lundi 8 novembre 2010

Bisschoppen houden crisisvergadering over Léonard

Nog geen opvolger voor woordvoerder Mettepenningen . Nieuwe oproep voor radiostilte tot Kerstmis. Agenda van aartsbisschop wordt geheim gehouden

Alle bisschoppen van het land zijn donderdag in het grootste geheim in Brussel bijeengekomen. 'De Kerk is in shock. Wij moeten elkaar nu vooral steunen om in stilte te bouwen aan de heropleving van de Kerk', verklaarde Claire Jonard, tot voor kort adjunct van gewezen woordvoerder Jurgen Mettepenningen.
Officieel heet het dat de bijeenkomst informeel was, maar naar de buitenwereld toe had zij alle kenmerken van een ware crisisvergadering. Zo werd de lijst van onderwerpen die er aangesneden werden zorgvuldig geheim gehouden. De buitenwereld mocht alleen weten dat men er 'een stand van zaken wou opmaken na de commotie die de jongste tijd was ontstaan. Wij vonden het belangrijk en interessant om elkaar te ontmoeten ter voorbereiding van de conferentie van 18 november', klonk het.

Dat de opvolging van Jurgen Mettepenningen als woordvoerder van de bisschoppenconferentie en van aartsbisschop Léonard aan bod is gekomen, staat zo goed als vast. Maar er is geen witte rook uit de schoorsteen opgestegen om de naam van die opvolger aan te kondigen. Gewezen woordvoerder Eric de Beukelaer ontkende dat hij 'in de huidige stand van zaken' de draad opnieuw zou opnemen.

Maar de onverwachte en ongewoon harde uithaal van Jurgen Mettepenningen naar aartsbisschop André Léonard toe om zijn ontslag als woordvoerder uit te leggen, zinderden duidelijk na op de vergadering. Er werd weliswaar van gedachten gewisseld, maar het was duidelijk de bedoeling om de rangen te sluiten en een nieuwe periode van stilte in te lassen. 'Er zijn geen echte onderlinge tegenstrijdigheden. De opvattingen over sommige onderwerpen kunnen verschillen, dat is normaal. Maar dat praten wij rustig en beredeneerd uit. Onder ons heerst een opvallende eensgezindheid en diepe vriendschap', zegt kanunnik Quintiens, secretaris van de bisschoppenconferentie.

'Ik heb monseigneur Léonard deze namiddag nog gezien. Zoals afgesproken zullen wij tot Kerstmis een periode van stilte in acht nemen', verklaarde kanunnik Cosijns daags na de bijeenkomst. Vraag is of André Léonard zelf deze nieuwe radiostilte tot Kerstmis zal (kunnen) respecteren. Hij joeg Mettepenningen onder meer tegen zich in het harnas door met Allerheiligen al tijdens een misviering tegen de afspraak in brede commentaar te geven op zijn controversiële uitspraken en de heisa die zij veroorzaakt hadden. Sinds gisteren is Léonard begonnen aan een reeks ontmoetingen met Brusselse gelovigen. Zal hij de verleiding deze keer kunnen weerstaan om zijn standpunt luid en klaar te verkondigen? Tijdens zijn eerste misviering in Sint-Lambrechts-Woluwe repte hij gisteren in elk geval met geen woord over de onderwerpen die voor de commotie gezorgd hebben. Hij stond de pers na afloop ook niet te woord.

Om op veilig te spelen weigerde plaatsvervangend woordvoerder Claire Jonard tevens om de agenda van André Léonard voor de komende ontmoetingen met de Brusselse gelovigen uit de doeken te doen. De pers wordt op openbare conferenties gedoogd, meer niet, zoveel is duidelijk.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
EGLISE SOUS LE CHOC
Y a t il encore un pilote dans l’Eglise?
Léonard entarté, le pape accueilli à Barcelone par une débauche de baisers homosexuels. Tout le monde fait mine de trouver très drôle ce spectacle digne des sarcasmes picturaux de James Ensor; certains rient jaune.
Imaginons par simple hypothèse qu’un rabbin ou un imam soient traités de la sorte.
Les grandes orgues du politiquement correct seraient entonnées illico par l’ensemble de la presse bien pensante: orage médiatique garanti.
Nous n’avons pas la moindre sympathie pour le nouvel archevêque de Malines Bruxelles, ni pour son berger, le pape Ratzinger qui a sanctifié à Barcelone la Sagrada Familia (quel symbole). D’emblée, nous avons marqué nos distances par rapport à l’un et à l’autre.
Toutefois nous respectons ces deux intellectuels, professeurs et théologiens émérites même si leurs thèses nous sont totalement étrangères.
L’entartrage est une méthode argumentative médiocre qui, à nos yeux, avilit celui qui lâchement y recourt.
C’est une forme de terrorisme intellectuel qui vise à faire perdre la face à un adversaire sur l’ensemble des médias.
C’est le contraire du dialogue que nous préconisons ici, même et surtout quand il est difficile.
MG

LE PAPE CONSACRE LA SAGRADA FAMILIA
Le pape Benoît XVI a consacré ce dimanche la basilique de la Sagrada Familia à Barcelone, le chef d’oeuvre de Gaudi, symbole des valeurs traditionnelles de la famille qu’il a défendues en dénonçant le mariage homosexuel et l’avortement.

Sur le chemin de la Sagrada Familia, Benoît XVI a été accueilli aux cris de « pédophile », « va-t-en ! », par 200 homosexuels s’embrassant à pleine bouche pour dénoncer les « discriminations » dont ils se disent victimes.

LE PAPE APPELLE A UNE « NOUVELLE VIGUEUR » DE LA FOI
Le pape Benoît XVI est rentré dimanche soir à Rome, après un voyage de deux jours en Espagne – à Saint-Jacques-de-Compostelle et Barcelone – où il a consacré la basilique de la Sagrada Familia et dénoncé le mariage homosexuel et l’avortement.
En Espagne, pays qui a légalisé le mariage homosexuel et où la laïcité gagne du terrain, le pape a défendu la famille comme l’union « indissoluble d’un homme et d’une femme ».
Lors de la messe dans la nouvelle basilique, oeuvre emblématique de l’Art nouveau catalan signée de l’architecte Antoni Gaudi, il a également dénoncé l’avortement, dont la libéralisation cette année est l’une des réformes phare du gouvernement socialiste de Jose Luis Rodriguez Zapatero, en rappelant que l’Eglise « s’oppose à toute forme de négation de la vie ».
Avant de quitter le sol espagnol, Benoît XVI avait souhaité, comme la veille dans la ville de pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, que la foi chrétienne « retrouve une nouvelle vigueur » en Europe.
Au deuxième jour de sa visite en Espagne, un pays qui a légalisé le mariage homosexuel et libéralisé l’avortement, où la laïcité gagne du terrain, le pape, dans son homélie, a défendu la famille comme union « indissoluble d’un homme et d’une femme ».
Il a dénoncé l’avortement, dont la libéralisation cette année est l’une des réformes phare du gouvernement socialiste de Jose Luis Rodriguez Zapatero, en rappelant que l’Eglise « s’oppose à toute forme de négation de la vie ».
Benoît XVI a quitté dimanche soir Barcelone pour Rome, après avoir souhaité, comme la veille dans la ville de pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, que la foi chrétienne « retrouve une nouvelle vigueur » en Europe.
(…)Samedi à Saint-Jacques de Compostelle, le pape avait dans des termes très incisifs dénoncé les dangers du retour à un anticléricalisme « agressif » en Espagne, rappelant les années 30 et la Guerre civile.
Traditionnel bastion de l’Eglise catholique, en particulier sous la dictature franquiste, l’Espagne connaît actuellement un recul de la religion et 73 % de ses habitants se disent catholiques, contre 80 % en 2002.
Le pape a renouvelé son hommage au « génial » Gaudi, qui a été « capable de créer dans cette ville un espace de beauté, de foi et d’espérance ».
Selon le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, le pape a eu une « impression extraordinaire » lorsque les portes de la Sagrada Familia se sont ouvertes, découvrant la nef bordée de colonnes se terminant en ramifications, selon les formes inspirées de la nature chères à Gaudi.

Aucun commentaire: