dimanche 28 février 2010

Au Rwanda, Nicolas Sarkozy doit trouver les mots justes

Cette semaine, le président Sarkozy se rend à Kigali. Grâce à l'activisme de Bernard Kouchner, la France et le Rwanda ont renoué des relations diplomatiques sans régler leurs différends de fond.

Le gouvernement rwandais et plus encore les survivants souhaitent d'abord une reconnaissance de la responsabilité française dans le génocide. En 1990, après l'offensive du Front patriotique rwandais (FPR), la Belgique arrête son soutien militaire au régime du président Habyarimana et la France prend le relais. Elle s'engage chaque jour davantage : effectifs de l'armée rwandaise multipliés par cinq, fourniture d'armements, entraînement et même engagement direct de soldats français contre le FPR. Sans la France, le régime se serait effondré. Confronté à une offensive à la fois militaire du FPR et politique d'une opposition interne très active, il choisit la fuite en avant dans le génocide. Pendant la préparation de celui-ci et malgré les accords d'Arusha, le soutien de Paris au régime ne faiblit pas. Sans la France y aurait-il eu un génocide ?

La France ne parvient pas à gérer ce passé encombrant. En 1999, une mission d'information de l'Assemblée nationale a reconnu des défaillances mais s'est heurtée au secret-défense et aux demi-vérités des responsables de l'époque (Balladur, Védrine, Léotard). François Mitterrand n'a jamais voulu s'expliquer sur le Rwanda. Les plaintes déposées, parfois depuis près de quinze ans, contre seize présumés "génocidaires" réfugiés dans l'Hexagone restent étrangement bloquées. A l'inverse, dans le cadre d'une instruction du juge Bruguière, une proche du président Kagame, Rose Kabuye, a été arrêtée en Allemagne et transférée en France avant d'être relâchée. Ironie de l'histoire, ce sont les autorités françaises qui semblent aujourd'hui craindre un éventuel procès que Kigali appelle de ses vœux : ce procès pourrait rapidement devenir celui du rôle de la France au Rwanda !

D'autres pays, moins impliqués, ont reconnu leurs erreurs. En 2000, Guy Verhofstadt, le premier ministre belge, a déclaré à Kigali : "La communauté internationale tout entière porte une immense responsabilité. Un dramatique cortège de négligences, d'insouciance, d'incompétences, d'hésitations et d'erreurs a créé les conditions d'une tragédie sans nom. J'assume ici devant vous la responsabilité de mon pays, des autorités politiques et militaires belges. Nous devons d'abord assumer nos responsabilités et reconnaître nos fautes (…) Au nom de mon pays, au nom de mon peuple, je vous demande pardon."
De même, en 1998, Bill Clinton évoquait une responsabilité américaine : "Nous n'avons pas agi assez vite après le début des massacres. Nous n'aurions pas du permettre que les camps de réfugiés deviennent des sanctuaires pour les tueurs. Nous n'avons pas immédiatement appelé ces crimes par leur nom correct : un génocide".

L'implication de la France dans le génocide est un fait avéré. Seul le degré de cette implication reste à déterminer par une enquête sérieuse. Et pourquoi pas par une commission mixte franco-rwandaise ?
Quel secret-défense peut-on opposer quinze ans après des faits de génocide ?

Confronté au rôle des autorités françaises dans le génocide des juifs, Jacques Chirac a su trouver les mots justes dans son discours du Vel D'Hiv. Le président Sarkozy saura-t-il reconnaître la responsabilité – partagée – de la France dans le massacre de centaines de milliers de personnes – hommes, femmes et enfants – qui devaient disparaître pour le seul fait d'être nés Tutsi? La réconciliation sincère entre la France et le Rwanda est à ce prix.

Alain Destexhe, sénateur belge, est à l'origine de la commission d'enquête, dont il est également secrétaire, du Sénat belge sur le génocide au Rwanda. Il a été secrétaire général de MSF en 1994. Il est l'auteur de Rwanda : essai sur le génocide, paru aux éditions Complexe en 1994.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE PARDON SALVATEUR
Guy Verhofstadt, encore, lui, décidément on ne parle plus que de lui a eu l'attitude juste en se souvenant du geste historique de Willy Brandt s'agenouillant devant le monument du ghetto martyr de Varsovie.

Il fallait un fameux courage et une solide dose d'éthique pour oser déclarer en 2000 : "La communauté internationale tout entière porte une immense responsabilité. Un dramatique cortège de négligences, d'insouciance, d'incompétences, d'hésitations et d'erreurs a créé les conditions d'une tragédie sans nom. J'assume ici devant vous la responsabilité de mon pays, des autorités politiques et militaires belges. Nous devons d'abord assumer nos responsabilités et reconnaître nos fautes

Au nom de mon pays, au nom de mon peuple, je vous demande pardon."
Que l'agité Sarkozy inventeur du "bougisme politique permanent" en prenne de la graine. Entre anciens colonisateurs et anciens colonisés, il ne saurait y avoir autre forme de réconciliation profonde. C'est le fondement même d'un dialogue fondé sur le respect réciproque, bref un dialogue interculturel.

'Wij trouwen allemaal als maagd'

© Guillaume Zuili/ Zuil14058

Moslims hebben een dubbele moraal als het over seks gaat. 'Verwacht iemand een buitenechtelijk kind, dan doet iedereen vaak - tegen beter weten in - alsof zijn neus bloedt.' Guillaume Zuili/photo news

Bijna de helft van alle abortussen in ons land gebeurt bij allochtone vrouwen. Omdat ze slecht voorgelicht zijn of anticonceptie vaak te duur is, maar ook omdat ze onder normen gebukt gaan waaraan ze allang niet meer voldoen. 'Veel meisjes hebben seksuele ervaring, maar ze horen bij hun huwelijk wel maagd te zijn. Dus is een operatie of zelfs abortus vaak de enige uitweg.' De Standaard vroeg tien allochtone vrouwen naar hun ervaringen met seks.

'Veertig tot vijftig procent?' Drita, een Albanese uit Kosovo, is verbaasd als ze hoort dat bijna de helft van alle abortussen in België bij allochtone vrouwen gebeurt - maar niet omdat ze dat percentage hoog vindt. Samen met de negen andere vrouwen rond de tafel vormt Drita een team van interculturele bemiddelaars: vrouwen van vreemde origine die andere allochtone vrouwen begeleiden als ze naar de dokter, een oudercontact of de rechtbank moeten (zie inzet).

'Ik had verwacht dat op zijn minst zestig procent van de abortussen hier voor rekening van allochtone vrouwen zou zijn. De voorbije jaren heb ik soms tot tien vrouwen per dag begeleid die een abortus wilden. Veel van hen zijn illegaal in het land en hebben geen geld voor anticonceptie of voor de opvoeding van een kind. Maar vaak gaat het ook om jonge meisjes die wel seksueel actief zijn maar volgens hun traditie tot hun huwelijk maagd moeten blijven.'

FATIMA: 'De meeste moslimmeisjes hier hebben tegenwoordig seksuele ervaring, maar als ze trouwen doen ze alsof ze maagd zijn, want zo hoort het volgens onze traditie. Ze laten hun maagdenvlies gewoon weer dichtnaaien, dat gebeurt heel vaak in Brusselse zieken-huizen. Of ze maken hun man wijs dat ze nog maagd zijn.'

HAMIDA: 'Ik ken vrouwen die met hun dochter of schoondochter naar het ziekenhuis gaan omdat ze een attest willen dat het meisje nog maagd is. Trouwen en geen maagd meer zijn, is een schande. Zelfs rond deze tafel zijn we ermee bezig: we mogen dan wel met elkaar over seksualiteit praten, we trouwen allemaal als maagd - of we dat op ons huwelijk ook écht waren, zullen we elkaar niet vertellen.'

ZAKIA: 'Een vriendin van mij heeft haar huwelijk in Casablanca gevierd en het feest daar kon pas van start gaan als het bewijs van haar maagdelijkheid geleverd was. Dus moesten haar man en zij in een kamertje snel-snel seks hebben. De druk was enorm, op de duur zei ze tegen haar man: “Ga je gang maar, zodat we ervan af zijn., En daarna werd het bebloede doekje op een schaal gelegd en op de dansvloer doorgegeven. Het is een extreem voorbeeld, maar het bestaat. Zelf heb ik het bewijs van mijn ontmaagding alleen aan mijn moeder en schoonmoeder laten zien. Niet dat mijn man erop stond, maar dan was alles onmiddellijk in orde.'

HAMIDA: 'Je kunt natuurlijk ook vals spelen: jezelf even in de arm snijden zodat je bloedt, of verf gebruiken. Sommige vrouwen bloeden niet als ze ontmaagd worden, maar ook daar zijn trucjes voor: citroen bijvoorbeeld. Er is zelfs een boek op de markt dat al die tips bundelt (lacht).'

FATIMA: 'Een van mijn beste vriendinnen had al een relatie achter de rug en was geen maagd meer toen ze de jongen leerde kennen met wie ze wou trouwen. Ze waren al verloofd, maar kort voor het huwelijk vond ze dat ze open kaart moest spelen. Dus vertelde ze hem eerlijk dat ze geen maagd meer was. “Het is erg moedig dat je het mij vertelt,, zei hij, “maar ik kan niet meer met je trouwen., Ik heb haar gevraagd wat ze in de toekomst gaat doen als ze een nieuwe relatie heeft, en voortaan zwijgt ze. “Dan laat ik me wel opereren of zo, maar ik zeg het in elk geval niet meer,, is haar reactie.'

ASMA: 'Volgens de islam is seks voor het huwelijk een zonde, ook voor mannen. Alleen kun je bij mannen niet bewijzen dat ze geen maagd meer zijn, en bij vrouwen wel. Zo is het idee gegroeid dat het voor jongens best oké is om ervaring op te doen, terwijl dat voor meisjes uit den boze is.'

FATIMA (verontwaardigd): 'Maar dat klopt toch niet! Meisjes moeten maagd blijven, maar jongens mogen erop los experimenteren.'

ESRA: 'En hoe kunnen al die jongens ervaring opdoen als de meisjes maagd horen te blijven?'

HAMIDA: 'Ah, daar hebben ze de Vlaamse meisjes voor! Nochtans zegt de Koran: “Blijf maagd tot het huwelijk, maar als een van beide partners dat niet meer is, houd het dan geheim. God zal het u lonen., En toch willen veel moslimmannen nog altijd een vrouw die maagd is.'

MIHAELA: 'Dat is bij de Romazigeuners niet anders, hoor. Romameisjes huwen zo vroeg of worden zo jong uitgehuwelijkt omdat hun ouders bang zijn dat ze anders geen maagd meer zullen zijn. Het belang van maagdelijkheid is ook bij ons erg groot.'

ZAKIA: 'Eigenlijk zijn jullie orthodoxen - of wat ben jij weer, van de Pinksterbeweging, niet? - eigenlijk zijn jullie betere moslims dan wij (lacht). Wist je trouwens dat de Marokkanen in Marokko veel ruimdenkender zijn dan de Marokkanen hier? In Marokko zeggen ze tegen ons: “jullie hebben nog een deksel op jullie hoofd,, waarmee ze bedoelen dat wij nog “achterlijk, zijn.'

HAMIDA: 'In Marokko gaat het tegenwoordig zelfs de andere kant uit. Er is heel veel prostitutie: jonge meisjes die seks hebben louter voor het geld. En ik heb ook gehoord van getrouwde vrouwen die samen een huis huren om er overspel te plegen. Volgens mij is dat echt een tegenreactie: vrouwen die wraak nemen voor decennia van onderdrukking.'

DRITA: 'Ik zou mijn kinderen niet aanraden om met seks te wachten tot het huwelijk, zoals ons op het hart werd gedrukt. Maar ik hoop wel dat ze respect hebben voor hun lichaam.'

HAMIDA: 'Toen ik nog niet getrouwd was, wou ik van mijn vader weten of ik van de islam de pil mocht nemen. “Normaal niet,, zei hij, “je moet op het rechte pad blijven. Maar als je dan toch van dat pad afwijkt, is het aan-gewezen om er niet te veel van af te wijken., Dat vond ik mooi gezegd: eigenlijk mag het niet, maar als je dan toch seks hebt, kun je het beter veilig doen.'

ZAKIA: 'Ik merk dat in veel moslimgezinnen goed wordt voorgelicht. En jongeren leren veel op school.'

SYZANA: 'Soms heb ik schrik als ik zie wat mijn kinderen weten en hoe vroeg er over seks gesproken wordt. Het moet niet te snel gaan.'

ASMA: 'Als er op school condooms worden uitgedeeld, zijn de Marokkaanse jongens er als de kippen bij.'

ZAKIA: 'Mijn schoonbroer was eens met vrienden naar Brazilië op reis gegaan en toen zijn moeder daarna zijn was deed, kwam er een uitgerekt condoom uit de droogkast. “Wat is dat, zo'n lang stuk plastic?,, vroeg ze. Maar toen ik zei dat het een condoom was, was haar reactie meteen: “Dat kan niet, hij is niet getrouwd!, Het idee dat haar ongehuwde zoon seks had, vond ze vreselijk.' (hilariteit rond de tafel)

MIHAELA: 'Ik heb ook eens een condoom gevonden in de broekzak van mijn schoonbroer, toen ik de was deed. Maar ik heb het mijn man laten oplossen!' (gelach)

OXANA: 'In Rusland kregen wij heel bizarre voorlichting. Ze zeiden ons dat we één keer per maand bloedingen zouden krijgen en dat dat microben waren die in onze baarmoeder zaten. Dus zei ik altijd onwetend als ik mijn maandstonden had: “Ik heb weer last van microben., Het was trouwens onze lerares algebra die de voorlichting gaf.'

HAMIDA: 'Logisch toch: één microbe plus één microbe zijn twee microben.' (gelach)

ZAKIA: 'Mensen vergeten wel eens dat de islam binnen het huwelijk heel veel vrijheid laat op seksueel vlak. Praten over seks en experimenteren is geen probleem: ons geloof raadt ons zelfs aan om volop van seks te genieten.'

HAMIDA: 'Maar wel altijd binnen het huwelijk: je moet dat papiertje getekend hebben.'

OXANA: 'Bij ons orthodoxen geldt net hetzelfde: je mag van seks genieten, maar binnen het huwelijk.'

ESRA: 'Ik heb een paar goede vrienden, ook jongens, met wie ik over seks kan praten. Maar ik vond het altijd bizar om mijn klasgenoten over seks bezig te horen: vaak wilden ze vóór hun zestiende per se naar bed zijn gegaan.'

ASMA: 'Toen ik in het zesde middelbaar zat, kende ik zeker vier meisjes van zestien, zeventien jaar die zwanger waren geraakt. Sommigen bleven alleen achter, anderen werden door hun ouders gedwongen om bij de vader van het kind te blijven.'

HAMIDA: 'Heel wat Marokkaanse meisjes zijn ongelofelijk naïef. Ze ontmoeten een jongen en denken dat hij de liefde van hun leven is, dus waarom zouden ze een voorbehoedsmiddel gebruiken? Maar dan worden ze in de steek gelaten en zijn ze zó teleurgesteld in de liefde.'

ASMA: 'Veel Marokkaanse vrouwen trouwen net omdat ze zwanger zijn. Toen een vriendin van mij zwanger bleek, wou haar partner meteen huwen: hij kon geen minuut langer wachten.'

HAMIDA: 'Voor vreemdgaan hebben we in Marokko een handig middeltje: het slapende kindje. Als een vrouw zwanger is geraakt terwijl haar man bijvoorbeeld in het buitenland is, dan wordt gewoon gezegd dat het kindje wel door hem is verwekt maar al die tijd in haar buik heeft geslapen. Iedereen weet dat de baby niet van hem kan zijn, maar iedereen speelt het spelletje mee.'

ASMA (geagiteerd): 'Ik heb vorige week pas ontdekt dat ook mijn overgrootmoeder een slapend kindje had. Bizar was dat, al die tijd is het een goed bewaard geheim gebleven.'

HAMIDA: 'Die dubbele houding is typisch voor de Marokkaanse visie op seksualiteit. Al vind ik het ook wel mooi dat mensen die mythe haast echt geloven. Er zijn maar twee opties: ofwel wordt de vrouw in kwestie verstoten, ofwel speelt iedereen het spel mee - wat meestal gebeurt, want uiteindelijk kan het ons allemaal overkomen. Hetzelfde geldt trouwens voor homoseksualiteit: het is taboe, maar iedereen weet wel wie homo is. En dat is oké, zolang je er maar niet over praat of er niet openlijk voor uitkomt.'

HAMIDA: 'Ik ben gehuwd met een gescheiden moslimman en hij krijgt voortdurend vragen van vrienden die willen weten hoe zo'n scheiding in zijn werk gaat en hoe het met de kinderen zit. Steeds meer Marokkaanse mannen praten over hun kinderen en willen zich met hen bezighouden. Maar je moet eens nagaan: elke gemeente in Brussel heeft wel een organisatie voor vrouwen, maar voor mannen is er nauwelijks iets.'

DRITA: 'Als ik bij moslims thuis voorlichting geef en ze zijn van het platteland afkomstig, dan lopen de mannen steevast weg. Maar als het stadsmensen zijn, blijft ook de echtgenoot luisteren. En bij de Roma is het net zo.'

HAMIDA: 'Een organisatie als de onze bereikt vooral de vrouwen. En soms trekken vrouwen hun man mee, maar vooral in de lagere sociale klassen is dat niet evident. Hoe meer kansarmoede, hoe meer onderdrukking. Neem nu Molenbeek. Het merendeel van de vrouwen hier loopt gesluierd rond, ik word door de jongens nagewezen omdat ik geen hoofddoek draag. Maar als ik diezelfde jongens vraag of de meisjes hun hoofddoek aanhouden als ze seks met hen hebben, dan moeten ze al goed nadenken, ze staan er gewoon niet bij stil. Ze liegen en bedriegen en doen dat allemaal van onder de hoofddoek, maar als ze huwen, hoort een vrouw wel maagd te zijn.'

ESRA: 'Toch verandert er wel de-gelijk wat, hoor. Tien jaar geleden vonden veel Turken het nog vreemd dat meisjes gingen werken, nu ken ik Turken die het heel normaal vinden dat hun dochter verkering heeft.'

HAMIDA: 'Er is veel veranderd, dat klopt, maar er is nog werk aan de winkel. Mijn zus is vijf jaar samen geweest met een man die de relatie uiteindelijk heeft verbroken omdat zijn moeder er niet achter stond. Volgens haar was mijn zus geen goede partij omdat ze een rijbewijs had, uit werken ging en geen hoofddoek droeg. Dat is het wrange aan de hele situatie: het zijn moeders en schoonmoeders die hun kinderen absurde normen opleggen - normen die niet meer van deze tijd en wereld zijn. Die hele idee van maagdelijkheid is een utopie waaraan ze zich vastklampen. Als we iets willen veranderen, moeten we bij de vrouwen beginnen: zij zijn het die de mannen opvoeden.'

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
BRISER LES TABOUS
Enfin un article qui “lève le voile” sue la sexualité des musulmanes en Belgique. Plusieurs tabous sont ici levés t cela est d’excellente augure. Seule une information franche et sans fards est de nature à décrisper à l’avenir les relations hommes/femmes au sein de communautés où semble régner une certaine forme d’obscurantisme savamment entretenue par les milieux intégristes. «”st je trouwens dat de Marokkanen in Marokko veel ruimdenkender zijn dan de Marokkanen hier? In Marokko zeggen ze tegen ons: “jullie hebben nog een deksel op jullie hoofd,, waarmee ze bedoelen dat wij nog “achterlijk, zijn”'
On retiendra ce dialogue exquis entre vun père musulman éclairé et sa fille émancipée qui réusume tout et augure joliment de l’avenir.

samedi 27 février 2010

Brusselse Sint-Hubertusgalerijen kunnen heropleven

De Sint-Hubertusgalerij © Laure D'oultremont

Brussels elegantste plek, de Koninklijke Sint-Hubertusgalerijen, is aan een heropleving toe. Door het betrekken van een nieuwe aandeelhouder en een verhoging van het kapitaal met een kwart, wordt straks ook de restauratie van het gebouw afgerond. Geen slechte zaak voor het hart van de hoofdstad.

Deze prachtige winkelgalerij uit het midden van de 19de eeuw, een van de mooiste van Europa, is een van de zeldzame monumenten van Brussel, die de afbraakwoede van de jaren ’60 en ’70 heeft doorstaan.
Het gebouw werd trouwens al grotendeels gerestaureerd. Van de grote middengalerijen werden bijvoorbeeld de glazen koepel en de originele beschildering met faux marbre hersteld.
Straks worden ook een aantal appartementen gerenoveerd en krijgt het kruispunt met de Beenhouwerstraat zijn glazen koepel terug. Tegen 2014 zou ook de Prinsengalerij worden hersteld.

KAPITAALSVERRUIMING
Om deze werken te realiseren heeft de Société Civile Anonyme des Galeries Royales Saint-Hubert, de oorspronkelijke bouwheer, een partner aangetrokken. Nu neemt ook de Société Financière des Sucres (Finasucre) voor ongeveer 25 % deel in het kapitaal.
We merken op dat het oorspronkelijke vennootschap nog steeds grotendeels in het bezit is van de families die het gebouw in het midden van de 19de eeuw hebben opgetrokken. Door deze kapitaalsverruiming wordt niet alleen het eigen patrimonium gerestaureerd. Het ligt in de bedoeling om ook bouwvallige panden in de directe omgeving te verwerven, met het oog op een uitbreiding van het patrimonium.

DIRECTE OMGEVING
Op die manier wil men ook de directe omgeving van de galerij aantrekkelijker maken. Want het moet gezegd, Brussel is een van de zeldzame hoofdsteden waar er tot in het hart verkrotte woningen staan.
Zoiets is in hartje Parijs of Londen gewoon ondenkbaar. De gehele operatie dient ook het commerciële leven in de galerij aan te wakkeren. Naar verluidt komt binnenkort 10 % van de winkels vrij. Het is de bedoeling om het commerciële aanbod te verruimen en verrijken.
(Piet Swimberghe)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA TERRASSE COSMOPOLITE DU MOKAFÉ
La Galerie saint Hubert est un des lieux cosmopolites de Bruxelles particulièrement apprécié par le expats qui volontiers se donnent rendez-vous pour un échange interculturel à la très parisienne terrasse du célèbre Mokafé. On y croisera ces flâneurs qui, à l’instar de Walter Benjamin, sont grand amateurs de passages à la parisienne. Il n’en reste à notre connaissance que deux autres passages de ce type à bruxelles : le très terne passage du Nord et la sublime Galerie Bortier. Construite par le même architecte Jean-Pierre Cluysenaar que celui qui conçut des galeries Saint-Hubert entre 1847 et 1848, elle est plus modeste. Elle rassemble les bouquinistes et attire étudiants et collectionneurs.

Il est situé dans le centre de la ville, entre le Mont des Arts et la Grand Place.
Fort dégradée, la galerie Bortier fut rénovée en 1974. Rendez-vous des amateurs de littérature et de livres anciens, elle est , à l’exception d’une galerie d’art, occupée essentiellement par des échoppes de bouquinistes pittoresques et spirituels.

Dans ces somptueux espaces de fer et de verre dans lequel l’architecture se mélange à la rêverie où on peut croiser la figure du flâneur baudelairien analysée par Walter Benjamin.

«Le passage s’ouvre devant le flâneur comme un paysage, mais l’enferme comme dans une chambre. L’ouverture est donnée par le plafond vitré qui laisse passer la lumière naturelle mais qui enferme l’espace. Cette construction rappelle la serre, qui se trouve à l’origine de toute architecture en verre et en fer. Le verre peut faire penser aussi à un aquarium. » « …jusqu’en 1870 la rue appartenait aux voitures et on flânait surtout dans les passages qui offraient une protection contre les intempéries et le trafic. »

«Le caractère onirique est donné par cette impression étrange d’être «dehors et dedans» à la fois, dans une structure urbaine de micromonde, (nous dirions volontiers :cosmomonde) une ville dans la ville, avec des magasins et des appartements. Dans son Livre des Passages, Walter Benjamin parle justement du caractère «fantasmagorique» des passages parisiens.» «Les passages comme labyrinthe symbolisent un espace intérieur où habite ce qui est le plus mystérieux dans l’âme humaine. En se mouvant dans les galeries des passages, on fait un voyage symbolique vers soi-même. C’est en explorant un espace extérieur qu’on arrive au plus profond de l’être, pour se retrouver finalement soi-même. »

vendredi 26 février 2010

Chronique du pétainisme ambiant

Commençons par une définition : le pétainisme est l’idéologie de la «Révolution nationale», opérée sous la houlette du maréchal après la défaite de l’armée française contre l’armée allemande.

Ne réduisez pas Vichy à la Collaboration : comme le rappelle René Rémond dans sa célèbre étude sur «Les droites en France», les collabos furent autant de droite que de gauche.

Michèle Cotta, tout autant célèbre comme journaliste politique de gauche, en a même fait l’objet de sa thèse dans les années 60. La Défaite opère des reclassements en fonction d’options intimes qui transcendent les clivages politiques. Le pétainisme est le retour aux idées de la droite traditionnelle, conservatrice, celle qui n’a accepté ni la Révolution de 1789, ni les Lumières. Le pétainisme se résume à la nature des choses, aux valeurs éternelles et à l’intérêt national : travail, famille, patrie.

L’ordre social – dit-il - se doit d’être rebâti sur des communautés naturelles, la famille en premier, le métier en second et la province en troisième. La terre et l’artisanat dans le sens du travail bien fait, organisé et protégé par une corporation, en sont les fondements. Le cosmopolitisme, le libéralisme et le capitalisme sont les ennemis. Tout cela est loin du fascisme qui est une révolution moderne orientée par la technique (et par la biopolitique pour le nazisme). C’est la revanche de la contre-révolution, l’état pur du paternalisme, du moralisme, du cléricalisme et du militaro-scoutisme.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
«Le pétainisme est le retour aux idées de la droite traditionnelle, conservatrice, celle qui n’a accepté ni la Révolution de 1789, ni les Lumières. Le pétainisme se résume à la nature des choses, aux valeurs éternelles et à l’intérêt national : travail, famille, patrie.

C’est la revanche de la contre-révolution, l’état pur du paternalisme, du moralisme, du cléricalisme et du militaro-scoutisme. La terre et l’artisanat dans le sens du travail bien fait, organisé et protégé par une corporation, en sont les fondements. Le cosmopolitisme, le libéralisme et le capitalisme sont les ennemis.»
Intéressant. On retiendra que le cosmopolitisme est l’ennemi du pétainisme qui prôner l’identité nationale à outrance. Vive donc le cosmopolitisme et sus aux identités dangereuses. Vive les zinnekes à la bruxelloise.

Waarom 'identiteit' niet het cruciale begrip mag zijn

Is het wel zo nuttig om de migratieproblematiek te koppelen aan het debat over identiteit, zoals Bart De Wever doet? SVEN GATZ vindt dat gevaarlijk en plaatst het 'actieve burgerschap' voorop.

In Frankrijk woedt het nationaal identiteitsdebat, pour le pire et pour le meilleur. Europeaan en liberaal Guy Verhofstadt stelt daar indringende vragen bij (DS 12 februari) maar wordt zowel hier als in Frankrijk teruggefloten. Een Belg kan blijkbaar niets zinnig over de Franse identiteit zeggen. Nochtans is dit geen Frans, maar een postmodern Europees debat. Dat inspireert onder meer Bart De Wever (N-VA) tot bespiegelingen over de innige relatie tussen identiteit en migratie (DS 16 februari). Het lijkt me nuttig hier enkele liberale kanttekeningen bij te maken.

Ik geloof dat migratie en identiteit niet zo nauw met elkaar verbonden zijn als wordt beweerd. Niet in het minst omdat het begrip identiteit, eens het het persoonlijke overstijgt, nog moeilijk objectiveerbaar is. Een culturele identiteit, zo hebben intussen heel wat studies uitgewezen, is een 'verbeelde gemeenschap'. Het is het resultaat van een toeschrijvingsproces. Het is dan ook niet verwonderlijk dat nationalisten zich vaak bekwamen in een historische apologetica om aan te tonen dat deze 'verbeelding' een realiteit is.

Uit recent onderzoek bleek dat migranten zich niet zozeer identificeren met Vlaanderen of België, als wel met hun regio of stad. Denken we hierbij maar aan de 'Maroxellois', Maghrebijnse Brusselaars, duidelijk een product van de Marokkaans-Brusselse kruisbestuiving. Het wordt al snel duidelijk dat de draagkracht van een abstract begrip als identiteit hoogst onzeker is. Noopt de identificatie van de Gentse Turken met de wijk rond de Sleepstraat tot het verheffen van dit 'Gents-Turkse' gevoel tot een semi-nationaliteit? Nee toch.

Is het begrip identiteit de oorzaak van een al dan niet haperende inburgering? Kijken we eerst maar eens naar de sociaaleconomische situatie waarin nieuwe Belgen zich al te vaak bevinden. Op vlak van onderwijs en op de arbeidsmarkt worden nog niet de resultaten gehaald die we mogen verwachten. Dit resulteert dan weer in een (relatief) isolement. Het is deze negatieve sociale dynamiek die aan de grondslag ligt van allochtonen die maar niet ingeburgerd geraken. Erst kommt das Fressen und dann die Moral.

En hoezeer is de notie identiteit ingeschreven in het inburgeringstraject in Vlaanderen? Via de verplichte lessen Nederlands en de cursus 'maatschappelijke oriëntatie' worden nieuwkomers klaargestoomd voor onze maatschappij. Een inwijkeling wordt verondersteld te weten hoe het land in elkaar zit, maar zonder dat van hem of haar wordt verwacht alle gewoontes over te nemen. Zo is het te verdedigen dat hoofddoeken en andere symbolen achter loketten of in scholen worden geweerd. Thuis of in zijn of haar moskee, kerk, tempel doet men dan weer wat men wil. Als iemand als De Wever betoogt dat we moeten nadenken over wie tot 'het volk' behoort en wie niet, herinnert hij zich blijkbaar niet dat deze denkoefening in opdracht van Marino Keulen al een tijd geleden werd uitgevoerd door de commissie-Bossuyt, die de invulling van de cursus maatschappelijke oriëntatie vorm gaf, en waarin onder meer Rik Torfs en Etienne Vermeersch zetelden. Sinds de Verlichting vormen drie concepten de pijlers van het Westen: vrijheid, gelijkheid en solidariteit. Ook constateerde de commissie dat daar doorheen nog twee andere waarden lopen: respect en burgerschap. De wijze heren van de commissie wisten dat beter werd gekozen voor het toekomstgerichte 'burgerschap', dan te verwijzen naar het ongrijpbare 'identiteit'.

De Wevers pleidooi lijkt voorts te impliceren dat de toevloed van immigranten onze waarden bedreigt. Ik heb schrik voor de agenda die zich hierachter ophoudt. Eens we aanvaarden dat identiteit zo belangrijk is als door nationalisten beweerd, zal er wel een historicus zijn die de Belgische identiteit vervangt door de Vlaamse. Quod erat demonstrandum. Ook dreigen dergelijke oefeningen ongewild sneller dan gedacht te verglijden in xenofobe overtuigingen over waarden die verwateren of vervuild geraken. Niet voor niets heet de in 2007 opgerichte Europese extreemrechtse fractie 'Identiteit, Soevereiniteit en Transparantie' (met hoofdletters).

Kort samengevat bestaat succesvolle inburgering bij de gratie van twee factoren: bereidwilligheid van de nieuwkomer om zich enkele zaken eigen te maken, niet het minst een grondige kennis van het Nederlands, en een maatschappij die ervoor zorgt dat hij of zij over gelijke startkansen beschikt. Op die manier beschouwd gaat het over heel concrete zaken die via de juiste beleidsdaden kunnen worden gerealiseerd.

Dat is de echte uitdaging: eerder een gemeenschappelijk maatschappelijk platform zoeken en vinden rond actief burgerschap dan te blijven vasthangen in een debat over identiteit. Dat is het verschil tussen kosmopolitisch humanisme en nationalisme. Zonder liberaal en Europees kompas verwildert een misschien goedbedoeld debat over identiteit immers tot een notie van gesloten nationaliteit, eerder dan te evolueren richting open burgerschap.

SVEN GATZWie? Vlaams volksvertegenwoordiger en fractievoorzitter Open VLD. Wat? 'Burgerschap' is een veel krachtiger begrip dan 'identiteit'. Waarom? Het identiteitsdiscours verbergt niet zelden een xenofobe agenda.

Albanezen komen massaal naar Brussel

Brussel - Sinds begin februari zochten om en bij de 700 etnische Albanezen uit Servië en Macedonië asiel in België. Dat is een pak meer dan gedurende het ganse jaar 2009. "In hun thuisstreek doet het gerucht de ronde dat je in België zonder meer een huis en een uitkering van achthonderd euro krijgt."

Nooit eerder hebben zich zoveel Serviërs en Macedoniërs aangemeld bij het Commissariaat Generaal voor de Vluchtelingen en de Staatlozen en de Dienst Vreemdelingenzaken. In februari werden al meer dossiers opgesteld dan gedurende heel het voorbije jaar. Dat melden verschillende kranten.

Alleen al in februari kreeg de Dienst Vreemdelingenzaken 360 asielaanvragen uit Servië, Montenegro en Macedonië. In 2009 waren er dat voor het hele jaar om en bij de 200. Maandag kwamen nog 89 Serviërs aan per bus.

ZONDER VISUM
Op het eerste zicht is er een eenvoudige verklaring. Sinds 19 december 2009 kunnen inwoners van Servië, Montenegro en Macedonië zonder visum naar de EU reizen (met uitzondering van het Verenigd Koninkrijk en Ierland). Dat maakt migratie een stuk aantrekkelijker. Een legale busreis komt immers een pak goedkoper uit dan een illegale smokkelroute.

In België is de toestroom echter opvallend groter dan in de buurlanden. "In hun thuisstreek doet het gerucht de ronde dat je in België zonder meer een huis en een uitkering van achthonderd euro krijgt," verklaart Macedonisch journalist Ernest Bunguri in De Standaard.

Aangezien het hoofdzakelijk om sociaal-economische gelukzoekers gaat en niet om politieke vluchtelingen is het resultaat van de asielaanvraag in 99 procent van de gevallen negatief. Na afwijzing kunnen ze in principe bij een OCMW aankloppen maar dat van Brussel wordt sowieso al overstelpt en houdt dus de deur dicht.

GEORGANISEERD
Alles wijst in de richting van georganiseerde migratiestroom, zegt Tine Van Valckenborgh van het Commissariaat Generaal voor de Vluchtelingen. "Reisagentschappen in Servië en Montenegro organiseren dagelijks bussen om die mensen naar de dienst Vreemdelingenzaken te vervoeren."

De asielzoekers zouden voor de busrit van hun thuisland tot aan de deur van de dienst Vreemdelingenzaken in Brussel ongeveer 130 euro betalen.

Waar de afgewezen asielzoekers uiteindelijk belanden is onduidelijk. De Albanese dorpen in het zuiden van Servië en het noorden van Macedonië lopen ondertussen leeg, heet het.

Staatssecretaris voor Migratie Melchior Wathelet (CDH) is een onderzoek gestart naar de massale komst van etnische Albanezen.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Curieux, les politiques nous annoncent à grand cris que nous seront deux cent mille de plus à Bruxelles dans les dix ans qui viennent, qu’il faudra construire des crèches, des écoles, du logement social. Et voilà qu’on nous explique ici que des filières d’immigration clandestines sont organisées systématiquement en provenance d’Albanie notamment. A ce train on sera rapidement deux millions de Bruxellois. Bruxelles cosmopolite, capitale de la diversité et d’une Europe interculturelle, certes oui. Bruxelles destination de toutes les agences de voyages mafieuses organisant la déportation de chercheurs d’asile économique non merci.

jeudi 25 février 2010

Mystery over Dubai killing of Hamas official deepens

The father of assassinated Hamas official Mahmoud al-Mabhouh holds a photograph of his son. Photograph: Ali Ali/EPA
Fifteen new suspects and six more UK passports faked, with Britons stunned at having identities stolen.


The web of intrigue surrounding the death of a senior Hamas official became more tangled today after Dubai police identified a further 15 members of an alleged Mossad squad who carried out the assassination, including another six who used apparently fake British passports.

The announcement brings to 26 the total number of people, six of them women, suspected of involvement in Mahmoud al-Mabhouh's assassination, which is widely believed to have been the work of Israel's secret service, the Mossad. Israel has flatly refused to comment.
The six new British names are Mark Daniel Sklar, Roy Allan Cannon, Daniel Marc Schnur, Philip Carr, Stephen Keith Drake and Gabriella Barney. A Foreign Office spokesman said the government believed their passport details had been used fraudulently. A total of 12 British passport holders have now been named.
Sklar's mother said: "He was very shocked. It's a bit worrying."
Six Irish passports, three French, three Australian and one German document were also used. Adam Korman, one of three Australians whose passport details were announced, told the Ynet website: "I am shocked, it's identity theft – simply unbelievable."

The Haaretz newspaper reported that 10 of the 15 new suspects share the names of Israelis who hold dual citizenship.
Like all the others, Korman said he had not visited Dubai but did travel around the world and regularly flew back to Australia. "I have been frightened and shocked since receiving the news," said the Australian-born 34-year-old who lives and works in Tel Aviv, where he sells musical instruments. "It's irresponsible and a violation of human and individual rights to do such a thing."
The authorities in the emirate said the newly named suspects were believed to have provided logistical support for the assassination of the Palestinian official. Many used credit cards that were issued by the same small US bank, and flew in from Zurich, Paris, Rome and Frankfurt. "This was to take … deception to its highestlevel and guarantee the avoidance of any security supervision or observation of their movements," the Dubai government said.
Several of the suspects flew to Hong Kong and two left the emirate by boat for Iran. Members of the team visited Dubai on at least four occasions before the murder, presumably for reconnaissance.

Two Palestinians, reportedly linked to the western-backed Fatah movement, are in custody in Dubai after being handed over to the UAE by Jordan. Fatah and its Islamist rival Hamas, which is supported by Iran and Syria, have accused each other of betraying Mabhouh to Israel.

Meanwhile, Israel's Channel 10 has reported that Syrian authorities have arrested an associate of Mabhouh named as Mohammed Nasser over suspected involvement in his killing. Nasser was reportedly in Dubai before the murder and was familiar with Mabhouh's schedule and whereabouts. Dubai's police chief, Dahi Khalfan al-Tamim, has said he believes the operation could not have been carried out without inside information on the victim's travel plans.

As the diplomatic fall-out from the affair widened yesterday, Australia's government called in the Israeli ambassador to Canberra and its prime minister, Kevin Rudd, said his country's intelligence services were investigating.
He added. "Any state that has been complicit in use or abuse of the Australian passport system, let alone for the conduct of an assassination, is treating Australia with contempt and there will therefore be action by the Australian government in response."
David Miliband, the foreign secretary, has described as an "outrage" the alleged abuse of British passports and an investigation is under way by the serious organised crime agency, Soca. The EU has also condemned the killing and the passport abuse but without mentioning Israel.

"We will seek to make contact with these individuals and offer consular assistance," an FCO spokesman said. "We continue to work closely with the Emirati authorities. The foreign secretary and others have made clear we expect full Israeli co-operation."
The Dubai authorities have been using immigration records and CCTV images of the suspects to try to piece together what happened in the hours before Mabhouh's murder on 19 January.

Footage released today showed suspects, often in pairs, arriving or leaving Dubai airport or moving around the city's hotels, including the luxurious five-star Al-Bustan Rotana, where the murder took place. Israeli officials have said the Hamas official played a key role in smuggling Iranian-supplied rockets into the Gaza Strip and was also involved in the abduction and killing of two soldiers 20 years ago.

The revelation that 15 more suspects are being sought is likely to give this extraordinary story a new lease of life. Israel had been hoping the furore would die down in the face of a lack of hard evidence and its policy of "ambiguity" on intelligence matters – simply refusing to confirm or deny its involvement.

Still, Israeli leaders have left no doubt that they approve of killing Mabhouh, whose organisation – which controls the Gaza Strip – is seen as a dangerous enemy that is committed to the destruction of the Jewish state.
(The Guardian)

mercredi 24 février 2010

DE WEVER: "VERHOFSTADT MOET DRINGEND MET PENSIOEN"

"Gênant en dom." Zo noemt Bart De Wever (N-VA) het nieuwe tractaat van Guy Verhofstadt (Open Vld) over het identiteitsdebat in Frankrijk. "Denkt hij nu werkelijk dat hij voorop loopt met zijn ideeën? Twintig jaar achterop, ja! Hij gaat best met pensioen", zegt De Wever. In Het Laatste Nieuws voelt ook CD&V-er Eric Van Rompuy zich aangesproken.

Waarover gaat het? Een paar weken geleden hakte Verhofstadt zwaar in op het nationaal identiteitsdebat van de Franse regering. "Achterhaald en gevaarlijk", was zijn boodschap. In een nieuw essay luidde het deze week dat "de uiterste consequentie van het identiteitsdenken de gaskamers van Auschwitz zijn".

Nazi's
De Wever reageert ontzet. "Ik heb de tekst van Verhofstadt met plaatsvervangende schaamte gelezen", zegt De Wever in Het Laatste Nieuws. "Gênant. Verhofstadt vindt zichzelf een intellectueel geschenk aan de wereld, maar zijn pleidooi is al jaren passé. Zelfs de meest linkse progressieven erkennen nu het nut van identiteit. In onze multiculturele maatschappij wordt dat: wie zijn wij, welke normen delen we als burgers, autochtonen en nieuwkomers onderling, en wat willen we samen worden in een open, solidaire Vlaamse samenleving? Het wereldburgerschap à la Verhofstadt- zeven miljard mensen die zich allemaal even sterk verwant voelen en solidair zijn ¿ wérkt niet. Wat hij zegt, is: veeg het bord met alle sociale normen en tradities af en creëer een nieuwe wereld. Precies wat de nazi's al zeiden."

Zoveel domheid
"Ik word niet goed van zoveel domheid. Ik dacht dat we deze discussie sedert het begin van de jaren '90, kort na de val van de Berlijnse Muur, achter ons hadden. Identiteit is gewoon niet weg te denken uit de samenleving. Het is als een warm dekentje voor het individu dat positief gekanaliseerd kan worden naar burgerschap, naar het organiseren van democratie, naar solidariteit ook. Zonder dat er negatieve bijklanken hoeven bij te komen als het beklemtonen van de eigen superioriteit of uitsluiting van anderen", zegt hij.

Overdrive
In Het Laatste Nieuws sluit ook Eric Van Rompuy zich aan bij de kritiek.'"Het zit in zijn karakter om in overdrive te gaan". (belga/kh)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA GAUCHE SE TAIT DANS TOUTES LES LANGUES
Bien sûr Messieurs De Wever et Eric Van Rompuy: les propos de Mr Verhofstadt n'abondent pas dans votre sens et créent un brêche dans le nationalisme qui gangrène le monde politique flamand. Gênant pour vous et pour vos plaidoyers "identitaires" détestables. Preuve que Verhofstadt a touché au cœur même du problème : Kouchner s’énerve et De Wever se sent piqué au vif et fonce comme le taureau fou sur le chiffon rouge du matador.
Verhofstadt dans sa carte blanche du Monde : "La meilleure preuve de ce piège que nous tendent les nationalistes à travers ce débat est encore la réaction ulcérée que cette tribune a suscitée dans mon propre pays, la Belgique , de la part des extrémistes nationalistes flamands. COMMENT EST-IL POSSIBLE QUE LES HERITIERS DE LA REVOLUTION FRANÇAISE ET DES LUMIERES SOIENT DU MEME AVIS QUE LES PARTISANS LES PLUS ARDENTS DE LA MESQUINERIE POLITIQUE ET DU NATIONALISME ETHNIQUE ?
Comment dépasser les sentiments et ressentiments nationaux, induits par un dix neuvième siècle hyper nationaliste et un vingtième siècle hyperrégionaliste ?
Guy Verhofstadt n’y va pas par quatre chemins ce qui choque beaucoup de monde.
Il anticipe sur un avenir inéluctable. La crise financière sans précédent que nous traversons a montré la faiblesse des nations isolées faire face aux défis d’une économie mondialisée.
N’empêche qu’il n’a pas tort : la renaissance du concept d’ « identité nationale » déterré par les sarkosyens peut conduire à terme au suicide de l’Europe. Les positions d’un De Wever en Flandre, d’un Wilders en Hollande, d’un Nigel Farage au Royaume uni, (c’est le sinistre europhobe qui vient d’insulter Van Rompuy au Parlement européen en s’assurant un très joli succès médiatique) sont radicalement rétrogrades.
Les 10 milliards de terriers, les 500 millions d’Européens ne pourront s’en sortir que s’ils s’unissent dans leur diversité pour vaincre l’adversité mondialisée.
Verhofstadt se situé résolument dans la ligne du grand penseur de l'Europe post-nationale qu'est Habermas. Il rejoint également Amin Maalouf dans sa dénonciation des "Identités meurtrières". L'évolution de cet homme est réjouissante. Il est rassurant d'avoir, au Parlement Européen, un député de cette envergure qui porte le débat de fond sur la place publique. L'Europe en a besoin.
Verhofstadt a cessé de jouer les troublions linguistiques (sa solution pour BHV avait l'agrément du FDF). Dans son dernier bouquin il déplore les nettoyages ethniques en ex-Yougo qui ont détruit des villages où on parlait 3 langues.
L'union européenne est une élucubration intellectuelle. Il suffit de lire les courriers des lecteurs des grands quotidiens en ce moment pour constater combien les citoyens d’Europe détestent les constructions intellectuelles ambitieuses.
Nous sommes un continent bien singulier. Notre véritable « identité » est culturelle : « le judéo-christianisme, mâtiné du Droit romain, d’influence arabo andalouse, des Lumières et de l’Hellénisme influencé par l’Egypte.
Les bunker ethniques, nationaux, culturels et surtout religieux enferment l'individu dans une forme dangereuse de communautarisme égoïste et revendicateur.
Le débat habilement lancé par Verhofstadt oppose un libéral volontiers provocateur à toute la droite et l’extrême droite nationaliste. Mais qu’en pense donc la gauche qui se tait dans toutes les langues de la communauté européenne ?

Waar wonen de rijkste Belgen?


De FOD Economie heeft naar jaarlijkse gewoonte het klassement gemaakt van de rijkste en de armste gemeenten van dit land, op basis van het gemiddelde belastbaar inkomen per inwoner. Woont u in een rijke of in een arme gemeente?

Sint-Joost-ten-Node
(netto) – Sint-Martens-Latem is zoals steeds de rijkste gemeente van België. Volgens de jaarlijkse statistieken van de Federale Overheidsdienst Economie, bedraagt het gemiddeld belastbaar inkomen er 22.269 euro. Keerbergen stijgt opnieuw van de derde naar de tweede plaats met 20.906 euro. Vorig jaar werd Keerbergen voorbijgestoken door de Waals-Brabantse gemeente Lasne. De inwoners van Lasne hebben een gemiddeld inkomen van 20.488 euro en moeten dus tevreden zijn met een derde plaats. Lasne is meteen ook de enige Waalse gemeente in de top 10 van de rijkste gemeentes van België. Van de Brusselse gemeentes is geen spoor te bekennen.

De 3 armste gemeentes
Bij de armste gemeentes vallen geen verrassingen te noteren. De rangschikking bleef ongewijzigd in vergelijking met 2009 en 2008. De 3 armste gemeentes van het land liggen dus nog altijd in Brussel: Sint-Joost-ten-Noode (8.100 euro), Sint-Jans-Molenbeek (9.496 euro) en Sint-Gillis (10.126 euro). Maar het gemiddeld inkomen per inwoner is er wel gestegen. Vorig jaar bedroeg dat nog respectievelijk 7.683 euro, 9.314 euro en 9.832 euro. Voor de rest bevat de top 10 van de armste gemeentes, naast Schaarbeek, uitsluitend Waalse gemeentes.

Het inkomen stijgt
Gelet op de crisis, zijn die cijfers misschien verwonderlijk. Maar ze zijn gebaseerd op de belastingaangiften voor de inkomsten van 2007 (aanslagjaar 2008). En op dat ogenblik had de crisis nog geen ravage aangericht bij de bevolking. In 2008 leefde 15 procent van de Belgische bevolking onder de armoedegrens (17 procent in de EU-27). Dat blijkt uit cijfers die Eurostat vorige maand bekendmaakte. Wilt u weten hoe de rest van de Belgen er voor staat? Lees dan ons artikel ‘België, land van miljonairs’.
De rijkste en armste gemeentes

Hieronder vindt u een kaartje met de tien rijkste (rood) en tien armste (blauw) gemeentes van het land. Klik op een icoontje om de naam en het juiste bedrag te kennen.

Bent u rijker dan de gemiddelde Belg?
De gemiddelde Belg heeft door de heropleving van de beurzen en door meer te sparen een nettovermogen van 157.000 euro. Een doorsneegezin bezit 365.000 euro. Daarmee zijn gezinnen bijna weer even rijk als voor het begin van de financiële crisis.

Smet: 'Uitbreiding zal de problemen alleen maar vergroten'

Vlaams minister van Onderwijs Pascal Smet (SP.A) © tvb

Brussel - De online aanmelding heeft aangetoond dat vooral in het Nederlandstalig basisonderwijs de vraag groter is dan het aanbod. Toch blijft Vlaams minister van Onderwijs Pascal Smet (SP.A) er van overtuigd dat een grootschalige capaciteitsuitbreiding niet de oplossing is. "Dan worden de Nederlandstalige kinderen nog meer verspreid." [9 reacties]
Een pak Nederlandstalige ouders zitten met de handen in het haar. Na de problematische online aanmelding kunnen heel wat kinderen niet naar een school van hun keuze. Nogal wat ouders konden hun kinderen vooralslnog in geen enkele school van hun keuze aanmelden.

De online procedure ligt dan ook onder vuur maar Vlaams minister van Onderwijs Pascal Smet wil niet te snel conclusies trekken.
"Ik heb alle begrip voor de ouders die geen plaats hebben," zegt de minister op stadsradio FM Brussel. "Maar ik kan als minister niet ingrijpen in een lopende procedure. Ik wacht de volledige gegevens van het LOP (Lokaal Overlegplatform) af. Voor ik mij uitspreek wil ik de cijfers grondig analyseren. Daarna kunnen we een oplossing zoeken."

Jean-Luc Vanraes (Open VLD), in de VGC bevoegd voor onderwijs, verwijt Smet dat die te weinig doet voor het Brusselse onderwijs. "Ik zal Vanraes eens al mijn interviews en interventies in het Vlaams Parlement opsturen," countert Smet.
"Ik heb de problemen met de online aanmelding in Brussel met veel bezorgdheid gevolgd. Het zijn de LOP's en de VGC die de procedure geregeld hebben. Maar ik voel niet de behoefte om hier de zwarte piet uit te delen. Wie in de fout ging, interesseert me niet. Vraag is hoe we problemen in de toekomst kunnen voorkomen."

Nederlandstaligen niet nog meer verspreiden
Het dieperliggend probleem is dat er steeds meer kinderen zijn voor evenveel plaatsen. Een aanzienlijke capaciteitsuitbreiding voor het Nederlandstalig onderwijs in de hoofstad is volgens Pascal Smet echter niet de oplossing. "Dan gaan we de problemen die we nu kennen alleen maar groter maken. Het aantal kinderen waarvan één van beide ouders thuis Nederlands spreekt, krimpt in Brussel. Een ongebreidelde uitbreiding zal ervoor zorgen dat de Nederlandstalige kinderen over nog meer scholen worden uitgespreid."

"We moeten werk maken van een beperkte uitbreiding en kijken hoe we kwaliteit kunnen aanbieden. Het belang van het kind moet het uitgangspunt zijn."
Behalve meer scholen vraag Vanraes ook om het GOK-decreet aan te passen en meer voorrang te geven aan Nederlandstalige kinderen. "Het GOK-decreet zal worden aangepast, dat staat ook in de beleidsnota en het regeerakkoord," zegt Smet. "Maar eerst moeten we de aanmeldingsprocedure evalueren."

"We weten heel goed in welke richting we moeten gaan en eigenlijk weet meneer Vanraes dat ook wel. Maar als je zoveel jaren het licht ontkend hebt, ben je misschien een beetje verblind als het plots op je hoofd valt."
Smet vindt niet dat hij lessen moet krijgen. "Sinds 2003 probeer ik het Brusselse onderwijs op de agenda te plaatsen. Een groot deel van de Brusselse politieke klasse heeft heel lang ontkend dat er een probleem aan het groeien was. Gelukkig heeft iedereen het nu ingezien."

Britse eurohater scheldt Van Rompuy de huid vol

De Brit Nigel Farage werd meteen tot de orde geroepen na zijn beledigende uitspraken.

De Britse eurohater Nigel Farage heeft vandaag in het Europees Parlement een persoonlijke aanval gelanceerd op de voorzitter van de Europese Raad Herman Van Rompuy.



Het Britse Europarlementslid werd meteen terechtgewezen door de zwaargewichten van het halfrond.

"Charisma van een dweil"
Farage laakte het gebrek aan internationale uitstraling van Van Rompuy en diens benoeming in de besloten kring van Europese staatshoofden en regeringsleiders. "Is dit nu de president van Europa? U hebt het charisma van een dweil en het uitzicht van een bankbediende", riep het boegbeeld van de anti-Europese UKIP tijdens het eerste debat met Van Rompuy in het parlement.

"U bent misschien wel vakkundig, maar ook gevaarlijk", zo vervolgde Farage zijn tirade. "U bent de sluipmoordenaar van de Europese democratie en de nationale staten. Misschien is dat omdat u uit België komt, dat niet eens een echt land is. Maar wij kennen u niet en wij willen u niet".

Ontoelaatbare beledigingen
Farage kreeg meteen lik op stuk van de zwaargewichten in het Europees Parlement. Parlementsvoorzitter Jerzy Buzek noemde de persoonlijke beledigingen van de Brit "ontoelaatbaar". De christendemocratische fractieleider Joseph Daul herinnerde Farage aan de mogelijkheid voor Groot-Brittannië om de Europese Unie te verlaten.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
DELIT DE SALE GUEULE
Pauvre Hermann, lui toujours si poli, si courtois et plein d’urbanité s’est vu vilipender par un obscur eurodéputé d’outre Manche qui se moqua à la tribune de son allure de petit fonctionnaire et de sa tronche rabougrie (si joliment caricaturée par Kroll), selon lui peu compatible avec sa haute fonction. Il reprocha notamment, à notre Van Rompuy national d’être issu d’un pays qui n’en est pas un.

Décidément la bataille se joue entre les nationalistes bon teint partisans d’une identité nationale forte (suivez mon regard) et les fédéralistes partisans du dialogue entre les cultures et de l’effacement des identités nationales marquées. Et vivent les Zinnekes cosmopolites d’Europe et d’au-delà d’Europe, comme dirait Eric Corijn.

L'Europe sera post-nationale ou ne sera pas

Par Guy Verhofstadt

Ma tribune sur le débat autour de l'identité nationale en France (Le Monde du 11 février) a suscité – comment pourrait-il en être autrement ? – des réactions contrastées. Des centaines de commentaires, pour la plupart approbateurs, sont d'abord venus des lecteurs du journal lui-même. D'autres réactions, très négatives, sont aussi intervenues, en particulier des autorités françaises, le Ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner sur Europe 1, en tête. Lequel a réagi comme s'il avait été piqué par une guêpe. Une réaction épidermique pas tout à fait sincère, je crois, de la part de l'ancien fondateur de «Médecins sans frontières», qui en d'autres temps aurait marqué moins de compréhension pour la thèse gouvernementale. Mais M. Kouchner confirme l'adage selon lequel « la fonction fait l'homme ».

Les arguments avancés étaient prévisibles. Ma tribune serait «une attaque dénigrante envers la République française». En relisant l'article, je ne peux y trouver le moindre mot de travers contre la France ou la République française. Au contraire. L'article exprime une vive affection, presque de l'amour pour nos voisins du Sud. La France est reconnue comme un modèle. Ma seul cible était et demeure cette absurde initiative du gouvernement français de lancer un débat public sur «l'identité nationale», de surcroît avec la volonté de récupérer les voix du Front National en vue des élections régionales de mars prochain. Il est caractéristique des autorités politiques – je sais de quoi je parle, car j'ai moi-même tant de fois péché – qu'elles ne marquent plus la différence entre leurs propres actions et jugements, et ceux du pays et du peuple sur lesquels qu'elles dirigent.

Après quelques années de pouvoir, elles pensent être seules à incarner le territoire qu'elles administrent et les gens qui y habitent, travaillent et vivent, de sorte que toute attaque contre leurs propres idées et actions est interprétée comme une attaque contre le pays et leurs compatriotes eux-mêmes. Pour les mêmes raisons, j'ai été accusé il y a quelques années d'anti-américanisme et d'hostilité envers la Grande-Bretagne. Juste parce que je me suis montré jusqu'à la fin résolument hostile à l'invasion de l'Irak. Maintenant encore, Tony Blair continue d'affirmer qu'il a pris la bonne décision. Peut-être connaîtrons-nous pareille situation avec MM. Besson, Kouchner ou Fillon lesquels, bien qu'échaudés par la tournure du débat qu'ils ont initié, maintiendront demain et après-demain qu'il a été un exercice profitable.

La seconde objection soulevée à l'encontre de ma tribune était tout autant prévisible. «Un étranger», semble-t-il, n'aurait pas le droit d'avoir une opinion sur quelque chose qui ne serait en fin de compte qu'une préoccupation française. Sic», pourrait-on dire. Y-a-t-il un meilleur argument pour illustrer le caractère franchouillard de cette initiative que l'exclusion des «étrangers», des «Non-Français» du débat ? Je ne crois pas. Cela montre ce à quoi un débat sur l ‘« identité nationale » mène toujours, à savoir le nationalisme, l'exclusion de l'autre, la dénonciation de l'étranger. Cela conduit à la xénophobie et au racisme, comme un grand nombre de contributions spontanées au «débat» l'a montré.

Enfin, il est faux et dangereux de penser que l'« identité » est un thème qui agite seulement la France et les Français. C'est une question qui secoue depuis des mois et des années le débat public dans chaque État membre de l'Union européenne. Dans presque tous nos pays en effet, la polémique fait rage au sujet de l'identité sociale, culturelle ou politique. Tout simplement parce que ce thème est le dernier oripeau sous lequel se camouflent les nationalistes de tout poil. C'est pour eux une nouvelle manière de désigner leurs ennemis de toute nationalité et de toute culture. Et ce que n'ont pas l'air de comprendre les autorités françaises, c'est que ce débat vise d'abord et avant tout à stigmatiser les valeurs républicaines que la France incarne plus que tout autre pays.

Valeurs que la France a su imposer comme un socle de l'Union européenne et qui du coup se retrouvent sur la sellette! La meilleure preuve de ce piège que nous tendent les nationalistes à travers ce débat est encore la réaction ulcérée que cette tribune a suscitée dans mon propre pays, la Belgique, de la part des extrémistes nationalistes flamands. Ceci devrait sonner comme un signal d'alarme aux oreilles des représentants de la République française. Parce que comment est-il possible que les héritiers de la Révolution française et des Lumières soient du même avis que les partisans les plus ardents de la mesquinerie politique et du nationalisme ethnique ? Lesquels des deux ont tort ? Qui se trompe ?

La réponse à cette question est facile à trouver. Il suffit de se tourner vers le passé, à la fin du XVIIIème siècle, à la veille de la Révolution française. Quand une discussion a éclaté dans toute sa violence, avant de dominer la pensée politique tout au long du XIXème siècle et d'une grande partie du XXème, à savoir la lutte entre Herder et Kant, entre le Volksgeist et les Lumières, entre l'âme de la nation, la glorification de sa propre identité nationale, la force supérieure de la coutume et de la tradition, et la foi dans les valeurs humaines universelles générales et impérissables. Comme Alain Finkelkraut le montre dans « La défaite de la pensée », Herder peut sans conteste être considéré comme le fondateur de la pensée sur l'identité, laquelle se manifeste sous de nombreuses formes différentes telles que la glorification de son propre caractère national, le bannissement de mots d'origine étrangère, la redécouverte de chansons folkloriques, le retour au passé et à l' "authenticité".

Tout cela serait nécessaire, disent ses adeptes, car les Lumières ont coupé l'homme de ses racines et l'ont laissé flotter dans le vide. La nation n'est pas un contrat social, une alliance de personnes indépendantes, mais une forme d'organisation supérieure qui passe avant l'homme. Ce n'est pas l'homme qui façonne la société. Il ou elle est né(e) dans une communauté existante à laquelle il ou elle doit s'adapter. La nation est le souffle de la vie humaine. Sans la nation, l'homme meurt. Dans la conception de Herder, il est même erroné de parler d'« êtres humains ». Il n'y a pas d'êtres humains. Il n'y a que des Français, des Allemands ou des Belges. C'est l'inconscient collectif, différent dans chaque société, qui est la force motrice de cette société. Les préjugés, la tradition, l'obscurantisme, le conformisme sont en outre des forces positives qui maintiennent la nation forte, saine et florissante. La démocratie et la pensée rationnelle, au contraire, fragilisent la société. La découverte de l' "identité nationale" est donc aussi la nécessaire quête d'un inconscient collectif qui inscrit chacun dans un ensemble.

Peut-être cette controverse serait restée un débat purement philosophique si, en 1789, la Révolution française n'avait pas éclaté. Les idées des Lumières ont triomphé. Les valeurs républicaines de liberté, d'égalité et de fraternité ont été exportées, y compris par la force, par la France révolutionnaire à travers toute l'Europe. Ce fut une révolution sans frontières. Pour une république qui englobait du reste tous les citoyens. Napoléon a été finalement vaincu par une coalition d'États européens. Mais les idées de la Révolution française et les Lumières n'ont pas pu être réprimées par les armes. Durant plusieurs décennies, deux Europe irréconciliables se sont affrontées. Une Europe éclairée, révolutionnaire et républicaine. Et une Europe conservatrice, traditionnelle et encore monarchique. Une controverse entre une vision essentiellement française, rationnelle et universelle de la société, et une approche émotionnelle et identitaire allemande. On naît allemand. On devient français. Une opposition qui a atteint un nouveau pic de violence avec la guerre franco prussienne en 1870. Il y en aurait encore deux autres. Beaucoup de Français et d'Allemands feront l'expérience de trois guerres au cours de leur existence. Le poète allemand Heinrich Heine, en exil durant plusieurs années en France, a annoncé très tôt déjà une «réponse allemande» à la révolution française. Une réponse qui, précisément en l'an 1933, a été apportée par Goebbels pour qui le triomphe des Nazis marquait «la fin de la Révolution française».

La conquête de l'Alsace-Lorraine par les Allemands en 1870 constitue à coup sûr la meilleure illustration de l'incompatibilité entre les valeurs républicaines françaises et la notion d ‘ « identité nationale ». Pour les Allemands, l'annexion était simplement une question de propriété. À leurs yeux, la conquête était légitime car tant du point de vue de la race, de la langue que de la tradition historique, l'Alsace-Lorraine appartenait à l'Allemagne. «Non», ont soutenu les Français, Renan en tête. S'il est vrai, disait-il, que les habitants de cette vieille province germanique appartiennent à la race allemande, leur volonté n'est pas d'appartenir à l'Allemagne, mais bien à la France. Et cette volonté est plus importante que leurs origines. Une volonté que les délégués de l'Alsace-Lorraine ont réitérée à l'Assemblée nationale française le jour où le traité qui convenait du transfert du territoire de la France vers l'Allemagne a été scellé. Par cette action, les Alsaciens ont montré que la conscience nationale ne provient pas d'un déterminisme inconscient comme toute la pensée de l'identité le suppose, mais d'une décision indépendante.

La nation est un pacte, un «plébiscite chaque jour renouvelé», comme le dit Renan. L'homme n'est pas le prisonnier de son identité ou de la nation, mais il en est la justification. La relecture de «Qu'est-ce qu'une nation ? » de Renan suffit pour aider les actuels dirigeants français à se rendre compte qu'ils se sont fourvoyés. Elle suffit pour leur faire réaliser que ce n'est pas une question de la langue, de race, de religion, d'intérêts, de géographie, ou même de nécessité militaire ; que ce n'est pas non plus une question d'histoire commune, de faits irréfutables, d'accident historique, ou de vague sentiment d'unité. Elle suffit pour leur faire comprendre qu'une nation est une question de solidarité consciente, une véritable décision de vivre ensemble sur la base des mêmes lois et principes. « Une nation suppose un passé, mais elle se résume dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. Un plébiscite de tous les jours, comme l'existence de l'individu est une affirmation perpétuelle de la vie.

Est-ce que ça veut dire que l'"identité" n'est pas importante ? Qu'elle n'a pas de sens et que c'est un concept vide ? Non. Au contraire. Mais précisément comme à la fin du XVIIIème siècle, nous sommes à nouveau entraînés dans une controverse qui vise à nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Ce qui était, au XVIIIème siècle, « les Lumières », s'appelle aujourd'hui le monde moderne mondialisé. Un monde qui tourne très vite, et laisse des gens sans point d'appui et sans attaches. En ces temps incertains, sur cette planète en équilibre instable, la notion d'« identité » joue le rôle d'un phare ou d'une ancre. « Les gens, dans ce monde incertain, ont besoin d'une identité forte » – cela sonne comme un credo. Je ne voudrais en aucun cas être celui qui ôte ce point d'appui aux gens. Je veux seulement poser la question de savoir si l'identité est capable d'offrir un tel appui. On suppose toujours que « l'identité » est une notion commune, collective. Une donnée qui s'applique à chaque personne d'une même communauté et qui a le même impact ou effet comme le prétendent les adeptes de la pensée identitaire. Mais ce postulat est faux, même si on peut le regretter (point sur lequel je ne peux trancher).

Tout d'abord, il y a autant d'identités qu'il y a d'individus. Chaque personne est unique. Si on la classe dans une seule catégorie ou sous une seule étiquette, on ne lui rend pas justice, on lui nuit, on la réduit à un rouage (in)volontaire d'une machine qu'on appelle «la société». Amartya Sen, dans « Identité et violence. L'illusion de la destinée », a clairement montré qu'il y a une différence essentielle entre l'identité unique, univoque que nous utilisons couramment dans la rhétorique politique, et les identités multiples qui peuplent le monde réel. L'identité unique et univoque est une illusion. Une illusion dangereuse résultant de notre désir de classifier le monde en termes de religion, de culture, de nation ou de civilisation.

La foi dans cette illusion signifie ni plus ni moins que nous nions la capacité d'action de chacun sur son propre destin. En bref, que nous ne nous laissons pas le moindre choix sur ce que nous voulons vraiment être. Notre destin est un fait irrévocable, lié à l'identité univoque qui est pareille pour chacun au sein du même groupe. Tout ce que nous devons faire durant notre vie, c'est « découvrir » cette identité unique et univoque. C'est, selon Sen, une vision réductionniste de la réalité. Une vision qui ne tient pas compte du fait que tout le monde possède un vaste éventail d'identités et de caractéristiques. Face à la vision politique réductionniste et univoque de l'identité, il y a le libre choix de tout homme dans le monde réel. Cela ne veut pas dire que cette liberté de choix est pareille pour tout le monde. Loin de là. Et non plus que cette liberté est infinie. Le libre choix est en fait soumis à des restrictions ou des limitations qui varient d'une personne à l'autre, limitations qui souvent trouvent leur origine dans le passé.

Mais la différence avec la vision réductrice de l'identité, c'est que l'homme n'hérite pas seulement de son individualité et de sa personnalité, mais qu'il les construit lui-même pour la plus grande part. Libre et conscient. Dans le monde moderne, l'homme devient de plus en plus responsable de sa propre identité et de sa propre personnalité. Et cette identité et cette personnalité deviennent de façon toujours plus explicite une question de choix personnel, d'interprétation propre, de découverte de soi, en bref, une question de liberté individuelle et de responsabilité.

Quoi qu'il en soit, la recherche uni-dimensionnelle d'une identité collective est d'un tout autre ordre. Elle conduit à la mise en place, dans la société, de « conteneurs » ou « bunkers » ethniques, nationaux, culturels ou religieux, auxquels l'homme ne peut plus ou ne veut plus échapper. Inévitablement, cela se termine dans la violence, dans des émeutes dans nos quartiers, dans la haine et la guerre dans le monde. « L'identité meurtrière », comme Maalouf l'appelle. Le meurtrier vingtième siècle passé a été l'illustration de cette tragédie. Ce vingtième siècle nous a appris que la conséquence ultime de la pensée de l'identité, ce sont les chambres à gaz d'Auschwitz. Et la raison pour laquelle il en est ainsi n'est pas difficile à trouver.

L'"identité" veut dire qu'on attribue à un groupe de personnes des caractéristiques spécifiques, qui sont souvent radicalement différentes d'une personne avec une identité différente. « Différent » veut dire « autre ». Et «autre» n'est pas très éloigné de « ennemi ». En outre, le concept d' » identité » conduit à un comportement conformiste, où la pensée critique est absente. On obéit aveuglément aux traditions, même si elles sont en tout point de véritables discriminations à l'encontre d'autres races ou à l'encontre du sexe opposé. Finalement, la haine et la violence contre ceux qui ne possèdent pas la même identité coulent de source. Tout simplement parce que quand les penseurs de « l'identité » réduisent l'humanité à son leur propre groupe, tous les nobles principes comme le droit, la tolérance et la non-violence sont uniquement valables au sein de ce groupe. C'est l' » identité » qui a si longtemps empêché la Serbie de livrer ses criminels de guerre. C'est l' » identité » qui a conduit les tribunaux allemands à condamner les nazis à des peines ridiculement basses après la seconde guerre mondiale. C'est l'"identité" qui retient la communauté islamique mondiale d'excommunier Oussama Ben Laden.

En bref, «l'identité» est une notion sur laquelle il est impossible de construire une société pacifique et prospère. Une société identitaire est une société d'exclusion et de conflit. Habituellement, c'est la dernière convulsion d'une société qui a atteint son apogée et qui attend désespérément un rétablissement de son passé, glorieux ou non. Mais plus généralement, «l'identité» un symptôme de notre incapacité à accepter le monde tel qu'il est. Dans le même ordre d'idée, Leonidas Donskis écrit dans «Troubled identity and the modern world» qu'une crise de l'identité est un pléonasme. Parce que l'utilisation du mot «identité» est symptomatique d'une société en crise, une société qui est perçue comme précaire et dangereuse.

Quoi qu'il en soit, l'avenir de l'Europe ne réside absolument pas dans une quête de l'/des identité(s) nationale(s). L'avenir ne réside pas dans une somme des identités nationales. Dans l'Europe d'aujourd'hui, « l'Europe des Nations » est un reliquat du passé. C'est une Europe incapable de résoudre les problèmes. Et c'est une Europe qui ne jouera plus qu'à grand-peine un rôle dans le monde multipolaire du XXIème siècle. En un mot, l'avenir de l'Europe et de l'Union européenne sera post-national, ou ne sera pas.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ON EST TOUS DES ZINNEKES
L’EUROPE SERA INTERCULTURELE OU ELLE NE SERA PAS
Malgré sa carrière politique éblouissante, Guy Verhofstadt a son avenir devant lui.
C’est que ce Gantois multilingue n’est ni belge, ni flamand, ni toscan mais profondément européen et visionnaire de surcroît. C’est en sa qualité de chef de groupe des parlementaires européens libéraux qu’il prend ici la parole contre les nationalistes de toute farine, défenseurs des identités meurtrières qu’ils soient flamingants, basques, sarkosiens, nazis serbes ou…
Il a compris comme personne que les velléités nationalistes ne peuvent qu’engendrer le désastre ainsi qu’il l’illustre de la manière la plus claire dans cette carte blanche lumineuse.
Il se dit depuis des mois que Verhosftadt travaille à un ouvrage sur le cosmopolitisme ? En dehors du cosmopolitisme point de salut en Europe et dans le monde. Cosmopolitisme ou choc des cultures, à nous de choisir !
Le cosmopolitisme se fonde sur le refus des identités meurtrières. Il prône le respect de l’autre, le dialogue entre les cultures et les individus qui les incarnent, le respect mutuel, bref il plaide pour les identités plurielles, métissées, créolisées. Cela, le professeur Eric Corijn de la VUB l’a compris mieux que personne avant lui. Pour lui, Bruxelles est une ville cosmopolite en devenir, un véritable laboratoire interculturel pour une Europe qui se construit.
Nous renvoyons le lecteur aux conclusions magistrales de son dernier ouvrage collectif : Identiteit en Interculturaliteit, identiteitsconstructie bij jongeren in Brussel (p. 109 et suivantes)
“De interculturele dialoog is een zoektocht naar samenleven in eenzelfde publiek ruimte. Het is het aftasten van de mogelijke ontmoeting tussen verschillen (nationale, religieusze of ethnische kenmerken).”(…)Elke interculturele dialoog gebeurt niet alleen tussen twee, maar staat ook tegenover een meer algemene publieke verbeelding. Dat is dan meer een spanning tussen particularisme en universalisme.(…)
Het imago van Brussel zal stelselmatig worden omgebouwd van een bi communautaire hoofdstad van België naar een meer kosmopolitische kleine wereldstad.(…)
Maar die stad van de Europese eenmaking zal ook een postnationale stedelijke openheid moeten opleveren waarin ook niet-westerse achtergronden kunnen gedijen. De multiculturele jeugd verzenen met de Europese missie van Brussel, dat is een belangrijke interculturele opdracht. Is dat niet de agenda van een cultureel plan voor Brussel en voor een herdenken van het Brusselse onderwijssysteem?
De Brusselse jeugd heeft behoefte aan een totaal vernieuwd toekomstbeeld. (…)Brussel is de hoofdstad van Europa en de Brusselaars staan dus ook voor de specifieke Europese interculturaliteit. Het is vast geen makkelijke harmonie, maar het is wel het enige ontwikkelingsmodel waarin elkeen een plaats kan vinden. De Brusselse jongeren zijn geroepen om experten in interculturaliteit te worden. Echte Zinnekes.”

lundi 22 février 2010

Musulmanes ou citoyennes

Une interdiction du voile à l’école permettra d’éviter que les filles issues de l’immigration soient considérées et perçues comme des musulmanes plutôt que comme citoyennes.

La thématique du voile à l’école est particulièrement complexe. D’autant plus que les analystes brouillent les pistes en plaçant tous les motifs du port du voile sur le même plan, ce qui a pour effet pervers de rendre malaisée toute décision et de nier l’explication première du port du voile, à savoir le cadre sexiste et machiste au profit de l’explication, en apparence, religieuse. D’autant plus que l’on argumente aussi d’un refus de prise de décision à propos de l’espace scolaire en considérant la difficulté de distinguer les voilées par obligation, par mode, par affirmation, par défi ou raison identitaire. Cependant, au-delà de ces débats à la fois politique, sociologique et philosophique, la question du voile à l’école primaire et secondaire est particulièrement urgente, à en croire le malaise dans certaines écoles comme à l’Athénée Verviers-2 Verdi, l’influence de certains professeurs de religion islamique, le compromis boiteux de la proposition de Marie-Dominique Simonet, dont on ne sait si l’exercice de compromis peut être acceptable. L’argumentaire en vue d’une clarification du sujet dans l’espace scolaire est pourtant des plus riches.

Légiférer pour une interdiction du voile dans l’enseignement primaire et la totalité de l’enseignement secondaire, doit permettre d’aider les professeurs et les directeurs d’école à s’appuyer sur un texte clair et solennel et non sur la surface du morceau d’oreille à laisser entrevoir. Il s’agit par ailleurs d’éviter les inégalités d’application entre les règlements d’ordre intérieur des différentes écoles publiques. Il s’agit aussi de donner un coup d’arrêt aux manifestations de résistance à l’intégration (à ne pas confondre avec l’assimilation) constatées ces dernières années et au radicalisme qui se cristallisent essentiellement autour de la religion, à travers différents comportements dont la recrudescence du port du voile à l’école.

Une interdiction du voile permettra d’éviter que les filles issues de l’immigration soient considérées et perçues comme des musulmanes plutôt que comme citoyennes. Une loi, évitant que les citoyens n’entrent en “populisme” par rejet, pourrait également correspondre à l’esprit de la philosophie laïque qui doit être appris par les populations de cultures et de religion différentes et qui implique que Dieu doit rester à la maison et le citoyen à l’école. Car ce n’est pas à “l’Etat” de s’adapter politiquement à l’islam mais l’islam, comme l’ont fait les autres religions, à s’adapter à l’organisation de séparation de l’Eglise et de l’Etat. C’est vouloir empêcher la dérive communautaire faisant que la loi religieuse prétend dicter la loi de l’Etat.
Bref, refuser de fonder l’espace public sur des vérités révélées et maintenir sa neutralité devant les religions. Créer un espace de paix où l’on entre sans armes, au-delà de la seule tolérance, pour le plus grand bien de l’organisation du vivre ensemble, de l’autonomie et du libre arbitre de l’individu face au groupe. Une loi aussi pour mettre un frein aux tensions identitaires associées à une troisième génération plus sexiste, plus irrespectueuse, plus déstructurée, alors que l’école n’est pas un lieu public ordinaire.

Légiférer permet de lutter au sein des établissements publics contre le prosélytisme et l’affichage d’un signe d’oppression de la femme que l’on ne peut banaliser. L’école doit être le garant d’une stricte égalité des sexes, il est le pouvoir émancipateur.
C’est aussi pouvoir aider les jeunes filles voilées qui le sont par contrainte parentale, communautaire. Celles-ci, avec la loi, pourront invoquer devant leurs proches “l’état de nécessité” et prendre appui sur la loi pour résister aux différentes pressions. L’école démocratique étant là aussi pour protéger les plus faibles. Sans loi, cela signifierait le droit de la femme à être librement contrainte ! C’est aussi pouvoir aider la fille non voilée qui ne pourra plus subir, au moins dans l’établissement scolaire, le reproche des autres voilées (et de leurs frères) envers celle qui ne le porte pas.

C’est aussi refuser de renfermer les uns et les autres dans la religion d’origine alors que l’école, c’est avant tout l’éducation plurielle. A savoir mettre ensemble des élèves de croyance différente en leur apprenant à respecter les autres convictions mais aussi à pouvoir changer de conviction. Toute chose difficile si on porte un voile censé indiquer le refus de l’échange, du dialogue. Le voile voulant alors signifié : “Trop tard, mon opinion est faite. Vous perdez votre temps à élargir mon horizon, aucune démarche d’esprit critique n’y fera rien, c’est la seule vérité.” Or l’école veut des êtres libres, accessibles à tous les cheminements de la raison, du moi, de l’individu qui se cherche, au moment où se prend la mesure de la relation de l’être avec son univers. Elle est le lieu du “vivre ensemble” où l’on enseigne les principes de citoyenneté au-delà des différences ethniques, spirituelles et politiques.

C’est au final refuser un signe de proclamation qui renforcerait la ghettoïsation scolaire où les élèves se regrouperaient par affinités religieuses en classe, véritable champ de bataille, déjà perceptible par endroit dans les cours de récréation. La classe ne peut être une addition de tribus juxtaposées par libanisation des identités. Son rôle serait de réduire les fractures et tensions entre élèves qui s’affrontent sur les problèmes internationaux, car l’école ne peut-être la chambre d’écho des passions du monde, sans pour autant devenir une chambre stérile. Reconnaissons l’excellence d’une phrase reprise d’une circulaire, certes française, des années 20 selon laquelle “il faut préserver l’école des conflits auxquels les adultes suffisent”.
Pour Malek Chebel, “l’ignorance est l’alliée des fondamentalistes”. C’est à travers l’ouverture entre élèves et avec les enseignants que pourra s’établir la connaissance de l’autre et, au final, on peut l’espérer, la tolérance réciproque. Conscientisation et ouverture qui doivent être entamées prioritairement en protégeant l’école de toute emprise religieuse, de toute pression vis-à-vis de la mixité. Cette mixité qui doit être complète, car si on recule sur la mixité, on recule nécessairement sur l’égalité.
(La Libre Belgique)

COMMENTAIRE
Il me semble que le problème n'est pas de savoir s'il l'on "doit" choisir entre l'islam (ou une autre foi) OU la citoyenneté mais que l'on devrait pouvoir sereinement se déclarer musulman (ou croyant) ET citoyen !
ALI DADDY

Tous les partis sont chrétiens

Par Marc-Antoine Mathijsen

L’actualité belge est marquée par une curieuse résurgence du phénomène religieux. Il n’y a plus de parti chrétien. Il n’y a plus de monde “laïc” opposé au “monde catholique”. Il y a désormais un débat d’idées au sein même de chacun d’entre nous. Une opinion de Marc-Antoine Mathijsen, licencié en droit, sciences politiques et sociales.

Monseigneur Léonard qui s’invite avec "fracas" dans le paysage médiatique belge, Jean-Michel Javaux qui fait son "coming-out" catholique, le MR qui se revendique "humaniste". Joëlle Milquet qui dénie à Jean-Michel Javaux le droit d’évoquer le (non) engagement chrétien de tiers : assurément, l’actualité belge est marquée par une curieuse résurgence du phénomène religieux.
Sur la forme, beaucoup ont commenté les récentes sorties. Pillage du "fonds de commerce" (dixit Gérard Deprez) du PSC - devenu le CdH ? Tentative de rapprochement vers le centre par le MR ? En espérant y rencontrer le gros des troupes chrétiennes ?
Pourtant, rien ne semble avoir changé. Ces dernières évolutions ne font-elles pas que confirmer des transferts que les partis politiques ont jadis connus ? Du MOC au PS, du PSC au MCC ? De tout temps, les chrétiens en politique ont été sollicités.
A l’étranger aussi, Christine Boutin fut reprise dans l’UMP de Nicolas Sarkozy en 2007, la Christen Unie s’est alliée à la CDA aux Pays Bas.
Qu’est-ce qui explique alors la récente ébullition ? Que se passe-t-il ? Nos partis politiques, sont-ils maintenant tous devenus cathos ?

Faisons deux constats.
Primo, la société belge a peut-être atteint un certain degré de maturité politique au niveau du débat sociétal. Un aboutissement après la lente et longue sécularisation de la société, où l’ensemble des fonctions sociales de l’Eglise ont petit à petit été reprises par l’Etat providence. Vint ensuite la déconfessionnalisation profonde du monde politique, accélerée sans doute par le rejet dans l’opposition des partis sociaux chrétiens de 1999 à 2007.
D’où l’émancipation d’une certaine classe politique, décomplexée par rapport aux institutions écclésiales, qui jadis formaient un véritable contre-pouvoir sur leur terrain propre.

Le second constat est que si le débat politique sur les questions de société s’est libéré et a gagné en profondeur, la réflexion personnelle est devenue singulièrement plus complexe, plus subtile, mais peut-être aussi, davantage embrouillée.
Quand Monseigneur Léonard commente la sortie de Javaux en qualifiant ce dernier de "vrai catholique" tout en ajoutant qu’il "peut mieux faire pour être en cohérence avec sa foi" faisant ici allusion aux prises de position du leader Ecolo en faveur de l’avortement et du mariage homosexuel, toute la métamorphose de la société s’y trouve résumée.
Il n’y a plus de parti chrétien. Il n’y a plus de monde "laïc" opposé au "monde catholique" (constatation que le CdH fit d’ailleurs lors de l’élaboration de son nouveau manifeste en juin 2001), il y a désormais un débat d’idées au sein même de chacun d’entre nous.

Les "pilliers" des mouvements confessionnels ont perdu de leur influence, et par la même, ne nous nourrissent plus d’une réflexion "formatée". Nous ne naissons plus dans les piliers catholiques ou laïcs; nous nous forgeons notre propre référentiel de valeurs, au gré de notre éducation, de nos rencontres, etc.
Et c’est ici que réside tout le paradoxe du débat politique sur les questions sociétales. Ne nous y trompons pas, ce n’est pas parce que le débat s’est déplacé au sein même de nos idées et convictions intérieures, que ce dernier n’a plus sa place dans l’espace public, en l’occurrence l’espace politique. Que du contraire.
L’espace politique devient lieu de confrontation et de construction de la réflexion individuelle de nos hommes et femmes politiques.

Dans ce cadre-là, le primat de l’Eglise Belge joue pleinement son rôle, en portant des positions claires, franches et précises. Ne lui demandons pas de porter le débat ou la confrontation d’idées dans ses paroles. Non, il séduit et doit séduire par la cohérence de ses propos, que nous assimilons et confrontons afin de nous forger une opinion en nous-mêmes, dans nos consciences et au sein même de nos enceintes parlementaires. A ce titre, les partis, tous les partis se sont ainsi ouverts aux chrétiens. Et c’est très heureux ainsi. L’Eglise étant universelle, les chrétiens se répartissent naturellement sur l’ensemble de l’échiquier politique belge, allant d’ailleurs d’un nationalisme de la droite flamande jusqu’au mouvement ouvrier chrétien proche des socialistes francophones !

La sortie de Jean-Michel Javaux n’est donc pas machiavélique. Elle illustre en soi l’ouverture des partis aux chrétiens, opérée en douceur, et en l’occurrence, parfois de manière candide.
Le récent manifeste "Mieux, pour tous" du Mouvement Réformateur va dans le même sens, en réaffirmant la laïcité de ce parti qui se déclare "être ni attaché à une confession, ni déconfessionalisé" car "il est un mouvement ouvert aux diverses convictions et religions, dans le respect de chacune d’entre elles".

C’est donc précisément cette laïcité qui permet l’ouverture réelle aux chrétiens. Une laïcité qui permet la coexistence pacifique des différentes religions et courants philosophiques. Loin de les effacer, la laïcité, qui en soi ne peut pas être une opinion, a ainsi pour mission d’organiser les conditions de liberté d’en avoir une. Elle confine l’état dans un rôle de neutralité, pour autant que les libertés fondamentales, telles que l’égalité de la femme à l’homme n’en soit pas atteintes.
Les partis politiques belges ont ainsi sainement évolué d’une laïcité d’exclusion - effaçant tant bien que peuvent les spécificités de chaque religion - vers une laïcité inclusive, tenant précisément compte du rôle que notamment les chrétiens peuvent tenir en politique, en se nourrissant de l’immense héritage spirituel et philosophique dont ils peuvent se prévaloir.
Reste le défi à venir, pour ces mêmes chrétiens en politique, d’être toujours en chemin, "d’être davantage en cohérence avec leur foi" (dixit Léonard), et de témoigner dans les règles de jeux que régit l’état laïc belge moderne, leur message d’espérance et d’amour.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LES VŒUX PIEUX DE ANTOINE MATHIJSEN
Cette «curieuse résurgence du phénomène religieux», le papabile Léonard l’a lui-même souligné, est incontestablement induite par l’activisme musulman en Belgique. Le succès du fracas médiatique provoqué par l’archevêque Léonard résulte d’une montée en flèche de la visibilité de l’islam en Belgique où désormais il entend faire, et il fait, «partie des meubles». S’il n’y a en effet plus de parti chrétien au sens strict, la nébuleuse chrétienne se cherche entre un retour radical aux sources de l’évangile et une tentation traditionaliste qui reprend soudain du poil de la bête.

Il n’y aurait donc plus de monde “laïc” opposé au “monde catholique mais un débat d’idées au sein même de chacun d’entre nous. Autrement dit, chacun désormais pratiquerait dans sa sphère privée une espèce de libre examen de ses convictions et de ses engagements. On croit rêver, et assurément, Marc-Antoine MATHIJSEN rêve éveillé en affirmant une chose pareille.
Analysons son double constat :

Primo, l’ensemble des fonctions sociales de l’Eglise ont petit à petit été reprises par l’Etat providence.
Ce n’est pas inexact. Mais constatons que de plus en plus d’exclus, et nous pensons surtout à la masse des jeunes Bruxellois sous qualifiés, désoeuvrés, mal scolarisées tombent des mailles du filet social pour se retrouver dans celles d’un islamisme de plus en plus présent et actif dans le croissant pauvre où il recrutent à tour de bras.

Second constat : «il n’y a plus de monde laïc opposé au monde catholique il y a désormais un débat d’idées au sein même de chacun d’entre nous. Les piliers des mouvements confessionnels ne nous nourrissent plus d’une réflexion formatée. Nous ne naissons plus dans les piliers catholiques ou laïcs; nous nous forgeons notre propre référentiel de valeurs, au gré de notre éducation, de nos rencontres, etc ». Si cela était vrai, on aimerait que ce le fût, cela voudrait dire que les Belges se sont émancipés de toutes les tutelles religieuses, sociologiques et politiques. Il n’en est rien, qu’il suffise de constater l’état de dépendance financière, sociale et politique des centaines de milliers d’allocataires sociaux « clientélisés » par le PS en Wallonie et à Bruxelles ou aux millions de Flamands inféodés au nationalisme radical des partis résolument anti belges.
Comme on aimerait que désormais «L’espace politique devienne un lieu de confrontation et de construction de la réflexion individuelle de nos hommes et femmes politiques.»

Comme on souhaiterait que tous les Belges, y compris les belges de confession musulmane désormais se forgent une opinion par eux-mêmes, dans leurs consciences, en toute autonomie, en toute indépendance, bref en toute liberté. Quitte à être "être davantage en cohérence avec leur foi", quelle que soit la nature religieuse ou non de cette foi.

dimanche 21 février 2010

L’affront fait à BHL

Il provoque la haine vengeresse ou jalouse que suscitent tous ceux à qui tout, apparemment, a réussi.Et si c’était l’inverse : si BHL était l’une des principales victimes, parfois injustement victime, de ce monde dont la crise économique a révélé la presque totale virtualité ?

Bernard-Henri Lévy sur toutes les chaînes, sur toutes les ondes, dans tous les magazines. Certes ! Parce qu’il a écrit un livre. Et même deux. Mais qui sait de quoi parlent exactement ces livres ? Quelles thèses, quelles théories, quelles visions, il y défend ? Personne. Il y a des fulgurances rhétoriques et de stupéfiantes contradictions logiques dans le plus petit de ces ouvrages, De la guerre en philosophie, qui mériteraient, les unes d’être déclamées, les autres d’être déconstruites. Mais qui y songe ? Au fond, les médias s’en foutent. BHL s’en rend-il compte ? Ce n’est pas le philosophe réel en lui que les médias invitent et promeuvent, c’est le top model, c’est le Rachida Dati de la pensée. Ce qu’il dit finit par être totalement escamoté par la binette qui le dit. Son aveu d’une pratique philosophique assimilée à une guerre implacable, sans quartiers, où tous les moyens sont bons, devrait faire débat.

Un débat passionnant sans doute. Bernique ! À la limite, il y aura quelques articles de complaisance évoquant cette thématique. Mais jamais la moindre discussion sur son bien-fondé, jamais non plus une reconnaissance de l’importance de cette réflexion. Ainsi, le système BHL se retourne contre Bernard-Henri Lévy : la mise en scène de la personne a définitivement éclipsé toute approche ou examen de l’œuvre. Le bouton de chemise est devenu plus important que l’idée. Statut humiliant, à bien y réfléchir, qu’être un emballage qui dévore son propre contenu. Ainsi BHL peut-il écrire dans Le Point que le pape Pie XII en a fait plus contre le nazisme (ou pour s’opposer à la Shoah ) que le général De Gaulle, Churchill et Roosevelt réunis, ça n’a même pas fait un rond dans l’eau. 800 pages en deux ouvrages, une tentative de définition du rôle de philosophe et de réhabilitation de l’utilité de l’esprit de système, dont on ne retient que le fait qu’il a pris un écrivain fictif, fruit d’une blague de potache, pour un authentique spécialiste universitaire de Kant.

Autrement dit, la parole BHListe a moins de résonance que celle de Georges Frêche qui peut, lui, provoquer dix fois plus en disant dix fois moins.
Au fond, ce n’est pas la faute de BHL si ses bévues, ses erreurs, ses sympathiques illusions comme ses volontaires et provocatrices insanités glissent sur le formica de la normalité médiatique comme gouttelettes de mercure sur une toile cirée. On zappe ses déraisons comme on zapperait, et comme on zappe d’ailleurs, ses raisons ; et pas plus ses torts ne le tuent que ses plus généreuses et lucides réactions ne le ressuscitent.

Ce que son cas, qu’il a voulu emblématique (et il est donc servi !), illustre spectaculairement, c’est que les critères très soviétiques du « correctement positionné » ou pas, du «conforme» ou pas au bon ordre des rôles de chacun, du fidèle ou pas au positionnement que la société vous assigne, mais aussi les critères plus libéraux du médiatique ou pas, du négociable ou pas, du compétitif ou pas, du mousseux et moussant ou pas, ont définitivement éclipsé, effacé, éradiqué les concepts de vrai et de faux, de vérité et d’erreur, de raison et de déraison, d’adéquation et d’inadéquation, de juste et d’insensé.
Et plus encore que BHL ou qu’un André Glucksmann (ou même qu’un Alain Badiou) invités par « le système » à jouer le rôle de leur contraire, c’est Alain Minc, l’homme qui a réussi à incarner médiatiquement la raison dominante en ayant eu tort quasiment tout le temps et sur presque tout, qui incarne le mieux ce formidable renversement.

On se polarise sur BHL. Ce type, qui est profondément un « bon mec » (aux yeux de beaucoup je me coule simplement en en faisant le constat) polarise sur son sigle, c’est-à-dire sur sa personne réduite à l’état de sigle, des haines excentriques.
Mais ce qui est vrai pour BHL l’est, en réalité, pour l’essence même du monde, non pas totalitaire mais « totalisant », dans lequel s’inscrit l’intellectuel au monde – au sens heideggerien « d’être au monde » transformé en être pour l’establishment qui incarne le beau et le bon monde – qu’est BHL !

«De quoi BHL est-il le nom ?», comme interrogeait l’autre. Très exactement du système qui, à la fois, a transformé le capitalisme en néocapitalisme et la philosophie en néo-philosophie. C’est-à-dire, a produit, aussi bien dans le monde culturel que dans le monde de la finance, ce type de produits dérivés.
On peut estimer que cette intégration radicale «à l’existant», le réel néolibéral, équivaut à une dissolution, et que le philosophe qui, confronté à l’économie de marché, choisit de dominer – du moins le croit-il – ce qui risque de le submerger, devient lui-même un philosophe de marché. Mais la posture inverse, consistant à fuir, dégoûté, le champ de bataille et à se draper dans une radicalité du refus, laisse de toute façon le marché imposer sa philosophie.
La question est : y a-t-il aujourd’hui une place, une place sociale s’entend, pour la philosophie pure. Laquelle ?
Jean-François Kahn

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CES PRODUITS DERIVES QUI GANGRENENTLES ESPRITS
On n’est pas obligé d’aimer BHL. On est même en droit de le détester mais le lyncher à la manière des médias coalisés contre sa personne est répugnant. «On zappe ses déraisons comme on zapperait, et comme on zappe d’ailleurs, ses raisons ; et pas plus ses torts ne le tuent que ses plus généreuses et lucides réactions ne le ressuscitent.»

Marre de cette culture du zapping, de ce culte du superficiel généralisé qui remplace tout examen critique par un recours aux clichés du café du commerce qui abondent jusque dans les courriers de lecteurs des meilleurs quotidiens dont la lecture soulève le coeur.
«De quoi BHL est-il le nom ?» se demande Jean-François Kahn et de répondre «Très exactement du système qui, à la fois, a transformé le capitalisme en néocapitalisme et la philosophie en néo-philosophie». On aimerait ajouter ou l’islamisme qui a dénaturé l’islam. «C’est-à-dire, ont produit, aussi bien dans le monde culturel que dans le monde de la finance, ce type de produits dérivés.»

Nous sommes en effet de plus en plus confrontés à des produits dérivés de la pensée qui nous pourrissent l’esprit. Le néo libéralisme salvateur qui envahit tout et menace de privatiser les chemins de» fer belge sur le modèle anglais qu a failli en est un. L’islamisme populiste qui gangrène les Communautés musulmanes et égare les esprits en est un autre.