lundi 31 août 2009

Onderwijs

"Draagkracht Nederlandstalig onderwijs in Brussel overschreden"

"Er zal een groot gesprek op gang getrokken moeten worden tussen de Vlaamse gemeenschap, het Brussels gewest en de Franse gemeenschap over het onderwijs in Brussel. De draagkracht van het Nederlandstalig onderwijs in Brussel is overschreden", zegt Pascal Smet vandaag in de Concentra-kranten.

"Het aantal kinderen met een Vlaamse achtergrond gaat achteruit en als we niet oppassen, zijn we ongelooflijke menselijke drama's aan het veroorzaken. Men stuurt zijn kind naar het Nederlandstalig onderwijs omdat men heeft horen zeggen dat dat het beste onderwijs is. Een nobele bedoeling, maar als er daardoor schoolachterstand ontstaat, is er een probleem", aldus minister Smet. Dat geldt volgens de sp.a-bewindsman ook voor steden als Antwerpen.

"Ouders die hun kinderen naar het Nederlandstalig onderwijs sturen, zouden het engagement moeten aangaan om hun kinderen ook eens naar Ketnet te laten kijken en naar Nederlandstalige jeugdverenigingen te sturen. En zelf Nederlands te leren." (belga/ka)

Groen licht voor inrichting Thurn & Taxis

Thurn & Taxis © Beeld uit reportage tvbrussel

Het Brussels gewest geeft een gunstig advies voor de inrichting van de site van Thurn & Taxis. Op de site worden 90.000 m2 woningen voorzien en een groene zone van 10 hectare.
De gemachtigde ambtenaar van het Brussels gewest gaf donderdag een gunstig advies onder voorwaarden voor de aanvraag tot stedenbouwkundige vergunning die project T&T indiende.

De aanvraag betreft de inrichting van 18 hectare van het Thurn en Taxis-terrein. Er komen kantoren, woningen, handelszaken en groene ruimte. De 10 hectare groene ruimte omvat onder meer een park van 1,3 ha op het midden van de site.
"Dit is een essentiële stap," stelt Emir Kir, Staatssecretaris bevoegd voor Stedenbouw in een communiqué, "Ik ben verheugd dat we zo snel vorderingen maken om dit immens braakliggend gebied, waarvan de toekomst lange tijd onzeker was, te verstedelijken."

"Eindelijk zien we het einde van de tunnel!" aldus nog Kir. "Het Gewest steunt dit grootscheepse project en hoopt dat het binnen een redelijke termijn zal worden voltooid.

Que dévoile un voile ?

L'Ecole a-t-elle à se "travestir" en porte-parole des convictions religieuses ou autres ?Une opinion de Carine CARLIER, enseignante dans 2 écoles à discriminations positives à Bruxelles.
L’Ecole a-t-elle pour vocation de "permettre aux élèves de manifester leurs convictions" ou de les inviter à une "citoyenneté" empathique et .. sans repli identitaire ?
Cette instrumentalisation d’un "morceau de tissu" que ce soient à des fins religieuses ou politiques (m’) interpelle !
Nos "aïeules" se sont battues contre des institutions, pratiques et valeurs sexistes qui légitimaient un ordre patriarcal, en partie véhiculé par le fait "religieux".
Des "militantes" ont lutté contre toutes normes de carcans. Coco Chanel a rendu sa liberté de mouvement à des femmes jusque-là corsetées. Isabelle Gatti de Gamond a ouvert l’enseignement secondaire à des jeunes filles. Marie Popelin fut la première femme diplômée en droit a pouvoir exercer au Barreau. Les femmes n’ont acquis le droit de vote qu’en 1949 Et j’en passe.
De nos jours, si en principe l’égalité des droits et devoirs vaut tant pour les femmes que les hommes; dans la réalité quotidienne, il subsiste des disparités, notamment au niveau salarial Et si la femme qui occupe de plus en plus dans la sphère publique se voit bizarrement "objétisée", tant au niveau de la publicité et ses corps "filiformes", que dans la pornographie.
Régulièrement des femmes sont victimes de violences : viols au Kivu où elles sont utilisées comme arme de guerre, excision/infibulation, prostitution. Et en Belgique, une femme sur quatre est victime de sévices.
Récemment en Iran, une femme NON voilée, éprise de plus de liberté, au sein d’une société musulmane, malmenée et muselée par les diktats de partisans "ultras conservateurs", s’est lâchement fait assassiner.
Il est tout à fait possible que des femmes "émancipées" portent volontairement le voile, et cela quel que soient le sens qu’elles lui attribuent.
Cependant que l’on le veuille ou non, le voile représente un symbole . Et peut dès lors faire l’objet de manipulation et récupérations diverses; chacun y allant de sa propre "interprétation", avec le risque encouru d’une confusion dangereuse.
Historiquement le voile symbolisait l’infériorité et la soumission de la femme à l’homme. Ce sont d’ailleurs les chrétiens qui ont les premiers théorisé la nécessité de voiler les femmes lors de la prière (cf. St Paul Ep. Cor). Coutume qui ne s’est pas répandue durablement dans le christianisme (hormis chez les "religieuses"), mais a été récupérée et intégrée par l’islam.
Alors la question reste ouverte au dialogue ! S’agit-il de "vouloir montrer tout en le cachant, un repli identitaire. Se voiler tout en (se) dévoilant " Une manière déguisée de "montrer tout ce que l’on veut cacher" ?
Le doute est permis !
Mais au-delà de la polémique, l’Ecole a-t-elle à se "travestir" en porte-parole des convictions religieuses ou autres ?

dimanche 30 août 2009

Vanderpoorten pleit voor Frans in kleuterklas

Voormalig Vlaams minister van Onderwijs Marleen Vanderpoorten (Open Vld) pleit voor meer Frans voor Vlaamse kinderen. "Laat Vlaamse kleuters er al mee kennismaken. En maak van Frans een verplicht vak in het hele basisonderwijs."

Nederlands
Vanderpoorten lijkt daarmee in te gaan tegen het pleidooi van Mieke Van Hecke, de topvrouw van het katholiek onderwijs, om desnoods alle andere vakken te laten wijken voor het Nederlands. "We moeten zorgen dat elk kind op zijn twaalfde zo goed Nederlands kent dat het niet kansloos start in het middelbaar onderwijs", zegt Van Hecke, voornamelijk verwijzend naar kinderen met een andere thuistaal dan het Nederlands.

Drietaligheid
"Voor die groep is het Nederlands eigenlijk al een tweede taal. In die zin volg ik Mieke Van Hecke", zegt Vanderpoorten. "Maar voor alle Nederlandstalige kinderen zeg ik: breng hen zo snel mogelijk zo veel mogelijk Frans bij. En doe er iets later ook maar Engels bovenop. Drietaligheid: voor minder kan je in het Europa van 2009 toch niet gaan? "
Frans is nu pas officieel verplicht vanaf het vijfde leerjaar. Als het van de liberalen afhangt - maar zij zitten in de Vlaamse oppositie - moet dat vroeger kunnen.
(belga/ep)

Te weinig communicatie met ouders maakt kind crimineler

De mate van communicatie tussen ouders en hun kinderen bepaalt mede of die kinderen zich crimineel gedragen. Weinig communicatie binnen het gezin is een risicofactor die bijdraagt aan een toename van jeugdcriminaliteit. Dat blijkt uit onderzoek van Utrechtse wetenschappers, zo meldt de Universiteit Utrecht.

Jongeren tussen 13 en 17 jaar vertellen steeds minder aan hun ouders. Andersom laten ouders hun kinderen steeds vrijer in hun tienerjaren. De wetenschappers ontdekten tijdens een studie van vijf jaar onder driehonderd gezinnen dat het vrijlaten van je kind criminaliteit in de hand kan werken.

Vechtpartij
Bij 59 procent van de onderzochte jongeren was sprake van jeugddelinquentie. De onderzoekers hebben daarbij gekeken naar kleine vergrijpen als graffitispuiten, betrokkenheid bij een vechtpartij of illegaal vuur stoken.

De onderzoekers raden ouders aan om meer gezamenlijke vrijetijdsbesteding te zoeken. "Jongeren die een goede relatie hebben met hun ouders vertellen zelf wat relevant is of vragen om hulp", aldus onderzoekster Loes Keijsers.
(belga/sps

Zware rellen tussen jongeren en politie in Molenbeek en Anderlecht

DM update Bij de rellen die zich afgelopen nacht in de Brusselse gemeente Sint-Jans-Molenbeek hebben afgespeeld, heeft de politie van de zone Brussel West twee jongeren opgepakt. Dat meldde het Brusselse parket vandaag.

De twee, 18 en 21 jaar oud, werden administratief aangehouden, niet op verdenking van enig misdrijf. Ze zijn al vrijgelaten. De politie van de zone Brussel Zuid (Anderlecht/Sint-Gillis/Vorst) meldde ondertussen dat er op haar grondgebied afgelopen nacht geen incidenten plaatsvonden, in tegenstelling tot wat eerder was gemeld.

Metrostation Aumale
Woensdagnamiddag waren er in Anderlecht, aan het metrostation Aumale, wel aanvaringen geweest tussen de politie en jongeren toen agenten enkele zakkenrollers wilden oppakken. In de loop van de nacht werd een roltrap van het metrostation in brand gestoken met een molotovcocktail. Vanochtend maakten verschillende media melding van nieuwe incidenten op het grondgebied van Anderlecht maar de lokale politie ontkent dat er zich enig incident heeft voorgedaan.

Autobanden in brand
In het naburige Sint-Jans-Molenbeek kende de politie wel een onrustige nacht, voornamelijk rond de Ribaucourtstraat. Het begon om 22.15 uur toen een politiewagen een steen door de voorruit kreeg. Maar echt ernstig werd het pas rond 23.30 uur. Jongeren hadden autobanden in brand gestoken en toen de brandweer aankwam, werd die bekogeld met stenen.Daarop kwam de politie tussen. Die zag zich geconfronteerd met een honderdtal jongeren.

Een aantal van hen kroop over de omheining van een gebouw, drong door tot de binnenkoer en stak er twee wagens in brand. Vier andere wagens werden ook beschadigd, naast vier toegangsdeuren.

Voorbijgangers aangevallen met pepperspray
Twee toevallige voorbijgangers, die aan een groep jongeren vroegen wat er gaande was, werden aangevallen met pepperspray en kregen verschillende trappen en slagen te verwerken. Hun aanvallers gingen er ook vandoor met de portefeuille van een van de slachtoffers.

De politie van Brussel West kreeg versterking van haar collega's van de zone Brussel Hoofdstad-Elsene en van twee sproeiwagens van de federale politie. Daarmee werden vanaf 2.15 uur drie charges uitgevoerd, waarna de rust geleidelijk terugkeerde. Om 3 uur merkten de agenten op het Zwarte Vijversplein een vijftiental jongeren op die leken op relschoppers. Bij het zien van de politie stoven die uiteen, maar de agenten slaagden er toch in om twee jongeren op te pakken. De 18-jarige Abdelkader en de 21-jarige Salih werden administratief aangehouden en na enkele uren vrijgelaten.
(belga/ka)

vendredi 28 août 2009

Elections afghanes : le problème taliban reste entier

Par Marie-France Calle
Timidement rapportées le jour même du scrutin, fraudes et violences sont aujourd'hui ouvertement dénoncées par des observateurs afghans indépendants. Dont ceux de la courageuse FEFA (Free and Fair Election Foundation of Afghanistan). Quant au taux de participation, certains jugent d'ores et déjà que sa faiblesse ôte de sa crédibilité à l'élection présidentielle du 20 août... son plus grand mérite étant d'avoir eu lieu. Surtout, quels que soient les résultats, changeront-ils la donne ? Pas vraiment. La fin du conflit afghan continuera vraisemblablement de passer par des négociations avec les talibans.

Retour à la case départ ? Peut-être. Et ce n'est pas une grande surprise. Les élections présidentielle et provinciales en Afghanistan ont bien eu lieu le 20 août, parce qu'il ne pouvait pas en être autrement. Au risque, pour les Etats-Unis et leurs alliés, de perdre la face. Reste que, malgré le soupir de soulagement et les déclarations de satisfaction du gouvernement afghan et des Occidentaux, ce scrutin à très haut risque ne s'est pas déroulé dans des conditions optimales. Loin s'en faut.

Le jour même de l'élection, nous recevions de provinces reculées - dont celle de Helmand, dans le sud - des nouvelles émanant de collègues afghans, faisant état de violences, d'intimidations etc. Samedi, la FEFA s'est à son tour fait l'écho d'irrégularités. Elles auraient été plus nombreuses dans le sud du pays, où les talibans exercent leur emprise, que dans le reste du pays. Mais d'autres régions n'ont guère été épargnées. Je vous conseille, à ce sujet, de lire l'article de Carlotta Gall, paru dans le New York Times d'hier. Elle y explique comment les femmes ont été particulièrement visées par la campagne d'intimidation orchestrée par les talibans. "Des centaines de bureaux de vote pour femmes (dans l'ensemble du pays, les bureaux de vote étaient séparés de manière à éviter qu'hommes et femmes ne se retrouvent e un même lieu en public) n'ont même pas ouvert en quelques endroits où l'influence des talibans est très élevée, mais les femmes ont aussi souffert de discrimination et d'intimidation dans des régions du centre et du nord de l'Afghanistan. Des candidates féminines ont reçu des menaces et ont été largement ignorées par les médias, ont fait remarquer les observateurs" afghans, rapporte notamment Carlotta Gall.

D'autres observateurs ont affirmé "redouter que les cartes électorales distribuées à des femmes aient été utilisées pour bourrer les urnes". Enfin, dans certains villages, les talibans ont mis leur menace à exécution, et coupé le doigt maculé d'encre de certains électeurs.

Une chose est sûre, cette présidentielle 2009 s'est déroulée dans des conditions nettement moins favorables que celle de 2004.

Pour Syed Saleem Shahzad d'Asia Times Online, la question n'est pas tant de savoir si cette élection est crédible ou non. Quel que soit le scénario, le problème taliban reste entier, estime-t-il, et c'est cela qui compte. "Peu importe qui gagne et qui perd, l'ombre des talibans continuera de planer sur le pays. Huit ans après leur éviction du pouvoir, les leaders américains et européens recconnaissent qu'une réconciliation avec les talibans, quelle qu'en soit la forme, est le seul moyen de venir à bout de l'insurrection", juge cet expert pakistanais qui revient de Kaboul. Selon lui, les négociations avec les militants islamistes, qui ont commencé depuis un certain temps, ne se sont jamais interrompues, pas même pendant la campagne électorale. Mais, indique Syed Saleem Shahzad, côté talibans, le plus inflexible reste mollah Omar, leur chef spirituel, suspecté de diriger un gouvernement en exil à Quetta, au Pakistan. La région fait face à Kandahar, le fief des talibans en Afghanistan.

Or, comme je l'ai déjà écrit dans une précédente note, mollah Omar serait en train de tout mettre en oeuvre pour rassembler les multiples factions talibanes sous son commandement unique (voir Le nouveau code de conduite des combattants talibans). A supposer que mollah Omar se laisse fléchir, un calendrier pour le retrait des troupes de l'Otan d'Afghanistan serait relativement facile à mettre en place, croit savoir Shahzad. Sinon...

A plus court terme, le Christian Science Monitor de Boston, s'interroge sur les possibles scénarios post-électoraux. Notant en particulier qu'une victoire de Karzaï au premier tour risque d'être vue comme la preuve éclatante qu'il y a eu fraude, tant le personnage a perdu en popularité; un second tour entre Karzaï et Abdullah Abdullah (son principal adversaire) serait une rude épreuve étant donné l'instabilité du pays. Quant à une victoire d'Abdullah Abdullah, elle serait sans aucun doute le plus gros pari pour l'Afghanistan... et les Occidentaux.
(Namaste ! Salam !)

Nucléaire : l'AIEA accable l'Iran

Mohammed ElBaradei, directeur de l'AIEA Crédits photo : AFP

ParMaurin Picard, à Vienne
Un rapport confidentiel publié vendredi indique que Téhéran progresse dans son programme militaire.

L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a publié vendredi un rapport confidentiel accablant pour l'Iran, soupçonné de vouloir se doter de la bombe sous couvert d'un programme nucléaire civil officiellement destiné à produire de l'électricité. Le document de six pages, qu'a pu se procurer Le Figaro, constitue par ses conclusions un véritable dossier à charge, celui qu'espéraient les grandes puissances, France et États-Unis en tête. Depuis plusieurs semaines, Washington, Paris et les autres capitales occidentales faisaient pression sur le directeur général de l'AIEA, Mohamed ElBaradei, pour qu'il révèle l'étendue des découvertes faites par ses inspecteurs. Selon des rumeurs persistantes, ces données seraient restées consignées depuis près d'un an dans les tiroirs de l'agence, afin de ne pas donner à Israël un prétexte pour lancer des frappes aériennes contre le territoire iranien.

Refus de coopérer
Le rapport n'avance aucune révélation sur de nouvelles trouvailles faites par les inspecteurs onusiens lors de leurs visites sur les principaux sites nucléaires iraniens. Le document résume cependant la frustration de l'AIEA après six ans d'investigations globalement infructueuses, marquées par le refus manifeste du régime islamique de coopérer. Depuis un an, «Téhéran n'a pas daigné répondre aux nombreuses questions en suspens» qui lui avaient été adressées par l'agence, souligne le rapport. Aucune explication n'a été fournie depuis février 2008 sur des renseignements troublants faisant état d'expériences de «militarisation» du programme nucléaire iranien, connues sous le nom de programmes «110» et «111» et dirigées par un scientifique, Mohsen Fakrizadeh. Une personnalité que l'AIEA n'a encore jamais été autorisée à interroger.

Le 2 septembre, les directeurs politiques des Affaires étrangères de France, Russie, Chine, Allemagne, Grande-Bretagne et des États-Unis se retrouveront à Francfort, en Allemagne, pour décider de l'opportunité d'imposer un nouveau volet de sanctions internationales au Conseil de sécurité, le quatrième à l'encontre de l'Iran depuis février 2006. Après toute une série de mesures visant les entreprises et institutions financières impliquées dans le programme nucléaire iranien, il s'agirait cette fois d'imposer un embargo sur les importations de pétrole raffiné. Mais il sera difficile de rallier à une telle décision la Russie et la Chine, principaux partenaires commerciaux de l'Iran.
(Le Figaro)

La ville d'Oslo autorise le «burkini» dans ses piscines

Une femme en burkini, au bord de la plage à Sydney, le 13 janvier 2007 (TIM WIMBORNE / Reuters)

La ville d'Oslo a décidé d'autoriser le port dans les piscines municipales du «burkini», maillot de bain islamique interdit ou critiqué dans plusieurs autres pays européens, a rapporté vendredi la radio NRK.

«Certains expriment le besoin de se couvrir. Nous estimons qu'il est important que la majorité des gens qui vivent dans cette ville puissent se baigner et utiliser les piscines», a déclaré le responsable des questions sportives de la municipalité, Jan Zander, à NRK.

Nouveau règlement pour les nageurs
Selon un nouveau règlement municipal cité par la radio, «les nageurs qui se couvrent le corps, pour des raisons religieuses ou culturelles, doivent se laver et utiliser des vêtements de bain propres avant d'utiliser saunas et piscines».

«Seuls les vêtements conçus pour les baignades peuvent être utilisés dans les piscines», ajoute le règlement.

Burkinis interdits en France et en Italie
Une Française convertie à l'islam qui se baignait en «burkini», contraction de «burqa» (voile intégral, surtout porté en Afghanistan) et de «bikini», a récemment été interdite de piscine près de Paris, officiellement pour des principes d'hygiène.

Un maire italien, membre de la Ligue du Nord (anti-immigrés), vient aussi d'en interdire l'usage "dans les piscines et le long des cours d'eau" de sa commune de Varallo Sesia (Piémont) car "la vue d'une +femme masquée+ pourrait troubler les plus petits enfants, sans parler des problèmes d'hygiène".

Des maillots hygiéniques
L'ancien règlement à Oslo n'interdisait pas spécifiquement le port de maillots longs mais leur usage était généralement considéré comme peu hygiénique.

«Ce n'est pas nécessairement le cas», a estimé M. Zander. «Regardez les nageurs professionnels: ils utilisent des maillots intégraux. Si le matériau peut être utilisé dans l'eau, il n'y a pas de problème. Ce n'est pas la taille du maillot qui devrait être déterminante», a-t-il ajouté.
(Source AFP)

'Persepolis' 30 jaar later

De graphic novel 'Persepolis' van Marjane Satrapi is helaas nog steeds brandend actueel: twee jonge Iraniërs moesten enkel de tekstballonnetjes bijwerken om een fraai relaas over de laatste verkiezingen te bekomen.
Van onze redactrice

Dik is Persepolis 2.0 niet: tien pagina's, die online gratis te lezen zijn, vertellen hoe de hoop dat Mir Hossein Mousavi de Iraanse verkiezingen van 12 juni zou winnen, de grond werd ingeboord, met als triest einde de dood van Neda Agha-Soltan bij een betoging enkele dagen later. De beelden zult u zeker herkennen: ze zijn geknipt en geplakt uit Persepolis, de grafische roman van de Iraanse Marjane Satrapi die in 2000 verscheen. Sina en Payman, twee Iraanse twintigers die in Sjanghai wonen en verder anoniem willen blijven, hoefden alleen nieuwe tektballonnetjes en commentaren te schrijven.

Marjane Satrapi gaf toestemming om haar tekeningen te recyleren. Haar origineel gaat over de Iraanse revolutie van 1979, de gebeurtenissen die leidden tot de val van de sjah en de brutale repressie na de terugkeer van Khomeini, die de hoop op een vrijere samenleving snel de kop indrukte. De gelijkenis met de gebeurtenissen nade betwiste herverkiezing van Mahmoud Ahmadinejad was de twee twintigers niet ontgaan. 'Van hoop tot woede en verdriet: we waren diep geraakt door de moed van onze landgenoten', schreef Sina in een gemaild interview met het persbureau afp.

Eén ding is wel veranderd. Marji, het kleine meisje uit de strip, wil niet dat haar ouders de krant lezen - die staat toch 'vol leugens' - maar de waarheid op het internet en twitter te zoeken. Ook Sina en Payman doen geen beroep op papier om Persepolis 2.0 te verspreiden. De update is te lezen op hun website. Tot nu toe hebben al honderdduizend bezoekers dat gedaan. Ze komen uit de Verenigde Staten, Italië, Frankrijk of Canada. Iraniërs kunnen de strip maar met veel geluk bekijken: de regering heeft het internet na het uitbreken van de protesten stevig aan banden gelegd.

'De communicatie met Iran is moeilijk', geeft Sina toe. 'Maar toch hebben we talloze mailtjes van Iraniërs gekregen omdat we het buitenland op de hoogte houden van de situatie in Iran', schrijft Sina. En de conservatieve pers in Iran heeft de website al stevig aangevallen. 'Dat beschouwen we als een goed teken. De site is overigens goed beveiligd, niemand heeft hem tot nu toe kunnen hacken.'

Maar Payman en Sina mikken in de eerste plaats op de internationale gemeenschap. 'Zolang de gebeurtenissen in Iran wereldwijd werden gevolgd, hadden de Ira-niërs hoop. We willen ons steentje bijdragen om de situatie zo lang mogelijk onder de aandacht te houden.'

Persepolis 2.0 is in het Engels, maar er komen vertalingen in het Spaans, Frans, Portugees en Italiaans; daarna ook in het Arabisch en, last but not least, in het Farsi, de moedertaal van de meeste Iraniërs.

Persepolis won talloze prijzen in het westen en de verfilming uit 2007 won de prijs van de jury op het filmfestival van Cannes en sleepte een Oscarnominatie in de wacht. Om die bekendheid was het hen te doen, geeft Sina grif toe. 'Iraniërs over de hele wereld zijn trots op Marjanes boek, maar het is ook het bekendste boek over Iran in het westen. We zochten een medium dat ook de mensen aanspreekt die niet om Iran geven.'

Satrapi had Ahmadinejads overwinning al onmiddellijk na de bekendmaking 'een staatsgreep' genoemd. Ze gaf dan ook meteen haar toestemming. Maar ze is sceptischer dan haar bewerkers. 'Ze zeiden dat ze iets met mijn werk wilden doen en ik heb ze mijn zegen gegeven. Maar als je mensen een beetje kunt informeren, mag je al heel blij zijn. Ons werk heeft maar een geringe impact. Je moet met veel meer zijn om iets te veranderen.'

'Marjane tekende gebeurtenissen van dertig jaar geleden', schrijft Sina. 'Zowel in 1979 als in 2009 waren er massabetogingen tegen de repressie. We hopen dat het dit keer beter afloopt.' Want zowel in Persepolis als in Persepolis 2.0 ligt de kleine Marji 's nachts in bed te dromen van een betere toekomst.
(De Standaard)

samedi 22 août 2009

Le livre réquisitoire d'un ex-conseiller de George Bush

L'ancien secrétaire d'État à la Sécurité intérieure des États-Unis, Tom Ridge, en septembre 2008. Crédits photo : AP

Par Laure Mandeville
Ancien secrétaire d'État à la Sécurité intérieure, Tom Ridge dénonce l'instrumentalisation de la menace terroriste.
Tandis qu'Obama bataille pour sa réforme de la santé face à une opposition grandissante, les années Bush et les zones d'ombre de la «guerre contre le terrorisme» n'en finissent pas de se rappeler au bon souvenir de l'Amérique. Cette fois, c'est l'ancien secrétaire d'État à la Sécurité intérieure Tom Ridge qui fait la une des télévisions américaines avec un livre à paraître le 1er septembre sous le titre Le Test de notre temps : l'Amérique en état de siège.

Cet ex-haut responsable, visiblement plein d'amertume, y vide son sac, s'efforçant de se dissocier au maximum d'une Administration largement discréditée. Il raconte qu'il n'était jamais invité aux briefings matinaux de sécurité nationale dans le Bureau ovale et que le FBI lui cachait des informations. Plus grave encore, il accuse plusieurs collaborateurs de l'ancien président d'avoir exercé de lourdes pressions pour qu'il «gonfle» artificiellement le niveau d'alerte terroriste à la veille de la réélection de George Bush en octobre 2004. Selon des extraits du livre, le ministre de la justice John Ashcroft et le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld auraient joué le rôle des «méchants» lors d'une réunion tenue le 30 octobre, à quatre jours du scrutin, pour le presser d'agir, justifiant leurs inquiétudes par la sortie d'une cassette d'Oussama Ben Laden particulièrement menaçante.

À l'époque, Tom Ridge, qui perçoit dans leur démarche une claire volonté d'instrumentaliser les questions de sécurité nationale, refuse de s'exécuter, jugeant ne voir aucune raison concrète d'augmenter le niveau d'alerte (symbolisé par une couleur). Mais la rencontre est «si dramatique et si inconcevable» qu'elle jouera un rôle clé dans sa décision de quitter le gouvernement pour rejoindre le privé, raconte-t-il dans le livre.

Les adversaires de Bush n'ont eu de cesse de l'accuser d'avoir politisé les questions de sécurité pour des raisons purement électorales. Au moment des faits rapportés, le président républicain se trouvait dans la dernière ligne droite d'une bataille serrée contre son adversaire démocrate, John Kerry. Les commentateurs avaient alors avancé que la cassette de Ben Laden avait contribué à la réélection du président républicain, en faisant resurgir la menace terroriste. Mais c'est la première fois qu'un ex-haut responsable apporte sa caution aux soupçons des opposants démocrates sur les manipulations de l'époque Bush.

Pas de bénéfice pour Obama
Tom Ridge n'apporte aucune preuve, a toutefois rappelé vendredi dans le New York Times un porte-parole de Donald Rumsfeld, en l'accusant de vouloir faire un succès de librairie.

S'ajoutant aux révélations en série sur les mensonges de la CIA concernant les armes de destruction massives en Irak, ses prisons secrètes, ses méthodes d'interrogatoire controversées et ses contrats pour déléguer des assassinats de membres d'al-Qaida à des compagnies privées, le livre de Ridge vient ajouter une touche supplémentaire à la peinture de l'univers trouble de la prise de décision sous George Bush.

Mais le temps où le simple rappel des avanies de la précédente Administration suffisait à doper les démocrates semble révolu. Et il est peu probable que ce «miniscandale» contribue à détourner l'attention des difficultés que rencontre Barack Obama. Sur le front de la lutte contre le terrorisme, une majorité d'Américains reste opposée à la fermeture de Guantanamo, que le président a promis de clore d'ici à l'année prochaine. Et selon le dernier sondage du Washington Post, la bataille sur la santé creuse un fossé croissant entre l'opinion et son président, puisque les Américains ne seraient plus que 40 % à le soutenir contre 60 % lors des cent premiers jours de sa présidence.
(Le Figaro)

vendredi 21 août 2009

Nos inquiétudes face à l’islam

Philippe de Briey
L’islam va prochainement refaire parler de lui, si le député MR, Denis Ducarme, suite au geste symbolique de Madame Ozdemir arrivant avec son foulard au parlement bruxellois, persiste à vouloir proposer une loi d’interdiction du foulard dans les administrations et dans les écoles. Les nombreuses réactions au geste de la députée CDH d’origine turque manifestent une inquiétude fort répandue face à la montée de l’islam en Europe, en particulier dans les grandes villes où leur proportion est en augmentation continue, pour des raisons à la fois de migration et de natalité.

Cette inquiétude est présente aussi bien dans les milieux chrétiens que non chrétiens. Les premiers s’inquiètent de la déchristianisation au profit de l’islam, tandis que les milieux laïcs craignent, par-dessus tout, le retour de l’obscurantisme. Les uns comme les autres ont peur qu’un jour, les musulmans ne finissent par exiger l’introduction de certaines dispositions de la loi islamique (la charia) qui compromettraient nos traditions humanistes et notre principe de séparation de la religion et de la politique.

Tout en admettant qu’il existe certains appels à la tolérance dans le Coran, beaucoup estiment que sa vision générale est contraire à notre culture basée sur les droits humains égaux pour tous et toutes. Ils craignent donc que notre éthique humaniste perde insensiblement du terrain(1). Cette inquiétude est parfaitement compréhensible. Mais ces considérations sont peut-être inspirées par une réaction trop uniquement défensive et elles devraient être nuancées.

La peur de l’islam ne résout pas les problèmes, mais les accentue. Par exemple, s’il faut en effet reconnaître que l’islam peine encore à intégrer une lecture critique de ses écrits fondateurs et à distinguer clairement religion et politique, il importe de savoir que ce travail se fait de plus en plus, tant en Occident qu’en Orient, bien que de façon encore minoritaire et souterraine : il faudrait donc donner du temps au temps et se souvenir qu’il en a été de même à l’intérieur du christianisme et en particulier de l’Église catholique, restée longtemps réticente aux idées démocratiques et aux droits de l’homme (et surtout de la femme ).

Il faut aussi tenir compte du fait que, pour une partie des nouvelles générations d’origine musulmane, il y a une forme de sécularisation et de prise de distance par rapport à la religion. Autre exemple : il est indéniable que le Coran est d’un ton radicalement différent des évangiles et qu’il contient des versets qui visaient davantage à mobiliser pour le combat contre les ennemis qu’à délivrer un message spirituel de paix et de tolérance.

Néanmoins, trop de gens tombent dans une généralisation suggérant que "l’islam", en soi, est violent et incompatible avec les droits de l’homme. Il est très dangereux de parler ainsi, avec un certain radicalisme, de " l’islam " en général, car on jette alors outrageusement la suspicion et la méfiance sur tous ceux et celles qui y adhèrent. Même si certains passages du Coran témoignent effectivement d’intolérance et de violence, la Bible aussi en contient. Dans les deux cas, d’autres passages appellent à la tolérance et à la paix. Il importe de le dire, sans quoi on ouvre la porte à tous les amalgames et on confond l’islam avec l’islamisme qui en est la dérive intégriste.

Le fondamentalisme existe dans toutes les religions et le dogmatisme affecte aussi les milieux laïcs. Ce n’est donc pas l’islam, mais bien l’islamisme qui peut représenter une menace, autant pour les musulmans que pour nous, cette distinction est essentielle ! Souvenez-vous du titre à sensation du Vif-L’Express : "L’islam gangrène l’école", titre qui fit scandale, avec raison. Car de tels jugements presque dogmatiques sur l’ensemble d’une religion empêchent le public de voir que l’islam, comme toute religion, est extrêmement multiple dans la manière dont chaque personne y adhère et la vit concrètement. Ils réveillent des fantasmes séculaires et de terribles clichés.

On ne devra pas s’étonner ensuite de constater tant de discriminations à l’égard des musulmans dans l’emploi, le logement, l’école, etc., ce qui donnera précisément raison et force à l’islamisme radical qu’on veut combattre. De tels messages, très répandus dans les médias, risquent de renforcer dans l’opinion publique une islamophobie déjà bien présente qui, en stigmatisant la population musulmane vivant parmi nous, empêche précisément sa bonne intégration.

Suggérer par exemple que les musulmans, dans le dialogue, risquent bien de ne pas être de bonne foi, n’est-ce pas aborder ce dialogue avec une méfiance qui en compromet d’emblée les chances de réussite ? Bien sûr, le dialogue peut toujours être instrumentalisé et il faut y aller sans naïveté, mais de quel droit pouvons-nous juger que nous sommes par nature plus honnêtes que les musulmans ? N’est-ce pas là un exemple de ces sentiments de supériorité insupportables que nous avons hérités de la période coloniale ? Autant, alors, ne pas s’engager dans le dialogue !

En fait, heureusement, il y a de plus en plus de dialogues (souvent à de hauts niveaux, notamment avec les Eglises chrétiennes). On ne peut que s’en réjouir et souhaiter que cela s’étende. L’urgence est d’adopter une attitude positive plutôt que défensive. Quoi que nous pensions du Coran ou de " l’islam ", nous avons affaire à des hommes et des femmes comme nous, et la foi chrétienne aussi bien que l’humanisme authentique devraient nous pousser à considérer toujours notre prochain, quel qu’il soit, avec le plus grand respect.

La Déclaration universelle des droits de l’homme proclame notamment le droit "de manifester sa religion ou sa conviction, seul ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites". Cela ne signifie-t-il pas que nous devrions les accepter tels qu’ils sont, différents de nous (ayant une religion, une culture différente), et non pas comme nous voudrions spontanément qu’ils soient : semblables à nous, épousant en tout notre culture.

Il ne s’agit pas pour autant de tout accepter, car eux aussi ont le devoir de tenir compte de nos traditions et de notre culture. Même si la grande majorité des musulmans ne sont pas venus ici pour nous combattre ni pour prendre le pouvoir ni pour imposer leurs manières de penser, de s’habiller, leurs habitudes..., nous avons le droit d’attendre d’eux un effort réciproque : non seulement le respect strict des lois, mais aussi une certaine exigence de s’intégrer le mieux possible sans insister de manière unilatérale sur leurs "droits". C’est bien là l’objet du dialogue et de la négociation, qu’il est indispensable de mener d’égal à égal. C’est seulement en les traitant comme nos partenaires dans la construction d’un avenir commun que nous pourrons venir à bout des préjugés mutuels et construire patiemment la paix.

Nous devrions aussi tenir compte des inquiétudes de la plupart des musulmans face à l’évolution de notre société qui semble marginaliser des valeurs telles que le sens d’une économie humaine au service de l’être humain, la solidarité, le respect du corps et de l’autre... Leur attachement à la religion manifeste souvent leur volonté de résister à certaines tendances de notre société: l’individualisme, le consumérisme outrancier, les droits aux plaisirs immédiats, le manque de pudeur dans les médias, les publicités, les films . En reconnaissant nos dérives, nous signifions notre volonté de construire ensemble un avenir meilleur: non pas les uns contre les autres, mais les uns avec les autres.

Sur un plan plus politique, la vision positive de Barack Obama dans son discours au Caire n’est-elle pas finalement la plus réaliste pour contribuer à résoudre un jour la grande discorde de quatorze siècles entre les mondes musulman et occidental ? "Les attentats des extrémistes ont amené certains dans mon pays à juger l’islam inévitablement hostile, non seulement à l’Amérique et aux pays occidentaux, mais aussi aux droits de l’homme. La peur et la méfiance se sont ainsi accentuées. Tant que notre relation restera définie par nos différends, nous donnerons du pouvoir à ceux qui sèment la haine et non la paix, et qui encouragent le conflit au lieu de la coopération (...) C’est ce cycle de la méfiance et de la discorde qui doit être brisé ". Et vers la fin de son discours il ajoutait: "Certains avancent qu’il y aura fatalement des désaccords et que les civilisations finissent toujours par s’affronter. (...) Mais si nous choisissons de nous laisser entraîner par le passé, nous n’irons jamais de l’avant (...). Il est plus facile de voir ce qui nous distingue plutôt que ce que nous avons en commun. (...) A nous de décider si nous passons notre temps à nous concentrer sur ce qui nous sépare ou si nous nous engageons à faire ce qu’il faut - de façon soutenue - pour trouver un terrain d’entente (...)".

Il est normal que nous soyons inquiets, comme eux-mêmes le sont face à la puissance politique, économique, militaire et culturelle de l’Occident. Mais la grande question n’est-elle pas: que faisons-nous de notre inquiétude ? Nous pousse-t-elle à la nostalgie d’un passé culturellement homogène que nous voudrions imposer aux autres, ou bien à nous mettre au travail pour construire ensemble l’avenir - qui sera inévitablement multireligieux et multiconvictionnel et nécessitera fatalement des compromis ?

Du travail, il y en a ! Et pour commencer : s’insurger activement contre les préjugés, les vexations, les exclusions autoritaires, créer la confiance plutôt que la suspicion, la coopération plutôt que la compétition, la solidarité et même l’amitié plutôt que les jugements stigmatisants. Ce qui n’empêche nullement d’affirmer nos propres convictions et ce qui est pour nous inacceptable. L’important est d’aborder le dialogue avec une attitude de respect, d’écoute en profondeur, d’empathie, de patience aussi. Ceci est indispensable si l’on veut trouver ensemble des solutions acceptées par tous.
(La Libre)

Quand l'économie mondiale se met à la finance islamique

par Isabelle Mayault
De Weber à Huntington, les intellectuels du monde occidental ont martelé l'idée selon laquelle la religion musulmane ne serait pas soluble dans le capitalisme – sous-entendu, dans la modernité. Pourtant, force est de constater la prolifération de mutations économiques et sociales allant dans le sens inverse de ces déclarations, via l'élaboration d'un système financier où l'islam est à la base de chaque produit.

Parce que le Coran interdit la pratique outrancière de l'intérêt sur des fonds monétaires (riba, qui littéralement signifie « augmentation »), les groupes bancaires ont créé des produits répondant spécifiquement aux besoins des croyants. Née dans les années 60 en Egypte et en Malaisie sous l'impulsion d'économistes ayant constaté la méfiance de populations locales vis-à-vis du système bancaire traditionnel, les fonds islamiques pèsent à ce jour 500 milliards de dollars, et bénéficient d'une croissance annuelle moyenne de 15%.

L'exigence de transparence des transactions, de symétrie de l'information entre les parties, de solidarité et de justice sociale que l'on retrouve dans les grands principes de la finance islamique font écho aux débats actuels sur l'absence de moralité du capitalisme.

La finance islamique draine pourtant son lot d'imperfections : ses contrats de crédit apparaissent, encore souvent, plus coûteux que les produits financiers conventionnels. Certains observateurs dubitatifs dénoncent même un pur montage marketing visant à appâter le musulman pieux. L'alternative peine d'ailleurs à se mettre en place de façon homogène dans le monde musulman, confirmant la grande diversité de celui-ci. Pionniers de la finance islamique, les pays du Golfe et la Malaisie caracolent en tête pendant que les pays du Maghreb, pourtant de bons clients potentiels, n'en sont qu'à leurs balbutiements.

Les pendules de l'économie mondiale en crise à l'heure de la finance islamique

« La finance islamique, loin de représenter un recul, ou une abdication face à la religion, est, au contraire, le signe que l'on peut, avec un peu d'imagination et de savoir-faire, marier tradition et modernité, religion et économie » a écrit Hervé de Charette, ancien ministre des affaires étrangères français (1).

Apparu dans les années 70 à grande échelle (2), le concept de finance islamique a connu un véritable essor depuis, surfant sur la vague du boom pétrolier dans les émirats, survivant au déclin – certains diraient l'échec - de l'islam politique, et profitant du regain de religiosité mondial caractéristique des années 2000. Il existe aujourd'hui environ 345 institutions de finance islamique répertoriées dans quelques 70 pays du monde.

Le potentiel du marché bancaire islamique est estimé à 4200 milliards de dollars par le cabinet d'expertise Standard & Poor's. Ces prévisions sont d'autant plus plausibles que les fonds islamiques ont prouvé leur résistance en traversant tête haute la tempête subie par la mondialisation financière. « Dans des pays comme le Royaume-Uni, les actifs islamiques ont continué de croître malgré la sévérité de la crise des subprimes et malgré le credit crunch qui s'en est suivi » peut-on lire dans le rapport Jouini-Pastré de 2009.

Cela n'a pas échappé aux ténors de la finance occidentale : HSBC, le Crédit Suisse, ABN-AMRO et Deutsche Bank ont créé dès les années 90 des branches dites de « finance islamique », visant à récupérer dans leurs filets des expatriés pieux & fortunés de Londres, Paris, Amsterdam ou Madrid, ainsi que la haute bourgeoisie des Emirats et du Maghreb. Ce calcul s'est rapidement avéré très rentable.

Contents de pouvoir proposer une voie alternative à la crise économique, les leaders occidentaux n'hésitent pas à surfer avec opportunisme sur la vague islamique. La Grande Bretagne a été la grande pionnière en la matière : des assouplissements fiscaux ont été mis en place afin de « promouvoir le Royaume-Uni comme un centre de la finance islamique » (Rapport du Budget 2009). Début 2008, Rowan Williams, archevêque de Canterbury et chef spirituel des anglicans, a même choqué l'opinion en se déclarant favorable à l'application de la charia pour les affaires financières.

Depuis ces mouvements outre-manche, Christine Lagarde a multiplié les déclarations en faveur de la finance islamique et rédigé un programme fin 2008 instaurant la neutralité fiscale des opérations dites de « murabaha » et la déductibilité de la rémunération versée par les sukuks. «Nous adapterons notre environnement juridique pour que la stabilité et l'innovation de notre place financière puissent bénéficier à la finance islamique» a déclaré la ministre des Finances en juillet 2008.
(Le Monde)

(1) En préface de l'ouvrage La finance islamique à la française: un moteur pour l’économie, une alternative éthique, paru aux éditions Secure

(2) La finance islamique existait déjà dans les années 60, mais sous une forme tout à fait locale. La première banque islamique a été créée en 1963 en Egypte.

Le ramadan séduit de plus en plus les jeunes

Un marché de Marseille, le 1er septembre 2008, au début de la période du Ramadan. Crédits photo : AFP
Près de 70 % des musulmans de France disent jeûner durant le mois du ramadan, qui commencera samedi.

«La semaine prochaine, tous les cafés seront vides ici», parie Kamel Amza, élu municipal de La Courneuve, en région parisienne. Car le ramadan est devenu la norme dans les quartiers à forte concentration musulmane. Ce mois de jeûne, qui commence samedi, proscrit toute boisson ou nourriture du «lever de l'aube» (vers 5 h 15 dans la région parisienne) au coucher du soleil (vers 21 heures). Il devrait être particulièrement éprouvant cette année, car les journées sont chaudes et longues.

En 2006, 90 % des musulmans assuraient pourtant qu'ils jeûnaient, dans un sondage CSA pour l'hebdomadaire La Vie. Une proportion assez invraisemblable, d'autant que les enfants qui ne sont pas pubères, les femmes enceintes, les vieillards et les malades ne sont pas tenus à la diète. Mais cette affirmation indique combien il est désormais important d'afficher son respect du ramadan. «C'est la pratique collective par excellence. Même ceux qui se déclarent juste d'origine musulmane, assurent le suivre à 40 %», rappelle-t-on à l'Ifop où l'analyse de plusieurs enquêtes situe plutôt à 70 % la proportion de jeûneurs parmi les 5 millions de musulmans en 2007.

Tradition ancrée chez les immigrés, le ramadan a d'abord décliné parmi la seconde génération. Mais la tendance s'inverse dans les années 1990, avec la réislamisation des jeunes, notamment dans les banlieues. «On observe un vrai retour aux rites des nouvelles générations», assure le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur. Or les Français de confession musulmane sont essentiellement… des jeunes.

Le ramadan s'est invité au collège depuis plusieurs années et gagne maintenant le primaire. «Les petits veulent imiter les grands. Les parents ne sont pas toujours au courant», explique Patricia Truong, directrice en primaire à Vénissieux. «L'air du temps est clairement au repli communautaire», affirme l'écrivain et chercheur Abdelwahab Meddeb. «Ce sont des cycles, dopés par les télévisions satellitaires du Golfe, qui diffusent des émissions religieuses toute la journée avec un fort impact sur l'ensemble du monde musulman, y compris en France.» Ceux qui ne pratiquent pas se retrouvent aujourd'hui «en position de se justifier», regrette Tahar, informaticien parisien. Parmi les adolescents, la pression du groupe est forte. Certains se font houspiller s'ils fréquentent la cantine et beaucoup «se cachent pour manger un sandwich», affirme Samira en première à Lyon.

Dès 2004, un rapport de l'Éducation nationale, conduit par l'inspecteur Obin, soulignait les tensions et la surenchère religieuse autour du ramadan : «avec l'interdiction d'avaler le moindre liquide, y compris sa propre salive, qui entraîne la pollution des sols par les crachats et les refus de la piscine». «Les élèves sont épuisés», ajoutait le rapport.

Un marché opaque
Tout comme les salariés, qui doivent conjuguer travail et jeûne. Dans les entreprises qui concentrent beaucoup d'employés musulmans, le rendement s'effondre l'après-midi. Les patrons gèrent cette période «en fonction d'un rapport de force : soit les employés musulmans sont majoritaires et le rythme de travail est adapté. Soit c'est l'inverse, et les pratiquants sont plutôt ostracisés», explique l'anthropologue Dounia Bouzar, qui publiera une vaste enquête sur l'islam dans l'entreprise à la rentrée.

Des secteurs entiers vont donc vivre de près le ramadan. Mais ce mois de fête religieuse est aussi un créneau pour les entreprises qui lorgnent sur le segment «ethnique» prometteur. Ces dernières années, l'offre de produits s'est multipliée. On trouve près de 400 références halal chez Casino qui a également créé, comme d'autres distributeurs, sa propre gamme, en espérant s'établir sur un marché encore tenu par les épiceries et les bouchers. Mais le halal reste un marché opaque, avec des certifications dispersées et, faute de garanties, moult rumeurs sont capables de faire tanguer la notoriété d'une marque.
(Le Figaro)

jeudi 20 août 2009

L'homme qui devait mourir pour les talibans

Avant de les rencontrer, Abed (emprisonné à Pulli Charkhi depuis quinze mois) n'avait jamais entendu parler des talibans. Cinq mois d'endoctrinement religieux et politique plus tard, le jeune Pakistanais était prêt à «sacrifier (sa) vie pour l'islam». (Crédits photo : Paul Assaker)

Renaud Girard
TEMOIGNAGE - Abed, un Pakistanais de 22 ans, avait été endoctriné par les talibans pour commettre un attentat suicide sur un poste frontière afghan. Estimant avoir été floué, il a raconté son odyssée à notre reporter dans sa prison près de Kaboul.

Lorsque le détenu Abed, condamné à une peine de réclusion de vingt ans, est amené dans le bureau du surveillant chef, au sein du bloc 7 de haute sécurité de la prison de Pulli Charkhi, son allure n'est pas différente de n'importe quel jeune homme du peuple qu'on rencontre dans les bourgades du Pendjab, province orientale du Pakistan. Visage caramel ourlé d'une barbe noire et coiffé d'un petit bonnet brodé, saroual-kamiz beige, sandales hors d'âge, Abed ressemble à tous ces pauvres travailleurs intermittents qui louent leurs bras à la petite semaine pour échapper au chômage. Il s'assoit calmement, refuse poliment de prendre un morceau de pastèque amenée par les gardiens et, dans ce bureau sommaire où flotte une légère odeur de fromage rance, il commence, dès notre première question, à raconter en dari son hallucinante mésaventure.

Né en 1987, fils aîné d'un Pendjabien parti travailler en Arabie saoudite, Abed quitte l'école dès l'âge de 11 ans. Avec ses quatre frères et ses deux sœurs, il vit à Multan, chez sa mère, femme au foyer nourrissant sa famille grâce aux mandats que lui envoie son mari. La plupart du temps il est au chômage, mais travaille un moment comme apprenti chez un boulanger. Son frère cadet se débrouille mieux, qui trouve un emploi fixe dans une fabrique artisanale de meubles. En 2007, un loueur de main-d'œuvre lui trouve un contrat à 150 roupies (3 dollars) par jour, pour travailler à Karachi, dans le quartier de Manzoor Colony, dans une PME qui fabrique des bonbonnes d'eau réfrigérée en plastique. Là, un certain Abdul Rafur, originaire comme lui de Multan, mais employé d'un niveau supérieur - il est peintre d'affiches publicitaires - se lie d'amitié avec lui. Comme Abed, Abdul Rafur n'est pas un musulman très strict : il ne se rend à la mosquée que pour le prêche du vendredi. À l'occasion des vacances de l'Aïd-el-Kébir, en décembre 2007, tous deux rentrent ensemble à Multan, pour célébrer en famille la grande fête musulmane. Le surlendemain, Abdul Rafur propose à son ami de l'emmener à ses frais visiter les magnifiques montagnes du Waziristan.

Le piège de l'endoctrinement
À leur descente d'autocar à Wanna, Abdul Rafur et Abed se dirigent à pied vers le bazar, où le premier offre au second un somptueux dîner. Puis Abdul Rafur amène Abed «chez de vieux amis», où les deux jeunes hommes vont passer la nuit. Le séjour se prolonge ; les hôtes sont d'une amabilité parfaite ; Abed ne saisit pas tout de suite qu'il est tombé chez des talibans. Au demeurant, ne lisant jamais les journaux, il ne sait pratiquement rien sur eux. Ces charmants garçons de Wanna commencent à lui enseigner le Coran et les «hadiths» du Prophète. Cette formation plaît à Abed, qui aspire à devenir un bon musulman. Puis les talibans commencent à montrer à Abed des vidéos sanglantes, présentant les corps déchiquetés de femmes et d'enfants, «massacrés dans les villages par les bombes lâchées par les drones» des Américains, qualifiés de «grands ennemis de l'islam et des musulmans».

«J'ai tout de suite été choqué. J'ai senti quelque chose de très fort dans mon cœur. Comment ces Américains pouvaient-ils se permettre de tuer des femmes et des enfants qui ne leur avaient rien fait ?», poursuit Abed de sa voix douce, tout en refusant la cigarette que lui offre notre interprète.

À la fin de son premier mois à Wanna, Abed réalise qu'il ne voit plus son ami Abdul Rafur dans les parages. «Oh, il est parti il y a deux jours, lui expliquent ses nouveaux amis talibans, mais, toi, tu peux rester chez nous autant que tu voudras.»

Entrecoupées de prières et de repas délicieux, les séances d'endoctrinement religieux et politique se poursuivent. Un soir, Abed est présenté au mollah Nazir, 35 ans, grand chef taliban de Wanna, qui l'accueille avec chaleur, lui offrant immédiatement son amitié. Au bienveillant et pieux Nazir, qui ne se déplace jamais sans son colt à la ceinture et trois gardes du corps armés de kalachnikov, tout le monde s'adresse avec grand respect.

Lors d'une séance d'enseignement religieux, les talibans révèlent à Abed un «hadith» du Prophète dont il n'avait jusque-là jamais entendu parler : «Celui qui meurt en martyr dans la guerre sainte obtiendra, le jour du Jugement dernier, que Dieu fasse passer 70 membres de sa famille directement de l'enfer au paradis.»

Quelques semaines plus tard, un soir qu'Abed se trouve en tête-à-tête avec lui, invité à prendre le thé, il ose lui dire : «Cheikh Nazir, je suis profondément révulsé par ce que ces étrangers font aux musulmans. Comment pourrais-je participer à la guerre sainte que vous menez ?

- Mon cher Abed, je suis désolé, tu es jeune et sans expérience militaire, je ne peux me permettre de t'emmener au combat contre les infidèles avec mes hommes !

- Mais, cheikh Nazir, j'aimerais tellement me rendre utile, et avoir ma part dans votre djihad !

- Franchement, le seul moyen que je vois pour te faire participer à notre djihad est que tu te fasses exploser au milieu des soldats infidèles. Mais tu sais, tu n'es pas obligé d'accepter. Même chez nous, les héros sont rares. Quelle que soit ta décision, tu resteras toujours notre ami…

- Cheikh Nazir, ma décision est prise, je suis prêt à sacrifier ma vie pour l'islam !»

À partir de ce moment-là - le lavage de cerveau a duré en tout plus de cinq mois -, les choses vont aller très vite.

«Juste avant d'appuyer sur le bouton, n'oublie pas de crier “Allah Akbar” !»
Un matin, Nazir arrive avec deux talibans, dont il ne donne pas les noms à Abed. Le mollah lui dit : «Ces deux hommes vont te conduire à ta cible, qui est un check-point ( dans son dari rustique, Abed utilise le mot anglais). Tous les soldats qui tiennent les check-points sont des infidèles. Tu feras exploser le camion qu'on te confiera au milieu d'eux. Prends cette grenade. Au cas où les détonateurs n'auraient pas fonctionné, sors du camion, mêle-toi aux soldats et fais-toi exploser. Surtout, ne te fais pas prendre vivant !»

Les deux talibans et Abed quittent aussitôt Wanna dans une vieille Datsun, direction plein ouest. Bientôt ils laissent les lacets montagneux de la route goudronnée pour un chemin de terre. Vers midi, ils s'arrêtent, pour faire ensemble ce qui devra être la dernière prière terrestre d'Abed. Ils repartent, franchissent la frontière internationale à un endroit non gardé et vide de toute présence humaine. Les voici dans la province afghane du Paktika, ayant laissé derrière eux la zone tribale pakistanaise du Waziristan. Mais Abed n'en sait rien.

La Datsun rejoint bientôt une route de bien meilleure qualité. Sur le bord, un vieux camion peinturluré et bâché les attend. Son chauffeur se met immédiatement à apprendre à Abed à le conduire : «Tu passes la seconde, et tu restes comme ça jusqu'au check-point. En conduisant, tu ne cesseras de chuchoter Allah Akbar» (Dieu est grand). Le nouveau taliban désigne à Abed quatre boutons répartis sur le tableau de bord. «Chacun est relié à un détonateur. Si le premier ne fonctionne pas, tu appuies sur le second, et ainsi de suite jusqu'au quatrième. Si l'explosion ne se fait toujours pas, voici un cinquième bouton. Tu le presses, il nous enverra un signal, et nous activerons immédiatement le détonateur à distance que nous avons installé comme dispositif de secours. Tu as bien compris ?»

Les trois talibans étreignent chaleureusement Abed. Alors qu'il grimpe dans la cabine, ils lui hurlent, couvrant le bruit du moteur, une dernière instruction : «Juste avant d'appuyer sur le bouton, n'oublie pas de crier très fort “Allah Akbar” !»

Au bout de quelques kilomètres, Abed distingue le check-point. Il doit ralentir car il y a des voitures qui y font la queue. C'est plein de militaires en uniforme.

«Je suis surpris. Ils ne sont pas blancs ! Je les entends se parler en pachtoune et en dari. Certains, à l'écart, ont retiré leur casque, pour faire leur prière sur un petit tapis. Il n'y a pas là un seul étranger. Je réalise soudain que je ne suis entouré que par des musulmans ! Il n'y a pas ici un seul infidèle ! Nazir m'a menti ! Je me sens floué. Je descends du camion, m'approche d'un officier de police et lui tends la grenade, que je n'ai pas dégoupillée.»

L'officier emmène Abed dans son bureau, qui lui raconte toute son histoire. Puis l'officier lui explique où il se trouve : au poste frontière afghan officiel de la bourgade d'Angora Ada, province du Paktika. Abed réalise qu'il a fait une boucle du nord au sud en territoire afghan, d'abord dans la Datsun, puis au volant du camion. L'officier invite Abed à dîner et à passer la nuit chez lui. Le lendemain, Abed est confié à un détachement de l'ANA (Armée nationale afghane), qui le conduit, pour interrogatoires, au bureau provincial des services de renseignements afghans. Ce n'est que quarante jours plus tard qu'Abed fera son entrée au bloc 7 de la prison de Pulli Charkhi, où il croupit maintenant depuis quinze mois.

Placé dans une cellule de quatre, en compagnie de trois détenus de droit commun, Abed passe ses journées à faire des petits travaux d'artisanat et à lire le Coran. Il ne manque jamais de faire ses cinq prières quotidiennes.

Lorsque nous lui demandons ce qu'il dirait au mollah Nazir et à son agent recruteur Abdul Rafur si, par extraordinaire, il les avait un jour en face de lui, Abed répond avec un sourire triste : «Je les regarderais droit dans les yeux et je ne leur dirais qu'une seule chose : au nom de Dieu, pourquoi, pourquoi, pourquoi avez-vous détruit ma vie ?»
(Le Figaro)

mercredi 19 août 2009

Obama plaide pour la patience en Afghanistan

À Phoenix (Arizona), lundi, lors d'une convention de vétérans, Barack Obama a rappelé que la mission américaine serait longue et difficile. Crédits photo : AP
Par Laure Mandeville
Le président américain veut injecter plus de moyens civils et militaires pour gagner «les cœurs et les esprits» de la population afghane.

Il faut avoir écouté l'ambassadeur américain Richard Holbrooke présenter jeudi dernier sa «stratégie civile » pour l'Afghanistan et le Pakistan pour mesurer l'ambition - et les risques - de la nouvelle politique afghane de l'Amérique. Flanqué d'une armée d'éminents stratèges et autres techniciens agricoles et financiers, l'«émissaire spécial » de Barack Obama a exposé pendant deux heures comment l'Amérique entendait compléter sa stratégie strictement militaire en œuvrant à la reconstruction de l'Afghanistan. Relance d'une agriculture qui emploie près de 80 % de la population afin de la détourner de la culture omniprésente du pavot ; construction d'écoles ; lutte contre la corruption des ministères ; sécurisation de réseaux de téléphones portables pour que la population puisse échapper aux «discours de haine » des talibans, présents sur les radios locales ; contre-propagande… La liste des missions projetées par l'oncle d'Amérique avec l'aide de ses militaires et de quelque 4000 agents civils est colossale.

Bien éloigné des promesses de la nouvelle équipe de «revoir à la baisse » la mission pharaonique de l'Administration Bush de créer un «Afghanistan démocratique », le projet suscite une nervosité croissante. La peur d'un «nouveau Vietnam » affleure. Le président lui-même l'a reconnu, dans un discours prononcé lundi : «L'insurrection en Afghanistan n'a pas commencé du jour au lendemain. Nous ne pourrons pas la vaincre du jour au lendemain. Ce ne sera pas rapide. Ce ne sera pas facile. »

Offensive de charme
L'Administration estime que la destruction des «havres » terroristes d'al-Qaida - son but ultime - ne sera possible que si elle empêche le retour des talibans au pouvoir à Kaboul. Un objectif voué à l'échec si l'opération ne s'accompagne pas d'une offensive de charme destinée à gagner «les cœurs et les esprits » afghans. L'Administration a jugé le dossier suffisamment urgent pour limoger en juin l'ancien commandant en chef des troupes américaines en Afghanistan David McKiernan, vu comme trop traditionnel. C'est le général Stanley McChrystal, l'un des fers de lance du surge (la «montée en puissance ») irakien, qui lui a succédé. Il a déjà annoncé qu'il réduirait drastiquement les opérations militaires lourdes et les bombardements, car «frapper l'ennemi avec un marteau » ne marche pas en contre-insurrection. McChrystal compte arrêter la chasse systématique aux talibans pour sécuriser les populations, afin de prendre à l'ennemi «la seule chose dont il a absolument besoin… le soutien du peuple ».

Parallèlement aux «troupes civiles » d'Holbrooke, les hommes de McChrystal seront chargés de porter eux-mêmes la bonne parole et les dollars américains dans les villages, un peu à la manière des sections françaises spéciales pendant la guerre d'Algérie. Dans un reportage de CNN, cette semaine, on voyait des bidasses se livrer à des distributions de crayons aux enfants, tout en faisant part de leur crainte d'être frappés à l'improviste par des talibans cachés parmi les civils. Cette année a été la plus meurtrière depuis le début de l'opération américaine en Afghanistan en 2001. Du coup, des voix s'élèvent à Washington pour réclamer une augmentation du contingent. Le président a déjà décidé l'envoi de 21 000 hommes supplémentaires en juin, portant le nombre des boys américains à 68 000. Des rumeurs affirment que le général McChrystal pourrait réclamer une rallonge de 10 000 à 20 000 hommes. Le conseiller à la sécurité nationale d'Obama aurait toutefois prévenu les généraux qu'une telle requête serait peu appréciée, vu l'ampleur du déficit budgétaire.

Autre casse-tête : la nature corrompue et féodale du pouvoir afghan qui pourrait prendre en otage le surge américain, si les élections échouent à lui conférer une légitimité. «Nous ne sommes pas un pouvoir colonial et ne pouvons pas nous substituer à l'État afghan, mais notre succès en dépend », avertissait récemment l'expert militaire Andrew Exum, parlant «d'une contradiction susceptible de peser lourd dans les prochains mois ».
(Le Figaro)

De Funès, une certaine image de la France

Par Jean-Luc Douin
Fils de Carlos de Funès de Galarza, avocat sans cause puis négociant en perles fines qui, grugé, disparaît un beau jour en ayant laissé sur la berge d'un canal sa paire de chaussures, son chapeau et une lettre (on retrouvera sa piste au Venezuela), Louis de Funès voulait être pianiste de bar.
Métier ingrat qui, après une période de "nouilles grises", le pousse, en 1945, à s'inscrire au cours Simon, où il est paralysé par le trac.

Reconstituer la biographie de cet histrion trépignant, dont la particularité est "d'avoir su être génial dans de mauvais films", n'était pas chose aisée. Bertrand Dicale s'en tire avec brio.

Il y a quelque chose d'héroïque dans ce livre qui détaille consciencieusement les navets où de Funès est figurant et silhouette, nous livrant le budget de Mission à Tanger (1949) d'André Hunebelle (le comédien y lâche cette réplique mémorable à un officier espagnol : "Allez-y franco, mon général !"), ou le nom des deux salles de Nice où sortit Légère et court vêtue, de Jean Laviron.

Fruit d'une grosse enquête, truffé d'encadrés, ce livre ne se contente pas d'être un document sur le sous-cinéma français de 1945 à 1965. On y voit percer peu à peu celui qui deviendra star à 50 ans, après avoir été vilipendé. A l'époque où Jacques Tati et Darry Cowl sont vedettes, Louis de Funès est le valet survolté des comédies de seconde catégorie. Mais au théâtre, de Poppi à Pouic-Pouic (où il est propulsé financier), au cinéma, à partir du Gendarme de Saint-Tropez (1964), un comique s'installe (survolté, grimaçant), un mythe se crée.

De Jambier, 45, rue Poliveau, épicier à béret se livrant au marché noir et fustigé par Gabin dans La Traversée de Paris (1956), au maréchal des logis-chef de la Côte d'Azur et à ses rôles emblématiques, le personnage qu'il fait émerger renvoie une certaine image de la France : avare, crispée sur le portefeuille, égoïste, raciste, bornée, symbole du patriarcat d'Etat, de la pensée bourgeoise, de l'économie capitaliste. Est-il bon, est-il méchant, ce type sur pile électrique qui se montre faible devant les puissants, méchant devant les faibles ? A chacun de se faire son opinion, et peut-être d'y voir une réincarnation de Polichinelle, le détestable attirant la sympathie.
(Le Monde)

Louis de Funès, grimaces et gloire, de Bertrand Dicale. Grasset, 528 p., 20,90 €.

mardi 18 août 2009

En Nouvelle-Calédonie, «nous sommes toujours dans une colonie»

Condamné fin juin à un an de prison ferme, le syndicaliste GERARD JODAR a vu sa demande d'aménagement de peine rejetée. Il évoque pour «Libération» sa détention et la situation du peuple kanak

INTERVIEW
Par MATHIEU ECOIFFIER

C’est un véritable document que publie Libération : un entretien avec Gérard Jodar, président du syndicat indépendantiste de Nouvelle-Calédonie, l’USTKE (Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités). Condamné à un an de prison ferme, fin juin, pour entrave à la circulation d’un avion, il est l’un des très rares syndicalistes à être emprisonnés en France – le juge d’application des peines du tribunal de grande instance de Nouméa vient d'ailleurs, ce lundi, de rejeter la demande d’aménagement de peine formulée par les avocats du président de l’USTKE.

Gérard Jodar explique les conditions de sa détention ainsi que la situation sur le Caillou. Ses proches lui ont fait parvenir les questions que nous lui avons posées par écrit.

D’abord, comment allez-vous ?
Je vais très bien car je suis soutenu par beaucoup de militants, par un collectif et par ma famille. Je suis au Camp Est, seule prison du pays, et cette expérience est très enrichissante. Les constats que je fais sont terribles. D’abord, 97 % des détenus sont des jeunes Kanaks. La prison, prévue pour 190 détenus, en compte 417. Nous sommes cinq ou six dans les cellules crasseuses de 11 m2. Nous avons droit à une demi-heure de promenade le matin et l’après-midi dans une petite cour. Il n’y a aucune structure de formation en interne pour permettre la réinsertion de tous ces jeunes détenus. Nous n’avons droit qu’à deux visites d’une demi-heure par semaine. La nourriture est loin de correspondre aux besoins et aux normes. Quand je pense que la France est le pays des droits de l’homme… Bravo ! Il faut qu’une mission parlementaire vienne faire un constat et atteste de ce que je dis. Du côté du personnel pénitentiaire, les choses ne sont pas mieux : sous-effectifs, mauvaises conditions de travail, les gardiens sont découragés. Nous sommes toujours dans une colonie et pas très loin de l’époque du bagne.

Que vous reproche-t-on ?
Nous sommes victimes de l’acharnement de l’Etat au travers de l’action des forces de l’ordre et du parquet de Nouméa. Cela fait deux fois depuis début 2008 que nous sommes chargés par plusieurs centaines de policiers et gardes mobiles, alors que nos mobilisations, dans le cadre de grèves générales licites, étaient pacifiques. Dans le dernier conflit, celui d’Aircal [une compagnie aérienne locale, ndlr], lors de l’assaut violent des forces de l’ordre, nous avons été contraints de nous réfugier à vingt-huit dans deux avions dont les portes étaient ouvertes pour nous protéger et attendre la fin des affrontements. Nous sommes tous passés devant le tribunal, et pour des faits strictement identiques, les condamnations vont de l’amende à douze mois ferme pour le responsable de notre fédération BTP et moi-même, en passant par la prison avec sursis. Ces décisions sont totalement discriminatoires, voire surréalistes. Il n’y a eu aucune instruction malgré la requête de nos avocats, et ce fut un procès exclusivement à charge.

En vous maintenant en détention, ne fait-on pas de vous un symbole de la résistance aux autorités et au patronat calédoniens ?
Etre un symbole ne fait pas partie de mes ambitions. Je veux être et rester avant tout un militant qui se bat pour plus de justice sociale, pour une juste et effective répartition des richesses, pour le rééquilibrage en faveur du peuple kanak, pour la construction d’un pays multiculturel dans le cadre d’une communauté de destin. Malheureusement, ici, il vaut mieux tenir un discours politicien que faire preuve de sincérité et d’honnêteté intellectuelle. Le patronat, en grande partie, n’aime pas l’USTKE car notre syndicat n’hésite pas à se mobiliser et dénonce la répartition aberrante des richesses. Un quart de la population est en dessous du seuil de pauvreté et une autre partie de cette population vit dans l’opulence et le luxe.

Pour le haut-commissaire de la République, Yves Dassonville, «Aircal est un prétexte. Ce qui est fondamentalement recherché par l’USTKE, c’est de créer de la tension». Que pensez-vous de cette affirmation ?
Dans notre pays, il faut que certains arrêtent de fantasmer. Depuis la prison, j’ai entendu tout et n’importe quoi sur ce conflit. Si, comme nous l’avions souhaité, les négociations avaient débuté dès le départ de la grève, et non plusieurs mois après, le conflit aurait été réglé de suite, et rien de ce qui s’est produit n’aurait eu lieu. Mais comme je vous l’ai dit, il ne faut jamais occulter le fait que nous sommes un syndicat indépendantiste et que l’Etat, le patronat et la droite locale ne rêvent que d’une chose, voir l’USTKE disparaître. Là encore, il faut qu’ils arrêtent tous de fantasmer.

José Bové accuse Yves Dassonville «de jeter de l’huile sur le feu». Partagez-vous cette analyse ? Pensez-vous qu’il doive rester en fonction ?
En trente ans, je n’ai jamais vu un haut-commissaire donner des instructions aussi brutales et tenir un discours aussi radical sous prétexte de maintenir l’ordre public. Nous ne sommes pas dans un pays de voyous, comme il se plaît à nous traiter. Il n’a pas su tenir compte de la culture du pays et c’est grave. Il est effectivement préférable qu’il soit muté ailleurs et que quelqu’un de plus diplomate prenne sa place.

Alors que le conflit s’envenime, on constate une mobilisation des jeunes aux côtés de l’USTKE. Comment expliquez-vous ce front commun ?
Je voudrais avant tout dénoncer les propos du haut-commissaire qui a déclaré que l’USTKE enrôlait et armait la jeunesse afin de l’utiliser contre l’Etat et déstabiliser le pays. Encore une déclaration qui illustre bien sa méconnaissance de la réalité. Je voudrais aussi dire que je condamne le saccage et le pillage des commerces ou d’installations publiques. J’ai la chance de fréquenter beaucoup de jeunes : ils ne croient plus à la politique d’aujourd’hui, n’ont plus confiance dans les institutions et n’ont aucun débouché professionnel. Lorsqu’on n’a plus d’espoir dans l’avenir, voire plus d’avenir, eh bien on réagit par réflexe ! On voit des syndicalistes se faire taper dessus par les forces de l’ordre, on entend des discours radicaux tenus à leur encontre, qu’est-ce que se disent alors les jeunes ? Battons-nous à leurs côtés, peut-être que cela créera une prise de conscience qui pourrait apporter un changement des comportements en notre faveur. La jeunesse est l’avenir du pays, ne pas la prendre en compte, c’est ruiner tous les espoirs de vivre un jour dans un pays où chacun aura sa place.

Qu’attendez-vous aujourd’hui du gouvernement et de Marie-Luce Penchard, la secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer ?
Le gouvernement français se doit de respecter intégralement les dispositions de l’accord de Nouméa de 1998. Ces accords doivent conduire à une vraie décolonisation, et il est donc fondamental que la sincérité prévale dans cette démarche. Si le peuple kanak et les citoyens du pays se sentent trahis, leurs réactions seront fortes. Marie-Luce Penchard est venue pour la première fois chez nous et elle n’a pas pris la mesure des choses. Elle est restée dans le superficiel aux côtés de ses collègues de la droite locale. C’est dommage.

Le Medef local accuse votre organisation de prendre en otage l’économie calédonienne…
Le Medef local, qui vient d’ailleurs de se diviser, n’a qu’une démarche, celle d’accentuer les profits pour une minorité sous l’habillage du développement économique. De nombreux patrons gagnent beaucoup d’argent chez nous mais placent cet argent ailleurs. Le Medef local est fondamentalement anti-indépendantiste et n’arrête pas de nous dire qu’ici, c’est la France. Alors pourquoi le salaire minimum est-il plus bas chez nous, pourquoi les avantages sociaux sont-ils inférieurs ? Lorsqu’on pose la question à certains patrons, ils nous répondent : "Estimez-vous heureux qu’on vous donne du travail !"

Quels sont les liens entre l’USTKE, la CGT et le NPA d’Olivier Besancenot ?
Des liens forts, fraternels, qui doivent renforcer notre détermination à faire changer les choses. Lors de la dernière campagne électorale, nous avons choisi pour slogan "Un autre monde est en marche" parce que nous avons la chance d’être des hommes de terrain et que les constats que nous faisons jour après jour sont écœurants. L’argent se concentre sur une minorité alors qu’une majorité vit de plus en plus mal. La plupart des discours politiques sont trompeurs, et dans un petit pays comme le nôtre, ils sont téléguidés par le patronat.

Qu’est-ce qui a changé depuis les accords de Matignon de 1988 ?
L’USTKE a été la seule organisation syndicale à avoir signé les accords Matignon-Oudinot par la plume de son président fondateur, Louis Kotra Uregei. Ces accords ont été dans un premier temps un "cessez-le-feu" qui mettait un terme aux événements de 1984-1988. Ces accords, suivis par ceux de Nouméa, doivent, pour nous, conduire à la reconquête de la souveraineté. Cette souveraineté devrait nous permettre de gérer notre pays en toute responsabilité. Choisir notre système de développement social, économique, de santé, d’enseignement. Décider de nos relations internationales. Les accords doivent donc s’inscrire dans cette démarche afin que nous construisions ensemble ce pays multiculturel pour lequel nous nous battons. Mais avec un préalable très important, celui de restituer au peuple kanak sa place légitime de peuple autochtone, seul peuple colonisé, au centre du nouveau pays. Malheureusement, beaucoup trop de gens encore font croire que l’indépendance, c’est la pauvreté, l’anarchie, l’exclusion de ceux qui ne veulent qu’une chose, que surtout rien ne change, car ils vivent richement et égoïstement. Il faut aussi dire que les donneurs de leçon n’arrêtent pas de parler de démocratie et de liberté dans un pays où il n’y a qu’une chaîne de télévision, appartenant à l’Etat, un seul quotidien et cinq stations de radio. Dans ces conditions, comment pouvez-vous imaginer qu’il y ait une réelle liberté de parole ? Alors bien évidemment, les responsables politiques de droite en profitent pour diffuser un discours systématiquement basé sur "heureusement que nous sommes français, sinon !!!" J’ai déjà demandé des débats publics portant sur notre approche de l’indépendance avec des élus de droite sur le plateau télé de RFO ou sur les ondes radio. Pour l’instant, on nous rétorque que personne ne veut s’abaisser à dialoguer avec nous sur ce thème. Je voudrais aussi dire que nous sommes indépendantistes mais pas antifrançais, et cet amalgame, encore trop utilisé, est indigne.

Les récents troubles sont-ils dus à la grosse vague d’immigration métropolitaine que la Nouvelle-Calédonie connaît depuis dix ans ?
Effectivement, depuis que la paix civile est revenue dans le pays, nous assistons à une vague de plus en plus importante d’immigration en provenance de France. Le peuple kanak et ceux qui ont été reconnus comme victimes de l’histoire vont devenir minoritaires si rien n’est fait. Nous avons demandé qu’un texte soit voté pour protéger l’emploi en faveur de cette population. Un texte a bien été préparé, mais il ne répond pas assez fortement à nos aspirations. Quand on connaît la crise économique que traverse la France et la facilité avec laquelle ceux qui débarquent arrivent à trouver du travail au détriment de ceux qui sont citoyens du pays, on ne peut qu’être choqué. Vous savez, dans les tribus ou les quartiers populaires et les squats de Nouméa, la capitale est appelée "Ville Blanche" parce qu’il n’y a plus que des Européens. Il faut stopper cette immigration qui n’a comme but que la mer, le soleil et le fric.

Comment voyez-vous la situation dans le pays ?
Si toutes les compétences régaliennes sont bien transférées avant le référendum de 2014, si les discours de la peur cessent, si la volonté de construire un pays prospère dans le cadre d’une réelle communauté de destin par le rééquilibrage est effectivement mise en œuvre, tous les espoirs sont permis. Dans le cas contraire, faute d’émancipation par la réparation des dommages dus à la colonisation, l’espoir sera alors vain.
(LIBERATION)

lundi 17 août 2009

Barenboïm, déjà dix ans au service de la paix

Daniel Barenboïm au milieu de son orchestre. Crédits photo : AP
Réunissant de jeunes musiciens israéliens et arabes, le West Eastern Divan Orchestra commencera sa tournée européenne à Salzbourg.

Par Christian Merlin
Dix ans déjà ! C'est en 1999 que Daniel Barenboïm a fondé le West Eastern Divan Orchestra, avec son ami Edward Said, historien de la littérature et intellectuel palestinien. Par son titre, référence au recueil de poèmes de Goethe Le Divan occidental et oriental, où l'écrivain allemand inventait dans les années 1820 la notion de «littérature universelle», cette initiative se plaçait d'emblée dans l'héritage de l'humanisme.

Rien n'indiquait au départ que cet orchestre symphonique réunissant pour deux tournées, en hiver et en été, des mu siciens israéliens et arabes, aurait une telle longévité. Au fil des ans, l'orchestre a su maintenir un nombre égal d'israéliens et d'arabes, le tout renforcé par quelques Espagnols. Dix ans après, la tournée de janvier dernier les a conduit encore une fois dans les plus grandes salles du monde : Berlin, Moscou, Vienne, Milan.

Mais ni au Qatar ni au Caire où ils auraient dû se produire : concerts annulés pour raisons de sécurité, comme presque toutes les fois où Barenboïm essaie de faire jouer son orchestre au Proche-Orient. Presque, car personne n'a oublié le concert de Ramallah, retransmis par Arte en 2005 et si riche de symboles.

De fait, il s'agit bien d'un symbole : Barenboïm n'a jamais prétendu résoudre le conflit is raélo-palestinien par la musique. L'homme est tout sauf naïf. Mais il est têtu, ne craint per sonne et met les pieds dans le plat. Israélien, il est impitoyable envers les gouvernements successifs de son pays : convaincu que «les Juifs ont cessé d'être une minorité depuis qu'ils sont devenus une nation», il estime que son peuple se montre indigne de ses responsabilités en humiliant ses voisins.

Et il le fait savoir. Par exemple à la Knesset, le Parlement israélien : lors de la remise du prestigieux prix Wolf, il y tint un discours acéré, qui conduisit plusieurs députés à le traiter de traître ou de voyou. Les mêmes qui exigèrent qu'il soit déchu de la nationalité israélienne lorsqu'il prit, autre signe fort, un passeport palestinien.

Le rôle d'épine dans le pied
Mais Barenboïm ne désarme pas : «Quand un Juif jette du pain rassis aux pieds d'un of ficier SS en disant “c'est assez bon pour un non-Juif” , c'est une démonstration de courage. Quand un juif jette du pain rassis aux pieds d'un Palestinien en disant “ c'est assez bon pour un non-Juif” , c'est de l'inhumanité primitive.» Con vaincu qu'aucune so lution militaire ne réglera le conflit, il milite à travers l'exemple de son orchestre, jouant le rôle d'épine dans le pied, d'éveilleur de consciences, celui que jouait autrefois Yehudi Menuhin.

Il fallait le voir, au mois d'août dernier, lors du concert de clôture du West Eastern Divan à la Salle Pleyel : alors que d'habitude le chef serre la main du premier violon (en l'occurrence son fils Michael…), à la rigueur celle des chefs de pupitre des cordes, Barenboïm prit vingt minutes pour embrasser chacun des cent musiciens de l'orchestre.

Symboles musicaux aussi : en faisant jouer par son orchestre la musique de Wagner, toujours officiellement interdite en Israël, il rompait une digue. Sans oublier cette expérience bouleversante : alors qu'il avait donné le choix aux musiciens juifs de jouer ou non, il proposa à une jeune Israélienne réticente de quitter l'orchestre parce qu'il la voyait pleurer en jouant Wagner, mais elle lui répondit : «Je ne pleure pas parce que ça me dégoûte, mais parce que je trouve ça beau.»

Cette année, Barenboïm et le Divan donnent le Fidelio de Beethoven, hymne à la fraternité qui se conclut par une citation de l'Ode à la joie de Schiller, le poème qui servira de base au message de tolérance de la Neuvième Symphonie : encore un symbole.
(Le Figaro)

» Les 14 et 16 à Salzbourg, à 21h, le 19 à Bayreuth, les 21 et 22 à Londres.

Bernard Debré : «Il faut une loi contre la burqa»

«Quand bien même cela ne toucherait que quelque 300 femmes, il faut légiférer», déclare Bernard Debré à propos de la burqa. Crédits photo : Le Figaro

Bernard Debré, député UMP de Paris, revient sur le voile intégral, la grippe A et le redécoupage électoral.
Propos recueillis par Bruno Jeudy

LE FIGARO. - Vous aviez poussé un coup de gueule en juillet sur le manque de vigilance vis-à-vis de la grippe A (H1N1). Que pensez-vous des mesures annoncées par le ministre de l'Éducation ?
Bernard DEBRÉ. - J'approuve le plan proposé par Luc Chatel. L'hypothèse maximaliste de fermer toutes les écoles est logique. Il applique le principe de précaution. J'espère qu'on n'en arrivera pas là. Maintenant fallait-il l'annoncer avec tant de tapage ? Doser la communication dans ce genre de question est toujours une difficulté. Ce qu'il faut savoir, c'est que la grippe A n'est pas dangereuse. Le nombre de victimes est d'ailleurs probablement bien supérieur aux mille cas annoncés officiellement. La grippe A est essentiellement un problème économique qui va considérablement pénaliser les entreprises.

Êtes-vous favorable à une loi contre la burqa ?
Il faut une loi. La burqa représente quelque chose d'inacceptable pour la femme. C'est une humiliation à la fois pour la femme et pour les passants qui voient ses filles grillagées. C'est peut-être acceptable dans les pays musulmans qui la prônent, mais certainement pas en France. Quand bien même cela ne toucherait que quelque 300 femmes, il faut légiférer. On le voit bien avec cette dernière affaire du burkini, c'est-à-dire cette femme qui s'est présentée dans une piscine municipale. Il existe des règles d'hygiène et de bienséance dans les piscines publiques qui s'appliquent partout. Et ça, ça ne se discute pas !

En tant que député de Paris, vous êtes concerné par le redécoupage électoral. Comment le jugez-vous ?
C'est un bon redécoupage. Il n'y a pas d'anomalie flagrante. Le secrétaire d'État Alain Marleix a travaillé équitablement. Les socialistes ont tort de polémiquer. En 1986, lors du précédent redécoupage, ils avaient protesté. Cela ne les a pas empêchés de gagner en 1988 et en 1997. À Paris, il y aura certes des problèmes personnels aux uns et aux autres. Mais ils seront résolus par les partis respectifs.
(Le Figaro)

La France obtient la libération de Clotilde Reiss

Clotilde Reiss (ici lors de sa comparution devant le tribunal de Téhéran, le 8 août) ne peut pas, pour l'instant, quitter l'Iran. Crédits photo : AFP

Par Valérie Samson
La jeune universitaire française est sortie de prison dimanche soir après le versement d'une caution de plusieurs centaines de milliers d'euros. Toujours sous contrôle judiciaire, elle est hébergée à l'ambassade de France à Téhéran.

«Soulagée.» C'est par ces mots que la Française Clotilde Reiss, détenue en Iran depuis le 1er juillet pour avoir participé à des manifestations postélectorales, a commenté dimanche soir sa sortie de prison lors d'une conversation téléphonique avec le président de la République, Nicolas Sarkozy, ainsi qu'avec son épouse, Carla Bruni. «Elle est en bonne santé et garde un bon moral», a commenté la présidence. Nicolas Sarkozy «lui a exprimé sa joie et son plein soutien ainsi que celui de tous les Français, qui ont suivi avec inquiétude son arrestation et la procédure judiciaire à laquelle elle est soumise. Il a relevé la dignité et le courage avec lesquels Clotilde Reiss a affronté cette épreuve», indiquait dimanche soir un communiqué de l'Élysée. Le chef de l'État s'est également entretenu avec Rémi Reiss, le père de la jeune femme de 24 ans.

Le retour en France en suspens
Dans l'entourage de Clotilde Reiss, la prudence reste toutefois de mise. «Je suis soulagée, confiait dimanche soir une de ses amies au Figaro. Son père vient de m'appeler pour m'annoncer la bonne nouvelle. C'est rassurant de la savoir sortie de la prison d'Evin. Mais ce n'est qu'un début. Je reste inquiète car ce n'est qu'une libération conditionnelle. On n'a aucune idée sur la date du verdict ni sur la teneur du jugement qui pourrait être prononcé.»

Son père, Rémi Reiss, ingénieur au Commissariat à l'énergie atomique (CEA), s'est dit fier de la «dignité» manifestée par sa fille durant cette épreuve. «Elle doit commencer à préparer son retour», a-t-il déclaré, comptant sur sa capacité à «mettre de la distance» pour tirer le meilleur de cette expérience».

La question de la date du retour en France de la jeune femme reste posée. Libérée sous caution, Clotilde Reiss demeure sous contrôle judiciaire et ne peut pas, pour l'instant, quitter l'Iran. Elle sera hébergée au moins quelques jours à l'ambassade de France à Téhéran, où elle est arrivée dimanche soir, a indiqué l'Élysée. En attendant que son innocence soit reconnue, Clotilde Reiss sera accueillie à l'ambassade de France à Téhéran qui lui apporte tout le soutien nécessaire pour lui permettre de préparer sa défense et faire reconnaître son innocence, les charges pesant sur elle n'étant pas fondées, a souligné le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner. Les autorités françaises demandent maintenant qu'il soit mis fin au plus vite aux procédures judiciaires à l'encontre de Clotilde Reiss et de Mme Nazak Afshar, que rien ne peut justifier, a ajouté la présidence.

Les autorités iraniennes faisaient durer le suspense depuis plusieurs jours, après que le procureur eut accepté le principe d'une libération sous caution. Le montant de celle-ci n'a pas été divulgué, mais, de sources françaises, il s'élèverait à quelques centaines de milliers d'euros» d'après le Figaro et de 300 000 dollars selon RTL.

«Aveux forcés»
Interrogé dimanche soir sur la rumeur d'une libération au journal de 20 heures sur France 2, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, s'était alors montré évasif. Elle n'est pas libérée pour le moment. J'espère qu'elle sera libérée aujourd'hui, peut-être demain, j'ai bon espoir, avait-il alors répondu. Tout ce que le chef de la diplomatie française sait à ce moment-là, c'est que l'ambassadeur de France en Iran, Bernard Poletti, s'est rendu à la prison de Téhéran où la jeune femme est incarcérée. Il en ressortira vers 21 h 10 avec elle.

Clotilde Reiss est accusée d'espionnage par la justice iranienne pour avoir transmis des e-mails et des photos des manifestations qui ont suivi l'élection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad et d'avoir encouragé les émeutiers. Un chef d'inculpation qui, en Iran, peut valoir cinq ans d'emprisonnement. Elle avait été interpellée le 1er juillet à l'aéroport de Téhéran alors qu'elle s'apprêtait à embarquer pour le Liban avant de regagner la France, après avoir travaillé comme lectrice de français à l'université d'Ispahan pendant cinq mois. La jeune femme avait comparu le samedi 8 août lors d'une audience publique devant un tribunal de Téhéran. Lors de sa comparution, cette passionnée de culture persane avait reconnu avoir rédigé un rapport pour un institut de recherche dépendant de l'ambassade de France. Des aveux forcés, selon ses proches.
(Le Figaro)

CLOTILDE REISS, UNE PASSIONEE D'IRAN
Par Delphine Minoui, correspondante au Moyen-Orient

Clotilde Reiss a fêté ses 24 ans en prison, le 31 juillet dernier. Crédits photo : AFP

PORTRAIT - Enfant, elle est bercée par la douce musique de la langue farsi que parle sa nounou. Adulte, ses recherches la mènent tout naturellement vers Téhéran et sa «deuxième maison».

Pour Clotilde Reiss, l'Iran, c'est avant tout une histoire de cœur. «C'est sa deuxième maison», souffle une de ses amies. Élevée en France par une nourrice d'origine persane, au rythme des douces syllabes de la langue farsi, la jeune fille s'intéresse très vite à ce pays qu'elle ambitionne de mieux découvrir. C'est donc tout naturellement que ses recherches la mènent vers Téhéran. Soutenu en juillet 2008, son mémoire de fin d'études à l'Institut d'études politiques de Lille porte sur le système éducatif iranien et les manuels scolaires depuis la révolution islamique. Pour le mener à bien, elle a pu bénéficier, pendant quelques mois, d'une bourse d'étude de l'Ifri, l'Institut français de recherche en Iran, rattaché à l'ambassade de France.

Avec Ahmadinejad au pouvoir, le contexte politique est plus tendu. Les visas délivrés aux étudiants étrangers se donnent au compte-gouttes. Les études de terrain sont sous haute surveillance. Dotée, selon un ancien professeur, d'un «sens du respect de la culture locale et des règles en vigueur», Clotilde Reiss navigue avec brio entre les mailles de la censure, en évitant les sujets qui fâchent.

De retour en France, une fois ses recherches achevées et son master en poche, elle a vite le mal du pays. Début 2009, elle finit par s'envoler à nouveau pour l'Iran. Direction : Ispahan, la ville des roses, où elle est invitée à enseigner le français à l'université pendant cinq mois. Une occasion rêvée d'approfondir, en parallèle, sa connaissance du pays. Sa routine tourne autour des cours, de la lecture d'ouvrages et de quelques sorties avec des amis iraniens.

«La politique n'a jamais été sa tasse de thé»
Quand d'autres débattent de l'élection présidentielle, elle préfère parler culture et civilisation. «La politique, ça n'a jamais été sa tasse de thé», confie son amie. C'est donc par coïncidence qu'elle se retrouve aux premières loges des manifestations.

Au lendemain du scrutin du 12 juin, l'université d'Ispahan, au sud de l'Iran, devient un des épicentres de la contestation contre la victoire controversée de Mahmoud Ahmadinejad. La tension monte. Des accrochages opposent les protestataires aux forces de l'ordre et aux miliciens islamiques. En France, les copains de Clotilde s'inquiètent. Dans un courriel collectif, daté du 17 juin - dont une copie est accessible sur le site Internet du «comité de soutien à Clotilde Reiss» - elle cherche à les rassurer. «Je vous écris de Téhéran pour vous dire que tout va bien pour moi malgré la crise politique qui touche le pays. Vous n'avez pas de raison de vous inquiéter de mon sort. Non seulement je suis prudente mais surtout les violences ne touchent que les manifestations», écrit-elle, en offrant aux plus curieux quelques liens vers des sites Internet illustrés de photographies des manifestations. Deux semaines plus tard, elle est arrêtée à l'aéroport de Téhéran, alors qu'elle s'apprêtait à embarquer pour Beyrouth, où elle devait retrouver des amis, avant de rentrer en France.

Détenue à la prison d'Evine, elle n'a pu bénéficier que d'une seule visite de l'ambassadeur de France, Bernard Poletti, le 9 juillet. La rencontre a duré 40 minutes. Depuis, les autres rendez-vous ont été annulés. Lors de sa dernière conversation téléphonique avec l'ambassade, à la fin du mois dernier, elle a dit avoir «bon moral», mais elle est «inquiète sur son avenir». Selon son père, ingénieur et expert au Commissariat de l'énergie atomique (CEA), qui n'a pas pu lui parler directement, elle partage sa cellule avec trois codétenues iraniennes. C'est en leur compagnie qu'elle a fêté ses 24 ans, le 31 juillet, derrière les barreaux.
(le Figaro)