jeudi 7 juillet 2011

«Di Rupo fait un début de réforme réelle»

Pour Luc Van Der Kelen, éditorialiste au Laatste Nieuws, la note d’Elio Di Rupo est courageuse. Le formateur a construit « un équilibre très intelligent et très habile »

QUEL EST VOTRE ETAT D’ESPRIT ? OPTIMISTE ? SUR QUOI ÇA POURRAIT BLOQUER ?
Elio Di Rupo a une chance sur deux. Je crois que ce sera très difficile pour chaque parti de refuser ces propositions, même pour la N-VA. Mais je ne suis pas tout à fait optimiste pour la suite. Est-ce que la N-VA dira non maintenant ou dans quelques semaines. Cela reste une question ouverte.

IL N’Y AURA JAMAIS 250.000 EMPLOIS CREES. PAR CONTRE IL Y AURA DES TAXES, DES IMPOTS, DES COTISATIONS DE « CRISES » EN VEUX-TU EN VOILA. LE PEUPLE EN A RAS LE POMPON DE PAYER UNE STRUCTURE ETATIQUE MONSTRUEUSE ET SON COUT EXORBITANT. C’EST PAR LA QU ’IL FAUT COMMENCER : DEGRAISSER LE MAMMOUTH.
Comme toujours dans une telle note, il faut un équilibre entre toutes les différentes classes sociales du pays. Je rappelle les réalisations du gouvernement Verhofstadt 2, qui avait promis 200 000 emplois en plus et qui en a réalisé 250 000. Donc ce n’est pas irréaliste de la part d’Elio Di Rupo.

RIEN NE S’EST ENCORE PASSE QUE DES EDITORIALISTES FLAMANDS PARLENT DEJA DE LA PROCHAINE REFORME DE L’ÉTAT. À UN MOMENT IL FAUT POUVOIR DIRE STOP OU PLUTOT INVERSER LES QUESTIONS : QUE VEULENT ENCORE FAIRE LES FLAMANDS AU SEIN DE LA BELGIQUE ?
La Belgique est une construction inachevée. La politique dépend de l’environnement politique et institutionnel à chaque moment, pour chaque génération politique. Le but de certains éditorialistes flamands (pas moi), est le même que Bart De Wever, c’est-à-dire l ‘indépendance de la Flandre. Pour eux, ça ne sera jamais assez. Mais à ce moment, en Flandre il n’y a pas de plan B, seulement d’une réforme de l’État, et pas de scission de l’‘Etat. J’entends seulement cette idée chez les francophones, on en parle même ouvertement, comme par exemple Laurette Onkelinx ou Paul Magnette, qui mentionnait encore hier l ’idée de scission comme alternative dans le cas ou Di Rupo échouerait.

CE N’EST PAS BON SIGNE QUE CETTE NOTE SOIT VUE A LA FOIS COMME PRO – FLAMANDE PAR LES WALLONS ET COMME PRO – FRANCOPHONES PAR LES FLAMANDS ? POUR UNE FOIS UN POLITICIEN SERAIT MIS AU DESSUS DE LA MELEE POUR FOURNIR UNE POSITION INTERMEDIAIRE QUI NE CONVIENT A PERSONNE.
C’est la seule possibilité d’arriver à un accord et de faire un équilibre entre Flamands et Francophones, entre droite et gauche, entre entreprises et syndicats. Et c’est cela que le formateur a fait : il a construit un équilibre très intelligent et très habile. Il y à manger et à boire pour chaque parti et chaque organisation sociale.

PENSEZ VOUS QUE BART DE WEVER PEUT SURVIVRE UN « NON ». CETTE NOTE POURRAIT-ELLE ETRE LE DEBUT DE LA FIN DE BART DE WEVER EN CAS DE REFUS OU SA POPULARITE EST-ELLE A TOUTE EPREUVE ?
Cela dépend de ce que vont faire les autres partis, surtout le CD&V et le Open VLD. Si on pouvait continuer avec un accord gouvernemental comme proposé par Di Rupo, et si on pouvait le maintenir jusque la fin de la législature en 2014, alors seulement dans ce cas il serait possible de mettre fin au succès de Bart De Wever. La force de ce dernier chez les électeurs, c’est le fait qu ‘il ne fait pas de concessions. Donc ne pas concéder pour lui, c’est plus important que de faire un accord. C’est la raison pour laquelle la Belgique n’a pas de gouvernement depuis un an.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
« UN EQUILIBRE TRES INTELLIGENT ET TRES HABILE »
La force de De Wever aux yeux des électeurs, c’est le fait qu ‘il ne fait pas de concessions. »
La force de Elio Di Rupo c’est qu’il en fait. Sa suprême habileté consiste à adopter « virtuellement » le point de vue traditionnel du CD&V question d’empêcher celui-ci de flinguer la note et de faire porter le chapeau (de zwarte peter) à De Wever.
Bien vu ! “Niemand kan zich veroorloven op basis van deze tekst de boel definitief op te blazen. Tenzij men als enige finaliteit heeft om de boel effectief op te blazen.”
MG

Voor één keertje waren alle kranten van het land, Nederlandstalige én Franstalige het eens: deze nota is een te radicaal en te belangrijk werkstuk om naar de prullenmand te verwijzen, en vormt een basis voor verdere onderhandelingen. Dus zullen ook alle Vlaamse partijen een 'ja, maar' formuleren. Niet dat we dan meteen een regering zullen hebben, maar niemand kan zich veroorloven op basis van deze tekst de boel definitief op te blazen. Tenzij men als enige finaliteit heeft om de boel effectief op te blazen.
Politiek commentator

Aucun commentaire: