mardi 21 décembre 2010

«Nous devons nous battre pour une sécurité sociale fédérale, solidaire»

Par Gaston Onkelinx Président de la Confédération des pensionnés socialistes

Les négociations en cours peuvent paraître très éloignées des préoccupations quotidiennes des gens. Je comprends ce sentiment. Pourtant c’est de notre avenir dont il est question aujourd’hui. Notre avenir à tous, Flamands, Wallons et Bruxellois. Quoi qu’on en dise, les pensionnés, les travailleurs, les malades, qu’ils soient de Flandre, de Wallonie ou de Bruxelles, sont tous dans le même bateau. Et si nous voulons défendre la solidarité dans notre pays, si nous voulons assurer à nos enfants des soins de santé accessibles et de qualité, un niveau de vie digne, une pension décente, c’est maintenant qu’il faut faire entendre notre voix !
Je suis né et j’ai grandi en Flandre, dans le Limbourg. A l’âge de 18 ans, ma famille a déménagé en Wallonie, à Ougrée, pour que mon père, mes frères et moi puissions travailler chez Cockerill, faute de trouver du travail en Flandre. Nous y étions des dizaines de milliers de Flamands, du Limbourg, de la Campine. Sans la solidarité dont nous avons bénéficié à l’époque, les Flamands auraient été pauvres. Ne l’oublions pas ! Voilà pourquoi je suis très préoccupé par les négociations actuelles. Car derrière l’autonomie fiscale des Régions se cache le risque de définancement du fédéral, « la Belgique de tout le monde », comme l’a si bien dit Elio Di Rupo. Pour moi, il est essentiel que l’Etat fédéral dispose non seulement des budgets mais aussi des instruments fiscaux lui permettant de faire face à ses responsabilités : la dette et la sécurité sociale.

Le fédéral, pour moi, c’est avant tout le maintien de la solidarité entre tous les citoyens de ce pays, qu’ils soient flamands, wallons ou bruxellois. Bref, le financement adéquat de la sécurité sociale. La sécurité sociale, c’est la garantie d’être soutenu en cas de maladie, de chômage ou de vieillesse. Dans le cadre de la crise économique que nous traversons, si nous n’avions pas eu une sécurité sociale qui a fait office de bouclier contre les effets de la crise, les dégâts pour nos concitoyens auraient été bien plus désastreux encore.

La sécurité sociale devra faire face à des défis importants dans les années qui viennent. Le Bureau du Plan a chiffré l’augmentation des dépenses sociales liées à l’allongement de la vie à 3,7 % du PIB d’ici à 2030, soit 28 milliards d’euros courants. Le fédéral aura donc besoin de moyens croissants pour faire face à ces dépenses et assurer à tous les aînés une pension décente, des soins de santé accessibles et de qualité, un niveau de vie digne.

Si ces moyens étaient confisqués au fédéral au profit des Régions, soit les pensions diminueraient, soit le fédéral devrait décider de nouveaux impôts ou de nouvelles cotisations sociales. Est-ce cela que l’on souhaite pour nos familles, pour nos enfants ?

Défendre un juste financement de la sécurité sociale, ce n’est pas défendre la Belgique de papa : c’est soutenir les travailleurs. Qu’ils soient wallons, flamands ou bruxellois, les travailleurs de ce pays ont construit la sécurité sociale ensemble, en mutualisant les risques au plus haut niveau possible, pour en améliorer l’efficacité. Le Prix Nobel d’économie Paul Krugman expliquait encore récemment que plus le territoire couvert était large, plus la protection était grande : « Si la majeure partie de la sécurité sociale était payée à l’échelle de la zone euro (…), il pourrait y avoir un grand effet de protection automatique. Les choses seraient moins sévères qu’aujourd’hui si les pensions en Espagne étaient assurées par la sécurité sociale de la zone euro(…) ».

Assurer un financement suffisant du fédéral, c’est donc protéger efficacement tous les travailleurs de ce pays, tous les pensionnés, tous les malades, qu’ils soient francophones ou néerlandophones.

Moi, je ne sais plus si je suis un Flamand wallon ou un Wallon flamand. Je suis Belge ! Fédéraliste d’union. Vous comprendrez donc mon attachement pour notre pays et pour la solidarité entre le Nord, le Centre et le Sud. Je suis pour des Régions fortes et dynamiques, à même de mener les politiques ciblées adaptées à leurs besoins. Mais je suis aussi convaincu que nous devons nous battre pour une sécurité sociale fédérale, solidaire, financée par les cotisations de l’ensemble des travailleurs et offrant une assurance de même qualité à tous les travailleurs du pays.

HOE EEN SPLITSING DE WELVAART VAN ALLE BELGEN BEDREIGT
De eis tot regionalisering van de sociale zekerheid is niét logisch, schrijft Gaston Onkelinx. 'Paul Krugman, winnaar van de Nobelprijs voor Economie, legde onlangs nog uit dat hoe groter het gedekte territorium is, hoe groter de bescherming.' Gaston Onkelinx (1932) is voorzitter van de federatie van socialistische gepensioneerden. Hij is vader van Laurette Onkelinx (PS).

Een voldoende grote financiering van het federale niveau, betekent een bescherming van al de werknemers van dit land, al de gepensioneerden, al de zieken, of ze nu Franstalig of Nederlandstalig zijn
De lopende onderhandelingen kunnen voor de mensen overkomen als een ver-van-mijn-bedshow. Ik kan dat gevoel begrijpen. Nochtans gaat het vandaag over onze toekomst. De toekomst van ons allemaal: Vlamingen, Walen en Brusselaars. In tegenstelling tot wat men soms hoort, zitten de gepensioneerden, werknemers, zieken - of ze nu in Vlaanderen, Wallonië of Brussel leven - allemaal in hetzelfde schuitje. En als we de solidariteit van ons land willen verdedigen, als we voor onze kinderen toegankelijke en kwalitatieve gezondheidszorgen, een waardig levensniveau en een fatsoenlijk pensioen willen verzekeren, dan moeten wij nu onze stem laten horen.

Ik ben geboren en opgegroeid in Vlaanderen, in Limburg. Toen ik 18 was, verhuisde mijn familie naar Wallonië, naar Ougrée zodat mijn vader, mijn broers en ikzelf bij Cockerill konden gaan werken, bij gebrek aan werk in Vlaanderen. Wij waren met tienduizenden Vlamingen, uit Limburg en uit de Kempen. Zonder de solidariteit waarvan wij in die tijd konden genieten, zouden de Vlamingen arm geweest zijn. Dat mogen we niet vergeten!

Daarom ben ik zeer begaan met de huidige onderhandelingen. Want achter de fiscale autonomie van de gewesten gaat het risico schuil van een aftakeling van de financiering van het federale niveau, van "het België van iedereen", zoals Elio Di Rupo het zo goed zegt. Het is voor mij essentieel dat de federale staat niet alleen over de budgetten, maar ook over de fiscale instrumenten beschikt die hem in staat stellen om zijn verantwoordelijkheden na te komen: de schuld en de sociale zekerheid.

Het federale niveau betekent voor mij eerst en vooral het behoud van de solidariteit tussen alle burgers van dit land, of ze nu Vlaming, Waal of Brusselaar zijn. Kortom, een gepaste financiering van de sociale zekerheid. De sociale zekerheid, dat is de garantie op steun in geval van ziekte, werkloosheid of pensioen. Als wij, bij de economische crisis die we doormaken, geen sociale zekerheid hadden gehad die een ware bescherming vormt tegen de gevolgen van de crisis, dan zouden de gevolgen voor de burgers nog veel rampzaliger zijn geweest.

De sociale zekerheid zal een aantal belangrijke uitdagingen moeten aangaan in de komende jaren. Het Planbureau berekende dat de sociale uitgaven als gevolg van de vergrijzing van de bevolking tegen 2030 met 3,7 procent van het BBP zouden stijgen, met 28 miljard euro dus. De federale overheid zal dus nood hebben aan meer middelen om deze uitgaven te kunnen dragen en dus aan alle senioren een fatsoenlijk pensioen te garanderen, toegankelijke en kwaliteitsvolle gezondheidszorgen en een waardig levensniveau.

Als deze middelen op het federale niveau in beslag genomen zouden worden ten voordele van de gewesten, zouden ofwel de pensioenen dalen, ofwel zou de federale overheid nieuwe belastingen moeten heffen of nieuwe sociale bijdragen. Is het dat wat we willen voor onze gezinnen, voor onze kinderen?

Een eerlijke financiering van de sociale zekerheid verdedigen, wil niet zeggen dat we het opnemen voor het Belgique de papa. Het wil zeggen dat we de werknemers verdedigen! De Waalse,

Vlaamse en Brusselse werknemers van dit land hebben de sociale zekerheid samen opgebouwd, door het risico te delen op het hoogst mogelijke niveau om het zo efficiënt mogelijk te maken. Paul Krugman, winnaar van de Nobelprijs voor Economie, legde onlangs nog uit dat hoe groter het gedekte territorium is, hoe groter de bescherming: "Als het overgrote deel van de sociale zekerheid zou worden betaald op de schaal van de eurozone (...), dan zou er een groot effect kunnen zijn van automatische bescherming. De dingen zouden minder moeilijk zijn vandaag als de pensioenen van Spanje verzekerd waren door de sociale zekerheid van de eurozone."

Een voldoende grote financiering garanderen van het federale niveau, betekent dus een bescherming van al de werknemers van dit land, al de gepensioneerden, al de zieken, of ze nu Franstalig of Nederlandstalig zijn.

VECHTEN VOOR SOLIDARITEIT
Ik weet niet meer of ik een Waalse Vlaming ben of een Vlaamse Waal. Ik ben Belg! U zal dan ook mijn gehechtheid aan ons land en aan de solidariteit tussen het Noorden, het centrum en het Zuiden begrijpen. Ik ben voorstander van sterke en dynamische gewesten, die een doelgericht beleid kunnen voeren aangepast aan hun noden. Maar ik ben er ook van overtuigd dat wij moeten vechten voor een federale sociale zekerheid, die solidair is en gefinancierd wordt door de bijdragen van alle werknemers en die dezelfde kwaliteitsvolle verzekering biedt aan alle mensen van dit land.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE BOOMERANG FLAMAND DE PAPA ONKELINX, LE LIMBOURGEOIS
En bon petit soldat du Ps, Papa Onkelinx (travailleur immigré issu du Limbourg) s’est fendu d’une belle carte blanche dans De Morgen, à l’adresse des lecteurs progressistes de ce quotidien de gauche.
A lire les réactions de lecteurs critiques du journal qui ose (« de krant die durft ») elle lui revient comme un boomerang en pleine figure.
Le papa de Laurette risque la crise d’apoplexie en lisant ces textes. Cette situation paradoxale illustre mieux que Kroll ou le meilleur des analystes (cf Vincent de Coorbyter in Le Soir) à quel point les mentalités sont opposées entre gens de gauche des deux côtés de ma frontière linguistique.
Nous recommandons fortement de lire ces textes à tous ceux qui naïvement s’imagineraient qu’on est prêt de conclure. Dehaene a tenté en vain de faire le grand écart. Après lui Verhofstadt et Van Rompy ont tenté leur chance. Peine perdue. Mais personne n’est allé aussi loin que Johan Vande Lanotte, le basketteur aux jambes souples. Il fait penser au désossé des affiches de Toulouse Lautrec.
Nous avons trouvé sur le site du Standaard cette photo emblématique intitulée « la Flandre sous la neige » : AVV VVB ? Alles Voor Vlaanderen ; Vlaanderen Voor Bart.
Le “K” de Kristus devrait être changé par le “B” de Bart en raison du naufrage de l’église du Christ de Flandre.
Mais lisez plutôt c’est hallucinant.

Jan Bosmans (in de Morgen )
“Ik begrijp niet waarom het toelaten van arbeiders in Wallonië indertijd altijd omschreven wordt als 'solidariteit met (het toenmalige arme) Vlaanderen'. Was het aantrekken van Marokkaanse gastarbeiders in de jaren zestig dan ook een kwestie van solidariteit met Marokko? Ik dacht dat daar anders over gedacht wordt... Wallonië had arbeidskrachten nodig, in Vlaanderen waren die er. Veel van die mensen werden uitgebuit en uitgespuwd. Hun cultuur mochten ze vergeten. Solidariteit? Waar?”

frans uyttersprot (in De Morgen)
“Sorry maar goed geprobeerd, deze meneer is naar Wallonië gegaan om zijn gezin een goed leven te geven en dat is verstandig geweest van hem als Vlaming, ,solidariteit moet er nu zijn van Vlaanderen naar Wallonië, en als het nodig was voor Vlaanderen was er geen solidariteit,je kon naar Wallonië gaan of kreperen, laat ons deze logica ook toepassen voor onze Franstalige vrienden”

Peter Vandamme (uit DM)
“Welke solidariteit mogen we niet vergeten? . Dat Vlamingen in zware omstandigheden in Wallonië hun brood verdienden? . Dat ze daar als minderwaardige wezens (les sales flamins)werden behandeld? . En niet te vergeten meneer Onkelinx: één voor één hebben ze zich braaf aangepast. . Het levende bewijs hiervan is Laurette, zijn dochter.”

tom slabbaert (uit DM)
“Waarom krijgen arrivisten als Monsieur O de kans om zulke onzin in een Vlaamse krant te publiceren. Solidariteit om het profitariaat in Wallonië verder te spijzen ja, en verder doen geloven dat zij de uitvinders van de solidariteit zijn. Dat zijn ze echter niet: ze misbruiken ze enkel.”

Jan Victor (uit DM)
“De Vlaming vraagt nogal wat meer dan enkel responsabilisering hoor, anders was er al lang een akkoord geweest. ze vragen ook bereid te zijn om zichzelf te verarmen. wat die responsabilisering betreft moet men eens verder durven kijken dan het gewestelijk niveau. de provincies krijgen ook geld toegestopt vanuit het vl parlement en als de stad A dan een geluidsmuur bouwt waar er 3j later een uitbreiding van de weg komt wordt er niet naar responsabilisering gevraagd, ook dat is verkwisten of niet?”

jan vanhumbeeck (uit DM)
“Federale Solidariteit is onmogelijk als de regels niet voor iedereen gelijk zijn. Vergelijk het ziekteverzuim bij vb. De Post tussen de twee landsdelen. Dit ondergraaft de solidariteit. Ik denk dat Vlaanderen geen probleem heeft met een zo groot mogelijk gedekt territorium, (zelfs Europees), maar de regels moeten overal hetzelfde toegepast worden.”

ikke van de panne de panne (uit DM)
“Men laat steeds uitschijnen dat men indertijd solidair is geweest door de Vlamingen werk te geven maar men vergeet dan te zeggen dat deze mensen hebben gewerkt voor hun geld. Men is in Vlaanderen beginnen met fabrieken op te zetten en de arbeiders uit te buiten (zie de tijd van Daens) dit voor de Franstalige bourgoisie. Dat is solidariteit voor de Franstaligen HET ENIGE WAT DE VLAMING VRAAGT IS RESPONSABILIZERING VAN DE UITGAVEN DOOR DE SOLIDARITEIT VERKREGEN.”

Bart De Pauw
“Meneer Gaston is erg aan België gehecht vanwege "de solidariteit waarvan wij in die tijd konden genieten". Deze solidariteit bestond erin dat het hele gezin van Limburg naar Wallonië mocht verhuizen en vanaf dan Frans moest spreken. En wat de sociale bescherming betreft: die is onafhankelijk van het aantal inwoners maar wel omgekeerd evenredig met de staatsschuld; daarom is die sociale bescherming beter in Luxemburg dan in België.”

Chris Van Gendt (uit DM)
“Waar haalt die man het uit om te beweren dat het loon waarvoor de Vlamingen in Wallonië moesten gaan werken op solidariteit zou gesteund zijn. De Vlamingen moesten er, zoals de Italianen, het zwaarste werk voor uitvoeren, werk waar de Walen zelf hun handen niet wilden aan vuil maken. Er is nog nooit enige solidariteit vanuit Wallonië gekomen. In tegendeel. Tijdens de hongersnood in Vlaanderen in de 19de eeuw zei Charles Rogier: "zolang de Vlamingen geen Frans spreken krijgen zij geen cent."

Jan Victor (uit DM)
Eindelijk eens iemand die de werktransfers van Vl naar Wal aanhaalt maar dat vergeten de flaminganten toch altijd te zeggen, dat er ook sprake is geweest van omgekeerde solidariteit van Wal naar Vl maar waarschijnlijk heeft men dit selectief uit het geheugen gewist want alle Walen zijn namelijk luie socialistische hangmat profiteurs. Gepensioneerden lopen een risico op armoede dat 3* groter is en aangezien de vergrijzing in Vl het grootst is wens ik Vl succes te betalen indien de soc.zek. splitst.

magda knippenberg
“De oplossing voor de Walen is dus niet harder werken maar de lasten spreiden over een groter territorium. Dan kan in Wallonië alles bij het oude blijven. Rijd eens langs de N90 van Charleroi naar Luik en je merkt in een ander land te zitten. Wallonië kraakt en heeft EU hulp nodig! Dat kunnen Vlaanderen en Waals-Brabant niet alleen meer oplossen. Het besef van de nood aan verandering is er nog niet bij je dochter, Gaston.”

An Betanterik
“Mooi! Als u pleit voor het behoud van de sociale zekerheid, pleit u eigenlijk voor meer verantwoordelijkheid ivm het beheer van de inkomsten en uitgaven. U pleit duidelijk voor een grotere responsabilizering en de tering naar de nering zetten. Om maar eens te bewijzen dat met woorden heel veel mogelijk is: U lijkt me dus een NVA'er, want dat is waar BDW voor lijkt te pleiten, en waar de Walen niet van lijken te willen weten.”

UN AN APRES
En novembre 2009, la Belgique éprouvait un sentiment de fierté : son Premier ministre était choisi par les 27 Etats membres de l’Union comme premier président permanent du Conseil européen. A l’époque, on y voyait un hommage rendu, non seulement à Herman Van Rompuy, mais aussi à la Belgique , dont la capacité à dégager des accords dans les situations les plus difficiles recevait une consécration internationale.

Un an après, il faut bien déchanter. Pas au plan européen, où la présidence belge de l’Union est unanimement saluée pour son efficacité. Mais au plan intérieur, et, plus précisément, en matière linguistique et institutionnelle, où le bilan paraît franchement alarmant, et ce pour chacun des 3 actes en lesquels il se décompose.

Premier acte : après 4 mois de discussions, la négociation sur BHV débouche sur un constat de carence de Jean-Luc Dehaene, qui interrompt sa mission sans avoir pu dégager un accord, puis sur la chute du gouvernement à l’initiative de l’Open VLD, irrité de voir les dossiers linguistiques paralyser l’action de l’exécutif.

Deuxième acte : les élections anticipées du 13 juin, celles que tout le monde voulait éviter à la veille de la présidence belge de l’UE, conduisent à un résultat dont on ne soulignera jamais assez le caractère historique : pour la première fois, un parti régionaliste devient la première formation politique du pays – et pas n’importe lequel, puisque la N-VA défend un programme indépendantiste.

Troisième acte : après plus de six mois de négociations, il n’y a toujours pas d’accord ferme sur les modalités de scission de BHV, pas plus que d’accord complet sur la réforme de l’Etat, objectifs poursuivis depuis les élections de juin 2007. Même le financement des régions et des communautés ne fait encore l’objet que d’une « base de travail », dont la concrétisation devrait prendre trois mois et risque de provoquer de nouvelles tensions. Quant aux négociations sur le volet socio-économique du futur accord de gouvernement, mais aussi sur des questions de société comme tout ce qui touche aux flux migratoires, elles s’annoncent très difficiles, tant l’écart dans ces dossiers est considérable entre les grands vainqueurs des élections, la N-VA et le PS.

Le sentiment de surplace dans les dossiers communautaires est d’autant plus profond que ces derniers ont constitué la priorité politique au niveau fédéral. On a rarement vu douze mois entiers mobilisés à ce point par le communautaire, et une telle brochette de personnalités de premier plan se succéder à son chevet – Jean-Luc Dehaene, Elio Di Rupo, Bart De Wever et Johan Vande Lanotte… Sans oublier le roi, dont l’intervention a été décisive le 22 avril pour éviter un nouveau vote unilatéral sur la scission de BHV, en séance plénière de la Chambre , cette fois, et juste après la chute du gouvernement comme le souhaitait Patrick Dewael, le président de la Chambre , avant de se rendre au Palais en début d’après-midi.

Comment en est-on arrivé là, au terme de l’année même qui a vu les francophones reconnaître l’urgence de réaliser une profonde réforme de l’Etat et d’organiser, sous conditions, la scission de BHV ?

Pour expliquer l’enlisement des négociations communautaires, on s’est beaucoup référé, en 2010, aux accès de méfiance entre négociateurs, comme en 2007-2008 on s’interrogeait sur l’impact du changement de génération des décideurs politiques pour rendre compte de l’échec des négociations – alors que la nouvelle génération était déjà à l’œuvre en 2000-2001, lors du bouclage de la dernière réforme institutionnelle.

En réalité, la méfiance entre les deux communautés n’explique pas l’absence d’accord : cette méfiance explique la nécessité de conclure un accord institutionnel avant même de former un gouvernement fédéral. C’est parce que les partis flamands n’ont pas confiance dans la volonté réformatrice des francophones qu’ils réclament, depuis 2007, que l’on fixe les principes d’une réforme de l’Etat avant de former le gouvernement, alors que l’on avait fait l’inverse sous les deux législatures dirigées par Guy Verhofstadt. Les Flamands s’appuient sur l’impatience francophone à former un gouvernement fédéral pour conditionner celui-ci à une réforme préalable de l’Etat – scénario qui a échoué en 2007-2008, mais auquel les négociateurs flamands ne renonceront pas cette fois-ci, comme le CD&V et la N-VA viennent de le rappeler en dénonçant le « piège » que constitue à leurs yeux la demande francophone de mettre rapidement sur pied un gouvernement socio-économique. En attendant, le gouvernement Leterme II battra un record, lui qui vient de passer déjà deux tiers de l’année 2010 en affaires courantes.

On peut considérer que cet agenda – d’abord la réforme de l’Etat, ensuite un gouvernement – n’est pas le plus raisonnable, surtout au terme d’une année qui aura vu le gel des grands dossiers qui attendent la Belgique : 22 milliards d’euros à trouver d’ici 2015 pour tenir les engagements budgétaires ; réduction de la dette publique qui tourne à nouveau autour des 100 % du PIB ; défi du vieillissement de la population, et, plus largement, du financement à terme de la sécurité sociale… Il y a de quoi conclure qu’il faut d’abord redresser nos finances et répondre aux souffrances sociales qui se multiplient, et que le communautaire est un luxe que nous ne pouvons pas nous payer en temps de crise. Mais ce luxe est au contraire considéré, du côté flamand, comme la condition de la prospérité de la Flandre et du pays, ce qui constitue un motif suffisant, après plus de dix ans d’attente (les fameuses cinq résolutions du Parlement flamand datent de mars 1999), pour lui accorder la priorité.

C’est une demande unilatérale qui prime mais tel est le sens politique du scrutin du 13 juin. La victoire de la N-VA incarne l’impatience flamande face à la réserve des francophones devant une perspective de réforme « systémique » (à l’exception du MR, d’où son isolement), et ce à la différence du scrutin de 1971, qui était marqué par une forte poussée des thèses régionalistes, mais avec une tout autre configuration : la Volksunie y faisait son meilleur score, mais le Rassemblement wallon devenait le deuxième parti en Wallonie et le FDF le premier à Bruxelles.

Aujourd’hui, l’aspiration réformatrice a largement fait place, du côté francophone, à une demande de stabilité et de clarté institutionnelle, alors que tous les partis flamands réclament de nouveaux changements. Qu’on le veuille ou non, cela suffit à répondre aux souhaits de retour à un Etat unitaire que confirme un récent sondage de La Libre , et qui ne déboucheraient sur rien d’autre, s’ils se réalisaient, qu’un retour à un Etat désuni, divisé précisément sur les aspirations prioritaires et sur l’équilibre financier des différentes composantes du pays.

Dans un entretien accordé au Vif, Karel De Gucht récusait l’idée que les échecs de 2010 seraient dus au manque d’hommes d’Etat : il faudrait « peut-être d’abord un Etat », répliquait-il, alors que la Belgique est devenue « une sorte de conférence diplomatique permanente ». C’est en effet la question dans les matières communautaires, sachant que dans les autres domaines, la Belgique tire son épingle du jeu : compte tenu des circonstances, l’économie et l’emploi résistent bien, les entités fédérées fonctionnent et atténuent les effets de la crise politique, tandis que la concertation sociale, relayée par l’Etat, maintient un niveau élevé de stabilité et de paix sociale. Ce qui confirme la singularité du dossier communautaire, où des désaccords linguistiques et territoriaux sont renforcés par la dualité des partis et par des rapports de force inverses entre droite et gauche selon les communautés : s’il était resté Premier ministre, Herman Van Rompuy s’y serait peut-être aussi cassé les dents

Aucun commentaire: