dimanche 28 juin 2009

Mohammed Moussaoui : "Nous ne demanderons pas à la société française d’accepter la burqa"

Elu président du Conseil français du culte musulman (CFCM) il y a tout juste un an en remplacement de Dalil Boubakeur, Mohammed Moussaoui, universitaire et imam d'origine marocaine installé à Avignon, est à la tête d'une institution plus symbolique que réellement représentative et opérationnelle. Voulue en 2003 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, la création du CFCM visait à organiser le culte musulman et à favoriser l'émergence d'un islam de France "modéré", adapté à la société française.

Dans le débat, sensible, sur le port de la burqa et du niqab, qui vient de s'ouvrir et devrait se poursuivre au cours des prochains mois, le CFCM devrait tenir une position "anti-burqa" qui ne fait pas l'unanimité chez les musulmans.
Cela pourrait l'éloigner encore un peu plus des courants rigoristes, type salafiste ou tablighi concernés au premier chef par le port du voile intégral, et qui ne se reconnaissent guère dans cette institution. Cette position pourrait aussi le couper davantage d'une frange de jeunes musulmans, enclins à voir dans le débat sur le voile intégral une "nouvelle discrimination" à l'égard de l'islam. S'ils s'y sont conformés, la plupart des musulmans persistent en effet à considérer la loi de 2004 sur le port du voile à l'école comme une atteinte à la liberté de la femme musulmane.
LA MISSION D'INFORMATION PARLEMENTAIRE SUR LE PORT DE LA BURQA ET DU NIQAB EN FRANCE DOIT SE METTRE EN PLACE LA SEMAINE PROCHAINE ET DEVRAIT REMETTRE DES RECOMMANDATIONS D'ICI A SIX MOIS. LE CONSEIL FRANÇAIS DU CULTE MUSULMAN SERA SOLLICITE SUR LA QUESTION. QUELLE SERA SA POSITION?
Je veux d'abord rappeler qu'aucun texte coranique ne prescrit le port de la burqa ou du niqab, qui reste en France un phénomène marginal. L'ensemble des membres du bureau du CFCM sont d'accord sur ce point. Il est à rappeler qu'en 2004, lors des discussions autour de la loi sur le voile à l'école, le conseil d'administration, après des mois de débats, avait déclaré que seul le port du foulard était une prescription religieuse, tout en veillant au respect des lois républicaines.
Le CFCM ne demandera pas à la société française d'accepter la burqa, mais soutiendra un travail de pédagogie et de dialogue afin de convaincre ces femmes de rejoindre la pratique de L'ISLAM DE LA MODERATION ET DU JUSTE MILIEU –celle de l'immense majorité des musulmans de France –, et d'abandonner cette tenue, symbole d'une pratique qui peut contribuer à stigmatiser l'islam en France.
Le CFCM réfute l'accusation selon laquelle l'islam remettrait en cause le principe de la laïcité.
LE DISCOURS TRES FERME DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A VERSAILLES, ESTIMANT QUE " LA BURQA N'EST PAS LA BIENVENUE " EN FRANCE, AMENE CERTAINS OBSERVATEURS A PENSER QU'UNE INTERDICTION N'EST PAS EXCLUE. QU'EN PENSEZ-VOUS?
Une interdiction serait contre-productive et difficile à appliquer. Va-t-on arrêter les femmes qui portent la burqua dans la rue et les obliger à l'enlever? Cela conduira la plupart d'entre elles à rester recluses chez elles. LA PEDAGOGIE ET LE DIALOGUE SONT, DANS CE DOMAINE, BEAUCOUP PLUS EFFICACES QUE LA CONTRAINTE. Une solution imposée pourrait être perçue et ressentie, malgré toutes les précautions, comme une nouvelle discrimination contre les musulmans de France.
POURQUOI L'ISLAM DE FRANCE NE S'EST-IL PAS SAISI DE CE PHENOMENE, QUI N'EST PAS TOTALEMENT NOUVEAU ET QUI DENOTE UNE RADICALISATION D'UNE FRANGE DES MUSULMANS EN FRANCE?
Dans les mosquées, les imams ont toujours mis en garde les musulmans contre toute radicalisation ou extrémisme que ce soit au niveau de la pratique ou du comportement. Les femmes musulmanes font également un travail de sensibilisation sur cette question. Notre devoir est de rappeler que CETTE VOIE MINORITAIRE N'EST PAS CELLE ADOPTEE PAR L'IMMENSE MAJORITE DES SAVANTS MUSULMANS et insister sur le fait que l'islam du juste milieu n'encourage en rien cette pratique. Quant à la radicalisation, elle participe de la mondialisation et de ses effets pervers à travers des références, sur internet notamment, qui ne prônent pas toujours les valeurs de la tolérance et d'ouverture.
L'ISLAM INSTITUTIONNEL SEMBLE UN PEU DEMUNI PAR RAPPORT A CES EVOLUTIONS… PEUT-IL SE FAIRE AIDER PAR DES VOIX FORTES VENUES DES PAYS D'ORIGINE?
Quand les imams de France promeuvent l'islam du juste milieu, cela ne peut que porter ses fruits et cantonner ce phénomène marginal. Il faut rester confiant sur les valeurs qui animent et unissent les musulmans de France. Le CFCM prépare pour la fin de l'année un colloque d'imams qui, outre des questions purement religieuses, pourrait faire le point sur ces pratiques minoritaires. Cela devrait aussi être l'occasion d'annoncer la création d'une Conférence nationale des imams.
Quant à envisager un recours à l'étranger, l'islam de France doit être émancipé. Notre action vise à concilier le contexte français avec les spécificités du culte musulman. La sagesse doit l'emporter sur toute instrumentalisation du débat.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ISLAM DU JUSTE MILIEU ?

Aucun commentaire: