mercredi 17 juin 2009

COMMENTAIRE DE AHMED ADRIOUCHE

Cher Olivier,
Ne penses-tu pas qu’il faille, au jour d’aujourd’hui, tout en restant ferme et vigilant sur les principes fondamentaux d’une action politique démocratique digne de ce nom, revenir à l’essentiel : quelles sont les exigences des petites gens, c-à-d la majeure partie de la population en matière d’éducation, de formation, d’emploi, de qualité de vie, de solidarité, de vivre ensemble dans le respect des diversités et ce dans une perspective respectueuse de notre environnement, proche et lointain ?
Bien sûr que devons être intransigeants sur la bonne gouvernance. Je dirais même que ‘bonne’ ne suffit pas : il faut tendre vers une ‘excellente gouvernance’. Toute glissade, toute dérive doit être sanctionnée de la plus forte des manières, quel que soit le niveau de responsabilité, à gauche, comme à droite, comme au centre ; au niveau communal, provincial, régional ou fédéral. Tout citoyen ne peut que se réjouir de voir qu’il a confié les rennes de la chose publique à des gens qui ont le souci de la chose publique et rien d’autre que l’intérêt public et général ! Plus de casseroles ou de chaudières ou de jobs de consultance à des salaires honteux ou de caves à vin suspectes ou de voyages aux frais de la princesse ou de … ou de … Le mot d’ordre est transparence. Un sursaut éthique, bon sang camarades !

Bien sûr que nous ne pouvons plus accepter de cumuls, surtout de la part des tenants d’une plus grande justice sociale, d’une meilleure redistribution des richesses et de l’Etat au service des Citoyens. Si la démocratie politique exige « une personne, une voix » ; la démocratie sociale requiert « une personne, une fonction à temps plein ». Je suis enseignant et j’ai toujours refusé – par principe - de donner des cours en plus de ma charge full-time, non pas parce que je ne saurais pas quoi faire de l’argent que cela me rapporterait, mais pour partager l’emploi en ces temps où ceux qui ont les mêmes compétences que moi n’ont pas la même chance d’avoir un véritable statut avec un véritable contrat de travail. Il n’y a pas d’autre façon de définir solidarité et efficacité en la matière ou de concevoir une vie équilibrée, sans tricher !

Bien sûr que nos Régions respectives ont besoin de femmes et d’hommes de talent capables de relever les défis d’une société de plus en plus métissée, de plus en plus multiculturelle, plurielle et complexe.

OUI, nous avons besoin de partis du XXI ème siècle et non pas de machins communautarisés et ethnicisés prêts à caresser tout qui passe dans le sens du poil … de la barbe au mépris des vraies priorités d’une société démocratique, consciente de toutes ses composantes et de leurs aspirations.

OUI, nous avons besoin d’une école de l’excellence où l’enfant, peu importe son origine sociale ou communautaire ou autre a droit à une éducation qui le prépare au mieux à un projet de vie où il peut s’épanouir. Je mets au défi l’Olivier de lancer les bases d’une Ecole de la Réussite sur l’ensemble de la Région Bruxelloise. Uccle et Saint-Josse, Woluwé-Saint-Lambert et Molenbeek, mêmes enfants, mêmes programmes, mêmes enseignants, même qualité ! Et SI c’est cela les convergences de gauche, je vote pour.

OUI, nous avons besoin d’une politique d’emploi proactive capable d’offrir de vrais jobs stables, dans des filières traditionnelles et durables, de former les jeunes et les moins jeunes aux exigences de l’entreprise pour mieux les y intégrer, …
OUI, nous avons besoin de logements dignes d’une vie de famille, spacieux, bien isolés, à un prix abordable, dans des quartiers propres, durables où il fait bon vivre et où chacun se sent en sécurité et chez lui.
OUI, beaucoup d’entre nous ont besoin de ça … et plus : une mobilité assurée par des transports en commun performants, une meilleure qualité de l’air, de nos assiettes, …

ET si pour aller dans cette direction, il faut réformer le PS, de l’extérieur, de l’intérieur, aux forceps et au scalpel, et bien qu’on s’y mette ! Si l'orange et surtout le vert peuvent aider à débarrasser la rose de ses épines et autres pucerons ... Alors que le bain de sang promis par Elio commence dans les rangs de son parti pour, non seulement pour le rendre présentable et fréquentable, mais surtout pour le mettre face à SES responsabilités …

En plus de tout ça, NON, je ne suis pas un doux rêveur! Un loivier n’est pas un sapin de Noël ! Je ne fais pas de politique. Je ne suis qu'un citoyen lambda qui a toujours souscrit à cet idéal de gauche qui met la personne et son milieu de vie au centre de toutes ses préoccupations ... et puis j'ai toujours eu un faible pour les olives, c'est un peu culturel.
AA

Aucun commentaire: