samedi 13 juin 2009

Le bien est fait

Si le prochain gouvernement veut avoir une ambition éthique inégalée, il paraît normal, justifié, cohérent que les partis qui portent haut cette ambition puissent faire état de certaines préférences.

Avouons-le : il y a quelque chose de joyeusement rafraîchissant dans la tournure des négociations politiques. Les électeurs voulaient du changement : Ecolo et le CDH leur en ont donné. Ce ne sont pas les faux gagnants ou les vrais perdants qui ont pris l’initiative des négociations mais ceux qui, incontestablement, ont gagné. Bien sûr, dans quelques jours, les rapports de force rendront au président du premier parti le pouvoir d’organiser les réunions. Mais déjà, le "bien est fait" : c’est bien sur la base de la plate-forme commune qui se dessine entre les verts et les humanistes que se dessinera le programme des prochaines majorités. Et ce quel que soit le troisième partenaire que les deux petits auront finalement choisi.

Certains s’étonnent aussi des exclusives que pourraient poser les futurs coalisés à l’égard de certaines personnes. Ainsi, les écologistes ne sont pas loin de considérer que Michel Daerden est devenu un ministre "infréquentable". Un scandale ? Si le prochain gouvernement veut avoir une ambition éthique inégalée, il paraît normal, justifié, cohérent que les partis qui portent haut cette ambition puissent faire état de certaines préférences. Personne ne conteste la popularité de Michel Daerden. Celle-ci doit-elle pour autant le rendre indispensable dans un prochain gouvernement, lui qui a choisi le cirque plutôt que la politique, lui dont les compétences financières et budgétaires sont de plus en plus contestées ? Il faudra demain du neuf, de l’audace, du fond et des valeurs.
(Francis Van de Woestyne)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ETHIQUE, ETHIQUE, ILS N’ONT QUE CE MOT A LA BOUCHE
Ethique, éthique, on en parle à tort ou à travers et on a bien tort.
Avant on parlait de morale et de moralité et on se comprenait.
Jamais il n’en fut autant question dans les débats et les médias d’éthique et jamais il n’y en eut si peu dans les moeurs politiques belges. Nous plaidons depuis longtemps pour un sursaut éthique et qu’observons nous : une véritable inflation de l’éthique, ce qui est tout à fait désolant.
MG

Aucun commentaire: