mercredi 30 juin 2010

Congo : «Un peuple en attente»

Roger Milutin - Le Soir

Ils étaient des milliers, plus d'un million, dit-on, agglutinés le long de cette interminable route qui mène de l'aéroport au Palais de la nation. (...) A les voir ainsi massés, droits dans la chaleur depuis de heures, c'est la honte qui pointe.L'édito de Béatrice Delvaux

Ils étaient des milliers, plus d'un million, dit-on, agglutinés le long de cette interminable route qui mène de l'aéroport au Palais de la nation. Depuis des jours, la tension, l'effervescence montaient dans les rues de Kinshasa. Dans cette ville tout en chair, l'excitation était palpable. Dès lundi matin, ce peuple sans moyens de transport, a marché dès l'aube pour se faire une petite place le long de cette bande de terre qui lui permettrait d'apercevoir le Roi des Belges.

A les voir ainsi massés, droits dans la chaleur depuis de heures, c'est la honte qui pointe. Honte des prises de tête, des « atermoiements » de la classe politique belge pour autoriser le Roi à se rendre au Congo à l'occasion de la célébration de l'indépendance. C'est tout un peuple qui l'attendait avant tout, avant un régime dont on se demandait s'il fallait le cautionner ou pas.

Un peuple dans le besoin, un peuple chaleureux qui revendique des liens intenses avec notre pays, qu'il considère encore toujours comme ce cousin, ce frère ou cette tante, membre de sa tribu ; mais un peuple aussi qui s'interroge sur l'avenir de cette relation. La foule hier a adressé à notre pays un message d'accueil, de sympathie mais aussi une profonde interrogation. Le peuple massé était dense, intense mais souvent muet. Pas de hourra, pas d'applaudissements, mais une profonde réserve, comme une demande, qui pourrait vite être déçue si elle ne reçoit pas d'écho.

Le Congo est aujourd'hui un pays toujours pauvre, démuni. Il ne faut pas s'y tromper : derrière ce ravalement de façade, la peinture fraîche des bâtiments du boulevard du 30 Juin et ces lignes blanches tracées à la hâte durant la nuit sur un bitume plus que parfait, ce sont des gens qui se lèvent le matin et ne mangent rien ou alors parfois une de ces baguettes de pain que des mamans coltinent sur le sommet de leur tête depuis la levée du soleil ; ce sont des enfants dépourvus de futur, errants, ce sont des maisons et des routes qui tiennent par miracle. De plus, la démocratie sur le mode Kabila a encore tellement à prouver, comme en témoigne l'assassinat de Floribert Chebeya .

Mais c'est ce Congo-là aussi qui fait partie de notre histoire et qu'on ne peut se permettre de laisser tomber, d'un geste moralisateur occidental… Il y a là des hommes et des femmes qui comptent sur la Belgique , ce «pays qui ne s'aime pas» et dont les Congolais s'inquiètent de ce qu'il va devenir. Il faut renouer des liens. Lesquels et comment ? En commençant d'abord par écouter. C'est dans cet état d'esprit que Le Soir a voulu s'immerger dans la réalité congolaise. Nous l'avons appris avec la Flandre pourtant proche, lors de notre opération Nord-Sud : ce n'est qu'en construisant des ponts, en nouant des échanges, en s'immergeant dans la réalité de l'autre, qu'on peut comprendre et donc mieux dialogue, négocier.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CE N'EST QU'EN CONSTRUISANT DES PONTS, EN NOUANT DES ECHANGES, EN S'IMMERGEANT DANS LA REALITE DE L'AUTRE, QU'ON PEUT COMPRENDRE ET DONC MIEUX DIALOGUE, NEGOCIER.

Peter Van Rompuy gecoöpteerd senator CD&V

DM update Peter Van Rompuy, zoon van Herman Van Rompuy, zetelt in de komende legislatuur als gecoöpteerd senator voor CD&V in het rode pluche van de Senaat. Na vijf stemrondes in de schoot van de algemene ledenvergadering haalde Van Rompuy het nipt van uittredend senatrice Els Van Hoof.

"Ik ben heel fier dat ik van mijn partij de kans krijg om als gecoöpteerd senator te zetelen en ik zal er alles aan doen om mijn mandaat heel zinvol in te vullen", zo reageerde Peter Van Rompuy opgetogen vlak na zijn aanstelling als gecoöpteerd senator door de algemene ledenvergadering van CD&V.

Van Rompuy kreeg in de vijfde en laatste stemronde 56 stemmen, tegen 54 voor Els Van Hoof. De komende legislatuur wil hij zich toeleggen op thema's zoals staatshervorming en begroting. Ook wil hij via zijn toekomstige politieke werk jongeren aanspreken. Op 20 juli legt hij de eed af in de Hoge Vergadering.

«BELONING»
Van Rompuy ziet zijn aanstelling als een beloning voor zijn inspanningen van de afgelopen jaren. "In 2006 stelde ik me voor de eerste keer verkiesbaar (bij de gemeenteraadsverkiezingen nvdr.). Ik haalde toen 4.000 voorkeurstemmen". Een jaar later, bij de federale verkiezingen, rijfde hij vanop een onverkiesbare plaats (11e opvolger) zo'n 7.000 voorkeurstemmen binnen.

Hij was ook kandidaat (2e opvolger) voor de Vlaamse verkiezingen in 2009 in de kieskring Vlaams-Brabant. Alweer ging hij vooruit in populariteit (10.081 persoonlijke stemmen). Bij de recente parlementsverkiezingen van 13 juni verzamelde Het 30-jarige stemmenkanon uit Sint-Genesius-Rode tot slot 54.949 voorkeurstemmen vanop de achtste plaats op de Senaatslijst.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LES CHIENS FONT PAS DES CHATS
Le fils de médecin devient médecin, le fils de notaire reprend l’étude, le fils à papa les affaires de papa, le fils du boucher revend la boucherie, le fils du roi le sera peut-être mais les fils de politiciens entreront en politique assurément et leurs filles également.
Comme Obélix, ils sont tombés dedans petits.
MG

Philippe Moureaux stapt in het huwelijksbootje

Philippe Moureaux stapt in het huwelijksbootje (belga)

MOLENBEEK/BRUSSEL - PS-minister van Staat Philippe Moureaux (71) is vorige zaterdag in het huwelijksbootje gestapt. Dat gebeurde in alle discretie. Zijn kersverse echtgenote, Latifa Benaicha (35), werkt voor partijgenoot Charles Picqué.
Philippe Moureaux, de burgemeester van Molenbeek en éminence grise van de Franstalige Parti Socialiste, is zaterdag voor de tweede keer getrouwd. Zijn nieuwe vrouw heet Latifa Benaicha en is van Marokkaanse origine. Ze werkt op het kabinet van de Brusselse minister-president Charles Picqué (PS).
Het huwelijk werd zaterdag om vier uur 's namiddags in alle discretie voltrokken op het gemeentehuis van Anderlecht. Een zwarte Mercedes bracht het paar naar het gemeentehuis, waar Benaicha in een lange witte bruidsjurk verscheen. Moureaux zelf hield het bij een sober zwart pak met wit hemd en witte das. Het koppel trouwde alleen voor de wet, niet voor de Kerk. Volgens de website Parlemento.com reden ze na de plechtigheid naar een huis in de rand rond Brussel, waar in privésfeer een huwelijksfeest plaatsvond.

'Privézaak'
Volgens diezelfde website zou het huwelijk in Marokko, het land van herkomst van Benaicha, nog niet officieel verklaard zijn. Daarvoor moet de echtgenoot zich eerst via een verklaring tot de islam bekeren. Dat zou nog niet zijn gebeurd. 'Verzinsels', reageert Philippe Moureaux daarop. 'Ik heb me niet tot de islam bekeerd. Dat is ook niet nodig. Ons huwelijk is er één zoals er elke dag tientallen zijn. En het is vooral een privézaak, ik wil daar niet veel over kwijt.'

Tweede huwelijk
Voor Moureaux is het zijn tweede huwelijk. Hij was eerder gehuwd met Françoise Dupuis, met wie hij de dochters Catherine, Isabelle en Claire ter wereld bracht. Dupuis is ook politiek actief: ze is lid van de PS en momenteel voorzitster van het Brusselse Parlement. Tussen 1999 en 2004 was ze minister in de Franstalige gemeenschapsregering, bevoegd voor hoger onderwijs en wetenschappelijk onderzoek. Later was ze staatssecretaris voor huisvesting in de Brusselse regering.
Moureaux en Dupuis leefden al langer apart, maar scheidden pas onlangs officieel.

mardi 29 juin 2010

73.000 offres d'emploi ne trouvent pas preneurs

Malgré un chômage historiquement élevé, le nombre de places vacantes atteint des sommets. Les patrons dénoncent le dérapage salarial.

La sortie de crise n'est pas sans paradoxe. Si l'on croit le baromètre annuel publié par le département social de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), le nombre d'offres d'emploi disponibles a en effet retrouvé son niveau d'avant le début de la crise. En janvier 2009, elles étaient au nombre de 72.000. Aujourd'hui, elles ne sont pas moins de 73.172. Et ce, alors que le chômage n'a jamais été aussi élevé.

«Il y a certainement un problème d'inadéquation entre l'offre des institutions d'enseignement et les besoins des entreprises, commente Pieter Timmermans, directeur général de la FEB. Mais cela va plus loin. Car bon nombre des offres en souffrance ne demandent aucune qualification. »

Deux mois avant une entrée qui s'annonce socialement intense, le patronat demande la conclusion d'un grand accord, à l'image de celui qui a été conclu en Allemagne. Mot d'ordre : une nécessaire modération salariale. « Si on réduisait notre handicap salarial, on créerait 42.000 emplois », dit Timmermans.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ABSURDE N’EST-IL PAS?
Chacun appréciera.
22% de chômeurs à Bruxelles représentent 22% de voix potentielles pour les partis pratiquant le clientélisme à outrance

Meer terrassen, meer centen voor de stadskas

De vele terrassen, onder meer op de Grote Markt, leveren de stad een aardige duit op.
De eerste hittegolf is aangebroken. De Brusselaars zoeken massaal de terrassen op. Die zijn interessant voor de horeca maar ook ... voor de stadskas. In 2009 leverden 900 terrasvergunningen 236.000 euro op, een pak meer geld dan drie jaar eerder.
Hoe groter het terras, hoe meer volk een café of restaurant kan hebben. Maar de openbare ruimte bezetten met tafels en stoelen heeft zijn prijs. Naargelang de wijk kost een toelating van de stad Brussel 10 à 20 euro per vierkante meter.
In 2009 leverde de stad 900 terrasvergunning af, zo bericht La Dernière Heure. Goed voor een opbrengst van 236.000 euro. In 2006 was dat nog 208.000 euro voor 800 vergunningen. 80 procent van de aanvragen krijgen een positief gevolg.
De politie controleert regelmatig of de uitbaters van café's en restaurants de regels respecteren. In de zone Hoofdstad-Elsene zijn dit jaar al 45 pv's opgesteld. Meestal omdat een handelaar zijn terras te groot bemeet of niet de vereiste 1,5 meter doorgang op het voetpad respecteert. Na een waarschuwing kan een boete van 250 euro volgen.
© brusselnieuws.be
 
COMMENTAIRE DE DIVERCITY
VIVE LES TERRASSES DE L’ÉTÉ
Les terrasses bruxelloises envahissent les trottoirs de la capitale comme du temps où Bruxelles Brussellait. C’est un pur bonheur.
Le terrasses ont un double avantage: elle créent du lien social et exercent un contrôle bon enfant efficace. En cela elle sont un véritable outil de cohésion sociale qui donne à l’espace public un supplément de convivialité.
Comment oublier cette scène inoubliable de Roma de Fellini où on voit un énorme tramway traversant un grand restaurant en plein air avec des centaines de dîneurs romains attablés à des tréteaux bruegeliens s’empiffrant de spaghetti et se barbouillant de sauce bolognaise.
« Dans une grande ville, la sécurité règne dans les rues très fréquentées et est absente des ruelles
désertes et inanimées.»
«Plus il y aura des yeux dans la rue et plus ces yeux verront loin, mieux se porteront les quartiers déshérités. »
«Ces yeux surveillent de façon incidente les enfants et adolescents qui jouent, contribuant à les insérer dans la vie sociale de leur cité, tout en vaquant à leurs conversations. » écrivait Jane Jacobs dans son célèbre « Déclin et survie des villes américaines».
La place de Londres est devenu les soirs d’été un lieu magique où se retrouvent les dîneurs cosmopolites. La terrasse située au croisement des avenues Deschanel et Louis Bertrand , face au mat de l’Allaing est un lieu de détente aussi apprécié que les terrasses du parvis de Saint Gilles. Quant à lan place qui jouxte la place Flagey, elle fut ce week-end envahie par une gigantesque terrasse montée par Vedett et prise d’assaut par une jeunesse joyeuse, ravie d’assister en plein air à des projections nocturnes gratuites sur écran géant. Chapeau.
Ixelles a tort de ne pas interdire aux voitures le
Périmètre Flagey étangs d’Ixelles les dimanches d‘été.
Mais la plus belle de toutes les terrasses bruxelloise, c’est sans aucun doute celle de l’esplanade joliment restaurée du magnifique Parc Josaphat. Hélas, elle est désespérément déserte faute d’avoir désigné un exploitant. Cette négligence du Collège est d’autant plus coupable que beaucoup de Schaerbeekois n’auront pas cet été les moyens de s’offrir des vacances.
A deux ans des élections communale, c’est plus qu’une erreur, c’est une faute.
Cela dit, Bruxelles en juillet, cela vaut bien Paris au mois d’août.
Le réchauffement climatique n’a pas que des inconvénients. Il induit en effet un art de vivre plus méditerranéen.
MG

SLACHTOFFER MISBRUIK DAAGT GERECHT UIT

BRUSSEL - Jan Hertogen, slachtoffer van seksueel misbruik in de Kerk, roept alle lotgenoten die zich door het gerecht bedrogen voelen, op zich als 'benadeelde persoon' te melden.
Voor het eerst sinds de commissie-Adriaenssens klachten over seksueel misbruik in de Kerk verzamelde en het gerecht alle dossiers in beslag nam, krijgt het misbruik ook een gezicht. De 63-jarige socioloog Jan Hertogen werd als tiener in de jeugdbeweging misbruikt. Hij komt daar nu openlijk voor uit. 'Omdat ik alle slachtoffers een gezicht wil geven, zodat het gerecht weet over welke mensen het gaat.'
Hertogen deed zijn verhaal aan de commissie toen de zaak rond ex-bisschop Roger Vangheluwe losbarstte. Hij wilde niet dat het gerecht daarvan op de hoogte werd gebracht. Gisteren meldde hij zich bij het parket van Brussel om zich als 'benadeelde persoon' te laten registreren. Zo heeft hij het recht om te worden geïnformeerd over wat de onderzoeksrechter met zijn dossier zal doen.
'Ik roep alle slachtoffers op om hetzelfde te doen', zegt hij. 'Het is het enige recht waarvan we nog gebruik kunnen maken. Het dwingt het gerecht om met ons, de slachtoffers, rekening te houden.'
Hertogen krijgt de steun van advocaat Walter Van Steenbrugge, die opmerkt dat er niets dan voordelen verbonden zijn aan het statuut van benadeelde persoon. 'Het is kosteloos en gebeurt in respect voor het geheim van het onderzoek. Slachtoffers hoeven niet bang te zijn dat hun privacy hierdoor te grabbel wordt gegooid.'
Wie daarover gisteren nog informatie wou inwinnen bij de commissie-Adriaenssens, ving bot. De telefoon van de commissie werkt niet meer, e-mails worden niet meer gelezen. De voltallige commissie nam ontslag. Het gerecht ondervroeg Peter Adriaenssens ook urenlang, als getuige. Daarbij legde hij uit hoe de commissie de dossiers verwerkte en tot het besluit kwam om ze al dan niet aan het gerecht door te spelen. Zelf vroeg Adriaenssens de onderzoeksrechter om een aanspreekpunt voor slachtoffers in het leven te roepen.
Wie het werk van de commissie moet overnemen, is onduidelijk. De minister van Justitie, Stefaan De Clerck (CD&V), kon gisteren niet zeggen of er snel vervanging zou komen. De commissie wil nog 'waardig' afsluiten en een rapport maken. Maar het is niet helemaal duidelijk wat daar kan instaan.
Volgens het parket worden de dossiers van de commissie-Adriaenssens, die in de schoot van de Kerk was opgericht, in elk geval niet naar de bisdommen teruggestuurd. De dossiers die donderdag in beslag genomen werden in het Vertrouwenscentrum Kindermishandeling in Leuven, blijven zeker nog maanden bij het gerecht. De prioriteit van de speurders gaat eerst naar de computers van het aartsbisdom en de documenten die ze in het aartsbisdom hebben meegenomen. (DS)
 
COMMENTAIRE DE DIVERCITY
DU JESUITISME DE CHEZ LES JESUITES
Dans «l’impossibilité matérielle» de travailler, la commission Adriaenssens a jeté l’éponge, collectivement. Cette commission instituée en 2000 au sein de l’Eglise pour traiter les plaintes pour abus sexuels dans une relation pastorale était déjà cliniquement morte.
Il s’agissait d’une commission non pas judiciaire ou parlementaire mais bien «ecclésiale», autrement dit catholique, ou plus exactement cléricale chargée par l’église d’accueillir les plaintes pour abus sexuel commis par des prêtres, des diacres, des religieux, des catéchistes.
Les victimes pouvaient s’y adresser via un point de contact téléphonique, par lettre ou par e-mail. Trente dossiers furent traités en dix ans mais près de 599 depuis l’éclatement, le 24 avril dernier, date de l’affaire Vangheluwe, ancien évêque de Bruges, qui a reconnu avoir abusé d’un jeune garçon de son proche entourage pendant de longues années, a délié les langues. De toute évidence, l’articulation entre la justice et la commission Adriaenssens a toujours été caduque.
Par sa nature même, la commission ecclésiale a un statut ambigu, qui donne l’apparence d’une justice parallèle, interne à l’Eglise. Du jésuitisme de chez les jésuites.
Dès le début, en 2000, le professeur Adrianssen avait émis des réserves. « On ne peut pas être juge et partie.
Ce n’est pas l’institution où des gens ont été agressés qui peut aider le mieux les victimes, en toute objectivité et en toute sérénité. » 
Et d‘ajouter: "Ce que j’aurais apprécié, c’est un excellent centre d’information au sein de l’Eglise, qui oriente les plaignants vers des services existants d’aide aux victimes, comme SOS-Enfants."
La commission prenait elle-même la responsabilité de faire connaître, ou non, à la Justice des faits susceptibles de constituer une infraction, le ministère public restant libre dans l’exercice des poursuites individuelles. Un accord bancal qui ne lie aucunement les juges d’instruction.
Dimanche, dans "Het Nieuwsblad", le procureur général de Liège, Cédric Visart de Bocarmé, indiquait qu’il n’était pas question d’une collaboration. "Si la commission décide de ne pas transmettre certains dossiers à la justice, c’est sa responsabilité, mais elle s’expose alors à ce qu’un juge d’instruction en ordonne la saisie. C’est ce qui s’est produit."
 
Sur les 475 personnes qui ont confié leur histoire à la commission, une centaine ont indiqué qu’elles étaient d’accord pour que leur dossier soit transmis à la justice, tous les autres réclamant la discrétion, indiquait lundi le professeur Adriaenssens dans "De Standaard".
 
Jan Hertogen, sociologue connu de la VUB fut dans son adolescence victime d’abus sexuels de la part d’un ecclésiatique. Il s‘est senti grugé par le procédé utilisé par le parquet, confisquant, sans son consentement, son dossier traité par la commission.
Il a décidé de déposer un recours en justice en qualité de personne moralement lésée.
De cette manière Jan Hertogen , donne un visage aux victimes qui ont choisi l’anonymat, ce qui est leur droit le plus strict. Hertogen s’est confié à la commission suite à l’affaire de l’évêque de Bruges. Il ne souhaitait en aucune manière en informer le parquet.
Désormais en sa qualité de plaignant il sera informé de ce que le parquet entend faire de son dossier.
Hertogen a lancé un appel à toutes les victimes pour qu’elles suivent son exemple.
Voilà qui obligerait la justice a braiment tenir compte des victimes. La démarche est gratuite et ne présente aucun inconvénient pour les victimes se sentant lésées.

lundi 28 juin 2010

Laatste oordeel

Walter Pauli

Nu heeft ook paus Benedictus XVI kritiek op het Belgische gerecht. Zoals verwacht viseert de paus het evidente gebrek aan verstand van de speurders: het was absoluut ongepast te krabben aan de graven van wijlen kardinalen Suenens en Van Roey. Die fout is niet zomaar dom, maar vrijwel onverantwoord: wie dit zo gevoelige onderzoek van binnen uit had willen saboteren, had het niet slimmer kunnen aanpakken. Men hoeft zelfs geen amateur-psycholoog te zijn om te begrijpen dat Rome écht geschokt is over dit nieuws. En dat het Vaticaan een dergelijke fout maximaal zal uitbuiten.

Vandaar dat de paus nu al de Belgische ambassadeur op het matje roept. Dat lijkt een uitzonderlijk strenge diplomatieke stap, maar het verbergt ook onmacht. Wat heeft men nog achter de hand als er straks een bisschop wordt aangeklaagd of in (voorlopige) hechtenis genomen? In het geval van ex-bisschop Vangheluwe is dat niet ondenkbaar.

Vandaar dat de Vaticaanse interventie, hoe stoer ook, vooral een schot voor de boeg is. Rome laat weten dat de Belgische overheid extra terughoudend moet zijn als er in een gerechtelijk onderzoek priesters of bisschoppen betrokken zijn. Dan verkiest men een interne tuchtprocedure. Bijvoorbeeld via een commissie-Adriaenssens. Tot bleek dat de bisschoppenconferentie vorige week nog vergaderde over de vraag of die Adriaenssens echt wel kennis moest hebben van 'verjaarde dossiers'. Dat agendapunt alleen al verraadt dat de kerk een dubbele agenda heeft. Zelfs jegens haar eigen commissie-Adriaenssens.

Eigenlijk stond die ambiguïteit in de sterren geschreven. Peter Adriaenssens was al gewaarschuwd door zijn eigen Leuvense universitaire hiërarchie. Hij moet én slachtoffers bijstaan, én helpen om gerechtigheid doen geschieden. Hij zou dus de kloof tussen gerecht en genade moeten kunnen overbruggen. Zo werd Peter Adriaenssens uitgenodigd om stilzwijgend de scheiding tussen kerk en staat te schenden. En dat kan en mag niet.

Zeker: het gerecht is niet onfeilbaar. Het is vaak ruw met slachtoffers. Schaadt wel eens de vertrouwelijkheid van het dossier. Maar: het gerecht is het gerecht. De ultieme, en uiteindelijk de enige instantie om te straffen, vrij te pleiten, en dus te oordelen. In een democratie is Het Laatste Oordeel geen muurschildering in de Sixtijnse kapel, maar een absoluut prerogatief van de rechterlijke macht.

Walter Pauli
Politiek commentator

Fatima Zibouh: "Le candidat ne suffit pas"

Fatima Zibouh pointe un décalage entre population d’origine étrangère et sa représentation. MR et Ecolo doivent faire des efforts, note-t-elle.
Comment le vote "ethnique" a-t-il influencé les résultats du scrutin fédéral du 13 juin dernier ? Tentative de réponse avec Fatima Zibouh, chercheuse à l’Université de Liège et auteure d’une étude sur la participation politique des élus d’origine maghrébine lors des élections régionales de 2004. Il faut également rappeler la polémique née de la désignation de la jeune femme voilée au conseil d’administration du Centre pour l’égalité des chances. Si Fatima Zibouh assure qu’elle n’est aucunement membre d’Ecolo, c’est bien le parti vert qui l’a proposée à ce poste.
Mais retour à l’analyse des élections, parti par parti. "La présence sur les listes de candidats d’origine étrangère est beaucoup plus forte lors des élections communales, a fortiori dans les communes à forte densité de population d’origine étrangère, entame Fatima Zibouh. Cette présence diminue pour les régionales et encore pour les élections fédérales. Les résultats des dernières élections montrent que le pourcentage d’élus d’origine étrangère est inférieur au pourcentage de personnes d’origine étrangère dans la population. Il y a un décalage." Pour elle, deux explications s’imposent. D’abord le fait que les partis politiques ont eu finalement très peu de temps pour constituer leurs listes, compte tenu du caractère anticipé du vote. Et en second lieu, l’idée selon laquelle, pour les partis, le vote "allochtone" représente un enjeu électoral beaucoup moins important (les non-Belges ne votant que pour les communales) que pour des élections qui se déroulent à d’autres niveaux de pouvoir.
"Oui bien sûr des candidats d’origine étrangère se sont présentés, surtout au parti socialiste, ajoute Fatima Zibouh. Je pense naturellement à la ministre de la Culture (Fadila Laanan) ou au secrétaire d’Etat Bruxellois (Emir Kir), c’est également le cas au Sénat. Ce qui fait dire à certains que le fait de tenir compte de l’évolution sociologique du pays permet d’engranger des voix. À cet égard j’ai été marquée par les déclarations d’Olivier Maingain, pour qui ce n’est suffisamment pas le cas au MR".
Le CDH, en revanche, joue la carte "allochtone" depuis un certain nombre de scrutins, sans pour autant en récolter un avantage déterminant. "Mettre un candidat d’origine étrangère ne suffit pas, commente Fatima Zibouh. Il faut également tenir compte des préoccupations de ces populations. Je rappelle que selon une étude de l’ULB, près de 50 % des musulmans votent socialiste alors qu’on aurait pu imaginer que cet électorat se dirigerait naturellement vers le CDH, réputé plus proche du religieux".
Quant à Ecolo, "il va devoir aussi tenir compte de l’évolution qu’annoncent les démographes s’il veut engranger plus de voix", indique Fatima Zibouh, qui précise que les préoccupations d’Ecolo sur l’environnement sont surtout celles de classes moyennes et ne touchent pas forcément les populations d’origine étrangère. Au final, même si tous les sièges n’ont pas été attribués (jeux des suppléances et des cooptations obligent), la présence d’élus d’origine étrangère ne s’annonce pas si insignifiante que cela au Parlement. Ainsi, la N-VA fait entrer deux candidates, d’origines turque et marocaine, à la Chambre qui, pour l’heure, devrait compter 6 députés d’origine non belge sur 150, apportés par le PS, le SPA, la N-VA , le CD&V Ecolo et Groen ! Au Sénat, sur 40 sièges à élection directe, trois devraient être occupés par des élus d’origine étrangère. Trois autres peuvent encore se trouver parmi les 21 sénateurs de Communauté et cooptés.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
VOTE ETHNIQUE?
Il ne viendrait à l'esprit de personne de qualifier Elio Di Rupo, Obama ou Nicolas Sarkhozi de candidats ethniques ou hommes politiques d'origine étrangère. Pourtant tous les trois sont nés d'un père et d'une mère (pour l'un des trois) issus de l'immigration. Tout comme Fatima Zibouh, du moins on peut l'imaginer.
En signant son article d'une photo où elle apparaît voilée Fatima elle pose un acte médiatique fort: affirmer sa différence. Différence identitaire ou religieuse, les deux peut-être? C'est là son droit le plus strict et personne ne le lui conteste. Qui contesterait à Joëlle Milquet le droit de revêtir les trois couleurs belges?
Qu'il nous soit permis, au nom de la liberté d'expression, de nous demander quelle valeur symbolique elle attribue à ce bout de tissu visant a souligner, en tout état de cause, son identité culturelle, sinon religieuse.
Difficile de considérer cette affirmation toute symbolique comme un geste neutre.
MG

Congo : le cœur et la raison, la parole et le geste

COLETTE BRAECKMAN

Les raisons pour lesquelles Albert II ne prononcera pas de discours public pour le 50e anniversaire du Congo sont évidentes : aucune prise de parole ne lui a été demandée, il doit éviter toute récupération politicienne de ses propos, là-bas comme en Belgique, et il n’a pas à se positionner entre De Gucht le « père sévère » et Louis Michel l’« ami fidèle », pas à choisir entre le blâme et l’éloge.
Mais surtout, 50 ans après l’indépendance, le roi des Belges souhaite n’être qu’un invité parmi d’autres, sans préséance ni droit particulier, afin de signifier clairement que les relations entre les deux pays sont devenues égalitaires. Que Congolais et Belges sont des partenaires, liés par les souvenirs de l’histoire et par le respect mutuel, mais qui ont évolué séparément.
Tout cela est vrai, rationnel, politiquement correct et sans danger. Mais cela ne correspond pas au sentiment populaire. Car même s’ils veulent tourner la page, les Belges gardent au Congo une place particulière, une responsabilité historique qui les poursuit, même lorsqu’ils refusent de l’assumer. Quant à Albert II, frère de Baudouin, qui fut roi des Belges et souverain d’un Congo auquel il accorda l’indépendance, il est aussi le descendant de Léopold II qui imposa au reste du monde les frontières et l’existence de ce vaste ensemble.
Le souvenir du passé, les héritages familiaux expliquent pourquoi le roi des Belges n’est pas un invité comme les autres. Serait-il muet et couleur de muraille qu’il serait tout le même le « primus inter pares », celui dont la visite est la plus attendue, la plus fêtée aussi – après avoir été la plus controversée et contestée par ceux qui y voient une caution politique alors qu’en réalité il ne s’agit que de la participation à une fête de la mémoire et à un pari sur l’avenir. Autrement dit, si c’est pour les Congolais que le Roi a fait le voyage, il doit savoir qu’ils attendent quelque chose de lui. Sinon une parole publique, du moins, au-delà des fastes et des apparats, un regard sur leur condition réelle, un contact humain, un geste digne des innombrables solidarités qui, sur le plan humain, se maintiennent entre les deux pays.
Quel geste ? Quel regard, et quand ? Quel contact ? Ce n’est pas le protocole qui nous l’apprendra. Souhaitons seulement qu’au Congo, Albert II ait l’occasion (ou l’audace ?) de sortir du carcan et d’être lui-même, un homme bon et attentif qui saura toucher le cœur de ceux qui l’attendent avec ferveur…

Congo retour sur un pari perdu

L’indépendance dans trente ans…Ecrivant ces lignes en 1955, depuis son bureau de l’institut universitaire d’Anvers, Jef Van Bilsen, ne pouvait pas prévoir le séisme qu’il allait provoquer. Séisme en Belgique, où le professeur fut traité de fou pour avoir oser imaginer que dans un délai aussi bref ces « grands enfants » de Congolais pourraient jamais être prêts. Séisme au Congo où une brèche s’est soudain ouverte, laissant entrevoir que l’indépendance est désormais possible. En juillet 1956, un petit groupe d’intellectuels congolais, « Conscience africaine » parmi lesquels Joseph Iléo, futur Premier Ministre, et l’abbé Malula, futur cardinal, publie, en termes prudents, un Manifeste réclamant l’ « émancipation progressive » et rejetant la politique d’ « assimilation » des Noirs, c’est-à-dire l’échelle sociale qu’étaient censés gravir les « évolués ». Un mois plus tard, l’association culturelle et ethnique des Bakongo (Abako) publie à son tour un document signé par son président Joseph Kasa Vubu, et réclamant, lui, l’indépendance au plus tôt…Dans la foulée des élections communales de 1957 qui élisent les premiers bourgmestres, les partis politiques apparaissent, l’Abako qui mise sur la solidarité ethnique tandis que le Mouvement national congolais, (MNC) créé en 1958, se veut supraethnique et rassemble des personnalités de poids, Iléo, Adoula, Makoso et surtout Patrice Lumumba.
Lorsqu’il rentre de la conférence d’Accra en décembre 58, où il a rencontré N’Krumah et Sekou Touré, Lumumba est transformé : il inscrit la revendication de l’indépendance dans la ligne du combat panafricain, de la solidarité continentale. La même année, à Brazzaville, l’apostrophe du général de Gaulle a été entendue de l’autre côté du fleuve : « ceux qui veulent l’indépendance, qu’ils la prennent ».
A Bruxelles pendant ce temps, l’Expo 58 a représenté l’apogée d’une certaine « Belgique joyeuse » et les pavillons congolais ont été l’illustration de la colonie modèle (même si la police a du intervenir pour empêcher les visiteurs de jeter des bananes aux indigènes du « village congolais » qui finit par être fermé). Les Congolais, eux, ont retenu qu’en Belgique, les Européens ne sont pas tous des demi- dieux, qu’ils peuvent être pauvres, travailler de leurs mains et se montrer hospitaliers. C’est le 4 janvier 1959 que Léopoldville explose : à la surprise générale, des émeutes éclatent, les Congolais marchent sur la ville des Blancs, la Force publique ouvre le feu, le soulèvement fait plus de 250 morts. Désormais, entre Blancs et Noirs, un fossé s’est creusé.
Le 13 janvier, le roi Baudouin prononce la formule qui passera à l’histoire : conduire les Congolais à l’indépendance, sans atermoiements funestes et sans précipitation inconsidérée.
En réalité, on aura les deux.

FRONT COMMUN AUTOUR DE LA TABLE RONDE
Durant toute l’année 59, tandis que Bruxelles tergiverse, hésite, le Congo se radicalise, de vastes régions échappent à l’autorité, refusent impôts et corvées : l’indépendance, on la veut désormais au plus vite. Le 20 janvier 1960, convoquée par le ministre des Colonies De Schrijver, s’ouvre la Table Ronde politique. Les Congolais surprennent : arrivés en ordre dispersé, encadrés par des conseillers belges en fonction des affinités politiques de chacun, ils dépassent leur divisions pour remporter une première victoire, faire libérer Patrice Lumumba alors détenu à Stanleyville. Le futur Premier Ministre a quitté le Congo menottes aux mains, il arrive à Bruxelles en héros et exhibe ses poignets encore bandés. Les Congolais, qui constituent désormais un Front commun, poussent l’avantage. Réclamant l’indépendance immédiate -ce qui n’est encore qu’une base de négociations- ils sont eux-même surpris d’être aussitôt exaucés : ce sera le 30 juin. François Perin, conseiller à l’époque, se souvient : « le socialiste Henri Rolin rêvait du Prix Nobel de la Paix , et, soutenant les Congolais il déclarera «il faudra le 30 juin, remettre toutes les clés au Congo ».
Les avis du gouvernement de coalition (social chrétien socialiste) sont divisés, les uns parlent de « lâchage », les autres de « pari congolais », l’opinion publique belge, en cette année de remous sociaux, est indifférente, elle ne veut surtout pas se battre pour le Congo. Par la suite, Justin Bomboko, le futur ministre des Affaires étrangères, comme Albert Kalonji, le leader du Kasaï, se souviendront de leurs doutes : « nous étions inquiets, tout allait trop vite. Même Kasa-Vubu flairait le piège. Par la suite, certains d’entre nous demandèrent aux Belges d’y aller progressivement, de commencer par nous associer au pouvoir durant deux ou trois ans, de mettre en place un gouvernement provisoire… Mais il était trop tard, les dés étaient jetés»
Après avoir écarté l’idée selon laquelle le roi Baudouin pourrait rester à la fois roi des Belges et roi du Congo ou que son frère Albert pourrait le remplacer à l’image de Lord Mountbatten « vice roi des Indes », les délégués s’inspirent du modèle belge de l’époque : un Etat unitaire, avec des provinces disposant de pouvoirs importants, un régime parlementaire où le Premier Ministre est responsable devant un Parlement à deux Chambres. Un président qui, à l’instar du Roi, règne mais ne gouverne pas, tout en pouvant révoquer le Premier Ministre. Bref, un partage du pouvoir qui satisfait toutes les ambitions mais préfigure de futurs conflits.
Lorsque la date du 30 juin est fixée, le chanteur Joseph Kabasele et le guitariste Armando Brazos créent, au club de l’hôtel Plaza à Bruxelles, une chanson qui fera le tour de l’Afrique « Indépendance cha cha » : » nous avons gagné, c’est l’indépendance que nous venons d’obtenir ». Les délégués à la Table ronde dansent toute la nuit, sur les rythmes de l’African Jazz et lorsqu’il rentre au pays, l’orchestre est porté en triomphe. Mais les Belges n’ont pas dit leur dernier mot : ils organisent avec soin la Table ronde économique, qui se tiendra de 26 avril au 26 mai.
Albert Kalondji se souvient… de son absence : « tous les grands leaders étaient en campagne, nous préparions les élections du mois de mai et avions laissé des jeunes, universitaires encore aux études, discuter des questions économiques. Ce que nous voulions, c’était surtout faire une sorte d’inventaire. » Les jeunes Congolais sont éblouis par l’accueil : un costume neuf, une voiture avec chauffeur, des égards inhabituels…Un jeune militaire, que son mentor, le colonel Marlière, a envoyé faire un stage de journalisme à Bruxelles, est désigné pour représenter le MNC : Joseph Désiré Mobutu. Personne ne sait que le jeune homme, qui a la confiance de Lumumba, a été présenté aux Américains par le colonel Marlière en 1958 et qu’il travaille pour la Sûreté belge.
Habiles, les Belges obtiennent la dissolution des compagnies à Charte, les sociétés commerciales, devenues de droit belge, peuvent rapatrier leurs avoirs en métropole, la fuite des capitaux s’accélère, le futur Etat congolais perd sa majorité au sein de l’Union minière du haut Katanga. « Lorsque Lumumba devient Premier Ministre, les caisses sont vides » assure le politologue Jean Omasombo.
A la veille de l’indépendance et à la suite des élections remportées par le MNC de Lumumba, un « compromis à la belge » prévaut : Lumumba et Kasa-Vuvu, l’un destiné à être Premier Ministre, l’autre à occuper la fonction de Président, se partagent les rôles d’ « informateur », de » formateur ». Il n’y a pas encore de « démineur » à l’époque et Lumumba est finalement investi dans ses fonctions de Premier Ministre le 23 juin, in extremis.
LES DISCOURS DU 30 JUIN
Ce jeudi là, tous les Congolais collent l’oreille à la radio. Le roi Baudouin, au Palais de la Nation , prononce les mots attendus depuis si longtemps : « mon pays et moi-même nous reconnaissons avec joie et émotion que le Congo accède ce 30 juin 60 à l’indépendance et à la souveraineté nationale. » Auparavant, le roi, évoquant l’œuvre civilisatrice des Belges, met en garde : « c’est à vous, messieurs, qu’il appartient maintenant de démontrer que nous avons eu raison de vous faire confiance. (…)Ne remplacez pas les organismes que vous remet la Belgique tant que vous n’êtes pas certain de pouvoir faire mieux. »
A la surprise générale, Patrice Lumumba, dont le discours n’était pas prévu, prend alors le micro et prononce, à l’intention du peuple congolais qui l’écoute d’un bout à l’autre du pays, ces phrases inoubliables « « nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin midi et soir parce que nous étions des Nègres. Qui oubliera qu’à un Noir on disait « tu » non certes comme à un ami, mais parce que le « vous » honorable était réservé aux seuls Blancs ? Nous avons connu que nos terres furent spoliées au nom de textes prétendument légaux qui ne faisaient que reconnaître la loi du plus fort ».
Le roi Baudouin, qui à ce moment s’entretient avec ses conseillers et n’écoute que d’une oreille, pâlit sous ce qu’il considère comme une insulte. Il veut se lever, quitter le Congo, et accepte d’attendre quelques heures. Il ne relève pas que l’après midi même, Lumumba, à l’intention exclusive des Belges cette fois, prononce un discours dit de réparation. Un discours apaisant, de main tendue, que nul n’écoute et qui n’aura aucun écho.
Les Belges n’arrivent pas à croire que ce texte fondateur prononcé par Lumumba, qui solde les comptes de l’ère coloniale et permet de tourner la page, ait pu être écrit par un Congolais. Jean Van Lierde, le fondateur du CRISP, se souvient que le matin même il a apostrophé le Premier Ministre à propos du discours de Baudouin : » Patrice, tu ne vas quand même pas laisser passer cela… » Lumumba s’était alors isolé, et il avait rédigé, entièrement de sa main, le discours qu’il entendait prononcer. Alors que Kasa Vubu parlait, il raturait encore sa copie… »
Deux lectures de l’histoire se font face, le sort de Lumumba est scellé : déjà suspect, limité par le partage du pouvoir organisé afin de le contenir, il devient l’homme à écarter. Le soir du 30 juin, les Congolais dansent, les Belges ressassent leur indignation et le général Janssens, qui commande la Force Publique n’a toujours rien compris. D’une grande écriture rageuse, il griffonne sur un tableau noir, à l’intention des soldats congolais « avant l’indépendance =après l’indépendance ». Autrement dit, si les ministres ont reçu des voitures et de belles maisons, pour vous rien ne changera. Les soldats ne réalisent pas que Lumumba n’est ministre de la Défense que depuis quatre jours et n’a pas de moyens, ils mettent en cause leurs officiers blancs et les nouveaux leaders, se saisissent des armes et attaquent des officiers réunis au mess. Le 6 juillet les mutins se répandent dans la ville, s’en prennent aux Blancs et à leurs femmes, il y a dans l’air des odeurs de poudre et de chanvre. Radio Trottoir fait le reste, grossissant à l’infini les actes de violence, encore limités, tandis que les Européens, paniqués, se précipitent pour tenter de gagner Brazzaville, de l’autre côté du fleuve.
Patrice Lumumba tente de limiter les dégâts : il décide d’africaniser les cadres, d’augmenter les salaires, charge son ami Joseph Mobutu de calmer les mutins et de prendre la tête de l’état major, il congédie le général Janssens le 6 juillet et le 8 juillet l’Armée nationale congolaise remplace la Force publique. Janssens, le malhabile qui a provoqué le désastre fuit via Brazzaville et, arrivé à Bruxelles, il s’incline devant la statue de Léopold II en lançant « Sire, ils vous l’ont cochonné ». Cet avis est partagé par la plupart des Belges et, court-circuitant la reprise en mains opérée par Lumumba, l’armée métropolitaine, le 10 juillet, intervient en force à Elisabethville où le gouvernement provincial a sollicité une « action préventive ». Aujourd’hui si frileuse lorsqu’il s’agît d’envoyer des militaires au Congo, la Belgique d’alors ne lésine pas : sans que l’avis de Lumumba ait été sollicité, 10.000 hommes au total débarquent au Katanga puis à Luluabourg où des Blancs sont évacués et, le 11 juillet, les soldats belges arrivent à Matadi et se déploient dans une vingtaine de villes. Quatre navires et des avions de l’armée belge bombardent le camp de la Force Publique à Matadi faisant plusieurs dizaines de morts.
Cette intervention musclée est considérée par les autorités congolaises comme un acte de guerre, elle torpille leurs efforts de pacification et surtout elle relance l’escalade : d’un bout à l’autre du pays, la violence s’étend, les Belges sont menacés. Dès le 6 et le 7 juillet, la Sabena organise un pont aérien massif, à l’intention de la centaine de milliers d’Européens qui se trouvent encore au Congo et le 11 juillet, le Katanga proclame la sécession. Lumumba et Kasa-Vubu se voient interdire de débarquer à Elisabethville alors que, d’une ville à l’autre, ils tentent de rétablir le calme.
Soutenus par deux officiers belges, le commandant Weber arrivé à la tête des parachutistes et le général Cumont, Moïse Tshombe, le leader du Katanga et son ministre de l’Intérieur Godefroid Munongo croient que l’heure est enfin venue de réaliser un rêve d’indépendance longtemps caressé. Les tentations séparatistes ne sont pas nouvelles, elles ont depuis toujours été encouragées par les colons locaux et par l’Union minière qui s’empressera de payer ses impôts aux nouvelles autorités. Des officiers belges s’emploient immédiatement à former la « gendarmerie » de Tshombe.
A Léopoldville, la réaction ne tarde pas : le 14 juillet, exactement deux semaines après la proclamation de l’indépendance et les serments d’amitié, le Congo rompt ses relations diplomatiques avec la Belgique , demande l’aide militaire de l’Union soviétique et fait appel à l’ONU, afin qu’elle chasse les Belges. Les premiers Casques bleus débarquent deux jours plus tard et adoptent un comportement ambigu.
Auparavant, le gouvernement belge a décrété que les agents territoriaux opérant au Congo pourront être réintégrés au sein de l’administration métropolitaine, ce qui accentue la fuite des cadres et, parallèlement, l’effondrement de l’administration congolaise.
Alors que les autorités congolaises s’efforcent de reprendre le contrôle de la situation, la Belgique garde deux fers au feu : au Katanga, Tshombe présenté comme un ami par le roi Baudouin, est encadré par des conseillers et des militaires belges, mais à Léopolville le colonel Marlière, mentor de Mobutu, ne quitte pas d’une semelle le commandant en chef de l’armée congolaise. En outre, Bruxelles réussit à circonvenir l’ONU, dont le secrétaire général Dag Hammarskold refuse d’aider les autorités de Léopolville à reprendre le contrôle du Katanga. Patrice Lumumba crie à la trahison, appelle l’Union Soviétique à l’aide, ce qui renforce l’obsession d’un « débarquement des Russes » et déchaîne contre lui la presse belge. Sans trop s’encombrer de nuances, la presse belge présente le Premier Ministre comme un extrémiste, un dangereux communiste et réclame à son égard « un geste viril ».
Début août, le Sud-Kasaï fait sécession, sur un schéma identique à celui du Katanga : la société Forminière, qui exploite le diamant de Bakwanga, « encourage » fortement Albert Kalonji, déjà en rupture avec Lumumba et qui a refusé de participer au gouvernement. L’armée congolaise, dirigée par le colonel Mobutu, se lance dans une répression sauvage, qui fera des milliers de morts et aiguisera la haine à l’encontre du Premier Ministre qui avait fait confiance au commandant de l’armée.
Fin août, vilipendé par les Occidentaux, trahi par l’Onu, épuisé, sans ressources, ayant déjà échappé à plusieurs tentatives d’élimination dont un empoisonnement organisé par un médecin américain, Lumumba est de plus en plus seul, ses ennemis se sont coalisés pour organiser sa disparition. En septembre, le piège tendu par la Constitution proposée par les Belges lors de la Table ronde se referme : le président Kasa-Vubu révoque son Premier Ministre et ce dernier, appuyé sur sa majorité parlementaire, destitue le chef de l’Etat.
Appuyé par le colonel Marlière, encouragé par Larry Devlin, l’homme de la CIA , le colonel Mobutu décide que son heure est venue : le 14 septembre, il met les politiques en congé et, rappelant des universitaires encore étudiants en Belgique, qui formeront le « groupe de Binza » il crée le « Collège des commissaires » et ferme les ambassades d’ URSS et de la Tchécoslovaquie. Les institutions démocratiques ont duré deux mois et demi.
A cette époque, la Belgique n’est pas avare : vingt millions de francs belges ont été mis à la disposition du colonel Marlière par le major Loos conseiller du ministre des affaires africaines afin de payer les militaires et… de neutraliser définitivement Lumumba.

LA TRAQUE DE LUMUMBA
Le Premier Ministre, qui bénéficie de la légitimité du suffrage universel, est abandonné de tous : alors que ses partisans, sous la houlette d’Antoine Gizenga, s’organisent et fuient vers Stanleyville (Kisangani) il se réfugie dans sa résidence de Léopolville où il demande la protection des Nations unies. En réalité, Lumumba est cerné par un double cordon hostile : les Commissaires généraux ont décidé son arrestation et des militaires congolais entourent la maison. A quelques mètres, des Casques bleus, soi disant neutres, veulent à la fois prévenir l’élimination du Premier Ministre et empêcher ses partisans de se réorganiser.
Immobilisé, deux fois prisonnier, Lumumba n’a rien perdu de ses talents. Ayant réussi à convaincre à sa cause les militaires qui l’entourent, il décide de rejoindre ses partisans qui se sont regroupés à Stanleyville et dans la nuit du 27 au 28 novembre 1960, recroquevillé dans le coffre d’une voiture, il réussit à tromper la vigilance des Casques bleus et des troupes de Mobutu.
Au lieu de foncer en direction du Haut Congo, de déjouer au plus vite les soldats qui le traquent et les hélicoptères que la CIA met à la disposition de Mobutu pour repérer son convoi, Lumumba, qui est resté un homme politique, un tribun, traîne en chemin. Il harangue les paysans qui le reconnaissent et l’ovationnent, il rencontre un colon belge et prend le temps de lui expliquer son combat, et, alors qu’il a franchi la rivière Sankuru à Lodja, il n’hésite pas à retraverser le fleuve pour attendre son épouse Pauline qui a pris du retard. C’est l’erreur fatale : le 2 décembre, l’armée congolaise le rattrape, le ramène à Léopoldville d’où il est envoyé au camp militaire de Thysville (aujourd’hui Mbanza Ngungu), gardé par les militaires congolais. A Léopoldville, les commissaires généraux s’inquiètent de l’ascendant du détenu, qui pourrait bien inciter les soldats à se mutiner et convaincre l’ONU de le remettre en liberté, à Bruxelles le Ministre d’Aspremont Lynden souhaiterait une solution plus définitive. A toutes fins utiles, la Banque centrale pour le Congo belge et le Rwanda Urundi a versé un crédit spécial de 500 millions de FB à l’intention des Commissaires généraux qui ne resteront pas longtemps des étudiants désargentés.

LE DERNIER VOYAGE
Depuis Bakwanga au Sud Kasaï, Albert Kalonji, malgré la haine qu’il éprouve envers son ancien allié, refuse qu’on lui envoie l’encombrant « paquet ». C’est le 17 janvier que Patrice Lumumba, ses deux ministres Mpolo et Okito entament leur dernier voyage, en direction du Katanga.
Les pilotes belges du DC4 ferment la porte de communication avec la carlingue et se bouchent les oreilles pour ne pas entendre les cris des suppliciés. Lumumba et ses compagnons sont mourants lorsqu’ils sont jetés de l’avion, emmenés et achevés dans un coin de brousse. Plus tard, un policier belge, Gerard Soete, avouera avoir dissout les corps dans l’acide et conservé deux dents en guise de souvenir. Le 10 février le ministre katangais de l’Intérieur Godefroid Munongo annonce officiellement la mort de Lumumba.
L’année 60 est bien terminée, le Congo, qui sera réunifié par la suite, est alors divisé entre trois centres d’autorité : Léopolville (Kinshasa) , Elizabethville (Lubumbashi) et Stanleyville (Kisangani).
La Belgique a perdu son pari congolais, le Congo, en 1965, sera repris en mains par Mobutu. La dictature durera trente deux ans.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
HALLUCINANT
Léopold II ne s’est jamais rendu au Congo qui fut cependant l’œuvre de sa vie. Albert I y fit un long séjours, Léopold III plusieurs films documentaires et des milliers de photos. Baudouin y devint enfin roi avant d’y être humilié. Ses liens avec le régime Mobutu sont troubles. Mais que va faire AlbertII dans cette galère ? Remarquable synthèse de Colette Braeckman qui fut et demeure la meilleure plume de sa génération. A lire et à relire donc.

Couleur Café lokt 76.000 bezoekers

De 21ste editie van het muziekfestival Couleur Café op de site van Tour & Taxis in Brussel heeft ongeveer 76.000 toeschouwers gelokt. Dat maakte de organisatie zondag bekend. Vrijdag trokken 22.000 mensen naar de vier verschillende podia, op zaterdag en zondag klokte het aantal toeschouwers telkens af op 27.000.

FOCUS OP CONGO
Couleur Café had dit jaar uitzonderlijk veel vrouwen uit alle muziekgenres op zijn affiche en focuste op Congo, met verschillende generaties artiesten die de Congolese muziekscène vertegenwoordigen. Reggae en ragga-fans werden ook in de watten gelegd ondanks de annulering van het concert van de omstreden Beenie Man. Andere blikvangers waren onder meer Snoop Dogg, Rodrigo Y Gabriela, Damian Marley en Nas.

VOETBAL, KUNST EN WERELDKEUKEN
Voetballiefhebbers hoefden niet thuis te blijven want zij konden de wedstrijden volgen op een reuzenscherm. Naast de muziekpodia herbergde de festivalsite ook een kunsttentoonstelling, 52 standjes waar de wereldkeuken werd voorgesteld, een markt, danslessen, Free style demonstraties, fanfares en optredens en een dorp waar ngo's centraal stonden.

DUURZAAMHEID
Dit jaar werden volgens de organisatie heel wat inspanningen geleverd op het vlak van duurzaamheid. "We maakten gebruik van ecobekers en we werkten voor de eerste maal met biologisch afbreekbaar materiaal . Er waren ook stewards die een handje toestaken. Heel wat minder afval was het resultaat ", aldus Irene Rossi van Couleur Café. (belga/eb)

UE: la présidence belge va permettre à Van Rompuy de s'affirmer

Le Portugais soupçonne Herman Van Rompuy de chercher à empiéter sur son territoire en cherchant à faire du Conseil européen le gouvernement économique de l'UE ou en prenant la tête des efforts pour durcir la discipline budgétaire commune.
Avec une Belgique décapitée, le discret président de l'UE Herman Van Rompuy se voit offrir un boulevard pour imposer un peu plus encore son empreinte sur la conduite des affaires européennes, au risque de faire de l'ombre à José Manuel Barroso.
Le traité de Lisbonne a maintenu une situation confuse à la tête de l'UE, créant un président permanent du Conseil européen, l'organe des chefs d'Etat et de gouvernement - poste confié en décembre 2009 au Belge Herman Van Rompuy - tout en maintenant dans certains domaines l'ancien système de présidence tournante semestrielle.Cette formule a donné lieu à quelques frictions en début d'année lorsque le Premier ministre espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a voulu jouer les premiers rôles lors de sa présidence tournante.L'exercice a tourné court du fait de la crise économique qui a frappé l'Espagne, permettant alors à Herman Van Rompuy de se placer au centre de l'échiquier.
La tendance devrait aller crescendo avec la Belgique : le pays, en pleine crise politique, va rester gouverné au moins jusqu'en octobre par un Premier ministre de transition, Yves Leterme, qui entend se mettre en retrait pour respecter "la lettre et l'esprit" du traité de Lisbonne."Le fait que la Belgique n'ait qu'un gouvernement gérant les affaires courantes va aider" Van Rompuy, assure l'eurodéputé britannique Andrew Duff, spécialistes des institutions de l'UE.Cela "lui offre une bonne opportunité de prendre un peu plus ses aises, aussi parce qu'il y a une conjonction de nationalité puisque Herman Van Rompuy est aussi Belge", renchérit Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Schumann.
Toujours peu connu du grand public, Herman Van Rompuy, ne fait rien pour gagner les feux de la rampe auxquels il préfère le travail de l'ombre. Cela lui vaut les critiques des fédéralistes européens qui rêvaient d'un président superstar.L'ancien chancelier allemand Helmut Schmidt persifle sur le "Mister Nobody" qui dirige l'UE. "On attend toujours le président de l'Europe", lui fait écho M. Giuliani.Mais en coulisses le chrétien-démocrate belge s'est imposé comme un très habile négociateur, rompu à l'art du compromis par des années de pratiques dans son pays. Il a multiplié les sommets sur la crise de la dette en Europe et tenté de jouer les pacificateurs au sein d'un couple franco-allemand donnant du gîte.
La mission n'est pas toujours facile. La chancelière Angela Merkel le soupçonne parfois d'être trop proche des Français et lui a fait durement sentir fin mars, refusant sa présence lors d'une entrevue avec le président français Nicolas Sarkozy à Bruxelles.Malgré tout, "à un moment ou Sarkozy et Merkel sont en désaccord sur des sujets importants, il a prouvé que son poste était une nécessité", estime Andrew Duff, qui juge l'homme "calme en période de crise et intelligent".
Pour Dominik Hierlemann, spécialiste des questions européennes à la Fondation Bertelsmann , il n'y a guère de doute. "A moyen terme Van Rompuy sera le gagnant des institutions européennes" avec des présidences tournantes condamnées à voir leur rôle diminuer, dit-il.Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso commence déjà à en prendre ombrage.Derrière les sourires de circonstances, les deux hommes, obligés de représenter en binôme l'UE lors des sommets internationaux, se marquent à la culotte.
Le Portugais soupçonne Herman Van Rompuy de chercher à empiéter sur son territoire en cherchant à faire du Conseil européen le gouvernement économique de l'UE ou en prenant la tête des efforts pour durcir la discipline budgétaire commune."On assiste à une dérive", glisse un haut responsable de la Commission.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
HERMAN, YOUP LA BOUM ... C’EST LE ROI DU BERLAIMONT
Photo amusante ! On dirait qu'il va nous faire un numéro de claquettes façon Fred Astair sur un air de Maurice Chevalier.
Mine de rien, notre petit Herman fait de l'ombre à Barroso.
Inactif durant sa première présidence, l’ancien se démène comme un beau diable depuis que Herman, petit nouveau, est président du conseil européen.

Le Portugais ausssi terne que Leterme, soupçonnerait-il que Herman Van Rompuy cherche à empiéter sur son territoire en tentant de faire du Conseil européen le gouvernement économique de l'UE ? Autrement dit, en prenant la tête des efforts pour durcir la discipline budgétaire commune. La rigueur budgétaire, il connaît, pour l’avoir fait appliquer en Belgique. S’il joue finement, il pourrait effectivement rédiger les brouillons et faire les synthèses pour le compte des chefs d’Etats surmenés ou «empêchés» comme Yves Le Terne en ce moment.
Gare à ceux qui le sous estiment. « Mister Nobody » est bien plus futé que « mister » Sarkhozy en company.
Enfin l'Europe est à nouveau dans de bonnes mains.

dimanche 27 juin 2010

Femi Kuti vs. Ghana

Après les mots, place à l’action. Le Nigérian Femi Kuti donnait une démonstration Afrobeat ce samedi soir sur la scène Titan.
Cuivres-guitare-basse-batterie-percussions-claviers, trois danseuses et le saxophone du maître qui touche également au micro et lâche des notes vaudous sur son clavier. Orchestre taille XL pour une musique toujours en équilibre entre transe et groove funky. Notre homme Femi est en grande forme. Dans ses vêtements traditionnels, écharpe «Nigeria» atour du coup, il bouge comme un fou, danse, et transpire à grosses gouttes. Les morceaux prennent le temps de s’installer et le savoir faire des musicos fait le reste. Problème: au deuxième jour, le public de Couleur Café est déjà fatigué, a perdu de l’énergie sous le soleil de plomb de l’après-midi… ou est simplement ailleurs.

Face à l’écran foot, c’est en effet une foule compacte qui s’est amassée. Le Ghana en est à la prolongation face aux Etats-Unis et mène 2-1. Les footeux sont les yeux rivés sur l’écran, lancent des «Ghana! Ghana!» repris en chœur. Et quand l’arbitre siffle la fin du match, c’est sous les cris de joie et les applaudissements. Le Ghana a gagné sur toute la ligne.

Festivals d'été et business d'enfer
La saison des festivals d’été s’ouvre aux accents des musiques du monde. Confrontation de trois modèles économiques, entre business et solidarité.

On veut des festivals. On veut de la musique autrement, avec un autre style, une autre manière de se comporter, le temps d’une avalanche de décibels et d’une marée de mojitos. Et, forcément, exotisme oblige : les musiques du monde ont la cote.
Pourtant, du concept commercial au modèle subsidié en passant par la solidarité, l’air ne fait pas toujours la chanson...

1)COULEUR CAFE : BUSINESS A BOBOS. Sur l’ancien site industriel de Tour & Taxis, la 21e édition de Couleur Café a été lancée ce vendredi et durera tout ce week-end. Initialement, ce festival avait pour ambition de diffuser de la musique "métissée". Mais, avec le temps, la programmation a évolué vers plus d’éclectisme : désormais, le rock y côtoie l’électro, le rap y concurrence le reggae, le hip hop, la salsa ou encore le raï. Et ce cocktail est suffisamment digeste pour attirer 75000 festivaliers en trois jours.

Bref, à Couleur Café, on brasse large et on vise le succès populaire. Du coup, les gros sponsors suivent : Minute Maid (groupe Coca-Cola) par exemple, Jupiler (AB InBev) ou encore BNP Paribas Fortis. Le tout est géré par une ASBL ("Zig Zag"), mais les chiffres de Couleur Café sont classés "secret défense". "Je ne suis pas habilité à donner les chiffres du festival, explique Michel Durieux, chargé de communication. Mais je peux vous dire que les sponsors représentent 10 à 15 % du budget. Attention, nous sommes très difficiles en la matière, contrairement à d’autres festivals où on trouve 55 bannières sur 3 m2 " Un avantage pour Couleur Café : la location de Tour & Taxis reste raisonnable car Couleur Café a contribué à la renaissance culturelle du site.

2)ESPERANZAH! L’ENGAGEMENT TOTAL. Depuis 2002, chaque année le premier week-end d’août, l’abbaye de Floreffe (Namur) accueille ses festivaliers. Dans ce décor du XVe siècle, ils sont 30 000, sur trois jours, à venir écouter des musiques du monde, des sonorités métissées et surtout à trouver une âme : "J’ai voulu faire un festival qui concentrait tout ce que je ne trouvais pas ailleurs, et c’est vrai que cela lui donne un caractère militant et engagé, un peu peace and love, disent certains. Mais nous le revendiquons et c’est même inscrit dans nos statuts", déclare Jean-Yves Laffineur, cet économiste de formation qui est tombé dans les musiques du monde à cause de Mano Negra et de son pote Manu Chao. Le modèle économique ? "Nous ne voulons pas être dépendants de sponsors financiers. Esperanzah!, c’est un budget d’1 million d’euros (voir par ailleurs) et nous le bouclons en faisant le choix de nos partenaires." Ceux-ci doivent répondre à des règles : respect du droit du travail, de l’environnement, des droits de l’homme, d’une éthique financière. "Nos candidats sponsors sont passés au crible. Nous nous référons notamment aux ratings attribués par transnationale.org", précise Jean-Yves laffineur. C’est ainsi que Coca-Cola Company n’a pas droit de cité à Esperanzah!, ou que le sponsoring de la Loterie nationale est mort pour une question de principe : "Nous avions sur le festival un groupe qui détournait les slogans publicitaires. Une des affiches disait : "Devenez scandaleusement pauvre !" La Loterie n’a pas apprécié et n’est plus notre sponsor." Dès lors, la volonté des organisateurs est de favoriser les entreprises locales, régionales ou à vocation solidaire. Les rhums d’Oxfam-Magasins du monde ont remplacé Havana Club, la bière est fournie par la brasserie de Silly, une entreprise locale et familiale qui a remplacé AB InBev depuis qu’Interbrew a commencé ses restructurations. Si l’abbaye est un véritable partenaire du festival, la commune de Floreffe l’est aussi : 1000 entrées gratuites sont proposées aux Floreffois sur inscription et de nombreuses associations locales (club de foot, scouts...) sont des bénévoles rémunérés. Sans compter que de nombreuses associations solidaires peuvent occuper des espaces gratuitement sur le site. Solidarité, c’est le maître mot d’Esperanzah !

3)FESTIVAL D’ART DE HUY : UN OVNI SUR LA PLANETE FESTIVALIERE. Lorsqu’on veut faire de la musique du monde de qualité, dans un cadre intimiste et privilégié, le modèle économique est forcément différent. C’est le cas du festival d’Art de Huy, organisé fin août au sein du cloître du couvent des Frères mineurs qui accueille quelques centaines de personnes durant six soirées. Ici, on ne rassasie pas des festivaliers déchaînés, il n’y a pas de buvettes. Le public ne fait qu’écouter les artistes. Un pari osé ? Oui et non : les pouvoirs publics sont très présents dans le soutien financier au festival. Notamment, et surtout, la RTBF qui enregistre même les concerts et les rediffuse dans l’émission "Le Monde est un village" sur la Première. Bon , tout de même, la billetterie tourne bien (4 500 euros par soirée), mais cela ne suffit pas à couvrir les coûts. "On est donc également conventionné avec la Communauté française, la Ville de Huy et la Province de Liège", précise Philippe Content, le programmateur.
Finalement, ce qui importe, c’est que les trois modèles puissent cohabiter: business, solidarité, subsides. Un cocktail qui tient la route tant qu’il reste équilibré... et que le public y trouve son compte.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
TROIS FORMULES POUR PROMOUVOIR UNE MUSIQUE MÉTISSÉE
Trois formules : business, solidarité ou subsidiation, pour une finalité commune : promouvoir les musiques du monde métissées. Métissées comme le jazz, matrice de toutes les sonorités hybrides ; métissées comme le public de ces festivals de l’été où se croisent les mélodies, les communautés, les générations, mêlant gaiement homos et hétéros, bobos friqués et allocataires paumés.

«Business, solidarité, subsides. Un cocktail qui tient la route tant qu’il reste équilibré... et que le public y trouve son compte». Qu’importe les ingrédients pourvu qu’ils donnent l’ivresse de l’interculturalité.
Excellente formule de vacances pour ne pas bronzer idiot.

La sincérité comme stratagème

Rik Van Cauwelaert, Directeur de Knack.

Il est de bon ton de comparer, ces jours-ci, Bart De Wever, qui est prêt à faire entrer les nationalistes flamands de la N-VA au gouvernement fédéral, à Hugo Schiltz, qui, en son temps, s'y était résolu avec la Volksunie , à ses dépens et pour le malheur de son parti. En 1974, un an après avoir pris la direction de la VU , Schiltz s'est déjà efforcé de concrétiser ce grand rêve. Or, par deux fois, il est tombé dans le piège que les chrétiens-démocrates lui avaient tendu.
Car, après avoir atteint son sommet électoral en 1971 (22 députés), la VU était devenue une menace pour le CVP. La première tentative de Schiltz a finalement échoué à cause du veto du leader du Rassemblement wallon, François Perin. Malgré cette débâcle, Schiltz n'était pas sur le qui-vive quand il a entamé une seconde tentative en négociant le pacte d'Egmont. Un épisode qui a failli tourner au drame personnel. Des amis intimes l'ont certes aidé à surmonter ce traumatisme et à jouer de nouveau un rôle politique. Mais le mal était fait : le déclin de la VU était inéluctable. Quand Schiltz s'est lancé dans ces tentatives, il faisait partie de l'establishment politique. Il en est devenu trop téméraire et s'est éloigné peu à peu de ses troupes.

La comparaison entre Bart De Wever et Hugo Schiltz ne tient pas la route. De Wever ne fait pas (encore) partie de l'establishment politique. Comme républicain, il n'a même pas attendu le signal du Palais pour commencer sa ronde d'informateur. Il n'est pas gêné non plus par un mouvement flamand structuré qui lui dicte ses exigences. Et il est en parfaite connivence avec le courant conservateur de sa base électorale. En plus, la N-VA a obtenu un score qui était inaccessible à la VU. D'un seul coup, la N-VA est devenue le parti populaire auquel l'Open VLD prétendait. Cela permet à De Wever de s'écarter des chemins du passé et des positions flamandes, généralement défensives.

Les hautes espérances que les électeurs ont mises dans le PS d'Elio Di Rupo et la N-VA de Bart De Wever réclament plus que jamais des changements de fond. Même le socialiste Francis Gomez, du syndicat liégeois des métallos, évoque la possibilité de tout scinder dans ce pays, à l'exception de la sécurité sociale. Une chance historique, dit-il.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UNE CHANCE HISTORIQUE ... !
«La situation actuelle n'est que le long cheminement d'une Flandre indépendantiste qui a toujours représenté un courant fort et maintenant majoritaire de revanche sur le capitalisme bourgeois francophone de Flandre et de Wallonie et Bruxelles... Rien que la conclusion de l'article démontre, s'il le fallait encore, que même un journaliste du Knack (rédacteur en Chef !! ) pense qu'il faut tout scinder... sauf la sécurité sociale ( cela se fera après... ) et qu'il s'agit, selon lui, selon eux... D’UNE CHANCE HISTORIQUE ... !»
Ainsi commente avec infiniment d’à propos un lecteur du Vif.
Mais le paradoxe, et beaucoup l’ont relevé, c’est que c’est précisément un socialiste, Francis Gomez, du syndicat liégeois des métallos (Renard était régionaliste dans l’âme), qui évoqua la possibilité de tout scinder dans ce pays, à l'exception de la sécurité sociale. « Une chance historique », selon lui.
On en est là et c’est, selon nous, un point de non retour.
Il semble que la stratégie de Di Rupo consiste à gagner du temps : céder désormais sur tout, hormis surs la sécu qui doit rester commune pour dix ans encore, cinq peut être. Le temps que la Wallonie se refasse une beauté (économique) et que la Flandre prenne encore quelques rides (« verzilvering »).

Le caveau du Cardinal Mercier partiellement ouvert

BRUXELLES Les caveaux de cinq évêques cardinaux primats de Belgique, situés dans la crypte de la cathédrale Saint Rombaut à Malines, ont été inspectés jeudi par la police judiciaire fédérale de Bruxelles et l’aide du DVI (Disaster Victim Identification team) à la demande du juge d’instruction Wim De Troy en charge du dossier de pédophilie au sein de l’église catholique de Belgique. L’un des caveaux, celui du Cardinal Suenens, primat de Belgique de 1961 à 1979, a été inspecté à l’aide d’une sonde optique. Le caveau du Cardinal Mercier a été partiellement ouvert.

Les trois autres caveaux d’évêque que la justice soupçonnait de servir de cache à des dossiers de pédophilie étouffés par l’église, sont ceux de trois monseigneurs plus anciens. Rien n’a été trouvé. Les enquêteurs n’ont pas ouvert les cercueils proprement dits contenant les restes de ces évêques. Ces travaux ont duré cinq heures.

En quittant Bruxelles, le parquet n’avait certainement pas l’intention de procéder à des devoirs aussi extrêmes. Car selon nos infos toujours, les perquisitions de jeudi au cœur et à la tête de l’église catholique procèdent d’une source, d’une seule . Et cette source n’affirmait pas que des dossiers pouvaient avoir été cachés dans la crypte de la cathédrale malinoise.
Il est 10 h 45 quand des policiers débarquent à Saint-Rombaut. En un quart d’heure, le public est prié d’évacuer, y compris les touristes admirant le panorama au sommet de la tour haute de 97 m . Les 26 touristes ont eu 10 minutes pour descendre les 538 marches.

C’est un ouvrier de la cathédrale qui a mis les policiers sur la piste des caveaux dans la crypte, affirmant que certains avaient subi des travaux de cimentage “assez récents” .
C’est le cas du caveau du Cardinal Désiré-Joseph Mercier mort en 1926 après avoir été durant 20 ans le 16ème archevêque de Malines : une grande figure de la résistance à l’Allemand de 14-18. La plaque de cuivre à son nom a été retirée et la pierre de son caveau ouverte en partie.

Pour quatre autres, la police a utilisé un procédé consistant à perforer un trou, à y faire passer une sonde caméra et à inspecter dans chacun les vides entre le caveau et le cercueil.
Le procédé a été utilisé pour le caveau de Mgr Suenens encore bien connu du public, décédé le 6 mai 1996 à 92 ans. Léon Joseph Suenens auquel Mgr Danneels succéda, fut le primat de Belgique de 1961 à 1979. L’église est outrée. La justice réplique qu’elle fait son devoir.
(Gilbert Dupont)

Monseigneur Léonard had een punt: het openbreken van het graf van kardinaal Mercier paste eerder in een verfilming van De Da Vinci Code dan in een ernstig politioneel onderzoek. Maar voor de rest blijft de argumentatie tegen de huiszoekingen eerder magertjes. Noch het privacy-, noch het verjaringsargument gelden immers. Het eerste wordt evengoed gegarandeerd door het gerecht, de beslissing over verjaring komt uitsluitend toe aan een magistraat.

(…) Wat de speurders in kaart willen brengen, is de mogelijke systematiek in de manier waarop de katholieke kerk decennialang slachtoffers van seksueel misbruik genegeerd heeft, gemanipuleerd, of afgekocht met zwijggeld. Hoe ze op die manier medeplichtig was aan het helpen verzekeren van de straffeloosheid van misdrijven. Dat laatste is op zijn beurt een misdrijf.

En het is niet omdat de katholieke kerk er jaren mee is weggekomen, het is niet omdat het al decennia een publiek geheim is, het is niet omdat het een thema vormt in vele van onze grootste romans, dat het daarom geen misdrijf meer zou zijn.

Het gerecht heeft een al te lang achtergebleven signaal uitgezonden: dat het instituut kerk niet buiten en boven de wet staat. Zeker niet in dit soort zaken. Terwijl de kerk dat blijft denken. Dat blijkt bijvoorbeeld uit briefwisseling van mevrouw Godelieve Halsberghe, de vorige voorzitster van de Kerkelijke Commissie, toen ze bleef aandringen op morele en financiële schadevergoeding voor de slachtoffers door de daders en de kerk. "Bij herhaling", schrijft ze, "werd ons gezegd dat religieuzen en priesters door het afleggen van de geloften van kuisheid, armoede en gehoorzaamheid tot een superieure kaste behoren, en bijgevolg niet verplicht kunnen worden om schadevergoedingen te betalen."

Die denkwijze blijkt uit het feit dat de enige straf voor het jarenlang misbruik van een minderjarige door de Brugse bisschop een verblijf in een abdij is. Door het Vaticaan, dat meent dat ze de Belgische ambassadeur op het matje dient te roepen. Door te geloven dat een commissie in eigen rangen alles kan oplossen. Niemand betwijfelt de oprechtheid, de integriteit en de goede bedoelingen van Peter Adriaenssens. Maar dat neemt niet weg dat zijn commissie niet in de plaats van het gerecht kan treden.
(Yves Desmet)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA JUSTICE NE FAIT PAS DANS LA DENTELLE
De fait, la justice ne fait pas dans la dentelle ecclésiastique, plutôt dans le registre Da Vinci code, comme le fit remarquer finement l’archevêque Léonard.
Quant aux dossiers confidentiels balancés par la fenêtre du premier étage sous les objectifs des caméras, cela sent son James Bond et fait assez mauvais genre, même si la fin justifie de gros moyens.
Il n’est jamais bon d’en faire trop, médiatiquement parlant, surtout si la cause est juste.
Le problème est simple, depuis des décennies, des siècles, l’église se croit au dessus des lois et pratique, en interne, « l’accommodement raisonnable » pour acheter le silence des victimes des prêtres abuseurs de mineurs.
Il faut se rendre à l’évidence, même notre « bon cardinal Danneels », à qui un mécréant donnerait le bon dieu sans confession, a couvert cela dans l’intérêt suprême de l’institution.
On ne nous dit pas si, bouleversé par tant de délits contre l’éthique, le cardinal Mercier s’est retourné dans sa tombe.
MG

samedi 26 juin 2010

Belgische topaffiche op Wimbledon

Belgische topaffiche op Wimbledon

Wimbledon krijgt een absolute topaffiche voor de 1/8ste finales bij de vrouwen met twee voormalige nummers één die het tegen elkaar opnemen: Justine Henin en Kim Clijsters.
Nadat Kim Clijsters Maria Kirilenko zonder al te veel problemen opzij zette met twee keer 6-3, deed Justine Henin net hetzelfde met een andere Russische, Nadia Petrova. Henin won met 6-1 en 6-4.

TOPAFFICHE
Al zeker één Belgische vrouw gaat naar de kwartfinales, want in de achtste finales moet Henin het opnemen tegen Kim Clijsters (WTA 8). Clijsters-Henin, dat is meteen
Sinds beiden een comeback maakten staat het 2- 0 in het voordeel van Clijsters. De Limburgse haalde het zowel in de finale van Brisbane als in de halve finale van Miami eerder dit jaar. Het waren telkens zinderende partijen, waarbij de kansen voortdurend keerden. Clijsters haalde het beide keer na een tiebreak in de beslissende set.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN SUPERBE DUO
Ca c’est du belge!
Une flamande face à un francophone. Chacune se donne à fond pour gagner en respectant à 100% l’éthique sportive : Fair Play.
Allons nous vers une finale De Wever Di Rupo ?
Un joli match en perspective.

Couleur Café, c'est parti!

Enfin, les amateurs de football pourront suivre les matches de la Coupe du monde, Brésil-Portugal et Chili-Espagne sur grand écran.

Le festival Couleur Café a émis ses premières notes ce vendredi. Au programme de la soirée: Rodrigo y Gabriela, Suprême NTM, Selah Sue, Ebony Bones, Shantel, Ska-P, Papa Wemba, Diam's, Rox, Ben L'oncle Soul, Choc Quib Town et Fredy Massamba. Les organisateurs font savoir qu'il reste des places disponibles dans les points de prévente (34 euros + frais de réservation) ou au guichet (42 euros).

La vente en ligne via le site web est, elle, terminée.
Enfin, les amateurs de football pourront suivre les matches de la Coupe du monde, Brésil-Portugal et Chili-Espagne sur grand écran.
 
COULEUR CAFE VERWACHT 80.000 MENSEN
Brussel-Stad - Straks om half zes start de 21ste editie van Couleur Café. Bijna vijftig groepen brengen het ganse weekend wereldmuziek op de site van Thurn & Taxis. Het festival is zo goed als uitverkocht. Enkel voor vandaag zijn er nog losse tickets beschikbaar. Couleur Café verwacht zo'n 80.000 mensen.
Bekende namen zijn onder meer Femi Kuti, Snoop Dogg, Lady Linn, Nas & Damian Marley en Papa Wemba. Baloji, La Chiva Gantiva en 1060 verdedigen de Brusselse eer.
Voor het tweede jaar op rij is er ook een camping voorzien.
 
COULEUR CAFE SCHRAPT OPTREDEN BEENIE MAN
De Jamaicaanse raggaezanger Beenie Man zal dan toch niet op Couleur Café optreden. Dat laat de festivalorganisator vandaag weten in een perscommuniqué. De beslissing komt er na een regen van reacties van holebi-organisaties en Facebookgroepen die oproepen Couleur Café te boycotten. Beenie Man staat immers bekend voor homofobe uitspraken.
Brussel - De omstreden Jamaïcaanse dancehall artiest Beenie Man wordt geschrapt van de affiche van Couleur Café. De muzikant krijgt veel tegenkanting omwille van zijn homofobe teksten. Eerder dreigde Brussels staatsecretaris Bruno De Lille (Groen!) ermee de subsidies van Couleur Café in te trekken als de organisatie Beenie Man liet optreden.
"I'm dreaming of a new Jamaica, come to execute all the gays," zong Beenie Man in een van z'n nummers.
"Zo'n haatdragend artiest programmeren kan echt niet door de beugel want veel mensen kijken op naar muzikanten," laat Bruno De Lille via zijn woordvoerster weten aan brusselnieuws.be. De staatssecretaris is verwonderd dat een festival dat multiculturaliteit en tolerantie uitdraagt een dergelijke artiest op de affiche plaatste.
De Lille dreigde zelfs de gewestelijke subsidie aan het festival in vraag stellen op de eerstkomende ministerraad nu donderdag. Onder druk van De Lille en enkele grote festivalsponsors zoals de Nationale Loterij haalde Couleur Café Beenie Man uiteindelijk van de affiche.
Het festival houdt vol dat de hetze onterecht is. In 2004 en in 2007 tekende Beenie Man charters waarin hij belooft zijn homofobe repertoire niet meer te zullen brengen. Beenie Man ondertekende ook een extra clausule in het contract met Couleur Café waarin staat dat hij geen homofobe teksten zal brengen.
"Wij zijn verbijsterd door de grootte en reikwijdte van de anti-Beenie Man campagne die door enkele holebi verenigingen werd opgezet. In deze campagne heeft men niet geaarzeld om de reputatie van het festival in diskrediet te brengen, niet alleen ten opzichte van ons publiek, maar ook naar onze openbare en privésponsors en naar de pers toe. We zijn erg teleurgesteld dat deze verenigingen niet eerst hebben geprobeerd om hierover een dialoog op te starten met ons," luidt het in het communiqué van Couleur Café.
Op Mo.be wijst de Vlaamse Werkgroep Internationale Solidariteit met Holebi's (WISH vzw) er op dat Beenie Man in december 2009 nog homofobe songs bracht in Oeganda. Daar was een wet in de maak die de doodstraf eist voor homo's.
Volgens WISH vzw is het onverantwoord dat er sponsor- en belastinggeld wordt gebruikt voor het optreden van Beenie Man. Dat stond nu zaterdag gepland op de 21ste editie van Couleur Café.
Beenie Man werd eerder op het Parkpop-festival in Den Haag ook van de affiche gehaald.
 
COMMENTAIRE DE DIVERCITY
COULEUR CAFÉ ON ADORE
Programme magnifique et initiative grandiose.
Tous à couleur café ce WE pour un bain d’interculturalité jubilatoire.
Certains regretteront l’absence de Beenie Man mis au pilori par le communautarisme holebi.
Chacun appréciera en toute liberté.
Dommage que Couler Café sacrifie au veau d’or Mondial qui n’a rien à faire dans ce bel espace interculturel.
MG

vendredi 25 juin 2010

Geen voetbalfeest op maar wel rond het Flageyplein

De vele Portugese en Braziliaanse voetbalfans in de buurt van het Flageyplein zijn teleurgesteld, nu hun grote voetbalfeest van morgen vrijdag door de gemeente Elsene is verboden. Opzet was de match Portugal-Brazilië te volgen op het grote scherm op het plein, waarna er een groot feest zou plaatsvinden. Maar dat pakt nu anders uit - do 24-06-2010.

Elsene - Portugal-Brazilië zal vrijdag dan toch niet worden weergegeven op het groot scherm op het Flageyplein. De Elsense burgemeester zag het muziekprogramma na de match niet zitten. In de zone Zuid worden ondertussen extra politiemensen voorzien om het enthousiasme van de Portugese fans in goede banen te leiden.

De Elsense burgemeester zegt in La Capitale dat hij problemen heeft met het muziekprogramma dat na de match geprogrammeerd was. "Vorige week was er nog maar net een concert op het plein naar aanleiding van een Portugees feest," argumenteert Willy Decourty (PS). De organisatoren vonden mijn antwoord niet leuk en hebben besloten om alles te annuleren."

De website van Télé Bruxelles meldde woensdag dat de politie aan de basis lag van de beslissing. Er zouden niet genoeg middelen ter beschikking staan om de projectie te begeleiden, terwijl er ook fikse inspanningen zijn voor de aftrap van het Belgische EU-voorzitterschap.

Het reuzenscherm op het plein was er onder meer gekomen om evenementen en voetbalwedstrijden uit te zenden voor een groot publiek. De voorbije jaren kwam er echter steeds meer kritiek van buurtbewoners op de luide evenementen op het plein.
De match Portugal-Brazilië was dan ook de enige die gepland was op het scherm tijdens dit WK.

UITZINNIGE FANS
De politie van de zone Zuid - die de gemeenten Anderlecht, Vorst en Sint-Gillis omvat - bevestigt ondertussen dat er vrijdag extra politiemensen worden ingezet tijdens de WK-wedstrijd Portugal-Brazilië.
Volgens La Capitale moet extra politie ervoor zorgen dat het feestgedruis van Portugese voetbalfans in Sint-Gillis niet opnieuw escaleert. Maandag bezetten uitzinnige fans een hele tijd het Sint-Gillisvoorplein en de Bareel, een belangrijk verkeersknooppunt.
De politie van de zone Zuid benadrukt dat de extra mensen worden ingezet om het verkeer tijdens de avondspits in goeie banen te leiden en de fans zelf niet viseren. De wedstrijd Portugal-Brazilië begint morgen om 16 uur.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ESPACE PUBLIC MENACÉ
L’espace public a pour mission d’être neutre ou, à la limite de promouvoir la cohésion sociale.
Cela implique le respect de l’autre et l’incitation au dialogue.
Le « Mundial » qui exacerbe les tensions nationalistes et identitaires n’a rien à chercher sur les agoras publics.
Flagey, aussi bien le paquebot INR que la nouvelle place, est un outil magnifique pour promouvoir le dialogue interculturel.
Toute manifestation visant à caresser l’une au l’autre communauté, si sympathique soit elle, devrait en être soigneusement prohibée. Dire cela et l’écrire, c’est s’inscrire en faux par rapport à la politique clientéliste de certains élus locaux qui ne survivent que grâce au communautarisme à tout cran.
MG

Ibrahim en de onderwijskloof

(LEERKRACHT EN ZELFSTANDIG STUDIEADVISEUR) - Gezien mijn professionele ervaring met kwetsbare groepen in het onderwijs, word ik regelmatig gecontacteerd voor extra begeleiding van leerlingen met leerachterstand en -moeilijkheden. Meestal krijg ik dan allochtone ouders over de vloer die me in het Frans of in een gebroken Nederlands trachten uit te leggen dat hun kind gedemotiveerd is en dreigt af te haken.

Zo kreeg ik onlangs Abdullah op bezoek. Een heel bezorgde en hardwerkende vader die sinds enkele jaren in Vlaanderen woont. Zijn zoon Ibrahim zit in het zesde studiejaar en heeft een ernstige leerachterstand voor Nederlands en rekenen. Uit enkele testen bleek dat Ibrahim voor rekenen het studieniveau van het vierde leerjaar haalt. Eenvoudige teksten begrijpt hij niet en hij is niet in staat om een fatsoenlijke zin te schrijven.

Ik vroeg me dan ook af hoe de school erover dacht, maar zover was men daar nog niet. Ibrahim werd de laatste jaren meegesleept en achteraan de klas in een hoekje geparkeerd. Tot enkele maanden terug hadden ze van hem weinig last. Maar Ibrahim verveelt zich in de klas, begrijpt niet waarover het gaat en voelt zich niet aanvaard. Dan zoekt hij maar wat vertier met andere leerlingen die in hetzelfde bedje ziek zijn. Ze voelen zich verstoten en revolteren: kinderen worden gepest en huiswerk wordt niet meer gemaakt.

De ouders begrijpen de ernst van de situatie niet. Het contact met de school verloopt stroef. Er is niet alleen een ernstige taalbarrière, maar ze begrijpen niet hoe een school in elkaar zit en zien door het bos de bomen niet. De schoolcultuur staat haaks op de thuiscultuur. Hun educatieve kansarmoede is vooral een zaak van een tekort aan cultureel kapitaal. Ze weten te weinig van hun omgeving en van de culturele en maatschappelijke geschiedenis. De ouders van Ibrahim zijn nog nooit naar een school geweest, werden nooit gecontacteerd en begrijpen amper wat een schoolagenda is. Ze kennen onze samenleving ook nog maar een paar jaar en van hun ouders hebben zij daarover niets vernomen. Dat maakt het bijzonder moeilijk om snel en vlot te functioneren in de prestatieomgeving van het onderwijs.

Ibrahim gaat volgend jaar naar het secundair onderwijs. De B-stroom is de meest voor de hand liggende keuze. Het werd een moeilijk gesprek met de vader. Moeder kwam er helemaal niet aan te pas. Vader had een briljante toekomst voor zijn zoon uitgetekend. Advocaat moet hij worden. Hij zag de problemen met zijn zoon als eigen aan de leeftijd en een gebrek aan inzet. Ik wees hem geduldig op de ernst van de situatie en op de jarenlange extra begeleiding en omkadering die Ibrahim zal nodig hebben. Het was de eerste keer dat hij dit te horen kreeg. Vader verliet ontgoocheld de kamer. Ibrahim bleef verweesd achter.

Een uitzondering? Geenszins. De cijfers zijn onrustwekkend. Vijftien procent van de jongeren verlaat vroegtijdig het onderwijs. Volgens het Oeso-rapport is de kloof tussen autochtonen en allochtonen nergens zo groot als in Vlaanderen. Veel van deze jongeren hebben een laag zelfbeeld. Heel wat jongeren hebben het hele watervalsysteem doorlopen: ze beginnen in het algemeen onderwijs en zakken dan af naar het technisch, beroeps- of zelfs het bijzonder onderwijs. Een diepe breuklijn verdeelt vandaag de onderwijswereld.

COMMENTAIRES DE TROIS LECTEURS DU STANDAARD
VLAANDEREN ONDERGAAT…
1) « Wanneer we ons onderwijs naar beneden gaan nivelleren kunnen we onze kennismaatschappij wel helemaal vergeten en brengen we de toekomst van onze kinderen helemaal in het gedrang. Door bepaalde groepen in onze maatschappij tegen beter weten in mee in de boot te trekken gaat gaat onze welvaartsboot helemaal naar de haaien. Sommige groepen nieuwkomers zullen hier nooit aan de bak zullen komen en men moet hen dat vertellen. Onze maatschappij kan deze (over)last niet ten eeuwigen dragen zonder zelf dood te bloeden. »
2) « Wat ik mij bij de stelling dat nergens de kloof tussen allochtonen en autochtonen [in het onderwijs] zo groot is als in Vlaanderen al vaker heb afvraagd, is het volgende. Veelal wordt bij het citeren ervan impliciet gesuggereerd dat het onderwijs in Vlaanderen het inzake integratie van allochtonen zoveel slechter doet dan elders. (…)Betekent die kloof dus wel zeker dat allochtonen het in het onderwijs in Wallonië, Frankrijk, Nederland... zoveel beter doen? Of betekent het dat het onderwijsniveau van de autochtonen in Vlaanderen vergeleken met elders een stuk beter is?
3) «  Vlaanderen ondergaat het federale asielbeleid, Vlaanderen ondergaat de duizenden en duizenden misbruiken per jaar van zogenaamde gezinsherenigingen en daarenboven kan Vlaanderen zelfs voor de domeinen waar het wel bevoegd is nauwelijks iets veranderen door de heerschappij van een links middenveld »
CEB : RESULTATS TRE POSITIFS
Bottom of Form 1
Les résultats de l’épreuve externe certificative de juin 2010 liée à l’octroi du Certificat d’Etudes de Base sont disponibles : ils sont très positifs, signale le ministère.

Le taux de réussite des élèves au Certificat d’Etude de Base (CEB) de juin 2010 est de 94,5 pc, soit plus de 5 points de pourcentage de mieux que l’année dernière (89,4 pc), a annoncé jeudi l’administration générale de l’enseignement et de la recherche (AGERS).
Sur 47.579 élèves inscrits en sixième primaire ordinaire, 47.045 ont passé l’intégralité de l’épreuve et 94,5 pc d’entre eux l’ont réussie.
Pour ce faire, les élèves devaient obtenir au minimum 50 pc des points dans chacun des trois domaines suivants : formation mathématique, français et éveil (initiation scientifique et formation historique et géographique), rappelle l’AGERS dans un communiqué.
Les élèves de sixième primaire de l’enseignement ordinaire ont obtenu des moyennes de 77.2 pc en français (72.1 pc en 2009), 74.8 pc en mathématiques (71.5 pc en 2009) et 79.2 pc en éveil (76.3 pc en 2009).
Pour les élèves qui ont échoué ou ceux qui peuvent justifier leur absence à l’épreuve, le CEB peut toutefois leur être accordé après délibération du jury d’école. Un recours peut par ailleurs être introduit contre un refus d’octroi.
Le Certificat d’Etudes de Base de fin de primaire est obligatoire depuis l’an dernier.
(belga)
 
COMMENTAIRE DE DIVERCITY
IL FAUT SAUVER L’ELEVE IBRAHIM
Excellente analyse mais qui demeure en deçà de la réalité. Pourquoi?
Il est tout à fait exact que les problèmes de l’élève Ibrahim résultent d’un très sérieux « retard socio culturel ».
Il ne maîtrise ni les subtilités de la langue de Vondel, ni les usages du monde scolaire dans lequel il grandit. Il s’est longtemps tenu coi, désormais il « râle » et donc il dérange
Alors que faire? Baisser le niveau général, comme a choisi de le faire l’enseignement primaire organisé par la Communauté Française qui se gausse d’un taux de résultat mirifique de 96% de réussites au CEB?
On n’en croit pas ses yeux!
C’est comme chez le petit père des Peuples . Il est vrai que l’administration de la Communauté française est un peu stalinienne dans l’âme.
On se souvient des bons bulletins que s’auto attribuait le ministre Dupont prédécesseur de Marie Dominique Simonet qui apparemment ne déroge pas de sa ligne.
Mais d’où viennent alors les problèmes d’échecs et de redoublements hallucinants constatés dans le secondaire, qu’on me l’explique?
En vérité, le problème est beaucoup plus profond et c’est vraiment préoccupant.
Prenons l’élève Mehdi, qui lui passa dans le secondaire les doigts dans le nez avec un QI que lui envient 96% des gamins et gamines de sa tranche d’âge.
Il parle français à la perfection, calcule vite, lit sans effort et est bien intégré dans la société belge où il est né.
Mais voilà trois ans qu’il échoue coup sur coup, dans l’enseignement général officiel, ensuite dans le libre technique et professionnel. Cela ne l’empêche nullement de dormir.
C’est que Mehdi est un cheval qui refuse de boire malgré sa soif d’internet et sa curiosité insatiable.
Il n’en veut pas, point com!
Et rien n’y changera.
Changer l’école, baisser le niveau jusqu’au ras des pissenlits ? Inutile, car Mehdi et tous les Mehdis de Bruxelles, les Brahims de Flandre et les Mustapha de Wallonie n’ont pas grand-chose à tribouler de l’école. Et ils le clament bien haut. Pourtant personne ne les écoute.
Il faut sauver ces trois élèves et leurs milliers de frères, cousins voisins; on ne parle pas des filles plus naturellement studieuses.
Mais comment faire?
MG

Parti au tapis cherche sauveur

Thyssen partie, le CD&V est en crise existentielle. Ailleurs aussi, des changements en profondeur se préparent. Les chaises musicales sont prêtes.

C’est la gueule de bois au CD&V. Déjà groggy après une défaite historique qui a fait dégringoler le parti à un niveau plancher jamais atteint, sous la barre des 20 %, les démocrates-chrétiens flamands ont perdu leur tête: Marianne Thyssen, leur présidente, a jeté l’éponge. Epuisée. Essayons de comprendre.

1)Pourquoi Marianne Thyssen a-t-elle réellement démissionné ? Elle a dit qu’elle était épuisée et qu’elle ne parvenait plus à recharger ses batteries. Il faut, pour diriger le parti, une personne qui soit un président à 100 %. Personne ne pense évidemment à contester son épuisement après une campagne électorale éreintante et un résultat électoral difficile à avaler. Une grosse fatigue est plus facile à gérer après un triomphe qu’après une lourde défaite. Mais notre confrère Steve Samijn du "Standaard", utilisant des confidences recueillies aux meilleures sources, a "reconstruit" un autre scénario. Lundi, le Premier ministre sortant, Yves Leterme, aurait été présenter des propositions au formateur, Bart De Wever, des propositions négociées avec le socialiste flamand Johan Vande Lanotte. Et ce, à l’insu des responsables du CD&V. Kris Peeters, ministre-Président flamand (CD&V), aurait pris connaissance de ces "propositions" lors de son entrevue mardi avec Bart De Wever. Apprenant ce double jeu, Marianne Thyssen aurait décidé de tirer sa révérence, malgré les pressions dont elle a été l’objet -de la part d’Yves Leterme notamment. Mais rien n’y a fait. On peut la comprendre Précisons quand même qu’Yves Leterme dément cette version des faits. Mais "De Standaard" maintient sa version.

2)Le CD&V est-il divisé ? En fait, il l’a toujours été. Depuis quasiment la fondation du CVP qui s’est transformé en CD&V, le parti s’est toujours appuyé sur trois piliers, trois "standen": le Boerenbond, les Classes moyennes et l’aile gauche (ACW), les députés étant soigneusement rangés dans une de ces trois catégories. Même si, officiellement, ces ailes n’ont plus droit de cité, on sait toujours qui appartient à qui, qui est à gauche, à droite ou au centre du parti. Ces appartenances, discrètes en temps normal, jouent surtout lors de la confection des listes et la désignation des ministres. L’arrivée au pouvoir, au CD&V de l’étoile (qui se révélera finalement filante) d’Yves Leterme, proche de l’ACW, a maintenu en éveil l’autre tendance (la droite du CD&V) représentée par les Peeters, Van Rompuy, De Crem et Cie. Ceux-ci n’ont jamais considéré Yves Leterme comme un prodige en politique, mais plutôt comme un homme, certes populaire, mais qui a bâti une popularité au départ d’une compétence politique qu’il était tout juste capable d’exercer en Flandre. Beaucoup n’ont pas avalé la création du cartel entre le CD&V et la N-VA. Et depuis 2007, les multiples échecs d’Yves Leterme ont fait de lui la cible principale de la droite du parti. Tant que le CD&V survivait aux échéances électorales, l’unité était de mise. Mais là, en pleine déroute, il est difficile de masquer les divisions internes, malgré les efforts produits.

3)Quelle est la responsabilité d’Yves Leterme ? Ici encore, deux théories se font face. Pour certains, Yves Leterme avait décidé seul de faire un pas de côté à l’aube de la campagne électorale et de confier la gestion de celle-ci à Marianne Thyssen. Par stratégie ou parce qu’il sentait, vu son maigre héritage, qu’il ferait plus de tort que de bien à son parti. Mais d’autres pensent qu’Yves Leterme a été poussé à faire un pas de côté parce qu’il n’était déjà plus, il y a un mois, un atout pour son parti, mais plutôt un boulet. Jeudi, il a dit qu’il regrettait la décision de Mme Thyssen et pour la première fois, il a reconnu, partiellement, ses erreurs: "Je prends ma part de responsabilité dans la gestion de la campagne électorale et le résultat du 13 juin. J’ai déjà fait un pas de côté pendant la campagne." A peine avait-il dit cela, que l’indécrottable égocentrique a évoqué son avenir à lui : "Il faudra voir quel rôle je pourrai dorénavant jouer en politique belge. Mon avenir, j’en parlerai au sein du parti, dans les instances internes du parti et avec ses responsables." Estimant qu’il n’y avait pas de scission au sein du CD&V mais qu’au contraire l’unité prévalait, il a conclu : "Le débat doit avoir lieu en interne. "V.d.W. et S.Vt.

Waar gaat het heen met de CD&V?
GELOOFWAARDIGHEID VAN HELE POLITIEKE FORMATIE STAAT OP HET SPEL
Het ontslag van Marianne Thyssen slaat wonden, maar de malaise bij CD&V zit dieper. PETER FRANS ANTHONISSEN lijst de blunders en de uitdagingen voor de partij op.
Na het onverwachte vertrek van Marianne Thyssen blijft CD&V verweesd achter. Na de desastreuze verkiezingsuitslag zit de partij nu zonder voorzitter. Hoe is het zover kunnen komen? Hoe zwaar is de reputatie van de Vlaamse christendemocraten aangetast? En vooral: wat nu?

Het beeld van de vermoeide Marianne Thyssen — vorige maand nog genoemd als de eerste vrouwelijke eerste minister van het land — was beklijvend. In een klein kamertje, helemaal alleen, met uitzondering van haar interim-opvolger Wouter Beke, tegenover het oerwoud van micro's en camera's. Na haar verklaring kreeg ze niet eens een bos bloemen. Iedereen was het erover eens: dat beeld verdient deze politica niet. Thyssen is het prototype van de trouwe partijsoldaat. Dus dringt zich de vraag op: wat heeft CD&V gedaan om het zover te laten komen?

Zwalpen
Met uitzondering van schaarse paarse intermezzi (onder meer onder Van Acker en Verhofstadt) is de CVP, later CD&V, sedert de Tweede Wereldoorlog onophoudelijk aan de macht. Zij leverde omzeggens alle Belgische eerste ministers, zo goed als alle Vlaamse minister-presidenten en als kers op de taart de allereerste Europese president. Waar de partij ooit een unitair blok vormde met de PSC, is zij geëvolueerd naar een formatie met een Vlaams profiel.

Daar zit alvast een eerste oorzaak van de huidige problemen. Terwijl CD&V — mede door toedoen van de VU en later de N-VA — zich steeds Vlaamser opstelde, wou de partij tegelijk de stabiliserende factor blijven in de vaderlandse politiek. Daarvoor werd het partijbelang steevast opgeofferd aan het staatsbelang.
De Vlaamse kiezer had zo het gevoel dat CD&V met de ene voet Vlaams gas gaf, en met de andere duwde op het Belgische rempedaal. Hier dringt zich een eerste wezensvraag op: hoe lang kan je dat als partij volhouden? Hoe lang blijven kiezers dat slikken?

Vandaag is die spagaat duidelijker dan ooit. Enerzijds is er Vlaamse minister-president Kris Peeters die de copernicaanse revolutie predikt. Hij vindt daarvoor veel gehoor zowel binnen als buiten zijn partij. Die politieke visie materialiseerde zich vorig jaar in een verkiezingsoverwinning en in de vorming van een regering met onder meer N-VA. Anderzijds is er de Belgische premier Yves Leterme met zijn ‘samenwerkingsfederalisme'.

Velen zijn het misschien al vergeten, maar Leterme was enkele jaren geleden nog de reddende engel voor zijn partij. Met zijn ‘goed bestuur' stak hij schril af tegen de blunders van Paars II. Culminatiepunt was zijn recordscore in juni 2007. De man van de 800.000 stemmen behaalde zijn succes op basis van een uitgesproken Vlaams verkiezingsprogramma. Dat hij dat de voorbije drie jaar niet kon realiseren is een understatement.

De stekker van de amechtige regering-Leterme II werd uitgetrokken door Alexander De Croo. In Vlaanderen volgde een bitse verkiezingsstrijd. De campagne van CD&V verliep rampzalig. Het New Deal-programma kwam nooit van de grond.

Centrumpartij
Quo vadis CD&V? — om het met de terminologie van De Wever uit te drukken. Bestaat het risico dat N-VA, nu al de grootste partij van Vlaanderen én van het land, straks de CD&V als centrumpartij vervangt? Veel van de Vlaamse Leterme-kiezers uit 2007 hebben zich op 13 juni ontgoocheld afgekeerd van de ‘Belgische Leterme' en hebben gekozen voor N-VA.
Dat CD&V het kartel met N-VA afschoot omwille van — opnieuw — het staatsbelang, was een vergissing. Het zorgde voor een deuk in de geloofwaardigheid van de partij. ‘Wie gelooft die mensen nog?' zullen sommigen zich cynisch afvragen.

‘Quid CD&V?' De Vlaamse christendemocraten moeten zichzelf nu de vraag stellen: ‘Hoe lang nog blijven wij ons opofferen voor het staatsbelang ten koste van ons eigen profiel?' Hier staat de geloofwaardigheid van CD&V als politieke formatie op het spel. En zoals elk reputatiespecialist weet, vormen geloofwaardigheid én vertrouwen de basis voor de reputatie van een organisatie. Zonder is er geen toekomst meer.

PETER FRANS ANTHONISSENWie is Gedelegeerd bestuurder van communicatiebedrijf A&A en executive professor Universiteit Antwerpen Management School. Wat? CD&V moet dringend klaarheid scheppen. Waarom? Veel Leterme-kiezers hebben zich afgekeerd van de Belgische Leterme.
De CD&V hangt uitgeteld in de touwen. Dat hebben ze aan zichzelf te danken, drie jaar niet regeren, een zwakke Leterme, maar bovenal het kiezersbedrog met vijf minuten politieke moed. Wie gelooft nog één van deze mensen? En dat men niet afkomt met oubollige Belgicistische creaturen als Vanackere... of Cd&V haalt nog 10%.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUO VADI CD&V?
Le CD&V, héritier de l’Etat CVP est au tapis et pour longtemps.
La démission de sa présidente en est une conséquence, les causes sont à rechercher ailleurs. Les chrétiens démocrates flamands ont fourni à la Belgique la plupart de ses premiers ministres d’après guerre. C’est que le CVP actuellement CD&V s’est toujours comporté en parti de l’Etat belge, au service de cet Etat qui au demeurant le lui a bien rendu.
La politique du grand écart dont Leterme fut sans doute l’ultime représentant s’est soldée par un écartèlement délétère. Une aile nationaliste flamingante tirant à hue, l’autre fédérale tirant à dia a fini par faire tomber Icare sous le regard du paysan De Wever labourant son champ comme dans le très célèbre tableau de Petrer Bruegel l‘Ancien. Remarquons que le paysan regarde ailleurs et trace son sillon, comme De Wever grand admirateur de Cincinnatus et de sa charrue légendaire. De Wever laboure ses arpents flamands en faisant risette à son roi, à Elio Di Rupo, au De Decker du sénat après avoir envoyé le Dedecker judoka au tapis.
Il a réussi brillamment, là où Verhofstadt avait échoué, dans son rêve de faire de son parti un grand parti populaire et centriste au détriment du CD&V.
Il est navrant de constater qu’on ne se précipite pas pour succéder à Marianne Thyssen qui sans doute sera ministre dans le prochain cabinet fédéral.
.‘Wie gelooft die mensen nog?' est la phrase qui revient le plus souvent dans les commentaires des courriers des lecteurs.
Ce qui est certain, c’est qu’à l’instar de César qu’il admire tellement, Bart De Wever a franchi le Rubicon. La révolution copernicienne dont parle Chris Peeters ministre président flamand, c’est lui qui l’a accomplie, tout seul. C’est à la fois sa force et sa faiblesse.
Désormais la Flandre est plus flamande que chrétienne démocrate, socialiste, libérale ou verte.
Avec le départ de Marianne, les enchères ont encore monté d’un cran.
MG