vendredi 7 janvier 2011

350.000 VISITES SUR DIVERCITY

Le compteur tourne de plus en plus vite sur DiverCity.

Tous nos vœux donc à ceux qui fidèlement nous suivent, aussi à ceux qui tombent sur notre site par hasard et n’y reviennent pas.
Pardon à tous de tellement parler de la crise belge qui nous empoisonne la vie depuis 2007 et qui continuera à le faire pendant de longs mois encore. On peut en effet le redouter. « Comprendre » dit la Libre « c’est déjà participer ! »
Notre projecteur continue à être braqué en priorité sur le vivre ensemble à Bruxelles et sa communauté urbaine de jour en jour plus cosmopolite.
Merci de partager nos inquiétudes face au pourrissement de la situation politique en Belgique mais aussi dans cette Europe que nous chérissons et dont Bruxelles est à la fois la capitale, le laboratoire et le microcosme.
C’est à Bruxelles que se tisse la trame d’avenir de la Belgique et de l’Europe.
Les nuages s’amoncellent mais comme dit un joli dicton anglais : very cloud has a silver lining. Tout nuage est nimbé d’argent.
Les expats de plus en plus nombreux mesurent en général mieux que les Bruxellois dits de souche le privilège qui est le nôtre de vivre dans cette ville à mille facette « waar de zinneke thuis is ».
Parcourons donc notre ville de préférence à pied ou à vélo pour en découvrir les perles architecturales de ses cent quartiers, de ses bistrots, théâtres, salles de spectacle, de concerts, musées, maisons de bouche innombrables, de ses marchés, de ses parcs et surtout de ses habitants. Ils forment ce nouveau peuple de Bruxelles qui trop peu se rend compte du formidable privilège qui nous est donné de vivre dans la ville la plus cosmopolite d’Europe, une ville monde qui résume tout.
Pour apprendre à comprendre la complexité de la plus complexe des communautés urbaines, nous avons besoin d'une méthode de connaissance « qui traduise la complexité du réel, reconnaisse l'existence des êtres, approche le mystère des choses. » (Edgar MORIN)
J’aime particulièrement la citation pascalienne sur laquelle se fonde la pensée de Morin :

«Je tiens impossible de connaître les parties sans connaître le tout, non plus de connaître le tout sans connaître les parties…» (Pascal).

Ce n'est pas tant la multiplicité des composants, ni même la diversité de leurs interrelations, qui caractérisent la complexité d'un système C'est l'imprévisibilité potentielle des comportements de ce système, liée en particulier à la récursivité qui affecte le fonctionnement de ses composants ("en fonctionnant ils se transforment"), suscitant des phénomènes d'émergence certes intelligibles, mais non toujours prévisibles. »

C’est un peu compliqué mais cette grille de lecture nous paraît la plus efficace sinon la meilleure pour rendre compte d’une évolution qui à bien des égards nous dépasse complètement.

Aucun commentaire: