samedi 13 juin 2009

Reynders ontgoochelt de Zinnekes van Brussel

“Reynders ontgoochelt de echte Zinnekes van Brussel”, zo reageren Brussels minister Guy Vanhengel en Sven Gatz op de uithaal van MR-voorzitter Didier Reynders naar de Vlaamse vertegenwoordiging in Brussel. “Als FDF-voorzitter Olivier Maingain zijn spierballen laat rollen over een kleinere vertegenwoordiging van de Vlamingen in Brussel, dan kijkt niemand daar nog van op. Dat soort uitvallen tegen de Vlamingen behoort nu éénmaal tot de fond de commerce van het FDF. Maar dat de Luikse MR-voorzitter Didier Reynders dezelfde toon aanslaat is nieuw. En vreemd. Hij zat zelf aan tafel toen de vertegenwoordiging van de Vlamingen in Brussel werd onderhandeld in 2001. Op een ogenblik dat er een opbouwend communautair gesprek moet kunnen, gooit hij olie op het vuur. Hoe meer de MR het FDF achterna loopt, hoe minder kans op politieke stabiliteit er is in het land. Het FDF wordt steeds meer wat het NVA was voor de CD&V. Een handicap".

“Reynders is blijkbaar niet op de hoogte van de evolutie in Brussel”, zegt Vanhengel, “BRUSSEL IS EEN KOSMOPOLITISCH GEWEST. Niet alleen het aantal autochtone Vlamingen in Brussel neemt af, zelfs het aantal autochtone Franstaligen bedraagt nog maar 45 pct. Het Nederlands is verdrongen tot derde taal, maar het Engels rukt op als tweede taal. Maar het Nederlands wordt meer erkend. Als we kijken naar ons onderwijs – de toekomst van Brussel – dan stellen we vast dat één Brussels kind op vijf naar een Nederlandstalige school gaat. Zo is ook één parlementslid in Brussel op de vijf een Nederlandstalige Brusselaar”.

“Het kiessysteem in Brussel zou best alle lijsten tonen zonder onderscheid van taalgroepen”, zo voegt Sven Gatz eraan toe. “Brusselaars zijn Brusselaars. Wij zijn radikaal tegen de subnationaliteit”.

De gewaarborgde vertegenwoordiging van Nederlandstaligen in Brussel heeft tot doel de Nederlandstalige aanwezigheid in de Brusselse samenleving politiek te erkennen en rust te brengen in het communautair debat in Brussel en België. Dat is gelukt. Brussel lijdt niet onder conflicten tussen Franstalige en Nederlandstalige Brusselaars. Zelfs toen de federale regeringsvorming een woelige communautaire crisis doormaakte, was daarvan in de Brusselse regering en in het verenigingsleven niets te merken. Integendeel. Van diverse kanten worden bruggen geslaan tussen de gemeenschappen in Brussel. De uitval van Reynders staat dan ook haaks op wat er bij de Brusselaars, de Zinnekes, leeft. Wie met dergelijke voorstellen speelt moet weten dat hij met het Brussels model speelt en finaal met het Belgisch model.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE GUY VANHENGEL/SVEN GATZ
"REYNDERS DEÇOIT LES ZINNEKES "
«Reynders déçoit les vrais Zinnekes », ainsi réagissent le ministre bruxellois Guy Vanhengel et Sven Gatz à la pique du Président du MR Didier Reynders concernant la représentation flamande à Bruxelles. « Si le Président du FDF Olivier Maingain bombe le torse face à une plus petite représentation des Flamands à Bruxelles, cela n’étonne plus personne. Ce genre d’attaques contre les Flamands relèvent du fond de commerce du FDF. Mais que le Président liégeois du MR fasse ce genre de déclaration, c’est nouveau. Et étrange. Il se trouvait à la table des négociations en 2001 lorsque nous avons discuté de la représentation des Flamands à Bruxelles».

Au moment où une discussion communautaire constructive doit être possible, Monsieur Reynders jette de l’huile sur le feu. Au plus le MR suit le FDF, au plus les chances d’une stabilité politique dans le pays s’amenuisent. Le FDF devient de plus en plus ce que le NVA était pour le CD&V. Un handicap.

«Reynders ne semble pas être au courant de l’évolution à Bruxelles », déclare le Ministre Guy Vanhengel, “ LA REGION BRUXELLOISE EST DEVENUE UNE REGION COSMOPOLITE. Non seulement le nombre d’autochtones flamands diminue, mais le nombre d’autochtones francophones ne s’élève plus qu’à 45 pour cent. Le néerlandais est relégué à la troisième place, mais l’anglais fait son apparition comme deuxième langue. Néanmoins le néerlandais est davantage reconnu. Si l’on regarde notre enseignement – l’avenir de Bruxelles- nous constatons qu’un enfant bruxellois sur cinq fréquente une école néerlandophone. De même qu’un député sur cinq à Bruxelles est un Bruxellois néerlandophone».
Il serait plus judicieux que le système électoral à Bruxelles reprenne toutes les listes électorales, quel que soit le groupe «linguistique», ajoute encore Sven Gatz. «Les Bruxellois sont et resteront des Bruxellois. Nous sommes radicalement opposés à la «subnationalité».

La représentation garantie de Néerlandophones à Bruxelles a pour but de reconnaître politiquement la présence néerlandophone dans la société bruxelloise et de rétablir le calme dans le débat communautaire à Bruxelles et en Belgique. Ceci a réussi. Bruxelles ne pâtit pas des conflits entre Bruxellois francophones et néerlandophones. Même lorsque la formation du gouvernement fédéral a traversé une crise communautaire mouvementée, le gouvernement bruxellois et la vie associative n’en ont pratiquement rien ressenti. Au contraire. De tous côtés, des initiatives ont été lancées afin de rapprocher les communautés à Bruxelles. L’attaque de Reynders est en contradiction flagrante avec le sentiment des Bruxellois, des Zinnekes. Celui qui joue avec de telles propositions, doit savoir qu’il joue avec le modèle bruxellois et au final avec le modèle belge.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
GATZ MINISTRE DE L’INTERCULTUREL ?
Décidément, les libéraux flamands de Bruxelles (Gatz et Vanhengel) semblent avoir une vision plus cosmopolite de la capitale de l’Europe que leurs homologues francophones qui se raccrochent soit au communautarisme (le Ps) soit à une vision « franconissime » (induite par le FDF, un vrai cactus dans la poche de Reynders). Notre vœu le plus cher serait que le Bruxellois cosmopolite Sven Gatz succède à Bert Anciaux à la tête du ministère flamand de culture. En espérant qu’il poursuivra de la sorte le formidable chantier interculturel que Bert Anciaux a ouvert à Bruxelles au Kaai, à ’ancienne Belgique, au Beurs Schouwburg, à Flagey et comble d’audace même au KVS.
Si vous ne partagez pas ce point de vue, imaginez un instant que ce soit Bart De Wever qui demain occupe ce poste.
MG

Aucun commentaire: