vendredi 9 juillet 2010

Opinie: Vic Anciaux ziet Gewest als historische vergissing

"Brussel uitbouwen als een deelstaat, evenwaardig aan Vlaanderen en Wallonië, zou onzindelijk zijn. Brussel verdient dezelfde kansen als elke grote stad."

Brussel - Vic Anciaux houdt van Brussel als het historische erfgoed van de meest zuidelijke stad van de Nederlanden. Hij houdt evenzeer van het Brussel van nu, met zijn interculturele samenleving. Maar moet dat nu per se als Gewest? Anciaux vindt van niet, en legt uit waarom.
Intussen is Brussel uitgegroeid tot de meest internationale stad van Europa. Vijftig procent van de bevolking is van vreemde afkomst. Het is de vijfde zakenstad van Europa. Alle ambassades zijn er gevestigd en de meeste Europese regio’s hebben er hun zetel. Het Hoofdstedelijk Gewest zorgt voor negentien procent van de Belgische economie. Brussel creëert dus welvaart voor heel het land.

De andere kant van de medaille is de kloof tussen rijk en arm. Het inkomen van de Brusselaars ligt zeven procent lager dan het gemiddelde van het land. Ongeveer dertig procent van de inwoners leeft onder de armoedegrens. Bij de werkloze Brusselaars loopt dit percentage op tot 45 procent. Zelfs van de werkende Brusselaars is tien procent arm. Deze cijfers tonen de toenemende verpaupering van de Brusselse bevolking, die enkele decennia geleden nog de rijkste was van het land.

Gegevens over de jongeren doen vermoeden dat deze situa tie nog zal verergeren. Het percentage jongeren die op achttien jaar zonder diploma de school verlaten, ligt rond 23 procent. Het percentage dat op twaalfde jaar al schoolse achterstand heeft, bedraagt vijftig procent.

Brussel heeft helaas geen echt beleidsplan om de welvaart op te krikken, zoals Vlaanderen in Actie of het Waalse Marshallplan. Daarom durf ik voor een grondige ommekeer te pleiten.

Vergissing
Vergeleken met de bedoelingen van de wetgever in 1988 die tot het Brussels Hoofdstedelijk Gewest hebben geleid, is er veel misgelopen. We hebben ons toen vergist. De gewestelijke structuur is niet alleen overbodig, ze is hinderlijk voor een goed bestuur. Geen enkele Brusselaar heeft er baat bij. Daarom dient Brussel een volwaardige ‘stad’ te worden.

De grootste hinderpaal voor een efficiënt beleid is het gewestelijke waterhoofd boven op negentien gemeentelijke baronieën en OCMW’s, zes politiezones en 33 huisvestingsmaatschappijen. Dit kost veel geld. Intussen wordt onze hoofdstad geplaagd door werkloosheid, armoede, onveiligheid, vastlopende mobiliteit, falend openbaar vervoer, tekort aan sociale woningen, verkeersonveiligheid, vuile straten, eenzaamheid van bejaarden en duizenden jongeren die langs de straten hangen.

Cultureel heeft Brussel ook al geen sterk imago. Honderd twintig Brusselse actoren hebben daar in een cultuurplan op gewezen. Terecht wijten ze de onmacht aan de versnippering van de politieke machtsniveaus. Ze vergissen zich echter wanneer ze pleiten voor een autonoom Gewest, los van de gemeenschappen. Volgens hen moet Brussel zelf bevoegd zijn in persoonsgebonden materies. Dat is ook de eis van Franstalige politici en enkele Vlaamse professoren.

Dit zou voor Brussel de doodsteek betekenen. Brussel heeft de inbreng van de Vlaamse en de Franse Gemeenschap nodig. De hoofdstad uitbouwen als een deelstaat, evenwaardig aan Vlaanderen en Wallonië, zou onzindelijk zijn. Brussel verdient dezelfde kansen als elke grote stad. Bijgevolg moet Brussel het statuut van een volwaardige stad krijgen. Dan kan Brussel een coherent beleid voeren en zich ontwikkelen als de hoofdstad van de confederatie, de deelstaten en Europa.

De hoofdstad moet dan aan enkele voorwaarden voldoen: fusie van de negentien gemeenten tot één tweetalige stad, met districten met beperkte lokale bevoegdheid. De hoofdstedelijke raad, met twee taalgroepen (2/3 F en 1/3 N), moet een taalkundig paritair college van burgemeester en schepenen aanduiden.

Deze hoofdstad staat dus niet onder het cobeheer van Vlaanderen en Wallonië. Ze staat wel, inzake haar algemeen beleid, onder het toezicht van de confederatie. Over de persoonsgebonden materies beslissen de twee taalgroepen als cultuurcommissies, onder voogdij van hun respectieve deelstaat, die meefinanciert en het initiatiefrecht behoudt. Over de tweetalige instellingen beslist de hoofdstedelijke raad met een meerderheid in elke taalgroep.

De hoofdstedelijke functies en vooral de armoedebestrijding vereisen een financiering die de eigen capaciteit overtreft. Afgezien van eigen inkomsten moeten zowel de confederatie en de deelstaten als de Europese Unie mee instaan voor de middelen die hun hoofdstad nodig heeft. Voor de strijd tegen de armoede moet een strategisch plan opgesteld worden. De kosten hiervan worden in een vijfjarenplan berekend. De financieringswet moet in dit kader gewijzigd worden en niet als een hol klinkende roep naar miljoenen.

Ik voel me geen slechte Brusselaar wanneer ik deze gedachtegang ontwikkel. Zelfs de FDF’er Didier Gosuin verklaarde onlangs dat de parlementaire activiteit van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest te vergelijken is met een grote gemeenteraad. Hij heeft gelijk. De gewestelijke structuur verhindert een coherent beleid.

De regeringsonderhandelaars hebben geen keuze: ofwel wordt een confederatie gebouwd die de tegenstellingen overbrugt en een gemeenschappelijke hoofdstad beheert, ofwel valt het land uiteen, met nadelige gevolgen voor alle inwoners en elke gemeenschap.

door: Vic Anciaux
Vic Anciaux is oud-Volksunie-voorzitter, erelid van de Kamer en oud-staatssecretaris van de federale en de Brusselse regering

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ANCIAUX RÊVE DE METTRE BRUXELLES SOUS TUTELLE;
BART DE WEVER AUSSI
Ce que dit Vic Anciaux de Bruxelles est à peu de chose près le discours de Bart De Wever sur le même sujet avant les élections. Et Olivier Maingain a déjà laissé entendre qu’il n’aurait pas changé d’un iota depuis.
Décortiquons donc cette analyse en 23 points pour tenter de comprendre quel sort le Bart flamand aimerait réserver à notre chère région Bruxelles capitale.
De Wever et Anciaux père (et fils) ont été nourris au même sérail: la Volksunie. C’est dire si les deux font la paire! « Twee handen op één buik ».
Désormais, ces idées là qui sont tout à fait imbuvables pour nos excellences bruxelloises (on entend hurler d’ici Joëlle Milquet et Olivier Maingain) risquent fort d’avoir le vent en poupe du côté de la NVA. Les vents dominants qui soufflent aujourd’hui sur Bruxelles proviennent du plat pays. NVA jacta est, comme on dit désormais avec résignation et en y perdant son latin.
Toute la question est de savoir si ce plaidoyer en 23 points est partiellement négociable ou pas du tout pour les excellences francophones de Bruxelles. Négociable supposerait que certains points soient susceptibles d’être amendés, rabotés, aménagés, bricolés par l‘équipe de plombiers qui s‘apprêtent à succéder au cabinet Leterme.
A première vue cela paraît plus que surréaliste.
Selon Vic Anciaux père de Bert et mentor de Bart:
« la création de la région bruxelloise comme troisième région belge à part entière, à même titre que la Flandre et la Wallonie, fut une erreur historique.» De Wever a affirmé plus d’une fois la même chose et il l‘a répété quelques jours avant le scrutin qui l‘a plébiscité. Le landerneau bruxellois a tressailli et Charles Picqué a ravalé sa salive.
« On a fait fausse route en créant la région bruxelloise en 1988.» De Wever le pense également et ne se cache pas pour le dire.
« Bruxelles, en tant que mégapole moderne, a droit à un développement autonome comme toute grande ville digne de ce nom». Eric Corijn ne dit pas autre chose
« Bruxelles doit se déployer en tant que métropole, pas en tant que région.» Un peu comme Anvers pense De Wever l’Anversois et il ne manque pas de le dire à voix haute.
« Bruxelles est la ville la plus septentrionale des Pays-Bas nonobstant sa société très interculturelle.» C’est un point de vue assez polémique et provocateur, une affirmation d‘historien; De Wever en est un autre.
« Bruxelles est devenue la ville la plus internationale d’Europe » Qui le contesterait? Pas même le Bart flamand.
« C’est la cinquième ville d’affaire d’Europe ». C’est un fait objectif, chacun l’admet même le plus obscur porte drapeau de la NVA.
« C’est le siège des ambassades nationales du monde entier et régionales de l’Europe »Ceci participe de la vision à la De Wever d’une Europe des régions. « We willen Vlaming zijn om Europeeër te worden » disait déjà le socialiste August Vermeylen dans les années trente.
« Plus de cinquante % de ses habitants sont d’origine étrangère. »C’est une façon détournée de dire qu’ils ne sont donc pas francophones, ce que De Wever affirme lui aussi et Ce point de vue est partagé par Gatz (VLD) ou Smet (Spa) ce qui rend Maingain fou de rage.
« Bruxelles produit 19% des richesses de ce pays. Le différentiel entre riches et pauvres y est considérable »C’est un fait et un fait à Bruxelles vaut 19 lord maires, ces barons que nos excellences flamandes exècrent.
« 30% des Bruxellois vivent sous le seuil de pauvreté. Bruxelles s’appauvrit d’année en année alors qu’elle était le territoire belge le plus prospère il y a à peine quelques décennies. » « La précarisation va croissant: 23% des jeunes quittent le secondaire sans être diplômés; 50% accusent un retard scolaire sérieux. » Comment enrayer ce phénomène? Ni Anciaux, ni De Wever ne proposent la moindre solution, hormis une tutelle des régions flamande et wallonne dont les Bruxellois ne veulent à aucun prix.
« Bruxelles n’a pas de plan de développement comparable à «Vlaanderen in Actie» ou au «plan Marshall wallon» Ce n’est pas faux et c’est une grosse pierre dans le jardin de Charles Piqué qui a trop peu planché sur ce sujet, du moins officiellement.
« La structure régionale bruxelloise est une entrave à la bonne gouvernance territoriale.» Voici le gros dada qu’enfourchent volontiers tous les Flamands de Bruxelles. Ceci risque bien d’être un des points de friction sinon d’achoppement dans les années qui viennent car c’est le fonds de commerce des partis bruxellois avides de « placer » avantageusement leurs « créatures politiques » toutes couleurs confondues.
« Le plus gros handicap de Bruxelles? Les tiraillements entre la RBC et les 19 baronnies et CPAS communaux, les six zones de police et les 33 sociétés de logement: un vrai gouffre financier». Encore un clou que les Flamands enfoncent volontiers dans le cercueil bruxellois.
« La capitale souffre de divers maux: chômage (21,7 %), pauvreté, insécurité, mobilité paralysée, transports en communs calamiteux, déficit de logements sociaux, insécurité routière, voiries sales, vieillards abandonnés et jeunesse en roue libre. Mauvaise image culturelle et saupoudrage des budgets culture». Difficile à réfuter sauf en invoquant qu’Anvers s’en tire beaucoup mieux grâce à son Collège et Bourgmestre central unique et puissant.
« Bruxelles ne saurait se passer des apports des communautés françaises et flamandes.» Bart de Wever lui aussi en est persuadé. Mais les Bruxellois sont peu nombreux à voir les choses sous cet angle.
« Bruxelles a droit aux mêmes avantages que n’importe quelle mégapole européenne. Qu’elle devienne une ville à part entière pour jouer son rôle de capitale de la confédération des régions européennes. » un ville dit Vic Anciaux, pas une région, il n’en démordra pas, De Wever apparemment non plus.
Ceci impliquerai selon Anciaux:
« La fusion des 19 communes pour ne plus constituer qu’une seule et unique entité bilingue dotée de districts jouissant de droits limités.
La création d’un conseil municipal unique avec deux groupes linguistiques(2/3 F en 1/3 N), désignant un collège linguistiquement paritaire présidé par un bourgmestre unique.
Ainsi, la capitale serait cogérée par la Flandre et la Wallonie, sous la tutelle de la nouvelle confédération.
Les matières personnalisables seraient gérées par les deux groupes linguistiques siégeant en commission culturelle.
Les deux régions de tutelle agiraient en qualité d’autorité subsidiante avec droit d‘initiative.
.Le conseil municipal de la capitale (un conseil unique et plus 19 conseils communaux) exercerait un pouvoir décisionnel sur toutes les institutions bilingues à la majorité dans chacun des groupes linguistiques
La confédération belge et les deux régions ainsi que l’Europe participeront ensemble au financement d’un plan stratégique quinquennal de lutte contre la pauvreté
La loi de financement doit être revue pour éviter les cris de détresses réclamant des millions de dotations supplémentaires. (500 millions annuels) » Vic Anciaux ici délire joyeusement mais il est plus que vraisemblable que De Wever le rejoigne dans ses élucubrations délirantes. C’eci est tout simplement impossible à imaginer sauf bien sûr moyennant un élargissement de Bruxelles à 26, trente communes ou davantage, une hypothèse complètement taboue, que personne n’oserait émettre devant un micro, surtout pas en Flandre où on ne saurait entendre parler d’une quelconque cession de territoire. Pourtant, elle est là la solution et nulle part ailleurs: créer une vaste région métropolitaine bruxelloise bilingue (voire trilingue) à trente voire cinquante communes englobant une partie des deux Brabants avec à peu près autant de francophones que de néerlandophones. Onbespreekbaar natuurlijk!
Anciaux «donne raison au bourgmestre FDF Didier Gosuin quand il compare le travail du parlement bruxellois à celui d’un gros conseil communal». Il marque un point. Ajoutons qu’on y retrouve les mêmes notables avec double casquette et double salaire. (d’échevin et de député)
« La structure régionale de Bruxelles empêche toute gestion cohérente du territoire bruxellois.» C’est aussi la thèse de De Wever.
« De deux choses l’une: soit la nouvelle confédération dépasse les actuelles contradictions et nous construit une capitale commune, soit le pays se disloque avec de gros désavantages pour chacun de ses habitants au sein des deux communautés.»
Ainsi pense et s’exprime Vic Anciaux, ancien président de la Volksunie et ancien secrétaire d‘Etat bruxellois.
Nous avons de bonnes raisons de supposer que Bart De Wever ne pense pas vraiment différemment.
On entend hurler d’ici Olivier Maingain. «Prenez la donc votre indépendance mais sans nous», on imagine Milquet disant « neen » et Charles Picqué articulant un «onbespreekbaar» avec cet accent inimitable qui est le sien.
Pourtant, il nous paraît évident qu’il faudra « que tout change si on veut que tout demeure comme avant » selon le mot célèbre de l’aristocrate Fabrice de Salina, dit le guépard, qui s’associa à la révolution garibaldienne qui déferlait sur sa Sicile natale en s‘attaquant aux privilèges de sa caste aristocratique.
Avant le 13 juin, on pouvait se contenter de rejeter ce genre d’élucubrations d’un revers de main.
Depuis la victoire écrasante de BDW, c’est beaucoup plus intrépide voire carrément hardi ou, à tout le moins très imprudent.
MG

Aucun commentaire: