mardi 9 mars 2010

Poort open voor extra scholen in grote steden

Minister van Onderwijs Pascal Smet (sp.a) wil zoveel mogelijk obstakels wegwerken om Antwerpen, Brussel en Gent snel aan meer scholen te helpen. De noodkreet van Antwerps onderwijsschepen Robert Voorhamme (sp.a) om het capaciteitsprobleem in zijn stad aan te pakken is niet in dovemansoren gevallen.

Een van de belangrijkste maatregelen, waar minister Smet al aan werkte en die er nu zeker komt, is het opheffen van de zogenaamde kilometerregel. Die stelt dat er in een dichtbevolkt gebied binnen een straal van twee kilometer rond een school geen nieuwe school van hetzelfde net geopend mag worden. "Voor steden met een capaciteitsprobleem is dat een grote hinderpaal, die we willen wegwerken", bevestigt Pascal Smet aan De Morgen. "We hebben dit ondertussen ingeschreven in onderwijsdecreet XX, dat nog voor het zomerreces goedgekeurd zal worden. De opheffing geldt overigens evenzeer voor Brussel, Gent en andere stedelijke agglomeraties waar er een tekort aan plaatsen op school is."

Steden zullen in de toekomst ook beter kunnen inspelen op wat komen gaat. "Nu moeten er eerst kinderen zijn alvorens je een school kunt openen", zegt Smet, "maar bij vele projecten van stadsuitbreiding weet de stad op voorhand dat daar jonge gezinnen zullen komen wonen. Toch kan ze geen school voorzien. Ook dat zullen we aanpassen, zodat in nieuwe wijken al scholen ingecalculeerd kunnen worden."

De steden laten weten erg blij te zijn met de maatregelen, maar op korte termijn zijn er ook noodingrepen nodig, stellen vooral Antwerpen en Brussel. Voorhamme lanceerde het idee om scholen te subsidiëren die een gebouw willen huren. Op die manier zouden scholen die met een capaciteitsprobleem kampen op een redelijk eenvoudige en snelle manier kunnen uitbreiden, door bijvoorbeeld containerklasjes te plaatsen of zelfs lege kantoorgebouwen te huren. "Het is een optie die ik wil bekijken", zegt Smet. "Als we willen dat mensen in de stad wonen, dan moeten we er ook voor zorgen dat er voldoende scholen zijn." (Kim Herbots)

VERGROENING
Onze redactie werd de afgelopen dagen overspoeld met reacties van jonge Antwerpse ouders, die, ook al hebben ze zich bij vijf scholen ingeschreven, de melding kregen dat er voor hun kind geen plaats is. Het is een bericht dat liefst 26 procent van de ouders die de moeite deed hun kindje aan te melden voor een nieuwe school, gekregen heeft. Dat heeft niets te maken met het nieuwe aanmeldingssysteem, bedoeld om de kampeertoestanden aan de schoolpoorten te vermijden, maar alles met een schrijnend gebrek aan capaciteit.

De ondercapaciteit heeft dan weer alles te maken met een demografische boom, en niet noodzakelijk in de sterkste sociale klassen, die zich in de grotere steden voltrekt. Dat er in onze steden een vergroeningsgolf op komst is, heeft veel te weinig de aandacht van het beleid weten te trekken.

Antwerpen is niet de enige stad die door de problematiek getroffen wordt: vooral Brussel, maar ook de andere centrumsteden kampen met een tekort, nu al van aan de crèche tot de lagere school, maar binnen enkele jaren met alle schooltypes. Een prognose van de stad Antwerpen leert dat er voor instapkleuters komend schooljaar liefst 1.450 plaatsen te weinig zullen zijn. Over vijf jaar wordt een tekort van drieduizend plaatsen voorspeld in Brussel. Alleen al in de hoofdstad komen er volgens voorzichtige demografische schattingen de volgende tien jaar 36.000 kinderen bij, een toename met dik 17 procent. De vergroening is tegelijk synoniem met de verkleuring van de steden, want veel van de kinderen komen uit gezinnen die in oorsprong niet uit België afkomstig zijn.

Dat maakt dat de pure vraag naar meer infrastructuur zich op twee politieke breuklijnen zet: die rond de problematiek van migratie en integratie aan de ene kant, en de groeiende breuklijn tussen politieke vertegenwoordigers van de steden en die van de meer landelijke gebieden. Maar als uit politieke en/of antistedelijke motieven niet snel werk zou worden gemaakt van deze problematiek, zou dat getuigen van een haast misdadige laksheid voor de toekomst van de jeugd, de steden, en dus ook van het land.

Een noodprogramma dat inzet op scholenbouw zou daarentegen zorgen voor extra werkgelegenheid en opleiding en dus integratie van de volgende generatie actieve Vlamingen, die de welvaart van de toekomst en de financiering van de sociale zekerheid zullen moeten creëren.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN VENT MAUVAIS SOUFFLE SUR LA FLANDRE
Alerte rouge à l’explosion démographique surtout à Bruxelles et dans les grandes villes de Flandre. On attend un tsunami , un raz de marée humain et les digues, lisez les écoles, les logements sociaux, les crèches sont vétustes ou inexistants. Le monde politique commence à paniquer. Charles Piqué et Evelyne Uytebroeck avaient déjà fait leur caca nerveux. C’est bien connu, le monde politique flamand, Cd&V et N-VA en tête est allergique à tout ce qui est urbain et s’en désintéressent. Ces partis font le plein de voix à la campagne, dans les banlieues friquées et les lotissements prétentieux où se recrutent les petits esprits nationalistes et égocentriques. Pas dans les villes, ces îlots de perversité, de violence et d’insécurité où souffle un vent libertaire (« Stadtluft macht frei ») et où mijote un bouillon interculturel qui menace la pureté ethnique vlaamsvoelend.
Un enseignement de qualité est un investissement coûteux qui n’est rentable qu’à moyen terme c'est-à-dire bien au-delà d’une échéance électorale.
Mais voilà, il s’écrit dans la presse qu’il devient urgent d’investir dans la sécurité ferroviaire, l’entretien des routes dévastées par l’hiver, désormais dans les écoles ! Comment financer tout cela quand la conjoncture a le blues, que le tissu industriel flamand se délite et que la population de la Bavière flamande vieillit ?
A l’évidence, refuser de refinancer l’enseignement, de le réformer en profondeur (notre enseignement a besoin d’une révolution copernicienne) c’est hypothéquer lourdement l’avenir en créant les conditions d’un délitement du lien sociétal, autrement dit en préparant les condition d’une explosion sociale d’envergure.
Pour Pascal Verbeken, journaliste flamand et auteur de « arm wallonië » le vent a commencé à tourner. « La Wallonie est une région moins crispée ou « coincée » que la Flandre. En général, les Wallons sont plus cool, plus relax, et ça me plaît davantage que la mentalité flamande hyperstressée ».(…) « En Flandre, on peut s’attendre à quelques années très maigres. Nous ne sommes pas préparés à un certains phénomènes qui vont remodeler de fond en comble notre société. À Gand, ces trois dernières années, 6 000 Européens de l’Est sont venus s’installer. Il n’existe aucune politique, pour cela. Ou prenez Bruxelles. En 2025, il y aura 175 000 Bruxellois de plus. Où va-t-on les loger ? Où iront-ils à l’école ? Cela peut être source pression. Mais la politique continue comme si rien ne se passait. Et tout ce qu’elle fait, c’est livrer quelques combats d’arrière-garde. La question de Bruxelles-Hal-Vilvorde doit être résolue, certes, mais c’est moins important qu’une virgule dans une note de bas de page, au regardes véritables problèmes ? »

LA TERRE PROMISE , FLAMANDS EN WALLONIE

Ca faisait longtemps que la VRT et la RTBF n’avaient plus réalisé un documentaire ensemble. Avec La terre promise, ils ont placé la barre au niveau olympique. La série en trois volets tirée de l’ouvrage homonyme est en partie une biographie de la Belgique au travail. Des centaines de milliers de Flamands partis en Wallonie pour y travailler et qui, bien plus tard, à leur grand étonnement, ont vu qu’on fermait leurs usines et leurs cafés. Solidaire a dépoussiéré un peu l’histoire en compagnie de l’écrivain et réalisateur de télévision Pascal Verbeken.

Pascal Verbeken : « Ouvrez un journal et vous êtes assailli par une nuée de cris : “Les Wallons ceci, les Flamands cela…” Alors qu’on peut examiner l’Histoire. » (Photo Tim Dirven)
La terre promise, en néerlandais Arm Wallonië (Pauvre Wallonie), est un document marquant, mais aussi l’histoire universelle de la migration et une illustration de la rapidité avec laquelle le vent de l’économie peut tourner. Il commence par un clin d’oeil, une lettre au socialiste wallon, August De Winne, qui avait écrit plus d’un siècle plus tôt A travers la pauvre Flandre (Door Arm Vlaanderen). Nous rencontrons le journaliste du magazine Humo (équivalent néerlandophone de Télémoustique) le dernier jour de l’année, dans un bistrot gantois, pour bavarder de la publication du bouquin en français, enfin terminée. Et, bien sûr, de la version télévisée de Pauvre Wallonie, qu’il a réalisée en compagnie de Lucas Vander Taelen.

On dit souvent que le livre est toujours meilleur que le film. C’est vrai aussi pour La terre promise ?
Pascal Verbeken. (ricane). Dans le livre, il y a plusieurs passages qui ne figurent pas dans la série, par exemple, la montée et la crise de la social-démocratie wallonne. De même, on y explique moins le déclin économique.

Et nous qui pensions que le média de la télévision allait lui donner une plus-value…
Pascal Verbeken. Pour dire les choses platement, la plus-value se situe plutôt dans la portée de l’œuvre. La terre promise s’est vendu à 5 000 exemplaires. Pas mal, mais cela reste l’équivalent du nombre de spectateurs qu’attirerait le match de foot Lokeren-Westerlo. Même si la série est un échec, en fonction des normes de la TV , je toucherai un multiple du nombre de personnes qui auront lu le livre. C’est une histoire oubliée mais j’estime qu’elle doit être connue le plus possible. Dans la série télévisée, il y a aussi de nouveaux témoignages très forts qu’on ne trouve pas dans le livre. Prenons par exemple l’histoire des travailleurs saisonniers et des navetteurs flamands : chaque jour, jusque dans les années 50, des centaines, voire des milliers de Flamands partaient pour Charleroi. Ils se levaient à 2 h 30, la nuit, faisaient d’abord une demi-heure de vélo jusqu’à l’arrêt de bus, puis allaient à Charleroi, où ils travaillaient toute une journée à 1 500 mètres de profondeur avant de rentrer chez eux le soir.

Pourquoi avez-vous été fasciné par la Wallonie ?
Pascal Verbeken. Là, on entre presque dans le domaine de la psychologie. La Wallonie est une région moins crispée ou « coincée » que la Flandre. En général, les Wallons sont plus cool, plus relax, et ça me plaît davantage que la mentalité flamande hyperstressée. En tant que journaliste, je considère la Wallonie comme un énorme cadeau, car tant de drames s’y cachent. Mais les médias sont gérés par les croyances et illusions du moment. Chaque cri communautaire d’hier doit être commenté aujourd’hui. Ouvrez un journal et vous êtes assailli par un nuée de cris : « Les Wallons ceci, les Flamands cela… ». Alors qu’on peut examiner l’histoire. Et là, on obtient une histoire captivante d’essor et de déclin et vice-versa, à laquelle sont accrochées des tas de conséquences psychologiques et politiques. Il y a cent ans, la Wallonie était la troisième région industrielle du monde. Mais ce géant économique où toute l’Europe venait chercher du travail, cet empire apparemment indestructible, a commencé à s’écrouler lentement mais sûrement dès les années 50. Dans le même temps que la Flandre , pauvre et arriérée, connaissait un mouvement en sens contraire.

Qu’est-ce qui explique ce déclin wallon ?
Pascal Verbeken. Il réside en partie dans ce qu’était la Wallonie : une région qui tournait entièrement sur le charbon. En 1905 déjà, on entendait les premières prévisions concernant la fin de cette économie houillère. Au début des années 30, les économistes wallons disaient textuellement : « Nous sommes un géant aux pieds d’argile. » Cela s’est avéré dans les années 60. Les infrastructures ont vieilli, le charbon devait venir de trop bas, la concurrence étrangère se faisait sentir… Le déclin a débuté dans les années 50, dans le Borinage d’abord, puis à Charleroi, La Louvière et, à la fin des années 70, à Liège. D’où le fait que les Wallons ont de tout autres souvenirs de ce déclin selon leur lieu de naissance et leur âge.
La Société Générale et tous les autres qui se sont enrichis sur le dos de la Wallonie ont ensuite bazardé la région comme un citron pressé. Dès que ça allait mal, ils sont partis refaire le 19e siècle ailleurs dans le monde. Vous connaissez Youngstown, de Bruce Springsteen ? C’est une chanson sur une ville sidérurgique connue des États-Unis comparable à Seraing. Springsteen chante : « Vous les avez suffisamment enrichis pour qu’ils oublient votre nom. » C’est exactement ce qui s’est passé en Wallonie.

Deux années charnières sont 1966 et 1967. En 1966, pour la première fois, le produit national brut flamand a dépassé celui de la Wallonie. Et , en 1967, pour la première fois, il y a eu plus de Wallons que de Flamands au chômage. Vous voyez le lien avec la montée du nationalisme flamand dans ces années-là, ou ai-je pris le virage trop court ?
Pascal Verbeken. Cette montée était en route depuis un bout de temps. N’oublions pas que, jusque dans les années 50, la Belgique a été un pays dans lequel tous ceux qui avaient de l’argent et du pouvoir s’exprimaient en français. À l’époque, la lutte flamande était encore en grande partie une lutte sociale. À la fin des années 50, Gaston Eyskens et le mouvement ouvrier chrétien ont mené une grande campagne pour l’emploi dans leur propre région afin que les Flamands ne doivent pas tous déménager. Ce n’est donc pas un hasard si, après 1967, il y a eu une accélération en flèche dans les relations communautaires. La traduction de la Constitution en néerlandais, la première réforme de l’État, Louvain-la-Neuve… Le pouvoir économique dirige tout.

Vous écrivez que « cette histoire gêne aujourd’hui, parce qu’elle met en l’air le marketing triomphaliste de la riche Flandre ». Qu’entendez-vous par là ?
Pascal Verbeken. Depuis les années 80, il y a eu une transformation de l’identité flamande, devenue progressiste, moderne, talentueuse dans le succès. Cette image de soi a été érigée en programme politique : ce que nous faisons, nous, nous le faisons mieux. Les Flamands, ce sont des BMW, disait-on. Ca n’a cessé de gonfler, jusqu’au moment où Leterme a bloqué le pays. Dans ce discours, il n’y a jamais eu de place pour notre propre histoire, pour la réalité des 500 000 Flamands qui, en raison d’une pauvreté incroyable, sont partis pour la Wallonie.
Ma thèse, c’est que, psychologiquement, la Flandre n’a jamais pu digérer ce passage de la pauvreté à la richesse. La Flandre continue de se profiler comme l’outsider dépité à qui on a toujours donné trop peu. Mais aujourd’hui, on peut difficilement affirmer que cette région discriminée existe encore, non ? Les Flamands ont le pouvoir dans ce pays. Ils ont également le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères. Et pourtant, cet esprit revanchard continue encore à vivre.

Quelles ont été les réactions à votre livre, dans le camp nationaliste flamand ?
Pascal Verbeken. Il n’y en a pas eu beaucoup, ce qui m’a étonné. Le journaliste Marc Platel a écrit que j’étais une âme politiquement correcte et naïve chez qui le franc n’est pas encore tombé. Et que, sans le vouloir, j’ai fourni un plaidoyer pour la scission de la Belgique. (Il rigole). Oui, on est tout de suite récupéré. Ces gens ont bien sûr des lunettes aux verres renforcés 27 fois qui leur permettent de ne voir qu’une seule réalité.
J’ai tout simplement écrit sous forme de livre un travail journalistique dans la tradition du réalisme social. Mais, en même temps, La terre promise est un plaidoyer en faveur de la solidarité. Ma lettre à De Winne ne laisse pas grand-chose à l’imagination. J’ai estimé important qu’il y figure, pour les lecteurs francophones aussi, qui me considèrent quand même avec une sorte de méfiance. Dans les dix premières pages, je voulais ainsi mettre toutes mes cartes sur table.

Comment voyez-vous la scission de la sécurité sociale ?
Pascal Verbeken. Une sécurité sociale digne de ce nom part de la solidarité. Cela signifie : si votre région s’en tire bien, vous n’en faites pas aussitôt un point de lutte pour amputer tout le système. En outre, mon livre est une longue illustration de la façon dont tout peut brusquement se renverser. Par ailleurs, mais ceci est une discussion technique, la situation sur le marché de l’emploi est tellement différente que ce ne serait pas un mal de donner aux régions plus d’instruments pour travailler de façon très orientée. Mais, naturellement, c’est tout autre chose que de se scinder.

On ne peut pas dire la même chose du Limbourg et du reste de la Flandre ?
Pascal Verbeken. Si, absolument. En Wallonie, il y a le Brabant wallon qui peut se sauver, mais il y a aussi des villes comme Charleroi. C’est là que quelque chose doit se passer. Aujourd’hui, 21,4 % des enfants wallons grandissent déjà dans une famille pauvre. Quand on voit que des autorités sont incapables d’y changer quoi que ce soit depuis quelques décennies, il faut passer à d’autres modèles. Mais je suis pessimiste, en général. Et je le suis à propos de la Belgique et la Flandre. Je pense que nous allons lentement mais sûrement vers une implosion de la sécurité sociale. Pour l’instant, elle reste intacte avec de l’argent emprunté. Le problème va devenir plus aigu d’ici cinq, dix ou quinze ans. Michel Daerden dit déjà aujourd’hui que les pensions pourront certainement être payées jusqu’en 2015. En fait, il veut dire qu’il y aura un problème dès 2016…

Après une pauvre Flandre et une Wallonie en essor, puis une Wallonie en déclin et une Flandre riche, à quoi doit-on s’attendre maintenant ?
Pascal Verbeken. En Flandre, on peut s’attendre à quelques années très maigres. Nous ne sommes pas préparés à un certains phénomènes qui vont remodeler de fond en comble notre société. À Gand, ces trois dernières années, 6 000 Européens de l’Est sont venus s’installer. Il n’existe aucune politique, pour cela. Ou prenez Bruxelles. En 2025, il y aura 175 000 Bruxellois de plus. Où va-t-on les loger ? Où iront-ils à l’école ? Cela peut être source pression. Mais la politique continue comme si rien ne se passait. Et tout ce qu’elle fait, c’est livrer quelques combats d’arrière-garde. La question de Bruxelles-Hal-Vilvorde doit être résolue, certes, mais c’est quand moins important qu’une virgule dans une note de bas de page, quand on considère les véritables problèmes ?

Vous avez dit vouloir atteindre un plus vaste public, avec la série télévisée. Quel est le message que vous voulez faire passer ?
Pascal Verbeken. Je ne suis pas un missionnaire, mais j’espère combler çà et là quelques trous dans les mémoires. Que cette histoire consternante de petites gens puisse être une sorte de remède contre la vision courte. Car trop de richesse rend sourd et aveugle et rétrécit la vision et la mémoire. Ce n’est qu’en regardant un peu plus loin, qu’en écoutant l’histoire de ses grands-parents, qu’on remarque à quelle vitesse tout peut changer et basculer.
Si nous prenons nous-mêmes tout en main, il ne peut rien nous arriver : telle est l’illusion qui a vécu très fortement ces trente dernières années en Flandre. Quelle idiotie de penser qu’une région à peine plus grande qu’un mouchoir de poche sur le globe terrestre puisse échapper à des processus mondiaux ! Ce qui se passe aujourd’hui, les 100 000 chômeurs flamands en deux ans, c’est une petite leçon d’humilité. Un passage important de mon livre se déroule à Seraing. Là, je me trouvais dans ma voiture quand j’ai entendu à la radio qu’Agfa-Gevaert voulait liquider 800 emplois. Le vent mauvais qui va souffler sur la Flandre est en train de se lever, avais-je alors écrit. Quatre ans plus tard, je ne connais presque plus personne qui puisse encore me dire : fin 2010, j’aurai encore mon boulot. Dans les médias, dans l’industrie, et même à l’État. En quelques petites années, beaucoup de choses ont changé. Cet orgueil et cette arrogance stupides sont en porte-à-faux par rapport à la vie telle qu’elle est. Dans la série télévisée, il y a l’histoire d’une femme qui, en 1919, est partie de Scheldewindeke pour Charleroi avec ses parents. Elle a cent ans, elle a travaillé toute sa vie dans le textile et elle constate que l’eldorado de l’époque est dans la misère aujourd’hui. Et que la pauvre Flandre est devenue riche. Et qu’elle est déjà en train de basculer. C’est ainsi que ça va, quoi ! Penser que là, on est à l’abri, c’est tellement stupide !
Le documentaire La terre promise / Arm Wallonië sera diffusé sur la RTBF dans les prochaines semaines.

Aucun commentaire: