vendredi 2 septembre 2011

Le procureur général d’Anvers s’en prend à la politique d’asile


«La sécurité sociale est mise sous forte pression en raison de la politique actuelle de migration et d’asile », a déclaré Yves Liégeois, le procureur général près la cour d’appel d’Anvers.

Yves Liégeois s’est focalisé sur la politique de migration et d’asile et son impact sur la sécurité sociale lors de sa mercuriale, le discours prononcé à la rentrée des tribunaux. L’immobilisme politique risque d’entraîner selon lui des problèmes sociaux totalement ingérables. «La sécurité sociale est mise sous forte pression en raison de la politique actuelle de migration et d’asile», a-t-il soutenu.

L’avocat général Piet Van Den Bon est allé plus loin. « Dans le contexte juridique actuel, il est parfaitement possible pour un citoyen étranger, après une journée de travail ou, pire, contre le paiement d’une inscription fictive, de demander des allocations pour handicapés ou de chômage », a-t-il déclaré.

Que la Belgique est un Pays de Cocagne n’est, selon lui, pas un mythe mais une réalité dangereuse. « Cette réalité constitue un aimant pour les étrangers qui recherchent une vie meilleure. La réglementation inadaptée se propage sur notre sécurité sociale hautement acclamée comme de la rouille sur du métal humide. » « La légèreté avec laquelle ce problème structurel a été négligé, conduit à un gaspillage énorme de revenus de remplacement et d’aide sociale », a-t-il ajouté.

STEFAAN DE CLERCK ONTSTEMD OVER KRITIEK VAN MAGISTRATEN
Minister van Justitie Stefaan De Clerck (CD&V) is boos om de politieke uitspraken van enkele topmagistraten gisteren bij de opening van het gerechtelijk jaar. Hij heeft het over een incident.
In Antwerpen schetste Piet Van den Bon, advocaat-generaal bij het Antwerpse arbeidshof, gisteren een donker en pessimistisch beeld over de 'cultuur van uitkeringen' die onder een groep immigranten heerst.
'Ze leven van uitkeringen en dragen zelf niet bij tot de sociale zekerheid.' Intussen is de uitwerking van nieuwe wetten (de afschaffing van de snel-Belg-wet en de verstrenging van de gezinshereniging) op het terrein zeer beperkt, aldus Van den Bon.
Yves Liégeois, de procureur-generaal in Antwerpen, deed er gisteren nog een schepje bovenop. Hij had het onder meer over 'het einde van de democratie' in dat verband.
'De politiek heeft de migratieproblemen jarenlang verwaarloosd. Op deze manier leiden de politieke partijen ons naar de ondergang van onze democratie,' aldus Liégeois.
De magistratuur mag kritiek hebben, vindt De Clerck. Dat hoort bij hun academische vrijheid, zegt hij vandaag in De Standaard. 'Ik respecteer dat.'
Maar hij is ook boos, zo vertelde hij vanmorgen op Radio 1. Vooral de uitspraak van procureur-generaal Liégeois over 'het einde van de democratie' ligt hem zwaar op de maag.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA FIN DE LA DEMOCRATIE
Vraiment ? Quand les hauts magistrats posent la question, il faut peut être s’en inquiéter.

Aucun commentaire: