samedi 13 juin 2009

Iran: l'échec de la stratégie d'Obama

Le guide Khamenei et le président Ahmadinejad

Ce fut une erreur. Sa première peut-être en politique étrangère. Hier, à quelques heures de la fermeture des bureaux de vote en Iran, Barack Obama s'est trop découvert.Sûr comme tout le monde que le fort taux de participation favoriserait l'adversaire d'Ahmadinejad, Mir Hossein Moussavi, il a déclaré: "Ce qui a été vrai au Liban peut être vrai en Iran aussi... On voit que les gens cherchent de nouvelles possibilités..."

Autrement dit, il a cru qu'à l'instar du Hezbollah Ahmadinejad ne remporterait pas le scrutin - pas au premier tour en tous cas.
Il a cru que, comme au Liban, sa stratégie allait payer.Que son discours du Caire avait convaincu les électeurs de se détourner des extrémistes antiaméricains. Que ses interventions sur les chaînes arabes et surtout sa vidéo à l'attention du peuple iranien avait incité ce dernier à voter pour le candidat favorable à une reprise de dialogue avec Washington, Mir Hossein Moussavi.
Or c'est tout le contraire qui s'est passé. Sa stratégie a donc échoué - dans une large mesure en tous cas.

Certes, il y a eu une très forte mobilisation des modérés, des jeunes, des femmes. Mais, apparemment et au-delà de la fraude (massive sans doute), ça n'a pas suffit.

SA DIPLOMATIE DE LA MAIN TENDUE EST-ELLE DESORMAIS DANS L'IMPASSE?
Certes, il a dit qu'il était prêt à discuter avec le nouveau pouvoir en Iran, quel qu'il soit. Mais il a fixé aussi une sorte d'ultimatum à ces autorités: si d'ici la fin de l'année il n'y a pas d'ouverture tangible sur le dossier nucléaire, Washington demandera des sanctions très dures au Conseil de Sécurité.

FORT DU SOUTIEN DE SA LIGNE DURE INCARNEE PAR AHMADINEJAD, LE GUIDE SUPREME, ALI KHAMENEI, VA-T-IL CHOISIR LA CONFRONTATION ?
Ou, justement parce qu'il est en position de force, saisira-t-il l'opportunité d'un dialogue avec l'administration Obama?
Après avoir lu le portrait très fouillé du personnage écrit par l'un des meilleurs spécialistes américains de l'Iran, Karim Sadjapour de la Carnegie qui présente Khamenei comme maladivement méfiant à l'égard de Washington, on peut craindre que le Guide optera pour la première solution - le bras de fer avec Obama.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
C'est une immense déception pour les partisans de la paix et un sérieux revers pour Obama.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Pour aller plus dans l'analyse, pour ne pas être déçu sans connaître le dessous des cartes, pour donner aux mots entendus et sous-entendus le sens de la réalité des faits, il faut lire, en plus des médias traditionnels, d'autres analyses qui mettent en lumière ce que l'on a tenté de parfois laissé dasn l'ombre:

http://www.chomsky.info/articles/20090607.htm

Bonne lecture!

AA