution. Cette position pourrait aussi le couper davantage d'une frange de jeunes musulmans, enclins à voir dans le débat sur le voile intégral une "nouvelle discrimination" à l'égard de l'islam. S'ils s'y sont conformés, la plupart des musulmans persistent en effet à considérer la loi de 2004 sur le port du voile à l'école comme une atteinte à la liberté de la femme musulmane.
LA MISSION D'INFORMATION PARLEMENTAIRE SUR LE PORT DE LA BURQA ET DU NIQAB EN FRANCE DOIT SE METTRE EN PLACE LA SEMAINE PROCHAINE ET DEVRAIT REMETTRE DES RECOMMANDATIONS D'ICI A SIX MOIS. LE CONSEIL FRANÇAIS DU CULTE MUSULMAN SERA SOLLICITE SUR LA QUESTION. QUELLE SERA SA POSITION?
Je veux d'abord rappeler qu'aucun texte coranique ne prescrit le port de la burqa ou du niqab, qui reste en France un phénomène marginal. L'ensemble des membres du bureau du CFCM sont d'accord sur ce point. Il est à rappeler qu'en 2004, lors des discussions autour de la loi sur le voile à l'école, le conseil d'administration, après des mois de débats, avait déclaré que seul le port du foulard était une prescription religieuse, tout en veillant au respect des lois républicaines.
Le CFCM ne demandera pas à la société française d'accepter la burqa, mais soutiendra un travail de pédagogie et de dialogue afin de convaincre ces femmes de rejoindre la pratique de L'ISLAM DE LA MODERATION ET DU JUSTE MILIEU –celle de l'immense majorité des musulmans de France –, et d'abandonner cette tenue, symbole d'une pratique qui peut contribuer à stigmatiser l'islam en France.
Le CFCM réfute l'accusation selon laquelle l'islam remettrait en cause le principe de la laïcité.
LE DISCOURS TRES FERME DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A VERSAILLES, ESTIMANT QUE " LA BURQA N'EST PAS LA BIENVENUE " EN FRANCE, AMENE CERTAINS OBSERVATEURS A PENSER QU'UNE INTERDICTION N'EST PAS EXCLUE. QU'EN PENSEZ-VOUS?
Une interdiction serait contre-productive et difficile à appliquer. Va-t-on arrêter les femmes qui portent la burqua dans la rue et les obliger à l'enlever? Cela conduira la plupart d'entre elles à rester recluses chez elles. LA PEDAGOGIE ET LE DIALOGUE SONT, DANS CE DOMAINE, BEAUCOUP PLUS EFFICACES QUE LA CONTRAINTE. Une solution imposée pourrait être perçue et ressentie, malgré toutes les précautions, comme une nouvelle discrimination contre les musulmans de France.
POURQUOI L'ISLAM DE FRANCE NE S'EST-IL PAS SAISI DE CE PHENOMENE, QUI N'EST PAS TOTALEMENT NOUVEAU ET QUI DENOTE UNE RADICALISATION D'UNE FRANGE DES MUSULMANS EN FRANCE?
Dans les mosquées, les imams ont toujours mis en garde les musulmans contre toute radicalisation ou extrémisme que ce soit au niveau de la pratique ou du comportement. Les femmes musulmanes font également un travail de sensibilisation sur cette question. Notre devoir est de rappeler que CETTE VOIE MINORITAIRE N'EST PAS CELLE ADOPTEE PAR L'IMMENSE MAJORITE DES SAVANTS MUSULMANS et insister sur le fait que l'islam du juste milieu n'encourage en rien cette pratique. Quant à la radicalisation, elle participe de la mondialisation et de ses effets pervers à travers des références, sur internet notamment, qui ne prônent pas toujours les valeurs de la tolérance et d'ouverture.
L'ISLAM INSTITUTIONNEL SEMBLE UN PEU DEMUNI PAR RAPPORT A CES EVOLUTIONS… PEUT-IL SE FAIRE AIDER PAR DES VOIX FORTES VENUES DES PAYS D'ORIGINE?
Quand les imams de France promeuvent l'islam du juste milieu, cela ne peut que porter ses fruits et cantonner ce phénomène marginal. Il faut rester confiant sur les valeurs qui animent et unissent les musulmans de France. Le CFCM prépare pour la fin de l'année un colloque d'imams qui, outre des questions purement religieuses, pourrait faire le point sur ces pratiques minoritaires. Cela devrait aussi être l'occasion d'annoncer la création d'une Conférence nationale des imams.
Quant à envisager un recours à l'étranger, l'islam de France doit être émancipé. Notre action vise à concilier le contexte français avec les spécificités du culte musulman. La sagesse doit l'emporter sur toute instrumentalisation du débat.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ISLAM DU JUSTE MILIEU ?

Anciaux als Vlaams minister niet uitgesloten

Anciaux wordt mogelijk opnieuw Vlaams minister, al zijn er kapers op de kust.

SP.A-lid Bert Anciaux is mogelijke kanshebber voor een ministerspost in de Vlaamse Regering. De socialistische partij levert naar alle waarschijnlijkheid de verplichte Brusselaar in de Vlaamse Regering. Maar Anciaux is niet de enige kandidaat.
Anciaux stond als lijstduwer op de Europese lijst van SP.A. Hij werd niet verkozen, maar haalde wel 72.000 voorkeursstemmen. Dat signaal kan de socialistische partij niet ontkennen.
Maar ook Pascal Smet als minister is niet uitgesloten, zij het niet waarschijnlijker. De Brusselaar werd in 2003 door Steve Stevaert gelanceerd als Brussels staatssecretaris. In 2004 werd Smet Brussels minister van Mobiliteit.
Na de regionale verkiezingen van juni 2009 viel de socialistische partij uit de boot bij de vorming van Vlaamse meerderheid in het Brussels gewest. Onder leiding van Guy Vanhengel bereikten Open VLD, CD&V en Groen! een akkoord, en bleef de SP.A met lege handen achter. Ook voor de positie van Smet moet door de partij een oplossing gezocht worden.

samedi 27 juin 2009

Martinique: Sarkozy propose un référendum sur l'autonomie

Nicolas Sarkozy à son arrivée à Fort-de-France en Martinique. (REUTERS)

En déplacement aux Antilles, le Président a annoncé que les Martiniquais allaient pouvoir se prononcer sur le statut de leur île, tout en écartant l'idée d'une indépendance. François Bayrou craint que l'initiative ne réveille de «de nouveaux clivages».

Le président Nicolas Sarkozy a proposé vendredi à Fort-de-France l’organisation d’un référendum sur un éventuel statut d’autonomie pour l’île de la Martinique , aujourd’hui département-région régi par l’article 73 de la Constitution , tout en excluant l’indépendance.
«Je suis venu vous annoncer clairement que j’ai l’intention de consulter les Martiniquais sur l’évolution institutionnelle de leur territoire comme la Constitution m’y autorise», a-t-il déclaré.
«Les Martiniquais seront libres de choisir en leur âme et conscience le chemin qu’ils souhaitent emprunter,» a ajouté le chef de l’Etat.
«Tant que je serai président de la République la question de l’indépendance de la Martinique , c’est à dire de sa séparation d’avec la France ne sera pas posée», a-t-il toutefois dit.
«Le débat dont nous parlons n’est pas celui de l’indépendance (…) le débat qui est ouvert est celui du juste degré d’autonomie, celui de la responsabilité, celui de l’équation unité-singularité», a-t-il affirmé.»
François Bayrou a immédiatement dénoncé «l’ambiguïté et le trouble» créés, selon lui, par cette annonce, pointant une grave erreur de timing, «alors même que ni les Antilles, ni le reste de l’outre-mer n’avait besoin d’un nouvel épisode de division».
Le président du Modem y voit «une diversion» pour éviter de répondre aux «problèmes de la Martinique et de la Guadeloupe et d’ailleurs du reste de l’outre-mer», qui sont «économiques et sociaux. Ils sont aussi des problèmes historiques et symboliques. Ils ne sont pas des problèmes de statut administratif».
A en croire Bayrou, se dessinait un moyen simple «d’offrir un équilibre politique [...] et cela dans le cadre des lois de la République »: «Il suffisait d’appliquer à ces régions les principes généraux qui vont être examinés» dans le cadre des conclusions faites par la commission Balladur sur la réforme des collectivités territotiales. En détail: «fusion des départements et des régions avec les mêmes élus représentant à égalité les territoires et les opinions».
(Source AFP)

vendredi 26 juin 2009

Imam slikt forse woorden in en pleit voor symbolische actie op 1 september

Imam Nordin Taouil heeft zijn felle woorden afgezwakt.

Alle moslimmeisjes thuis houden tot ze weer een hoofddoek mogen dragen op school is een vergissing, vindt Frank Vandenbroucke (sp.a). De minister van Onderwijs haalt scherp uit naar de Antwerpse imam die dreigde met een heuse boycot. Onder druk van alle hevige reacties, ook van moslims, krabbelt imam Nordin Taouil al terug: hij pleit voor een "symbolische actie" op 1 september, zo schrijft Het Laatste Nieuws.

"Ik roep alle ouders op om vanaf 1 september hun kinderen niet naar school te sturen tot wij gelijk krijgen." Met die oproep oogstte de Antwerpse imam Nordin Taouil stormachtig applaus op de speelplaats van het Koninklijk Atheneum in Antwerpen, waar enkele honderden leerlingen protesteerden tegen het verbod op hoofddoeken dat vanaf 1 september geldt.

"SYMBOLISCHE ACTIE"
"In Vlaanderen bestaat een leerplicht, geen schoolplicht", zegt de imam. "Dit is een gerechtvaardigde protestactie voor onze zusters om dit verbod aan te vechten. Daarvoor gaan we alle wettelijke middelen gebruiken die we hebben, want onze kinderen worden nu op praktisch alle scholen geweigerd. We bekijken nu hoe we deze beslissing ook juridisch kunnen aanvechten. Ik begrijp de beslissing van de twee Antwerpse scholen wel."

"Zij zijn het slachtoffer van alle andere scholen die kinderen met een hoofddoek weren. Wij zijn geen voorstander van aparte islamscholen. Daarom moet er dringend iets veranderen aan deze discriminatie." Of zijn oproep er niet ver over is? "Maar neen, het is een symbolische actie op 1 september", zegt Nordin Taouil nu in Het Laatste Nieuws. "Meer niet."

"HOUDING ONAANVAARDBAAR"
Uittredend minister van Onderwijs Frank Vandenbroucke wil zich niet uitspreken over de beslissing van de Antwerpse scholen. Het is aan de scholen om daarover te beslissen, in overleg met de ouders en de leerlingen, vindt de minister. Maar de houding van de imam vindt bij hem geen genade.

"Als je een klimaat creëert waarin je zegt dat je kinderen van school zal houden, dan vind ik dat een vergissing", zegt Vandenbroucke. "Ik vind die houding absoluut niet aanvaardbaar, omdat je zo nooit tot overleg komt." Bovendien herinnert de minister aan de bestaande leerplicht. (hln)

«Dans la rue, les femmes peuvent tout cacher… mais pas le visage»

Alors que le problème de l’affichage des signes extérieurs de religiosité vient de ressurgir en Belgique, avec la prestation de serment de la première députée voilée, la CDH bruxelloise Mahinur Özdemir, en France, la conférence des présidents de l’Assemblée nationale a décidé, à l’unanimité, la création d’une mission d’information sur le port de la burqa (1) et du niqab (2) en rue.

Dans le débat hexagonal, entre défense de la laïcité et de la dignité des femmes et crainte qu’une interdiction du voile intégral ne stigmatise davantage celles qui le portent ou ne mette en cause la religion musulmane, la philosophe française Elisabeth Badinter, spécialiste du siècle des Lumières, s’est rangée dans le premier camp.

QUELLE EST VOTRE POSITION DANS LE DEBAT SUR LE PORT DE LA BURQA ET DU NIQAB EN RUE ?
Reposons le problème. Devant la multiplication visible, depuis deux ans, de femmes dans l’espace public portant la robe noire saoudienne (niqab), où l’on ne voit que les yeux, ou la robe afghane avec le « grillage » (burqa), une soixantaine de députés du sud-est (Rhône, Rhône-Alpes), de toutes tendances politiques, ont demandé une commission d’enquête, que le président Sarkozy a acceptée. Il faut savoir qu’un certain nombre d’imams intégristes, venant notamment d’Allemagne et de Belgique, font de la propagande, poussent les femmes à s’organiser en associations, etc. C’est donc un sujet d’inquiétude. La semaine dernière, je me suis rendu dans une banlieue extrêmement pauvre des Yvelines et je peux vous dire que l’on ne parle que de cela. Cette demande de commission d’enquête a été accueillie très favorablement, sauf par le Conseil du Culte musulman, qui ne veut pas en entendre parler. Mais les musulmans modérés sont archi-pour et la plupart des jeunes femmes musulmanes demandent une loi. Parce que si, sur les ondes, on a pu entendre des interviews de jeunes filles qui disent : « Je suis “bac + 5”, j’ai décidé de porter la burqa et je vous emmerde ! », il y a toutes les autres qui disent : « Au nom du Ciel, ne laissez pas faire ça ! » … ou que l’on n’entend pas parce qu’elles ne peuvent pas parler. Mais à ce stade, il n’est pas question de loi.

SUR QUOI PORTE CETTE ENQUETE ?
Il s’agit de cerner l’ampleur du phénomène, de savoir si, effectivement, le nombre se multiplie partout ; ensuite de savoir qui sont ces femmes et pourquoi elles font cela.

EST-CE QUE CETTE ENQUETE POURRAIT DEBOUCHER SUR UNE INTERDICTION DU PORT DU NIQAB OU DE LA BURQA EN RUE, PAR EXEMPLE ?
La question que beaucoup se posent, c’est : « Au nom de quoi ? ». Certains répondent : « Au nom de la liberté des femmes », ce qui est un argument tout à fait valable, sur la dignité des femmes qui se transforment en fantômes. Certains disent : « Parce que ce n’est pas du tout religieux mais de l’ordre de la tradition, notamment afghane », comme Dalil Boubakeur (recteur de la Grande Mosquée de Paris, NDLR). Mon point de vue personnel est que les femmes peuvent s’habiller comme elles veulent sur l’espace public, elles peuvent tout cacher… mais pas le visage. Pourquoi ? Parce que dans notre société occidentale, depuis l’origine des temps, la sociabilité primaire est de montrer son visage à l’autre. On ne peut pas parler à quelqu’un dont on ne sait pas qui il est, qui se cache derrière son grillage. C’est le contraire d’une sociabilité élémentaire. Il y a deux jours, sur France-Inter, mon mari (Robert Badinter) a dit quelque chose que je trouve formidable : « Dans notre culture, il y a deux cas de personnes qui pouvaient se cacher le visage : les inquisiteurs et les bourreaux ». Quand on est dans la rue, il y a une chose qu’on ne peut pas faire, c’est se promener tout nu ; on ne peut pas montrer ses parties intimes. Et bien à l’inverse, on pourrait imaginons que l’on ne peut pas se cacher entièrement. Et cela est vrai pour les garçons comme pour les filles.

Alors bien sûr, il y a aussi, en plus, des raisons de sûreté, de sécurité. Par exemple, pourquoi donnerait-on un enfant à une mère sous burqa alors que l’on ne sait pas qui elle est ? Il y a aujourd’hui des femmes qui ne veulent même pas enlever leur burqa quand elles viennent se faire faire une carte d’identité…

CERTAINS VOUS RETORQUERONT QU’UNE INTERDICTION DU NIQAB ET DE LA BURQA SIGNIFIERAIT QU’UN CERTAIN NOMBRE DE FEMMES RESTERAIENT CLOITREES CHEZ ELLES…
C’est leur choix. C’est elles qui se mettent dans cette position. C’est d’autant plus intéressant qu’il y a deux ans, pratiquement personne ne portait la burqa. Et que nous avons été faire la guerre en Afghanistan en partie parce que nous étions horrifiés par le sort fait aux femmes sous la burqa. Il faut bien se rendre compte que l’on est devant une véritable pression des intégristes durs, qui opèrent dans toute l’Europe, et qui visent à faire repousser nos propres limites. C’est la position de leurs valeurs contre les nôtres. On ne peut pas reculer à chaque fois !

QUELLE EST VOTRE POSITION PAR RAPPORT A UNE AUTRE PROBLEMATIQUE QUI RESURGIT REGULIEREMENT : LE PORT DU VOILE A L’ECOLE ?
En France, il existe la loi de 1905 (qui proclame le pacte républicain de la séparation de l’Église et de l’État : liberté de conscience mais neutralité de l’État en matière de convictions spirituelles ou philosophiques, NDLR). Mais en 1989, pour la première fois, deux jeunes filles de 12 et 13 ans voulaient rentrer voilées au lycée de Creil. À cette époque, j’ai été à l’origine, avec Régis Debray, Alain Finkielkraut, Elisabeth de Fontenay et Catherine Kintzler, d’un manifeste publié en couverture du Nouvel Observateur, qui était titré : « Ne capitulons pas ! ».

ET PAR RAPPORT A D’AUTRES SIGNES DE RELIGIOSITE : LA KIPPA, ETC. ?
Même chose : totale liberté dans la rue mais pas à l’école ni dans l’administration.

ET LA MAIN DE FATIMA, LE CRUCIFIX OU L’ETOILE DE DAVID EN PENDENTIF ?
Écoutez, je ne suis pas une intégriste de la laïcité. On ne va pas persécuter les gens parce qu’ils ont un pendentif autour du cou… Bien sûr que non !
(1)Long vêtement bleu ou marron d’origine pachtoune (Afghanistan), ne laissant qu’une ouverture grillagée au niveau des yeux.
(2)Voile intégral qui s’est répandu sous l’influence de l’islam wahhabite (Arabie Saoudite), ne laissant apparaître qu’une fente pour les yeux.

NOURA ET SES AMIES PEUVENT AUSSI ALLER AU CAFE
Un groupe de militantes d'origine arabe investit une fois par mois les lieux occupés exclusivement par les hommes.
Un dimanche, 16 heures près de la station de métro Ribaucourt à Molenbeek. Dans la rue , les hommes discutent en petits groupes. Les femmes passent sans s'arrêter .
Sauf trois. Jeunes. Elles attendent quelques amies avant de se rendre dans un grand salon de thé marocain. Noura, Nadya et Nuray font partie de l'Arab Womens Solidarity Association-Belgium (AWSA-Be).
C'est Noura qui a créé, il y a trois ans, cette association féministe laïque.
Objectif: militer pour les droits des femmes originaires du monde arabe.
Dans les pays musulmans leur place se limite souvent à la sphère privée. Et quand elles arrivent en Belgique, elles continuent régulièrement à perpétuer ce système en inculquant à leurs filles les mêmes valeurs de soumission dans le but d'en faire de bonnes épouses.
Pour trouver leur place dans leur propre communauté, un dimanche par mois, une dizaine de membres de l'asbl se donne donc rendez-vous dans leur quartier pour aller prendre le thé dans un café.
« Notre culture arabe est la base de notre vie. Mais cela ne veut pas dire que nous devons rester enfermées à la maison à tout accepter. Nous devons montrer aux hommes que nous existons et que nous avons les mêmes droits qu'eux »
Dans la culture, le café est un endroit exclusivement réservé aux hommes.
Quand un groupe de femmes décide de s'installer dans un de ces établissements, les regards sont, disons, étonnés et parfois hostiles.
«C'est important de leur montrer que nous aussi on peut être en terrasse dans notre quartier. Pour prendre un verre tranquillement entre copines, on ne doit pas être obligées d'aller à de Brouckere! »
«Nous essayons toujours de faire plusieurs cafés et de nous montrer un maximum. La dernière fois à Anderlecht,deux femmes nous ont vues et du coup , elles se sont assises pour prendre un thé. Cela leur prouve que c'est faisable. »
Noura,Nadya, Nuray et leurs amies se battent pour les autres. Elles veulent que les hommes changent leur regard et que les autres femmes osent prendre possession de l'espace public pour être plus leurs égales.
«C'est par de petits gestes quotidiens simples que nous arriverons à changer les mentalités. Et que nous ferons comprendre à tous que la femme arabe n'est pas seulement une chose que l'on cache derrière un voile.
(le soir)
AWSA-Be asbl est une association laïque, mixte et indépendante qui milite pour les droits des femmes originaires du monde arabe, tant dans les pays d'origine que d'accueil

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Cela fait à peine 40 ans que nous sommes débarrassé de nos soutanes et cornettes -ce qui était plutôt folklorique-, mais surtout du contrôle de nos vies publiques et privées par la morale religieuse imposée même aux non croyants ployés sous le joug du qu'en dira-t-on, qui avait fini par céder la place à une libre éthique personnelle. Ceci grâce aux courants de pensée et politiques laïques et progressistes, à Mai 68, à Vatican II , à la révolution sexuelle (mai 69) mais aussi grâce aux Golden Sixties. Alors toute cette extériorisation de signes de soumission à Dieu ou aux hommes de la famille ou du quartier ne me plaît guère.
Faudra-t-il comme ce spectateur du parlement bruxellois arborer qui une calotte, qui un brassard, qui une banderole affichant nos pensées philosophiques, nos croyances ou nos doutes spirituels, ou notre nihilisme total? J'avoue que l'idée de traverser les " quartiers "en proclamant Ni Dieu, Ni Maître me tente en manière de riposte et d'affirmation identitaire.
Imaginez les prochaines affiches électorales? Plus aucune candidate ni aucun parti ne va se gêner pour attirer les voix musulmanes conformistes ou intégristes. J'aurais aimé que nos femmes politiques représentent un islam vraiment moderne.
Heureusement, il y aura toujours quelques contestataires pour «bien se rendre compte que l’on est devant une véritable pression des intégristes durs, qui opèrent dans toute l’Europe, et qui visent à faire repousser nos propres limites. C’est la position de leurs valeurs contre les nôtres. On ne peut pas reculer à chaque fois !»
(M. VdB)

Dans une vidéo, Ahmadinejad annnonce «un grand bouleversement sur la planète»

Une vidéo représentant Mahmoud Ahmadinejad en compagnie de l'ayatollah Mesbah-Yazdi, le 13 juin dernier, a été mise en ligne aujourd'hui sur les comptes Facebook et Dailymotion de Bernard-Henri Lévy.

Le philosophe Bernard-Henri Lévy (par ailleurs actionnaire de Libération et très engagé pour la défense des manifestants iraniens) a mis en ligne peu avant midi une vidéo sur le site de partage Dailymotion. «Ce document vidéo est tout à fait extraordinaire, explique «BHL». Il représente Mahmoud Ahmadinejad, à Qom, en compagnie de son mentor, l'Ayatollah Mesbah Yazdi, ainsi que d'un cénacle d'élèves et de fidèles. (...) Elle daterait du 13 juin 2009 soit le lendemain de la victoire supposée de Mahmoud Ahmadinéjad». Au cours des onze minutes que dure la vidéo, on voit une vingtaine d'hommes autour d'une table, avant que l'image ne se fixe sur Ahmadinejad.
Bernard-Henri Lévy confie avoir reçu la vidéo le mercredi 24 juin par l'intermédiaire de l'écrivaine iranienne Fariba Hachtroudi. «Le ton et ce que l'on m'en a traduit m'a tout de suite semblé glaçant. Comme Fariba m'a dit qu'elle avait des difficultés à la rendre publique, j'ai décidé de la publier, moi-même, sur ma page Facebook.» Il se dit également inquiété par le «côté illuminé du personnage d'Ahmadinejad, son fanatisme tranquille et sa certitude de n'être qu'aux débuts de son aventure politique.»

Dans l'extrait vidéo de la réunion, et selon la traduction fournie, Ahmadinejad tient un discours assez général, portant sur la République islamique ainsi que des aspects religieux et politiques. Il estime notamment qu'un «nouveau bouleversement a commencé». Et le président iranien de poursuivre son propos: «L'occasion de réaliser tout ce que nous disions et désirions est à portée de main aujourd'hui (...). Inch Allah, ce sont les prémices d'un grand bouleversement sur la planète (...). Nous pourrons alors aller vers la concrétisation opérationnelle de nos points de vue et répandre la culture islamique».
Dékhomeiniser le régime

Selon le philosophe, la vidéo est sortie «clandestinement d'Iran», via Internet. La fiabilité du document, qui circule depuis plusieurs jours sur Internet, semble établie. Bernard-Henri Lévy explique «avoir plutôt le sentiment que les images ont été filmées à l'insu des autres participants». Une hypothèse qui reste à vérifier dans la mesure où il s'agit de fidèles d'Ahmadinejad. L'auteur du film est inconnu. «On ignore qui a capturé ces images, puis a choisi de les diffuser, mais il s'agit, à l'évidence, de personnes issues de ce cénacle même (peut-être un téléphone portable ?)», complète Bernard-Henri Lévy.
Comme l'expliquait Libération il y a deux jours, l'ayatollah Mohammed Mesbah-Yazdi est le «mentor» et le «référent religieux» de Mahmoud Ahmadinejad. Il est tellement extrémiste qu'il n'était guère aimé de l'imam Khomeiny, ce qui ne l'empêche pas d'ailleurs de diriger, dans la ville sainte de Qom, la fondation qui porte son nom. Mesbah-Yazdi veut remplacer le concept de république islamique par celui de houkoumat islami, soit un gouvernement islamique pur et dur, où toute autorité émanerait de Dieu. On accuse dès lors Ahmadinejad et Mesbah-Yazdi de vouloir «dékhomeiniser» le régime. Pour atteindre ce but, Ahmadinejad est l'homme idéal: il est à la fois convaincu par les idées de Mesbah-Yazdi et un ancien Gardien de la révolution.

Moussavi ne renoncera pas malgré les "pressions"

"Je ne me retiendrai pas d'obtenir des droits pour le peuple iranien (...) à cause d'intérêts person-
nels ou par peur des menaces", rapporte Mir Hossein Moussavi sur son site internet.

Après que Mir Hossein Moussavi, chef du mouvement de contestation de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad, a affirmé jeudi 25 juin sur sont site internet Kalemeh qu'il était "sous pression" pour retirer sa demande d'annulation de la présidentielle du 12 juin, le leader a ajouté qu'il ne renoncera pas à "obtenir des droits pour le peuple iranien". " Je ne me retiendrai pas d'obtenir des droits pour le peuple iranien (...) à cause d'intérêts personnels ou la peur des menaces", a-t-il déclaré. Peu de temps avant il avait affirmé : "de récentes pressions visent à me faire renoncer à ma demande d'annulation de l'élection".

Une "commission vérité"
Le 23 juin, le bureau de campagne de Moussavi a fait état dans un rapport de fraudes et d'irrégularités présumées commises lors du scrutin, réclamant la création d'une "commission vérité" pour réexaminer le processus électoral.
Le rapport dénonce "l'utilisation à une large échelle des moyens du gouvernement en faveur de son candidat", le président sortant Mahmoud Ahmadinejad, largement vainqueur du scrutin du 12 juin avec 63% des voix. Il critique également le choix des membres des comités chargés d'organiser les élections, sélectionnés parmi des partisans de Mahmoud Ahmadinejad.
Le pouvoir iranien a exclu l'annulation de la présidentielle contestée du 12 juin et annoncé que le nouveau président et son gouvernement allaient être investis entre le 26 juillet et 19 août.

Un "accès à la population complètement limité"
Mir Hossein Moussavi a expliqué que son "accès à la population est complètement limité" par les autorités. "Nos deux sites internet ont beaucoup de problèmes. La publication de (son journal de campagne) Kalameh Sabz a été interdite et les membres de la rédaction ont été arrêtés. D'autres journaux [réformateurs, NDLR] sont aussi confrontés à de sévères restrictions", ajoute-t-il.
Selon lui, ce muselage des voix de l'opposition est dangereux car il empêche celle-ci de s'exprimer d'une façon pacifique. "Tout cela n'améliore pas l'atmosphère dans la nation et va la conduire à plus de violence", a averti le candidat contestataire.

Arrestations
Le candidat conservateur Mohsen Rezaï a pour sa part déjà retiré sa plainte.
Le site internet de Moussavi rapporte aussi que 70 universitaires et membres d'associations islamiques d'étudiants ont été arrêtés après avoir rencontré l'ex-candidat, mercredi. La plupart de ses conseillers et proches collaborateurs ont aussi été interpellés, alors que la presse ultra-conservatrice a demandé à ce qu'il soit traduit en justice pour avoir incité aux manifestations de l'opposition.
Au total, plusieurs centaines de personnes, dont 140 politiques, journalistes et intellectuels, ont été arrêtés depuis le début des troubles qui ont suivi l'élection présidentielle.

"La montée des frustrations"
Pour l'ayatollah dissident Montazeri, "si le peuple ne peut pas revendiquer ses droits légitimes dans des manifestations pacifiques et est réprimé, la montée de la frustration pourrait détruire les fondations de n'importe quel gouvernement, aussi fort soit-il". Il appelle, dans un communiqué, ses compatriotes à poursuivre la contestation.
Le Conseil des gardiens, chargé de valider les résultats, s'est donné jusqu'à lundi pour examiner les plaintes mais a clairement indiqué que cela ne remettrait pas en cause le résultat final.
La légalité du scrutin ne semble pas faire non plus l'unanimité chez les conservateurs. Le maire de Téhéran, Mohammad Baqer Qalibaf, un ex-général des Gardiens de la révolution, a remarqué qu'"une partie de la population se pose des questions sur le scrutin et cela (...) ne peut être résolu par la force".
(Nouvelobs.com)

Voile: la Ligue musulmane opposée à l'appel à la désinscription

"Nous ne sommes pas d'accord avec l'appel de l'imam d'Anvers enjoignant les musulmans à ne pas envoyer leur enfant à l'école au mois de septembre", a indiqué Farid El Machaoud, le porte-parole de la Ligue musulmane de Belgique et président de l'Union des mosquées.
"Cet appel va à l'encontre des principes de base de l'islam". "Nous sommes opposés à l'interdiction du port du voile à l'école. Mais naturellement, nous ne pouvons pas contraindre les écoles à y renoncer", déclare Farid El Machaoud. "Une telle interdiction ne contribue pas à l'intégration et entraîne encore plus de discrimination et de ghettoïsation".
Le porte-parole de la Ligue musulmane admet que certaines jeunes filles sont peut-être soumises à une pression sociale, mais la majorité d'entre elles porte le voile par conviction religieuse et suivant leur propre volonté.
L'Athénée royal d'Anvers est par ailleurs le dernier établissement d'enseignement communal de la ville à interdire le port du voile au sein de l'école.
(La Libre)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Le bon sens reprend ses droits.

jeudi 25 juin 2009

Uitmuntendheid

'Kwaliteit gaat nooit samen met bruine scholen.' Je hoort het zo vaak, alsof het de waarheid is. Niets is echter minder waar ! Ik kom net van de eerste proclamatie van het Lucernacollege. Het was me een ware eer en genoegen.
6 jaar geleden startte het Lucernacollege in Brussel als een klein schooltje met 19 leerlingen en 8 leerkrachten. Vandaag is het een vrije school met vier vestigingen, in Anderlecht, Melle, Antwerpen en Genk, 195 leerlingen in de basisschool en 759 leerlingen in het secundair. Erkend en gesubsidieerd door de Vlaamse Gemeenschap. Het is een ijzersterk concept, met gemotiveerde leerkrachten en ouders. De leerlingen zijn overwegend van Turkse origine, maar het is een niet-confessionele school die open staat voor iedereen. De geestdrift drijpt eraf. Het is een waar plezier heel de Lucena-gemeenschap bezig te zien.
De leerlingen en hun ouders bruisen van zelfvertrouwen. Ze gaan stuk voor stuk verder studeren. Vanuit hun eigenheid, vanuit hun culturele en religieuse identiteit, worden sterke zelfbewuste jongeren gemaakt die verantwoordelijkheid naar hun gemeenschap en naar heel de samenleving willen opnemen. Die zorg voor hun eigen talenten én voor iedereen die minder kansen heeft gekregen, maakt heel het project zo knap. Uitmuntend. Ik ben ontroerd door de inzet en opbouwende kracht die uitgaat van deze gemeenschap.
De negatieve energie die andere scholen steken in het weren van hoofddoeken en verloochenen van echte verscheidenheid, is hier in geen uren te bespeuren. Hier geen negativisme, enkel opbouwende kracht en vertrouwen. Kinderen en jongeren staan echt centraal, met of zonder hoofddoek, wat maakt het uit. Ze krijgen alle ruimte om open te bloeien. Het Lucernacollege is niet ontstaan tégen een oprukkend rechts denken, maar het geeft er wel een dynamisch antwoord op. De Turkse gemeenschap laat zien dat met inzet en geloof knappe jongeren worden afgeleverd die klaar zijn voor de universiteit. In plaats van jongeren weg te halen van school als zinloos protest tegen een even zinloos en verwerpelijk hoofddoekenverbod, laat hier de allochtone gemeenschap zien dat ze zelf perfect in staat zijn jongeren klaar te maken voor de uitdagingen van morgen. Niet als egocentrische Alexanders, wel als zelfbewuste solidaire leden van de interculturele gemeenschap die Vlaanderen is.
Ik ben fier op het Lucernacollege. Ik ben fier op dit positief project. Het gaat regelrecht in tegen het doemdenken over bruine scholen. Het verwerpt het zoveelste vooroordeel tegenover de allochtone gemeenschap. Net zoals volwassen zelforganisaties en het allochtoon jeugdwerk, kan ook een 'allochtone' school perfect het beste van jongeren boven halen. Indien het gemeenschapsonderwijs in Vlaanderen er niet in lukt om echt pluralistisch te zijn en actief de verscheidenheid te waarderen, dan zullen anderen deze taak overnemen. Spijtig. Maar de emancipatie van al onze Vlaamse gemeenschappen, kan niet wachten tot de dwaasheid van het koude neutrale overheidsdenken of monoculturele denken opgehouden heeft te bestaan. Naast de politiek zijn er inderdaad andere uitdagingen die onze samenleving mooier en beter kunnen maken. De politiek kan dit mee begeleiden en versterken of opnieuw het vertrouwen van duizenden jongeren verliezen. Dat is de keuze. Het positief dynamisme zelf kan nooit tegengehouden worden.
(Bert)

Couleur Café uitverkocht op vrijdag en zaterdag

vrijdag en zaterdag van Couleur Café uitverkocht. © Beeld uit reportage tvbrussel

Brussel-Stad - Er zijn geen dagtickets meer verkrijgbaar voor Couleur Café op vrijdag en zaterdag. De combitickets waren enkele weken geleden al uitverkocht. Voor zondag zijn er nog tickets beschikbaar, zowel in voorverkoop als aan de kassa. (Brussel Deze Week)

Het Brusselse festival op de terreinen van Thurn & Taxis is dit jaar aan zijn twintigste editie toe. Waar Couleur Café oorspronkelijk een festival voor wereldmuziek was, kiest het festival de afgelopen jaren voluit voor ‘feestmuziek’.

Grote namen op de affiche dit jaar zijn onder meer Ben Harper & Relentless7, Amadou & Mariam, Emir Kusturica & the No Smoking Orchestra, Cesaria Evora, Arno en The RZA.

Couleur Café - van vrijdag 26/09 tot en met zondag 28/09 - Thurn & Taxis - Picardstraat 3

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
NE DÉSEPÉRONS PAS DE L’INTERCULTUREL
le coup de blues de Téhéran, la mascarade médiatisée de la prise de serment d’une élue foulardée, le coup de gueule d’un imam anversois rétrograde, la farce de débat français sur la bourqa voici enfin une bonne nouvelle : couleur café va se jouer ce week-end à bureau fermé.

C’est dire que tout nos espoirs sont entre les mains des artistes, ces grands empêcheurs de déconner en rond.

Mercredi soir, sur Antenne 2, Michel Drucker et sa charmante nièce Marie ont réuni au magnifique institut du monde arabe une brochette d’artistes et de personnalités méditerranéens qui ont chanté, la mare nostrum et ont dialogué au delà des frontières culturelles, religieuses et philosophique : un moment de pur bonheur dans une émission intitulée Voyage en Méditerranée en compagnie d'Antoine de Maximy, Philippe Gloaguen et Jean-Pierre Lozato Giotart, sur l'histoire avec Dominique Baudis, Radhia Dziri et Amin Maalouf, sur la culture (cinéma, musique, littérature et humour) avec Tahar Ben Jelloun, Gad Elmaleh, Enrico Macias et Michel Boujenah.

L’interculturel est la plus belle des promesse d’avenir. Espérons qu’elle se jouera demain, comme Couleur café à bureau fermé. Et que vivent les artistes du vaste monde qui ont des années lumières d’avance sur les politiques, les journalistes, les intellos qui continuent à penser nationaliste, communautariste, nombriliste. La jeunesse s’en fout, la jeunesse bruxellois va s’éclater interculturel pendant tout un week-end à couleur café à la grande fête annuelle de l’interculturel.
MG

Iraans bewind isoleert Mousavi

De Iraanse oppositieleider Mir Hossein Mousavi wordt door de autoriteiten geïsoleerd en onder druk gezet om zijn bezwaar tegen de uitslag van de presidentsverkiezingen in te trekken. Donderdag zijn zeventig professoren opgepakt nadat ze een gesprek hadden gehad met Mousavi. Waar ze naartoe gebracht werden, is niet duidelijk. Dat meldt de presidentskandidaat op zijn website.

Volgens berichten uit Iran zijn sinds de presidentsverkiezingen van 12 juni, die volgens Mousavi en zijn aanhangers door grootschalige fraude werden gewonnen door de zittende president Mahmoud Ahmadinejad, honderden betogers en actievoerders opgepakt. De regering heeft een speciale rechtbank opgericht om tegen ordeverstoorders snelrecht toe te passen.

Bij het optreden tegen demonstranten zijn tot dusver zeker zeventien mensen gedood. De staatskrant Iran berichtte donderdag dat ook zeven leden van de regeringsgezinde Basij-militie zijn omgekomen en tientallen gewond zijn geraakt.

De berichten zijn moeilijk te verifiëren. Journalisten die werken voor buitenlandse media mogen niet de straat op en moeten afgaan op meldingen van getuigen en officiële verklaringen in de Iraanse media. De opgepakte professoren behoren tot een groep die aandringt op een liberale vorm van bestuur. De aanhoudingen geven aan dat de autoriteiten hun pijlen richten op leden van de Iraanse elite.

De vrouw van Mousavi heeft de toestand in Iran vergeleken met de staat van beleg. In de omgeving van het parlementsgebouw in Teheran gingen woensdag duizenden politieagenten enkele honderden aanhangers van Mousavi te lijf met traangsas en wapenstokken.

De hoogste Iraanse leider, ayatollah Ali Khamenei, zegt dat de verkiezingsoverwinning van Ahmadinejad niet terug wordt gedraaid. De leiders van het land zullen nooit zwichten voor de eisen van de straat, heeft hij gezegd.(D.M.)

«DES SCENES DE GUERRE» A TEHERAN ?

De violents affrontements ont opposé manifestants et forces de police hier, selon la presse britannique et américaine. Moussavi se dit «sous pression» pour retirer sa plainte. Il est difficile actuellement d'avoir des informations fiables et vérifiées sur la situation à Téhéran, la capitale iranienne. Mais selon plusieurs médias britanniques et américains, qui s'appuient sur des témoignages recueillis sur place, des centaines de manifestants se sont de nouveau opposés hier aux forces de police.

Ces affrontements, décrits comme des «scènes de guerre», ont eu lieu sur la place Baharestan, près du Parlement. D'après des témoins interrogés par le Guardian, des hélicoptères tournoyaient dans le ciel, tandis que la police et des hommes armés non identifiés frappait les manifestants.

Les rapports officiels font état de 17 tués depuis le début des protestations, mais ce chiffre pourrait être bien plus élevé selon CNN, qui parle de 150 morts. Plusieurs médias iraniens estiment qu'au moins 140 hommes politiques, universitaires, étudiants et journalistes iraniens sont sous les verrous. De nombreuses personnes ont semble-t-il été arrêtées dans des villes de province comme Tabriz et Shiraz.

«SOUS PRESSION»
Le principal opposant à Mahmoud Ahmadinejad, le réformateur Mir Hossein Moussavi, s'est dit ce jeudi sur son site Internet «sous pression» pour retirer sa demande d'annulation de la présidentielle du 12 juin. L'autre candidat réformateur, Mehdi Karoubi, aurait pour sa part été dissuadé de maintenir une cérémonie de deuil prévue ce jeudi. Elle pourrait avoir été repoussée à la semaine prochaine. Karoubi a toutefois maintenu qu'il considérait le résultat du 12 juin comme «illégitime», demandant son «annulation».

Mais en dépit de cette féroce répression, des dissensions importantes continuent d'apparaître à l'intérieur du régime iranien, face au «coup d'Etat» effectué par Mahmoud Ahmadinejad et ses partisans ultras. Le grand ayatollah dissident Hossein Ali Montazeri a ainsi mis en garde le pouvoir iranien contre la répression des protestataires. «SI LE PEUPLE IRANIEN NE PEUT PAS REVENDIQUER SES DROITS LEGITIMES DANS DES MANIFESTATIONS PACIFIQUES ET EST REPRIME, LA MONTEE DE LA FRUSTRATION POURRAIT EVENTUELLEMENT DETUIRE LES FONDATIONS DE N'IMPORTE QUEL GOUVERNEMENT, AUSSI FORT SOIT-IL», a expliqué ce haut dignitaire du clergé chiite iranien, tout en appelant ses compatriotes à continuer leur mobilisation.

Par ailleurs, la BBC explique que plus de 100 parlementaires iraniens ont repoussé une invitation de Mahmoud Ahmadinejad les enjoignant à célébrer sa victoire.(Libération)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
DE LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE A LA DICTATURE ISLAMISTE
Elections truquées, opposition traquée, intellectuels et universitaires incarcérés, presse muselée. La République islamique s’est transformée en quelques jours en une dictature pure et dure.

L’yatollah Ali Khamenei a manqué de patience avec ses oppopsants, une vertu coranique cardinale (« patience est belle »).

Désormais et c’est le NYT qui le dit, «”is a state guided not by clerics of the revolution but by a powerful military and security apparatus.”

Le President Mahmoud Ahmadinejad qui adopte un profil bas a placé ses partisans à tous les points stratégiques. Le pouvoir qui était dans les mains d’un clergé religieux glisse dans celles des des gardes islamiques de la révolution (Islamic Revolutionary Guards Corps) . La théocratie se métamorphose en dictature policière. “In a way one could say that Iran is no longer a theocracy, but a government headed by military chiefs.”

Moussavi risque l’arrestation, de centaine de ses partisans sont déjà derrière les barreaux. Il ne semble plus en mesure de défier le gouvernement.

On parle de 240 arrestations dont 102 politiciens en vue. D’autres évoquent 627 incarcérations.

“Those arrested include officials who served from the founding of the Islamic republic in 1979, until Mr. Ahmadinejad’s election in 2005: Behzad Nabavi, a former deputy speaker of Parliament; Mohsen Aminzadeh, a key figure at the Intelligence Ministry for many years; Mostafa Tajzadeh, a deputy interior minister during the presidency of Mohammad Khatami; Mohammad Ali Abtahi, a vice president under Mr. Khatami; and Abdullah Ramezanzadeh, Mr. Khatami’s spokesman. They were all close to Mr. Khatami, then threw their support behind Mr. Moussavi.”

N-VA: "Imam gaat over de schreef in hoofddoekendebat"

De Antwerpse imam Nordin Taouil gaat ver over de schreef met zijn oproep aan alle moslims om hun kinderen in september niet naar school te sturen. Dat vinden althans N-VA-voorzitter Bart De Wever en Vlaams parlementslid en onderwijsspecialist Kris Van Dijck. Ze steunen de directie van de twee Antwerpse scholen: ALS ZIJ VASTSTELLEN DAT ER STEEDS MEER MOSLIMA'S EEN HOOFDDOEK DRAGEN EN ANDERE MEISJES ONDER DRUK ZETTEN OM HETZELFDE TE DOEN, HEBBEN ZE HET RECHT OM IN HET BELANG VAN DE HARMONIE IN HUN SCHOOL IN TE GRIJPEN.

"ONVERANTWOORD SIGNAAL"
De imam geeft volgens Van Dijck een compleet onverantwoord signaal met zijn oproep. "Ouders oproepen om hun kinderen niet naar school te sturen, is onverantwoord. Het dreigt de toekomst van deze zo al zwakke jongeren te breken. Alsof de schoolse achterstand van veel allochtone jongeren al niet erg genoeg is. Met het gelijke onderwijskansenbeleid dat de Vlaamse overheid sinds 2002 voert, krijgen scholen met veel kinderen van allochtone afkomst heel wat extra middelen, aldus de N-VA'er.

"WAKEN OVER HARMONIE MAG"
De N-VA betwist het recht op het dragen van een hoofddoek niet, maar dat recht is niet absoluut. "Godsdienstvrijheid is een zeer belangrijk principe, maar dit betekent niet dat een bepaalde godsdienst alle uiterlijke kenmerken van die godsdienstbeleving mag opleggen aan onze gemeenschap. Het behoort dan ook perfect tot de autonomie van schooldirecties om te waken over de harmonie in hun school en als zij oordelen dat die in gevaar komt, dan mogen zij wel degelijk ingrijpen", vindt Bart De Wever. (belga De Morgen)

COMMENTAAR VAN DIVERCITY
Overschot van gelijk!

La discorde entre les hauts religieux iraniens s'amplifie

Ali Akbar Rafsandjani en plein discours à l'université de Téhéran en décembre 2008, sous un cadre montrant les photos de l'ancien guide suprême Khomeini et de son successeur Ali Khamenei.
Crédits photo : AP

Derrière le guide suprême, Ali Khamenei, les partisans d'une théocratie pure et dure affrontent les tenants d'un régime plus libéral, emmenés par Ali Akbar Rafsandjani.

D'ultime arbitre, d'ordinaire silencieux, le guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a dû descendre dans l'arène pour séparer «les fils de la révolution», qui s'entre-déchirent depuis dix jours. Son implication directe dans la pire crise qu'ait connue l'Iran depuis trente ans illustre la fracture au sommet de l'État entre «les partisans d'une dictature militaire populiste et vaguement islamiste, et les tenants d'un système, certes encore religieux, mais libéral et faisant une plus large place à la démocratie», estime l'universitaire, Yann Richard, spécialiste de la République islamique.
En adoubant Mahmoud Ahmadinejad, Ali Khamenei a choisi son camp. Nul doute que la fraude, le jour du vote, n'a pu être commise sans son aval. Du coup, son statut de leader suprême en ressort sérieusement affaibli. À l'intérieur de l'Iran, où Mir Hossein Moussavi, le malheureux perdant, a dénoncé les «dérives dictatoriales et les mensonges» du régime. Mais aussi à l'étranger. Or c'est avec le guide, davantage qu'avec un président de la République aux pouvoirs limités, que Barack Obama comptait négocier une ouverture avec Téhéran. Quel crédit accorder, désormais, à la parole d'un homme qui a cautionné une «escroquerie électorale» ?
Si les luttes d'influence ont toujours existé depuis l'instauration de la République islamique en 1979, c'est la première fois qu'elles éclatent au grand jour. Face au guide et à Mahmoud Ahmadinejad, se dresse Ali Akbar Rafsandjani, l'un des hommes les plus influents d'Iran. Entre les deux camps, les divergences sont à la fois idéologiques et personnelles.
Tout au long de la campagne, Ahmadinejad n'a cessé de dénoncer l'affairisme et la corruption, dont se seraient rendus coupables Rafsandjani et ses enfants - dont la fille aînée a été arrêtée dimanche avant d'être, semble-t-il, relâchée. Depuis son élection, le président de la République accuse Rafsandjani d'être derrière les milliers de manifestants qui contestent sa victoire. Ali Akbar Rafsandjani, de son côté, n'a toujours pas digéré la défaite que son rival lui infligea à la présidentielle de 2005.
Vendredi, le guide défendit nommément Rafsandjani devant des centaines de milliers de fidèles, réunis pour la grande prière à l'université de Téhéran. Ce rappel des services rendus par «un pilier de la révolution» sonne la fin des hostilités. À court terme du moins. Car sur le fond des divergences, les positions restent largement antagonistes.

LA «BUNKERISATION» DU POUVOIR
À la place de la République islamique, Ahmadinejad et les plus radicaux des ayatollahs, ambitionnent d'instaurer «un gouvernement islamique», qui se passerait de l'onction démocratique apportée par le suffrage universel. Rafsandjani, de son côté, appuie une ouverture sur l'Occident. «N'oubliez pas que Rafsandjani a une partie de sa fortune placée en Californie», rappelle Yann Richard.
Comment peuvent évoluer les rapports de forces entre ces pôles rivaux ? Rafsandjani dirige deux instances de régulation du régime, dont l'une - l'Assemblée des experts - a le pouvoir de destituer le guide suprême. Mais, en coulisses, ses dernières initiatives ont échoué. «Rafsandjani s'est rendu dans la ville sainte de Qom, mais il n'a pas réussi à mobiliser les ayatollahs et le haut clergé chiite contre Khamenei», souligne le chercheur Bernard Hourcade. D'où un mutisme remarqué depuis l'élection, malgré les virulentes attaques lancées contre sa personne.
Rafsandjani a servi deux fois comme président de la République , et il a joué un rôle dans la désignation de Khamenei comme guide suprême à la mort de l'ayatollah Khomeyni en 1989. Personne, en fait, ne le voit franchir le Rubicon. «Rafsandjani n'est plus un révolutionnaire, c'est au contraire un homme très prudent, constate Yann Richard. Il ne commettra pas l'erreur de faire des déclarations intempestives comme Moussavi, qui s'est dit prêt au martyre.» Aucun membre de la nomenklatura n'ignore que le régime a été ébranlé par les manifestations de rue. Même si la répression va certainement finir par étouffer la révolte, «la stabilité ne va pas revenir pour autant, poursuit Bernard Hourcade. L'élite sait que le processus de contestation resurgira tôt ou tard et pourrait être fatal à la République islamique». D'où le réflexe commun de sauvegarder un pouvoir affaibli. Quitte à se durcir encore en se «bunkérisant».
(Le Figaro)

COMMENTAIRE DE DIVERITY
IMPLOSION DE LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE D’IRAN ?
Visiblement la contestation de la rue a fait long feu. Si on en croit cette analyse du Figaro, la contestation populaire massive aurait fait trembler le régime sur ses bases. Ahmadinejad serait-il le Gorbatchov iranien et Moussavi le nouvel Eltsine ? Assistons-nous, suite au génial discours du Caire de Obama, à un début d’implosion de la république islamique d’Iran. En somme la méthode Obama consisterait à poursuivre la politique de Bush (imposer la démocratie au Moyen Orient par les armes comme en Irak) avec des moyens (pacifiques) radicalement différents (main tendue et dialogue des civilisations) ? Il faut se souvenir que l’effondrement de la RDA et de l’union soviétique ont été précédés par dix années de Ostpolitik patiente (renonciation à l’usage de la force) conduite avec habileté par Willy Brandt et Helmut Schmidt. Certes comparaison n’est pas raison mais il est difficile de ne pas évoquer ce parallèle qui s’impose à l’esprit. Les enjeux sont de taille : l’Iran est une puissance pétrolière importante, sur le point de devenir une puissance nucléaire.