samedi 11 décembre 2010

Prix Nobel de la paix : la Chine ne décolère pas

Thorbjørn Jagland, président du comité Nobel, à côté de la chaise vide de Liu Xiaobo, lors de la cérémonie à Oslo. (Crédits photo: AFP)

Par Arnaud de La Grange

Pékin voudrait faire oublier la cérémonie d'Oslo et la chaise vide symbolisant l'absence de Liu Xiaobo.
Il y a une chaise vide, ce vendredi, lors de la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix à Oslo. Elle symbolise l'absence du dissident chinois Liu Xiaobo, condamné le jour de Noël 2009 à onze ans de prison pour «subversion du pouvoir de l'État». Il faut remonter à 1936, avec le pacifiste Carl von Ossietzky, emprisonné par le régime nazi, pour trouver trace d'un lauréat du Nobel de la paix empêché de se rendre à Oslo et pas même représenté par un membre de sa famille.
À l'occasion de cette cérémonie, le président du comité Nobel a déclaré que Liu Xiaobo dédiait son prix aux victimes de la place Tienanmen et, dans un communiqué, Barack Obama a dit regretter l'absence de Liu à la cérémonie du Nobel. La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a demandé de son côté la libération immédiate du dissident chinois. Mais malgré tout, la Chine a fustigé le «théâtre politique du Nobel» à travers un communiqué de son ministère des Affaires étrangères.
C'est que cette chaise vide suffit à mettre les dirigeants chinois dans une fureur noire. Au point que les diplomates s'affranchissent des usages. Une porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jiang Yu, vient ainsi de traiter de «clowns» les membres du comité Nobel. Ces dernières jours, la bataille de la communication a fait rage, sur les participants à la cérémonie. Pékin affirmait qu'une «vaste majorité» de nations boycottait la cérémonie. «Plus de 100 pays et organisations ont exprimé un soutien explicite à l'opposition de la Chine à ce prix Nobel de la paix, ce qui montre clairement que la communauté internationale rejette la décision du comité Nobel», a déclaré Jiang Yu. «Très curieuse présentation des faits, a répondu Geir Lundestad, secrétaire général du comité Nobel, seuls les 65 pays représentés par une ambassade à Oslo ont été invités, et 44 d'entre eux ont répondu présent».
En Chine, les services de sécurité ont aussi nettement resserré l'étau autour de toutes les voix dissonantes. De nombreux signataires de la Charte 08, manifeste pro-démocratique qui vaut à l'ancien professeur de littérature de 54 ans sa lourde condamnation, sont assignés à résidence, sous forte garde policière.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
JULIAN ASSANGE et LIU XIAOBO MÊME COMBAT
Un internaute commente :
« Obama et l'U.E. sont, à n'en pas douter, également bouleversés par l'arrestation de Julian Assange (Wikileaks). A bien y réfléchir, Julian Assange mériterait pleinement le prix Nobel de la paix. Il est encore possible de réparer cette omission. Et puis, nous pouvons compter sur la pression des USA et de l'UE auprès des autorités suédoises, pour faire libérer Julian Assange au nom de la démocratie et de la liberté d'expression. »
Un autre surenchérit :
«Les occidentaux réagissent avec beaucoup d'hypocrisie avec la Chine. Pendant qu'ils critiquent, ils investissent en masse dans ce pays, qui continue à bafouer les droits humains. Grâce à tous ses investissements et grâce à son tranquille déclin, le monde occidental se verra demain dominé par la Chine , qui impose déjà le respect, y compris des USA...bref Le déclin de l'empire américain se transforme en déclin du monde occidental et de son rêve passé de porteur des droits humains fondamentaux... »

Durs, durs les commentaires mais pleinement justifiés.

Aucun commentaire: