mardi 20 mars 2012

Marche blanche en mémoire de l'iman de la mosquée Reda






Hugues Dorzée, 18 mars

Plus de 2.000 personnes se sont rassemblées dans le calme dans les rues de Bruxelles pour rendre hommage à l'Iman décédé dans l'attaque de la mosquée de Reda à Anderlecht.

Après l'attentat à la Mosquée Rida, lundi soir 12 mars, qui a causé la mort de l'Iman de la mosquée, les représentants des communautés musulmanes de Belgique ont organisé une marche blanche dans les rue de Bruxelles. La marche est partie de la mosquée Rida pour rallier le Palais de Justice à Bruxelles.

Lundi soir, un forcené qui dit s'appeler « Rachid », se présentant comme un « musulman sunnite » et se déclarant de « nationalité marocaine » a lancé un cocktail molotov dans la mosquée d'Anderlecht. « Rachid » a été inculpé d'infraction terroriste, en plus du chef d'inculpation d'incendie volontaire, avec préméditation, dans un immeuble habité avec la circonstance aggravante d'avoir entraîné la mort.

APPEL A LA PAIX ET L'UNITE

La communauté musulmane (marocains, libanais, algériens, etc.) a tenu à rendre hommage pacifiquement à l'imam décédé, Abdellah Dahdouh, 46 ans. Plus de 2.000 personnes ont suivi une voiture flanquée des drapeaux belge et marocain diffusant sur haut-parleur des versets du Coran. L'iman décédé, sera rapatrié ce dimanche au Maroc.

Dans la foule, on peut lire des slogans pacifistes : « Non à la haie », « La Belgique unie pour sa sécurité », « Combattons les extrêmes et la haine ».

HISTORISCHE KANS NA DE MOSKEEMOORD

MOSLIMGEMEENSCHAP KAN ZICH VAN BESTE KANT LATEN ZIEN

Terwijl de rouw in de islamitische gemeenschap na de moord op Cheikh Abdullah Dahdouh ondergesneeuwd raakt in de actualiteit, ontwaart LUCKAS VANDER TAELEN een glorende kans aan de horizon. Laat sjiieten én soennieten zich uitspreken tegen fundamentalisme.

Het is niet de eerste keer dat er in Brussel religieus geïnspireerde moorden gebeuren. In 1989 werd een Saudische imam vermoord in de Grote Moskee aan het Jubelpark. Nooit is die zaak opgelost. Maar Brussel is nooit het schouwspel geworden van afrekeningen tussen islamitische fanatici. Het is tekenend dat het in de straten van Anderlecht rustig bleef na de moord op de sjiitische imam en dat alle Brusselse moskeeën opriepen tot kalmte, ongeacht of ze soennitisch zijn (die zijn in de meerderheid, met 48) of sjiitisch (er zijn er slechts vier in het hele gewest).

Rellen bleven uit, geen steen vloog door de lucht en niet één auto werd in brand gestoken. Dat is een hoopvol teken. Het wijst er vooral op dat de Brusselse islamitische gemeenschap niet verscheurd wordt door religieuze twisten en zich niet laat meeslepen door fundamentalisten die conflicten uit het Midden-Oosten in Brussel willen uitvechten.

Tegelijk mag het dramatische incident niet afgedaan worden als het werk van een geïsoleerde gek. Want een daad van een enkeling is al te vaak een uiting van iets wat onderhuids leeft in een maatschappij. De moordenaar van Loubna Benaïssa was ook een marginaal, die geen deel uitmaakte van een netwerk. Maar toen haar lichaam in 1997 werd teruggevonden, kreeg het hele land een schok. Het was alsof België pas dan begon te beseffen dat allochtonen ook mensen zijn... De Nederlandse journalist Martin van Amerongen was bij de begrafenis van Loubna en schreef hoe een oudere Belg zich ging excuseren bij een groep allochtonen. Die antwoordden hem: ‘Maar nee, meneer, u hoeft zich niet te verontschuldigen. Wij moeten gewoon inzien dat we allemaal dezelfde mensen zijn. Het kleurverschil is er alleen maar gekomen door klimatologische omstandigheden.'

VERTEKEND BEELD

Net zo zou het heilzaam zijn dat de Brusselse soennieten en sjiieten zich samen duidelijk uitspreken tegen elke vorm van fundamentalisme. Want dat bestaat wel degelijk in Brussel en is aan een onloochenbare opmars bezig. Deze daad van een religieuze gek heeft daar waarschijnlijk niets mee te maken, maar de veroordeling ervan biedt de Brusselse imams wel een historische kans om zich af te zetten tegen stromingen die de islam willen radicaliseren. Door zich nu uit te spreken voor een humanistische godsdienstbeleving, wars van elk fanatisme, kan de islamitische gemeenschap een belangrijke boodschap sturen naar de vele jonge Brusselaars van allochtone origine, die vaak gemakkelijke slachtoffers zijn van malafide predikers.

In 1997 werd gezegd dat de waardigheid van de familie Benaïssa meer gedaan had voor de integratie van de Marokkaanse gemeenschap dan een jarenlang falend overheidsbeleid.

Diezelfde waardigheid van de Brusselse islamitische gemeenschap kan een zeer grote positieve invloed hebben op het vertekende beeld dat veel Belgen hebben van de islam. Het zou goed zijn mochten de Brusselse regeerders en de religieuze leiders van dit tragische moment gebruikmaken om samen de problemen aan te pakken die de harmonieuze toekomst van alle Brusselaars in gevaar brengen.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LA PAIX DES IMAMS

Una marche blanche ? Why not ; et pourquoi pas une paix des braves entre imams de tendances diverses? On appelle Paix des Braves une proposition pacificatrice à des conditions honorables en considération de la bravoure des belligérants des deux camps.

Tandis que le meurtre du Cheikh chiite Abdullah Dahdouh est passé à l’étouffoir,

après l’horrible accident de Sierre, Luckas Vander Taelen, sénateur Groen, lance une proposition intéressante: “que les chiites et les sunnites bruxellois s’insurgent ensemble et publiquement contre toute forme de fondamentalisme.

L’idée est très séduisante.

Ce n’est pas le premier meurtre de ce type à Bruxelles.

On notera que cette mort tragique n’a donné lieu à aucune explosion d’émeutes. On observe assez peu de règlements de compte entre fanatiques religieux dans la capitale européenne.

Au contraire, on observera que les mosquées ont aussitôt lancé un appel au calme dont cette marche est le point d’orgue. Bruxelles compte 48 mosquées sunnites contre quatre chiites.

Il serait faux d’affirmer que des conflits intro musulmans soient

systématiquement exportés chez nous. Il serait toutefois naïf ajoute L. VdT, de parler de l’acte d’un déséquilibré isolé.

Il règnerait, selon lui, en effet, un réel malaise au sein des communautés musulmanes.

Raison de plus pour exprimer haut clair la désolidarisation des communautés musulmanes à l’égard des courants visant à radicaliser l’islam. Surtout, il serait judicieux, selon VDT, que les imams prennent parti pour un islam à visage humain contre une version islamiste inspirée par le fanatisme intégriste. Il s’agirait d’envoyer un message fort en direction des jeunes exclus d’origine immigrée qui tombent trop facilement sous la coupe de prédicateurs fanatisés

(naar de vele jonge Brusselaars van allochtone origine, die vaak gemakkelijke slachtoffers zijn van malafide predikers.)

Ce serait par la même occasion un moyen de rassurer les populations autochtones sur les intentions pacifiques de musulmans de Bruxelles.

Constatons que Yamila Idrissi, jeune parlementaire flamande ( SP.A) observe la montée du fanatisme religieux précisément chez les jeunes démunis à Bruxelles : des oiseaux pour le chat.

‘Die kansarme jongeren waar extremisten zich op richten, zijn vogels voor de kat.’

Yamila Idrissi qui se dit musulmane a tenu à participer à la marche blanche. : ‘Ik kwam nooit in zijn moskee’, maar ik weet wel dat de overleden imam een open en erudiete man was. “

Elle ajoute que l’imam d’origine sunnite, converti au chiisme, était un homme très populaire.

L’assassin, un salafiste fanatisé, a voulu par son geste, plus politique que religieux, exprimer sa colère par rapport aux événements syriens. Idrissi partage l’inquiétude des parents musulmans de jeunes adolescents de les voir tomber dans les mains des salafistes de plus en plus actifs et visibles dans les rues de Bruxelles.

“‘Ik ken hier veel ouders die bang zijn dat hun kinderen in handen van extremisten zullen vallen. Onlangs hoorde ik nog het verhaal van een jongen die besloten had om naar Jemen te vertrekken, voor een grondige studie van de Koran. Zo’n jongen is een vogel voor de kat.”

Et la député SPa de s’étonner que dans les nombreuses librairies islamiques de l’avenue de Stalingrad, près de la gare du Midi on ne trouve pratiquement pas d’ouvrages sur un islam d’ici : « over de moderne islam, over de Europese islam. Dat is een groot probleem, waarover wij ons dringend moeten bezinnen.”

C’est un énorme problème dont il est urgent de se préoccuper. DiverCity ne dit pas autre chose !

DiveCity vous met au défi d’y trouver par exemple l’excellent essai de traduction du coran de Jacques Berque. C’est le meilleur des tests !

Ce qui l’intéresse et nous intéresse c’est quelle forme prendra l’islam en occident demain.


DIE EXTREMISTEN, WIE ZIJN DAT?

‘Brussel is vandaag een soort mini-Midden-Oosten, dus je moet ervan uitgaan dat alle strekkingen en alle conflicten hier vertegenwoordigd zijn. Dat hebben we nog maar eens gemerkt met die aanslag van maandag.'

'Heel wat mensen denken nog altijd dat de moslimgemeenschap een homogene groep is, maar dat klopt dus niet. Er zijn twee radicale strekkingen die vandaag sterk vertegenwoordigd zijn: het wahabisme, dat vooral uit Saudi-Arabië komt, en het salafisme, dat vooral wordt beleden door mensen die uit Pakistan komen. En wat mij vandaag verontrust, is dat steeds meer jongeren zich laten aanspreken door dat salafisme.’

WAT MAAKT HET SALAFISME VOLGENS U ZO GEVAARLIJK?

‘Het biedt mensen een kant-en-klare manier van leven.’

DOET DE ISLAM DAT SOWIESO NIET?

‘Nee, het gematigde soennisme, waartoe de meeste Marokkaanse Belgen behoren en waarin ik ook ben opgevoed, gaat je bijvoorbeeld helemaal niet zeggen hoe je je moet gedragen. Over hoofddoek en baard kan voor een gematigde soenniet gediscussieerd worden: de ene vindt dat belangrijk, de andere niet.'

'Voor een salafist is er geen discussie: de hoofddoek is verplicht voor vrouwen, de baard voor mannen. Salafisten, en ook wahabieten, laten geen interpretatie toe en vinden dat je moet leven zoals de profeet in de zevende eeuw.’

HOE BEHOEDEN WE JONGEREN VOOR DAT RADICALISME?

‘De islam heeft een soort Rik Torfs nodig. We moeten imams opleiden aan onze universiteiten, en dus hebben we islamitische rechtsgeleerden nodig. Iemand die door een westerse bril naar de islam kijkt, die kritisch is, die vragen stelt over de Koran, die een lans durft breken voor de aanvaarding van homoseksualiteit, enzovoort.’

BESTAAN DAT SOORT ISLAMITISCHE TORFSEN NOG NIET?

‘Ze bestaan, maar we hebben er meer nodig, ook in ons land. In Parijs doceert Rachid Benzine, die bezig is met een herinterpretatie van de islam – de Koran is voor hem geen bron van eeuwige waarheid, maar een boek dat geïnterpreteerd moet worden. Dat wordt door veel moslims met argwaan bekeken, maar het is belangrijk dat het gebeurt. Ik heb in Louvain-la-Neuve eens een lezing meegemaakt van Benzine, en toen waren er jongeren die zegden: “U slaat mijn hele wereldbeeld aan diggelen.” En dat is goed.’

Yamila Idrissi

Ivan Put

COMMENT L'ISLAM VA CHANGER LA FRANCE ET L'EUROPE



Le Figaro a interviewé Christopher Caldwell, journaliste américain, dont le livre « Une révolution sous nos yeux ; Comment l'islam va changer la France et l'Europe» vient de sortir en France.

Extraits:

« L'immigration, quelles que soient les circonstances historiques, produit toujours des conflits économiques, sociaux ou culturels. La diversité n'est pas une richesse comme le proclament certains politiques de gauche comme de droite lorsqu'elle est subie.

« Aux États-Unis, nous connaissons aussi le phénomène de l'immigration. La grande vague migratoire, au cours des dernières décennies, est surgie du Mexique, d'Amérique centrale ou d'Amérique du Sud. Or cette culture n'est pas étrangère aux États-Unis, pays qui compte depuis l'origine une forte minorité catholique. Les gens qui viennent d'Amérique du Sud sont très pauvres, mais leurs références et leurs façons de vivre sont à peu près similaires à celles des Siciliens, dont descendent la grande majorité des citoyens italo-américains. Avec nos immigrés, nous n'avons donc pas un problème culturel comme vous, car ce sont des judéo-chrétiens et nous aussi.

« L'ISLAM EST UNE CULTURE RELIGIEUSE QUI VEUT STRUCTURER LA SOCIÉTÉ. EST-CE COMPATIBLE AVEC LA TRADITION EUROPÉENNE ? Non. La France va imploser dans 15 ou 20 ans dans le sang et les larmes. C'est maintenant irréversible. sauf.... Tous vos dirigeants, hormis De Gaulle, n'ont été ni responsables, ni visionnaires. Aujourd'hui, ceux qui gouvernent la France n'ont pas la capacité à réagir face à ce drame programmé. D'autres demain vont se plier aux exigences des islamiques et vont collaborer. Vous subirez la Charia.

« VOUS ME DEMANDEZ EN QUOI L'IMMIGRATION EN EUROPE CONCERNE LES AMÉRICAINS. CE N'EST PAS POUR EN TIRER DES LEÇONS POUR LES ETATS-UNIS, CAR LA SITUATION EST TRÈS DIFFÉRENTE. EN FAIT, LES AMÉRICAINS S'Y INTÉRESSENT POUR DES RAISONS GÉOSTRATÉGIQUES : LEUR INTERROGATION PORTE SUR LES POPULATIONS NON ASSIMILÉES DE L'EUROPE, VUES COMME DES SOURCES POTENTIELLES DE TERRORISME OU D'ANTIAMÉRICANISME.» Christopher Caldwell: « Dans une démocratie, il faut partager des règles. Or deux cultures incarnant des visions différentes du monde ont du mal à s'accorder sur de telles règles. Cela ne veut pas dire qu'il est impossible d'y parvenir, mais que c'est difficile. » Christopher Caldwell: « Verrons-nous un jour un féminisme musulman ? Je ne sais pas. Ce que je sais, aujourd'hui, c'est que la conception occidentale de la femme ne s'accorde pas avec la conception arabo-musulmane de la femme. »

« Ce sont les mêmes problèmes qui reviennent d'une manière ou d'une autre (partout en Europe). Pour commencer, l'intégration des immigrés s'apparente globalement à un échec. Et les mêmes questions sont posées partout : les taux de chômage et de délinquance supérieurs à la moyenne dans les quartiers peuplés de migrants, les revendications concernant les prescriptions alimentaires islamiques, les demandes de séparation des sexes à l'hôpital ou dans les activités sportives, la recherche d'interlocuteurs musulmans modérés? Quand on voyage d'un pays européen à l'autre, comme je l'ai fait pendant plusieurs années, on entend les mêmes préoccupations, les mêmes mots, et jusqu'aux mêmes blagues. Quand vous allez-vous réveiller, il sera trop tard »

« Si l'on cherche une différence entre pays européens quant au traitement de l'immigration, elle est précisément là : en France, la parole est verrouillée, contrairement à la Grande-Bretagne, à l'Italie ou à l'Allemagne. Pierre-André Taguieff a raison quand il évoque l'idéologie de l'« immigrationnisme ». Chez vous, il est presque illégal d'avoir une réflexion négative sur un phénomène qui, comme tout fait de société, ne devrait pas échapper à l'esprit critique. La France va payer très cher son "politiquement correct". »

« Ce qui m'inquiète pour vous, c'est que la situation européenne commence à ressembler au problème racial qui a longtemps empoisonné la vie américaine. Cela ne veut pas dire qu'il n'existe aucune solution pour l'Europe, ni que deux groupes ethniques ne peuvent pas travailler ensemble pour bâtir quelque chose qui soit mutuellement satisfaisant. Mais il faut avoir conscience que l'Europe fait désormais face à un problème durable. Chez nous, il a duré trois cent cinquante ans? Je pense que les enjeux de ce problème sont encore plus grands que ne le pensent les Européens. »

« une culture religieuse forte et un système contractuel basé sur la tolérance sont difficiles à concilier parce que, dans une telle rencontre, c'est toujours le côté qui ne veut pas négocier qui a l'avantage. Une religion qui ne doute pas de soi et qui prétend structurer toute l'organisation sociale mondiale, comme l'islam, n'est pas prête à transiger. »

« En Belgique, la communauté belgo-marocaine, relativement bien intégrée, affiche un indicateur conjoncturel de fécondité deux fois et demie plus élevé que celui des Belges autochtones. A Bruxelles, où le quart des habitants sont des citoyens étrangers et où plus de la moitié des enfants nés en 2006 étaient nés de musulmans (56 %), les sept prénoms de garçons les plus courants parmi ces nouveau-nés étaient Mohamed, Adam, Rayan, Ayoub, Mehdi, Amine et Hamza. » Boumédienne avait bien dit en 1974 à la tribune de l'Onu que les ventres des femmes musulmanes remplaceront les fusils et les canons pour conquérir l'Europe".

« Le problème fondamental de l'Europe avec l'islam, et avec l'immigration en général, c'est qu'en Europe, les communautés les plus fortes ne sont, culturellement parlant, pas du tout européennes. Malgré la grande variété de mesures prises pour le résoudre ? multiculturalisme en Hollande, laïcité en France, laisser-faire en Grande-Bretagne, pointillisme constitutionnel en Allemagne -, ce problème existe dans tous les pays européens. C'est avec l'islam et l'immigration que l'Europe a un problème et non avec l'usage impropre de certains moyens mis en place pour le traiter. »

« Il est sûr que l'Europe sortira changée de sa confrontation avec l'islam. Il est bien moins sûr que ce dernier se révèle assimilable. Pour l'heure, l'islam est en meilleure position pour l'emporter à la fois démographiquement, c'est une évidence, et philosophiquement, même si cet avantage paraît moins net. »

« Quand une culture peu sûre d'elle, malléable et relativiste, rencontre une culture ancrée, confiante et renforcée par des doctrines communes et surtout religieuses, c'est généralement la première qui change pour s'adapter à la seconde car elle a perdu les moyens de réagir. Il n'y que le nationalisme qui pourra vous sauver. La guerre en ex-Yougoslavie en est un exemple. Les musulmans, craintifs et soumis lorsque qu'une autorité les domine, n'imposeront pas leur manière de vivre à celle-ci, à l'instar de chez vous. Allez visiter la Croatie, la Serbie ou bien plus près de chez vous: la Corse. Pourtant dans cette île ils représentent 10% de la population autochtone et n'inquiètent pas outre mesure les Corses. N'oubliez pas que ces trois peuples, comme par hasard, était les seuls en Europe à se libérer du joug nazi sans aide de personne. Il en est ou sera de même avec l'occupation musulmane car le patriotisme est leur ciment.»

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

EPOUVANTAIL

Christopher Caldwell défend ici une thèse qui s’apparente à celle de Huntington : «The Clash of Civilisations ». il est persuadé qu’il n’est d’autre issue qu’un conflit entre l’islam et la modernité occidentale.

Nous refusons de céder à cette vision fataliste des choses.

Il est de bon ton de diaboliser l’islam dans certains milieux. Roger Nols avait pris vingt ans d’avance dans ce domaine. L’extrême droite et la droite extrême se retrouvent sur cette longueur d’onde : entre Marine et Sarko.

DiverCity pense avec Yamila Idrissi qu’il existe une autre voie : non pas celle d’un angélisme béat à l’égard des musulmans mais celle du dialogue interculturel permettant un échange avec des musulmans modérés, ouverts critiques comme Rachid Benzine et elle-même de contribuer à une modernisation de l’islam qui contredise la thèse de l’islamisation de la modernité agitée par Caldwell et tous ceux qui partagent ses idées.

Mais une question s’impose :l’islam modéré, critique, éclairé, ouvert, critique…ça fait combien de divisions ?

ISLAM DE PROGRES ?

« Je veux aussi l’éducation dans la culture musulmane de ceux qui en manifestent le désir, l’expansion de l’arabe dans les lycées et collèges, etc., et la préparation d’éducateurs pour l’enseignement de la religion musulmane au sein d’un institut spécialisé. C’est une idée que j’ai lancée il y a déjà dix ou quinze ans, et qu’on n’a jamais appliquée, laissant le soin de cette éducation à un personnel venu de partout et d’ailleurs. Il se pose là un problème d’une importance immense. Supposez qu’il se crée en France non pas un islam français, mais un islam de France, disons, pour simplifier, un islam gallican, c’est-à-dire un islam qui soit au fait des préoccupations d’une société moderne, qui résolve des problèmes qu’il n’a jamais eu à résoudre dans ses sociétés d’origine qui, pour des raisons historiques, ne sont pas des sociétés du niveau du nord de la Méditerranée. Figurez-vous le retentissement qu’aurait cet islam de progrès sur le reste de la zone islamique. Là voilà, la solution à laquelle je faisais allusion : solution à terme, bien sûr. Cet islam de progrès, c’est le seul partenaire capable de faire reculer l’islamisme. Devant toutes les tendances obscurantistes ou régressives, l’islam de progrès est capable de résoudre les questions qui se posent déjà, ou se poseront au 21ème siècle. »

Jacques Berque 1995

Aucun commentaire: