mardi 10 août 2010

Kledingzaak Michiels is failliet

Brussel-Stad - De befaamde kledingzaak Michiels in de Hoogstraat in de Marollen is dicht. Op 20 juli sprak de handelsrechter het faillissement uit. Voor de filialen van Michiels wordt wellicht een overnemer gevonden. Voor de hoofdvestiging in de Hoogstraat is de kans klein.

Generaties lang was Michiels in de Hoogstraat dé zaak voor heren die zich een mooi maatpak wilden aanschaffen. Maar dat is voorgoed voorbij.

Vier jaar geleden vierde Michiels nog zijn honderdvijftigjarig bestaan. In 1856 begon Michiels als stoffenwinkel. Later werd er werkkleding verkocht. Sinds 1875 herenkleding.

In de beginjaren heette de winkel In het Boerinneke. Sinds 1908 gewoon Michiels. Twaalf jaar geleden kocht Michiels modehuis Guilmot en kwam zo ook in de verkoop van schooluniformen terecht. Maar Michiels bleef toch vooral gekend om zijn keurige maatpakken.

Michiels heeft filialen in Waterloo, Wemmel en in het Shopping Center van Woluwe. De kans is groot dat daarvoor een overnemer wordt gevonden. Voor de hoofdvestiging in de Hoogstraat wordt het moeilijk.

"Het is een heel erg groot pand met achteraan de ateliers. De kantoren van de groep waren hier ook gevestigd," zegt Sydney Appelboom, gerechtelijk expert.

Eind augustus worden in Waterloo de stocks met schooluniformen verkocht. Begin september gaat in de Hoogstraat de herenkleding van de hand.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
MICHIELS DE LA RUE HAUTE ET MICHIELS DE WATERLOO
Michiels, un nom prestigieux pour un faiseur réputé du temps où la Marolle tenait encore le haut du pavé. Les établissements Jacqmotte y avaient leur siège social prestigieux transformé désormais en lofts luxueux et en bureaux haut de gamme : gentrification oblige.

C’était du temps où le vieux marché était encore un filon pour antiquaires et amateurs d’art, c’était l’époque où Toone était encore Toone et non pas un divertissement pour touristes japonais où dames patronnesses de la périphérie en mal de folklore.

« Charlotte venez avec je vous attends sans fôte,

Charlotte, Charlotte, au coin d’la rue Hauôôôôte »

Plus on remontre dans le temps, plus cette fameuse rue Haute était renommée comme « a place to be », notamment du temps de Bruegel l’ancien qui y demeura et dont les restes reposent dans l’église de la Chapelle toute proche.

La firme Michiels était encore dans les années cinquante un « incontournable » qui avait pignon sur rue tandis que plus loin se multipliaient les magasins de pantalons, de casquettes et de couvre chefs pour zwanzeurs distingués. Le déclin commença dans les années quatre vingt. Michiels qui avait du nez, suivit sa clientèle bourgeoise dans sa migration vers la périphérie : Woluwée, Wemmel est surtout Waterloo.

Non le déclin commercial et économique de Bruxelles ne date vraiment pas d’hier.

On se demande pourquoi Toone, cet excellent commerçant, ne va pas lui aussi s’installer à Lasne ou à Bois Seigneur Isaac où réside so cher public ?
MG

Aucun commentaire: