dimanche 5 décembre 2010

Maingain propose un gouvernement fédéral sans la N-VA

Il dit avoir l'impression que l'exigence de l'élargissement de Bruxelles a été très tôt abandonnée par les négociateurs francophones et trouve que "dans ces négociations, le 'pas vers l'autre' vient toujours du côté francophone".

Le président du FDF propose aux autres partis de former un gouvernement fédéral dont la priorité serait socio-économique, sans la N-VA mais avec le MR, peut-on lire samedi dans un entretien qu'il a accordé au journal Le Soir. Le FDF a le sentiment que les exigences sont de plus en plus lourdes du côté flamand, tant en matière de transferts de compétences qu'en termes d'autonomie fiscale des Régions, explique Olivier Maingain.
Il dit avoir l'impression que l'exigence de l'élargissement de Bruxelles a été très tôt abandonnée par les négociateurs francophones et trouve que "dans ces négociations, le 'pas vers l'autre' vient toujours du côté francophone".Pour le président du FDF, les francophones ne doivent pas "accepter de sacrifier les intérêts essentiels par le chantage de la formation indispensable d'un gouvernement pour faire face à la crise". Et de proposer d'inverser l'ordre des priorités: "faisons d'abord la négociation sur les priorités socio-économiques, ensuite on verra comment on gère l'institutionnel".
Comme ce n'est pas le souhait de la N-VA , Olivier Maingain propose dès lors de former un gouvernement sans la N-VA et avec le MR.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
GODOT PREMIER MINISTRE ?
Il se murmure depuis le début de la mission que Vande Lanotte aurait une double casquette : négocier un compromis à sept ET envisager une coalition de à huit mais sans la NVA et avec le MR et (éventuellement) le VLD.
Une idée qui séduit, dit-on) le palais. On sait que Reynders a l’oreille du roi. On sait aussi que Maigain et Reynders c’est chou bleu et bleu chou.
A-t-on remarqué les silences de Didiers Reynders depuis de semaines, voire des mois ?
L’idée fait donc son chemin. Elle suppose une volonté de réforme très profonde sinon la N-VA et le Vlaams Belang feront plus qu’un tabac aux prochaines élection fédérales. Quatre ans pour négocier une nouvelle Belgique et couper l’herbe sous les pieds des nationalistes flamands. On peut rêver !
Tout dépendra de l’attitude que prendra de CD&V. Selon nous, les chrétiens démocrates devraient rejeter cette hypothèse, surtout si elle est lancée par olivier Maingain, le plus honni des politiciens francophones en Flandre après Joëlle Milquet.
Voici ce qu’en pensent quelques internautes subtils :
« c'est tout à fait possible et faisable,
mais: gare aux prochaines élections régionales en Flandre où là la NVA et VB attendent les autres partis flamands »

« Il appartient aux autres partis flamands que la N-VA de se prononcer : une réforme "douce"donnant encore plus de compétences aux régions mais sans la N-VA , ou de nouvelles élections immédiates dont la N-VA sortira grande gagnante...Vande Lanotte l'a bien compris,lui... »

« Ce serait peut-être la solution la plus raisonnable. Bouter les séparatistes dehors. Le peuple flamand n'est tout de même pas complètement idiot et doit avoir compris qu'au-delà de l'émotionnel et de l'affectif, il est des réalités dont il faut tenir compte. Ainsi, le danger d'une sécession avec une Wallonie qui est le premier client de la Flandre. »

« C'est la seule option raisonnable.
Un gouvernement économique pendant que l'on s'acheminerait, en 10 ans; vers la scission complète. »

De Standaard :De FDF-voorzitter vindt dat de Franstaligen niet moeten aanvaarden "de essentiële belangen op te offeren" onder druk van de noordzaak om een regering te vormen om de crisis te bestrijden. Hij stelt voor de zaken om te draaien: "laat ons eerst onderhandelen over de socio-economische prioriteiten en dan zullen we zien hoe we het institutionele aanpakken". Maar aangezien de N-VA dat niet wil, stelt Maingain voor een regering te vormen zonder N-VA en met MR.

Constatons qu’à cette heure, le éditorialistes flamands n’ont pas encore réagi à ce pavé dans la marre.
C’est la seule formule pour échapper à des élections que les partis semblent vouloir éviter à tout prix.
Wait and see.
Ce qui est certain c’est que le prochain premier ministre fédéral s’appellera Godot.
MG

Aucun commentaire: