vendredi 11 février 2011

HE EGYPTIAN DEMOCRACY MOVEMENT IS EVERYTHING THAT HOSNI MUBARAK SAYS IT IS NOT: HOMEGROWN, INDEFATIGABLE AND AUTHENTICALLY EGYPTIAN.

In truth, the Tahrir movement is one of the most authentic, most human, quests for dignity and freedom that I have ever seen.

The regime, seems determined to hang on in a way that, at best, will slow down Egypt ’s evolution to democracy and, at worst, take a grass-roots, broad-based Egyptian nonviolent democracy movement and send it into a rage.

WIE IS ER BANG VAN DE MOSLIMBROEDERSCHAP?
Het Westen heeft de Moslimbroederschap in het verleden meermaals en voor diverse doeleinden gebruikt. Lucas Catherine helpt westers geheugenverlies voorkomen. Catherine is auteur en kenner van de Arabische wereld.

Een gemiddelde Vlaming zou, als je naar zijn sociaal programma kijkt, stukken meer schrik moeten hebben van Bart De Wever, dan een Egyptenaar van de Moslimbroeders
Wat de revoltes in Tunesië en Egypte duidelijk hebben gemaakt is dat Arabieren meer geïnteresseerd zijn in hurryah (vrijheid) dan in sharia. Daarmee hebben ze de Europese misvatting rechtgezet dat zij geen democratie zouden willen. Wat ze Europa verwijten is juist dat wij nooit democratie in de Arabische wereld hebben geïntroduceerd. Niet tijdens de decennia van kolonisatie en ook daarna niet, toen het Westen steevast autoritaire regimes heeft gesteund. En niet alleen autoritaire machthebbers, maar ook de reactionaire oppositie.

Neem de Moslimbroederschap. Die werd in Egypte opgericht in 1928 tijdens het Britse koloniale bewind als conservatief politiek-religieuze beweging. De Britten hebben ze vanaf het begin gesteund. Hun eerste eigen moskeeën en gemeenschapshuizen mochten ze oprichten in de door het Engelse leger zwaar gecontroleerde Suezkanaalzone. En de organisatie werd gemanipuleerd tegen de liberale Wafd-partij die naar onafhankelijkheid streefde en daar in 1945 trouwens in slaagde.

Wanneer begin de jaren '50 de Vrije Officieren de macht grijpen en onder leiding van Gamal Nasser de socialistische toer opgaan, zal men weer de Moslimbroederschap manipuleren, nu tegen hem. Nasser wordt de grote boeman van het Westen wanneer hij in 1956 het Suezkanaal nationaliseert, en zeker wanneer hij in 1960 massaal Europese bedrijven in Egypte naast. Dan sneuvelen ook nog al wat Belgische belangen in Egypte. België bezat een klein aandeel in het opgeëiste Suezkanaal, en onder impuls van Leopold II had het Belgische kapitaal vooral geïnvesteerd in infrastructuur (spoorlijnen, elektriciteit) en in de katoenindustrie. De Belgen waren na de Britten en de Fransen de belangrijkste investeerders in het land. In 1960 nationaliseert Nasser dan ook twee Belgische elektriciteitscompagnies, de trammaatschappij en ettelijke katoenindustrieën, voor een totaal van zo'n 500 miljoen toenmalige dollar. Ook bij ons is Nasser dan een grote boeman. Je kan het natrekken in de stripverhalen van Marc Sleen: in De ijzeren kolonel dat in 1956 verscheen en in De brief aan Nasser uit 1963. Nero helpt zelfs de broederschap bij een (mislukte) aanslag op Nasser. En dat haalt Sleen direct uit de toenmalige actualiteit. Zo'n aanslag gebeurde inderdaad en weer blijkt hoe de broederschap de facto de belangen van het Westen dient.

Nadat Egypte een westerse koers ging varen, eerst onder Anwar al Sadat, daarna onder generaal Moebarak, zal de Moslimbroederschap zich eerst gaan aanschurken tegen de macht. Ook al zijn ze officieel verboden, vanaf 1984 nemen ze op individuele basis deel aan de verkiezingen en in de meest recente, die van 2005, behalen ze 88 zetels, dat is 20 procent van de stemmen. Vergelijk dat met de Wafdpartij die dan slechts zes zetels veroverde. Dat goede resultaat komt door de politiek die ze aan de basis voeren. Onder het islamitische label van zakat en sadaqa - zeg maar liefdadigheid - construeren ze onder de armste lagen van de bevolking een sociaal vangnet, met voedselbedeling, gezondheidszorg, enzovoort. Ze hebben een zuil uitgebouwd. Vergelijk het met de christelijke zuil hier, ook ontstaan uit 'liefdadigheid' en als tegengewicht voor de 'gevaarlijke' socialistische beweging. Daar waar corruptie en armoede enorme vormen aannemen, zorgen zij voor een solidaristisch alternatief. Zij kunnen dat, omdat ze, in tegenstelling tot de progressieve bewegingen, financiële steun krijgen uit het buitenland. Neen, niet uit Iran, maar van de grote westerse bondgenoot, Saoedi-Arabië. De arme Egyptenaren, en dat is de meerderheid van de bevolking, zijn dan ook niet bang voor de Moslimbroederschap. Als je naar hun sociaal programma kijkt, dan zijn zij allesbehalve 'gevaarlijk'. Een gemiddelde Vlaming zou, als je naar zijn sociaal programma kijkt, stukken meer schrik moeten hebben van Bart De Wever, dan een Egyptenaar van de Moslimbroeders.

Als er min of meer eerlijke verkiezingen komen in Egypte, vrees ik dan ook dat de broederschap een groter stemmenpercentage zal halen dan de N-VA hier. In beide gevallen voor mij geen reden om te juichen. Maar voor Egypte kunnen we rustig stellen dat het aan onze domme westerse bemoeienissen ligt. Eigen schuld, dikke bult.

Een gemiddelde Vlaming zou, als je naar zijn sociaal programma kijkt, stukken meer schrik moeten hebben van Bart De Wever, dan een Egyptenaar van de Moslimbroeders

Volledig akkoord met dit artikel. Zeg me eens welke van die terreurnetwerken niet ontstaan is met actieve hulp of gedoog beleid van het Westen. De taliban heeft bijna al zijn wapens gekregen van de VS. Irak gebruikte raketschilden en wapens van Franse en VS makelij. Dit zogezegde gevaarte heeft het Westen zelf gemaakt en nu wordt het gebruikt als rechtvaardiging voor kapitalisme. We moeten allen opkijken naar de waarden van ons systeem en het beschermen tegen de terroristen, laat me niet lachen!

“Ging het nu over de Moslimbroederschap of over de NVA? . Hoe komt het toch dat sommige auteurs de geloofwaardigheid van hun niet eens onbehoorlijke beschouwingen de grond in boren door hun gal te spuwen op steeds dezelfde politici die bovendien helemaal niets te maken hebben met het onderwerp in kwestie. Links heeft het blijkbaar niet door dat een gezond nationalisme precies de basis is van de democratie. Hoe kan men anders zonder natio bepalen wie de demos is die mag regeren.”

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
“You may fool all the people some of the time, you can even fool some of the people all of the time, but you cannot fool all of the people all the time.”
Abraham Lincoln (American 16th US President 1861-65)
En vérité, l’Europe s’est, selon Lucas Catherine, bien gardée de soutenir les élans démocratiques dans le monde arabe à la fois pendant la colonisation, et dans les décennies qui l’ont suivie et qui on vu l’occident soutenir des dictatures autoritaires à sa botte. La collusion avec deux dictateurs de deux ministres de Sarko qui ont passé leurs dernières vacances en Afrique du Nord aux frais des deux dictateurs déchus en est une belle illustration.
Les dictatures s’effondrent aujourd’hui sous la poussée du peuple réveillé par une jeunesse qui exprime sa colère sur face book et dans la rue.
Qui va prendre le relais de Moubarak en Egypte : les frères musulmans ou la démocratie ?

Les frères musulmans furent fondés en 1928 en Egypte pendant la colonisation anglaise, avec la bénédiction d es Britanniques.
Quand au début des années cinquante, les officiers prendront le pouvoir et avec Nasser opteront pour la dictature, l’occident tentera d’instrumentaliser les frères musulmans contre le rais devenu l’allier des soviétiques.
Interdits par Moebarak dès 1984, ils demeurent très présents dans la société notamment égyptienne grâce au réseau très maillé du secours islamique qu’ils organisent efficacement. Il faut revoir le film l’immeuble Yacoubian, véritable métaphore de l’Egypte contemporaine pour le comprendre. (voir article en annexe). Aux élections de 2005, ils remportèrent 88 sièges soit 20% de l’ensemble des suffrages exprimés, ce qui est considérable. Ce résultat résulte de leur pratique intensive de la zakat et de la sadaqa, autrement dit l’aumône (un de cinq devoirs du musulman) et la charité musulmane, ce qui constitue un filet social pour une population fragilisée à l’extrême. Les pauvres, qui constituent la grande majorité des Egyptiens, ne craignent pas les frères musulmans. Cela pourrait leur valoir un excellent score électoral en septembre.
« Als er min of meer eerlijke verkiezingen komen in Egypte, vrees ik dan ook dat de broederschap een groter stemmenpercentage zal halen dan de N-VA hier. In beide gevallen voor mij geen reden om te juichen. Maar voor Egypte kunnen we rustig stellen dat het aan onze domme westerse bemoeienissen ligt. Eigen schuld, dikke bult.”

Reste alors la question fondamentale à savoir: les frères musulmans seront-ils enclin à calquer leur ligne politique sur celle de l’Iran ou sur celle de la démocratie musulmane ( comme on parle d’une démocratie chrétienne) à la turque. Ce sera le grand enjeu des élections de septembre qui auront, n’en doutons pas des retombées considérables dans l’ensemble du monde arabe et dans le monde. Pour Israël, le cinquante et unième Etat américain, après Hawai, c’est clairement une question de survie.

MG




L'IMMEUBLE YACOUBIAN (Imarat Ya'qubyan) est le premier roman de l'écrivain égyptien Alaa al-Aswani. Publié en 2002 par les éditions Merit,. Ce succès s'explique par le mariage très réussi entre une forme d'écriture romanesque classique, qui évoque les maîtres égyptiens du réalisme social (Naguib Mahfouz) et une intrigue qui confronte le lecteur à tous les maux de la société égyptienne contemporaine, évoqués avec une grande liberté de ton.
L'Immeuble Yacoubian est un microcosme où cohabitent toutes les générations et toutes les classes sociales, et où les rapports sexuels, légitimes ou non, homo- ou hétérosexuels, fonctionnent comme une métaphore des rapports de classe.
Le film tiré du roman (L'Immeuble Yacoubian, réalisation Marwan Hamed) est sorti en France le 23 août 2006 (sortie du DVD le 17 avril 2007).
Construit en 1934 par le millionnaire arménien Hagop Yacoubian, l'immeuble qui porte son nom fut un somptueux représentant du style Art Déco en vogue dans le centre ville du Caire. Il est situé dans l'actuelle rue Talaat Harb (nommé dans le roman par son ancien nom de Soliman Pacha). Il est un symbole de l'ancienne classe dominante en Égypte, opulente et cosmopolite: "A cette époque, c'était la fine fleur de la société qui habitait l'immeuble Yacoubian: des pachas(...), des industriels étrangers et deux millionnaires juifs (...)". Comme la plupart des bâtiments du centre-ville du Caire, il a été profondément affecté par les suites de la Révolution Nasserienne et les évolutions politiques, économiques et démographiques qu'a connues l'Égypte depuis.
Les anciens habitants ont pour la plupart quitté l'Égypte ou ont vu leur statut social s'effondrer. Le bâtiment a perdu sa splendeur. Les nouveaux habitants sont soit des nouveaux riches, soit des pauvres venant souvent de la campagne qui, luttant pour survivre, ont investi le toit de l'immeuble. L'évolution du bâtiment et de ses habitants est réellement représentative de celle qu'a connu le centre-ville du Caire, voire l'Égypte dans sa globalité.
Les personnages principaux vivent ou travaillent dans l'Immeuble Yacoubian.
L'immeuble existe réellement; l'auteur, Alaa Al Aswani, y a tenu son cabinet de dentiste pendant plusieurs années dans un local où son père pratiquait déjà comme avocat.
Principaux personnages[modifier]
Le roman décrit la vie dans le début des années 1990 de plusieurs habitants de l'Immeuble Yacoubian. Ils vont se heurter à des difficultés nées de la situation actuelle de l'Égypte.
Zaki Dessouki -- Âgé de 65 ans, c'est un représentant de la classe dominante déchue. Issu d'une famille riche, éduqué dans un milieu cosmopolite, il est cultivé, mondain, musulman mais non pratiquant. Il ressasse sa nostalgie de l'ancien temps et ses regrets de ne pas avoir quitté le pays quand il aurait pu le faire. Il compare sans cesse les avanies de sa vieillesse avec la splendeur et les espoirs de sa jeunesse. Il souffre d'être inactif alors que son destin était d'avoir un rôle majeur dans l'ancien régime. Ni riche ni pauvre, il vit des restes de son ancienne fortune, dans un simulacre souvent scabreux de son ancienne vie mondaine, recherchant l'ivresse et les femmes.
Taha el Chazli -- Fils travailleur et méritant du gardien de l'immeuble, Taha étudie pour réaliser son rêve : être admis à l'Académie de Police. Il réussit brillamment les examens écrits mais il est refusé suite à l'examen oral, dans une scène humiliante où on lui rappelle le métier peu respecté de son père. Traumatisé par cette injustice, il évolue vers un islam intégriste sous l'influence du Cheikh Chaker. Cette évolution provoque sa rupture avec son amie Boussaïna. À la suite de manifestations à l'Université du Caire, il est arrêté par la police, torturé et violé, ce qui le radicalise davantage. À sa sortie de prison, le Cheikh Chaker le fait intégrer le camp d'entraînement d'une organisation islamique. Le camp représente une sorte de contre-société utopique, où Taha est marié avec une "sœur" dont il devient ensuite amoureux. Mais il reste obsédé par son désir de vengeance et sa volonté d'accomplir le Jihad contre le régime mécréant.
Malak -- tailleur de profession, il établit après de nombreuses difficultés un atelier sur le toit du Yacoubian. C'est l'archétype de l'Égyptien pauvre qui use de multiples combines pour se débrouiller.
Hatem Rachid -- fils d'un éminent juriste, c'est un journaliste brillant, directeur du quotidien francophone Le Caire. Homosexuel assumé, il est lassé des épisodes scabreux qu'il a dû vivre pour assouvir sa passion secrète. Il tombe amoureux du jeune conscrit Abdou. Grâce à ses relations et son argent, il assure tous ses besoins, l'aide à assouplir son régime militaire et lui procure un travail. Mais le jour où le fils d'Abdou meurt, celui-ci y voit le châtiment divin de ses relations immorales avec Hatem et rompt avec lui. Hatem, désepéré, le retrouve et veut le convaincre de reprendre leur vie commune. La discussion dégénère et Abdou, ne contrôlant plus sa colère, tue Hatem.
Le Hadj Azzam et Soad -- Riche homme d'affaires, propriétaire de magasins de prêt-à-porter féminin islamiquement correct, le Hajj Azzam est le stéréotype du parvenu. Il a débuté, tout frais venu de la campagne, comme cireur de chaussures avant de s'enrichir grâce au trafic de drogue, puis de se donner une respectabilité "islamique". Suite à un retour de libido, il prend en secret une seconde femme, Soad, jeune et belle veuve, respectable mais pauvre. Son ambition sans limite le pousse à se porter candidat à un siège de député. Pour cela, il entre dans la machine du pouvoir, découvre et utilise son immense corruption. Une fois élu, le dirigeant du parti au pouvoir lui explique que le Grand Homme (métaphore du clan Moubarak au pouvoir) réclame en contrepartie un quart de ses bénéfices. Sûr de son génie d'homme d'affaires et encore naïf sur l'étendue du système maffieux, il tente de négocier un rabais, mais on lui fait comprendre que ses activités illégales sont parfaitement connues et que s'il refuse de céder ses bénéfices, il sera immédiatement emprisonné.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UNE SUPERBE METAPHORE DE L’EGYPTE CONTEMPORAINE
Ce roman somptueux, ce film passionnant, nous dit mieux qu’un traité sociologue ou un essai politique ce qu’est ’Egypte de Moubarak. C’est le moment de le voir ou de le revoir en vidéo. "L'Immeuble Yacoubian" concentre tous les drames de l'Egypte dans un immeuble.
Ce film a attiré plus d'un million et demi de spectateurs.
Pendant presque trois heures, dans une salle obscure, des Egyptiens se sont abîmés dans le spectacle de leurs existences. Aujourd’hui ils ont exprimé par centaine de mille leur raz le bol d’un régime étouffant qu’ils ont enfin eu la hardiesse de renverser.
“You may fool all the people some of the time, you can even fool some of the people all of the time, but you cannot fool all of the people all the time.”
MG

Aucun commentaire: