vendredi 3 décembre 2010

Ce que les Américains disent de BHV

Par Martin Buxant

L’ambassade US à Bruxelles a briefé Hillary Clinton sur la politique belge en 2009. Où l’on lit que “Leterme n’a pas la même réputation que Van Rompuy”.

C’est une hypothèse : si l’Ostendais Johan Vande Lanotte devait échouer dans sa mission de conciliateur royal, Albert pourrait se rabattre sur l’ambassadeur américain en poste à Bruxelles : Howard Gutman. C’est que, dans un cable diplomatique classifié "secret" et mis en ligne par l’organisation WikiLeaks, Howard Gutman, un proche du président Barack Obama, fait preuve de pédagogie pour expliquer l’inextricable conflit entre francophones et Flamands qui mine la Belgique.
Ce long cable diplomatique, envoyé par l’ambassade américaine de Bruxelles à Washington le 24 novembre 2009 à 14 h est en réalité un briefing très détaillé à l’attention de la secrétaire d’Etat Hillary Clinton en prévision de sa visite à Bruxelles les 3 et 4 décembre 2009. "Votre visite se passe alors que la Belgique va occuper une place clé en Europe puisque Herman Van Rompuy vient d’être désigné président du Conseil européen ", lit-on dans ce document. "Vous aurez des entretiens avec le prochain Premier ministre Yves Leterme et avec le prochain ministre des Affaires étrangères, qui sera plus que probablement Steven Vanackere."
Bref. C’est au chapitre 5 - intitulé "Pic politique dans les tensions régionales" - de ce mémo diplomatique que les diplomates américains dépeignent la crise politique belge. "Avec trois Régions, trois Communautés linguistiques, sept Parlements et une myriade de partis politiques, la politique belge et la répartition des pouvoirs requiert une série de compromis délicats et compliqués", lit-on dans ce cable. "Herman Van Rompuy, bien que Flamand, est l’un des politiciens qui semblait capable de gagner la confiance des Belges francophones et des Belges flamands. Son successeur le plus probable, Yves Leterme, est plus identifié comme Flamand et ne bénéficie pas de la même réputation."
Et les Américains de se lancer dans une explication de BHV : "Un problème difficile est Bruxelles-Hal-Vilvorde, ou BHV, qui symbolise et porte une puissance émotionnelle inhabituelle en Belgique. Essentiellement, il s’agit de savoir si les résidents de la périphérie bruxelloise devraient vivre et voter sous le contrôle flamand ou avoir un régime spécial de droits sociaux et politiques francophones. Cette question a empêché la formation d’un gouvernement après les élections de 2007 et n’a toujours pas été réglée depuis lors." Toutefois, pronostiquent les diplomates américains, " un effort particulier devrait être tenté pour essayer d’arracher un compromis final avant mars 2010. Et si les négociateurs échouent à parvenir à un accord, cela pourrait menacer la coalition de Leterme dans la première partie de l’année." Et de conclure : "Les politiciens belges veulent à tout prix éviter les ennuis durant la présidence de l’Union européenne, [ce qui devrait] les motiver à effectuer les compromis nécessaires, mais il n’y a pas de garantie qu’ils y parviendront."
Le reste du cable évoque notamment la demande de soutien belge pour l’élection de Louis Michel au poste de président de l’AG de l’Onu. Manqué : "Nous ne donnons jamais de réponse à ces demandes", explique le mémo.

TE VEEL GEHEIMEN
Rik Van Cauwelaert, directeur van Knack.

Twee jaar geleden voorspelde Don Burke, een kopstuk van de Amerikaanse inlichtingendienst Central Intelligence Agency (CIA), dat er over 15 jaar geen geheimen meer zouden bestaan. Dankzij WikiLeaks, dat afgelopen zondag begon met zijn jongste strooibeurt op het internet van honderdduizenden confidentiële en geheime Amerikaanse documenten, zijn we intussen al een flink stuk gevorderd op de weg naar een geheimloze samenleving.
In het verleden zette WikiLeaks al het handboek van de bewakers in Guantanamo Bay op het net, de mailbox van Sarah Palin, documenten over toxisch afval gedumpt in Ivoorkust, de witwaspraktijken van een Zwitserse bank, pijnlijke videobeelden van een Amerikaanse helikopteraanval in Bagdad waarbij 12 burgers om het leven kwamen en tienduizenden documenten over de oorlogen in Irak en Afghanistan.

Internet heeft ervoor gezorgd dat dit soort geheimen bewaren, eenmaal ze aan een elektronische drager zijn toevertrouwd, een erg dure aangelegenheid is geworden. Het is bovendien een mythe dat cyberbeveiliging, met al zijn vuurvaste muren, ervoor kan zorgen dat gevoelige informatie wordt beschermd tegen een vastberaden, technisch uitgeruste hacker. Wie vandaag zijn pc uit de verpakking haalt en aanschakelt, krijgt volgens experts binnen 30 seconden al een indringer over de vloer.

Recent volgden de veiligheidsspecialisten op het Brusselse hoofdkwartier van IBM met stijgende verbazing en vooral ongerustheid een ongemeen krachtige cyberaanval op de Iraanse kerninstallaties. Wat de veiligheidsexperts even deed vrezen dat er erger op komst was. Hun vrees was gefundeerd, want die cyberaanval, mogelijk vanuit Israël, krijgt met de documenten die WikiLeaks afgelopen zondag op het net zwierde een nieuwe betekenis.
Uit de gelekte documenten blijkt immers dat niet alleen Israël maar ook de Arabische buurlanden fors aandringen bij de Verenigde Staten om met krachtige bombardementen ‘de kop van de Iraanse slang af te hakken’. In de notulen van een vergadering van Amerikaanse militairen en Israëlische collega’s is er sprake van recente discrete leveringen van bunkerbommen om die met verhard beton omwalde nucleaire installaties in Iran te ontmantelen.

In grote mate brengt WikiLeaks de bevestiging van verhalen die eerder al, zij het vaak gedeeltelijk, door de media werden aangehaald. Wie de laatste jaren de verslagen van de journalisten Ahmed Rashid en Robert D. Kaplan las, wist precies in welke Iraakse en Afghaanse moerassen het Amerikaanse leger en de NAVO zich vastreden. Dat wordt nu bevestigd door de rapporten van diplomaten als Anne Patterson, een Amerikaanse gezante in Islamabad, die niet ophouden hun opdrachtgevers in Washington te waarschuwen voor het heilloze van hun militaire ondernemingen.
Hier wordt gegniffeld om de onbeholpenheid van de Amerikanen, die er maar niet hun slagen hun staatsgeheimen onder de mat te houden. Terwijl wij zelf eigenlijk ook wel eens willen weten hoe – om slechts Belgische voorbeelden te noemen – het Astoria-akkoord tot stand kwam dat uiteindelijk tot het faillissement van Sabena heeft geleid. Het zou allicht verhelderend zijn mochten de burgers de vertrouwelijke documenten te lezen krijgen over de manier waarop de Belgische energiemarkt werd uitverkocht aan het Franse Suez of – iets eenvoudiger – over het verpatsen van ABX of de uitverkoop van overheidsgebouwen.

Ook Europa kan een strooibeurt van WikiLeaks gebruiken. Na de publicatie in 1995 van diens ophefmakende The Rotten Heart of Europe, over ‘de vuile oorlog om Europa’s geld’, werd topambtenaar en auteur Bernard Connolly prompt ontslagen. Vandaag geven de feiten hem gelijk.

Het zou daarom verhelderend zijn als we inzage zouden krijgen in de telefoon- en mailcommunicaties die Europese topambtenaren en ministers de afgelopen dagen en weken met financiële instellingen voerden. In de Verenigde Staten werden de telefoons van minister van Financiën Henry M. Paulson met Lloyd C. Blankfein, baas van beursbank Goldman Sachs in volle openbaarheid gebracht, nadat eind 2008 was gebleken dat de Amerikaanse regering 85 miljard dollar had vrijgemaakt om de omvallende verzekeraar AIG te stutten. Het grootste deel van dat geld werd door AIG gebruikt om een uitstaande schuld te betalen aan Goldman Sachs, de oud-werkgever van Paulson.

Vorig weekend besliste de Europese Unie 85 miljard euro op te halen om, onder meer, het kapitaal van de Ierse banken te versterken. De EU die geld leent bij grootbanken om het aan andere grootbanken te geven, zoiets roept vragen op. Zeker bij de Europese burgers die binnenkort de rekening gepresenteerd krijgen voor dit roekeloze bankieren.

Misschien brengt WikiLeaks hier tijdig klaarheid.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
TROP DE TRANSPARENCE NUIRAIT-IL A LA TRANSPARENCE ?
En ces temps de méfiance extrême du grand public à l’égard des égarements du monde politique, il tombe sous le sens qu’un supplément de transparence ne peut qu’être bénéfique à la démocratie qu’on nous dit de plus souvent menacée.

« Connaître toutes ces choses révélées par Wikileak est de l'intérêt général. The Guardian, The New York Times et d'autres médias d'information ont pris toutes les précautions pour s'assurer que rien de ce qu'ils publient ne mette la vie de quiconque en danger. Nous devrions tous exiger de WikiLeaks qu'il fasse de même. »

« Reste toutefois une question fondamentale . Comment mener une activité diplomatique dans ces conditions ? » Comment assurer la discrétion des négociations, condition indispensable à la réussite des négociations pour la formation d’un gouvernement fédéral en Belgique ?

On sait à quel point les progrès de l’orange bleue avaient été minés par les fuites et la crainte de fuites à l’ère des blackberries, ces mini ordis de poche dont disposaient les négociateurs et dont abusa Yves Leterme.

« Certes, il y a un intérêt public à savoir comment fonctionne le monde et ce que l'on y fait en notre nom. Mais il y a aussi un intérêt public à ce que la politique étrangère soit menée de façon confidentielle. Et ces deux intérêts sont contradictoires. »écritTimothy Garton Ash dans une remarquable analyse publiée dans le Monde et reprise en annexe ici.

Ceci étant, les fuites organisée par Wikileaks et rendues possibles par internet changent radicalement la donne démocratique. Gorbatchov rêvait de glasnost (transparence) et perestroika (reconstruction). Ce qui est sûr c’est que son empire soviétique n’a pas résisté à la « glasnost » et s’est effondré. Il n’est pas du tout impossible que notre système occidental fondé sur un mariage de raison entre la démocratie et le capitalisme ne survive pas davantage à une exposition de la lumière crue de la transparence médiatique.

Internet va tôt ou tard nous enjoindre à repenser les fondements de la démocratie, ceux de l’enseignement, de l’économie, des finances bref de la société dans laquelle nous vivons.

Never miss a good crisis !
MG

LES DOCUMENTS SECRETS REVELES PAR WIKILEAKS RELEVENT DE L'INTERET GENERAL
C'est le rêve de l'historien. Et le cauchemar du diplomate. Voici, exposées à la vue de tous, les confidences d'amis, alliés et rivaux, assaisonnées des jugements francs et parfois brillants que portent sur eux les diplomates américains. Au cours des prochaines semaines, les lecteurs des journaux du monde entier prendront part à un plantureux banquet dont les plats sont des morceaux d'histoire présente.

L'historien doit patienter vingt ou trente ans avant de pouvoir accéder à de tels trésors. Ici, les câbles les plus récents datent d'à peine plus de sept mois. Et quelle mine de renseignements ! Elle ne renferme pas moins de 250 000 documents. La plupart de ceux que j'ai pu consulter en piochant dans une base de données mise en ligne par The Guardian comptent plus de mille mots. Si l'échantillon des documents que j'ai parcourus est représentatif, cela signifie qu'ils doivent totaliser au moins 250 millions de mots - et peut-être jusqu'à un demi-milliard.

Comme le savent tous ceux qui travaillent sur des archives, on accède à une qualité spéciale de compréhension lorsqu'on dispose d'un large éventail de sources, qu'il s'agisse des lettres d'un romancier, des papiers d'un ministère ou de courriers diplomatiques - même si, et en vérité grâce en partie au fait qu'une bonne part de ce matériau est routinier. Par une immersion prolongée, vous parvenez à une compréhension intime des priorités, du caractère et des modes de pensée de votre sujet.

L'essentiel du matériel (révélé par WikiLeaks) est constitué de rapports politiques en provenance du monde entier, ainsi que des instructions de Washington. Il est important de garder à l'esprit que n'y figure aucune des catégories top-secret - Nodis (destiné seulement au président, au secrétaire d'Etat et au chef de mission), Roger, Exdis, Docklamp (échanges entre les attachés militaires et la Defense Intelligence Agency seulement). Mais cela n'empêche pas le reste de constituer un banquet royal.

Rien d'étonnant à ce que le département d'Etat hurle à l'assassin. Pourtant, d'après ce que j'ai pu lire, les membres du service diplomatique américain n'ont pas grand-chose à se reprocher. Certes, on perçoit çà et là des relents de combines douteuses, notamment dans la conduite de la "guerre contre le terrorisme" pendant les années Bush. Des questions précises devront être posées et l'on devra y répondre. Pour l'essentiel, cependant, on voit les diplomates faire le travail qui est le leur : savoir ce qui se passe dans les endroits où ils sont en poste, oeuvrer à la promotion des intérêts de leur pays et de la politique de leur gouvernement.

En fait, mon opinion personnelle du département d'Etat est remontée de plusieurs crans. Depuis quelques années, je trouvais l'activité des services diplomatiques américains un peu décevante, falote, brouillonne, notamment au regard de celle d'autres organes plus assurés du gouvernement américain, comme le Pentagone ou le Trésor. Or ce que nous découvrons ici est souvent un travail d'excellente qualité.

L'homme qui est le plus haut diplomate américain, William Burns, a fait parvenir de Russie le compte rendu très réjouissant - digne d'un Evelyn Waugh - d'un mariage daghestanais débridé auquel assistait le crapuleux président tchétchène, décrit en train de danser gauchement "avec son automatique plaqué or enfoncé dans la poche arrière de son jean".

Les analyses de Burns sur la politique russe sont pénétrantes. On retrouve la même finesse dans les rapports rédigés par ses collègues depuis Berlin, Paris et Londres. Dans un câble expédié de Berlin en 2008, le gouvernement de coalition qui dirigeait l'Allemagne à l'époque, regroupant chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates, est comparé au "couple proverbial dont les membres se détestent mais qui restent ensemble dans l'intérêt des enfants". De Paris, on lit une description hilarante des frasques de Nicolas (et Carla) Sarkozy. Et nous autres Britanniques ferions bien de procéder à un réexamen sérieux de l'obsession névrotique que nous entretenons à l'égard de notre prétendue "relation spéciale" avec Washington, en la considérant telle qu'elle apparaît dans le froid miroir des câbles confidentiels partis de l'ambassade américaine à Londres.

Par bonheur, nous découvrons de temps à autre des signes montrant que le Foreign Office reste ferme sur nos valeurs. Il est très troublant de découvrir sous la signature d'Hillary Clinton des câbles semblant indiquer que l'on a demandé aux diplomates américains de faire des choses confiées à de vulgaires espions - par exemple d'aller fouiner pour récupérer le numéro de carte de crédit ou les empreintes digitales de hauts responsables de l'ONU. Le département d'Etat doit procéder d'urgence aux clarifications nécessaires et expliquer ce que l'on attendait, et de la part de qui, dans le cadre de ces "directives sur le renseignement humain".

Plus largement, ce qui ressort de tous ces échanges diplomatiques, c'est à quel point les questions liées à la sécurité et au contre-terrorisme ont imprégné le moindre aspect de la politique étrangère américaine depuis une décennie. On constate aussi à quel point ces menaces sont sérieuses, et à quel point l'Occident a peu de prise sur elles. On trouve ici des détails dévastateurs sur le programme nucléaire iranien et sur l'ampleur des craintes non seulement israéliennes mais, avant tout, arabes face à ce programme (selon un ambassadeur saoudien, son roi aurait exhorté les Américains à "couper la tête du serpent") ; sur la vulnérabilité des stocks nucléaires pakistanais vis-à-vis des islamistes voyous ; sur l'anarchie et la corruption à grande échelle sévissant en Afghanistan (avec un dirigeant afghan faisant sortir du pays des millions de dollars en liquide) ; sur Al-Qaida au Yémen ; et aussi des récits authentiques sur la puissance des gangs de la mafia russe à côté desquels le dernier roman de John Le Carré paraît presque timide.

Connaître ces choses est de l'intérêt général. The Guardian, The New York Times et d'autres médias d'information ont pris toutes les précautions pour s'assurer que rien de ce qu'ils publient ne mette la vie de quiconque en danger. Nous devrions tous exiger de WikiLeaks qu'il fasse de même.

Reste toutefois une question. Comment mener une activité diplomatique dans ces conditions ? Il avait sans aucun doute raison, ce porte-parole du département d'Etat, lorsqu'il a déclaré que ces révélations "vont créer des tensions dans nos relations entre nos diplomates et nos amis dans le monde". L'action du gouvernement était d'ores et déjà gênée par la crainte de fuites. Un de mes amis universitaires qui travaillait au département d'Etat à l'époque de Bush m'a raconté qu'il avait un jour proposé de rédiger une note exposant les questions fondamentales auxquelles était confrontée la politique américaine en Irak. "N'y songez même pas ", l'avait-on mis en garde - car on était certain que ladite note se retrouverait le lendemain matin dans le New York Times.

Il y a un intérêt public à savoir comment fonctionne le monde et ce que l'on y fait en notre nom. Il y a aussi un intérêt public à ce que la politique étrangère soit menée de façon confidentielle. Et ces deux intérêts sont contradictoires.

Il y a toutefois une chose sur laquelle je suis prêt à parier : le gouvernement américain doit sans aucun doute amèrement regretter et être en train de reconsidérer de toute urgence sa décision bizarre de confier une bibliothèque entière de correspondance diplomatique récente à un système informatique militaire tellement bien protégé qu'un jeune homme de 22 ans a pu le copier facilement sur un CD de Lady Gaga. Vous avez dit "gaga" ? Timothy Garton Ash dans Le Monde

(Traduit de l'anglais par Gilles Berton.)
Timothy Garton Ash, professeur d'histoire à l'université d'Oxford

Aucun commentaire: