vendredi 5 novembre 2010

“L’ambassadeur de la Belgique devrait rappeler le Vatican à l’ordre”

© DEMOULIN

Alors que le monde catholique et les évêques belges commencent à se diviser par rapport aux prises de position de Mgr Léonard, Pierre Galand, président du Centre d’action laïque, réagit à son tour. Il met d’emblée les choses au point :

“Sur le plan confessionnel, cela ne me regarde pas. Par contre, dès qu’il interfère dans la vie quotidienne avec des prises de position qui ne sont plus en conformité avec les avancées de la société, cela mérite une sérieuse remise à l’ordre.”

DE QUEL TYPE ?
“La remise en cause de ses privilèges en raison de l’absence, en Belgique, de séparation de l’Église et de l’État. Le protocole prévoit qu’il a la préséance sur les représentants politiques : c’est inconcevable dans un État moderne !”

D’UN AUTRE COTE, CERTAINS EVOQUENT UNE POSSIBLE DEMISSION DE SA PART. OR, IL A ETE NOMME DIRECTEMENT PAR LE PAPE…
“Certes, mais la Belgique a un ambassadeur auprès du Vatican. Celui-ci peut transmettre un message auprès du pape rappelant qu’il y a des limites à respecter de la part de la personne qu’il a nommée dans notre pays. Évidemment, et c’est là toute l’ambiguïté, le pape joue le rôle de chef spirituel d’une religion qui nomme qui bon lui semble.”

DROITS DE LA FEMME , DE L’ENFANT, A LA DIFFERENCE : DANS CES DOMAINES, MGR LEONARD S’EST DISTINGUE… N’AFFERMIT-IL PAS LA POSITION DES LAÏCS BELGES ?
“Plus il sort ce genre d’anathèmes, plus il ouvre les yeux à des catholiques qui s’éloignent de sa – et de la – religion. Dans ce sens, ce n’est pas moi qui vais le critiquer ! Des catholiques sont de plus en plus heurtés par son discours. Par rapport à la pédophilie, il croit toujours que l’Église est au-dessus des lois et peut contourner la justice. Elle peut bafouer l’État de droit. Depuis Dutroux, la société a ouvert les yeux, pas l’Église.”

LES DOSSIERS NE SEMBLENT PAS ABOUTIR. FAUT-IL S’INQUIETER DE CE RETOUR EN ARRIERE ?
“Oui. On assiste à la naissance d’une sorte d’Internationale du fondamentalisme. Le pape, lors de son voyage en Turquie, a insisté pour rencontrer le Premier ministre Erdogan et lui a dit que, finalement, l’islamisme et l’Église de Benoît XVI reposent sur les mêmes valeurs, les mêmes bases et les mêmes souhaits – je cite – faire barrage à ces épouvantables idées modernes de libre examen, libre-pensée et laïcité. Et le pape tente une approche similaire avec le patriarche de Moscou, primat de l’Église orthodoxe russe.”

Aucun commentaire: