mercredi 29 juin 2011

The Mideast ’s Next Dilemma

With Turkey flexing its muscles, we may soon face a revived Ottoman Empire .

On one issue the Republican contenders and the president they wish to replace are in agreement: the United States should reduce its military presence in the Greater Middle East. The preferred arguments are that America cannot afford to be engaged in combat operations in far-flung countries and that such operations are futile anyway.
The question no one wants to answer is what will come after the United States departs. The “happily ever after” scenario is that one country after another will embrace Western democracy. The nightmare scenario is either civil war or Islamist revolution.
But a third possible outcome is a revived Ottoman Empire .
An Anatolian dynasty established on the ruins of the Byzantine Empire, the Ottomans were the standard-bearers of Islam after their conquest of Constantinople (now Istanbul ) in 1453. Their empire extended deep into Central Europe, including Bulgaria , Serbia , and Hungary .
Having established Ottoman rule from Baghdad to Basra , from the Caucasus to the mouth of the Red Sea, and right along the Barbary Coast , Suleiman the Magnificent could claim: “I am the Sultan of Sultans, the Sovereign of Sovereigns … the shadow of God upon Earth.” The 17th century saw further Ottoman expansion into Crete and even western Ukraine .
Over the next two centuries, however, the empire became “the sick man of Europe ,” losing most of its Balkan and North African possessions. World War I proved fatal; only the old Anatolian heartland was reconstituted as the Turkish republic. The rest was carved up between Britain and France .
And that seemed to be the end of the Ottoman era. Until very recently, the question people asked about Turkey was whether (or even when) it could join the European Union. Staunchly pro-American in the Cold War, the Turks seemed to have their gaze fixed unwaveringly on the West, just as the republic’s founder, Kemal Atatürk, had intended.
But since 2003, when Recep Tayyip Erdogan was elected prime minister, that has changed. The founder of the Justice and Development Party (AKP), Erdogan is a seductive figure. To many, he is the personification of a moderate Islamism. He has presided over a period of unprecedented economic growth. He has sought to reduce the power of the military. It was no accident that one of President Obama’s first overseas trips was to Istanbul . It was no surprise when the AKP won a third consecutive general election earlier this month.
And yet we need to look more closely at Erdogan. For there is good reason to suspect he dreams of transforming Turkey in ways Suleiman the Magnificent would have admired.
In his early career as mayor of Istanbul , Erdogan was imprisoned for publicly reciting these lines by an early-20th-century Pan-Turkish poet: “The mosques are our barracks, the domes our helmets, the minarets our bayonets, and the faithful our soldiers.” His ambition, it seems clear, is to return to the pre-Atatürk era, when Turkey was not only militantly Muslim but also a regional superpower.
This explains his sustained campaign to alter the Turkish Constitution in ways that would likely increase his own power at the expense of the judiciary and the press as well as the military, all bastions of secularism. It explains his increasingly strident criticism of Israel ’s “state terrorism” in Gaza , where pro-Palestinian activists sent a headline-grabbing flotilla last year. Above all, it explains his adroit maneuvers to exploit the opportunities presented by the Arab Spring, chastising Syria , seeking to check Iran , and offering himself as a role model.
“ Sarajevo won today as much as Istanbul ,” declared Erdogan in his victory speech. “ Beirut won as much as Izmir ; Damascus won as much as Ankara ; Ramallah, Nablus , Jenin, the West Bank, Jerusalem won as much as Diyarbakir .”
The Turkish leader once compared democracy to a streetcar: “When you come to your stop, you get off.” We are in for a surprise if the destination under his leadership turns out to be a new Muslim empire in the Middle East .

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ERDOGAN RÊVE-IL D’UN NOUVEL EMPIRE OTTOMAN ?
Selon Newsweek, Recep Tayyip Erdogan bomberait le torse après sa récente victoire électorale et rêverait de recréer une sorte de nouvel empire grand turc (ottoman) s’inspirant de celui qui existait avant les grandes réformes laïques de Mustapha Kemal. “With Turkey flexing its muscles, we may soon face a revived Ottoman Empire .”
Erdogan plaiderait pour un retrait de la présence militaire américaine « in the Greater Middle East ». Question : et après? ” what will come after the United States departs?“
Une démocratie à l’occidentale, ou une guerre civile suivie débouchant sur une révolution islamiste? Troisième scénario possible :” a revived Ottoman Empire .”
Depuis l’arrivée au gouvernement en 2003, du premier ministre Recep Tayyip Erdogan , l’islamisme modéré « moderate Islamism » s’impose en Turquie, nation largement sécularisée par le kémalisme.
Ne dit-on pas que cet islamisme à la turque serait désormais un modèle pour l’Egypte, le Maghreb et le monde arabe ? De là à suggérer qu’Erdogan se verrait bien en leader d’un vaste mouvement islamique modéré, il n’y a qu’un pas que franchit Newsweek dans un article décoiffant.
”Erdogan’s ambition, it seems clear, is to return to the pre-Atatürk era, when Turkey was not only militantly Muslim but also a regional superpower.” It explains his increasingly strident criticism of Israel ’s “state terrorism” in Gaza , where pro-Palestinian activists sent a headline-grabbing flotilla last year. Above all, it explains his adroit maneuvers to exploit the opportunities presented by the Arab Spring, chastising Syria , seeking to check Iran , and offering himself as a role model.”
Newsweek conclut son analyse en rappelant qu’Erdogan compara un jour la démocratie à un tramway : “When you come to your stop, you get off.”
Ne soyons donc pas vraiment surpris s’il s’avérait que la nouvelle destination sous son autorité “ turns out to be a new Muslim empire in the Middle East.”
Autrement dit, Erdogan rêverait de récolter à son avantage les fruits du printemps arabe. C’est une thèse surprenante mais qui mérite toute notre attention compte tenu de la virulence du nationalisme turc qui se manifeste à la moindre occasion, notamment lors des championnats de foot.
Un dossier à suivre de très près désormais.
MG

Gezien: Filmcafé Potemkine, met parkterras

Aan de Hallepoort ging afgelopen weekend Potemkine open. Het jongste café van serie-inrichter Frédéric Nicolay - Belga, Bonsoir Clara en nog wel een dozijn Brusselse kroegen - heeft meteen ook een eigen filmzaaltje en een terras pal aan de Hallepoort.

Potemkine huist in de foyer van een voormalige bioscoop en knoopt meteen ook aan met die traditie. In een piepklein maar knus zaaltje (we telden minder dan 20 zetels) wordt elke avond om 20 uur een film vertoond. Denk daarbij aan klassiekers als Down by Law (Jim Jarmusch) of West Side Story. Elke zondag is er een kindervoorstelling om 11 uur.
Blikvanger in het café is een reusachtige walvisachtige skeletsculptuur aan het plafond. Bezoekers die de creatuur aanraken - dat mag - zetten de hele constructie meteen ook in beweging.
Nicolay kreeg ook toestemming voor een terras aan de overkant van de Hallepoortlaan, in het gelijknamige park dus. Een soort marktvoertuig doet er dienst als tweede bar, de kilblauwe stoeltjes die recent ook al in de Belga en Bar du Matin opdoken moet u er bij nemen.
Frédéric Nicolay timmerde de afgelopen jaren een indrukwekkend palmares aan café-inrichtingen bijeen. Naast bovengenoemde etablissementen horen daar veel van de cafés aan Sint-Goriks (Roi des Belges, Café Central, ...), Walvis aan de Vlaamsepoort en Tavernier aan het kerkhof van Elsene bij.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
NASDROVIE TOVARITCH
Nous avions déjà la libraire marxiste-léniniste, anarcho-syndicaliste “Aurora” dans la toute proche avenue Volders. Voici un nouveau cuirassé Saint-Gillois où écluser la bière Volga et noyer sa nostalgie dans la vodka. Pour une petite faim adressez-vous au sandwich-bar “Le Russe”. La programmation ciné est digne de la Cinematek. Le squelette jurassique attire déjà les jeunes familles branchées, les cinéphiles ne pourront pas résister à leur emboiter le pas.
VDB

lundi 27 juin 2011

Plus de 73.000 visiteurs pour la 22e édition de Couleur Café

Près de 73.500 personnes se sont rendues ce week-end à la 22e édition du festival de musique Couleur Café, a indiqué dimanche soir la porte-parole de l'événement, Irène Rossi.
Vendredi, le festival était déjà sold-out, avec plus de 25.000 visiteurs. Samedi, des tickets ont encore été vendus à la caisse et près de 25.000 amateurs de musique étaient présents. Quant à dimanche, le compteur était à 23.000. "Mais il y a encore des tickets disponibles", a précisé la porte-parole.
Vendredi soir, Selah Sue, qui était encore une artiste 'Wanted' il y a trois ans, l'une des tête d'affiche, était aux cotés de Seun Kuti et Method Man & Redman.
Samedi, c'était le tour d'Arsenal et Puggy, mais également Sergent Garcia, Smod et DJ Shadow que j'ai trouvés très convaincants. Enfin dimanche, Band of Gypsies et Hocus Pocus m'ont réellement plu."

MEER DAN 73.000 TOESCHOUWERS VOOR COULEUR CAFÉ
Alle tickets voor de vrijdagavond waren vooraf al de deur uit.
Het festival, dat drie dagen duurt, was aan zijn 22ste editie toe.
De 25.000 tickets voor vrijdagavond waren op voorhand al allemaal verkocht. Zaterdag konden er wel nog tickets aan de kassa verkocht worden en telde het festival 25.500 muziekliefhebbers. Voor zondag staat de teller voorlopig op 23.000, maar dat aantal kan nog oplopen want er zijn nog steeds tickets beschikbaar voor vanavond.
De 22ste editie was muzikaal een sterkhouder, aldus de organisatie. Selah Sue was vrijdag een van de hoogtepunten, naast Seun Kuti en Method Man & Redman. Zaterdag stonden er met Arsenal en Puggy een aantal Belgische grote namen op het programma. Zondag traden onder andere Band of Gypsie en Hocus Pocus op.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN MERVEILLEUX INCUBATEUR D’ INTERCULTUREL

400 enfants de la Région bruxelloise n'ont pas trouvé d'école

Faute d'inscription de leurs enfants dans une école d'ici la rentrée, cours par correspondance, établissements privés ou jury central sont les seules alternatives que certains parents estiment avoir.

Les enfants sans école devront patienter dans l'incertitude tout l'été sans garantie d'inscription dans une école à la rentrée
Compte tenu des demandes excédentaires de candidatures par rapport au nombre de places disponibles dans certaines écoles, le Décret Inscription mis en place par la Communauté française prévoit le calcul d'un indice composite permettant l'attribution d'une école à un enfants. Le principal critère de cet indice: le degré de proximité domicile-école fréquentée ou visée par l'élève. Selon les parents d'enfants sans école, ce critère s'opère au détriment de la dimension pédagogique des différentes écoles (immersion, pédagogie active, dyslexie, etc.).

Les parents s'estiment réduits à des consommateurs sommés de choisir des écoles qui ne correspondent pas toujours au projet d'avenir qu'ils souhaitent offrir à leurs enfants. La démographie galopante à Bruxelles et l'absence d'écoles suffisamment attractives amplifient selon eux la problématique des inscriptions.
Faute d'inscription de leurs enfants dans une école d'ici la rentrée, cours par correspondance, établissements privés ou jury central sont les seules alternatives que ces parents estiment avoir.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
NO SCHOOL NO FUTURE

Delacroix-Rolin : “Je n’ai jamais connu pareille agression !”


Myriam Delacroix-Rolin, députée-bourgmestre de Rhode-Saint-Génèse a été aspergée de peinture
BRUXELLES
Parmi les francophones, certains ont eu de la peine à franchir les cordons de policiers chargés de filtrer le passage, en raison de la présence de contre-manifestants du Tak et du Voorpost. Ainsi, Myriam Delacroix-Rolin, députée-bourgmestre de Rhode Saint-Génèse, que nous avons interrogée.
VOUS AVEZ ETE FORTEMENT BOUSCULEE, VOIRE PLUS, PAR DES MEMBRES DU TAK ET DU VOORPOST ?
“Je suis arrivée avec un peu d’avance et des militants du Tak m’ont empêchée de passer, me donnant de sérieux coups de coude et de genou. Ils m’ont aussi jeté de la peinture et de la chaux.”
LA POLICE ETAIT POURTANT LA ?
“Oui, mais ils ont mis près de 10 minutes pour réagir. Et, dans ce type de situation, 10 minutes, c’est long…”
COMMENT CELA A-T-IL PU ARRIVER ?
“J’ai déjà eu affaire aux gens du Tak, mais jamais il n’y avait eu de contacts physiques comme ceux-ci. Pourtant, je leur ai dit – en flamand – que j’étais là comme parlementaire.”
AVEZ-VOUS DU VOUS FAIRE SOIGNER ?
“Non, mais j’ai de beaux bleus. Demain, si j’ai mal, j’irai voir un médecin et je ferai constater mon état.”
AVEZ-VOUS EU PEUR ?
“Surtout après ! Même la télé flamande était frappée par ce qui
QU’ALLEZ-VOUS FAIRE ?
“Comme députée, je vais interpeller la ministre de l’Intérieur. On connaît les gens qui ont fait ça.”
ALLEZ-VOUS CHANGER QUELQUE CHOSE DANS VOTRE MANIERE D’AGIR, VOUS QUI ETES PLUTOT POUR LA PACIFICATION ?
“Il est vrai que je n’ai jamais fait de provocation. Cependant, j’étais présente à Crainhem parce que j’estime qu’il faut respecter le droit : j’étais donc là pour soutenir les 3 bourgmestres.”
LE FAIT QUE LE TON AIT MONTE, CES DERNIERS JOURS, ENTRE MAINGAIN ET DE WEVER A-T-IL QUELQUE CHOSE A VOIR AVEC CE QUI EST ARRIVE ?
“Tout à fait à voir ! Pourtant, Olivier Maingain est parvenu à passer. Je ne sais pas comment il a fait…” (DH)
DE WEVER : "MAINGAIN EST UN PROVOCATEUR "
(
© Belga
LES DECLARATIONS D'OLIVIER MAINGAIN, TRES CRITIQUE A PROPOS DE BART DE WEVER QU'IL QUALIFIE NOTAMMENT DE NATIONAL-POPULISTE, ONT ETE LARGEMENT COMMENTEES
BRUXELLES Le président de la N-VA Bart De Wever a répété dimanche qu'il ne voulait plus s'asseoir à une table de négociation avec le président du FDF Olivier Maingain après les déclarations de celui-ci. Les présidents de cinq les partis flamands participaient dimanche à un débat lors de l'émission De Zevende Dag à la VRT. Les déclarations d'Olivier Maingain, très critique à propos de Bart De Wever qu'il qualifie notamment de national-populiste, ont été largement commentées.

Pour le président du CD&V Wouter Beke (CD&V), M. Maingain est un "provocateur de première classe". "Il voit arriver une solution pour Bruxelles-Hal-Vilvorde et c'est ce que M. Maingain craint", a-t-il ajouté.(DH)

BONNET BLANC ET BLANC BONNET
CYNIQUE, ARROGANT, HUMILIANT, CHOQUANT. IL DÉRIVE, il dérive de plus en plus, le discours du Voka. Par Christine Laurent
Remonté comme un coucou, il ne se passe pas un jour sans que le puissant patronat flamand (16 000 entreprises) étrille les francophones. Un petit mot par ci, une petite phrase par là, une stratégie de l'estocade censée déstabiliser les empêcheurs de tourner en rond au rythme flamand. Un copié-collé des discours d'un certain... Bart De Wever. Voka-N-VA, blanc bonnet et bonnet blanc. Tony Mary, ex-dirigeant de la VRT , éjecté de l'organisation patronale en décembre dernier, nous l'a confirmé : le Voka s'inscrit parfaitement dans la culture de « toute cette Flandre qui aime les chefs et qui en détient un : Bart de Wever ». Tous ralliés au totem !
La Flandre au pied de De Wever. Toute la Flandre ? Non. Un village d'irréductibles intellectuels et artistes résiste. Projets citoyens, cris d'alarme, cartes blanches, ils multiplient les initiatives pour faire entendre une autre voix que celle de « son maître ». Le prix à payer ? Une mise à l'index au Nord par une certaine vox populi de plus en plus manipulée. Et confortée par le silence ahurissant des partis flamands traditionnels. Qui ne dit mot consent ? Médias et responsables politiques, tous coupables ? De fait, De Wever a table ouverte chez les premiers, et les seconds se terrent, à l'exception de quelques vieux briscards, comme Mark Eyskens ou Louis Tobback qui, eux, n'ont sans doute plus rien à perdre.
Mais il y a pis encore. Soutenue tout en haut de la pyramide par les grands patrons, la N-VA progresse à vive allure dans le maillage social et politique du Nord. Une occupation de terrain qui passe par la multiplication des sections locales. Régulièrement, les sbires de De Wever, des ténors comme des cadres subalternes, s'y précipitent pour une opération séduction avec, pour thème, le sempiternel refrain sur la « paresse francophone, les Wallons profiteurs et la Flandre laborieuse ». Succès garanti, les militants, jamais rassasiés, en redemandent. Prochaine étape choc, comme nous le révélons cette semaine, Nijlen, en province d'Anvers, en novembre. Un ex-manager de crise flamand, retraité, vice-président de la section N-VA de Geel, Staf Kauwenberghs, viendra témoigner de son expérience managériale de 1999 à 2001 dans une entreprise chimique de Feluy, « un cauchemar épouvantable, une descente aux enfers », dont il tire « une généralité bien wallonne » : syndicat socialiste omnipuissant, travailleurs pour qui « tout est prétexte à ne rien faire », fonction publique « qui sert à rendre service aux copains », bref, la totale. Après l'infréquentable avocat Vic Van Aelst, l'abominable Kauwenberghs ? Who's next ?
On le sait bien, en labourant un terreau électoral avec, pour seul engrais, une désinformation caricaturale, le Voka et la N-VA ne font qu'attiser les haines à l'égard du Sud. Avec de bien vénéneuses conséquences. Car, demain, il s'agit de signer un accord, socio-économique et institutionnel. Et le temps presse, comme l'ont rappelé récemment le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker. Un accord qui implique la confiance et une véritable volonté politique de part et d'autre. Pour le CD&V Eric Van Rompuy, pas de doute possible, « De Wever a déjà renoncé mentalement aux négociations, il est clairement en mode électoral ». Entre-temps, quels dégâts !

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ESCALADE
Escalade verbale et escalade tout court. Le ton monte et la tension également. Quand les esprits s’échauffent à ce point, la violence n’est pas très loin. On a bousculé, peinturluré et contusionné une élue du peuple à Crainhem. La presse francophone est en émoi, silence radio du côté flamand (“ Wel werd na een schermutseling met de burgemeester van Sint-Genesius-Rode, Myriam Delacroix, één Vlaamse actievoerder opgepakt.” DS)
Désormais le discours officiel et celui entendu au café du commerce ou dans les forums des grands quotidiens est pratiquement le même. Ca pue la campagne électorale à plein nez.



FRANSTALIGEN VOEREN IN KRAAINEM ACTIE VOOR NIET-BENOEMDE BURGEMEESTERS
Francois Van Hoobrouck (Wezembeek-Oppem), Damien Thier (Linkebeek), Arnold d'Oreye de Lantremange (Kraainem) en Veronique Caprasse (Kraainem)

KRAAINEM - Op het gemeenteplein van Kraainem hebben zondagmiddag zowat 200 tot 300 manifestanten hun steun betuigd aan de niet-benoemde burgemeesters van Kraainem, Linkebeek en Wezembeek-Oppem. De deelnemers waren militanten en mandatarissen van het FDF, maar ook de liberale vleugel van het MR was vertegenwoordigd.
Vorige week besliste Bourgeois dat hij ook de nieuwe kandidaat-burgemeester van faciliteitengemeente Kraainem, Véronique Caprasse (FDF), niet zou benoemen. Bourgeois zegt dat ze niet bereid is om de taalwetten te respecteren. De actievoerders eisen dat Vlaams minister van Binnenlands Bestuur Geert Bourgeois (N-VA) de burgemeesters toch benoemt.
Dat de steunactie doorging, kon niet op de goedkeuring rekenen van enkele tientallen Vlaamse 'tegenmanifestanten' van het Taal Aktie Komitee (TAK) en Voorpost. Zij werden op afstand gehouden door ongeveer tachtig agenten van de federale politie.
Wel werd na een schermutseling met de burgemeester van Sint-Genesius-Rode, Myriam Delacroix, één Vlaamse actievoerder opgepakt.
Met hun actie wilden de niet-benoemde burgemeesters het feit aanklagen dat, volgens hen, de democratie in de drie faciliteitengemeenten niet gerespecteerd wordt.
MR IS SOLIDAIR
In een persbericht schaart MR-voorzitter Charles Michel zich achter de vier burgemeesters. De benoeming van de burgemeesters is een democratisch grondbeginsel dat de Vlaamse regering moet erkennen, zo luidt het. De MR eist dat de keuze van de kiezer wordt gerespecteerd. Drie van de vier 'burgemeesters' zijn lid van het FDF, de vierde, François van Hoobrouck, behoort tot de MR.

dimanche 26 juin 2011

La Grèce réclame 110 milliards pour éviter la faillite de l’euro

LA GRECE A CHIFFRE A ENVIRON 110 MILLIARDS D’EUROS LE DEUXIEME PLAN DE SAUVETAGE. OBJECTIF : EVITER SA FAILLITE ET CELLE DE L’EURO.


La Grèce a chiffré vendredi à environ 110 milliards d’euros le deuxième plan de sauvetage dont elle a besoin pour éviter la faillite, avant une semaine qui s’annonce cruciale dans la course contre la montre visant à éviter l’embrasement en zone euro et au-delà.

A l’issue d’un sommet de l’Union européenne à Bruxelles, le Premier ministre grec Georges Papandréou a indiqué que les discussions portaient sur « un montant similaire au premier programme d’aide » de l’an dernier, qui prévoyait 110 milliards d’euros sur trois ans. Lors du sommet, il a obtenu la promesse d’une mise sur pied, sous conditions, d’ici début juillet de ce deuxième plan. La chancelière Angela Merkel a salué un accord « important pour la stabilisation de l’euro ».

« UNE VOLONTE DE SAUVER L’EURO »
Il y a « une volonté de sauver l’euro », a renchéri le président français Nicolas Sarkozy.

Un échec des Européens à résoudre la crise grecque pourrait conduire à une « perte de confiance généralisée », a mis en garde le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mervyn King. « Le risque le plus sérieux et le plus immédiat pour le système bancaire britannique est la crise de la dette qui s’aggrave dans certains pays de la zone euro », a-t-il ajouté.

Les gouvernements européens exercent une pression maximale sur l’opposition de droite en Grèce pour qu’elle soutienne le programme d’austérité du gouvernement socialiste, au cas où des élus du parti de M. Papandréou fassent défection.

DIVISIONS ENTRE PAYS
Ils doivent pour cela préciser la participation « volontaire » des créanciers privés, avec lesquels des consultations ont été initiées cette semaine dans plusieurs capitales. Le sujet a provoqué de profondes divisions entre pays européens favorables et opposés à cette option. Les Américains ont durement critiqué la cacophonie européenne et la lenteur à régler la crise grecque, qui menace de plonger toute la zone euro dans les turbulences, voire le reste du monde à l’image de la crise mondiale provoquée mi-2008 par la faillite de la banque Lehman Brothers.

LA GRECE S'APPRETE A AVALER LA PILULE AMERE DE LA RIGUEUR POUR SE SAUVER
"Le Dieu de la Grèce est grand" a professé le numéro deux du Pasok au pouvoir.
La Grèce va devoir cette semaine pour convaincre ses partenaires et créanciers de la sauver de la faillite avaler la pilule amère d'un nouveau plan d'austérité, un an après un premier train d'économies, combattu dans la rue par syndicats et "indignés".
"Le Dieu de la Grèce est grand" a professé pour sa part le numéro deux du Pasok au pouvoir, Evangélos Vénizélos, propulsé au poste-clé des Finances le 17 juin.
Un rejet des textes menacerait le pays d'une "sortie de la zone euro, alors que notre choix national stratégique est d'y rester", a-t-il relevé.
Pour juguler la grogne face aux mesures de rigueur qui combinent hausses d'impôts et privatisations à de nouvelles coupes dans les salaires des fonctionnaires, retraites ou allocations sociales, le Premier ministre Georges Papandréou, a provoqué un vote de confiance au parlement, qu'il a remporté mardi en faisant le plein des
Pour "dire non" à des mesures "apportant une société misérable", les syndicats, GSEE (privé) et Adedy (fonction publique) entendent pour leur part faire battre le pavé à des dizaines de milliers de Grecs la semaine prochaine.
Les "indignés" qui campent depuis le 25 mai sur la place centrale de Syntagma, appellent de leur côté les Grecs à encercler le parlement.
Cela concluerait une partie de poker menée depuis des semaines, sous l'oeil inquiet de Washington, alors que la Grèce a besoin d'argent frais d'ici la mi-juillet, mais que l'abandonner à un défaut pourrait être fatal pour l'euro.
M. Papandréou a estimé que son montant total devra être "similaire" à celui du premier, soit 110 milliards. A ce jour, la Grèce a touché 53 milliards du prêt de 2010.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
RESILIENCE !
«C’est encore et toujours l’Europe qui focalise l’attention. Ou plutôt son plan de sauvetage de la Grèce. Les banques européennes, qui y sont directement exposées à hauteur de 162 milliards d’euros, vont y participer. Non par solidarité mais pour se protéger.

Derrière le sauvetage de la Grèce , il y a autant la volonté de sauver ses créanciers que l’euro.

Question: quel est le seuil de douleur à partir duquel les marchés abdiquent? Après huit semaines consécutives de baisse sur les marchés, quand Trichet dit que les voyants sont au rouge en matière de stabilité financière, que des tensions commencent à se faire jour sur le marché interbancaire et que l’Italie et ses banques sont désormais dans le viseur des agences de notation, on sent bien que le ressort est désormais tendu à l’extrême. » (Extraits de L'Echo)
Les grands économistes américains Krugman, Thomas Friedman et notre De Grauwe de Leuven qui n’ont pas peur de bousculer les dogmes officiels ont estimé que les buts que les nations du Nord, Allemagne en tête, imposent à la Grèce sont hors de sa portée. (« onhaalbaar » Goossens, voir son article)
Mais quid dans tout cela de la situation belge ?
Il est impératif de conclure enfin et de former un gouvernement qui réforme de manière draconienne ; tout le monde en est conscient, à commencer par Di Rupo, De Wever, Maingain, Milquet, Michel, De Croo et tous les autres. Alors à quand la décision ? Plus on attend plus ce sera douloureux.
Dans son bel article « March of Folly » (une marche démente) Paul Goossens va à l’essentiel : « sans vision d’avenir, le peuple grec ne peut que désespérer et à terme se tourner, qui sait, vers une nouvelle génération de colonels. »
Il n’est pas bon de casser le moral de Zorba, ou « de désespérer Billancourt » (Sartre), ni à Athènes, ni à Lisbonne, à Tunis, au Caire ni dans les banlieues Bruxelloises.
Il faut au contraire monter sur les collines pour trouver son chemin dans les plaines, grimper aux montagnes pour mieux scruter l’horizon qui partout s’assombrit.
Résilience est le maître mot. C’est le moteur interne qui permet à Cyrille, le merveilleux « gamin au vélo » des frères Dardenne de ne point désespérer face à la poisse et de retrouver la « voie droite », un chemin éthique qui monte mais qu’il gravira à bicyclette à la force de ses jeunes et puissants mollets et celle de son caractère. C’est la raison sans doute pour laquelle ce film nous touche tellement.
MG

MARCH OF FOLLY
PAUL GOOSSENS
Sparen, sparen en nog eens sparen. Met dat recept uit grootmoeders liberale keuken probeerden de Europese Unie en het IMF in Griekenland het onmogelijke te forceren: een spectaculaire krimp van het begrotingstekort, verhoogde concurrentiekracht en economische groei, en dat alles tegelijk.
Die aanpak stuitte op veel onbegrip. Deskundig volk als Krugman, Thomas Friedman en De Grauwe, die buiten de officiële dogma's durfden te denken, noemden de doelen onhaalbaar. Omdat het noorden van Europa absoluut zijn gram op de Griekse potverdeerders wou halen en Berlijn, Den Haag en Helsinki alleen van paardenremedies wilden weten, werden alle bezwaren weggewuifd en de Grieken enthousiast op de pijnbank gelegd.

Ruim een jaar later zijn de resultaten er. De ommekeer kwam er niet en Griekenland zakt steeds dieper in het moeras. Het begrotingstekort is nog altijd onverantwoord groot, het land zit in een recessie en de werkloosheid klopt records. Ondertussen wankelt de regering, wordt het parlement belegerd en kondigen zowat alle beroepsgroepen aan dat ze het beu zijn. Boven op een financiële crisis heeft zich nu een uit de kluiten gewassen sociale en politieke crisis geënt.

En toch heeft the March of Folly zijn eindpunt nog niet bereikt. Opnieuw hebben Europa en het IMF hun vertrouwd potje op het vuur staan: sparen. Zeker, er zijn correcties aangebracht. Sparen, zo doceert Brussel nu, is synoniem voor hervormen en het begin van goed bestuur.
Ondertussen zijn de Europese chefs er na ruim 15 maanden wel achtergekomen dat de Griekse bevolking het hele reddingsplan kan doen ontsporen. Voor een keer zijn Van Rompuy, Barroso en Verhofstadt het eens: DE GRIEKEN HEBBEN EEN PERSPECTIEF NODIG.

De vraag of een reddingsplan dat de bevolking meer dan 10 procent koopkracht doet inleveren, niet suïcidaal is, werd tijdens het hele Griekenland-debat niet eens geformuleerd.
Alle aandacht ging naar de grillen en de desiderata van de financiële markten, het Europees staatsbelang, de strategie van de ratingbureaus en de bedenkelijke soliditeit van het Europese banksysteem.
Ondertussen blijft het verbazen dat er in Griekenland op alles wordt bespaard, behalve op defensie en militaire uitgaven. Een snoepje voor een nieuwe generatie van ambitieuze kolonels?

Le Gamin au Vélo


Les frères Dardenne ont vaguement songé, à un moment donné, à appeler leur film "Conte de notre temps" avant de revenir à un titre plus prosaïque et direct.

"C'est un conte, c'est vrai", a expliqué Jean-Pierre Dardenne. "Il y a le bois, qui est, allez, le lieu de la tentation avec le méchant, si on veut. Cyril qui est, je ne sais pas, Pinocchio, le (petit) Chaperon rouge, qui traversera des épreuves et qui lui feront perdre ses illusions, l'illusion que son père veut le reprendre (...) Samantha c'est une fée dans le film"

La mise en scène épurée et la simplicité du scénario des frères Dardenne permettent aux acteurs de donner corps au récit, de devenir les uniques vecteurs émotionnels du film. Un choix qui n’est pas sans risque, la moindre erreur de casting pouvant s’avérer fatale, mais Le Gamin au Vélo est porté par les bons acteurs, ou plutôt, le jeune acteur idéal ; tout repose sur les frêles épaules de Thomas Doret, jouant Cyril, le héros de ce drame socio-familial. Son urgence est saisissante, ses réactions, vivaces, parfois inattendues, frappent par leur naturel, leur intensité. On s’attache sans mal à ce gamin au vélo ; un vélo d’une importance primordiale, unique lien matériel (et affectif) avec son père, un homme incapable d’assumer ses responsabilités, et qui servira de rouage aux rencontres et rebondissements.

Si la bonté de Samantha (Cécile de France, grande dans sa spontanéité), la coiffeuse venant en aide à Cyril, prête à sourire par son caractère aussi absolu qu’immédiat, l’alchimie se produit dès leurs premiers échanges. En terme de psychologie, il reste difficile à comprendre pourquoi cette mère de substitution ne parvient pas à raisonner Cyril qui, dans sa fougue, va emprunter les sentiers de la délinquance, amadoué par une petite frappe à la gentillesse initiale douteuse. Mais malgré quelques faiblesses d’écriture, l’empathie ne faiblit jamais. La beauté de ce Gamin au Vélo, qui maintient sa vive allure jusqu’au bout, est aussi de réussir à évoquer un destin enclin au tragique sans jamais approcher les frontières du mélodrame. Un film léger et poignant.

Ce n'est pas la première fois que Jean-Pierre et Luc Dardenne explorent les rapports, plutôt conflictuels, père-fils. "Le Fils" valut en 2002 à son interprète Olivier Gourmet, qui jouait un rôle de père, le Prix d'interprétation masculine.
Trois ans plus tard, les cinéastes récoltent leur deuxième Palme d'or -la première fut attribuée à "Rosetta" en 1999- avec "L'Enfant", où Jérémie Rénier, comme dans le long métrage montré dimanche à Cannes, campait déjà un père relativement indigne.

Thomas Doret, un gamin de 13 ans dans la vraie vie et dont c'est la première apparition à l'écran, fait une composition simplement époustouflante.
Présent dans la quasi-totalité des scènes, il porte le film à bout de bras, servi il est vrai par la direction d'acteurs impeccable et la mise en scène irréprochable du duo Dardenne.

C'EST UNE FÉE
Il n'y a pas que la pellicule que Thomas Doret semble avoir impressionnée, sa présence ayant, paradoxalement peut-être puisqu'il n'était pas un acteur professionnel, apporté une certaine sérénité sur le plateau.
Contrairement à leurs habitudes, les cinéastes belges ont choisi une actrice reconnue, Cécile de France, pour donner la réplique à Cyril. "On voulait travailler avec elle parce qu'il nous semblait qu'elle avait une présence lumineuse évidente. (Wilfrid Exbrayat)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN CONTE POUR NOTRE TEMPS
Un conte certes mais un conte philosophique, voltairien : une métaphore de cette Wallonie que De Wever vilipende, victime de son passé capitaliste autant que de son présent socialo. C’est l’histoire d’un petit garçon qui annonce un avenir plus serein peut être, que tout condamne mais qui se rebelle contre un destin qui paraît écrit dans ses gènes : une maman invisible, un papa absent qui le renie quand bien même ce fils le recherche désespérément. Dans sa quête du père, Cyrille (cyrille veut dire le « seigneur » en grec ancien, celui qui est maître de soi) tombera littéralement sur une figure maternelle de substitution : une coiffeuse ravissante avec des manières de bonne fée. Elle s’appelle Samantha comme la délicieuse héroïne de « ma femme est une sorcière », comme Samantha Fox l’icône de la pop anglo-saxonne et l'un des plus grands « top models » de ces trois dernières décennies ; Samantha Fox, complètement déroutée et vivant un véritable enfer en traînant son père qui l’a ruinée devant les tribunaux : toujours le problème du géniteur fourbe !

Samantha ruisselle d’empathie, de tolérance et simplement d’amour pour ce gamin égaré mais point perdu tout à fait, qui zigzague sur son vélo et retrouve enfin la voie droite. Victime, il se fait bourreau et sa proie involontaire, un ado qu’il a frappé à la tête et qui refuse de lui pardonner lui lancera la première pierre, celle qui le fera choir de l’arbre. On le tient un instant pour mort mais il se redresse, titube un instant et remonte à vélo à la rencontre de sa destinée. Qui s’égare ne saurait nuire à qui bien se guide dit le coran dans un moment de grâce. C’est un peu le fil rouge de ce film humain, très humain.

Personne n’est vraiment innocent dans cette histoire, ni coupable mais chacun est un peu victime et un rien bourreau. Le film pourrait s’appeler «Seraing» la ville mosane maudite, siège des aciéries fantômes de Cockeril Sambre ou « serein » comme l’âme de Samantha fille de cette bonne terre mosane où grandirent les frère Dardenne, l’aîné philosophe et le cadet cinéaste.
MG

Le Roi Albert II invité au mariage d’Albert de Monaco

Albert de Monaco et Charlene Wittstock ont notamment invité le Roi des Belges, Albert II, à leur mariage le week-end des 2 et 3 juillet prochains.

Du côté des figures politiques, sont annoncés la présidente de la République d’Irlande Mary McAleese, le président français Nicolas Sarkozy, le président de la commission européenne José Manuel Barroso, ainsi que le président de la République fédérale d’Allemagne Christian Wulff. Le président libanais Michel Sleimane sera également de la noce, ainsi que le président estonien.

La président américain Barack Obama, quant à lui, sera absent
(Belga)

PRINS FILIP NIET BIJ OBAMA
Waarom Obama geen kroonprinsen ontvangt

Prins Filip, die een Belgische handelsmissie in de VS leidt, mocht niet bij Barack Obama op audiëntie.

Voelt Barack Obama zich te goed voor kroonprins Filip en prinses Mathilde? Die vraag zong afgelopen donderdag flink rond bij de aftrap van de Belgische economische missie naar de VS. Het prinselijk paar gidst negen dagen lang 300 Vlaamse zakenlui door New York,Washington en Boston, samen met de minister van Buitenlandse Zaken, Steven Vanackere (CD&V), en de Vlaamse minister-president, Kris Peeters (CD&V).

Ontgoocheld
'Barack Obama ontmoet in principe alleen staatshoofden en regeringsleiders, geen kroonprinsen', zegt een Amerikaanse topdiplomaat. 'Kroonprinsen zitten op het niveau van de vicepresident. In september 2009 ontving Obama het Nederlandse prinselijk paar Willem-Alexander en Maxima. Vindt hij hen dan belangrijker dan Filip en Mathilde?

COMMENTAIRE
OBAMA BOUDERAIT IL LES MICRO ETATS?
Bart De Wever prend le thé chez Cameron à Downing Straat mais Obama boude les têtes couronnées et leurs honorables héritiers. "Est-ce que ce monde est sérieux" ?

samedi 25 juin 2011

Heizel: Spektakelzaal voor 15.000 man

Grootse plannen voor de Heizelvlakte

Dat blijkt uit het ontwikkelingsvoorstel van het Nederlandse bureau KCAP.
De Brusselse plannen voor de Heizel moeten van de locatie rond het huidige voetbalstadion een plek maken waar meer economische, commerciële en ontspanningsactiviteiten samengebracht zijn. Toch klinkt het dat de plek ook groener zou worden.
Congrescentrum
Het congrescentrum voor 3.500 mensen moet een lacune in het Brusselse aanbod vullen. Brussel is wereldwijd de tweede congresstad bleek vrijdag nog maar eens, maar weet niet altijd waar die congressen moeten plaatsvinden.
De vele parkings die de locatie nu ontsieren, gaan ondergronds, net als de eindhaltes van het openbaar vervoer. Tegelijk wil KCAP ook de kabelbaan nieuw leven inblazen, het opvallende transportmiddel dat tijdens de wereldtentoonstelling van 1958 gebruikt werd. Doel is op die manier de parking aan de Ring te verbinden met het hart van de nieuwe site.
Tot nog toe werd aangenomen dat Océade en Mini-Europa zouden verdwijnen van de nieuwe Heizel. Dat lijkt nu toch niet het geval te zijn. De twee zouden wel een grondige facelift moeten ondergaan om in het fonkelnieuwe project te passen.
De toekomst van het sportstadion op de Heizel - dat in enkele van de schetsen opduikt - blijft wel erg onzeker.
Museum voor Moderne Kunst?
De concertzaal met een capaciteit van 15.000 plaatsen moet het mogelijk maken om in Brussel cultuur- en sportevenementen te organiseren die vandaag aan de stad voorbijgaan.
Maar de planners zien in de Heizel ook een potentiële locatie voor het Museum voor Moderne Kunst, dat de voorbije maanden herhaaldelijk onder de aandacht kwam. "Een groot museum, bijvoorbeeld het Museum voor Moderne Kunst, verleent de locatie en een culturele dimensie," klinkt het in het persdossier. "Hiermee positioneren wij het Heizelplateau verder als “daguitstap”. Een Museum voor Moderne Kunst op het grondgebied van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest is van grote waarde, wat vereist dat de mogelijke inplanting van dit soort instelling op het Heizelplateau bestudeerd moet worden in overleg met de Federale Staat."
Geen architectuurpresentatie
Het stedenbouwkundig basismodel is geen architectuurpresentatie, weten de planners. "Wat getoond wordt, zijn eigenlijk de puzzelstukken van een puzzel zonder afbeelding. "Het is een stedenbouwkundige visie op de transformatie van een onsamenhangende site (onelegante gebouwen, openluchtparkings, braakliggende terreinen, sluipwegen,…) tot een harmonische nieuwe wijk, ingebed in haar onmiddellijke omgeving."
In cijfers (volgens Le Soir):
12.000 parkeerplaatsen
900 miljoen euro investering
500 tot 750 woningen
70.000 m2 shopping
16.000 m2 ontspanning (onder meer 5.000 bioscoopzitjes)
19.000 m2 kantoren
Minstens 500 hotelkamers (20.000 m2)
Concert- en spektakelzaal voor 15.000 mensen
Congrescentrum met min. 3.500 plaatsen

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUI FINANCE ET COMMENT

Werkloosheid in Brussel blijft stijgen

Terwijl de werkloosheid in mei in het Vlaamse en het Waalse Gewest met respectievelijk 9,5 en 4,7 procent daalde in vergelijking met mei 2010, steeg de werkloosheid in Brussel in diezelfde periode met 1,7 procent.

Het Brusselse Gewest telde eind mei 2011 76.517 uitkeringsgerechtigde werkzoekende werklozen, meldt de RVA vrijdag. Het aantal werkzoekenden dat bij Actiris is ingeschreven bedraagt 104.894. Het verschil tussen beide cijfers is te wijten aan het feit dat in de statistieken van Actiris bij voorbeeld ook schoolverlaters met wachttijd zijn opgenomen en mensen die werk hebben maar op zoek zijn naar een andere job.
Het cijfer van 76.517 werkzoekenden betekent dus een stijging van 1,7 procent ten aanzien van mei 2010 (75.239). In mei 2009 waren het er nog 71.524.
Vooral bij de categorie van + 50-jarigen is de stijging het opmerkelijkst: 15.950 in mei 2011 tegenover 15.035 in mei 2010 en 13.775 in mei 2009.
Bij de -25 jarigen is er dan weer een daling van de werkloosheid in Brussel: 7.468 in mei 2011 tegenover 7.832 in mei 2010 en 7.557 in mei 2009.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE BAROMETRE DE BRUXELLES
Le taux de chômage est incontestablement le meilleur indice de la santé socio économique de Bruxelles.
« De globale slechte cijfers in Brussel staan in schril contrast met de positieve trend in Vlaanderen en Wallonië.”

Négationnisme: la communauté juive d'Anvers torpille Olivier Maingain

Rappel, cette semaine encore, le président du FDF a comparé Bart De Wever à Jorg Haïder, le leader d'extrême-droite autrichien et l'a accusé de tenir des propos négationnistes, et de nier la Shoah.
Dans une tribune diffusée vendredi après-midi sur le site internet "Joods Actueel", portail de la Communauté juive, André Gantman, un leader anversois, s'en prend sèchement au président du FDF Olivier Maingain.
"M. Maingain, vous faites fausse route!, écrit ce fils de rescapé d'Auschwitz. Vous venez de franchir une grave frontière en accusant Bart De Wever de négationnisme et d'antisémitisme". Rappel, cette semaine encore, le président du FDF a comparé Bart De Wever à Jorg Haïder, le leader d'extrême-droite autrichien et l'a accusé de tenir des propos négationnistes, et de nier la Shoah.
Extraits. "Je ne suis pas membre de la N-VA , explique André Gantsman, mais en tant qu'ami de Bart de Wever, il me semble aujourd'hui indispensable de réagir. Sans doute vous rappelez-vous de l'épisode durant lequel Bart De Wever s'en est pris à Patrick Janssens et a qualifié de "gratuites" ses excuses à la communauté juive d'Anvers pour les crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale. Il n'a jamais été question, évidemment, de nier une quelconque déportation des juifs mais qu'il n'était pas admissible de mettre tout l'appareil de la ville d'Anvers dans le même sac".
"Bart De Wever a raison: (…) de nombreux agents de la ville d'Anvers ont sauvé la vie de Juifs durant la Seconde guerre mondiale. (…) Maingain utilise les pires procédés dignes d'un populisme dangereux pour accuser toute la Flandre via De Wever: l'utilisation de la collaboration est sa dernière trouvaille pour permettre à la francophonie de dénigrer la culture flamande".
"Monsieur Maingain, vous faites fausse route. Il est grand temps que vous ne tronquiez plus la vérité. Car errare humanum est, perseverare in errore diabolicum"...
Jeudi, Bart De Wever a appelé les présidents de toutes formations politiques à prendre leur distance avec les propos d'Olivier Maingain.
AERNOUDT: "FDF ET N-VA FONCTIONNENT DE LA MEME MANIERE "
Quoi de neuf, docteur ? Rudy Aernoudt, professeur d’économie à Gand, connaît bien le MR pour avoir failli y entrer alors qu’il présidait le parti LiDé. Il livre son analyse de la situation politique.
APRES PLUS D’UN AN DE NEGOCIATION POUR FORMER UN GOUVERNEMENT, COMMENT PERCEVEZ-VOUS LA SITUATION ?
Je pense que l’opinion publique est aujourd’hui dominée par un sentiment : le ras-le-bol. Les gens en ont marre. Le monde politique a démontré son incapacité à faire changer les choses. Et quand il y a indifférence, il y a danger. La démocratie est en danger, comme dirait Hannah Arendt. On est passé du registre de l’inquiétude à l’indifférence et c’est beaucoup plus grave. On voit bien que les gens aujourd’hui s’en fichent de savoir si on a un gouvernement ou pas, on voit même que Leterme devient populaire… On a un gouvernement qui, théoriquement, ne peut que faire des affaires courantes mais qui viole allégrement toutes les règles – par exemple en engageant la Belgique dans une guerre en Libye. Les gens ne comprennent plus et, donc, l’indifférence est totale. La méfiance vis-à-vis du monde politique ne peut que s’accroître. C’est un contexte dangereux.
VOUS NE CROYEZ DONC PLUS QU’UN ACCORD SOIT POSSIBLE ?
Mais il faut quand même être démocratique. On ne tient plus compte des votes dans ce pays ! Cela fait tout de même plus d’un an que les citoyens se sont rendus aux urnes et avec quoi se retrouve-t-on aujourd’hui ? Avec un gouvernement, le même, installé depuis quatre ans. Je le dis depuis longtemps : quand on veut faire couler une entreprise, on ne rentre pas dans son conseil d’administration. Qu’est en train de démontrer la N-VA ? Son agenda est clair : c’est la fin de la Belgique. On veut la fin de l’entreprise Belgique, donc on va tout faire pour démontrer aux Flamands que cette Belgique n’est plus viable. Qu’il n’est plus possible de faire quoi que ce soit avec les Wallons en général et avec le Parti socialiste en particulier. C’est un jeu qu’on connaît depuis longtemps…
VOUS CRITIQUEZ A LA FOIS LE PS AU SUD DU PAYS ET LA N-VA AU NORD...
Il faut bien comprendre une chose : qui a construit Bart De Wever ? Deux hommes : Elio Di Rupo et Olivier Maingain.
AH BON... En utilisant l’image du gaspillage, des chômeurs wallons fainéants, en utilisant les scandales de corruption, en poussant les Flamands à dire : on en a marre de cette Wallonie-PS, ce n’est plus possible ! Et la seconde personne qui a renforcé Bart De Wever, c’est Olivier Maingain. Avec son arrogance et son mépris pour les Flamands. Les Flamands ont dit : “Ah c’est comme cela que vous nous voyez, et bien regardez maintenant.” C’est pour cela que de nombreux Flamands votent pour De Wever dans le futur. Ils savent que De Wever ne peut pas arriver à un accord.
C’EST UN PEU SIMPLISTE COMME RAISONNEMENT : DE WEVER N’A AUCUN CREDIT, SELON VOUS, ET NE DOIT SON SUCCES QU’A DI RUPO ET MAINGAIN ?
De Wever est perçu comme le seul qui ose dire non aux francophones. Voilà pourquoi il a du succès, cela ne va pas beaucoup plus loin que cela. Soyons réalistes : il y a quatre ans, De Wever n’existait pas. Il y avait les héros Leterme et Jean-Marie Dedecker. Aujourd’hui, c’est De Wever, demain ce sera quelqu’un d’autre.
BART DE WEVER, C’EST NI PLUS NI MOINS QUE JEAN-MARIE DEDECKER ?
Ni plus ni moins. Pour moi, De Wever c’est une histoire gonflée par les médias. Il a gagné les élections parce qu’il était dans une émission, chaque jour, regardée par 1,5 million de Flamands. Les médias ont fait De Wever. Il est cynique, il est sympa, il dit non aux Wallons et donc on l’aime. Les gens ne connaissent même pas son programme.
VOUS CONNAISSEZ BIEN LE MR PUISQU’IL Y A QUELQUES ANNEES, EN TANT QUE PRESIDENT DE LIDE, VOUS DEVIEZ REJOINDRE LES LIBERAUX FRANCOPHONES. L’AFFAIRE A CAPOTE, NOTAMMENT AVEC LE VETO DU FDF OLIVIER MAINGAIN. QUEL REGARD PORTEZ-VOUS AUJOURD’HUI SUR LES DISSENSIONS ENTRE MR ET FDF ?
On sait bien que Maingain a rendu impossible l’existence d’une pensée libérale au sein du MR…

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
KETCHESSPEL

AUJOURD’HUI, C’EST DE WEVER, DEMAIN CE SERA QUELQU’UN D’AUTRE.
Son agenda est clair : c’est la fin de la Belgique. On veut la fin de l’entreprise Belgique, donc on va tout faire pour démontrer aux Flamands que cette Belgique n’est plus viable. Qu’il n’est plus possible de faire quoi que ce soit avec les Wallons en général et avec le Parti socialiste en particulier. C’est un jeu qu’on connaît depuis longtemps… » (…) « De Wever c’est une histoire gonflée par les médias. » la grenouille qui enfle comme le bœuf. « Qui a construit Bart De Wever ? Deux hommes : Elio Di Rupo et Olivier Maingain. » et une femme J. M….

Que ces petits messieurs et la dame se mettent enfin au travail au lieu de nous dégoûter tous de leurs lamentables petits jeux politiciens. « La méfiance vis-à-vis du monde politique ne peut que s’accroître. C’est un contexte dangereux. »

Et Verhofstadt, qu’est ce qu’il attend pour remettre les pendules à l’heure. Où sont les homme, les femmes d’Etat ?
DE WEVER-MAINGAIN : L’AFFRONTEMENT
Bart De Wever demande à Charles Michel de prendre ses distances avec les attaques d’Olivier Maingain. A défaut, il pourrait ne plus négocier avec le MR.
Politiquement, les attaques de Maingain ne devraient pas rester sans réponse de la part des nationalistes flamands. Bart De Wever souhaite explicitement que le président du MR, Charles Michel, condamne publiquement les propos de son allié du FDF.
Dans le cas contraire, la N-VA refusera de négocier avec les bleus francophones ! "Comment pourrait-on encore négocier avec quelqu’un qui nous considère comme des négationnistes ?", s’interroge-t-on à la N-VA. "Une frontière a été franchie, nous comprenons les mots très durs qui peuvent parfois être prononcés dans le cadre de la vie politique, mais cette fois, accuser
Ce genre de débat périphérique pourrait permettre à Bart De Wever et à la N-VA de miner les discussions à venir sur la note du formateur. Voire de se retirer des négociations pour des raisons qui n’auraient rien à voir avec la loi de financement ou le dossier BHV.

Alain Flausch se dit «dégoûté»

Le patron de la Stib revient sur un mois très polémique. Lassé du « manque de reconnaissance » et de réclamer « son dû » (une revalorisation salariale), Alain Flausch épingle la classe politique bruxelloise et annonce son départ.

Mois de juin chahuté, pour Alain Flausch. Le directeur général de la Stib était sur la sellette pour une note interne à haute teneur polémique, pour ses revendications salariales, pour ses prises de position politiques…

COMMENT AVEZ-VOUS VECU ÇA ?
En interne, c’est compliqué parce que ça bouscule beaucoup les gens. C’est d’ailleurs une de mes lignes de défense, de dire : «Attendez les gars, vous, Région bruxelloise, avez un outil extraordinaire : un patrimoine formidable et 6.500 personnes qui sont capables de le faire tourner. Si vous cassez ce beau jouet, vous ne rendez pas un service aux Bruxellois.» Je trouve qu’on a traité la note avec un emballement médiatique et politique disproportionné par rapport à l’enjeu.

J’aime bien la bataille, je suis plutôt dans mon élément. Donc, je ne suis pas très affecté. Je n’ai jamais pensé un seul instant à démissionner. J’ai même dit à un moment, en guise de provocation : « Eh bien qu’ils y aillent, qu’ils aient les c… de me foutre dehors ».

Vous êtes décidément provocateur ?
On dit arrogant, ça ne me dérange pas… Je déteste la langue de bois, le politiquement correct. Et si notre boîte a avancé pendant ces onze années c’est aussi à cause de ça. Bon évidemment, moi, je ne suis qu’un des 6.500 stibiens. Mais oui, on dit les choses clairement, on n’a pas peur d’avancer. Si on ne fait pas ça, on n’est pas chef d’entreprise, hein !

ON NE REMUNERE PAS BIEN LES POSTES A RESPONSABILITES, EN BELGIQUE ?
Et il y a des consultants qui ont fait cette comparaison et qui arrivent à la conclusion que je suis parmi les moins bien payés de la planète. En dépit de onze ans, où j’entends qu’on reconnaît que je n’ai pas un mauvais bilan. Je suis, avec mon adjoint, le seul employé ou ouvrier de la Stib qui n’a vu aucune modification de son salaire depuis onze ans.

Vos relations avec le politique ne sont pas des plus simples ?
Quand je suis arrivé, en 2000, le monde politique pensait encore que l’entreprise publique a besoin d’une certaine autonomie. On n’est pas une administration, on doit offrir un service à la population ! On m’a engagé pour faire bouger cette boîte, alors qu’ils disposaient, en interne, de quoi continuer comme en 14. La crise financière de 2008 a marqué un tournant : le monde politique s’est senti le devoir de reprendre la main. OK pour les banquiers, mais les entreprises industrielles n’ont pas exagéré. Vouloir reprendre le contrôle est un mauvais signal.

DONC CE N’EST PAS FACILE ?
La Région n’a pas une vision organisée du transport. Partout ailleurs, il y aune autorité organisatrice, qui a une capacité stratégique. Il faudrait un partenaire pour développer une vision stratégique, qui devrait se situer dans la zone RER. Deuxième problème : les coalitions politiques à Bruxelles. Aujourd’hui, nous sommes en train de gérer le prochain contrat de gestion, pour cinq ans… Eh bien, je ne sens pas une univocité parmi les politiques : il y a par exemple les pour et les anti-métro. Le débat se mue en conflit idéologique alors que l’enjeu de la mobilité est un enjeu de réalité !

VOUS VOYEZ A LONG TERME, AVEC DES MINISTRES ELUS POUR CINQ ANS…
Oui, cela pose un problème. Hormis Charles Picqué, c’est moi le plus ancien. C’est donc moi qui assure la continuité ! Mais surtout, je préférerais avoir un gouvernement qui a une ligne claire. Aujourd’hui, il n’y a pas une vision de la ville qui rassemble tout le monde au sein du gouvernement. J’ajoute que cela se complique encore quand il y a 19 communes à accorder.

ON EST FRILEUX, ON MANQUE D’AUDACE, A BRUXELLES ?
Bruxelles est toujours en train de devenir une grande ville. Au départ, c’était une ville de province. En vingt ans, la Région s’est améliorée mais on n’a pas assez de moyens. Et quand on n’a pas d’argent, on finit par ne pas avoir de projet parce qu’on s’autocensure.

VOUS PREPAREZ LE CONTRAT DE GESTION… C’EST QUOI LE GRAND PROJET POUR BRUXELLES ?
1. Priorité aux transports publics ; 2. piétonnisation ; 3. réaménager les espaces publics. Vous savez, on ne pourra pas transporter tout le monde partout. On doit réapprendre à marcher, pour rejoindre les grands axes de transports publics. Il faut savoir ce qu’on veut : préfère-t-on un arrêt tous les cinquante mètres et un bus toutes les vingt minutes ? Ou un arrêt tous les 500 mètres mais de meilleures fréquences ? Moi je préfère cette deuxième option. Il faut, pour assurer un service de qualité, aussi travailler avec le vélo ou les voitures partagées, il faut une offre complète. Et puis, on doit laisser de la place aux voitures, d’où le tunnel et le métro ! Mais, pour tout ça, il faut du courage politique. Si on continue à amener des voitures en ville, un jour, tout sera bloqué !

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
JEF, DE FLAUSCH IS AF.
Je ne jure et ne gère plus que dans le cours terme, c’est terrifiant. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’apprécie guère Alain Flausch ne dit pas que des âneries, loin s’en faut et il ne manque pas de dynamisme.
On lira avec intérêt l’analyse ci-jointe que publie la Libre et qui est interpellante : « il est évident qu’au bord de la paralysie, à l’heure des échanges à la nanoseconde, il est grand temps de réformer l’aménagement urbain bruxellois. Les transports en commun en sont une clé fondamentale »
« Pour combattre la lente détérioration manifeste de la qualité de vie bruxelloise. Tous ces éléments sont connus, doivent être acceptés pour élaborer une politique de la mobilité porteuse de croissance et un nouveau prochain contrat de gestion 2012-2017 de la Stib ambitieux. »
On ne saurait mieux le dire.
Curieusement, la mobilité est infiniment plus fluide à Paris qu’à Bruxelles, à Lille également.
Il est temps, grand temps que cela change.
MG

Négationnisme: la communauté juive d'Anvers torpille Olivier Maingain

Rappel, cette semaine encore, le président du FDF a comparé Bart De Wever à Jorg Haïder, le leader d'extrême-droite autrichien et l'a accusé de tenir des propos négationnistes, et de nier la Shoah.

Dans une tribune diffusée vendredi après-midi sur le site internet "Joods Actueel", portail de la Communauté juive, André Gantman, un leader anversois, s'en prend sèchement au président du FDF Olivier Maingain.
"M. Maingain, vous faites fausse route!, écrit ce fils de rescapé d'Auschwitz. Vous venez de franchir une grave frontière en accusant Bart De Wever de négationnisme et d'antisémitisme". Rappel, cette semaine encore, le président du FDF a comparé Bart De Wever à Jorg Haïder, le leader d'extrême-droite autrichien et l'a accusé de tenir des propos négationnistes, et de nier la Shoah.

Extraits. "Je ne suis pas membre de la N-VA, explique André Gantsman, mais en tant qu'ami de Bart de Wever, il me semble aujourd'hui indispensable de réagir. Sans doute vous rappelez-vous de l'épisode durant lequel Bart De Wever s'en est pris à Patrick Janssens et a qualifié de "gratuites" ses excuses à la communauté juive d'Anvers pour les crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale. Il n'a jamais été question, évidemment, de nier une quelconque déportation des juifs mais qu'il n'était pas admissible de mettre tout l'appareil de la ville d'Anvers dans le même sac".
"Bart De Wever a raison: (…) de nombreux agents de la ville d'Anvers ont sauvé la vie de Juifs durant la Seconde guerre mondiale. (…) Maingain utilise les pires procédés dignes d'un populisme dangereux pour accuser toute la Flandre via De Wever: l'utilisation de la collaboration est sa dernière trouvaille pour permettre à la francophonie de dénigrer la culture flamande".
"Monsieur Maingain, vous faites fausse route. Il est grand temps que vous ne tronquiez plus la vérité. Car errare humanum est, perseverare in errore diabolicum"...
Jeudi, Bart De Wever a appelé les présidents de toutes formations politiques à prendre leur distance avec les propos d'Olivier Maingain.

vendredi 24 juin 2011

Moureaux conteste agir avec laxisme à Molenbeek

‘Immigranten kunnen zich over het algemeen geen appartement aan de kust permitteren’, aldus Moureaux.
‘Zij komen naar onze gemeente. Daardoor ontstaat er een model dat gebaseerd is op de ontmoeting tussen culturen. Hier wonen moslims samen met Oost-Europese fascisten. Of je het nu graag hebt of niet, dat is wel de realiteit.'
'In die zin zijn wij een laboratorium voor Europa, want het hele continent is in die richting aan het evolueren. Maar dat ziet men niet graag. Daarom probeert men dat model te vernietigen. Als ze dat willen doen, zullen ze over mijn lijk moeten gaan.’ (De Morgen)

Le bourgmestre de la commune de Molenbeek Philippe Moureaux a fermement contesté jeudi agir avec laxisme dans la prise en charge d'un certain nombre de faits de délinquance qui se sont produits sur le territoire de sa commune.
Ne masquant pas sa colère devant la presse dont il tient une partie responsable de "mensonges" à l'encontre de sa commune, il a exhibé plusieurs documents destinés à démontrer le contraire. Le bourgmestre s'était entouré pour l'occasion des responsables de la zone de police de Bruxelles ouest qui ont formellement démenti que Philippe Moureaux soit intervenu pour que les policiers ne se nourrissent pas en période de ramadan ou verbalisent moins.

Le chef de corps Johan De Becker, néerlandophone, a souligné à ce sujet qu'il interdisait aux agents de manger ou de boire pendant les opérations, mais durant toute l'année.

Il a ajouté que, durant la dernière période de ramadan, les policiers avaient rédigé plus de 600 PV de plus que le mois précédent sur le territoire de la commune et près de 420 de plus que le mois suivant.

Philippe Moureaux a par ailleurs lu lui-même, devant témoins, un courrier qu'il a adressé à son chef de corps le 19 juin 2008 pour lui demander de rappeler aux policiers qu'il considérait la lutte contre la drogue comme prioritaire.

Il a ajouté que depuis 2008, il avait pris 40 arrêtés de fermeture de commerces se livrant au trafic de drogue.

Pour le bourgmestre, les problèmes de sécurité sont constitués d'un ensemble de paramètres. Il est impossible d'en venir à bout en agissant sur un seul de ces éléments.

"Nous sommes un symbole que beaucoup veulent détruire, celui la cohabitation avec des populations étrangères". C'est "laboratoire qui dérange et qui continuera de déranger", a-t-il encore dit.

Sarah Turine (Écolo) a répondu aux questions de la DH.
Écolo siège dans l’opposition. Quel regard portez-vous sur ce qui s’est dit, ces derniers jours ?
“La question est complexe parce que le quartier maritime est un lieu de tensions. Cependant, il ne s’agit pas uniquement de délinquance, mais de la problématique du vivre ensemble. Les femmes, travaillant dans le quartier, sont insultées ou injuriées.”

La faute à la commune ?
“Ce serait trop simple de parler ainsi. Philippe Moureaux est parvenu à aller chercher des subsides – par exemple, pour la CLES : Cellule de lutte contre l’exclusion sociale – mais, à mon sens, cet outil n’est pas bien utilisé.”

Il y a une ghettoïsation, en quelque sorte…
“Le mot est trop fort. Je parlerais plutôt d’homogénéisation. On a rénové le quartier afin que les gens s’y sentent mieux, mais ils ne sortent pas. Voilà pourquoi ils se sentent mal à l’aise .”

Philippe Moureaux a toujours dit qu’il voulait faire de Molenbeek un “laboratoire social” : a-t-il raté son coup ?
“Il y a du positif, dans ce qui a été fait à Molenbeek, mais il n’existe pas de projet politique d’émancipation. Les contrats de quartier… tout cela est bien, mais on ne donne pas à la population les outils pour qu’elle appartienne à son quartier.”

Pour en revenir au quartier maritime…
“Le chômage des jeunes est fort important et les assistants observent une forte radicalisation. Le quartier se situe entre de gros pourvoyeurs d’emplois comme Tour et Taxis. Ceux qui y travaillent n’habitent pas là. Pourquoi ne créerait-on pas des activités qui leur permettraient de rencontrer les habitants du quartier...”

Manque-t-il de policiers ?
“Certes, mais s’ils étaient fournis, il faudrait les payer. Le problème réside surtout dans la rotation des policiers et dans le fait qu’ils ne sont pas bruxellois et ne connaissent pas la réalité du quartier. Il manque aussi cruellement d’agents de quartier, de patrouilles à pied ou à vélo.”

On reproche à Moureaux d’être trop proche de la communauté maghrébine à laquelle il laisse tout faire par électoralisme…
“Il est bon qu’un bourgmestre soit en contact avec cette communauté. Reste à voir ce qu’il fait avec eux…”

Ces derniers jours, il a minimisé les tensions…
“Moureaux ne se remet pas en question. Il est dangereux de laisser le couvercle sur la marmite. Si on le fait trop longtemps, cela pètera un jour.”

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
MOLENBEEK LABORATOIRE DE TOUS LES POSSIBLES ?
La cohabitation de populations d'origines ou de cultures diverses sur un territoire n'exclut ni les ghettos ni le communautarisme. Le partage géographique n'a jamais garanti le « bien vivre ensemble » ni même la paix civile.
« Nous sommes un laboratoire pour l'Europe, parce que tout le continent évolue dans cette direction ».
Effectivement, d'une part les flux migratoires vont s'accélérant, mais d'autre part, la tendance générale est au frileux repli nationaliste et identitaire et un virage à droite se profile partout,y compris dans la moitié la plus riche de notre pays.
Il serait vain de nier les difficultés rencontrées sur le terrain molenbeekois. L'homogénéisation, le conformisme et le contrôle social qui règnent dans certains quartiers sont de réels défis pour l'interculturalité. L'homogénéité est bien sûr le résultat des conditions sociales et de la dualité quartiers riches- quartiers pauvres. Mais une zone défavorisée ne peut en aucun cas devenir une zone de non-droit. Il faut que que les vecteurs de créativité, individus ou entreprises, puissent sans crainte s'y installer afin qu'y circule un souffle nouveau d'ouverture sur la ville et au monde.
VDB

mercredi 22 juin 2011

"Partij als N-VA verdwijnt na 5 à 10 jaar"

Bart De Wever in de Senaat © Belga

Politicoloog Marc Hooghe ziet bij de N-VA signalen voor een kort bestaan.

De Leuvense politicoloog Marc Hooghe gelooft niet dat ons land, net als de rest van Europa, naar rechts opschuift. Wel zijn partijen als de N-VA die nu hoge scores halen, een kort leven beschoren, vindt hij.

KNACK: WE SCHUIVEN NIET OP NAAR RECHTS, ZEGT U. DAT WEERSPIEGELT ZICH HELEMAAL NIET IN HET HUIDIGE POLITIEKE LANDSCHAP.
Hooghe: De SP.A bijvoorbeeld is gezakt tot een dieptepunt en is eigenlijk overbodig geworden. Dat komt voor een deel omdat Vlaanderen beseft dat de PS steeds weer zorgt voor een sociaaldemocratische noot in de regering. Sinds de jaren 1980 zat de Franstalige socialistische partij bijna onafgebroken in de regering, met als gevolg dat we sindsdien sowieso een linkserig beleid kennen.

Ook de andere traditionele partijen zijn gezakt in de cijfers en zijn de aansluiting met hun trouwe kiezers kwijt. Die volatiliteit is geen Belgisch fenomeen: de Waalse kiezers zijn immers de meest stabiele van de hele wereld. Het wisselen van partijen is veeleer Europees, denk aan de Lijst Pim Fortuyn en de PVV van Wilders in Nederland.

MENSEN STEMMEN NIET MEER OP DE TRADITIONELE PARTIJEN?
Hooghe: Nee, en bij ons is vooral de N-VA daar goed mee weggekomen. Een tijdelijk succes wellicht, want Europa kent geen enkel voorbeeld van een partij die haar superwinst in een stabiel succes heeft weten om te zetten. Partijen als de N-VA verdwijnen na vijf à tien jaar. Je merkt trouwens nu al dat Bart De Wever op zo’n scenario vooruitloopt. Een ‘normale’ partij denkt aan kabinetten, leuke of interessante ministerportefeuilles om bij de volgende verkiezingen op voort te bouwen. De N-VA bekijkt de zaken op de kortere termijn.

WIE ZIJN DE KIEZERS VAN DE N-VA? IN EEN COLUMN HAD U HET OVER ‘DE VERBORGEN AGENDA’ VAN DE WEVER.
Hooghe: De agenda van De Wever is zeer duidelijk. In the long run zegt hij wel degelijk dat België niet moet blijven bestaan. De Wever is alleen wat overmoedig geworden. Wat hij heeft gepresteerd is dan ook historisch uniek. Nooit eerder, ook niet in de jaren 1930, behaalde een politicus in één klap 15 procent extra stemmen. Het gaf hem het gevoel dat hij alles tegelijk zou kunnen. Hij wil een grondige staatshervorming, maar tegelijk koestert hij ook zijn droom van een rechtse Vlaamse meerderheid. De hervorming van de financieringswet wilde hij gebruiken om de belastingsschalen minder progressief te maken, waardoor mensen met hogere lonen minder en mensen met lagere lonen meer belastingen moeten betalen. De linkse partijen hebben zich daartegen verzet. In Vlaanderen kun je niet tegelijk een Vlaamse en een rechtse agenda doordrukken, en dat met 28 procent van de stemmen.

DE WEVER IS VOOR U MEER EEN DENKER DAN EEN DOENER.
Hooghe: De Wever heeft opvallend veel ideeën. Maar ze uitvoeren, wil hij niet. Hij doet in die zin aan oud-premier Guy Verhofstadt denken. Dat was een voluntarist die de details van de uitvoering liet voor wat ze waren. De Wever gaat nog een stap verder, de uitvoering interesseert hem totaal niet. Klaarblijkelijk heeft hij bovendien nog nooit een gedetailleerde berekening gemaakt van de financieel-economische plannen die hij voorlegt. (IVD)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CINQ ANS CEST VITE PASSÉ…
Dans cinq ans, dix au plus, on serait débarrassé du croquemitaine de Wever, de ses fantasmes et de son parti. Mais attention, les années qui viennent risquent d’être dures à vivre et carrément dangereuses pour notre avenir à tous.

Bye bye Belgium , hello Benelux ?

Son atlas historique sous le bras, Ward Kennes, 43 ans, député régional et bourgmestre CD&V de Kasterlee, clame son amour pour une grande patrie néerlandaise et plurielle, qui tendrait les bras aux Wallons et aux Bruxellois. Imagination au pouvoir.

VOUS AVEZ ECRIT : «CELUI QUI VEUT MAINTENIR L'UNITE DE L'ESPACE BELGE, NE DOIT PLUS ESSAYER DE SAUVER LA BELGIQUE.» CETTE CAUSE EST-ELLE DEFINITIVEMENT PERDUE ?

Ward Kennes : Le modèle étatique belge a atteint ses limites et ne tient plus que sur une jambe. La Belgique ne compte plus de partis fédéraux capables de veiller à la cohésion de l'Etat, mais seulement des formations politiques confédérales ou séparatistes. Je le crains : si nous restons dans ce contexte belge, nous n'en sortirons plus.
COMMENT EN EST-ON ARRIVE A CE POINT-LA ?

Le divorce de 1830 a été une faute historique. Sans cette séparation avec le royaume des Pays-Bas, le traumatisme actuel n'existerait pas. Notre histoire ne se serait pas autant polarisée entre Flamands et Wallons. On ne pourra jamais estimer à quel point notre bien-être a souffert de cette séparation. Tous ces fleurons de notre économie partis sous d'autres pavillons, toutes ces occasions manquées. Un exemple : l'échec de l'alliance entre la KLM et la Sabena , qui a été finalement vendue aux Suisses. Parce que certains politiciens francophones ne voyaient pas une telle union d'un bon oeil.
LA BELGIQUE MORTE, VIVE LES PAYS-BAS DANS LEUR PLURALITE : VOTRE VRAIE PATRIE, DITES-VOUS...

Quand je regarde notre territoire sur une carte de l'époque des Bourguignons ou de Charles- Quint, je découvre une région-frontière qui n'appartenait ni à la France , ni à l'Angleterre, ni à l'espace allemand. Une région de villes-Etats et de démocraties urbaines, sans vocation impérialiste, au croisement des cultures romane, germanique et anglo-saxonne.
QUE REPRESENTERAIT CET ESPACE AUJOURD'HUI ?

Une puissance de 25 millions d'habitants. Si nous unissions nos potentiels économiques actuels, ces « Lage Landen » seraient à la table du G 8 en lieu et place de l'Italie et du Canada. Anvers, Rotterdam : cet espace possède les plus grands ports d'Europe, une véritable porte d'entrée ouverte sur l'Asie ou le Brésil. Avec la Wallonie comme hinterland.
WALLONS ET BRUXELLOIS FRANCOPHONES SERAIENT-ILS DONC DES NEERLANDAIS QUI S'IGNORENT ?

En tout cas, ils ne sont pas français...
MAIS LEUR COEUR PENCHERAIT SANS DOUTE DAVANTAGE VERS LA FRANCE , AU CAS OU...

Un rattachement à la France serait très stupide. Le seul lien qui a jamais uni nos régions à la France , c'est un régime d'occupation : sous la Révolution française puis l'époque napoléonienne. La France est si grande que la Wallonie n'y serait qu'une région périphérique, une sorte d'annexe. J'en suis convaincu : les francophones conserveront une influence plus grande sur un espace constitué au Nord.
BRUXELLES, VILLE NEERLANDAISE, DEPOSSEDEE DE SON STATUT DE CAPITALE POLITIQUE AU PROFIT DE LA HAYE : CE SERAIT DUR A AVALER, NON ?

Amsterdam est la capitale des Pays-Bas, mais La Haye est le siège du Parlement et du gouvernement. Les séances plénières du Parlement européen se tiennent à Strasbourg, les commissions se réunissent à Bruxelles, la Cour de justice de l'Union européenne siège à Luxembourg. Amsterdam, La Haye , Bruxelles, Luxembourg : chacune de ces villes pourrait avoir son rôle à jouer. Ma vision, c'est la décentralisation.
IL FAUDRA BIEN QUE LE ROI OU LA REINE DES BELGES Y LAISSE SON TRONE...

Les Emirats arabes unis comptent plusieurs cheikhs au sein d'un même système étatique. On peut parfaitement imaginer une tournante sur base annuelle entre souverains belge, néerlandais, luxembourgeois.
VOUS ESPEREZ VRAIMENT CONVAINCRE LES FRANCOPHONES DE SE FONDRE DANS UN ENSEMBLE A CE POINT DOMINE PAR LE NEERLANDAIS ?

Pour qui connaît l'histoire belge, je peux comprendre cette crainte. Les francophones devront évidemment obtenir les garanties nécessaires de ne pas être dominés par 20 millions de néerlandophones. Le français est une langue mondiale. Les Néerlandais, pas plus que les Flamands, n'ont jamais développé une culture d'impérialisme linguistique. Quittons notre myopie actuelle. Les différences entre le nord et le sud des Pays-Bas sont aussi grandes que chez nous. Les Brabançons et les Limbourgeois se sentent plus proches des Flamands que des Hollandais, les habitants de Maastricht soulignent volontiers leur appartenance passée à la principauté de Liège. Et je ne parle pas des Frisons. Le concept une nation = une langue n'est pas mon choix.
VOUS ETES CONSCIENT DE REVER TOUT HAUT ?

Tout projet politique comporte une part de rêve. Peu de gens en politique se préoccupent de géopolitique, et je trouve cela très regrettable. Il est plus facile et électoralement rentable de tenir des discours hostiles. Mais quand on a déjà tout essayé, comme c'est le cas en Belgique, on peut peut-être songer à penser autrement.
Entretien : Pierre Havaux

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
MAIS QUE VONT-ILS ENCORE INVENTER ?
L’imagination des politiciens flamands n’a d’égale que leur incapacité à sortir de la crise actuelle qui tourne dangereusement à la crise de régime. A lire les commentaires sur cet article, on pourrait déduire une faillite totale de la construction européenne. Il est vrai que la volonté effrénée d'élargissement a sapé les meilleures volontés. Mais était elle évitable après la chute du mur de Berlin et l’implosion de l’empire soviétique. Et peut-être ne serait ce pas déraisonnable d’accueillir la Turquie , voire même la Tunisie au sein du club européen.
.Pour le reste, il est vrai que les Pays-Bas ont 15 siècles d'histoire commune sous la forme des provinces dite unies (Pays-Bas actuels, Flandre, Wallonnie et Luxembourg). Durant ces siècles, la France fut toujours l'envahisseur. Le livre de Lode Wils, "Histoire des nations belges", qui relate ces liens communs sur les 15 siècles passés. Ceci permettra de saisir la pertinence de cet article.
Inapproprié?
Schaveiger | 15 juin 2011
Le fait que les Wallons, y compris le G.D., seraient d'accord avec cette proposition est très utopique. Cela nous relèguent à une sorte d'appendice des "Verenigde Lage Landen" (excusez du peu) et nous préserverait en aucun cas des râleurs flamingants soutenus par un certain groupe hollandais. Soit nous restons une fédération avec un certain nombre de compétences pour chacun, soit nous nous débrouillerons tout seul avec le G.D. s'ils le souhaitent.
Cpamoi | 15 juin 2011
Un constat : il n'est plus possible pour aucun état européen (sauf l'Allemagne peut-être) d'avoir un poids économique et diplomatique suffisant pour défendre ses valeurs et sa prospérité seul face à la mondialisation, face à l'émergence des nouvelles puissances mondiales. Alors plutôt que cette proposition débile, pourquoi ne pas continuer et activer ce qui existe, c'est à dire la création d'une Europe forte ? -- Quand on voit comment les flamands ne respectent pas les minorités, comment serait il possible de créer une Europe forte avec de tels égoïstes nationalistes, incapables de voir plus loin que leur microscopique territoire ?

LE " PLAN N " DE LA FLANDRE
Les francophones se sont targués d'un " plan B " comme " Bluff " ? En Flandre s'échafaude aussi un " plan B " comme... Benelux. Le prélude d'un plan " N " qui ambitionnerait de ressusciter les Pays-Bas bourguignons, Bruxellois et Wallons compris. Ceci n'est encore qu'une fiction, mais....

Bye bye Belgium, hello Benelux ?
Sous couvert d'économies, la piste relève du bon sens. A telle enseigne que la commission de Défense de la Chambre vient de se rallier à l'idée de l'explorer : pourquoi pas une armée sous pavillon du Benelux, qui porterait l'intégration des militaires belges, néerlandais et luxembourgeois, à un état proche de la fusion ? A la pointe de ce combat, la N-VA a tôt fait de baptiser cette puissance militaire encore dans les limbes : « het Leger van de Lage Landen ». « L'armée des Pays-Bas », comme le claironne la formation nationaliste, en français, sur sa nouvelle page Web créée à l'intention de la communauté internationale. Ceci n'est pas un lapsus. La figure de style trahit l'aspiration à projeter l'espace belge dans une autre dimension.

En désespoir de cause, il arrive aux Wallons, voire aux Bruxellois francophones, de tourner leur regard vers la France. La Flandre, aussi, cultive un fantasme d'après-Belgique. Il ne passe pas forcément par la voie d'une indépendance en solitaire, ni par un hypothétique rattachement au voisin néerlandais. Bienvenue dans la galaxie des Pays-Bas, version XXL, qui fait tourner certaines têtes pensantes flamandes. L'objet du désir : les « Lage Landen », un vaste ensemble géopolitique à dominante néerlandaise, qui rassemblerait, pêle-mêle, Flamands, Hollandais, Limbourgeois, Frisons, Picards, Brabançons, Luxembourgeois, ainsi que Bruxellois et Wallons... Toute une constellation plurilingue d'identités diverses, que les aléas de l'Histoire ont séparées. La forme institutionnelle à donner à cette configuration reste à inventer. Certains l'esquissent déjà sur le modèle d'une Suisse à la sauce néerlandaise. Conçue comme la clé de nos maux actuels.

« Une issue "néerlandaise" à la crise fédérale ? » Interrogateur, le titre d'un article paru dans le dernier numéro du mensuel Doorbraak, porte-voix des aspirations flamandes, suggère lourdement cette manière de tourner la page belge. Ses cosignataires ne s'interdisent pas de rêver. Dirk Rochtus, spécialiste en politique allemande au collège universitaire Lessius d'Anvers, et Ward Kennes, député régional... CD&V féru d'histoire et de géopolitique (lire l'interview de Ward Kennes ), ne craignent pas d'exhumer les XVII Provinces du temps de Charles- Quint ainsi que le royaume des Pays-Bas de la première moitié du XIXe siècle, pour convaincre de sortir de nos frontières de 1830. « Les discussions communautaires sans fin entre Flamands et Wallons feraient oublier que la Flandre et la Wallonie ne sont pas seulement des entités fédérées belges mais font aussi partie de l'espace néerlandais. » Cet espace garde des traces visibles, assure le duo. Le Benelux, avec lequel il coïncide grosso modo, lui donne déjà une certaine réalité sur les terrains économique, politique, environnemental, touristique, judiciaire. Au parlement flamand, Ward Kennes a pu un jour vanter les charmes de cette vraie valeur-refuge en ces temps incertains pour la Belgique , sans être contredit par le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) : « Si la Belgique éclate un jour, une Union du Benelux sera aussi nécessaire, à côté de l'Union européenne, pour donner un cadre à la coopération entre les Etats flamand et wallon. »
Le champ culturel, linguistique, scolaire ne reste pas non plus en friche : il est déjà labouré par divers traités et accords de coopération passés entre la Flandre et les Pays-Bas. La Nederlandse Taalunie en est l'illustration. En somme, il ne resterait qu'à assembler les pièces de ce puzzle pour faire émerger un géant néerlandais, quatrième puissance commerciale au sein de l'Union européenne, capable de jouer dans la cour des plus grands.

Elucubrations de doux rêveurs ? Les idées sont faites pour percoler. Et de telles perspectives ont de quoi faire vibrer certaines fibres nationalistes flamandes. Le Pr Rochtus insiste sur le caractère personnel et académique de sa réflexion. Mais cet ancien cabinettard du ministre N-VA des Relations extérieures Geert Bourgeois n'en a pas moins récemment fait son entrée au conseil du parti de Bart De Wever. Cette même N-VA qui a décroché, et c'est une première, la présidence de la commission des Relations extérieures du Parlement du Benelux : l'heureux élu, le député Marc Hendrickx, ne fait pas mystère de sa volonté d'y imposer aussi la griffe flamande. Et c'est encore le chef de groupe N-VA au parlement flamand, Kris Van Dijck, qui subodorait toute la puissance de frappe que peut représenter le néerlandais dans le monde, en se félicitant récemment de la volonté du gouvernement flamand d'intensifier sa coopération avec les Pays-Bas : « Avec les Pays-Bas, notre territoire linguistique n'est pas si petit que nous le pensons parfois. »

Tout cela reste encore très éloigné d'un modèle politique abouti. Les réticences, les résistances à vaincre restent colossales. Il s'agira de convaincre le partenaire néerlandais de valser plus étroitement à trois. Mais Rochtus et Kennes croient percevoir un frémissement : « Les Pays-Bas ont toujours campé sur leur position de "plus grand des petits Etats européens." Mais parmi les penseurs et dirigeants néerlandais grandit la prise de conscience qu'une position propre ne sera plus aussi forte qu'auparavant, au sein d'une Union européenne qui s'élargit et parmi les remous de la globalisation. » L'incitation à plus de modestie pousserait le voisin du Nord à se tourner vers les horizons belges et à jouer la carte du Benelux. Dernières nouvelles du front : le 6 juin, un ministre-président flamand effectuait sa première visite officielle au grand-duché de Luxembourg. Avec promesse mutuelle entre chefs de gouvernement de ne pas en rester là. Le député Ward Kennes y voit une heureuse coïncidence, lui qui a fait sienne la devise du stadhouder Guillaume le Taciturne : « Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. »
(PIERRE HAVAUX)

mardi 21 juin 2011

When the Saints Go Marching In

As corruption runs amok in India , a colorful cast of activists takes on the politicians.
by Ramachandra Guha
Adnan Abidi / Reuters-Landov
Posing Problems: A follower of Baba Ramdev stands at the guru’s “fast unto death” anti-corruption rally in the heart of Delhi . After police cleared the area using tear gas, they dismantled the temporary yoga camp and bundled Ramdev off to his ashram.
Back in the 1950s, the British scholar W. H. Morris-Jones identified three idioms of Indian politics. These were the modern, the traditional, and the saintly. Thus, he wrote, “the modern language of politics is the language of the Indian Constitution and the Courts; of parliamentary debate; of the higher administration … ” On the other hand, the traditional idiom was local and sectarian. It “knows little or nothing of the problems of anything as big as India .” Here, “caste (or subcaste or ‘community’) is the core of traditional politics.” Finally, there was the saintly idiom, illustrated at the time Morris-Jones was writing, by the land-donation movement of Acharya Vinoba Bhave, “the ‘Saint on the March,’ who toured India on foot preaching the path of self-sacrifice and love and polity without power.”
To understand Indian politics today, Morris-Jones’s framework is still valuable, so long as we add a fourth idiom that has become increasingly common in recent years. This may be termed the instrumental, a euphemism for political behavior that advances the personal financial interests of an individual, his family, his caste, and his party.
For the first decade of independence, Indian politics was dominated by associates of Mahatma Gandhi who shared his integrity if not his courage. In the 1960s, the first signs of corruption entered the system. The economy was then strictly regulated. Entrepreneurs needed licenses to open or expand businesses, for which some politicians now expected bribes.
When the license-permit-quota raj was dismantled in the 1990s, it was expected that corruption would diminish. In fact, it has increased spectacularly. The state still retains control over land and natural resources and over infrastructure projects. With the surge in the Indian economy, control of these resources is worth hundreds of billions of dollars, encouraging sweetheart deals between politicians and entrepreneurs. The proceeds from these deals are then distributed among the elected members of the legislature and to favored bureaucrats. According to a recent study by the Association for Democratic Reforms, as many as 300 out of the 540 members of Parliament are millionaires. The majority were born in modest middle-class homes; their wealth ballooned after they entered politics.
In the past year, India has been racked by a series of corruption scandals. A housing complex in Mumbai meant for war veterans had its units allocated to politicians and bureaucrats and their cronies. Politicians associated with the ruling Congress Party skimmed off large sums of money from funds allocated to the Commonwealth Games, held in New Delhi in late 2010. Politicians of the major opposition party, the Bharatiya Janata Party (BJP), were involved in a mining scandal in the state of Karnataka, where millions of tons of iron ore were shipped to China untaxed and in violation of labor and environmental standards. Then, in the biggest scam of all, a minister of the Union Government was found to have massively undersold licenses to mobile-telephone companies, thus giving them cheap, privileged access to airwaves.
These scandals were brought to light by the media and by the odd honest senior official still left in government. (The telecom scandal, which resulted in a loss to the exchequer of an estimated $55 billion, was first documented by the comptroller and accountant general of India .) They prompted a massive public outrage, in response to which, in April this year, a social activist named Anna Hazare decided to go on a fast in Delhi .

Born in a peasant home in rural Maharashtra , Hazare had been a driver in the Indian Army before taking early retirement and returning to his village, Ralegan Siddhi. In a decade of hard, selfless work he made it a model “green” village, whose systems of forestation and watershed conservation were widely admired and, not always with success, imitated.
Hazare had previously campaigned against corruption in Maharashtra, but with his fast in New Delhi he became nationally known. Lawyers and human-rights activists clustered around him. Film stars showed up to give their support. His protest, conducted in the heart of Delhi , was followed 24/7 by the electronic media. In cities and towns across India , marches and candlelight vigils were held to show solidarity with Hazare. The mostly young people who participated in these marches had not previously heard of the miracle worker of Ralegan Siddhi; now, however, he had become the symbol and leader of a countrywide fight against corruption.
To be sure, Hazare was no Gandhi. He had a pronounced authoritarian streak; in his village, he had young men tied to a pole and flogged for consuming alcohol. His views on politics and society were muddled. What he had going for him was his simplicity, which shone in contrast to the corruption around him. With no bank balance and no property to speak of, he brought the saintly idiom into confrontation with the modern, the traditional, and, not least, the instrumental.
Chastised by the media, harangued and taunted by the political opposition, the government was now in danger of losing the support of the middle class. So it urged Hazare to call off his fast, promising in return a state–civil society committee to tackle corruption. The veteran agreed, whereupon five ministers and five of Hazare’s men (three lawyers among them) began work on a bill to create an ombudsman, called the Lokpal, who would have the powers to punish corrupt officials and politicians. Meanwhile, to further placate public opinion, the chairman of the Commonwealth Games organizing committee and the minister who had allocated those telecom licenses were both booked, denied bail, and put in prison.
As the Lokpal Committee began its work, another “saint” named Baba Ramdev threatened another fast against corruption. His main aim, he said, was to compel the government to bring back the billions of dollars illegally stashed away by Indians in Swiss banks. Like Hazare, Ramdev was born in a peasant home (Ramdev’s was in the northern state of Haryana). As a young boy he became interested in the practice of yoga, at which he quickly became proficient. Moving to the holy town of Hardwar , on the banks of the Ganges , he taught yoga techniques and sold herbal medicines. A fine speaker in Hindi, with an earthy turn of phrase, he acquired a large following and, since 2003, a television channel to propagate his views.
Like many modern evangelists—Christian, Hindu, Islamic, American, Yemeni, Indian—Ramdev tends to exaggerate his influence. He claims to have some 20 million devotees, who would vote for any party according to his dictates. The numbers may be disputed, but it was clear that his flock was far larger than Hazare’s. Noting this, the government bent backward—and downward—to please him, at one stage even sending four cabinet ministers to meet him as he got off his private plane at Delhi Airport.
Weeks previously, Ramdev had booked a large open ground in the heart of Delhi for a yoga camp. The camp began June 4; on that morning the guru began what he said would be a fast unto death against corruption. His followers listened intently to his harangues against the ruling Congress Party, as did millions catching the action on television. That night, the police moved in and dismantled the camp and bundled Ramdev off to his ashram in Hardwar .
In light of its recent deference toward the guru, the government’s action was profoundly stupid, a panic reaction provoked perhaps by the media’s coverage of the fast. The move was condemned across the political spectrum. Although Ramdev was known to be a particular favorite of the Hindu right, the communist parties also chastised the Congress for its abuse of state power.
The government’s conduct was bizarre and indefensible, but Ramdev is not—the word is inescapable—a saint, either. He has none of Anna Hazare’s simplicity and austerity. The trusts he controls own thousands of hectares of prime property, bought at well-below-market price from state governments controlled by the BJP. He has interests in food parks, medicine factories, and television channels; these valued at around $250 million. Among his recent acquisitions is an island off the coast of Scotland .
Hazare’s social views are strange, but Ramdev’s are positively reactionary. He wants the death penalty to be imposed for corruption-related offenses and English to be abolished as a medium of higher education. He wants what he calls the “foreign” system of parliaments and courts to be replaced by “indigenous” alternatives based on Hindu scripture. He is ambivalent about women’s rights and detests gays. Some of these views align him with the BJP and its affiliate, the Rashtriya Swayamsewak Sangh, a group that stands for the construction of a Hindu theocratic state in India .
In Morris-Jones’s terms, Hazare operates in what is recognizably a saintly idiom. Ramdev’s is a more curious cocktail; claiming to be a saint, he partakes of both the traditional and the instrumental idiom of politics. However, the rise to prominence of these two men is very clearly a consequence of the failure of Indian politicians to deliver either efficiency or equity. That is to say, the support that Hazare and Ramdev have recently received is a consequence not so much of their own virtues as of the vices of the government they seek to oppose.
When a Congress-led alliance comfortably won the general elections in 2009, there were expectations that the honest and intelligent prime minister, Manmohan Singh, would stem corruption and bring about the reform of the police, the bureaucracy, and the judiciary. However, Singh has been a profound disappointment. Perhaps because he is old and ailing, or because he is reticent and diffident by nature, he has let things drift. The most outrageously corrupt of the Congress’s coalition partners is the Dravida Munnetra Kazhagam, a regional party that asked for, and obtained, control of the lucrative telecom ministry. Singh has failed to stem the DMK’s excesses; worse, even after its ministers were exposed, he led his Congress Party into an alliance with it in an important state election.
Hunger fasts and religious discourses may direct attention to corruption, but they cannot put an end to it. For that, one requires patience and courage—the former to promote accountability in administration, the latter to prosecute the guilty, even if they be of one’s own party. At present, however, the prospects of institutional reform are bleak. The incompetence of the Congress Party is compounded by the sheer venality of the main opposition party. For most of the past year, the BJP has boycotted Parliament, rendering invalid the drafting of new legislation on a host of important matters concerning India ’s economic and political future. Now it seeks to ride piggyback on Ramdev, stoking the fires in the street when it should rather be offering constructive criticism inside the channels of debate provided for by the Indian Constitution.
In recent years, there has been much foolish talk about India ’s emergence as a global power. Propelled by self-interested businessmen and self-important editors, the superpower aspiration seeks to mask the deep fault lines in Indian society through the flaunting of high growth rates. Even before the recent rash of corruption scandals, more sober observers were skeptical of such claims. The insurgencies in Kashmir and the northeast, a rising Maoist rebellion in central India , the collapse of the public-health system, massive environmental degradations—these facts all stood as cautionary qualifiers to the rise of the middle class and the numberof dollar billionaires. India is not a rising global power or superpower. It is rather what the economist John Kenneth Galbraith once described it to be—a “functioning anarchy.”
Guha’s most recent book is Makers of Modern India (Harvard). He lives in Bangalore.
COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUAND L’INDE SE REVEILLE
En Inde comme ailleurs la révolte gronde contre la corruption des milieux politiques.