jeudi 22 septembre 2011

Alain Flausch, directeur de la STIB, démissionne !

Il va devenir secrétaire général de l'Union Internationale des Transports Publics

BRUXELLES L'administrateur-délégué de la STIB Alain Flausch a annoncé mercredi qu'il démissionnerait de son poste à la tête de la société bruxelloise de transports publics d'ici la fin de l'année pour devenir secrétaire général de l'Union Internationale des Transports Publics. Il était à la tête de la STIB depuis avril 2000. Un administrateur de la société interrogé mercredi a attribué son départ principalement à la fin de non recevoir que lui a opposé la Région à sa demande répétée de hausse salariale.

Les premiers informés de sa décision ont été les administrateurs de la STIB à qui Alain Flausch a adressé mercredi matin un bref courrier les informant de sa décision, sans toutefois la motiver et précisant qu'il conviendrait dans les prochains jours avec qui de droit des modalités pratiques de son départ effectif.
Le passage d'Alain Flausch à la direction de la STIB correspond à une phase de modernisation de la société essentiellement sur les plans commercial et de l'organisation. Il correspond aussi à une multiplication par deux de la fréquentation du réseau de la STIB qui, sous sa direction a placé ses usagers, désormais considérés comme des clients, au centre de ses préoccupations.
Son mandat aura été marqué très concrètement par un renouvellement en profondeur du charroi de véhicules de la STIB dont les trams 3000 et 4000 de Bobardier; la réorganisation complète des réseaux de trams et bus; le prolongement de lignes de trams en site propre et la création de nouvelles; le bouclage de la petite ceinture par le métro; l'introduction de la carte Mobib et le contrôle d'accès des stations de métro, l'étude en cours de l’automatisation de la ligne la plus fréquentée du métro au bord de la saturation, ...

Alain Flausch avait été nommé à la tête de la STIB sous un gouvernement MR-PS. Ses relations avec le pouvoir régional de tutelle ne se sont pas toujours apparentées à un long fleuve tranquille, Alain Flausch n'ayant pas pour habitude de pratiquer la langue de bois. Cela a eu le don d'irriter une partie de la majorité bruxelloise de type olivier qui considérait que l'administrateur-délégué de la STIB marchait un peu trop sur les plates bandes du politique par rapport aux orientations à prendre en matière de mobilité.

Son franc-parler et son esprit combattif, interprété à tort ou à raison comme une forme d'arrogance, lui a également été reproché par une partie du personnel à l'occasion de conflits sociaux.

Le dernier épisode en date d'une tension palpable avec une partie de la classe politique portait sur sa demande d'augmentation salariale.

La STIB a immédiatement fait savoir mercredi matin que la succession d'Alain Flausch à la tête de la STIB était ouverte.

Engagé depuis de nombreuses années sur la scène internationale, Alain Flausch n'est pas un inconnu à l'Union Internationale des Transports Publics dont il est appelé à devenir le secrétaire général.

Il avait déjà été élu président de l'Union qui compte 3.200 membres issus de 90 pays, en juin 2009 pour un mandat de 2 ans renouvelé en avril dernier. Très actif au sein de l'organisation, Alain Flausch a été notamment membre du Conseil de direction de l'Association et membre dirigeant du Comité des Métro.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
JEF, DE FLAUSCH IS AF
Jeu de mot facile, on est d’accord ; mais comment y résister?

L’homme demande une augmentation salariale.

Légitime ? Nous n’avons pas d’avis, l’olivier oui et c’est : « njet » ! Simplement, en exigeant, en sus, une voiture de société avec chauffeur, l’homme des transports en commun est descendu un arrêt trop loin.
Là vraiment, l’usager/client se poile ou se fâche carrément ! Prends le tram Alain, ou pour une fois, monte dans le métro autrement qu’en photo!
Tu verras que ce n’est pas aussi idyllique que sur tes jolies affiches ventant les mérite de la STIB et de son personnel avenant : sur les photos !
Le plus gros reproche de tous ceux qui choisissent le bus ou le rail : les fréquences calamiteuses ! C’est carrément insupportable !

MG

Aucun commentaire: