vendredi 28 janvier 2011

Geen regering, maar wel brons voor Belgische democratie

© reuters
België eindigt zeer verdienstelijk derde in een onderzoek van de Universiteit van Zürich en het WZG (Onderzoekscentrum van Sociale Wetenschappen) in Berlijn naar het functioneren van de democratie in de "dertig beste democratieën ter wereld". Enkel Denemarken en Finland gaan België vooraf.

Volgens de studie verkeert het globale democratische bestel niet in een crisis, integendeel zelfs. De opstellers gaan er van uit dat de diagnose van crisis inherent is aan het systeem en zo oud is als de staatsvorm zelf.

Aan de andere -de slechte- kant van het spectrum noteert de studie de landen Groot-Brittannië (26ste), Frankrijk (27ste), Polen, Zuid-Afrika en Costa Rica. Ook Italië bengelt onderaan.

In de studie wordt de evolutie tussen 1995 en 2005 onder de loep genomen van de belangrijkste aspecten van de dertig leidende democratieën ter wereld, aan de hand van "honderd empirische indicatoren". De drie pijlers van een democratie zijn vrijheid, gelijkheid en controle.

Reden tot vreugde: hoewel in negen van de dertig onderzochte landen (waaronder de Verenigde Staten, Duitsland en Australië) de kwaliteit van de democratie erop achteruit is gegaan, is het in de 21 andere sinds 1995 enkel maar (nog) beter geworden. (belga/kve)

UN HOMME MALADE QUI SE PORTE BIEN,
LA BELGIQUE MOURRA GUÉRIE ET EN EXCELLENTE SANTE
«La Belgique est elle l’homme malade de l’Europe ? » S’est demandé le Bonaparte des Flandres dans le Spiegel. « Napoléon mon cul. Il m'intéresse pas du tout, cet enflé, avec son chapeau à la con." dirait Zazie dans le métro. Arno fit pareil en montrant le sien à Bart sur la scène du KVS.
Leterme et Reynders n’arrêtent pas de le répéter : économiquement, notre Belgikske se porte bien. Et voilà que nous apprenons par une enquête suisse que politiquement, c'est-à-dire démocratiquement, on vient clairement en tête du classement. Que pensent de cela les grenouilles flamandes qui ont choisi « cet enflé » comme roi ?
La réponse de Jean de La Fontaine est claire
« Les grenouilles se lassant
De l’état démocratique,
Par leurs clameurs firent tant
Que Jupiter les soumit au pouvoir monarchique.

(…)" Donnez-nous, dit ce peuple, un roi qui se remue. "
Le monarque des dieux leur envoie une grue,
Qui les croque, qui les tue,
Qui les gobe à son plaisir ;
Et grenouilles de se plaindre,
Et Jupi de leur dire : " Eh quoi ? votre désir
A ses lois croit-il nous astreindre ?
Vous avez dû premièrement
Garder votre gouvernement ;
Mais ne l’ayant pas fait, il vous devait suffire
Que votre premier roi fût débonnaire et doux :
De celui-ci contentez-vous,
De peur d’en rencontrer un pire. "
Longue vie donc à Albert II notre souverain conciliateur, médiateur et racommodeur supérieur.
Et qu’il nous désigne promptement un dompteur de cirque capable de conduire à l’abreuvoir et surtout de faire boire enfin les chevaux récalcitrants flamands, wallons et Bruxellois !
MG

Aucun commentaire: