jeudi 18 juin 2009

Iran: Moussavi appelle à une marche de deuil

Le candidat battu à la présidentielle Mir Hossein Mousavi lors de la manifestation à Téhéran le 15 juin 2009. (© AFP Olivier Laban-Mattei)

Le candidat de l'opposition, déclaré battu, demande à ses partisans, qui militent quotidiennement depuis lundi de rendre hommage aux sept civils morts lundi dans des heurts entre manifestants et miliciens.

L'opposition continue à défier le pouvoir en Iran, avec la tenue, mercredi, d'une nouvelle manifestation de masse à Téhéran pour réclamer l'annulation de la présidentielle et l’appel de Mir Hossein Moussavi, le candidat de l'opposition déclaré battu, à une nouvelle marche de deuil ce jeudi pour les sept civils morts lundi dans des heurts entre manifestants et miliciens islamistes. Et ce alors que les autorités ont accentué leur pression contre le camp réformateur et les médias occidentaux.
Une nouvelle marche en faveur de Moussavi, pourrait aussi avoir lieu, samedi, l'Association des religieux combattants, qui regroupe le clergé réformateur iranien, ayant demandé l'autorisation de l’organiser.
La République islamique est confrontée à la plus importante contestation populaire en 30 ans d'existence, depuis l'annonce samedi de la réélection de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad.
Son principal rival, Mir Hossein Moussavi, soutenu par les réformateurs, crie à la fraude et a déposé avec les deux autres candidats, Mehdi Karoubi et Mohsen Rezaï, une contestation devant le Conseil des gardiens de la constitution. Cette institution, finalement chargée par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, d'examiner les plaintes, a fait savoir qu'elle entendrait les trois protestataires samedi et doit rendre, au plus tard dimanche, un avis sur un nouveau décompte.
Mais, dans un communiqué, Mir Hossein Moussavi a réitéré son appel à de nouvelles élections. «Nous souhaitons calmement protester contre la manière malsaine dont a été tenue l'élection, avec comme objectif, de la faire annuler pour que soit organisé un nouveau scrutin qui garantisse que cette fraude honteuse ne se reproduira pas», a-t-il expliqué.

Aucun commentaire: