dimanche 29 août 2010

Rudy Demotte: "La réforme ne m'effraie pas"

Pour Rudy Demotte, si on transfère d'importantes compétences aux Régions, la Communauté française doit être organisée autrement.
Le ministre-président wallon Rudy Demotte (PS) voit dans les transferts de compétence vers les Régions une plus-value. Les francophones ne sont pas partis à la négociation de manière défensive, a-t-il dit en substance au quotidien "Le Soir" dans son édition de samedi.
"Je n'ai pas le sentiment que les francophones sont allés à la négociation de manière défensive. En 2007, nous n'étions demandeurs de rien; notamment parce que le débat était présenté uniquement dans des termes de délitement. Depuis, en Flandre, ce sont des partis nationalistes qui ont gagné les élections. Si on se dit, c'est comme ça on ne change rien, on va dans l'impasse. Donc les francophones négocient; ils ont eu le courage de réévaluer un certain nombre de leurs positions", a affirmé le chef de file du gouvernement wallon.
A ses yeux, la stratégie francophone repose sur la reconnaissance de la Région bruxelloise. L'idée de la cogestion de Bruxelles souhaitée par certains en Flandre ne passe pas."...pour cogérer, il faut être deux! En Flandre, on peut du reste le comprendre, avec le principe de territorialité. Si on respecte le principe du territoire, qu'on laisse aux Bruxellois la faculté de gérer leur propre territoire, a-t-il commenté à ce sujet.
Pour Rudy Demotte, si on transfère d'importantes compétences aux Régions, la Communauté française doit être organisée autrement qu'actuellement et devenir une structure de coordination, "pour un certain nombre d'éléments".

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
RUDY A TOUT COMPRIS
Rudy voit clair. Depuis quelques années son plan Marshal réussit à faire sortir la Wallonie du marasme. Il n’a pas peur s’ouvrir des horizons nouveaux , des fenêtres sur l’avenir comme on dit désormais. A juste titre, il est hostile à l'idée de la cogestion de Bruxelles souhaitée par les nationalistes flamands. « Si on respecte le principe du territoire, qu'on laisse aux Bruxellois la faculté de gérer leur propre territoire », Pour Rudy, si on dévolue d'importantes compétences aux Régions, la Communauté française devra être organisée autrement.
Un lecteur commente et embraye sur cette idée :
« La communauté française doit disparaître du paysage francophone cela nous permettra de faire l'économie de plusieurs parlementaires totalement inutiles ainsi que d'une pléthore de fonctionnaires. Dans la foulée supprimons les exécutifs provinciaux et leurs personnels obsolètes. Réalisons des économies sensées, fini Francorchamps, réformons les règles du chômage, fini le chômage à vie pour les jeunes, occupons-les dans l'intérêt de la communauté »
Supprimer la Communauté frnaçaise pour faire des économies mais surtout pour que deux régions alliés, la Wallonie et Bruxelles prennent enfin hardiment leur destin en main en renonçant notamment à la logique de l’assistanat. C’est une idée qui était défendue énergiquement par Daniel Ducarme. Ah si le bougre avait payé ses impôts comme tout le monde, on n’en serait pas là où on en est aujourd’hui. Toujours l’effet papillon !
Non la réforme ne doit pas effrayer Rudy à condition qu’il poursuive sa politique de rigueur et de rupture avec l’assistanat cher au Ps.
Après tout Mitterrand et Blair après lui ont osé s’écarter de la vulgate de l’internationale socialiste.
MG

Aucun commentaire: