mercredi 15 février 2012

Schaerbeek : Verzin candidat-bourgmestre

Elections: les élus MR de Schaerbeek convoqués chez Charles Michel, Verzin candidat-bourgmestre
Charles Michel, le président du MR, va tenter, jeudi soir, lors d’une réunion de la dernière chance de convaincre plusieurs élus schaerbeekois de revenir sur leur signature relative à la constitution d’une liste commune MR-FDF avec le bourgmestre Clerfayt.


Parmi ces “ frondeurs ”, comme on les appelle au siège national de l’avenue de la Toison d’Or: les échevins Noël, Guillaume ainsi que le chef de groupe Sadik Köksal et le président de la section Michel Milde, entre autres.

Ce qu’on leur reproche, c’est de s’être jetés, au lendemain du divorce MR-FDF et contre l’avis d’une partie de la section, dans les bras des amarantes alors que la tendance bruxelloise était aux listes séparée entre anciens partenaires de la fédération. “ Opportunisme ” pour les patrons du MR, “ question de logique ” pour les intéressés qui estiment qu’il n’y a aucune raison de déconstruire une alliance qui fonctionne “ très bien ” au niveau local.

VERZIN : CANDIDAT-MAYEUR
Aujourd’hui, la section est divisée, le camp des “ fidèles ” au parti étant mené par l’échevin Georges Verzin. Il se dit prêt à prendre ses responsabilités si le MR venait à aller seul au combat. “ Je ne dis pas que je suis candidat-bourgmestre ”, tempère l’intéressé. “ J’indique simplement que je suis en pleine réflexion pour construire une liste MR qui proposera une vraie alternative aux Schaerbeekois. Si les militants de la section me demandent d’endosser cette responsabilité, alors oui, je suis prêt ”, conclut celui dont le parcours politique a, les anciens s’en souviennent, démarré au FDF. “ En tous les cas, il n’y a pas de raison à ce qu’à Schaerbeek, le MR aide Bernard Clerfayt à retrouver la majorité facilement. ” Reste l’inconnue Louis Michel, sollicité une nouvelle fois en début de semaine par la régionale libérale pour atterrir à Schaerbeek. “ S’il doit arriver, nous l’accueillerons à bras ouverts ”, confie prudemment Georges Verzin.

En tout état de cause, la réunion convoquée par Charles Michel laisse penser que la maison libérale entend casser plusieurs accords locaux jugés contre-nature au profit d’une logique globale. Car il se dit de plus en plus que MR et PS pactiseront souvent le 14 octobre, au soir des élections.
K. F.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Verzin a tout à fait raison !que le FDF fasse ses preuves.