mercredi 30 novembre 2011

For U.S., Risks in Pressing Egypt to Speed Civilian Rule

By HELENE COOPER

WASHINGTON — Ever since tens of thousands of protesters converged on Tahrir Square in Cairo for the first Day of Revolution exactly 10 months ago, the Obama administration has struggled to strike the right balance between democracy and stability. In the early morning hours on Friday, President Obama came out on the side of the Arab street, issuing a call for the Egyptian military to quickly hand over power to a civilian, democratically elected government.
In so doing, the president opened up a litany of risks, exposing a fault line between the United States and the Egyptian military which, perhaps more than any other entity in the region, has for 30 years served as the bulwark protecting a critical American concern in the Middle East: the 1979 Camp David peace treaty between Egypt and Israel.
In explicitly warning the military to swiftly begin a “full transfer of power” to a civilian government in a “just and inclusive manner,” the White House served notice that the army in Egypt would continue to receive the Obama administration’s support only if it, in turn, supported a real democratic transition.
The statement, signaled, foreign policy experts said, the beginning of a shift in how the United States deals with a fast-changing Arab region and tries to preserve the Egypt-Israel peace accord.
“We want you to play the role of midwife to democracy, not the role of military junta.”
But the strategy “is a high-risk one, because the ones who benefit most from it are the people who don’t necessarily have our best interests in mind — the Islamists — who might not be as wedded to the peace treaty as the military,” Mr. Indyk said. “We are essentially coming down on the side of democracy.”
The Obama administration appears is trying to position the United States in such a way that regardless of who comes out on top — the army or the protesters — it will still maintain some credibility, and ability, to influence the government and ensure a level of stability in Egypt, and to continue to uphold the Egyptian-Israeli peace deal, which the United States views as central to stability in the region as a whole.
“We believe that the full transfer of power to a civilian government must take place in a just and inclusive manner that responds to the legitimate aspirations of the Egyptian people, as soon as possible.”
The statement was intended to put a marker in the sand, one administration official said.
“We want to make sure the new prime minister is consistent with our goals for the transition of power” in a country where anti-American sentiment and Islamist political movements are surging.
For more than 30 years, the United States has viewed the Egyptian military as the safeguard of the Camp David peace accord that was signed by Menachim Begin and Anwar Sadat in 1979. When President Obama broke with Mr. Mubarak this year, administration officials at the same time sought assurances that the Egyptian military would guide the transition to democracy and continue to uphold the treaty.
Since then, Egyptian democracy advocates and the country’s opposing political parties, including the Islamist Muslim Brotherhood, have mostly indicated that they, too, would continue to uphold the treaty, albeit with some possible modifications, like the number of troops in the Sinai.
Of all of the countries undergoing tumult in the Middle East this year, there is none more central to American interests than Egypt. The United States can afford to maintain a low profile in Syria, where America has had little influence for decades; it can stick by the royal family in Bahrain, where the United States Fifth Fleet is based but which is not seen as pivotal to influence the region.
But Egypt is different. “In terms of the weight of any single country, Egypt outweighs them all,” said Rob Malley, program director for the Middle East and North Africa with the International Crisis Group. “The reason why is because of its size, its population, the historical role its played in influencing Arab public opinion, and, of course, from the U.S. point of view, because of its peace agreement with Israel.”
David D. Kirkpatrick contributed reporting from Cairo.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CET ARTICLE EST FONDAMENTAL
Cet article est fondamental pour qui veut comprendre la politique des Etats Unis dans le cadre de leur soutien au printemps arabe. Nous en publions ici de très larges extraits. Il montre qu’Obama est très embarrassé par l’évolution de la révolution en Egypte. Depuis trente ans en effet les Américains misent sur les forces militaires égyptiennes pour garantir le traité de paix entre l’Egypte et Israël. C’est la raison pour laquelle ils ont soutenu si longtemps le militaire Moubarak.
D’autre part Washington s’est fortement engagé à soutenir l’élan démocratique égyptien. Il continuera à le faire. Toutefois, il apparaît que les élections prochaines vont permettre aux islamistes anti- américains de prendre le pouvoir, comme hier en Tunisie, au Maroc et ailleurs demain. Danger donc ! On le comprendra aisément, l’engagement US est bien plus important en Egypte qu’en Syrie, en Lybie ou ailleurs : c’est une priorité absolue. Affaire à suivre de très près.
MG

Kasparov

De man die over een paar dagen in de Wetstraat 16 zit, is een uitstekend schaakspeler. Noem hem gerust Elio Kasparov. De vervanger van Yves Leterme als eerste minister won zijn veldslagen, een beetje zoals de schakers in Central Park die op verschillende borden tegelijk spelen.

De voornaamste strijd die onze schaakmeester moest voeren was die voor de linkse ideeën. Sommigen zeggen dat de PS, de partij van de formateur, heeft verloren met het akkoord van dit weekend. Dat is onzin. De PS heeft vooral haar funderingen goed beschermd.

De overwinning van Di Rupo is onbetwistbaar. De feiten zijn wat ze zijn. De index blijft. Er zal bijna niet worden bespaard op het vlak van de gezondheidszorg. Er zal geen verhoging van de pensioenleeftijd komen. Alleen de aanpassingen aan de vervroegde en brugpensioenen kunnen pijnlijk zijn voor de socialistische partij. Toegevingen die de PS wel moest doen nadat de liberalen veel meer strijdlust dan verwacht hadden getoond tijdens de onderhandelingen. Maar dan nog, met dit akkoord blijft ons systeem van brugpensioen een van die meeste genereuze van Europa. De uitkeringen worden wel beperkt in de tijd, maar nooit stopgezet.

Dat zijn de feiten. Geen enkele linkse partij in Europa kon zoveel binnenhalen in dergelijke crisistijden. Di Rupo heeft de grenzen van de Franstalige socialistische partij beschermd, ondanks de eisen van de liberalen, de druk van de financiële markten en van de Europese Commissie. De vermogensbelasting heeft hij er niet door gekregen, maar de pijlers van zijn systeem zijn rechtop gebleven.

Op het vlak van tactiek en strategie hoeft onze Belgische Kasparov dan ook geen les te krijgen. Hij kan gerust een handboek 'Hoe te winnen in lange en moeilijke onderhandelingen' schrijven. Het zou een goede les voor veel politici zijn. Neem bijvoorbeeld de "pijnlijke punten" die verschillende PS-kopstukken betreurden: een boodschap aan de vakbonden, om aan te tonen dat ook de PS het er lastig mee had. Ook: het dreigement om in de oppositie te gaan. Dat was tactiek. Iedereen bij de PS blijft nu ook low profile. Vooral geen triomfalisme, maar "opluchting".

Het spel van Di Rupo is dan ook nog bijlange niet gespeeld. De laatste weken werd duidelijk dat de meningsverschillen tussen Vlaamse en Franstalige partijen zich niet beperken tot het communautaire. Soms lijken ze in verschillende werelden te leven. Dat belooft voor Di Rupo I. Want zelfs de beste grootmeester verliest wel eens een partijtje.
(Martin Buxant)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
SURREALISTE
Fumée blanche! Habemus papam! Enfin
Et voilà qu’un fils d’immigré sicilien, orphelin de père mineur de fond, selfmade man, francophone, homosexuel, athée de gauche et parlant un flamand plus qu’approximatif devient premier ministre d’un pays demeuré largement catholique et conservateur avec le soutien du dernier Saxe Cobourg. Faut le faire. Chapeau bas! Aussi fort qu’Obama.
Bart De Wever y perd son latin.
La Belgique se meurt, on le dit, mais personne au fond ne s’y résigne et ne s’en persuade. Nous avons deux pays pour le prix d’un seul, lequel mérite pleinement sa réputation de royaume du surréalisme.
Une réalité francophone plus une réalité flamande génère une surréalité belge. Décidément cette Belgique demeure un cas d’école de dialogue interculturel permanent: un prototype pour l’Europe en panne de modèle et de vision. Herman Van Rompuy sors de ta grisaille et montre nous que tu peux en faire autant.
MG

L'ACCORD GOUVERNEMENTAL A LA UNE DE LA PRESSE FLAMANDE
Si les médias ne critiquent pas ouvertement l'accord, il n'est cependant nulle part question d'euphorie.
L'accord sur le volet budgétaire auquel sont arrivés le formateur Elio Di Rupo et les six partis autour de la table des négociations faisait la Une de tous les journaux flamands lundi matin.
Si les médias ne critiquent pas ouvertement l'accord, il n'est cependant nulle part question d'euphorie.
Het Laatste Nieuws titre ainsi "Finalement atteint" alors que Het Belang van Limburg opte pour "Et maintenant un gouvernement".
De Morgen se veut, quant à lui, optimiste avec "Un gouvernement en quelques jours", un message à l'opposé de celui du journal Het Nieuwsblad qui parle d'"Un chemin encore long à parcourir".
La Gazet van Antwerpen écrit, pour sa part, "Di Rupo heureux de l'accord mais les syndicats furieux" et De Standaard "Les marchés testent Di Rupo".

Les éditos
Dans son édito pour De Standaard, Bart Brinckman souligne que l'accord sur le budget ne restera qu'un morceau de papier "s'il n'est pas suivi d'un gouvernement efficace qui permettra au budget de maintenir son cap les années à venir et qui créera un climat économique qui encouragera les gens à continuer à travailler aussi longtemps que possible".
Pour Martin Buxant, rédacteur politique au journal De Morgen, la victoire d'Elio Di Rupo est indiscutable: "L'indexation est maintenue(...) Il n'y aura aucune augmentation de l'âge de la retraite. Seuls les ajustements des retraites anticipées et des prépensions peuvent être douloureux pour le parti socialiste". "Aucun parti de gauche en Europe n'aurait pu obtenir autant en ces temps de crise", soutient-il encore.
Luc Van Der Kelen parle quant à lui, dans les colonnes de Het Laatste Nieuws, d'un accord qui n'émane pas d'une libre volonté des négociateurs mais bien du fait que les marchés financiers et l'Europe ont mis le couteau sous la gorge de la Belgique.
De son côté, De Tijd parle d'un accord "défendable" mais estime que ses effets seront ressentis par tous. Cet accord "constitue une avancée dans un pays compliqué où la situation est difficile", indique encore le journal.
Het Belang van Limburg juge également l'accord "défendable" et se demande si Elio Di Rupo et les six partis seront assez forts pour exécuter cet accord ainsi que l'accord communautaire conclu précédemment.
Liesbeth Van Impe s'interroge elle aussi sur ce qu'il adviendra à l'avenir. Selon elle, l'accord est arrivé trop tard, après la dégradation de la note de la Belgique et la hausse spectaculaire des taux d'intérêt.
Paul Geudens, éditorialiste pour la Gazet van Antwerpen, constate que l'accord a du bon, mais il n'y a pas suffisamment d'économies au niveau du budget.

OVERZICHT KRANTENCOMMENTAREN NA BEGROTINGSAKKOORD
Het begrotingsakkoord dat formateur Elio Di Rupo en de zes onderhandelende partijen bereikt hebben, is vandaag voorpaginanieuws in alle kranten. Er wordt opgelucht gereageerd, maar hoewel de media het akkoord niet afschieten, is nergens sprake van een hoerastemming.

Dat is ook te merken aan de koppen. Het Laatste Nieuws roept "Eindelijk geland" en Belang van Limburg kijkt vooruit met "En nu een regering". De Morgen titelt optimistisch een "Regering over enkele dagen", Het Nieuwsblad houdt het op "Nog een lange weg te gaan". Gazet van Antwerpen merkt op "Di Rupo blij met akkoord, maar vakbonden furieus". De Standaard kopt "Markten testen Di Rupo".

Het akkoord beheerst ook de krantencommentaren. "De begroting voor volgend jaar (...) oogt als een typisch Belgisch werkstuk. Geen enkele partij kan pronken met een scalp. (...) Toch verzet dit budget enkele bakens", vindt Bart Brinckman in De Standaard. Brinckman waarschuwt wel dat de begroting slechts een vodje papier blijft "als ze niet wordt gevolgd door een krachtdadige regering die de komende jaren het budget op koers houdt en een economisch klimaat schept dat zo veel mogelijk mensen aanmoedigt om zo lang mogelijk aan het werk te blijven".

Martin Buxant, politiek redacteur bij De Morgen, vindt de overwinning van Di Rupo onbetwistbaar: "De index blijft. Er zal bijna niet worden bespaard op het vlak van de gezondheidszorg. Er zal geen verhoging van de pensioenleeftijd komen. Alleen de aanpassingen aan de vervroegde en brugpensioenen kunnen pijnlijk zijn voor de socialistische partij." "Geen enkele linkse partij in Europa kon zoveel binnenhalen in dergelijke crisistijden", betoogt hij.

Luc Van Der Kelen heeft het in Het Laatste Nieuws over een akkoord dat er niet kwam "uit vrije wil en grote staatsmanszin bij de onderhandelaars, maar omdat de financiële markten en Europa België het mes op de keel hebben gezet". "Daarom zal deze periode van 530 dagen stuurloosheid en gebrek aan beslissingsvermogen in ieders geest blijven hangen als een voorbeeld van bestuurlijk onvermogen (...)." Het uiteindelijke resultaat mag wel gezien worden en is "de omvangrijkste budgettaire sanering aller tijden", aldus Van Der Kelen, die oproept om de maatregelen desnoods met volmachten door te voeren.

De Tijd noemt het akkoord "verdedigbaar", maar waarschuwt dat de gevolgen van dit begrotingsakkoord voor iedereen voelbaar zullen zijn. Het gaat om "een bijzonder Belgisch centrumakkoord. De scherpe kantjes zijn er afgevijld, het is moeilijk om er vanuit het eigen gelijk enthousiast over te zijn, maar het is een stap vooruit voor een moeilijk land in moeilijke omstandigheden", luidt het.

Ook Het Belang van Limburg noemt het akkoord "verdedigbaar", maar vraagt zich af of Di Rupo en de zes partijen sterk genoeg zullen zijn om dit akkoord en het eerder gesloten communautair akkoord ook uit te voeren. De krant wijst er onder andere op dat bij de opmaak van de begroting is uitgegaan van een economische groei van 0,8 pct in 2012, maar wat indien er geen groei is of (...) een recessie? En wat gaan de vakbonden (...) dan doen indien nog meer nodig is, klinkt het.

Ook Liesbeth Van Impe vraagt zich in Het Nieuwsblad af wat de toekomst zal brengen. "De les van het begrotingscompromis moet eigenlijk zijn dat het te laat kwam, na de ratingverlaging en na de spectaculaire stijging van de rente."

Paul Geudens, editorialist bij Gazet van Antwerpen, vindt dat de deal goede aanzetten bevat, maar er zitten nog onvoldoende besparingen in de begroting. Het belangrijkste is dat er eindelijk een begroting ligt, al vreest Geudens dat het politieke akkoord de financiële aanvallen op België niet zal stoppen. "De hogere rente die daaruit voortvloeit, zal ons veel geld kosten en zal de fundamenten van de pas goedgekeurde begroting al onmiddellijk onderuit halen", voorspelt hij.

DE FRANSTALIGE KRANTEN
Volgens de Franstalige krantencommentatoren is de buit nog niet binnen.

De begroting bevat nog veel grijze zones en onzekerheden. Het is nog te vroeg om nu al, in alle objectiviteit, te spreken van een ramp of een overwinning, stelt Francis Van de Woestyne in La Libre Belgique. "De beslissingen zitten in de goede richting. Afwachten of de hervormingen voldoende zullen zijn", zegt hij, wat niet zeker is. Van de Woestyne geeft aan dat het kwaad geschied is en de markten het vertrouwen verloren hebben. De regering moet nu snel gevormd worden om de bedreigingen waar het land voorstaat, het hoofd te kunnen bieden. La Libre Belgique kiest als titel op de voorpagina dan ook voor "En route pour le 16".

"Un budget de nécessité, pas un projet de société", kopt Le Soir. Béatrice Delvaux spreekt van "een taak die volbracht is". "Het onontbeerlijke is volbracht. Te laat en zonder glorie, maar de onderhandelaars hebben genoeg gedaan om aan de onmiddellijke eisen van Europa te voldoen. Na 531 dagen zal ons land geregeerd worden", beklemtoont ze.

De kranten van de groep Vers L'avenir titelen "Appel à la mobilisation générale", omdat Elio Di Rupo alle Belgen opgeroepen heeft samen inspanningen te leveren. Volgens Philippe Martin moet het zwaarste nog komen. Volgens Martin is het niet zeker dat de begroting zal toelaten de openbare financiën te verbeteren en tegelijk de dynamiek van de Belgische economie te behouden, in de huidige internationale context.

Voor de groep Sud Presse schrijft Demetrio Scagliola dat het akkoord er gekomen is op een moment dat het bijna te laat was, na de verlaging van de kredietscore van ons land. "De zes konden niet anders dan het eens worden, anders zouden ze ons land in een Griekse financiële crisis gestort hebben", zegt hij. De volgende regering zal tot stand komen in een sfeer van extreme spanning op alle niveaus (politiek, financieel, communautair, ...) en zal dus kwetsbaar zijn.

In la Dernière Heure zegt Christian Carpentier dat de begroting 2012 het land binnenloodst in een periode van bezuinigingen, die een noodzakelijk kwaad zijn. Carpentier benadrukt dat een op zijn minst gelijkaardige inspanning ook nog in 2014 geleverd zal moeten worden, als ons land Europese sancties en een uit de pan swingende schuld wil vermijden.

Bert Van de Putte
We gaan meer belastingen betalen, we gaan minder krijgen en we maken nog schulden ook. . Ik ga niet juichen tot er geen tekort meer is, want volgend jaar komt die rekening er weer bij. Zeker met deze rentes. . Di Rupo blijft mensen onderhouden ipv investeren.

dimanche 27 novembre 2011

Qu'y a-t-il après l’indignation ?

Pierre Nothomb Associé Deminor

Soit il y a l'action, soit il y a la résignation. Quelle est encore la crédibilité de l'État belge ?
Nous le voyons depuis quelques semaines, le vieux Stéphane Hessel veut aller plus loin dans sa pensée. Des milliers de jeunes et moins jeunes se sont déjà indignés contre la gestion chaotique de la crise par certains gouvernements européens. Et après, on fait quoi ?
La situation politique que nous connaissons en Belgique est devenue tellement navrante, que je sens les Belges être gagnés par une forme de résignation. Le dernier exemple en date est le dérapage du gouvernement dans l’affaire Dexia. Les hommes politiques belges n’arrivent pas à former un gouvernement, car ils cherchent 11,3 milliards d’euros ? Mais ils parviennent quand même à donner près de 1,5milliard d’euros aux coopérateurs Arco, "à qui on avait promis une garantie".
Le coup de gueule de Gérard Mestrallet aux 130 ans de l’"Echo" ne vient-il pas du fait que le pacte signé entre le gouvernement et Suez n’a pas été respecté ? D’un côté, on respecte une vague promesse faite à Arco, et d’un autre, on ne respecte pas un contrat passé avec Suez. Si le gouvernement n’était pas content des accords avec Suez, pourquoi a-t-il laissé partir les centrales nucléaires belges à bas prix à l’époque ? Comme il a été trop conciliant il y a quelques années lorsqu’il s’agissait de l’argent des actionnaires et qu’il s’en rend compte maintenant, le gouvernement essaie de se récupérer sur la bête. Dans l’affaire Dexia, rebelote, les Belges veulent rediscuter des conditions avec le gouvernement français qui aurait négocié une position trop confortable dans le sauvetage de la banque. Cela me rappelle un certain dossier Fortis lors du sauvetage de fin septembre 2008. Là, ce sont les Hollandais qui ont mangé leur parole, mais ils avaient fait en sorte qu’on ne retrouve pas l’engagement écrit qui les liait. Est-on encore crédible ? Cette question de la crédibilité de l’Etat belge est très importante en ce moment, comme chacun sait (les CDS, soit la prime d’assurance contre un défaut de la Belgique, ont doublé en trois mois).
En effet, le taux auquel l’Etat belge doit se financer a passé la barre des 5%. Comment se fait-il qu’on a laissé Dexia Banque prêter une partie de la somme dont le Holding communal avait besoin pour participer à l’augmentation de capital de Dexia SA ? Le chat mange sa queue. Comment peut-on autoriser une opération si peu orthodoxe, sous prétexte que l’article 629 du code des sociétés, énonçant des conditions strictes permettant à une société à prêter à un tiers les sommes nécessaires en vue de l’acquisition de ses propres actions, ne serait pas d’application ? Parce que Dexia Banque n’aurait pas prêté en vue de l’acquisition d’actions de Dexia Banque, mais en vue de l’acquisition d’actions de sa maison mère, Dexia Holding, on échapperait à toute responsabilité en matière de "financial assistance" ? Ne pourrait-on pas, par ailleurs, se demander si les administrateurs n’étaient pas touchés par un conflit d’intérêt flagrant? Que dire encore de la phrase sans cesse répétée par le gouvernement Leterme lors du "sauvetage" des banques en 2008 : "Nous sauvons les épargnants et les créanciers. Les actionnaires doivent assumer leurs risques." Les coopérateurs d’Arco sont bel et bien des actionnaires, contrairement aux propos tenus par les dirigeants d’Arco et nos responsables politiques. Mais malgré tout, pour couvrir les risques qu’ils encourent, on fait passer un arrêté royal leur octroyant une garantie qu’en cas de perte, ils seront de toute façon remboursés. En quelque sorte, une fois la maison brûlée, on propose vite aux propriétaires la police d’assurance incendie qu’ils n’avaient pas.
En effet, l’arrêté royal octroyant la garantie d’Etat aux coopérateurs a été approuvé ex post par le Conseil des ministres, soit le dimanche qui suivit le démantèlement de Dexia. Les créanciers de Dexia, en grande partie institutionnels, qui ont pris moins de risque dans cette affaire qu’Arco, perdent beaucoup plus que les actionnaires. La différence, c’est qu’ils n’ont pas de couleur politique. Le prix de ce clientélisme se verra malheureusement au cours des années. Comment va-t-on inciter les Belges à participer au financement des entreprises de notre pays dans les années à venir ? Un dicton dit qu’après 5 ans, les investisseurs oublient. C’est vrai, sauf si les règles du jeu n’ont pas été respectées. Nous avons été très étonnés de constater la relativement faible réaction des actionnaires de Dexia quand les scandales Arco et Holding communal ont été révélés, et cela, malgré une inégalité de traitement manifeste. La vérité est que très peu d’investisseurs croient encore que la justice va pouvoir les aider. Le procès Lernout et Hauspie, par exemple, a causé des dégâts dans l’opinion publique et entamé la confiance des investisseurs. Il n’est, en effet, pas rare de constater qu’après 10 ans de procédure, les affaires sont classées verticalement, si par chance les responsables ne sont pas décédés entre-temps (Cofibel/Cofimines). Le résultat, là encore, se verra sur le long terme. La criminalité en col blanc a encore de belles années devant elle. La plupart des délits d’initiés connaissent un classement vertical.
La responsabilité des administrateurs en matière de délits financiers ? A part quelques cas, on n’a pas réellement vu de condamnation en Belgique. Bref, quand on dresse la liste des situations dans lesquelles l’investisseur se retrouve sans rien pouvoir faire, je dois dire qu’il y a de quoi être vraiment indigné. Mais que faire avec cela ? Attaquer l’Etat belge en justice dans l’affaire Dexia ? A quoi bon. Aller manifester dans le parc de Bruxelles. Tout le monde s’en fout. Devenir cynique et faire des dessins satiriques de nos hommes politiques ? D’autres le font déjà très bien. Bref, il ne reste plus aux Belges que leurs yeux pour pleurer, en espérant que les hommes politiques de qualité de ce pays se rendent compte que le développement de nos entreprises aura toujours besoin de capital à risque, et donc d’investisseurs, et que ceux-ci voudront savoir dans quel jeu ils jouent avant de revenir vers les actions.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
S’EXPRIMER A CONTRE COURANT
La lecture de cet article nous a fortement secoué.
Il montre par un exemple concret dans quel état est notre pauvre Belgique. C’est clair, nous traversons une crise au moins aussi dramatique que la crise royale voire celle qui a suivi le choc de 1929, en Belgique, en Europe, dans le monde. L’indignation est générale, la révolte commence à gronder. Pour l’heure, les filets sociaux nous préservent du pire ; pour combien de temps encore ?
Demain les indignés descendront dans la rue, se transformeront en révoltés et l’ordre qui règne encore fera place au désordre, au chaos peut-être.
Même les ados s’en rendent compte. Et si vous en doutez, interrogez les. Ils n’ont plus confiance dans les adultes qui se sont égarés et s’obstinent dans leurs errements.
Quand la confiance devient méfiance, soupçon, le lien social se délite et la cohésion se désagrège. Nous sommes en 1787 ou si vous préférez en mai 14, en mars 40.
On plaide sur ce blog, depuis sa création pour un dialogue interculturel. Vaste sujet ! Pour qu’il y ait dialogue il faut respect et surtout confiance, volonté d’échange. On ne tardera pas à basculer dans les tensions du struggle for life, struggle for survival.
Pessimisme radical ? Seul un sursaut éthique général nous sauvera du naufrage du Titanic. Le capitalisme Titanic a heurté les icebergs et nous savons qu’il n’y a pas assez de barques de sauvetage pout tous les passagers.
Pas de navire hôpital à l’horizon, ni de remorqueur, ni d’hélicoptères. L’horizon est noir. Reste l’imprévisible…et cela s’appelle une indignation de toutes et de tous. « Après l'indignation, il y a l'engagement où là, on se bouge pour que ça change. C'est tellement facile d'être indigné... » Je vous incite à lire les commentaires qui suivent, tous tiré du forum de la Libre Belgique, un vrai Forum de l’indignation. C’est inquiétant et rassurant en même temps. Jugez-en par vous-même.
MG

Au lieu de penser "positivement" ne conviendrait-il pas mieux d'inciter à penser avec 'objectivité' et surtout à s'exprimer, même si c'est à contre-courant?

"Quelle est encore la crédibilité de l'État belge ?"

L'Etat belge n'a plus aucune crédibilité. L'Etat belge n'est plus qu'un outil manipulé au seul profit d'une classe politique fortement corrompue. C'est un outil aux mains d'une véritable mafia.

Qu'y a-t-il après l'indignation ?
L'incivisme. C'est en montrant clairement son rejet de cet Etat que la population pourra mettre en difficulté la classe politique. En refusant de voter, en refusant autant que possible toutes les démarches administratives imposées, en rendant la gestion du pays de plus en plus difficile, chaotique. En cessant de se comporter comme des moutons.
Après l'indignation, il y a l'engagement où là, on se bouge pour que ça change. C'est tellement facile d'être indigné...
La seule solution me semble un raz de marée de décisions individuelles dans le sens de la simplification de la vie, afin que le système ait le temps de s'habituer et réintroduire un mode de pensée relatif qui permette de penser la complexité à long terme.
Bref nous sommes cuits.
Ce qui nous arrive était prévu de longue date. On savait depuis les années 1990 que nous vivions au-dessus de nos moyens. Mais l'Etat (c'est-à-dire des gens encore en fonction aujourd'hui) a puisé dans certains comptes (comme celui des pensions) pour renflouer d'autres comptes. Etc.

Mais il est trop tard pour se lamenter. Il ne faut plus recommencer les errements du passé.

Il convient, après l'indignation, de réfléchir au monde (ou au moins l'Europe et la Belgique) que nous voulons.

Demain peut-être bien, si nous y réfléchissons et agissons en conséquence, avec les contraintes d'aujourd'hui.

Il faut absolument se remettre à penser positivement.
Il ne suffit plus de s'indigner. Agissons, chacun à notre place.

A qui revient-il de réfléchir au futur ? Aux politiques ? Non, ils ont le nez sur le guidon. Et il en faut. Aux citoyens, aidés par des experts, des intellectuels (où sont-ils ?).

De toute manière comment peut-on encore être crédible quand le premier parti du pays veut sa destruction ...

Maroc: les islamistes revendiquent plus de 100 sièges

Les islamistes du Parti justice et développement revendiquent plus de cent sièges sur 395 aux législatives de vendredi au Maroc. Ils annoncent un « tournant historique ».

Le PJD a annoncé avoir remporté une large victoire aux élections qui se sont tenues ce vendredi. « Les données chiffrées dont nous disposons nous permettent de dire que nous aurons plus de 100 sièges » sur 395 du parlement marocain, selon Lahcen Daoudi, chef du groupe parlementaire du PJD. « Nous avons déjà gagné plus de 80 sièges et je peux vous dire que nous aurons facilement plus de 100 sièges. C’est un tournant historique », indique pour sa part Mustapha El Khelfi, le directeur de la publication d’Attajdid, le journal du PJD.

Si le PJD remporte ces élections, le roi sera obligé de nommer un Premier ministre dans ses rangs, selon la nouvelle Constitution. « Nous avons gagné même dans des petites villes où nous ne sommes pas traditionnellement présents », a ajouté M. Daoudi, qui est le chef du groupe parlementaire du PJD. Le taux de participation a atteint 45 % selon les premières estimations annoncées par le ministre marocain de l’Intérieur Taib Cherkaoui. « Les coalitions qui vont avoir lieu pour former le prochain gouvernement seront avec les partis de la Koutla », une alliance datant de 1992 regroupant, notamment, l’Istiqlal (le parti de l’actuel Premier ministre Abbas El Fassi) et l’Union socialiste des forces populaires (coalition gouvernementale).

Plus de 30 partis, représentés par 7.100 candidats, participaient à ces législatives pour élire 395 députés à la première chambre du parlement marocain.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PRINTEMPS ISLAMIQUE
C’est l’évidence même, le printemps arabe se transforme irrémédiablement en printemps islamiste.

La vraie question : faut-il s’en alarmer où s’y préparer, comme on se prépare –mal- à faire entrer la Turquie sociale démocrate islamiste de Ordégan. Je répète sociale démocrate islamiste avec des fondements laïques incarnés par le haut commandement militaire kémaliste.

C’est à se demander si des partis de ce genre ne vont pas se créer demain sur le sol européen où vivent désormais 20 millions de musulmans plus ou moins identitaires.

Il se dit qu’en Flandre des démarches sont faites en vue de la création d’un réseau scolaire islamique calqué sur celui de l’enseignement catho et israélite. Notre constitution le permet.

Qu’on se souvienne que l’Italie, la Belgique, l’Allemagne, la Hollande ont été dirigées après guerre par des paris confessionnaux sociaux chrétiens ou démocrates chrétiens majoritaires.

Le monde, notre monde, change à une vitesse vertigineuse. Les ainés ont du mal à s’y faire, les jeunes s’adaptent et savent qu’ils devront s’en accommoder et repenser tous leurs repères face aux changements de paradigme. On ne peut pas dire que l’école les y aide beaucoup. Le conservatisme et le formalisme d’un grand nombre d’enseignants est atterrant

De plus en plus, nous avons l’impression que l’islam se modernise doucement et que la modernité s’islamise, doucement.
MG

Le Sofitel pour "tuer politiquement" DSK ?

Le journaliste avance notamment que le téléphone BlackBerry de Dominique Strauss-Kahn aurait pu avoir été piraté.
Une enquête journalistique à paraître ce week-end aux Etats-Unis pointe des zones d'ombres sur l'affaire du Sofitel impliquant Dominique Strauss-Kahn, amenant un de ses avocats à évoquer une possible "entreprise délibérée visant à le détruire politiquement".
"DSK" a été accusé de crimes sexuels par Nafissatou Diallo mais des doutes sur la crédibilité de cette femme de chambre du Sofitel de Manhattan ont amené les procureurs de New York à abandonner en août toutes les poursuites pénales contre l'ancien patron du Fonds monétaire international.
Dans une enquête de trois pages à paraître dans le magazine New York Review of Books, le journaliste Edward Jay Epstein révèle de nouveaux détails sur ce qui s'est passé le 14 mai au Sofitel.
Le journaliste avance notamment que le téléphone BlackBerry de Dominique Strauss-Kahn aurait pu avoir été piraté. D'après "plusieurs sources proches de DSK", une "amie" travaillant à l'UMP aurait annoncé le matin même du 14 mai à l'ancien ministre qu'un courriel qu'il avait envoyé à son épouse Anne Sinclair avait été lu dans les bureaux du parti du président Nicolas Sarkozy.
Le journaliste assure que ce fameux téléphone n'a toujours pas été retrouvé que ce soit "par la police ou les détectives privés" embauchés par les avocats de DSK et qu'il n'a apparemment jamais quitté le Sofitel.
Autre point dans cette enquête: Brian Yearwood, chef des services techniques du Sofitel, a été filmé par une caméra de surveillance en train de se réjouir bruyamment, juste après avoir écouté le récit de Nafissatou Diallo.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
A QUI PROFITE LE CRIME?
Petit rappel:
1. Affaire classée au pénal pour le Sofitel.
2. Affaire également classée pour Banon.
3. Instruction en cours pour le Carlton.

La seule chose qui soit actuellement certaine à ce stade est qu'il a un comportement sexuel compulsif.
Mais jusqu'à nouvel ordre, jusqu'au jugement de l'affaire Carlton, il n'est COUPABLE de rien.
S'il s'est envoyé des escort girls, des maîtresses, des quoi que ce soit, aux yeux de la justice, ça n'en fait pas de lui un coupable.

Que des personnes portent un jugement moral sur son comportement sexuel est une chose; qu'on le considère comme déjà coupable en est une autre.
Deuxième rappel :
La France, l’Europe ont besoin pour se sortir de la m. d’un nouveau Mendes France, d’un Raymond Barre, d’un Jacques Delors. Nobody. Y avait ce qu’il faut, il s’appelait DSK.
Il est hors circuit pour de bon.
A qui profite le crime ? Lire donc avec attention le NYEB de ce week end…
MG

samedi 26 novembre 2011

"Vande Lanotte, Premier plutôt que Di Rupo"

"Plus le temps passe, plus il sera difficile pour M. Di Rupo de se glisser dans l’habit de Premier ministre."
Et si Elio Di Rupo s’effaçait au profit de Johan Vande Lanotte ? Ce qui paraissait encore invraisemblable il y a deux mois ne l’est plus aujourd’hui. C’est que son étoile ne cesse de pâlir en Flandre. L’hypothèse n’est pas émise par le premier venu mais par notre confrère Luc Van der Kelen, le commentateur politique du "Laatste Nieuws". Contrairement à bien d’autres journalistes, il connaît le monde politique francophone qu’il sonde avec beaucoup de considération et son jugement n’est certainement pas à l’emporte-pièce : "Plus le temps passe, plus il sera difficile pour M. Di Rupo de se glisser dans l’habit de Premier ministre. Je pense de fait que l’état de grâce est passé pour lui dans l’opinion flamande. L’on ne manquerait pas de se focaliser en permanence sur lui pour dénoncer sa connaissance approximative du néerlandais ou pour rappeler que son équipe n’a pas de majorité en Flandre."
Pour Van der Kelen, " il faut donc envisager autre chose car Elio doute trop de lui et dans son entourage il ne manque pas de gens pour lui déconseiller d’aller jusqu’au bout. D’autant plus qu’il devrait prendre des mesures antipathiques pour son propre camp".
Le journaliste politique flamand ne nie pas qu’il demeure une sympathie certaine à son égard au nord du pays mais il ne croit plus qu’il continuera à cartonner, par exemple, au baromètre de popularité comme ce fut le cas notamment lors du dernier réalisé par "La Libre Belgique".
"Non, je crains que la critique soit sans pitié à son égard. Il y a aussi l’élément de sa vie privée à la protection de laquelle il tient tellement. Connaissant nos médias, il n’est absolument pas certain qu’on le suivra dans ses demandes."
Bref, pour Luc Van der Kelen, l’heure est peut-être de se demander s’il ne faut pas chercher un autre candidat Premier ministre. Et là, il pense - et il semble qu’il ne soit pas le seul dans ce cas - à Johan Vande Lanotte.
"Les Flamands l’accepteraient certainement. C’est un homme de consensus auquel on ne connaît pas beaucoup de disputes et en outre, on a déjà pu constater qu’il pouvait mettre les mains dans le cambouis lorsque c’était nécessaire. En outre, de par son passé, il jouit d’une crédibilité certaine y compris auprès des socialistes francophones. Enfin, l’on n’est pas loin de considérer que le SP.A est de plus en plus un parti de centre-gauche !"
Mais lorsqu’on lui souffle qu’il y a peut-être d’autres PS susceptibles de monter au créneau, Luc Van der Kelen rugit. "Paul Magnette ne serait pas accepté car il manque d’expérience et son action comme ministre de l’Energie est trop légère. Quant à Laurette Onkelinx, elle est encore plus à gauche que Di Rupo !"

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUON EN FINISSE !
Que le roi laisse Elio terminer les négociations budgétaires et propose Johan comme prochain locataire du 16 rue de la Loi.
C’est la seule issue à cette interminable impasse.

«Le succès islamiste repose sur une puissante dimension identitaire»

Le succès du parti islamiste Ennahda aux premières élections libres de Tunisie, le 23 octobre dernier, a surpris par son ampleur. Nous avons interrogé à ce sujet le Français François Burgat, chercheur arabisant au CNRS.

Les plus médiatisés des experts sur le monde musulman avaient tous annoncé la fin de l’islamisme ; la victoire électorale d’Ennahda en Tunisie le 23 octobre (après celle du Hamas en 2006) est venue une nouvelle fois les contredire. Alors que les islamistes étaient peu présents dans les soulèvements, comment expliquer leur succès ?
François Burgat
Auteur de plusieurs ouvrages importants sur l’islamisme, qui a fait l’essentiel de sa carrière dans le monde arabe. Dernier ouvrage : L’islamisme à l’heure d’al-Qaïda, La Découverte.
François Burgat donnera avec Alain Gresh (directeur adjoint du Monde diplomatique) une conférence dans le cadre du Festival des Libertés, le dimanche 20 novembre au Théâtre national (à 20 heures).
L’absence relative de visibilité des islamistes lors du déclenchement des révoltes arabes a été à la fois exagérée et mal interprétée. Les bloggers (au nombre desquels il y avait en fait toutes les sensibilités politiques) ne s’étaient pas substitués aux forces traditionnelles. Et les islamistes, exclus de l’arène parlementaire pendant des décennies, y prennent aujourd’hui assez naturellement leur place.
POURQUOI CETTE PLACE EST-ELLE PLUS IMPORTANTE QUE PREVUE ?
J’y viens. Depuis la révolution iranienne de 1979, les spécialistes ont signé de nombreux faire-part de décès de l’islamisme. Les raisonnements assez variés qui les fondaient avaient en commun de réduire le phénomène à une sorte de pathologie sociale touchant avant tout les plus démunis, ces fameux « laissés-pour-compte du développement et de la modernisation ». Et lorsque, ultérieurement, la « bourgeoisie pieuse » a été incluse à la liste des groupes sociaux touchés par le « fléau islamiste », une explication très médiatisée a avancé que la rupture de l’alliance présumée entre cette « bourgeoisie pieuse » et la « jeunesse déshéritée » avait alors causé un nouvel « échec des islamistes ».
Si divers ont-ils été, ces diagnostics partageaient le credo populaire d’un rejet spontané des islamistes par à peu près tous les compartiments des sociétés concernées : pas seulement les laïques ou la gauche bien sûr, mais tout autant, sans trop de nuances, « les » femmes, « les » intellectuels, « les » militaires (érigés pour la circonstance en « gardiens de la laïcité »), « les » jeunes, « les » soufis, etc. Ces problématiques péchaient avant tout à mes yeux par le fait qu’elles ignoraient que la mobilisation islamiste a une puissante dimension identitaire. Et qu’elle a donc de ce fait la capacité de s’abstraire des cloisons sociales et de toucher aussi bien les pauvres que les moins pauvres, les jeunes que les moins jeunes, et, bien sûr, les femmes que les hommes.
La portée des influences étrangères (et notamment l’inusable « soutien de l’Arabie saoudite ») a tout aussi systématiquement été surévaluée. Plus encore que la « victoire des islamistes », les urnes tunisiennes ont donc consacré la fragilité du discours manichéen de leurs « éradicateurs » : une vision criminalisante qui, en refusant de voir la dimension identitaire du discours des islamistes, masquait la dimension banalement politique et universelle de leurs demandes.
DONC ?…
Donc, une perspective plus réaliste peut désormais être entrevue : le secret du lexique des islamistes vient plus sûrement de son ancrage dans la culture locale, de sa dimension « home made », que de sa portée religieuse ou sacrée ; par ailleurs, la première préoccupation d’une écrasante majorité d’électrices et d’électeurs n’est pas d’expulser de l’enceinte politique cette référence à la culture islamique du père, longtemps stigmatisée par les élites laïques post-coloniales. Elle est plutôt de lutter contre les profondes inégalités, sociales et politiques, qu’avec les encouragements aveugles de la rive nord, ces dernières ont trop longtemps laissé subsister.
LES ISLAMISTES SONT REGULIEREMENT ACCUSES DE « DOUBLE LANGAGE » : ENTRE AUTRES INCIDENTS, LA CONDAMNATION DES MERES CELIBATAIRES PRONONCEE PAR SOUAD ABDERRAHMANE, (LA DEPUTEE NON VOILEE D’ENNAHDA) NE RASSURE PAS NECESSAIREMENT…
Ces incidents vont se poursuivre et donneront lieu à des débats d’autant plus efficaces que les islamistes, toutes tendances confondues, ne sont pas en situation de majorité absolue. Je ne doute pas un instant que le chemin qui permettra de garantir les droits individuels et collectifs, notamment dans ces domaines (sexualité, droit de la famille, etc.) où effectivement les sociétés sont encore profondément divisées, sera au moins aussi long et difficile qu’il ne l’a été au nord de la Méditerranée.
Toutefois, je ne puis m’empêcher de rappeler que ces préventions étaient énoncées dans les mêmes termes lors de l’émergence du courant qui a porté le Premier ministre turc Erdogan au pouvoir dans une Turquie dont on sait aujourd’hui que même si des progrès y restent à faire, le pire, tant s’en faut, n’était pas au rendez-vous de « l’arrivée au pouvoir des islamistes ».
LE SUCCES ISLAMISTE SEMBLE DEVOIR SE REPETER EN LIBYE ET EN EGYPTE ; MEMES CAUSES, MEMES EFFETS ?
Oui, grosso modo. Avec évidemment toutes les spécificités inhérentes à chacune de ces sociétés et aux conditions de la chute des régimes autoritaires, je pense que cette configuration analytique, que je défends depuis longtemps – il n’y aura pas de transition démocratique sans intégration des islamistes au jeu politique – s’applique en effet à la majorité des pays de la région, Algérie ou Syrie incluses.

COMMENTAIRE DE DIVERITY
DEMOCRATIE ISLAMISTE ?
Cet article nous offre une excellente clef de lecture pour comprendre les événements qui secouent le moyen Orient. La place Tahrir a été récemment le théâtre de violences inouïes, la Syrie est à feu et a sang. Le printemps arabe ressemble de plus en plus à un raz de marée islamiste.
Et voilà que quelqu’un qui sait de quoi il parle nous dit, arguments à la clef : « Il n’y aura pas de transition démocratique sans intégration des islamistes au jeu politique, ce qui s’applique à la majorité des pays de la région, Algérie ou Syrie incluses »
Autrement dit, en Egypte, en Tunisie, en Lybie et ailleurs sans doute va triompher un courant qui, au pire, sera modelé sur la république islamique d’Iran ou, au mieux, prendra pour modèle de démocratie islamique/ste à la turque.
Pardon de le répéter une fois encore : « La question fondamentale c’est de savoir si nous allons assister à la modernisation de l’islam ou à l’islamisation de la modernité » C’est la question qu’inlassablement se posait le grand islamologue Mohamed Arkoun. Plus que jamais elle est d’actualité.
Visiblement, cette question, essentielle selon nous, ne passionne pas les internautes des grands quotidiens, si on en juge par le petit échantillon d’interventions qui suit. L’autre jour, un jeune étudiant, au demeurant bon libre exaministe convaincu, déclara en pleine fièvre de la saint Verhaeren : « je défendrai jusqu’à mon dernier souffle la choppe et le saucisson ». J’en fus comme deux ronds de flanc.
MG

« Un jour !!! un jour ça va péter ! Tout nous porte à croire que les politiques européens (des collabos en quelque sorte) ne s'attendent pas (ou ne veulent pas voir) à ce qu'une vague d'extrême droite les emportera dans les années (les décennies?) à venir. Le politiquement correct étouffe la liberté d'expression mais rien ne peut interdire de penser ! Je ne fais pas l'apologie de l'extrême droite mais si on continue à ignorer les problèmes des gens on va droit dans le mur. Et ne me parlez pas de dialogue !!! comment dialoguer avec les suppôts d'une religion qui porte en elle les négations de notre propre système de valeurs ? On ne peut marier l'eau et le feu. »

« Il n'y a rien de mieux que l'islamo fascisme et la théocratie pour rendre les gens "heureux": sharia, flagellations, lapidations, amputations, pendaisons, égorgements, mariages pré-pubères forcés etc... Vous pouvez voir tout cela sur les petits films proposés par YouTube et Memri-TV. Tout cela est bien mieux que n'importe quelle démocratie occidentale. »
« Bien sur que non que cela ne me dérange pas que les Tunisiens veulent vivre sous la charia. Le seul fait que me dérange, c'est que l'on tente de nous forcer nous à vivre sous des lois qui datent du moyen-âge. Mais si la Tunisie veut retourner au moyen-âge, libre à elle d'y retourner. Moi je demande simplement que dans ce cas là, on ferme hermétiquement nos frontières afin d'éviter que les tunisiens (et les autres) qui ont choisi librement l'intégrisme, puissent venir l'exporter ici. »

mercredi 23 novembre 2011

CHRISTOPHER CALDWELL : "L'ISLAM EST LE PLUS GRAVE DEFI POSE A L'EUROPE"

L'Europe peut-elle rester la même dès lors que sa population se modifie ? L'introduction massive de l'islam sur le Vieux Continent est-elle sans conséquence ? A ces questions, le journaliste américain Christopher Caldwell répond par la négative dans un livre choc. Rencontre avec un esprit libre.

L'homme n'est pas un excité, un boutefeu, un prêcheur de croisade. De manières policées, cet Américain presque quinquagénaire, diplômé de Harvard, appartient à un milieu social nourri de références culturelles européennes. De passage à Paris, il s'exprime d'une voix douce, en pesant ses mots et dans un français châtié. Journaliste, spécialiste des affaires politiques du Vieux Continent, Christopher Caldwell est éditorialiste au Financial Times et rédacteur au Weekly Standard et au New York Times Magazine.

En 2009, il publiait aux Etats-Unis un livre choc : Reflections on the Revolution in Europe: Immigration, Islam and the West. Voici cet ouvrage traduit en français, avec un titre légèrement adapté : Une révolution sous nos yeux. Comment l'islam va transformer la France et l'Europe. La préface de cette édition est signée de la démographe Michèle Tribalat, une spécialiste de l'immigration. «Les Français, et les Européens en général, écrit-elle, doivent lire ce livre car c'est d'eux qu'il est question et jamais on ne leur a parlé comme le fait Christopher Caldwell.»

Est-ce pour cette raison que plusieurs grandes maisons d'édition ont d'abord refusé de publier l'ouvrage ? Décrivant la progression de l'immigration dans tous les pays européens, spécifiquement de l'immigration musulmane, l'auteur pose une question résumée par le sous-titre de l'édition américaine : «L'EUROPE PEUT-ELLE RESTER LA MEME AVEC EN SON SEIN DES PEUPLES DIFFERENTS?» Question cruciale, que le politiquement correct à la française voudrait enterrer. Il faut donc se féliciter qu'un esprit libre, venu du Nouveau Monde, apporte sa contribution à un débat essentiel pour notre avenir.


COMMENT AVEZ-VOUS ETE AMENE A VOUS PENCHER SUR LA QUESTION DE L'IMMIGRATION EN EUROPE ?
Christopher Caldwell - Né en Nouvelle-Angleterre en 1962, j'appartiens à une génération où 80 % des bons éléments apprenaient le français au lycée, les autres étudiant l'allemand ou l'espagnol. Même si les Etats-Unis étaient le pays le plus puissant du monde, notre éducation était liée à l'Europe, dont la prééminence culturelle était reconnue. J'ai toujours voulu être écrivain. Si j'ai publié quelques romans, ce n'était pas vraiment ma vocation. Je suis devenu journaliste et, dès ce moment, les questions touchant à l'immigration et à la confrontation des cultures m'ont intéressé. L'immigration, quelles que soient les circonstances historiques, produit toujours des conflits économiques, sociaux ou culturels, or le journalisme se nourrit de conflits. J'avais idée d'écrire un livre sur Tijuana. Située à la frontière des Etats-Unis et du Mexique, cette localité était un village il y a soixante-dix ans ; aujourd'hui, c'est une métropole de 3 millions d'habitants, ville-frontière dont la population change tout le temps. Mais mes recherches en vue de ce projet m'ont donné envie d'écrire sur l'Europe, que je connais mieux que le Mexique ou même que la Californie. J'ai donc publié des articles sur l'immigration en Europe, et je pense que j'ai été parmi les premiers à le faire. C'était à la fin des années 1990, et par conséquent avant le 11 Septembre. Après le choc de 2001, les journaux américains ont été nombreux à me commander des articles sur l'immigration en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne ou en Italie. En enquêtant sur place, j'ai découvert qu'il y avait des problèmes communs à tous les pays européens confrontés au phénomène migratoire. Afin d'aborder le sujet de manière globale, j'ai décidé alors d'écrire un livre.

EN QUOI LE PHENOMENE MIGRATOIRE EN EUROPE CONCERNE-T-IL LES AMERICAINS ?
Aux Etats-Unis, nous connaissons aussi le phénomène de l'immigration. Si certains le considèrent comme un problème, ce n'est pas mon cas. La grande vague migratoire, au cours des dernières décennies, est surgie du Mexique, d'Amérique centrale ou d'Amérique du Sud. Ces migrants étaient porteurs de la culture catholique latino-américaine. Or cette culture n'est pas étrangère aux Etats-Unis, pays qui compte depuis l'origine une forte minorité catholique. Les gens qui viennent d'Amérique du Sud sont très pauvres, mais leurs références et leurs façons de vivre sont à peu près similaires à celles des Siciliens, dont descendent la grande majorité des citoyens italo-américains. C'est une culture fondée sur la solidarité familiale, avec des taux de divorce beaucoup plus bas que les nôtres, sur une grande piété et sur des valeurs morales affirmées. Pour la société américaine, une telle population n'est pas un problème : c'est au contraire un atout. Avec nos immigrés, nous n'avons donc pas un problème culturel comme vous.

Le débat européen sur l'immigration tourne autour de la distinction entre l'assimilation et l'intégration. Chez nous, nous avons une bonne tradition d'assimilation. Il y a cependant une chose qui ne s'assimile jamais : c'est la religion. Tout le monde, aux Etats-Unis, a la religion de la mère de la mère de sa mère. On peut avoir une ascendance irlandaise lointaine, mais on reste un catholique irlandais. Ce n'est pas une difficulté dans un pays qui possède tous les éléments pour faire vivre ensemble les protestants, les catholiques et les juifs. Toutefois, il ne va pas de soi que les religions puissent coexister. Donc cette question de la croyance religieuse est une vraie question en Europe, car l'islam est une culture religieuse qui veut structurer la société. Est-ce compatible avec la tradition européenne ?

Vous me demandez en quoi l'immigration en Europe concerne les Américains. Ce n'est pas pour en tirer des leçons pour les Etats-Unis, car la situation est très différente. En fait, les Américains s'y intéressent pour des raisons géostratégiques : leur interrogation porte sur les populations non assimilées de l'Europe, vues comme des sources potentielles de terrorisme ou d'antiaméricanisme. Personnellement, ce n'est pas là que se situe ma préoccupation. Mon livre s'attache à réfléchir aux conséquences de l'immigration d'origine musulmane sur la société européenne en tant que telle.

L'ISLAM REPRESENTE UNE ANTHROPOLOGIE DIFFERENTE DE CELLE DE LA CIVILISATION JUDEO-CHRETIENNE. N'EST-CE PAS LA QUE COMMENCE LA DIFFICULTE ?
C'est une bonne question, mais ce n'est pas la mienne. Je ne cherche nullement à démontrer la valeur comparée de la culture occidentale ou de la culture islamo-arabe. Mon objectif est le suivant. Dans une démocratie, il faut partager des règles. Or deux cultures incarnant des visions différentes du monde ont du mal à s'accorder sur de telles règles. Cela ne veut pas dire qu'il est impossible d'y parvenir, mais que c'est difficile. Je crois que l'Islam et le monde chrétien représentent des visions différentes de la société. Est-ce circonstanciel ? Verrons-nous un jour un féminisme musulman ? Je ne sais pas. Ce que je sais, aujourd'hui, c'est que la conception occidentale de la femme ne s'accorde pas avec la conception arabo-musulmane de la femme.

VOTRE LIVRE TRAITE DE L'ENSEMBLE DE L'EUROPE. MAIS N'Y A-T-IL PAS DES SITUATIONS DISSEMBLABLES SELON LES PAYS ?
Je me suis concentré sur les pays où j'ai effectué des reportages et que je pense connaître assez bien : la France, l'Allemagne, l'Italie, la Grande-Bretagne, le Danemark, l'Espagne, les Pays-Bas, la Suède. Certes, selon les pays que j'ai étudiés, des différences sont perceptibles dans les rapports entre la société d'accueil et la population immigrée. Cependant, ce sont les mêmes problèmes qui reviennent d'une manière ou d'une autre. Pour commencer, l'intégration des immigrés s'apparente globalement à un échec. Et les mêmes questions sont posées partout : les taux de chômage et de délinquance supérieurs à la moyenne dans les quartiers peuplés de migrants, les revendications concernant les prescriptions alimentaires islamiques, les demandes de séparation des sexes à l'hôpital ou dans les activités sportives, la recherche d'inter locuteurs musulmans modérés... Quand on voyage d'un pays européen à l'autre, comme je l'ai fait pendant plusieurs années, on entend les mêmes préoccupations, les mêmes mots, et jusqu'aux mêmes blagues.

AUX LECTEURS FRANÇAIS, VOTRE LIVRE PARAITRA D'UNE GRANDE LIBERTE DE TON, PARCE QU'ICI, CE SUJET NE SE MANIE QU'AVEC LA PLUS GRANDE PRUDENCE...
Je sais que chez vous, ce thème est entouré de tabous et de non-dits. Mais je suis journaliste, et le plus grand service que puisse rendre un journaliste est d'ouvrir un débat. Si l'on cherche une différence entre pays européens quant au traitement de l'immigration, elle est précisément là : en France, la parole est verrouillée, contrairement à la Grande-Bretagne, à l'Italie ou à l'Allemagne. Pierre-André Taguieff a raison quand il évoque l'idéologie de l'« immigrationnisme ». Chez vous, il est presque illégal d'avoir une réflexion négative sur un phénomène qui, comme tout fait de société, ne devrait pas échapper à l'esprit critique. Ce que mon regard peut apporter, en tant qu'étranger, c'est un peu de distance. Citoyen américain, c'est de l'extérieur et sans passion personnelle que j'observe la société européenne.

Les Etats-Unis, comparativement à l'Europe, sont un pays jeune. Mais notre histoire nous a confrontés au choc interethnique. Ce qui m'inquiète pour vous, c'est que la situation européenne commence à ressembler au problème racial qui a longtemps empoisonné la vie américaine. Cela ne veut pas dire qu'il n'existe aucune solution pour l'Europe, ni que deux groupes ethniques ne peuvent pas travailler ensemble pour bâtir quelque chose qui soit mutuellement satisfaisant. Mais il faut avoir conscience que l'Europe fait désormais face à un problème durable. Chez nous, il a duré trois cent cinquante ans... Je pense que les enjeux de ce problème sont ENCORE PLUS GRANDS QUE NE LE PENSENT LES EUROPEENS.

LA CONCLUSION DE VOTRE LIVRE EST PEU OPTIMISTE. ENTRE UNE CULTURE QUI DOUTE D'ELLE-MEME ET UNE CULTURE FORTE, ECRIVEZ-VOUS, C'EST LA CULTURE FORTE QUI VA L'EMPORTER...
Ce que je voulais montrer à la fin de mon livre, c'était qu'une culture religieuse forte et un système contractuel basé sur la tolérance sont difficiles à concilier parce que, dans une telle rencontre, c'est toujours le côté qui ne veut pas négocier qui a l'avantage. Une religion qui ne doute pas de soi et qui prétend structurer toute l'organisation sociale, comme l'islam, n'est pas prête à transiger.

QU'ATTENDEZ-VOUS DE L'EDITION FRANÇAISE DE VOTRE OUVRAGE ?
Je suis journaliste et écrivain. Ce n'est pas un livre politique. Les problèmes que je décris ont évidemment une dimension politique, mais mon ouvrage n'est pas un manifeste politique, encore moins une déclaration de guerre à l'islam. C'est une description, un état des lieux, dans toutes ses facettes, de ce que je considère comme le plus grave défi posé à l'Europe.

Jean Sévillia

Une révolution sous nos yeux. Comment l’islam va transformer la France et l’Europe, de Christopher Caldwell, préface de Michèle Tribalat, Editions du Toucan.

MALEK CHEBEL : “LE LIVRE DE CHRISTOPHER CALDWELL ALIMENTE LA PHOBIE DE L’ISLAM"
À L’INQUIETUDE QU’EXPRIME LE JOURNALISTE AMERICAIN CHRISTOPHER CALDWELL DANS SON ESSAI, MALEK CHEBEL OPPOSE SA CONFIANCE EN UN ISLAM EUROPEEN SECULARISE.
Anthropologue des religions et philosophe, né en 1953 à Skikda en Algérie, Malek Chebel est l’inventeur du concept d’“islam des Lumières”. Traducteur du Coran (édition disponible en Livre de poche, couplée avec un dictionnaire encyclopédique), il a lu pour nous Une révolution sous nos yeux.

QU’AVEZ-VOUS PENSE DU LIVRE DE CHRISTOPHER CALDWELL ? J’ai été agréablement surpris. L’auteur me semble de bonne foi et se veut objectif, même s’il est un peu pique-assiette dans sa manière de présenter sa thèse, en puisant ses exemples un peu partout et à toutes les époques. En tout cas, son objectif est clair : il va alimenter la phobie de ceux qui considèrent que l’islam va envahir l’Europe et le monde. Il ne cherche pas à convaincre les gens, comme moi, qui veulent équilibrer les choses et rétablir un minimum de vérité, mais les gens qui sont déjà pratiquement convaincus et anticipent même son discours. Sur le fond, la principale faiblesse du livre est d’en rester à l’écume des choses : les références sont souvent journalistiques, elles se fondent sur des éléments d’appréciation liés à une opinion plutôt que sur des études de sociologie ou de politique lourdes. Enfin, nous avons affaire au point de vue d’une personne étrangère qui ne sait pas comment fonctionne l’islam en France et se base sur des éléments pas toujours vérifiés ni vérifiables.

PAR EXEMPLE ? Il parle de salles de prière dans les bureaux, mais je n’en ai jamais vu, nulle part. Que certains puissent faire leur prière dans tel ou tel bureau privatif, c’est possible, mais le phénomène est très marginal. Les musulmans ont, doctrinalement, la possibilité de regrouper leurs prières en fin de journée ; ceux qui sont de bonne foi pratiquent ainsi et ne prient pas dans leur bureau. Même chose dans les usines et les grands magasins : tout cela fait peur au paysan du Texas, mais n’est pas la réalité sociologique.

LA THESE PRINCIPALE DU LIVRE EST QUE L’IMMIGRATION MUSULMANE VA CHANGER LE VISAGE DE LA FRANCE. Caldwell mé¬lange tous les chiffres de l’immigration. Il considère que la première, la deu¬xième et la troisième générations ont la même valeur, ce qui conduit à déna¬turer l’âme européenne, l’âme chrétienne, l’âme française. On ne peut plus parler d’immigration pour la troisième génération, mais d’un reliquat d’immigration. Le destin démographique de la France est français.

IL N’Y A PAS DE PROBLEME D’INTEGRATION ? L’immense majorité des musulmans adorent la France et ne changeraient pour aucun autre pays. Ils adorent son mode de vie, sa laïcité, son sens du débat et de la justice, son histoire, sa cuisine, ses vêtements, son climat. Vous ne pourrez pas mettre dans la tête de leurs enfants qu’ils ne sont pas français, qu’ils vi¬vront ailleurs qu’en France. C’est là qu’ils ont leurs racines, leurs amis, leur école, leur maîtresse, etc. Les 4,5 millions de musulmans veulent s’intégrer, sinon la France serait déjà repeinte en vert.

VOUS ETES BIEN OPTIMISTE. Quand on parle d’intégration, on surinterprète des pratiques minoritaires qui gênent d’abord les musulmans eux-mêmes. Jamais un musulman de bonne foi ne soutiendra l’intégrisme ou la violence aveugle, la polygamie ou l’excision. Quand il y a eu l’affaire du voile à l’école, j’ai dit et répété qu’entre l’école et le voile, c’était l’école qui primait, celle de Jules Ferry, qui pousse les filles vers le haut. J’ai été heureux de voir voter la loi contre la burqa, car ni la burqa ni, à un moindre degré, le voile ne font partie de l’islam. Mais j’admets et JE REGRETTE QUE NOUS NE SOYONS PAS PLUS NOMBREUX A REJETER A HAUTE VOIX L’INTEGRISME ET LA VIOLENCE QUI PERTURBENT NOTRE RENDEZ-VOUS AVEC L’HISTOIRE EUROPEENNE.

POURQUOI LE PORT DU VOILE SE DEVELOPPE-T-IL DANS CERTAINS QUARTIERS CHEZ LES JEUNES FILLES ? Il y a un repli identitaire que là aussi je regrette. Les filles instruites, qui vont à la fac ou travaillent en entreprise et qui ont envie de trouver un ancrage social ne mettent pas le voile. Ne le portent que celles qui sont dans une position économique ne leur permettant pas d’entrer en compétition avec autrui. Ces filles se voilent car elles veulent se marier et on leur a mis dans la tête que, sans voile, elles n’épouseraient pas un musulman. Mon rêve est que les musulmanes puissent profiter des mêmes droits (et des mêmes devoirs), impliquant le choix individuel du mari, du travail et du pays où travailler : c’est l’objectif à terme de l“islam des Lumières”.

LA PEUR DE L’ISLAM EST IRRAISONNEE, SELON VOUS ?
Il y a des peurs des deux côtés. On a peur des intégristes et des femmes “emburquisées”, mais les mu¬sulmans aussi ont peur et ont le droit d’avoir peur : on ne leur explique pas suffisamment que le modèle français est un modèle intégrateur et fraternel. Ils ne voient que les interdits et les imprécations de quelques-uns, de po-litiques par exemple. Mon travail est d’huiler les rapports entre les communautés et de dire aux uns que l’islam n’est pas aussi violent qu’ils le pensent (ils sont dans des généralités) et aux musulmans qu’ils ne vivent pas dans l’impureté.

CALDWELL PARLE DE L’INFLUENCE CROISSANTE DE L’ISLAM SUR LES JEUNES GENERATIONS.
Il cite une étude de 2007 indiquant que 28 % des musulmans anglais de plus de 55 ans étaient pour le port du voile, contre 74 % des 18-24 ans. Ces chiffres ne sont pas inventés. Il est possible qu’ils soient bons, je n’en disconviens pas, mais il faut les contextualiser en les resituant dans le temps et dans l’espace, l’islam anglais n’étant pas identique dans sa composition même à l’islam français. Il faudrait un système de prise d’opinion régulière sur dix ans. Rien ne dit que ce sondage n’a pas été fait après des attentats ou un crime crapuleux ou dans un contexte de crise économique… En un mot, je ne conteste pas les chiffres du livre mais je ne suis pas d’accord pour les établir comme vérité pérenne.

CALDWELL POINTE EGALEMENT DES IN¬JONCTIONS DU CORAN CONTRAIRES AUX VALEURS EUROPEENNES.
Certains versets du Coran étaient valables au VIIe siècle mais ne le sont plus maintenant : tous ceux liés aux relations entre les personnes sont contextualisables. Par exemple, un verset dit : «Vous pouvez épouser quatre femmes.» Les polygames s’arrêtent là mais ceux qui veulent être monogames lisent le verset jusqu’au bout : «Mais il est préférable aux yeux de Dieu de n’avoir qu’une femme», dans la me¬sure où l’homme est incapable d’établir une équité totale entre ses quatre femmes : «Si vous n’êtes pas capable, soyez monogame.» Aujourd’hui, il est impensable, même en étant le musulman le plus sincère possible, d’être polygame. Autre exemple : «La femme doit hériter la moitié de ce qu’hérite son frère», parce qu’à la naissance elle est née fille et lui mâle. Je remets en question cette règle : aujourd’hui, compte tenu que la femme est devenue sujet politique et économique, elle est en mesure de bénéficier des mêmes privilèges que l’homme.

Quand j’ai écrit mon Manifeste pour un islam des Lumières en 2004, j’ai montré qu’il y avait vingt-sept chantiers majeurs sur lesquels l’islam devait se pencher, le premier étant l’exigence indispensable de la démocratie. Si on n’interprète pas correctement le Coran, on va vers la catastrophe : il faudrait tuer les juifs, les chrétiens, enfermer les femmes chez elles, alors que tous ces versets sont liés aux conditions historiques dans lesquelles ils ont été énoncés : guerres intertribales, misogynie coutumière, etc.

VOUS ANNONCEZ DONC L’EMERGENCE D’UN ISLAM MODERNE, SECULARISE, UN “ISLAM DES LUMIERES”.
Un islam qui ne serait pas sécularisé sera toujours sus¬pect de contenir en son sein les germes de la violence et de la supériorité d’une race par rapport à une autre, d’une parole par rapport à une autre. Si l’islam accepte de faire de l’homme, de la république, de la laïcité, de la nation, des éléments importants de sa vision du monde, il sera meilleur, plus spirituel et plus sensible, et il fera moins peur aux Occidentaux et au reste du monde. J’ai écrit trente livres, traduits en quinze langues, dont le chinois et le coréen, et je suis énormément sollicité pour des interventions publiques tant en Europe que dans le monde arabe. JE VOIS EMERGER CET ISLAM MODERNE, QUI PROMEUT L’EGALITE DES SEXES, LE RESPECT DE L’AUTRE ET DES RELIGIONS, QUI NE PRECHE PAS LA VIOLENCE RELIGIEUSE, QUI NE POUSSE PAS LES JEUNES A S’ECRASER SUR LES TOURS, QUI DIT QUE L’ISLAM EST UNE RELIGION DE DIEU, DONC DE LUMIERE ET DE PAIX, et que la foi de chacun ne doit pas être le carcan de tous. Donc la nécessité d’une conscien¬ce individuelle assumée par chaque mu¬sulman. C’est avec cet islam-là que nous allons vivre en France.
(Propos recueillis par Guillaume Roquette, avec Claire Pérez)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUI A PEUR DE L’ISLAM ?
Qui a peur du néo libéralisme en Belgique et en Europe ? Qui a peur du socialisme ? Qui a peur de l’islam ? Qui a peur de l’avenir ? Tout le monde ! Qui a peur de la peur ? Chacun ou presque !

L’Europe vit de plus en plus dans la peur du lendemain.

Il n’en fut pas toujours ainsi. Au cours des années les plus noires de la guerre, de grands caractères comme Churchill qui n’avaient à offrir à leur peuple que du sang, de la sueur et des larmes étaient des phares dans la grande nuit. Des hommes de la trempe de De Gaulle ou de Roosevelt, de Gandhi en Inde étaient des remparts face à ce qui menaçait le destin de leurs peuples. Où sont-ils aujourd’hui ces grands caractères ?

Obama, Barroso, Van Rompuy, Sarko, Merkel, Cameron, Berlusconi, Di Rupo, De Wever ? Voyons chez nous du côté des jeunes : De Croo junior , Michel junior, Toback junior, Lutgen junior, tous des fils de…C’est vrai qu’on était autrefois notaire, boucher de père en fils, alors pourquoi pas politicien ? Mais constatons quand même que les fils n’ont pas la trempe des papas. Et quid de Albert II junior ?

Bref, à y regarder un peu près, on ne voit pas comment ces hommes et ces femmes politiques sauront faire front aux défis financiers, économiques, sociaux, démographiques, identitaires et civilisationnels auxquels est confrontée l’Europe et son modèle social : l’Etat Providence qui prend l’eau de partout. Le ciel s’assombrit.
MG

mardi 22 novembre 2011

Schaamte

Boosheid maakt langzaam plaats voor een pijnlijk gevoel van schaamte. Schaamte voor wat in dit land gebeurt. Schaamte om Belg, Vlaming of Franstalige te zijn. Deelgenoot van dit intrieste gebeuren.

Had Elio Di Rupo (PS) moeten verder onderhandelen, ook al vond hij dat Alexander De Croo (Open Vld) hem beledigd had door het 'ultieme voorstel' af te wijzen? Had Alexander De Croo moeten inbinden, 'in het belang van het land'? Als deze groep toppers - een wel heel leeg begrip als het over de leidende klasse politici gaat - ook maar één seconde denkt dat één van hen als zondebok zal dienen, vergist ze zich schromelijk. De afkeer voor het wangedrag van deze groep is universeel, hun falen is een collectieve verantwoordelijkheid. Al wie daar maanden aan tafel zit, moet maar eens goed in de spiegel kijken en zich afvragen of hij/zij wel alles gedaan heeft om tot een oplossing te komen. Speculatie over wat de koning nu moet doen, wie er nu aan zet moet komen, wie nu 'uitgestuurd moet worden', het is gewoon misselijkmakend. 'Tijd kopen', 'temporiseren', 'laten afkoelen', zoiets doe je op de speelplaats van een lagere school, of misschien in de soek in Marrakech, maar niet als je een land in het hart van de euro wil leiden.

De fase waarin we van onze toppolitici écht leiderschap verwachtten is al lang voorbij. Zoiets betekent immers dat je inspireert, recht in de wind gaat staan als het stormt, harde beslissingen durft te nemen, en moeilijke knopen doorhakt samen met je ploeg. Van Belgische partijleiders wordt sinds mensenheugnis al lang niet meer dit soort gedrag verwaht, dus echt ontgoocheld kan een mens dan niet meer zijn.

Maar een mimimum aan professionalisme kan wel verwacht worden. Wie legt er nu een 'best en final offer' op tafel, als keer op keer blijkt dat zulke voorstellen nooit 'best' laat staan 'final' zijn? En wat te denken van een kandidaat-premier die zijn onderhandelaars gewoon doodleuk een paar uur bezighoudt met zijn eigen voorstellen luidop voor te lezen? Misschien is dat het idee van inspirerend leiderschap bij de PS, maar de wereld is sinds 1970 al enige jaren doorgedraaid.

Uiteraard zal elke objectieve waarnemer vandaag kunnen vaststellen dat de publieke opinie boven en onder de taalgrens de focus anders legt. Wij meer op de rol van de Franstalige socialisten, zij meer op die van de Vlaamse liberalen. Maar mag het debat iets breder dan dat getrokken worden? Want één zaak hebben de heren en dames politici langs beide kanten van de taalgrens bewezen: onkunde heeft geen taalvoorkeur.
(Wouter Verschelden)

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
FIN DE PARTIE?
Il se pourrait qu’on assiste à un jeu, une sorte de psychodrame à la Pierandello : excédé,le formateur se rend chez le roi pour lui remettre sa démission. Albert II, déguisé en deus ex machina, refuse sa décision, menaçant d’abdiquer en mettant une pression maximale sur les libéraux pour les faire céder.
Admettons que ça marche. C’est pathétique et grotesque. Il ne manquerait au Montois-Sicilien que le costume d’Arlequin, quant au souverain exilé à Ciergnon, au coeur du pays wallon, il prend de plus en plus des allures de “Belge vivant sorti de son tombeau”.
A supposer que cet ultime truc réussisse, on ne sera pas plus avancé pour autant. Ce gouvernement, comme l’a prédit Spitaels, ne tiendra pas vingt mois, le temps nécessaire aux syndicats pour organiser le chaos et à la N-VA de faire un tabac aux élections communales. Marine Lepen aura montré ses biceps aux Français, Sarko aura dépassé d’un nez la gauche molle et Angella ne saura plus qu’elle s’appelle Merkel. L’Espagne et aussi la France seront alors, comme la Belgique, dans le colimateur des marchés.
2012 sera l’année de tous les dangers, en Belgique, en Europe et partout où le printemps arabe ouvrira un boulevard à l’islamisme politique. Obama aura dû avouer enfin “no I cannot” face aux occupants de Wall Street et aux tea Parties. Et on voudrait que le bon peuple ait le moral…
Plutôt que de conclure, voyons plutôt ce qu’en pensent les lecteurs de nos grands quotidiens? Ils sont d’une cruelle lucidité. «La lucidité, » nous le savons désormais, « est la blessure la plus proche du soleil » (René Char)
MG

« La Belgique est un pays où tous ont de quoi trouver leur bonheur et où finalement on fait tout pour devenir malheureux. Y a un problème quelque part, non? »
« La preuve a été fournie "again and again".
Cet état est invivable.
Au fond deux états qui diffèrent sur tout et qui s'engagent continuellement dans des réunions diplomatiques stériles.
On ne parle pas la même langue, on ne lit pas les journaux de l'autre groupe, on ne regarde pas la TV etc.etc.
Sur le point politique un clivage immense : le Nord penche plutôt vers la droite, le Sud vers la gauche.
Mon rêve: que je vivrai un jour dans un état Flamand avec ferme ancrage dans la politique Européenne.
Un renforcement des villes et communes d'un part et du niveau européenne d'autre part.
Dans le train actuel on va tout droit dans le mur.
Même si on forme un gouvernement di Rupo ce ne sera que de courte durée.
Facts are facts ,comme disait le maire de Londres... »

« Le PS doit tirer sa révérence et aller dans l'opposition, tout comme la SP.A, Ecolo et groen. Laisser les autres trouver des accords (NVA, CD&V, Open Vld, MR, Cdh= 60%) et aucune réforme de l'état puisque majorité absolue il n'y aura plus. C'était l'unique chance pour ceux qui conditionnaient tout à cette réforme. Ils n'ont pas su saisir cette opportunité, point barre. Laissez les prendre les mesures antisociales Monsieur Di Rupo, vous aurez tout à y gagner aux prochaines élections. Laissez les encaisser les grèves qui se préparent. Qu'ils assument! Qu'ils assument aussi ce néo libéralisme auquel ils tiennent tant et qui fait des ravages dans le monde. Le nord a créé la problématique, qu'il sorte le pays de cette folie. »
« Warren Buffett et Georges Sorros ont toujours déclaré qu'ils avaient toujours ramé à contre-courant en temps de crise. Alexander De Croo ne s'est manifesté jusqu'à présent qu'en qualité de SUIVEUR. SUIVEUR de la N.V.A. c'est lui qui à provoqué la première Grande Crise en "sans aucune malice" déconnectant le courant. Maintenant il se retranche derrière l'EUROPE et ce que tous les autres Gouvernements font. L'ETERNEL SUIVEUR. Il est temps pour lui de développer ses idées personnelles qui sont peut-être plus valables qu'on ne le pense. Mais pour cela il doit faire taire son indécrottable "PERE JOSEPH" Vincent Van Quickenborn, l'infiltré de la N.V.A. Il doit prouver qu'on peut être Européen et accepté par ses plus hautes instances en restant SOCIAL. Je lui conseille de relire seulement TROIS auteurs: RUEFF, KEYNES et GALBRAITH et de s'inspirer de ROOSEVELT . On peut être MONETARISTE tout en lançant un Grand Plan de Relance ECONOMIQUE par le biais d' Un GRAND EMPRUNT POPULAIRE »

“Hoe dood moet dit land zijn voordat jullie dat gaan zien? Het is hoog tijd voor de crematie. De kosten om het lijk in de diepvriezer te houden worden stilaan onbetaalbaar. Wanneer gaan jullie nu eindelijk beseffen dat geen Belgische regering meer mogelijk is. Al wat Belgisch was is failliet, alleen de NMBS mag nog enorme verliezen opstapelen. Stop die slechte show.” (Forum De morgen)

“Het zijn de klassieke partijen en hun ondemocratische aangroeisels zoals de vakbonden die dit land al decennia lang kapot maken voor hun eigen belang. De kiezer die andere partijen wil groot maken om het tij te keren wordt op zij gezet want anders zou hun partijbelang en dat van hun kinderen geschaad worden. De kruiken gaan zolang te water tot ze barsten. Dat zal bij de volgende verkiezingen gebeuren. De klassieke partijen zijn uitgeleefd en kunnen de problemen die ze veroorzaakten niet oplossen.” (Forum De morgen)

“Federaal België is klinisch dood, maar het Belgisch establishment weigert het lijk af te leggen. Het wil kost wat kost twee democratieën met tegengestelde visies op ongeveer alles opgesloten houden in een vergrendeld land. Dit kan alleen maar slecht aflopen. Dat links in Vlaanderen hieraan zijn steun blijft verlenen vind ik hemeltergend.” (Forum De Morgen)

“Gelukkig zijn er politici die opgekomen zijn om verantwoordelijkheid te nemen. Al de opiniemakers, kunstenaars, Belgen, Vlamingen, Walen,... met fameuze commentaren die denken dat ze het beter kunnen doen... de plaatsjes zijn vrij. . Alleen zou ik het jammer vinden als je ook zo een loon zonder resultaatsverbintenis zou willen! Politici zijn economische denkers,... wat we nodig hebben zijn mensen die op zoek gaan naar het geluksgevoel dat los staat van economie. Alles ecosystemisch herdenken.” (Forum De Morgen)

“Schaamte? Het getuigt toch van beschaving dat wij ons dit kunnen permitteren zonder dat er een burgeroorlog van komt!” (Forum De Morgen)

“Wouter vergeet 1 hoofdrolspeler in dit drama: Europa met de 6 aanbevelingen. Als Tobback al op voorhand de indexaanpassing onbespreekbaar noemt dan heeft De Croo ook het recht om stoere taal te gebruiken. Maar wat erger is, de houding van Tobback toont aan wie hier baas is; de Waalse rode kameraden houden achter de schermen de touwtjes in handen. De PS is alleen maar de façade van de rode vakbond, die bij ontstentenis van een juridische legaliteit, voor niets verantwoordelijk kan gesteld worden.” (Forum De Morgen)

Hopelijk laat Di Rupo nu het initiatief aan De Wever. . Als loopjongen van het groot kapitaal zal dan wel vlug blijken hoe populair hij zal zijn als hij al zijn pijlen zal richten op mensen die hun werk verliezen. Want bij de tweeverdienende yuppies is hij populair zolang ze beiden en job hebben met een poetsvrouw aan 7,5 euro hongerloon. Wanneer één van beide werkloos wordt zal de liefde voor die man wel vlug voorbij zijn.” (Forum De Morgen)

“Eens te meer wordt bewezen dat het "belgisch" model voorbijgestreefd is. De kas is leeg en er MOET gespaard worden op alles. Dat willen de sossen niet begrijpen. ALLE politici moeten ook eens op de borst kloppen en beseffen dat zo'n onlogisch, log, op profitariaat geïnspireerd staatsapparaat met zoveel parlementen en regeringen een pure geldverspilling is. New York heeft evenveel inwoners als België en zij hebben slechts 1 burgemeester als grote baas!!!” (Forum De Morgen)

“We hebben een systeemcrisis. Zwarte Pieten verschuiven helpt niet, hier moet veel meer gebeuren. Daar komt echter niets van. Kijk maar eens naar dit forum. De volksspelen die de politiek op de rand creëert gaan lustig verder. De operatieve uitdrukkingen zijn nog altijd: 'kebbekiketnigedaan' en 'hijisbegonne'. De spelen gaan door, maar het brood is op. Het is nu ernstig worden of lijden. We zullen dat, typisch Belgisch, allebei doen, maar we gaan beginnen met het laatste.” (Forum De Morgen)

“Di Rupo is altijd gewend geweest dat anderen de taart bakten en hij de krieken er moest opleggen om het af te maken. Nu moet hij zelf het deeg maken en de taart bakken, maar daarin blijkt hij maar niet te slagen. “(Forum De Morgen)

Di Rupo heeft vroeger altijd zijn goesting gekregen bij regeringsonderhandelingen, vooral de acht jaar onder Verhofstadt die uit eigen opportunisme toegevingen deed, zowel communautair als sociaal. Gemak went. Structurele veranderingen schuwde EDR als de pest, want zijn achterban profiteert zoveel mogelijk van de mistoestanden. Nu de Vlamingen no passeran hebben gezegd reageert hij grillig en op een kindse manier. Gewild of niet, maar we gaan naar een zakenkabinet. O wee, de socialisten. (Forum De Morgen)


Wat niemand schijnt te begrijpen is dat onze "sociale" welvaart bestaat op de rug van anonieme goedkope werkkrachten en grondstoffen, en dat geld niet aan de bomen groeit, behalve natuurlijk in het walhalla van Elio. De ideologische strijd tegen het kapitalisme is geopend. (Forum De Morgen)

Dit land is net een incontinente Siamese tweeling met een ziekelijk dubbel brein. Therapeutische hardnekkigheid zal het niet redden. Belgicisten rekken de doodstrijd en het blijkt Sisyphus arbeid geworden. Zij hebben communautaire vrede tientallen jaren met vele miljarden afgekocht en die moeten betaald worden. Dàt en niet alleen de bankencrisis is de oorzaak van de schuldenberg. En zolang België bestaat zal het nog meer geld kosten. Vooral aan de Vlamingen. België is als een vat van de Danaïden(Forum De Morgen)

lundi 21 novembre 2011

Bruxelles, ville musulmane ?

Ils seraient 236.000 en Région bruxelloise. Plus d’un citoyen sur
cinq serait d’ascendance musulmane, dans la capitale de l’Europe. Mais
qui sont-ils vraiment, au-delà des chiffres ? C’est la question à
laquelle répond « L’Iris et le Croissant », l’ouvrage que présenta,
jeudi matin, à l’Académie royale de Belgique, le sociologue Felice
Dassetto, professeur émérite de l’Université catholique de Louvain.
L’ouvrage, édité par les Presses universitaires de Louvain, repose sur
un travail intense d’observation et 150 entretiens, menés sur le
terrain. Felice Dassetto, qui étudie l’islam belge depuis 40 ans, y
dépeint une communauté arabo-musulmane multiple, en mutation profonde.
« Le Soir » en avait livré les principales conclusions, voici tout
juste un an. « L’islam est multiple, nous confiait le sociologue,
beaucoup plus complexe qu’on ne l’imagine ». De fait, l’auteur a
dressé une « typologie des populations islamisées de Bruxelles » qui
démontre la diversité de cette communauté.
Le livre brise d’autres idées reçues. Sans nier l’existence de
tendances fondamentalistes (notamment sous l’action des salafistes
Rachid Haddach et Mustapha Kastit), le professeur Dassetto relativise
leur influence réelle, à grande échelle. De même, il conteste la
notion de « quartiers-ghettos », tout en reconnaissant l’essor de «
territoires musulmans », à Bruxelles, marqués par leur identité
ethnique et religieuse.

Felice Dassetto reste optimiste. Il continue à parier sur l’émergence
d’un islam réformateur. Il incite la société civile à contribuer à la
« décommunautarisation » de l’islam bruxellois, en considérant la foi
musulmane comme partie intégrante de la société. Enfin, il suggère aux
pouvoirs publics de prendre leurs distances face à l’islam « des
ambassades » (sous la coupe des autorités diplomatiques turques et
marocaines) et face à l’influence persistante de l’Arabie saoudite
(via la mosquée du Cinquantenaire).

LES SEPT VISAGES DES MUSULMANS DE BRUXELLES
En s’immergeant dans la population islamisée de Bruxelles, le
sociologue Felice Dassetto a identifié sept profils spécifiques. Une
typologie qui témoigne des multiples facettes de la communauté
arabo-musulmane…

LE NOSTALGIQUE
C’est le modèle de la première génération de migrants, arrivés en
Belgique voici 40 à 50 ans. Ils ont reconstitué, dans leur quartier
bruxellois, qui a pris les traits d’un quartier musulman, les
relations et le mode de vie de leur commune d’origine. Avec sa
mosquée, son souk (les magasins ethniques), et l’intimité du cercle
familial. Un petit monde « recomposé » qu’ils ne quittent pas ou peu.

LE NATIONALISTE
Ils vivent à Bruxelles, mais leur coeur est en Turquie. Leurs
identités religieuse et nationale se confondent. Ils restent connectés
au pays d’origine, souvent avec la contribution intéressée
d’associations religieuses officielles, comme la Diyanet, l’organe
religieux de l’Etat turc. Côté marocain, ce profil est incarné par les
affidés de l’ambassade du Maroc, tenants d’un islam sous contrôle.

LE FIDELE
Les équivalents des paroissiens catholiques. Ils s’investissent dans
la vie religieuse locale, autour de la mosquée, veillent à l’éducation
des plus jeunes, leur enseignent l’arabe, le Coran. Des musulmans de
deuxième génération y émergent, ajoutant une dimension éducative et
sportive à l’action religieuse. C’est le moule des grandes fédérations
turques : Diyanet, Milli Görus, Suleymancilar et Fetullaci.

LE BARON
Des hommes jeunes, souvent au chômage. Comme les héros de Nabil ben
Yadir, dans son film Les barons. Ils sont attachés au quartier, où ils
se sentent rassurés, entre eux. S’ils n’ont pas de pratique
religieuse, ils se considèrent néanmoins investis de la mission de
défendre l’islam. Par exemple en dénonçant l’interdiction du port du
foulard par les filles.

L’ACTIVISTE
Leurs références spirituelles sont transnationales : la confrérie
soufie, le salafisme… Certains s’isolent, coupés d’un monde qu’ils
rejettent. Dans de rares cas, comme pour la « filière afghane », la
lutte armée est une issue. D’autres s’investissent dans l’action des
ONG, pour soutenir leurs frères, en Afghanistan, en Tchétchénie, en
Bosnie… Ils sont de toutes les manifs. Contre la guerre en Irak, pour
la Palestine…

LE DECOMPLEXE
C’est le modèle majoritaire, au sein de la jeune génération islamisée,
à Bruxelles. Musulmans de deuxième ou troisième générations,
célibataires ou jeunes parents, ils ont fait des études supérieures,
connaissent l’islam et ses penseurs contemporains, à commencer par le
réformiste de tendance salaf Tariq Ramadan. Ils sont pleinement
bruxellois et pleinement musulmans. Double identité qu’ils assument.

L’AFRICAIN
Ils ont quitté l’Afrique subsaharienne et sont arrivés à Bruxelles par
le hasard des flux migratoires. Ils ne voient la ville que comme « une
plateforme d’atterrissage provisoire », un lieu de survie. Ils
s’accrochent à leur mosquée africaine, pôle d’entraide et de
socialisation. C’est à travers elle qu’ils appréhendent la réalité
belge et bruxelloise.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
L’IRIS ET LE CROISSANT
Un livre à lire de toute évidence pour qui s’intéresse à la réalité
sociologique bruxelloise.
Il est temps, en effet, d’affiner notre regard lorsque nous utilisons
les qualificatifs « musulman » et « islamiste ». Il en va de même du
reste pour les chrétiens et les laïcs pour qui on pourrait imaginer le
même genre de typologie. Notre plus grand regret c’est de constater
que les politiques en général et les socialistes en particulier font
peu de cas des musulmans « décomplexés » qu’ils ont tendance à
dénigrer et à trouver « peu représentatifs » leur préférant les
activistes qui constituent un vivier électoral important dans lequel
la politique ouvertement communautariste et clientéliste de l’olivier
pêche ses voix sans vergogne et sans scrupule. C’est du court terme et
c’est contre productif dans un horizon à dix ans. Quant au MR, il a
tendance à ignorer en les méprisant les milliers de petits commerçants
et indépendants issus de l’immigration qui incarnent et pratique cet
islam « modernisé » et « décomplexé ».
Ce qui est sûr c’est que la misère et le chômage (il touche 40% des
jeunes Molenbeekois) est un terreau où se développe un islamisme
salafiste qui recrute parmi les jeunes désespérés et qui gagne
incontestablement du terrain.
Il se murmure qu’Anvers, les milieux activistes sont demandeurs d’un
réseau scolaire musulman (ce que la constitution n’interdit pas). Déjà
l’enseignement catholique flamand organise des cours de religion
musulmane.
Les dames de Marie de Schaerbeek auraient un projet allant dans le même sens.
Tout cela participe d’une problématique qui est mal comprise, à peine
comprise et à terme explosive.
Puissent les voix des musulmans éclairés et modérés, il y en a mais
ils se murent dans le silence, s’élever enfin pour nous ouvrir de
nouveaux horizons. Leur silence est ce qui le plus nous inquiète.
MG

De donkere spiegel van bovengronds Brussel

Judith Vanistendael beschrijft de metro onder het arme Molenbeek en de rijke Europese wijk. Vanistendael is een Belgische striptekenaar en illustrator. Zij woont en werkt in Brussel. Haar blog: judithvanistendael.wordpress.com

De nieuwe sluizen in het metrostation Graaf van Vlaanderen kunnen niet geruststellend tegen je glimlachen, of een oogje in het zeil houden zoals de vroegere kaartjesverkoper dat deed

Het is woensdagnamiddag. Ik ga met mijn zoon en mijn dochter naar mijn vader. Wij wonen in Molenbeek, ons metrostation is Graaf van Vlaanderen. Dat betekent overbevolking, smalle huizen, smalle stoepen, veel winkels, géén bomen, nauwelijks parken, veel verkeer, drukte, geroezemoes. Het heeft zijn nadelen, maar ook zijn voordelen. Opa boekje (schrijver Geert van Istendael, nvdr) zoals mijn kinderen hem gedoopt hebben, woont samen met Oma boekje aan metrohalte Merode: de chique buurt, vlakbij het Europees Parlement en het Jubelpark, straten met grote mooie herenhuizen, bomen, brede stoepen, rust, een beetje verkeer. Het heeft zijn voordelen, maar ook zijn nadelen.

Wij gaan dus ondergronds, in een rechte lijn dwars door Brussel. Onze ondergrondse tocht is een mooie afspiegeling van wat zich bovengronds afspeelt.

Als we willen afdalen naar het perron van de metro van Graaf van Vlaanderen, helpen we eerst een dame haar kinderwagen naar beneden dragen, want natuurlijk doet de roltrap het niet. Die doet het nooit. Ha nee, we zijn in Molenbeek, die buurt waar drugs gedeald wordt en alles kapot is en alles gevaarlijk. De roltrap doet het niet, zo hoort dat.

Daarna bevrijden we een oud vrouwtje uit de sluizen waar je met je kaartje langs moet om het zwartrijden tegen te gaan. Die sluizen zijn niet gemaakt voor de iets langzamer bewegende oudjes, de sluizen wachten niet op trage mensen. De sluizen kunnen ook niet geruststellend tegen je glimlachen, of een oogje in het zeil houden zoals de vroegere kaartjesverkoper dat deed. Nee, gezellig is het hier niet. En veilig waarschijnlijk ook niet, na 10 uur 's avonds als je moederziel alleen bent. Mij lijken ondergrondse verlaten ruimtes, met kille verlichting nooit echt veilig, niet om 10 u 's ochtends en niet om 10 uur 's avonds.

SPRAAKVERWARRING
Op het perron zijn we een blanke minderheid. Ons Nederlands wordt weggespoeld door een Babylonische spraakverwarring van Frans, Berbers, Arabisch, allerlei Afrikaanse en Zuidoost-Aziatische talen die ik niet kan thuisbrengen. Maar we behoren ook tot een meerderheid, die van ouders met kinderen. Die van jonge mensen. We behoren ook tot de meerderheid die Belg is. Maar goed, de metro is er. We stappen in, we zijn nog steeds een blanke minderheid. We stoppen in Sint Katelijne, het tulpenstation noemen mijn kinderen dat, er hangen namelijk foto's van tulpen aan de muren. Hier stappen toch wel wat witte mensen op. Hippe mensen. Onze blanke minderheid groeit aan, maar niet noemenswaardig. Er stappen geen kinderen op.

In de twee volgende stations, de Brouckère en Centraal Station, geschiedt een wonder. Ons hele meerderheid-minderheidsstelsel wordt volledig overhoop gehaald. Als je boven de grond zou gaan kijken, zou je de meest waanzinnige mengelmoes van soorten mensen zien, alle kleuren door elkaar, alle leeftijden, alle nationaliteiten, alle talen, alle sociale klassen. Onze Molenbeekse buurtbewoners stappen uit om zich te verliezen in de drukte van het centrum, nieuwe mensen stappen op om naar het oosten van Brussel te reizen. Het oosten van Brussel, dat is met de metro het koninklijk Paleis (Park), de Wetstraat (Kunst-Wet), de Europawijk (Maalbeek, Schuman) en dan verder door naar woonwijken waar de eurocraten wonen (Merode, Montgomery,...) en nog wat verder door kom je in de nog betere woonwijken. De armoede van Molenbeek blijft netjes op de linkerkant van de metrolijn liggen (Graaf van Vlaanderen, Zwarte Vijvers, Beekkant, Ribaucourt). De blanke minderheid is nu een blanke meerderheid, maar onze Nederlandse taal verdwijnt nog steeds in het niets naast de Babylonische Europese spraakverwarring. De Belgische meerderheid verdwijnt rond Maalbeek en Schuman. En een moeder met kinderen wordt een te beschermen rariteit. Hier wonen geen kinderen. Of toch bijzonder weinig in vergelijking met in Molenbeek, en ik denk niet dat deze kinderen vaak de metro nemen.

Ik voel me vreemd, maar ik voel me vaak vreemd in Brussel. Mijn kinderen niet. Die voelen zich nergens in Brussel vreemd. Ze roepen: "We zijn er mama, we zijn er!" Het tegeltjesstation, Merode! Dat is het station van Oma en Opa boekje, daar moeten we uitstappen. We nemen de roltrap. Die doet het niet. Die heeft het in mijn hele leven, ik ben opgegroeid vlakbij Merode, ontzettend vaak niét gedaan. We moeten een moeder met haar kinderwagen helpen. Omhoog deze keer. Opa boekje wacht ons boven op, in Merode zijn gelukkig nog geen sluizen geïnstalleerd waar je door moet. Niemand blijft vastzitten. En er is een man in een hokje, die deze keer niet tegen ons glimlacht.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE VRAI VISAGE DE BRUXELLES
Une radiographie sobre, réaliste, implacable de la réalité démographique, ethnique et sociologique bruxelloise actuelle. Si vous ne lisez pas le néerlandais, ce n’est pas grave. Il suffit de vous rendre en métro de Molenbeek à Etterbeek ou l’inverse comme le fait Judith Vanistendael et d’enregistrer toutes les variations que votre oeil observera. A défaut prenez le tram 92 du bois de la& Cambre à la gare de Schaerbeek et voyez. C’est tout à fait intéressant sur le plan démographique, ethnique et sociologique. D’un point de vue touristique, les contrastes sont pittoresques. “Ik voel me vreemd, maar ik voel me vaak vreemd in Brussel. Mijn kinderen niet. Die voelen zich nergens in Brussel vreemd.” Sociologiquement, c’est tragique et révèle une ghettoïsation de la ville qui va en s’aggravant: communes pauvres et communes prospères s’ignorent superbement. L’automlobiliste qui traverse Bruxelles ne voit que les embouteillages et les chantiers innombrables. Le piéton quyi emprunte les transports en commun a de la ville une tout autre image. Vous avez dit “transports en commun”?
MG

COMMENTAIRES DE LECTEURS DU MORGEN
Frans De Smet:
“Sedert lange tijd vertoef ik veel en graag in Brussel , je kan vitten op alles , en toch is het voor mij een verrijking, de diversiteit en vooral de vele talen , denk maar niet dat het in andere grote steden in binnen-en buitenland er anders aan toe gaat, stedelingen zijn dat gewoon, de meeste dorpelingen hebben deze positieve ervaring niet.”

jan verhas:
“Ik woonde vroeger ook enkele jaren in het Brusselse. En natuurlijk wisselde ik wel eens enkele woorden met vreemden bij de bushalte of zo. Een praatje, een vriendelijk woord, het weer, de bus die maar niet kwam, ... Hartelijkheid. Dat is verdwenen. Als je nu iets zegt tegen een onbekende in Brussel (af en toe kom ik er nog) weet je niet welke taal die spreekt en hoe die zal reageren. Dus zwijg je. Ik vrees dat die verkilling in veel steden toeslaat.”
Michael Diercks
Vreemde talen of niet, maar in de stad zijn de meeste mensen een pak armer dan in een gewone gemeente. Het leven is er harder en de mensen vluchten weg voor een beter leven, dit alles kan je verbloemen met het touristengevoel dat je wel is hebt, door de verscheidenheid aan mensen, maar de realiteit is er vaak een van miserie en depressie, kijk de statestieken maar eens na. En met meer dan 20% werkloosheid en overvolle OCMW's is er daar nog gigantisch veel werk aan de winkel.

Jan Berten
Ik krijg tranen in mijn ogen en plaatsvervangende schaamte tegelijk. Het ontwaken zal hard zijn.